Auteur Sujet: Le gendarme et le policier nouveau connecté est arrivé !  (Lu 2365 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Chaque militaire et fonctionnaire aura sa tablette numérique permettant notamment un accès direct à tous les fichiers en 2017.
Testé dans le Nord et en région parisienne depuis plusieurs mois, cet équipement offre gain de temps, efficacité sécurisée et présence accrue sur le terrain.
Cruchot à St Tropez et Pinot simple policier ou gendarme ; ces policier ou gendarme ont pris leur retraite et le gendarme ou le policier nouveau et connecté est arrivé  ;)
Le gendarme ou le policier en train de parler à la radio grésillante de son véhicule pour obtenir l'information utile de son interlocuteur, c'est fini ou presque.
Chaque militaire ou fonctionnaire aura désormais au bout des doigts une tablette numérique ou un smartphone qui leur permettra d'avoir accès à toute la documentation des fichiers dits « de police ».

Celui des personnes recherchées, des permis de conduire et carte grise, carte d'identité ou des objets volés, prendre des photos pour un accident ou une effraction par exemple. Cet équipement, baptisé NeoGend, pour la Gendarmerie et Néo pour la police est déjà testé grandeur nature depuis plusieurs mois. L'occasion de transformer chaque homme sur le terrain en une "mini-brigade" mobile, capable d'agir en autonomie sur tout point de son territoire.
Autre nouveauté : les procès-verbaux électroniques (PVe) seront également directement rédigés sur ces nouveaux outils avant d’être présentés aux contrevenants sur les lieux des faits qu'il pourra signer sans se déplacer au bureau de la brigade ou du poste de police.

La véritable vocation du gendarme ou le policier en patrouille. Pour être honnête, c'est un projet qui enthousiasme la base malgré quelques râleurs ou conservateur peu ouvert aux nouvelles technologies.  8)
Jusqu'à présent, une consultation de fichiers à partir des systèmes embarqués des véhicules peut se révéler longue et capricieuse. Là, on a tous les fichiers dans la main. Et on peut les interroger d'un seul coup, et non un par un, se félicite le chef Nicolas, de la brigade d'intervention qui voit dans cette révolution numérique un gain d'efficacité dans le travail quotidien car cette liaison par tablette ou téléphone permet de supprimer les intermédiaires.

En clair, plus la peine de faire appel au centre opérationnel de la gendarmerie ou au Cat du commissariat par radio pour savoir si le titulaire du PC, de la carte d'identité présentée est une personne recherchée ou si le document est falsifié. Plus besoin de saisir les codes manuellement, il suffit au gendarme de scanner les bandes codées, dites MRZ, du document pour vérifier aussi sa validité.
C'est valable entre autres pour les passeports, les certificats d'immatriculation et les cartes de séjour entre autres. Un codage qui contient des algorithmes. Ce nouvel équipement offre plein d'autres possibilités.  ::)

Lors d'un accident de la circulation, la prise de photos sera faite en direct par ces appareils et elles seront directement intégrées au procès-verbal. Plus la peine de sortir la carte numérique de l'appareil photo, de retourner à la brigade pour les lire sur l'ordinateur avant de les renvoyer. L'occasion aussi de prendre des dépositions simples sur le terrain. Le gendarme ou le policier aura aussi la possibilité de géolocaliser les véhicules en patrouille des autres unités, dans le secteur, sur les cartes. Il pourra aussi disposer de la carte des cambriolages pour mieux cibler son activité.

Aujourd'hui, le contrôle d'un car de voyageurs se fait en quelques minutes sur l'autoroute, là où il fallait une heure et demie au moins.
Cela permet de gagner du temps pour chacun d'entre nous, apprécie l'adjudant Stéphan, de la brigade routière, qui voit un autre avantage après quelques mois d'usage : Cela supprime une série de petites tâches chronophages et répétitives pour se dégager du temps. Un temps que l'on peut réinvestir pour être présent sur le terrain afin de faire de la prévention, de la prise de contacts avec la population, etc..., assure encore le fonctionnaire.

La limite du système, c'est la connectivité aux réseaux de transmission. Mais dans ce cas, il peut fonctionner aussi sur notre réseau de liaison interne, dit Rubis ou Acropol, prévient l'officier du service des systèmes de technologie et systèmes d'information de la sécurité intérieure (STSI2). Le gendarme ou le policier devient acteur. Et le socle des applications sera complété au fur et à mesure. C'est loin d'être un gadget. La seule consigne, c'est de s'en servir pour avoir des gendarmes ou des fonctionnaires en phase avec leur époque.

Depuis 2015, les gendarmes du groupement du Nord sont équipés à titre expérimental de 1200 équipements connectés, soit 800 smartphones et 200 tablettes. NÉOGEND, c'est l'outil des gendarmes de demain, qui révolutionne la manière de travailler du gendarme, en lui offrant plus de mobilité et donc plus de proximité avec chacun d'entre vous.
En 2016, ce sont les gendarmes de Bourgogne qui bénéficieront de cet équipement, jusqu'à ce que l'ensemble des personnels de brigade en soit doté en 2017.

En 2015, 400 smartphones et tablettes #NÉO ont déjà été utilisés à titre expérimental par la PAF de Roissy, la Sécurité Publique de Seine-et-Marne et la CRS Nord.
Plus de 2000 nouveaux terminaux #NéO équiperont les policiers de terrain en 2016. Ce sont enfin plusieurs dizaines de milliers de terminaux qui seront finalement déployés à partir de 2017.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Le gendarme et le policier nouveau connecté est arrivé !
« Réponse #1 le: 27 avril 2018, 14:12:20 »
La voie de la modernisation  :)
Smartphone et tablette révolutionnent le quotidien des policiers !
Depuis le début de l'année, policiers et gendarmes sont équipes de terminaux NEO, des tablettes ou des smartphones qui leur permettent de tout savoir d'un simple clic. La tablette Néo, comme le smartphone, comportent une série d'applications spéciales police utilisables en direct en ville via le réseau 4G.
Malgré la grogne et l’absence patente de moyens au quotidien, la Gendarmerie et la Police se modernisent... le projet Neo va dans ce sens. La PJ est en train de s’équiper de smartphones et de tablettes (Sony Xperia), couplés à des cartes SIM et à un accès mobile proposés par Orange. L’objectif étant d’amener les applications métiers sur le terrain. Plus d’une dizaine d’applications sont d’ores et déjà disponibles. Les policiers peuvent ainsi vérifier en temps réel, sur le terrain, une identité ou la validité d’un permis de conduire, le scanner et partager l’ensemble des documents dans un cloud privé sécurisé.
Ils ont également la possibilité de prendre des notes, d’établir un procès-verbal et d’accéder aux bases administratives et judiciaires (personnes recherchées, véhicules volés, permis de conduire, etc.). Les contraventions sont immédiatement transmises au centre de traitement de Rennes.

La révolution numérique est partout, il faut être connecté, sous peine d'être complètement déconnecté… Depuis le début de l'année, les forces de l'ordre sont donc équipées des terminaux NEO (Nouveaux Équipements opérationnels), et à les écouter, c'est une révolution. Et à les voir faire, c'est presque magique… «Il suffit de lire, avec la tablette ou le smartphone, la bande «MRZ», la suite d chiffres située en bas de la carte d'identité, ou d'entrer le numéro d'immatriculation de la voiture, pour accéder au fichier des personnes recherchées, vérifier si le véhicule est volé, si le contrôle technique est à jour, si le conducteur a son permis, le nombre de points qu'il lui reste», énumère le commissaire, à l'occasion d'un contrôle routier au cours duquel la préfète Béatrice L.... a pu se rendre compte de l'efficacité du système. Et ça ne prend que quelques secondes. «C'est là que ce système est intéressant, poursuit le commissaire, avant, nous interrogions le fichier central par radio, qui lui-même consultait les différents fichiers, ça prenait un peu de temps, ça mobilisait plusieurs opérateurs, et il pouvait y avoir des erreurs de transmission. Là, c'est carré.» Et, incidemment, ça libère du personnel pour d'autres missions, l'opérateur n'est plus scotché à son bureau, au central…

Les gendarmes sont, eux aussi, passés au «haut débit», depuis maintenant un an, et ils disposent de 300 smartphones (1 par gendarme…) et d'une quarantaine de tablettes. Le colonel a présenté les autres fonctionnalités du système NEO, à savoir la prise des premières constatations (photos, témoignages) directement après un méfait et si l'auteur est interpellé, la procédure peut être engagée aussitôt, avec transmission numérique de la notification de garde à vue au magistrat. Alors qu'auparavant la procédure était plus lourde. Autre application du système, pour les opérations «Tranquillité vacances», les gendarmes disposent d'une carte animée, et cochent chaque contrôle de domicile. Un e-mail est alors envoyé automatiquement aux propriétaires !

Une application : Néo Secours est maintenant disponible dans le magasin d’applications pour les appareils connectés de la flotte Néo car le contexte particulier des attentats vécus en France, renforce la volonté d'efficacité pour l’ensemble des acteurs de sécurité publique.
Cette application (qui ne se substitue pas à une formation pratique) est un outil performant qui répond notamment à une demande croissante de maintien des compétences en matière de secourisme. Tous les ans Policiers et gendarmes sont  blessés en mission, où bien ils sont souvent les primo-intervenant sur la blessure est un autre fonctionnaire coéquipier présent.

À cela s’ajoute le nombre conséquent d’intervention au profit de victimes civiles, sur les accidents de la route par exemple, dans l’attente des secours spécialisés.
Cette application, primée aux ateliers de performance 2017 (1ère place), assure une double fonction :
- Permettre à chaque militaire ou fonctionnaire de revoir à tout moment l’ensemble des procédures et gestes de secours appris au PSC 1 (prévention et secours civiques de niveau 1) et au SIG 1 ( sauvetage en intervention gendarmerie de niveau 1 ).
- Permettre de joindre immédiatement, depuis n’importe quelle page de l’application, un service de secours (pompiers ou SAMU) depuis l’appareil avec l’affichage d’un message type, qui collationne les éléments précédemment remplis, indique la localisation précise (coordonnées GPS) et active le haut-parleur pour une communication facilitée.

Hors ligne nopasaran

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 8
  • Sexe: Homme
  • Retraité Police
    • Voir le profil
Re : Le gendarme et le policier nouveau connecté est arrivé !
« Réponse #2 le: 29 avril 2018, 18:16:58 »
En 2015, 400 smartphones et tablettes #NÉO ont déjà été utilisés à titre expérimental par la PAF de Roissy, la Sécurité Publique de Seine-et-Marne et la CRS Nord.
Plus de 2000 nouveaux terminaux #NéO équiperont les policiers de terrain en 2016. Ce sont enfin plusieurs dizaines de milliers de terminaux qui seront finalement déployés à partir de 2017.

C'est super,  8)
Enfin je veux dire la com  reste a voir la pratique .
En 2012, quand j'ai pris la retraite , on avait pour un service de 120 fonctionnaires , 02 nokia 3310, un terminal embarqué, avec accès au fichier Khéops,sans le FNE (fichier national des étrangers )  :D :'(, enfermé dans le coffre d'un major  aux horaires de bureau  ::)
Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent !

Hors ligne nopasaran

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 8
  • Sexe: Homme
  • Retraité Police
    • Voir le profil
Re : Le gendarme et le policier nouveau connecté est arrivé !
« Réponse #3 le: 30 avril 2018, 06:03:38 »
http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/decouvrez-la-camera-que-vont-porter-sur-eux-gendarmes-et-policiers-1429348.html
Découvrez la caméra que vont porter sur eux gendarmes et policiers
 29/04/2018 à 12h20

 Les caméras fournies par Allwan Security sont dotées de capteurs à infrarouge pour filmer les interventions nocturnes.
Les caméras fournies par Allwan Security sont dotées de capteurs à infrarouge pour filmer les interventions nocturnes. - L'Essor

Ce sont 10.400 caméras filmant les contrôles des forces de l'ordre que fournit Allwan Security. Située près d'Angers, cette PME a développé un logiciel et adapté l'ergonomie de matériels chinois pour remporter ce marché public de 2,4 millions d'euros.

Une PME angevine a la lourde responsabilité de tenir la promesse de l'actuel ministre de l'intérieur de déployer 10.000 caméras piétons d'ici 2019 auprès des forces de l'ordre lorsqu'elles effectuent des contrôles. Les 5000 dispositifs qui équiperont la Gendarmerie et les 5400 destinés à la Police nationale seront fournis par la société Allwan security, originaire du Maine-et-Loire. "Nous avons une activité ministérielle importante", précise au quotidien Ouest-France, Franck Le Fur, le gérant de cette PME située près d'Angers, qui ajoute, "nous travaillons avec la police, la gendarmerie, mais aussi la justice et l'armée". Elle vend aussi des caméras piétons à des polices municipales.

Cette PME a remporté il y a quelques semaines l'appel d’offres incluant la fourniture de caméra-piéton et du logiciel permettant l'exploitation des images prises en intervention par les forces de l'ordre. Ce marché public, évalué à environ 2,4 millions d’euros, concerne les forces de l'ordre de trois régions dont l'Ile-de-France et les Pays de la Loire. En tout, 21 offres avaient été reçues par la Saelsi (service de l'achat, des équipements et de la logistique de la sécurité intérieure) du ministère de l'intérieur.


La caméra piéton accrochée aux uniformes sur le buste du policier ou du gendarme en patrouille avait déjà été lancée à titre expérimental en avril 2013 par Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur. En octobre 2015, celui-ci, devenu Premier ministre, avait annoncé la généralisation en cinq ans de ce dispositif. Ces premiers équipements d'enregistrement vidéo étaient fournis par la PME Exavision ainsi que le rappelle L'Essor, le magazine de la gendarmerie nationale. Mais ce n'est que depuis le 23 décembre 2016, que la loi donne aux policiers équipés de caméras piétons la possibilité de filmer certaines de leurs interventions.

Des caméras chinoises adaptées et enrichies par la PME

Les nouvelles caméras piétons individuelles d'Allwan Security sont dotées d'une fonction GPS pour géolocaliser la prise d'images et elles fonctionnent la nuit grâce à un éclairage infrarouge. Le matériel de base, d'origine chinoise, a été enrichi par la PME d'un logiciel d'exploitation des données vidéos capturées lors d'un contrôle. De même, l'ergonomie des caméras a été adaptée aux besoins des forces de l'ordre françaises.

Les caméras sont gérées par des stations d'accueil dotées de disques durs sur lesquels sont téléchargés automatiquement les fichiers vidéo enregistrés. "Après le service, chaque agent pose sa caméra sur une station d'accueil qui récupère les images et les sécurise. Seul le chef de service peut y avoir accès, via un code d'identification" précise le quotidien Ouest-France. Les fonctionnaires de police ou de gendarmerie auxquels les caméras sont fournies ne peuvent en effet avoir accès directement aux enregistrements auxquels ils procèdent, pour éviter toute manipulation a posteriori.

La parole du policier et gendarme qui fait foi, coute moins cher, mais....
Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent !