Auteur Sujet: Halloween : Des clowns qui donnent la chair de poule, terroriste et armes factices !  (Lu 3482 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Une mode venue des Etats-Unis via les réseaux sociaux. >:D

Hérault : déguisés en clown, les ados sèment la terreur  :o quatorze adolescents grimés en clown et munis de pistolets, de couteaux et de battes de base-ball traînent sur le parking d'un lycée d'Agde samedi soir. Des passants, inquiets à la vue de ces clowns armés, alertent la police qui les interpelle dans la nuit de samedi à dimanche. Dans la même soirée, à Montpellier, un piéton de 35 ans reçoit trente coups de barre de fer par un homme déguisé en clown et deux complices qui veulent le dépouiller. Le trio est rapidement interpellé par la police. Pendant ce temps-là, à Palavas-les-Flots, Thézan-lès-Béziers et Cessenon-sur-Orb (également situés dans l'Hérault), trois automobilistes déposent plainte après avoir été victimes de «clowns effrayants». Au total dans le week-end, six plaintes ont été déposées dans l'Hérault, signe que la vague de «clowns agressifs» commence à déferler sur le Sud de la France, après avoir démarré il y a une dizaine de jours dans le Nord Pas de Calais. À Béthune (Nord), un jeune homme de 19 ans s'était déguisé en faux clown pour terroriser des passants en brandissant un bâton semblable à un long couteau. Sa condamnation à 6 mois de prison avec sursis avait fait grand bruit, donnant des idées à d'autres adolescents en quête de frisson. Résultat, le personnage du clown agressif en est presque devenu un phénomène de mode.
Samedi, un jeune homme interpellé à Marseillan dans l'Hérault pour avoir endommagé la voiture d'un automobiliste déguisé en clown, a lui-même reconnu lors de son audition avoir succombé à cette «mode des clowns qui attaquent» lancée sur les réseaux sociaux depuis les États-Unis. Mais le phénomène devient difficile à gérer puisqu'il englobe des jeunes friands de blagues de mauvais goûts, mais aussi de véritables malfaiteurs.
Par ailleurs, à Montpellier (Hérault), un piéton de 35 ans a reçu 30 coups de barre de fer, dans la nuit de samedi à dimanche, par un homme grimé en clown et deux complices qui voulaient le dépouiller, a-t-on appris de source policière. Le trio a été interpellé, a précisé cette source.

À Palavas-les-Flots, Thézan-lès-Béziers et Cessenon-sur-Orb, (Hérault) trois automobilistes victimes de "clowns effrayeurs" dans la nuit de samedi à dimanche ont déposé une plainte, a indiqué le groupement de gendarmerie de l'Hérault. Vendredi soir, un jeune homme grimé en "clown agressif" avait endommagé la voiture d'un automobiliste à Marseillan (Hérault) et a été interpellé samedi. Il avait confié lors de son audition avoir succombé à la mode des "clowns qui attaquent" lancée sur les réseaux sociaux depuis les États-Unis. Le jeune homme a été remis en liberté et sera convoqué par la justice à une date qui n'a pas été précisée.

Des témoins inquiets à la vue de ce groupe de clowns armés avaient alerté la police qui a procédé à leur interpellation. Quatorze adolescents habillés en clown et porteurs de pistolets, de couteaux et de battes de base-ball ont été interpellés samedi soir sur le parking d’un lycée d’Agde (Hérault), placés en garde à vue  samedi soir par la police, les jeunes, porteurs de pistolets et de couteaux, ont été libérés dimanche.

Ces clowns qui ne font plus rire  :'(

« Si je croise un clown, je fais le 17 », recommande la police, après plusieurs agressions impliquant des jeunes déguisés en clown.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Pourquoi cette épidémie de « clowns agressifs » ? Une réponse a été donnée par l’un d’eux, interpellé après avoir endommagé une voiture à Marseillan, également dans l’Hérault : il a confié avoir succombé à une mode lancée sur les réseaux sociaux depuis les États-Unis. Le phénomène a débouché sur une première condamnation, lundi dernier à Béthune (Pas-de-Calais) : six mois de prison avec sursis pour un jeune de 19 ans qui avait poursuivi un groupe d’adolescents en brandissant un bâton ressemblant à un long couteau.

La police prend le phénomène au sérieux. D’autant que ces « clowns » suscitent des représailles : à Mulhouse, cinq jeunes qui affirmaient être partis avec des armes à la recherche de faux clowns agressifs ont été interpellés mercredi soir. « Si je croise un clown, je fais le 17 » , a donc recommandé vendredi la direction générale de la police nationale (DGPN). Sur son compte Twitter, elle expliquait vendredi que, « depuis la mi-octobre, une rumeur inspirée de vidéos sur internet […] inquiète la population sur la présence de clowns menaçants et agressifs en France ».

C’est « symptomatique de l’impact d’internet » , poursuivait la DGPN, ajoutant que le phénomène « ne repose sur aucun fait établi d’agression physique » , et que « seules quelques apparitions de personnes déguisées en clowns » et « s’amusant à effrayer les passants » ont été recensées. Mais les événements du week-end montrent que « l’amusement » pourrait vite tourner au drame.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Cinq personnes se prétendant être des « chasseurs de clowns » ont été arrêtées à Mulhouse au centre-ville. Ce sont les caméras de vidéoprotection de la Ville qui ont filmé, vers 22h15, un groupe d’une vingtaine d’excités qui couraient dans tous les sens. Des policiers ont d’abord mis la main sur deux jeunes (âgés de 16 et 17 ans).
Ils étaient armés d’une bombe lacrymogène, d’un poing américain et d’une matraque. Un peu plus loin, les policiers ont arrêté un jeune de 17 ans, qui était en possession de deux couteaux repliables. Tous les trois ont expliqué qu’ils faisaient partie d’un groupe de « chasseurs de clowns » et qu’ils étaient armés pour se défendre car ils avaient entendus qu’un méchant clown terrorisait les gens dans le centre-ville de Mulhouse.

Une demi-heure plus tard, quai du Forst, ce sont deux autres jeunes (15 et 19 ans) qui ont été pris avec une batte de baseball et une matraque. Ils ont déclaré que la sœur de l’un d’eux leur avait dit qu’elle avait été embêtée par un clown dans l’après-midi. Bien sûr, il n’y avait pas de clown à Mulhouse et pas une plainte n’a été enregistrée concernant une éventuelle agression par un homme grimé.

Par contre, il y a une bonne psychose chez ces jeunes nourris par Facebook.
Les trois mineurs se sont vu remettre une convocation pour le tribunal pour enfant et le majeur sera prochainement jugé lors d’une audience du plaider coupable.
S’il n’y avait pas de clowns en ville, il y avait par contre deux hommes masqués (avec un masque de martien genre Roswell et un masque de vampire) qui ont voulu faire peur à des filles qu’ils avaient rencontrées dans la journée. Ces deux jeunes, âgés de 18 ans, ont été interpellés alors qu’ils étaient dans une voiture dans laquelle les policiers ont retrouvé une matraque à impulsion électrique.

A Colmar, cinq individus qui venaient de Dambach-la-Ville et qui se prenaient aussi pour des « chasseurs de clowns » ont été interpellés mercredi en début de soirée. Ils seront aussi convoqués prochainement par la justice.
 
La justice tient à rappeler que des comportements et des faits de ce type ne sont pas anodins et que ces infractions – comme le port d’arme prohibé et, si cela arrivait, la violence ou même la dissimulation de visage sur l’espace public – peuvent aboutir à des sanctions pénales pouvant aller jusqu’à la prison.
La Direction départementale de la sécurité publique du Haut-Rhin va opérer une veille attentive sur les réseaux sociaux ces prochains jours et jusqu’à la période d’Halloween. Les policiers appellent aussi les parents à rester vigilants sur le comportement de leurs enfants s’ils n’ont pas envie d’aller les chercher au poste de police… Un jeune homme, auteur d'une agression dans l'Hérault, a été condamné hier à de la prison ferme. Carton rouge

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Entre rumeurs, mauvaises blagues et véritable psychose, cette histoire de clowns ne fait pas rire grand monde. Né dans le Nord de la France il y a quelques jours, le phénomène qui a vu apparaître de mystérieux clowns menaçants suscite l'émoi jusqu'en Alsace où les appels aux forces de l'ordre se sont multipliés ces derniers jours.
Un défi Facebook à l’origine du phénomène ?
Le phénomène pourrait trouver son orginie dans un défi Facebook du même type que l'ice bucket challenge. Le fait est qu'il s’est propagé dans le Nord de la France où, durant plusieurs jours les signalements de clowns terrifiants arpentant les rues et semant la panique aux abords des établissements scolaires se sont multipliés. Des photos - vraies ou fausses - diffusées sur les réseaux sociaux montrant des individus grimés sont venus l’amplifier au fil des jours créant au une véritable psychose.

Si bien que vendredi dernier, après une vingtaine d’appels au 17, la préfecture du Pas-de-Calais a lancé des avertissements sur les réseaux sociaux.

Dotés d’armes factices, les auteurs de ces faits «sont majoritairement signalés à la sortie des établissements scolaires, mais aussi sur la voie publique, en sortant des buissons, dans un square. Leurs cibles sont souvent des jeunes enfants ou des adolescents, mais aussi des adultes», a expliqué à l’AFP une source policière.
«Ils s’inspirent de films gore américains de troisième zone», a estimé cette source, indiquant que le phénomène, non limité au nord de la France, semble être parti d’un défi Facebook.

Le fait est que, portée par les réseaux sociaux, le phénomène s'est propagé rapidement. Selon Le courrier Picard, une vague de panique similaire a envahi le Périgord, ainsi que la Somme ces derniers jours, où deux hommes ont été arrêtés à Péronne.
Une psychose qui touche l'Alsace
La psychose a fini par débarquer en Alsace. Bien qu’aucun clown n’ait été arrêté, les signalements se sont multipliés ces derniers jours, notamment dans la région de Mulhouse et d’Altkirch.

Lundi soir, les policiers mulhousiens ont ainsi reçu un premier appel leur signalant la présence d’un individu déguisé et armé d’un couteau se promenant du côté de la rue de Pfastatt. Une patrouille s’est alors rendue sur place pour constater qu’il n’y avait personne. De leur côté, les gendarmes ont recensé une dizaine d’appel au total dans la région mulhousienne.
Page Facebook et justiciers "chasseur de clowns"
Le lendemain, une page Facebook « Information sur les clowns en Alsace » a vu le jour. Elle est désormais suivie par plus de 24 000 personnes (24 153 exactement aujourd’hui à 15h58). Entre des parodies, des soi-disant « témoignages » et des photos, on y recense de nombreux commentaires d’internautes venus des quatre coins de l’Alsace assurant avoir vu un mystérieux clown entretenant ainsi – volontairement ou non – le phénomène.

On y apprend par exemple qu’à Altkirch, les gendarmes seraient ainsi à la recherche d’une « dizaine de clowns avec arme blanche » et que « 5 voitures de policier ou gendarmes » auraient été aperçues mardi soir, place de la halle au blé, dans le centre-ville. « J’ai entendu qu’on était censés être à la recherche de clowns mais c’est complètement faux, on ne recherche aucun clown. On était dehors en raison de la manifestation des agriculteurs », démentent les gendarmes qui ont encore reçu ce mercredi soir « un appel de jeunes » leur signalant la présence d’un individu grimé près de la gare de Dannemarie. « On y est allé mais on n’a rien trouvé, aucune des personnes interrogées n’ont rien vues », confie-t-on encore du côté des gendarmes.

Mercredi soir, la psychose a pris une dimension supplémentaire lorsque plusieurs individus se sont mués en justiciers-chasseurq de clowns à Mulhouse et Colmar. Ils ont été interpellés en possession de bombe lacrymogène, poing américain et matraque.
Un faux clown condamné dans le Nord
De là à penser que des plaisantins s’amusent à surfer sur le phénomène, il y n’a qu’un pas qui a déjà été franchi dans le Nord de la France, là où tout est parti

Un jeune homme âgé de 19 ans vient en effet d’être condamné par le tribunal correctionnel de Béthune à six mois de prison avec sursis pour avoir menacé des passants déguisé en clown. Il est le premier à avoir été traduit en justice dans le Nord/Pas-de-Calais.
Des précédents en Angleterre, en Italie ou aux Etats-Unis
Des vidéos inspirées du clown tueur du roman "It" ("Ça") de Stephen King, adapté depuis au cinéma, à la caméra cachée de "clowns tueurs" de la société italienne DmPranksProductions, qui montrent un clown commettre de (faux) crimes sanglants sous le regard effrayé des passants, la nuit, dans des parkings, des stations service désertes, en passant par Twisty, le clown meurtrier de la série américaine "American Horror Story" (voir les vidéos ci-dessous), les sources d'inspirations sont nombreuses.

Le phénomène des clowns maléfiques vire à la psychose « Clowns effrayants » et « chasseurs de clowns », histoire d'une psychose  :nawak1:

Les alertes aux clowns agressifs ne font plus rire l'Intérieur. Depuis une dizaine de jours, des plaisantins déguisés en clowns effraient écoliers et passants. :futfut:

Les « anti-clowns » se mobilisent. Ce phénomène, qui commence à dégénérer et qui entretient une forme de psychose, préoccupe autorités et forces de l'ordre. Ceux-ci communiquent officiellement sur la toile et invitent à signaler tout clown agressif. :merci!:

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Il y en tout de même un de courageux et gentil !  ;)
Sept jeunes agresseurs mis en fuite par un clown !

Sept jeunes âgés de 18 à 21 ans ont été condamnés jeudi devant le tribunal correction de Toulouse à 4 et 6 mois de prison ferme pour avoir agressé gratuitement deux hommes dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre à Cugnaux.

« Comment expliquez-vous que vous soyez assez courageux pour agresser trois adultes et que vous soyez terrorisés à la vue d'un clown ? »

Le président Barrié s'est adressé jeudi aux sept jeunes entassés dans le box. Amadi, Lyamine, Anthony, Jordan, Brandon, Lucas et Bruno ont baissé la tête en entendant le récit des victimes.

Ces jeunes gens, âgés de 18 à 21 ans, ont agressé gratuitement deux hommes dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre vers 2 h 50 du matin à Cugnaux. Les victimes, deux pères de famille, sortaient d'une soirée chez des amis, accompagnés de l'épouse et de la fille de l'un d'eux.

Une quinzaine de garçons et filles confondus, s'étaient rassemblés dans un parc non loin de là pour boire de l'alcool. «On s'était tous réuni car on venait de perdre un de nos amis», a expliqué un des prévenus.

Une discussion s'est engagée entre le père de famille et l'un d'eux avant que la situation ne dégénère, sans aucune raison. «Ils ont tous couru vers moi et m'ont donné des coups. Ça a duré plusieurs minutes. J'ai eu l'impression que l'on me sautait dessus à pieds joints», a expliqué une des victimes à la barre. L'homme a été roué de coups. Son ami a subi le même sort, devant sa femme et sa fille de 5 ans, en pleurs.

Ce déchaînement de violence a cessé grâce à l'arrivée d'un homme déguisé en clown (c'était la nuit d'Halloween) qui a fait fuir les agresseurs. Sept majeurs et un mineur ont été arrêtés par les gendarmes et placés en garde à vue. «Il s'agit d'une agression gratuite, sans motif», a souligné le procureur.

Aucun des prévenus n'a donné d'explications. Tous regrettent l'effet de groupe qui les a animés et aucun ne sait pourquoi ils ont pris part à la bagarre. Ils ont défilé à la barre un par un pour s'excuser auprès des victimes. «Des excuses trop faciles», selon le président.

Le procureur Vetu a voulu «envoyer un message fort» et a requis des peines de prison ferme allant de 5 à 8 mois. Ces jeunes n'ont, pour la plupart, pas de casier judiciaire. Ces réquisitions ont surpris les avocats de la défense. «Je m'étonne de la sévérité des réquisitions du parquet. Ce sont encore des enfants !» souligne Me Ferdinand Djammen Nzepa.

Jordan et Anthony, deux frères les plus âgés de la bande, ont été les plus sévèrement condamnés : 6 mois de prison et incarcération immédiate. Brandon, Bruno, Lucas, Lyamine et Amadi ont tous été condamnés à 4 mois de prison mais n'ont pas été incarcérés. À l'annonce du verdict, les jeunes prévenus, inconsolables et en pleurs, se sont tous pris dans les bras.

Justine Marty La Dépêche du midi

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Halloween 2015 : les « clowns agressifs » reprennent-ils du service ?  >:(
Le Parisien.fr rapporte que le phénomène des « clowns agressifs », apparu l'an passé, semble revenir sur le devant de la scène à l'approche d'Halloween.
Plusieurs pages Facebook sont récemment apparues ; l'une d'elle menaçant les habitants de Cambrai. Le Parisien.fr souligne que, face à la reprise de cette rumeur, les gendarmes du Calvados ont mis en ligne un message de prévention à destination de la population et rappelé aux adeptes de ces « clowns agressifs » que « la menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes est punie par la loi ».
Citer
Gendarmerie du Calvados le 16 octobre 2015·
[ Retour du phénomène des clowns ]
Nous avons remarqué la multiplication des pages Facebook relatives au phénomène des clowns. Cela avait déjà été observé en 2014 à l'approche de la fête « Halloween ».
Nous rappelons que la menace de commettre un crime ou un délit contre les personnes, dont la tentative est punissable, est punie de six mois d'emprisonnement et de 7 500 euros d'amende lorsqu'elle est, soit réitérée, soit matérialisée par un écrit, une image ou tout autre objet.
L'année dernière, des individus ont été condamnés pour ces faits !
Pas d’inquiétude à avoir, le phénomène est surveillé.

Une mise en garde « pas si superflue », estime Le Parisien.fr, qui rappelle
qu'en 2014 certaines de ses « blagues » avaient mené à des débordements.
Faits divers : Quatorze adolescents habillés en clown et porteurs de pistolets, de couteaux et de barres ont été brièvement interpellés samedi soir sur le parking d'un lycée d'Agde, dans l'Hérault, la police ayant été appelée par des témoins inquiets. Au même moment, à Montpellier, un piéton de 35 ans a reçu 30 coups de barre de fer par un homme également grimé en clown.
Des clowns qui attaquent, une mode apparemment lancée sur les réseaux sociaux. la mode des "clowns qui attaquent" lancée sur les réseaux sociaux.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Halloween : il se déguise en terroriste et finit au poste de police  8)
En période d’état d’urgence c’était le genre de déguisement qu’il fallait surtout éviter pour fêter Halloween.
Un jeune toulousain a été arrêté par la police. Pourquoi ? Car il s'était déguisé en terroriste pour fêter Halloween dans les rues de la ville.

Il fallait s’y attendre. Un homme de 26 ans qui fêtait Halloween s’est fait arrêter car il était déguisé en… terroriste. En effet, dans la nuit de lundi à mardi, un jeune toulousain de 26 ans se promenait dans la ville armé d’un fusil factice et d’un déguisement de terroriste. L’homme a rapidement été interpellé par la police dans le centre-ville de la ville rose.

Ce sont plusieurs fêtards, inquiets de voir roder l’homme, qui ont donné l’alerte en le croisant sans la rue Pargaminières. Vêtu d’un uniforme kaki et noir, il brandissait une réplique d’un fusil d’assaut. Des témoins de la scène affirme même à la Dépêche que le jeune homme aurait scandé « Allah akbar ! », lorsqu’il croisait des piétons. Bien sûr, en pleine état d’urgence, ce genre de blague passe mal.
Un déguisement de terroriste pour Halloween qui ne passe pas

Mais sa blague s’est retournée contre lui. En effet, une patrouille de police s’est rapidement rendue sur les lieux. Elle a tout de suite interpellé le jeune homme. Celui-ci n’aurait pas mesuré l’importance d’un tel acte selon les informations de la Dépêche. Son arrestation s’est déroulée rapidement et l’homme a prouvé qu’il ne s’agissait que d’un déguisement après que son fusil ne soit brisé sur le sol.

L’homme a été rapidement placé en garde à vue au commissariat central. L’homme n’est pas un inconnu. Il était déjà connu des services de police. Lors de son interrogatoire, il aurait déclaré qu’il « ne comprenait pas ce qu’on lui reprochait ». Il aurait ensuite ajouté qu’il n’avait « aucune mauvaise intention ». Il a ensuite tenté de justifier son acte en ajoutant qu’« à Halloween, on a le droit de tout faire ».
Au tribunal pour apologie du terrorisme

Mardi soir, l’homme se trouvait encore sous la surveillance de la police au commissariat. Il pourrait être jugé pour « menaces avec arme et apologie du terrorisme » selon la Dépêche. C’est en tout cas ce que laisse imaginer le prolongement de sa garde à vue. Le parquet ayant décidé de mener différentes vérifications avant de le relâcher.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Pensant assister à un vrai braquage, en plein coeur d'Orléans, dans le Loiret, trois gendarmes ont mis en joue les protagonistes d'un court-métrage dont le tournage n'avait pas été officiellement annoncé.  8)
Il faut dire que le coup était plus vrai que nature.  :P :-[ :-\
Alertés par des passants ayant aperçu un homme, pistolet à la main et casque de moto sur la tête, pénétrer dans un bar lounge dans une rue menant au palais de justice, les militaires se sont rendus sur place et ont mis en joue les protagonistes.

"On a eu une grosse frayeur"  :-[

Les gendarmes nous ont dit : "À terre, jetez tout ce que vous avez et levez les mains, posez les sur la tête ! ", raconte Nixon Singa, étudiant en deuxième année au centre dramatique national et réalisateur du court-métrage.
"On s'est tous mis à plat ventre et on leur a expliqué que l'on tournait un film, un court-métrage et que l'arme était factice. Au bout de trente secondes, ils ont compris", a expliqué l'étudiant.

Toujours est-il que les aspirants comédiens ont eu le temps d'avoir peur :
"On a eu une grosse frayeur... Mais après, on a tous bien rigolé !", raconte le jeune homme de 20 ans.  :P
Quelques frissons liés à un petit manque d'organisation.
"Tout était déclaré mais c'est vrai que, pour ce bout du tournage, dans la rue, on n'a pas prévenu" les autorités, a-t-il reconnu.

Faux uniformes, vrais risques…  >:( :-[

Halloween est terminé, il est temps de ranger les costumes et autres déguisements…  :)
Mais ce jeune homme ne l’a visiblement pas compris ! Il déambulait dans les rues de Saint-Brieuc en tenue de gendarme et de sapeur-pompier… De quoi engendrer une confusion gênante !
Il n'hésite pas non plus à se mettre en scène sur les réseaux sociaux, s'exhibant notamment avec des armes factices.
Une fois son petit manège mis à jour, ce transformiste a obtenu un rendez-vous avec… les magistrats !

Rappelons que le port illégal d’uniformes, insignes ou documents distinctifs réservés aux militaires ou aux fonctionnaires de la police nationale est puni de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500€ d’amende.

Source http://www.leparisien.fr/