Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?
02 Octobre 2014, 14:25:05
Accueil Aide Rechercher Identifiez-vous Inscrivez-vous

+  S.O.S. 112
|-+  Acteurs
| |-+  Discussion Générale
| | |-+  Recommandations et bon sens !
| | | |-+  Piqûres de taon ou autres insectes ?
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion. « sujet précédent | | sujet suivant »
Pages: 1 2 3 4 [Toutes] Bas de page Imprimer
Auteur Fil de discussion: Piqûres de taon ou autres insectes ?  (Lu 119260 fois)
nurse19
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 36


WWW
« le: 17 Juillet 2004, 19:59:23 »

Bonjour,
En cas de piqûres d’insecte, il est de bon « taon » de ne pas penser qu’à la guêpe !  elle ne pique pas ... elle mord  Cry

Beaucoup de patients consultent pour des réactions systémiques après piqûres supposées d’hyménoptères mais ne sont pas capables d’identifier avec certitude l’insecte piqueur.  Tongue
Des réactions ont été décrites aussi avec d’autres insectes, par exemple les moustiques.

questions :
que provoque une piqure de taon ?
celle d'un moustique ?
celle d'une abeille ?
celle d'une guêpe ?
celle d'un bourdon terrestre ?
celle d'une chenille processionnaire ?
celle d'aoûtats… et ... des orties  Cry
d'une puce ... etc ... un petit diaporama pour vous aider tout ce bestiaire   ICI  Evil

Journalisée
gendy
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 909



WWW
« Répondre #1 le: 26 Juillet 2004, 01:30:49 »

arrow  Douleur piqure/brûlure + Enflure et irritation localisées.
arrow  Peau rouge et enflée
Vipères, insectes, méduses : les bons gestes en cas de piqûre ICI


Précautions

Les bourdons peuvent être attirés par certaines couleurs ou odeurs, par exemple vêtements bleus, after-shave, produits de maquillage, etc. Ils ne sont pas agressifs et piquent rarement.
Une piqûre de bourdon n’entraîne dans la plupart des cas qu’un gonflement local et des démangeaisons. Il n’y a en général pas de quoi s’inquiéter!

Le produit Azaron (en vente dans les drogueries) réduit la douleur et les démangeaisons.  Également le spray au 11 huiles essentielles Puressentiel "Anti-pique" et le Nifluril gel

Certaines personnes peuvent toutefois développer une hypersensibilité lors d’une deuxième ou troisième piqûre. Il peut en résulter des démangeaisons en d’autres endroits que celui de la piqûre ou sur tout le corps, ou une rougeur, des cloques, des difficultés respiratoires, des nausées, éternuements, irritation dans le nez, la gorge ou les yeux.  

Traitement des piqûres de bourdons et allergies

1. Piqûres de bourdons ou d'abeilles
Chez les bourdons, comme chez les abeilles mellifères et les guêpes, seules les reines et les ouvrières ont un dard. Les mâles n’en ont donc pas. Le dard a une fonction de défense. Lors d’une piqûre, une petite quantité de venin est injectée dans le corps par le biais du dard. Chez l’homme, la piqûre provoque en général une brève douleur aiguë, qui diminue par la suite. Dans des cas exceptionnels (env. 1 %), une réaction allergique se développe contre le venin.

Le dard du bourdon n’est pas barbelé. L’ouvrière ou la reine peut donc le retirer après une piqûre et piquer éventuellement une nouvelle fois. Par contre, les abeilles mellifères ont un dard barbelé qui lorsqu’elles tentent de le retirer reste accroché dans la peau avec la poche à venin, ce qui leur déchire l’abdomen.
 
2. Comment éviter les piqûres de bourdons ?
Il convient tout d'abord de traiter les bourdons CALMEMENT : ne pas agiter les bras, ne pas heurter la ruche, etc. Les bourdons peuvent en outre réagir de manière agressive lorsqu'ils sont confrontés à un grand nombre d’odeurs tels que l’alcool, la transpiration, les parfums, les savons parfumés, l’after-shave, etc. Les bagues, bracelets et montres peuvent également les rendre agressifs (ce comportement étant provoqué par l’odeur de matériau oxydé entre la peau et la bague/bracelet/montre/bracelet de montre). Ici aussi, mieux vaut prévenir que guérir !
 

3. Une piqûre ? Réactions possibles et traitement

3.1. Réaction locale (non allergique)
La piqûre s’accompagne en général d’un gonflement autour de l’endroit de la piqûre. Il s’agit d’une réaction locale, ou encore d'une réaction non allergique. Il y a dans ce cas apparition d’un gonflement local, d’une rougeur et de démangeaisons autour de la piqûre. Cette réaction peut survenir immédiatement après la piqûre, mais elle apparaît le plus souvent après quelques heures. Le gonflement et les démangeaisons peuvent durer plusieurs heures, voire quelques jours. Dans certains cas, la réaction au point de piqûre peut s’étendre et il faudra attendre plus longtemps avant qu’elle ne disparaisse. Mais cela reste en l’occurrence une réaction locale, non allergique.

3.1.1. Traitement d’une réaction locale (non allergique)
Un traitement médical n’est pas toujours nécessaire dans ce cas. Quelques mesures peuvent toutefois être prises pour réduire la réaction locale à un minimum, notamment si la piqûre a eu lieu sur un endroit sensible, par exemple près des yeux. Il convient dans ce cas de prendre un médicament anti-inflammatoire, tel que de l’acide acétylsalicylique (Aspirine) ou de l’ibuprofène, le plus rapidement possible après la piqûre. Vous pouvez également appliquer des compresses froides à l’endroit de la piqûre. Il existe en outre dans le commerce des pommades qui apaisent les démangeaisons (comme Azaron dont la substance active est le diéthyl-m-toluamide). Dans les rares cas où une piqûre a eu lieu dans la bouche ou la gorge, il est fortement recommandé de se rendre directement à l’hôpital, car le gonflement entraîne un risque d’étouffement. Ce type de cas est soigné à l’hôpital via l'administration, entre autres, de corticostéroïdes (Prednison) et le patient est hospitalisé pour observation.
 
3.2. Réaction allergique
Seul 1 % environ de la population s’avère présenter une réaction allergique, également appelée réaction générale, systémique ou choc anaphylactique, après des piqûres répétées (parfois déjà après la deuxième ou troisième piqûre). Une réaction allergique met en jeu des anticorps formés lors d'une piqûre antérieure et ne peut donc pas survenir lors de la toute première piqûre. Les réactions allergiques se manifestent en général très peu de temps après la piqûre (de quelques secondes à un quart d’heure).
 
On distingue 4 stades dans une réaction allergique. La gravité des symptômes augmente des stades 1 à 4 :
Stade 1 – démangeaisons, rougeur et gonflements (urticaire) sur tout le corps
Stade 2 – symptômes du stade 1, avec troubles digestifs (vomissements, diarrhée)
Stade 3 – symptômes du stade 1 et/ou 2, avec troubles respiratoire et/ou l’impression d’étouffer
Stade 4 – symptômes du stade 1 et/ou 2 et/ou 3, avec troubles cardiaques (palpitations), choc anaphylactique.
 
3.2.1. Traitement d’une réaction allergique
Hospitalisation immédiate en cas de vomissements, mais certainement lors de troubles du stade 3 ou 4 ! Pour les symptômes du stade 1, on peut envisager d’attendre encore un peu, mais ici aussi une période d’observation à l’hôpital est souhaitable, car la réaction peut encore s’aggraver par la suite.

En cas de réaction allergique, l’administration d’antihistaminiques (par exemple clemastine/Tavegil), uniquement remis sur ordonnance médicale, est indiquée. Ces médicaments réduisent le gonflement provoqué par l’histamine dans le venin. Des corticostéroïdes sont parfois aussi prescrits. Dans les réactions de stades 3 et 4, il est nécessaire d’administrer en premier lieu de l’adrénaline. L’adrénaline (à administrer avec un auto-injecteur Epipen) stimule l’activité cardiaque, resserre les vaisseaux sanguins et dilate les bronches. Un Epipen est uniquement remis sur ordonnance médicale, par exemple après une réaction allergique à une piqûre de bourdon survenue antérieurement. Les entreprises qui utilisent des bourdons peuvent, elles aussi, disposer d’un Epipen.
 
3.2.2. Information pour les médecins
Des informations détaillées relatives au traitement de réactions allergiques par des médecins peuvent être obtenues sur demande par le biais de Koppert.
 
3.2.3. Vivre avec une allergie aux piqûres de bourdons
Si l’on a eu une réaction allergique, cela ne signifie pas que l’on aura automatiquement une réaction allergique lors d’une prochaine piqûre. Ce risque est faible si les symptômes se sont limités au stade 1 ou 2. Il est possible actuellement de faire un test avec du venin de bourdon purifié pour déterminer si une réaction allergique aura lieu ou non lors d’une prochaine piqûre. Le venin purifié peut aussi être utilisé pour une cure dite d’hyposensibilisation. Ce type de cure vise à immuniser le corps contre le venin de bourdon. Les personnes qui ne souhaitent pas de cure d’hyposensibilisation peuvent obtenir sur ordonnance un « Epipen » (injecteur d’adrénaline). Il s’agit d’un auto-injecteur que l’on porte sur soi et qui permet d’injecter de l’adrénaline dans le muscle de la cuisse après une piqûre.
Les tests et cures sont effectués entre autres par le département d’Allergologie, Erasmus MC, Dr. Molewaterplein 40, de Rotterdam ou le RdGG (Dr. De Groot), site Diakonessehuis à Voorburg.
 
3.2.4. Réactions toxiques
Une réaction toxique peut survenir lorsque plusieurs dizaines de piqûres sont subies en un court laps de temps. Des signes généraux peuvent se manifester dans le système nerveux et/ou le système circulatoire (troubles du rythme cardiaque, troubles respiratoires). Dans ce cas également, la personne doit être hospitalisée pour être maintenue en observation et bénéficier des soins appropriés.
 
3.2.5. Hyperventilation
Après une violente réaction allergique (stade 4), il peut arriver qu'une personne très angoissée fasse de l’hyperventilation et perde connaissance. Dans ce cas de figure, il importe aussi d’alerter immédiatement les services de secours.

3.2.6. Augmentation des risques
La prise de médicaments spécifiques, tels que les bêtabloquants, et une grossesse entraînent des risques plus élevés de réaction allergique en cas de piqûre de bourdon.

Infos extraites du site http://www.koppert.fr/pollinisation/traitement-des-piqures-de-bourdons-et-allergies/

Littérature :
de Groot, H., Allergie voor insecten, Huisarts en Wetenschap 2002; 45 (7): 362-7.
de Groot, H., Allergy to bumble bees. Curr Opin Allergy Clin Immunol 2006; 6: 294-7.
Journalisée
Anonymous
Invité
« Répondre #2 le: 08 Août 2004, 18:02:14 »

Comment fait-on quand le bouton enfle et se trouve à proximité de l'œil ?
Journalisée
Ambu17
Invité
« Répondre #3 le: 08 Août 2004, 21:12:09 »

1. Y a t-il un trouble de la vision ?
2. Une difficulté à ouvrir et/ou à fermer l'œil ?
3. Une douleur assez intense ? même avec une prise de paracétamol ou autre pommade apaisante ?

Pour ma part j'irais voir mon médecin surtout s'il y a un trouble de la vision.

Des infos sur : http://www.medecin-oberkampf.com/Piq-res-d-insectes.html
Journalisée
penny_lane
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 11



« Répondre #4 le: 21 Août 2005, 17:33:01 »

D'une manière générale, dès qu'il y a une lésion, de quelque nature que ce soit, à proximité de l'œil et a fortiori quand ça touche l'œil lui même !! il faut consulter un médecin car ça peut dégénérer et donc cela implique d'être traité au plus vite Smiley

  Avoir très mal et un bel œdème n'est pas une situation allergique, mais une réaction qui peut être plus ou moins forte suivant les personnes.

  Avoir des troubles de la vision, des vertiges, difficultés respiratoires et toutes réactions anormales en dehors de la douleur et de l'hématome indiquent une allergie.

Comment réduire à néant la douleur due à une piqûre de frelon ?
  Rien de plus simple, la douleur est due au venin injecté. L'action du venin se contre tout simplement avec de la chaleur. Vous pouvez appliquer de la chaleur avec de l'eau très chaude en faisant une compresse. Le sèche cheveux ou le décapeur à peinture sont aussi très efficaces. Utiliser le spray "Anti-pique"  de Puressentiel (11HE)

Conduite à tenir en présence de frelons ou autre insecte "piqueur"  Roll Eyes

En présence d'un ou deux individus :
 La meilleure des choses est de les ignorer en leur laissant le terrain. Si on les laisse tranquilles, sans être agressif, les frelons, qui n'aiment pas les histoires, passeront leur chemin. Au contraire si vous les attaquez, ils deviendront redoutables !

En présence d'un essaim en vol :
 Laisser passer la horde en se mettant dans un abri le plus hermétique possible. Bien sûr, penser à fermer portes et fenêtres ainsi que les trappes de cheminée.

Que faire en cas de piqûre ?

Reconnaître la piqûre
 Un enfant, s'il est piqué, ne saura pas identifier son agresseur. Il peut être utile que vous soyez capable de le faire. Il s'agit d'une "piqûre" c'est-à-dire qu'il y a un seul impact provoqué par le dard. Si l'on avait à faire à une araignée, il y aurait deux impacts provoqués par les deux crochets à venin et on parlerait alors de "morsure".

Le dard ne reste pas à l'endroit de la piqûre :
 Les frelons ne perdent pas leurs dards lorsqu'ils piquent, tout comme les guêpes et contrairement aux abeilles (Une abeille lorsqu'elle pique laisse son dard et signe ainsi son travail). De ce fait une abeille ne peut piquer qu'une seule fois puis meurt après la piqûre à cause de la perte de son dard et de sa poche à venin. Les frelons eux peuvent piquer efficacement plusieurs fois, à condition toutefois que la poche à venin ait eu le temps de se remplir.
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #5 le: 15 Janvier 2009, 18:43:18 »

tout dabord il faut avoir la seringue anti-venin dans son vehicule personnel ou si vous ne l'avez pas , allez au médecin traitant
Journalisée
J.R.
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1809



« Répondre #6 le: 15 Janvier 2009, 21:38:49 »

tout dabord il faut avoir la seringue anti-venin dans son vehicule personnel ou si vous ne l'avez pas , allez au médecin traitant

Ca ne doit pas être à l'ADPC de Rouen qu'on apprend çà !  Roll Eyes
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #7 le: 15 Janvier 2009, 21:46:56 »

non  pas l'ADPC je l'ai appris mais c'est un Ambulancier qui me l'appris
Journalisée
J.R.
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1809



« Répondre #8 le: 15 Janvier 2009, 22:00:08 »

Et bien si tu es à l'ADPC, ressort ton manuel PSE1-PSE2, tu verras que tout n'est pas toujours vrai dans ce qu'on entend.
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #9 le: 15 Janvier 2009, 22:27:56 »

oki mais aussi j'ai sorti ma mere de cette souffrance
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #10 le: 16 Janvier 2009, 00:40:28 »

L'aspi venin n'aspire que très peu de venin, faire un suçon expose l'intervenant à une contamination, enfin la consultation chez un médecin traitant ne serait pas assez rapide pour agir dans l'urgence.

Une seule solution, appeler le 15 ou un centre anti-poison selon l'urgence.
Journalisée
J.R.
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1809



« Répondre #11 le: 16 Janvier 2009, 00:48:47 »



Citation de: RNC PSE2
3.4.2 Piqûre d’insecte
Rarement dangereuses, les piqûres d’insectes sont souvent désagréables ou douloureuses. Leur risque est lié à la multiplicité, la localisation (piqûres dans la bouche ou la gorge) ou la réaction allergique qu’elles peuvent entraîner chez certains sujets.

• Retirer le dard qui a permis à l’insecte d’injecter le venin, s’il est présent, en utilisant une pince à écharde sans écraser la poche à venin.
• Limiter la douleur et le gonflement en appliquant du froid (glace).
• Demander à la victime de consulter un médecin si la douleur ou le gonflement persiste ou si la rougeur s’étend.

Si la piqûre siège dans la bouche ou la gorge :
• Demander à la victime de sucer de la glace ;
• Demander un avis médical immédiat.
Dans le cas particulier où une victime est allergique au venin d’hyménoptères, l’équipier secouriste pourra l’aider, si nécessaire, à s’injecter son traitement antiallergique (kit d’urgence).
Appeler le SAMU – centre 15.


3.4.4 Morsure de serpent
Les serpents sont habituellement peu dangereux dans notre pays, sauf s’il s’agit de certaines catégories de serpents exotiques importés ou vivant naturellement dans les DOM/TOM.
La morsure de serpent est reconnaissable, localement, par une ou deux plaies punctiformes distantes de quelques millimètres.

• Allonger la victime, lui demander de rester calme, la rassurer.
• Réaliser un pansement compressif sur la morsure (cf. RNC PSE 1) pour limiter la diffusion du venin. Vérifier que le pansement n’interrompt pas totalement la circulation du membre, vous devez pouvoir glisser un doigt dessous.
• Immobiliser le membre atteint à l’aide d’une attelle (cf. partie sur les immobilisations). La compression et l’immobilisation concomitante de la zone atteinte limitent la diffusion du
venin.
• Demander un avis médical.

NB : Toutes techniques d’aspiration, qu’elles soient buccales ou à l’aide d’appareil, sont formellement interdites car elles favorisent la diffusion du venin.

Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #12 le: 16 Janvier 2009, 00:50:42 »

Merci de ce rappel J.R. ^^
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #13 le: 16 Janvier 2009, 01:23:31 »

La seringue anti-venin est vendu par votre pharmacien et ma mere elle a perdu la vue avec cette insecte .
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #14 le: 16 Janvier 2009, 01:26:08 »

La seringue anti-venin est interdite dans la procédure de secours pour les secouristes, c'est clairement marqué dans le texte de loi sur le PSE 2 que vient de nous faire partager notre ami.
Si tu n'as pas été formé PSE 2 tu n'es pas sensé connaître cette procédure qui est néanmoins bien plus efficace pour la victime.
Quant à la perte de la vue de ta mère nous ne sommes pas médecins et nous ne sommes donc pas habilités à émettre un diagnostic mais seulement des hypothèses, tout comme toi.
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #15 le: 16 Janvier 2009, 01:28:58 »

Alors pourquoi que ma excollegue la femme du directeur de la croix rouge avait dans le véhicule la seringue anti-venin pour soigner une personne qui avait eu un morsure de vipère ?
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #16 le: 16 Janvier 2009, 01:31:21 »

Je ne suis pas à la place de la femme de ton directeur croix-rouge captain76, soit à l'époque des faits le nouveau RNC PSE 2 n'était pas sorti soit elle n'en a pas tenu compte je n'en sais rien, toujours est-il qu'il a des procédures qui sont édictées par des référentiels et que si celles-ci ne sont pas respectées le secouriste peut tomber sous le coup de la loi.
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #17 le: 16 Janvier 2009, 01:50:39 »

oui cest vrai un seul controle  comme dans mon véhicule j'ai ma valise de secours mais je n'ai pas la seringue anti venin surtout pas çà si une enfant ou un adulte  se fait piquer bah j'appelle tout de suite le 15
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #18 le: 16 Janvier 2009, 01:54:20 »

Oui enfin n'appelles pas le 15 si quelqu'un vient de se faire piquer par une guêpe ou un moustique parce que tu vas les déranger pour rien, suit simplement le référentiel si tu es formé PSE 2 ou si tu es PSC-1 et bien dans ce cas oui appelle le 15 et demande un avis médical si tu constates des difficultés ou gênes particulières, ou appelle ton médecin traitant pour demander conseil à la rigueur s'il n'y a rien de spécial mais que tu préfères être rassuré...
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #19 le: 16 Janvier 2009, 02:08:29 »

je suis encore PSC-1 mais pour bientot je ferais le PSE1 et PSE2 , non non tinquiete pas car çà coute très cher de déranger le samu pour rien
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #20 le: 16 Janvier 2009, 02:13:34 »

Déranger le SAMU par téléphone non ça ne coûte pas très cher, le PARM va te passer un médecin "conseil" qui va te donner deux ou trois indications et voilà au revoir monsieur, ce qui coûte très cher en revanche c'est de faire déplacer un véhicule pour rien, faire déplacer une UMH par exemple peut être facturé dans les 1500€... sans compter d'éventuelles poursuites pour abus d'un numéro d'urgence, harcèlement téléphonique, etc...
Journalisée
captain76
Bonne participation
**
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 96



WWW
« Répondre #21 le: 16 Janvier 2009, 02:18:14 »

Oui voila
Journalisée
J.R.
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1809



« Répondre #22 le: 16 Janvier 2009, 11:16:35 »

Comptez en moyenne 400€ la demi heure pour un SMUR terrestre et 35€ par tranche de deux minutes pour un SMUR aérien (fonction des pilotes, hélico....).

Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #23 le: 16 Janvier 2009, 13:38:26 »

Voilà c'est dans ces prix ^^ Merci pour la précision Wink
Journalisée
Actarus555
Invité
« Répondre #24 le: 17 Janvier 2009, 00:11:42 »

Bonsoir,

Il est à noter que le terme "seringue anti-venin" ne veut rien dire.
Il existe, à ma connaissance, deux types de dispositifs :

- Le fameux "Aspi-venin" qui se présente sous la forme d'une seringue avec différentes buses plastiques à mettre au bout et qui permet, selon le fabriquant, d'aspirer le venin.
---> Efficacité prouvée .... par le fabriquant uniquement !, dispositif en vente libre. Cet appareil est effectivement interdit d'utilisation par les équipes secouristes pour les raisons déjà citées. De toute façon, l'utilisation d'un tel dispositif ne doit en aucun cas retarder la consultation d'un médecin.

- Les dispositifs de type "Ana-Help" qui sont en fait des seringues prêtes à l'emploi d'adrénaline à injecter en cas de réaction allergique (choc anaphylactique). Ce dispositif est simple à utiliser même par un personnel non médical.
---> Vital pour la victime; ne pas hésiter à l'utiliser si elle en possède un et qu'elle vous le demande (référentiels PSC et PSE : aider la victime à prendre son traitement). Si vous avez un doute ou que vous ne savez pas comment faire, demander conseil au 15.
Journalisée
J.R.
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1809



« Répondre #25 le: 17 Janvier 2009, 07:56:44 »

- Les dispositifs de type "Ana-Help" qui sont en fait des seringues prêtes à l'emploi d'adrénaline à injecter en cas de réaction allergique (choc anaphylactique). Ce dispositif est simple à utiliser même par un personnel non médical.
---> Vital pour la victime; ne pas hésiter à l'utiliser si elle en possède un et qu'elle vous le demande (référentiels PSC et PSE : aider la victime à prendre son traitement). Si vous avez un doute ou que vous ne savez pas comment faire, demander conseil au 15.

Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui en avait, même des allergiques aux hyménoptères (je le suis moi même), mais mon allergo m'en a pourtant parlé plusieurs fois.

Ca me fait penser au Glucagon que les DID pourraient avoir et là aussi, je ne connais personne qui en a sur lui en permanence.
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #26 le: 17 Janvier 2009, 12:13:48 »

---> Vital pour la victime; ne pas hésiter à l'utiliser si elle en possède un et qu'elle vous le demande (référentiels PSC et PSE : aider la victime à prendre son traitement). Si vous avez un doute ou que vous ne savez pas comment faire, demander conseil au 15.
   
Attention je ne suis pas sûr que ça rentre dans le cadre de la prise de traitement spontanée étant donné qu'un traitement est sensé être un acte chronique.

J.R. là en revanche j'ai plusieurs amis DID et ils en ont effectivement sur eux en permanence, au moins une, d'ailleurs j'ai dû en faire une à un DID alors que j'étais en vacances et je ne sais pas ce qu'il se serait passé s'il ne l'avait pas eu, au fin fond de Foz do Iguaçu au Brésil... ^^

Journalisée
J.A.
Très bonne participation
***
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 189



« Répondre #27 le: 17 Janvier 2009, 12:36:07 »

Bonjour,
Kit effectivement ce n'est pas l'aide a la prise de medicament definis dans la partie des malaises mais plutot l'aide défini dans la partie 4 "Les atteintes liés aux circonstances" PSE 2
et chapitre 3.4.2 page CII 4-3 qui défini en ce sens l'action de l'equipier secouriste:
Citation
dans le cas particulier, ou une victime est allergique au venin d'hymenoptere, l'equipier secouriste pourra l'aider, si necessaire, à s'injecter son traitement anti-allergique (kit d'urgence

Aprés pour ne pas créer de confusion avec le sujet initial le taon n'est pas un hymenoptere.

Journalisée
Actarus555
Invité
« Répondre #28 le: 17 Janvier 2009, 18:07:46 »

Attention je ne suis pas sûr que ça rentre dans le cadre de la prise de traitement spontanée étant donné qu'un traitement est sensé être un acte chronique.

Dans le cadre d'un malaise, le "traitement" auquel il est fait référence n'est pas une prise de médicament chronique mais un traitement de crise comme la ventoline (dans le cadre d'une crise d'asthme) ou encore l'ana-help justement.
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #29 le: 17 Janvier 2009, 18:55:56 »

cf. le message de J.A 71 Grin lol
Journalisée
Actarus555
Invité
« Répondre #30 le: 17 Janvier 2009, 23:13:30 »

cf. le message de J.A 71

Effectivement, je n'avais pas vu son message avant de poster Wink
J.A.71 à bien tout résumé Smiley
A noter pour finir sur le sujet qu'une réaction allergique peut se déclencher n'importe quand et ce même si l'on a déjà été piqué avant sans réaction visible. Et, dans l'absolu, on peut déclencher une réaction allergique avec n'importe quelle substance (pas que les hyménoptères).

Mais la on dérive, j'arrête de déborder du sujet, de plus, encore une fois la référence pour nous secouristes reste les référentiels nationaux PSE1 et PSE2.
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #31 le: 17 Janvier 2009, 23:15:51 »

Effectivement c'est la seule bible à laquelle on doit se référer, en dehors du sacro-saint médecin bien évidement ^^
Journalisée
Axel
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1009


« Répondre #32 le: 19 Février 2009, 22:40:34 »

Déranger le SAMU par téléphone non ça ne coûte pas très cher, le PARM va te passer un médecin "conseil" qui va te donner deux ou trois indications et voilà au revoir monsieur, ce qui coûte très cher en revanche c'est de faire déplacer un véhicule pour rien, faire déplacer une UMH par exemple peut être facturé dans les 1500€... sans compter d'éventuelles poursuites pour abus d'un numéro d'urgence, harcèlement téléphonique, etc...

Si le gars commence à me faire je ne sais quelle réaction à la piqûre (choc anaphylactique ou autres allergies) j'appelle tout de suite les secours, ça me reviendra sûrement moins chère qu'un enterrement.

Alors pourquoi que ma excollegue la femme du directeur de la croix rouge avait dans le véhicule la seringue anti-venin pour soigner une personne qui avait eu un morsure de vipère ?

A quoi cela sert d'avoir un aspi-venin contre les vipères?Huh Une fois que la personne est piqué, le venin se diffuse dans le corps, ce que tu arriveras à aspirer sera à peine 1/100 du poison, autant faire un garot pour éviter que le venin se diffuse dans le corps ou je ne sais qu'elle autre technique et appeler les secours.

Enfin cela est mon avis et je ne connais pas vos bouquins qui disent quoi faire
Journalisée
rpaquet
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3


« Répondre #33 le: 05 Juillet 2009, 10:11:08 »

Bonjour,
Hier après-midi, j'ai été piqué (ou mordu?) par un taon.
S'en est suivi un gonflement du genou et la zone était très chaude (elle est toujours chaude ce matin d'ailleurs).
J'ai passé la soirée avec un gros mal de tête.

J'aimerais savoir si d'après-vous, le mal de tête et la piqure peuvent être liés?

J'ai pris l'habitude d'aller marcher dans les bois plus ou moins 10kms 3x/semaine. J'aimerais autant être prévenu à l'avance si cela pouvait se reproduire!!!

Merci d'avance,
Renaud.

PS : pour info, j'ai une polyarthrite psoriasique. J'ignore si cela peut jouer dans ce cas?
Journalisée
neutron - crf
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1177



« Répondre #34 le: 05 Juillet 2009, 16:26:51 »

Bonjours rpaquet,

Tu es surement allergique aux piqures de taon, il faudrait aller voir un allergologue.

Sinon, un minimum de prevention peut minimiser les risques, éviter les zones humides, mettre du repulsif a taon ... (se couvrir est inutile car meme au traver du maillot, les taons piquent quand meme !

Si la piqure arrive, il faut appliquer une pommade a base de corticoîdes genre APAYSIL.

Imagine a la ferme, on est envahie de ces sal*pries, je me fait piquer tres regulierement, sa va c'est juste douloureux, pas de gonflement, mon bleu de travail sent le repulsif a insect a 500 metres Grin
Journalisée
rpaquet
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3


« Répondre #35 le: 05 Juillet 2009, 18:21:45 »

Merci pour ta réponse.
Allergique, je le suis certainement. Ce n'était pas ma première piqure. A chaque fois, ça gonfle et c''est très désagréable.
J'ignore si cela peut-être héréditaire mais mon père, lui c'est impressionnant. La dernière fois qu'il s'est fait piqué, son bras avait doublé de volume.
Journalisée
neutron - crf
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1177



« Répondre #36 le: 05 Juillet 2009, 18:39:21 »

Souvent, quand on y pense pas, la démangesons passe.
L'APAYSIL est assez efficasse sur les piqures de taon.
Je me suis fait piquer a la main cette apres midi, j'ai une 6eme bosse d'articulation metacarpophalangienne Grin
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #37 le: 05 Juillet 2009, 22:20:56 »

Pour ce qui est de la polyarthrite psoriasique je ne pense pas que ça joue, c'est une simple réaction inflammatoire, rougeur, douleur, gonflement, la piqûre de taon entraîne souvent de vives douleurs d'ailleurs...

Pour la prophylaxie je pense que neutron02 a assez bien résumé grosso modo Wink
Journalisée
rpaquet
Nouveau membre
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 3


« Répondre #38 le: 06 Juillet 2009, 09:14:50 »

Ok, merci.
Je parlais de la polyarthrite étant donné que c'est déjà un état inflammatoire et que peut-être cette sale bête en rajouterait une couche.
Journalisée
Jeano 11
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4615



« Répondre #39 le: 06 Juillet 2009, 11:57:34 »

Je rajoute ces liens

http://www.santeguerir.fr/contenu.php?id_guerir=1232

http://www.vulgaris-medical.com/urgences/insecte-piqure-d-85.html

La gravité dépend essentiellement :
du nombre de piqûres :
le risque majeur est une envenimation, c’est-à-dire un état de choc avec convulsions et perte de conscience.
Elle risque de survenir :
à moins de 10 piqûres chez le jeune enfant ou le vieillard
entre 30 et 50 piqûres chez l’adulte en bonne santé non allergique
à partir de 100 piqûres, le risque est presque toujours mortel !
de la sensibilité individuelle de la victime :
chez une personne allergique, une seule piqûre peut suffire pour provoquer un choc anaphylactique (effondrement de la tension artérielle, œdème de Quincke, …).

Si la victime est allergique :

l’allonger - la rassurer
en cas de signes d’état de choc (sueurs, anxiété, respiration haletante, extrémités froides, …) ALERTER LES SECOURS (SAMU, POMPIERS)
en l’absence de signes d’état de choc, consulter un médecin rapidement
si la victime possède un médicament d’urgence, le lui administrer.

En cas d’envenimation massive :

allonger la victime
ALERTER LES SECOURS (SAMU, POMPIERS)
se tenir prêt à pratiquer un bouche-à-bouche et un massage cardiaque externe
En cas de réaction locale (douleur, gonflement, rougeur) :

enlever le dard avec une pince à épiler (attention de ne pas presser la glande de venin qui se trouve en bout du dard car vous finirez l'injection du venin)
approcher une source de chaleur (allume-cigare, séche-cheveux, cigarette, …) afin de neutraliser le venin. Attention de ne pas brûler la peau.
désinfecter la blessure
appliquer une pommade antihistaminique ou un spray à la cortisone
surveiller la victime afin de déceler les signes éventuels d’un état de choc
une application de froid permettra ultérieurement de diminuer le gonflement et la douleur.

PRÉVENTION :
Ne jamais laisser de fruits mûrs sur une table
Boucher les bouteilles de sirop et de jus de fruits
Éviter les parfums, déodorants, après-rasage, … dont le parfum attire les abeilles et les guêpes

Une efficacité controversée

L'efficacité de l'invention d'André Emerit dans les années 70 est sujet à discussion. Même si l'entreprise qui commercialise l'Aspi-Venin dit avoir réaliser des tests complets de son appareil, le corps médical n'est pas convaincu pour autant. Ainsi, selon le bulletin de la société de toxicologie clinique du CHU de Rouen daté de 2000, l'aspi-venin et autres pompes à venin sont sans intérêt en France.

Selon les randonneurs qui l'ont utilisé, l'aspi-venin est efficace contre les piqûres d'insectes. Contre les morsures de serpents, les avis sont plus rares et beaucoup plus nuancés. Sachant qu'en France les secours ne sont jamais loin d'un randonneur, l'utilité d'un Aspi-venin est limité. Le simple fait d'éviter les mouvements brusques en attendant les secours suffit à limiter la propagation du venin dans le corps.

Par contre, dans les pays plus « exotiques », l'Aspi-venin peut être un outil rassurant et efficace en cas de morsures ou de piqûres.

Chez un certain nombre d’espèces, (mais lesquelles  Tongue ) le venin est thermolabile, c’est-à-dire qu’il est détruit à la chaleur (50 à 60 °C). En chauffant la région atteinte on peut contribuer à désactiver le venin et à diminuer la douleur.
Journalisée
Axel
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1009


« Répondre #40 le: 07 Juillet 2009, 12:27:35 »

Moi je pense que nous n'avons pas la formation pour répondre via ce forum!
Pour ma part, va voir un doc, montre lui ce que tu as et lui saura quoi faire.
Pour le gonflement il s'agit de la réaction inflammatoire et le mal de tête le docteur trouvera surement le lien
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #41 le: 07 Juillet 2009, 12:38:18 »

Voilà qui est bien rapidement dit mais effectivement le mieux à faire reste le médecin, et si tu n'as pas envie de débourser tu peux toujours te référer à Jeano 11 qui t'as énnoncé une pratique officielle Wink
Journalisée
neutron - crf
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1177



« Répondre #42 le: 07 Juillet 2009, 18:32:23 »

Mais le protocole de Jeano est valable pour les guepes et abeiles mais je sais pas si sa fonctionne sur les taon, mettre pres d'une source de chaleur, je l'ai fait cette aprem, sa n'a rien donné.
Journalisée
Jeano 11
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4615



« Répondre #43 le: 07 Juillet 2009, 18:57:32 »

Adrien, la chaleur inibe le venin sauf pour celui des serpents, c'est prouvé.

http://www.chu-rouen.fr/cap/dossier11.html

extrait : TRAITEMENT

mesures générales
Identification, si possible, de l‘insecte piqueur.
Ablation des dards des abeilles : elle doit être rapide, car les sacs à venins se vident en une minute. Utiliser le bord d’une carte de crédit. parce qu'avec la pince vous injectez le venin en pressant sur la glande.
Application d’une source de chaleur puis de froid (cigarette incandescente, dispositif Tetrapik®)
Utilisation de l’Aspi-Venin® préconisée, mais non validée.
Désinfection locale
Vérification de la prophylaxie antitétanique.
Journalisée
neutron - crf
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1177



« Répondre #44 le: 07 Juillet 2009, 19:03:19 »

Okok, je te crois sur parole Jeano, aujourd'hui piqure de taon, j'ai mis l'alume cigard dessus mais mon bras etait quand meme douloureux et legerement gonflé. ( et oui l'alume cigard avait été chauffé, je ne suis pas blond Grin )

Mais c'est vrai que j'avais deja entendu a de nombreuses reprises que la chaleur etait efficasse sur les piqures.
Journalisée
Jeano 11
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4615



« Répondre #45 le: 07 Juillet 2009, 19:07:12 »

Adrien c'est surement difficile à faire sans se bruler - je recherche le dispositif Tetrapik® qui chauffe (Application d’une source de chaleur puis de froid).
Journalisée
neutron - crf
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1177



« Répondre #46 le: 07 Juillet 2009, 19:12:06 »

oui mais je prefere me gratter une heure que de laisser des plumes sur l'alume cigard, je pense que c'est necessaire pour les personnes alergique mais pas pour moi.
Journalisée
neutron - crf
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1177



« Répondre #47 le: 26 Juillet 2009, 00:58:48 »

Hier, dans la salle d'attente de l'hopital, ennuie total, je decide donc de prendre un des livres mis a disposition. Je suis tombe sur un article parlant des divers usage que pouvait avoir le lait.

D'apres le magazine "nousdeux" une dose d'eau additionnée a 2 doses de régilait donne une pate efficasse contre les piqures de taon.

Quelqu'un en a deja entendu parler ?

Enfin bon, rien ne vaut l'apaisyl !
Journalisée
Jeano 11
Administrateur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4615



« Répondre #48 le: 04 Mai 2010, 14:44:03 »

Extrait du site :  h*tp://www.doctissimo.fr/html/sante/mauxquot/piqures-insectes.htm

Piqûres d'insectes ou de plantes : les bons réflexes

Comme nous, les insectes aiment l’été… et passent à l’attaque lors des repas, des siestes ou la nuit, des moments où l’on n'aspire qu’à la paix.
Pour que ni leurs bzzz ni leurs piqûres ne gâchent vos vacances, misez sur la prévention et soignez votre trousse de secours.

Si la majorité des piqûres d’insectes sont bénignes, certaines peuvent provoquer des réactions plus ou moins fortes. Les personnes allergiques doivent être particulièrement vigilantes, il faut également savoir réagir vite lorsque les piqûres sont nombreuses ou qu’elles se situent au niveau de la gorge.
En cas d’oedèmes, de troubles respiratoires ou de fièvre, une seule attitude : direction les urgences. Mais fort heureusement, ces accidents sont rares et pour la plupart d’entre nous, quelques précautions suffisent à mieux supporter ces ennemis de l’été.
Attention moustiques !

Piqûre d'insectes :
Les moustiques ont le mauvais goût de se réveiller aux heures où le soleil se couche, pile au moment où l’on a envie de rester dehors. Pour qu’ils ne compromettent pas vos dîners en terrasse, prévoyez des bougies à la citronnelle ou au basilic, des plantes aromatiques qui les maintiennent à bonne distance.

Pour évitez les piqûres, n’hésitez pas non plus à vous badigeonner de lotion répulsive et prévoyez des tenues adaptées : pantalon resserré au niveau des chevilles, T-shirt ou chemise manches longues. Côté matière, oubliez les mousselines et autres voiles de coton, que ces insectes transpercent sans aucune difficulté. Si vous êtes dans un pays où sévit le paludisme, redoubler de vigilance et, en plus de votre traitement anti-paludéen, prévoyez une protection maximale. S’il n’y a pas de moustiquaires aux fenêtres et aux portes, laissez-les closes dès le coucher du soleil et installez une moustiquaire autour du lit. En France ou en Europe, où les moustiques sont moins méchants mais tout aussi irritants et agaçants n’allumez pas la lumière à l’intérieur de la maison si les fenêtres sont ouvertes. En cas de piqûre, une crème apaisante anti-inflammatoire calmera l’irritation, atténuera la démangeaison et évitera de se gratter toute la nuit.

Abeilles, guêpes, aoûtats…et orties

Les abeilles et les guêpes, qui butinent les fleurs et les fruits, apprécient particulièrement les tables d’été, les pique-niques et les goûters en plein air. Néanmoins, elles ne piquent pas par méchanceté mais par attirance. Les parfums, qui contiennent des notes de fleurs et de plantes, tout comme les confitures, compotes, et autres sucreries les excitent particulièrement. Par contre ces aliments n’attirent pas les frelons, qui se nourrissent exclusivement d’insectes.

Le taon quant à lui est un insecte suceur. On le trouve non loin des grands animaux (chevaux, vaches…) qu'il pique abondamment, des cours d'eau et aussi des piscines découvertes en été.

En cas de piqûre, il faut retirer le dard à l’aide d’une pince à épiler, désinfectée avec un peu d’alcool et apaiser la douleur avec de la glace ou de l’eau fraîche et appliquer une crème anti-inflammatoire et antiprurigineuse, c’est-à-dire calmante.

Toujours du côté des insectes, on devra se méfier des tiques qui peuvent provoquer de fortes fièvres, accompagnées de courbatures. Comme les aoûtats, les tiques affectionnent les buissons, les arbustes et les  herbes. Pour se protéger mieux vaut se couvrir le bas des jambes... En cas de piqûre, il faut retirer la tique entièrement, désinfecter la blessure et aller voir un médecin en cas de fièvre. Très irritants, les aoûtats provoquent des plaques rouges qui se nichent dans les plis des membres, aine, genoux coudes etc. Pour calmer l’irritation, appliquez une crème à base de corticoïde et prenez des anti-histaminiques pendant quelques jours.

Mais les insectes ne sont pas nos seuls ennemis, et les balades en short sont là pour nous rappeler que certaines plantes, comme l’ortie, ont également un fort pouvoir urticant… Si les adultes supportent le plus souvent les sensations de brûlures et les démangeaisons que provoquent la plupart des plantes, il est important de calmer l’irritation chez l’enfant. Non seulement, chez lui la douleur peut être plus violemment ressentie, mais l’apparition de nombreux petits boutons rouges peut l’effrayer.
Pour éviter de le dégoûter à jamais des promenades en forêt, appliquez rapidement une crème sur la zone lésée, qui supprimera la douleur et la sensation de brûlures.
Journalisée
kit055
Membre d'honneur
*****
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2230



« Répondre #49 le: 13 Mai 2010, 09:53:21 »

Merci jean pour ces infos Wink

Comme quoi il ne faut pas forcément crier au loup à tout va même si on a toujours peur pour sa responsabilité, à ce train là si je tousse je demande une UMH on ne sait jamais si j'ai telle ou telle pneumopathie ^^
Journalisée
Pages: 1 2 3 4 [Toutes] Haut de page Imprimer 
« sujet précédent | | sujet suivant »
Aller à:  


Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.19 | SMF © 2013, Simple Machines XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.59 secondes avec 20 requêtes.