Auteur Sujet: Un chauffeur routier accro aux SMS tue deux personnes dans un accident !!  (Lu 1974 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Un chauffeur routier soupçonné d'avoir provoqué la mort de deux personnes dans un accident, alors qu'il utilisait son téléphone portable au volant, a été mis en examen pour homicides involontaires.  ???
Le conducteur du camion, âgé de 30 ans, a été mis en examen pour homicides et blessures involontaires aggravés par le manquement délibéré à une obligation de sécurité et de prudence, est placé sous contrôle judiciaire.
Il avait percuté à près de 90 km/h sur l'autoroute A4 à hauteur des Grandes-Loges (Marne) plusieurs voitures qui étaient ralenties par un précédent accident quelques kilomètres en amont.
Quatre véhicules ont été ainsi pris en étau entre le camion du chauffard et un autre poids lourd, provoquant la mort d'un homme de 49 ans et d'une femme de 76 ans, passagers de deux voitures distinctes.
Six autres personnes ont également été blessées dans l'accident.
Il avait effectué 5 appels et 29 SMS juste avant le drame
«Il n'y a aucune trace de freinage au sol et le régulateur du camion était encore en fonction, les enquêteurs qui privilégiaient au départ la thèse de l'endormissement ont établi que le conducteur utilisait son téléphone au moment de l'accident», a expliqué le procureur à Châlons-en-Champagne.
«Il a fait une pause une heure et demie avant l'accident et à partir du moment où il reprend la route jusqu'à l'impact, il passe 5 appels, envoie 29 SMS et en reçoit 19 dont le dernier quelques secondes avant le drame», a précisé le magistrat.
Le chauffeur routier avait été placé en garde à vue après une courte hospitalisation.
Il encourt jusqu'à sept ans de prison devant un tribunal correctionnel.
LeParisien.fr

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
RIVIÈRE-DU-LOUP - Une mère dont la fille de 18 ans est morte heurtée par un train alors qu'elle textait au volant lance un cri du cœur pour éviter que d'autres addicts au SMS/Téléphone risquent leur vie pour rien.   :P

Laura Tardif a ouvert le texto d’une amie à 20 h 16 le 21 juin 2014.  8)
Au même moment, sa voiture a été percutée par un train à un passage à niveau à L’Isle-Verte, dans le Bas-Saint-Laurent. Deux minutes plus tôt, Mme Tardif avait envoyé un texto. «Il est clair qu'elle “textait” en conduisant ce soir-là», écrit la coroner Renée Roussel.
La mère de Laura, Claudie Landry, mène actuellement un combat dans le but de sensibiliser les jeunes accros à leur cellulaire, même au volant.
« Il n’y a jamais de raison assez urgente pour utiliser son cellulaire au volant. Laura n’a pas eu de deuxième chance.  :'(  Ça ne se passe pas juste dans des annonces ou dans des simulations, ça arrive pour vrai et tu ne peux pas revenir en arrière comme dans une vidéo », ajoute Claudie Landry.

Être attentifs :  Cette dernière savait que sa fille textait au volant et a tenté à plusieurs reprises de la faire cesser. Elle savait aussi qu’elle écoutait sa musique à un volume élevé dans sa voiture.

«Elle me disait qu’elle regardait juste aux feux rouges. Mais une fois, elle a pris son téléphone en conduisant et a dit “oups, c’est vrai, c’est toi qui es à côté de moi”. Ça me disait qu’avec ses amies, elle devait texter pas mal plus. Il faut entrer dans la tête des jeunes qu’ils doivent être attentifs à ce qui se passe autour, même si ce n’est pas facile.»

Laura Tardif avait toute la vie devant elle. Elle pratiquait le karaté, chantait et voulait étudier en design d’intérieur. Le soir de l’accident, il avait même été question qu’elle présente son nouvel amoureux à ses parents, mais le rendez-vous avait été reporté.

Projet I.M.P.A.C.T. de la SQ

La mère a donc accepté de témoigner par vidéo lors de l’activité de sensibilisation I.M.P.A.C.T. de la Sûreté du Québec dans la région du Bas-Saint-Laurent, qui s’adresse aux jeunes de quatrième et cinquième secondaire.

Elle aimerait que son témoignage puisse s’étendre également à tout le Québec, puisque les textos au volant sont un fléau qui tue des jeunes dans toutes les régions.
«Je le fais pour Laura. Si elle avait survécu à cet accident, c’est elle qui serait devant les autres pour les sensibiliser aux dangers des distractions au volant.»

Aujourd’hui, la famille de Laura doit apprendre à vivre sans elle.
« Il faut apprendre à composer avec son absence. Peu importe le nombre d’années, on va toujours y penser », a conclu Claudie Landry.

Texter augmente de 23 fois le risque d’accident  :o
RIVIÈRE-DU-LOUP  |  À la lumière des plus récentes statistiques en matière d’utilisation du cellulaire au volant, les jeunes doivent être plus que jamais sensibilisés aux dangers de texter en conduisant.
«Regarder pendant quelques secondes un texto en conduisant, c’est comme traverser un terrain de football les yeux fermés», image le vice-président aux affaires publiques et à la stratégie de prévention routière de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), Mario Vaillancourt.

Ce dernier affirme que près de la moitié des Québécois qui ont dû payer un constat d’infraction pour avoir utilisé leur appareil en conduisant sont des jeunes de 16 à 34 ans.
«Actuellement, c’est la prolifération des cellulaires et le fait d’y être accro qui posent problème. Il faut agir sur cette obligation que les gens ont l’impression d’avoir.»

Sensibilisation
Selon la SQ, composer un texto peut augmenter jusqu’à 23 fois le risque de provoquer une collision. Au-delà des opérations policières et de la législation, la sensibilisation auprès des jeunes est primordiale, comme c’est le cas avec l’histoire de la jeune Laura Tardif, décédée en 2014 dans un accident impliquant l’usage du cellulaire au volant.
«On constate que ça fait tellement de mal autour, un accident comme celui de Laura Tardif. C’est pour cette raison qu’on revient année après année avec des campagnes pour sensibiliser les jeunes.»

Depuis un an, les jeunes qui ont leur permis d’apprenti conducteur ou leur permis probatoire voient d’ailleurs leur permis être suspendu pendant au moins trois mois s’ils sont reconnus coupables d’avoir utilisé le cellulaire au volant.

EN CHIFFRES
Infractions pour avoir conduit avec son cellulaire à la main
     2010 :  48 944
     2014 :  66 660
41 % des cas chez les jeunes conducteurs

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Plus vertueuse au volant que l'homme, la femme a tout de même quelques travers  ;)  elle envoie notamment plus de SMS que les conducteurs, selon une enquête d'Axa Prévention.

Plus respectueuses des règles au volant et générant moins d'accidents, les femmes peuvent aussi décevoir sur la route. Elles qui se voient dresser chaque année des couronnes de laurier derrière leur volant, pianotent sur leur smartphone pour envoyer des SMS, bien davantage que les hommes (21% contre 15% d'hommes).

Tel est le résultat d'une enquête réalisée entre le 21 janvier et le 2 février dernier, auprès de 1065 personnes par Axa Prévention qui ne livre aucune explication à cela suggère : Parce qu'elles mènent quatre journées en une, comme cela se dit ?  ::)
Mais curieusement, elles rechignent à téléphoner, bien plus que les hommes (35% contre 39% d'hommes).

Moindre respect du feu orange et colle au cul :(
Autre travers de la conductrice : elle ne voit pas toujours où est le danger quand elle slalome pour changer de file : 76% d'entre elles en perçoivent le risque, contre 82% chez les conducteurs. Enfin, elle respecte moins le feu orange et la distance de sécurité que son alter ego masculin.

Mis à part ces dérives dangereuses, la conductrice s'érige bien davantage en modèle sur la route. Concernant le fléau de l'alcool, 18% des conductrices roulent après avoir bu plus de deux verres de boisson alcoolisée alors que 34% des hommes reconnaissent prendre ce risque.

De même, la femme tient davantage compte de la fatigue. Elles sont 43% à conduire ou poursuivre leur trajet alors qu'elles se sentent fatiguées contre 51% chez les hommes. L'écart se creuse quand il s'agit de rouler quatre ou cinq heures d'affilée: 27% des femmes le font contre 42% chez les hommes. De même, si 49% des femmes déclarent conduire de nuit, entre 22 heures et 5 heures du matin, pour un long trajet, c'est beaucoup moins que les hommes qui sont 64% à reconnaître cette pratique.

Plus à cheval sur l’excès de la vitesse  :)
Enfin, concernant la vitesse, elles sont plus à cheval sur le respect des règles : 42% des conductrices roulent à 65 km/h en ville, contre 49% pour les hommes.
Les plus respectueuses se trouvent dans la catégorie des 50 à 64 ans, puisque seules 29% d'entre elles roulent trop vite. Mais la tranche des 25-34 ans appuie bien plus sur l'accélérateur : elles sont 58% à dépasser les 65 km/h et c'est presque autant que les hommes de la même catégorie d'âge (60%).

Cette attitude globalement plus vertueuse de la conductrice porte ses fruits et cela de manière spectaculaire. Les résultats de la sécurité routière marquent une vraie différence: seulement 24% des tués sur les routes sont des femmes et elles ne représentent que 18% des usagers à l'origine d'accidents mortels. Des chiffres à méditer.