Auteur Sujet: Faits divers en montagne.  (Lu 2200 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Faits divers en montagne.
« le: 21 juin 2015, 11:51:18 »
Un homme de 67 ans, originaire de Seine-Maritime a perdu la vie en montagne, au-dessus du Lac bleu dans les Hautes-Pyrénées, à la suite d'un malaise cardiaque. Vendredi en fin d'après-midi, il randonnait sur cet itinéraire avec sa compagne, lorsqu'il a fait un malaise. Sa femme a dû alors redescendre jusqu'en bas de la vallée, à l'Auberge du Chiroulet, pour alerter les secours, son téléphone portable étant hors-service. Les CRS de Gavarnie, appuyés par leurs confrères de Saint-Lary, ont dû rallier le site à pied, la zone n'étant pas accessible pour l'hélicoptère. Mais à leur arrivée, la personne était déjà décédée. Les secouristes ont mis en place une caravane pédestre pour redescendre la victime jusqu'au Chiroulet, avec plusieurs heures de portage, avant que l'hélicoptère ne l'achemine jusqu'à Tarbes.

Tuquerouye (région de Gavarnie)> Polytraumatisé, après une chute de 200 mètres. Un Béarnais de 70 ans a été secouru par les CRS de Gavarnie après une chute de 200 mètres. L'individu arpentait la face Nord de Tuquerouye, face au Mont Perdu, avec un groupe de randonneurs aguerris, partis en crampons et piolets. La victime a dévissé, se fracturant l'humérus droit. Il a également été touché aux vertèbres et présentait un traumatisme crânien. Il a été transporté par hélicoptère vers l'hôpital de Tarbes.

Val Louron> Le 4x4 part en tonneau sur la piste. Un homme de 64 ans, originaire d'Azet a été gravement blessé après avoir perdu le contrôle de son 4x4, hier matin sur la station de Val Louron. L'individu était monté voir son troupeau de vache et s'est fait piéger par la pente dans le retour. Après avoir tapé dans une ornière, le véhicule est parti en tonneau. Magret tout, la victime était consciente à l'arrivée des secours (pompiers et CRS). Sérieusement blessé (traumatisme crânien et multiples contusions) il a été transporté par l'hélicoptère de la sécurité civile vers l'hôpital de Pau.

La Dépêche du Midi.fr

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Faits divers en montagne.
« Réponse #1 le: 27 avril 2016, 17:51:18 »
C'est la vie d'un skieur de rando à ski qu'ont sauvé les hommes du PGHM de Jausiers en Ubaye (04) à l'issue d'une intervention longue et compliquée. Un secours hors du commun. https://www.facebook.com/pghmjausiers/?ref=py_c 
Plus tôt dans la journée, deux randonneurs à ski partis du Camp des Fourches (06), non loin du col de Restefond, côté niçois, se perdent au fond de la vallée de l'Ubaye sous la tête d'Encahstrayes (04) très certainement en raison du mauvais temps. L’un d’eux se blesse très sérieusement à la suite d’une chute : fracture ouverte de l'humérus, sept dents cassées… Et comble de malchance, aucun réseau. Rapidement, le randonneur blessé se retrouve dans un état d’hypothermie alarmant. Le temps presse. Son camarade, parti à la recherche d'une connexion, parvient à contacter le 112 vers 17 h 30.

Mais désorienté, se croyant toujours dans les Alpes-Maritimes, le randonneur donne de mauvaises informations à l'hélicoptère de la sécurité civile du 06.
En fait, ils sont de l'autre côté de la montagne ! Comprenant sa méprise, le randonneur contacte à nouveau les secours. Cette fois, ce sont les conditions météos qui empêchent l'EC145 de la section aérienne de Digne (04) d'intervenir. C'est donc à pied puis en ski que deux gendarmes du PGHM de Jausiers partent à leur rencontre.
À 20 h 30, profitant d'un trou dans les nuages, l'hélicoptère bleu parvient à évacuer le blessé vers le centre hospitalier de Digne.
Une intervention très inhabituelle où la mobilisation des services de secours a permis de sauver la vie d'un skieur mais qui est aussi l’occasion de (re, re) rappeler qu'on ne peut s'en remettre au 112 qui ne passe évidement pas partout en montagne et la nécessaire anticipation des conditions météo à prendre en compte avant chaque sorties.
Tout est bien qui finit (presque) bien. Alors petit rappel de prudence : avant toute sortie en montagne, renseignez-vous impérativement sur les prévisions météorologiques !
Un GPS portable voire à défaut sur le téléphone aurait permis aux skieurs de ne pas s'égarer et de donner une position qui permette un secours plus précis et rapide...

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Faits divers en montagne.
« Réponse #2 le: 27 décembre 2016, 19:16:40 »
Un jeune snowboarder décède à Font-Romeu  :'(

Un skieur de 18 ans s'est tué lundi 26 décembre 2016 sur une piste de freestyle dans la station de Font-Romeu (Pyrénées-Orientales), a-t-on appris auprès des pompiers et des gendarmes.

Le jeune homme, originaire de la Vienne et en vacances en famille, s'est engagé sur un parcours constitué d'énormes bosses préparé dans la perspective de la coupe du monde de freestyle qui se tient du 11 au 14 janvier à Font-Romeu (66), a-t-on indiqué au peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) d'Osséja.
Emporté par sa vitesse et la difficulté du parcours, le jeune skieur a fait un saut qu'il n'a pas maîtrisé, retombant brutalement sur le dos, a-t-on ajouté au PGHM.
Des bosses de la hauteur d'une maison  :-[
La hauteur de la chute n'a pas été précisée. Mais les bosses, dont la difficulté est dûment signalée à l'entrée du parcours, sont de la "taille d'une maison", a-t-on précisé de même source. Le Samu de Perpignan, appelé initialement pour un traumatisme cranien, a été héliporté sur la piste où la victime est décédée probablement d'une hémorragie interne, a ajouté le secours en montagne. Une autopsie sera réalisée pour déterminer les causes de la mort.

Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade de gendarmerie de Font-Romeu avec l'appui technique du PGHM. Cette piste de descente a été spécialement aménagée pour une épreuve de slopestyle de la coupe du monde, qui consiste en un enchaînement de figures acrobatiques et aériennes en ski ou en snowboard.

Alpes de Haute-Provence : le PGHM de Jausiers sauve une dame et son chien dans un torrent  :)
Le PGHM de Jausiers a été appelé en fin d'après-midi pour aller au secours d'une dame et de son chien, bloqués dans un torrent.
Initialement, la femme est allée récupérer son chien qui s'était retrouvé bloqué dans un ravin, dans le lit du Verdon, au sud de la commune d'Allos. Après l'avoir rejoint, elle s'est à son tour retrouvée coincée.
Les gendarmes ont procédé à son extraction : la dame et son animal vont bien.  :)

Ce dimanche matin, en fin de matinée, le PGHM de Jausiers avait secouru un homme d'une cinquantaine d'années qui s'était blessé en ski de randonnée sur la station de Ste Anne la Condamine, en Ubaye (04). Le PGHM de Jausiers rappelle les consignes de sécurité à respecter.
Le manteau neigeux étant encore très mince à 2000 mètres, les cailloux à sa surface peuvent blesser.
La prudence est de mise lors de toute sortie en montagne.  >:(

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Faits divers en montagne.
« Réponse #3 le: 19 septembre 2018, 09:43:05 »
Un enfant de 10 ans sauvé en pleine nuit au sommet du mont de Gez dans les Hautes-Pyrénées  8)
Grâce au flair de Hoock, labrador de la CRS de Gavarnie et le calme de son maître Hervé, l’histoire s’est bien terminée. Mais elle aurait pu prendre un tour dramatique.  :-\

Lors d'un bel après-midi, un père de famille, sa fille et son fils de 10 ans, en vacances chez des proches à Argelès-Gazost, s’attaquent au Mont de Gez, petit sommet culminant à 1 000 mètres d’altitude. Sur le chemin du retour, le jeune garçon lance un défi : « Le premier à la voiture a gagné. » Puis, détale dans la pente.  :P
Quelques minutes plus tard, vers 15 h 30, le père et sa sœur rejoignent le véhicule. Mais pas de traces du petit… Ils décident alors de refaire une partie du parcours de la randonnée, qui dure 1 heure aller/retour, afin de le rechercher. Ils redescendent également en voiture en contrebas, pour être sûr que le garçon n’ait pas poursuivi sa route par erreur.

Aux alentours de 17 h 30, n’ayant toujours rien trouvé, le père de famille alerte les secours. Les gendarmes, appuyés par un hélicoptère et un maître-chien du PGHM, ratissent la zone basse du Mont.
Sans succès.  :-\

Une heure plus tard, la CRS de Gavarnie est appelée en renfort. Un PC est installé, la sous-préfète d’Argelès-Gazost se déplace sur place. Alors que le jour se retire peu à peu et que 25 secouristes sont à pied d’œuvre, Hervé et son chien Hoock entrent en scène.

« J’ai commencé par prendre toutes les infos sur les zones déjà sillonnées. Ensuite, j’ai demandé au père de mettre des vêtements de son fils dans un sac, pour que le chien sente et enregistre son odeur, témoigne le maître. Puis, je suis remonté à l’endroit exact où ils ont vu le petit pour la dernière fois. On était 300 mètres en dessous du sommet du mont de Gez. »
Désormais, une nuit claire s’est installée et le thermomètre tutoie des -5 degrés annonciateurs de proches chutes de neige. Il faut faire vite.
« Hoock était au bout de son trait de 10 mètres, derrière lequel je le tenais. Je l’ai vu renifler à 360 degrés et il s’est mis au travail en collant sa truffe au sol. » Surprise, au lieu de descendre, le labrador noir monte.
« Il m’a tracté vers le sommet mais les collègues y étaient déjà passés à de nombreuses reprises. Je lui ai donc relevé le nez pour qu’il reprenne ses marques. Et il est reparti dans la même direction. »
Armé de sa seule frontale, Hervé décide donc de faire confiance à son compagnon. Comme lui, il aura eu du flair. À 22 h 30, Hoock s’arrête devant un petit corps allongé au pied d’un arbre, au sommet du mont.
Vêtu de noir et de marron, le garçon est fondu dans le paysage, épuisé et endormi. Par chance, il ne souffre que d’une légère hypothermie. Après un passage par l’hôpital de Tarbes, il a pu rejoindre sa famille. Une histoire au dénouement heureux, qui rappelle deux choses : l’importance des chiens secouristes, et celle de rester sur ses gardes en montagne, même lors de randonnées a priori sans danger… en montagne, on n'abandonne pas un équipier surtout un gamin de dix ans !