Auteur Sujet: Des réservistes opérationel GN pour renforcement de la surveillance des réseaux  (Lu 4438 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Afin de renforcer leur coopération relative à la surveillance des réseaux ferrés régionaux en Île-de-France, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d'Azur, la gendarmerie nationale et la SNCF ont signé une convention le 22 juillet 2014.
Par une présence visible et rassurante dans les trains et les gares désignés dans des créneaux horaires ciblés, l'objectif de ces patrouilles, composées d'un ou plusieurs sous-officier d'active encadrant 2 ou 3 réservistes opérationnels, consistera à assurer la sécurité des personnes et des biens ainsi qu'à dissuader les auteurs potentiels d'infractions.

Après avoir suivi une formation par les agents de la SUGE destinée à appréhender les spécificités du monde ferroviaire, les premières patrouilles se sont déployées en région Rhône-Alpes, en Ile de France et Provence-Alpes-Côte-d'Azur.

Il s'agit pour la gendarmerie de renforcer son dispositif de sûreté à bord des trains des réseaux Transilien (Île-de-France) et TER (Trains Express Régionaux - Rhône-Alpes et PACA) ainsi que dans les gares situées en ZGN et identifiées comme sensibles. Cette collaboration est appelée à monter en puissance.

Source Sirpagend.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Parce que la sûreté des voyageurs et des agents est l’affaire de tous, SNCF travaille avec les forces de l’ordre afin de sécuriser gares, trains et lignes.
Aux côtés du Service National de Police Ferroviaire (SNPF), de la Sous-Direction de la Police Régionale des Transports (SDRPT) pour l’Ile-de-France, de la Gendarmerie nationale, des douanes et des Polices municipales, la Sûreté ferroviaire assure des missions opérationnelles au service de la sûreté des clients et des agents.
Au niveau national, l’Unité de Coordination de la Sécurité dans les Transports en Commun (UCSTC) a pour objectif de coordonner l’action des forces de l’ordre en lien avec les transporteurs, dont SNCF.
L’échange d’informations entre SNCF et ses partenaires est indispensable pour des réponses toujours plus adaptées à une délinquance en permanente évolution.
UCSTC au niveau national, Pôle d’Analyse et de Gestion Opérationnelle (PAGO) au niveau zonal. Par ailleurs des échanges au niveau local s’effectuent par le biais de CLSPD. 
Au cœur du partenariat qui lie SNCF et les forces de l’ordre, les actions conjointes sont plurielles et quotidiennes : Opérations Ciblées Coordonnées, actions conjointes en gare et à bord des trains, gestion commune des événements exceptionnel, patrouilles de réservistes de la Gendarmerie sur certains bouts de lignes.

En plus de vouloir endiguer l’insécurité dans les gares et dans les trains, ces ont pour but de rétablir la confiance chez des usagers qui empruntent par milliers ce moyen de transport. La présence des uniformes bleus ne passe pas inaperçue.
« C’est rassurant de voir les gendarmes en plus des contrôleurs, garantit cette jeune lycéenne. C’est parfois un peu angoissant de prendre le train toute seule, mais là on se sent plus en sécurité ».

Du côté des contrôleurs de la SNCF la présence des forces de l’ordre leur permet de « faire [leur] travail plus sereinement », souffle un agent de la SNCF. « Au fur et à mesure des années, nous avons dû augmenter notre niveau de tolérance, poursuit-il. Les incivilités font partie du quotidien ».

Source http://www.securite-prevention-sncf.com/qui-sommes-nous/nos-initiatives/actions-conjointes/

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Dans le Grand Est, les réservistes de la Gendarmerie assurent la sécurité des trains et des gares
L’expérience, lancée en 2021, sera reconduite le 1er juin prochain, cette fois, pour une durée de trois ans.

Pendant un an, dans la Région Grand Est, des patrouilles de réservistes de la Gendarmerie ont accompagné 621 trains du Réseau TER Fluo et effectué 1.035 opérations de sécurisation dans des gares. Cette expérimentation visait à lutter contre le sentiment d’insécurité dans les transports. Pour la Région Grand Est, ce test est une réussite puisque l’opération devrait être renouvelée dès le 1er juin 2022.

En zone de compétence de la Gendarmerie

En avril 2021, la Région Grand Est avait ainsi décidé de confier aux patrouilles de réservistes opérationnels de la Gendarmerie nationale la sécurité à bord des trains régionaux et des gares qui se trouvent en zone de compétence de la Gendarmerie.

L’objectif est d’assurer le parcours en train des usagers.

    Amoureux des Trains, bonjour ! Pour Répondre Présent et améliorer la sécurité de vos trajets, la #Gendarmerie, la région grand Est et la SNCF expérimentent une nouvelle collaboration  : 200 patrouilles de réservistes déployées pour sécuriser les gares et les trains

Une expérience reconduite pour trois ans

Comme l’expliquent nos confrères de Remirmontvallées.com, près de 200 patrouilles de réservistes de la Gendarmerie ont été mobilisées au cours de cette première année. Chacune était composée de trois militaires réservistes. Le chef de patrouille était un ancien gendarme d’active.

Preuve que cette expérimentation a été un succès, la Région Grand Est a fait le choix de reconduire ce dispositif et même de le renforcer. Un partenariat a été mis en place entre la Direction générale de la Gendarmerie, la Région de gendarmerie du Grand Est, SNCF Voyageurs et SNCF-Sûreté ferroviaire. Cette nouvelle opération va débuter dès le 1er juin 2022 et durera trois ans.

300 patrouilles par an

La Région Grand Est prendra à sa charge le financement du dispositif qui s’élève à un peu plus de 837.000 euros. Ce qui correspondant à 900 jours de réserve par an, soit 300 patrouilles chaque année.

Ce type de dispositif, complémentaire à ceux mis en œuvre par la Sûreté ferroviaire, n'est pas inédit. Il est en effet actif depuis plusieurs années dans d'autres régions, à l'image de Ile-de-France, où des brigades de sécurité des mobilités, exclusivement composées de réservistes, ont été créées au niveau des groupements pour effectuer ces missions de sécurisation, ou encore des Hauts-de-France qui vient de renouveler son partenariat en finançant 200 patrouilles par an.

Vos voyages plus sûrs en hauts de france ➡ adoption d’une délibération pour le déploiement de 200 patrouilles de gendarmes réservistes, en complément des agents de la Sûreté Ferroviaire, pour sécuriser les gares et les trains.

Rien qu'en 2019, la Gendarmerie évoquait ainsi plus de 160.000 patrouilles (de gendarmes d'active comme de réservistes) menées pour sécuriser le trajet des voyageurs dans les transports sur l'ensemble du territoire.

Source : https://lessor.org/operationnel/dans-le-grand-est-les-reservistes-de-la-gendarmerie-assurent-la-securite-des-trains-et-des-gares?fbclid=IwAR0M12dqj-S_YMzFJ-19o3WVT1n-pp0KJaSVntmhhBoPirRaq3deImDmlDY