Auteur Sujet: Sauvé d'une mort certaine en rando par le PGHM 65 !  (Lu 983 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Sauvé d'une mort certaine en rando par le PGHM 65 !
« le: 30 août 2016, 09:47:56 »
[COUP DE COEUR]
Ils étaient partis dimanche matin faire les Lacs d'Estibe Aute (65), 2 randonneurs de 79 et 69 ans, secourus la nuit dernière dans des conditions difficiles, par le peloton de gendarmerie de haute-montagne (PGHM) de Pierrefitte-Nestalas, se rappelleront longtemps cette sortie dans les Pyrénées.

Le plus âgé des deux a fait un infarctus, l'autre s'est perdu dans le brouillard en tentant de prévenir les secours.

Dimanche vers 20h, les gendarmes secouristes sont appelés par l'épouse de l'un d'eux, inquiète de ne pas voir revenir les marcheurs. Immédiatement, le capitaine Jean-Marc Bougy, commandant du peloton, prend les rênes du secours. Il engage son équipe et constitue plusieurs caravanes terrestres, l'hélico ne pouvant pas décoller à cause d'une météo défavorable. La nuit tombe...

Vers 20h50, un premier binôme grimpe l'itinéraire classique et parvient à localiser le randonneur de 79 ans mal en point, incapable de se lever, sans doute victime d'un infarctus.

Deux secouristes du PGHM et un médecin du SAMU 65 les rejoignent une heure plus tard. Le docteur confirme le malaise cardiaque. Il faut agir vite, le blessé a besoin en urgence de soins intensifs.

Une troisième équipe, constituée d'un secouriste du PGHM et deux gendarmes du groupe montagne des Hautes-Pyrénées font les "sherpas", emportant matériel d'évacuation et oxygénothéraphie et les déposant au fur et à mesure sur l'itinéraire pour faciliter l'évacuation médicalisée du blessé. La descente se fait à pied, sur brancard, avec perches et roue (photo), jusqu'au parking de la fruitière, à 1371 mètres, atteint au petit matin.

Le secours n'est pas fini pour autant. Avec la nuit et le brouillard, impossible de localiser le deuxième randonneur. Les militaires reconnaissent les secteurs les plus accidentés du parcours et les abords des barres rocheuses. En vain. Finalement, c'est en milieu de matinée ce matin que l'homme est retrouvé sain et sauf. Malgré une nuit passée dans un bivouac de fortune, il va bien. Il s'est perdu en cherchant à donner l'alerte, dimanche en début d'après-midi.

Bravo à toute l'équipe pour ce beau secours !

Comme le disait un gradé du PGHM ce matin : "quel secours ! Toute l'équipe s'est mobilisée comme un seul homme. Il y en a 2 [Christophe et Lionel, les deux gradés du PG décédés en service en mai dernier dans un crash d'hélico] qui peuvent être fiers de nous là-haut !"

Un conseil : même pour des randonnées à la journée, n'oubliez pas d'emporter un téléphone portable chargé et un fond de sac (vêtements secs et chauds, eau, vivres) !
D'autre part la rando en montagne ce n'est pas une question d'âge ! Plus on monte en altitude plus l'oxygène décroît, pour compenser ce manque d'oxygène, le cœur va s'accélérer > DANGER si vous êtes fragile !
Vérifier son cœur avant de partir en rando, à +1000m en montagne il en va de votre vie car la montagne est très mauvaise pour les cardiaques !