Auteur Sujet: "Ma vision du métier " et comment la presse voit le métier d'ambulancier !!  (Lu 41576 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne lhamo dondup

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 142
  • Sexe: Homme
  • IDE ex-ambulancier
    • Voir le profil
Bonjour à tous,
le métier d'ambulancier en France se décompose en plusieurs catégories (il y ceux qui travaillent au SAMU, à l'hôpital ou dans le privé).
Certes c'est le système français et il vaut ce qu'il vaut mais peut-être existe-t-il une autre alternative ou pas ?

Et si nous étions dans un monde parfait, comment se définirait votre conception du métier ?

Hors ligne kikitoul

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 174
  • Sexe: Homme
  • Etudient infirmier, ancien ambulancier.
    • Voir le profil
    • Les fourneaux de Kikitoul
Excellent sujet de réflexion et de la réflexion, justement, il en faut afin de ne pas dire trop d'âneries...
Donc je reviens dans un moment poster ma vision du métier ;)

Hors ligne AL

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 32
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier
    • Voir le profil
Le monde parfait pointera le bout de son nez le jour où les ambulanciers privés :
- ne commenceront plus leur journée à 7h pour les terminer à 19h;
- auront au moins un jour de repos après une garde de 12h;
- n'auront plus de coefficient de temps de travail;
- ne feront plus de VSL;

Déjà, avec ça, nous aurons un métier potable.
Malheureusement ce jour n'est pas prêt d'arriver...

Hors ligne lhamo dondup

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 142
  • Sexe: Homme
  • IDE ex-ambulancier
    • Voir le profil
Salut Al,
tu crois que tous les métiers ne s'exercent qu'entre 8/12 et 14/18 heures ?
Je t'invite à consulter ce lien http://bougetonjob.com/tout-changer-pour-devenir-ambulancier/

Tu verras que tout le monde ne travaille pas dans les mêmes conditions.
Exemple : les éboueurs  ;D
Mon sujet de départ est de définir votre conception de l'ambulancier : je voudrais que l'on reste sur cette approche.
Le métier d'ambulancier, contrairement a ce que l'on crois, n'est ni un jeu ni un passe droit ni un métier de fainéant.
Par contre beaucoup trop d'incapables embrassent ce métier et certaines personnes risquent de voir y laisse leur santé voir leur vie.

Merci :)
Intervention sur le métier d'ambulancier le 24/05/2012 à la Cité des Métiers des Côtes d'Armor, à Ploufragan.
Le métier d'Ambulancier - Présentation - 1/6

Le métier d'Ambulancier - Journée-type - 2/6

Le métier d'Ambulancier - la formation - 3/6

Le métier d'Ambulancier - le marché du travail - 4/6

Le métier d'Ambulancier - le stage en entreprise - 5/6

Le métier d'Ambulancier - le concours - 6/6

butterfly

  • Invité
Salut
en première partie de ma vision du métier, je mettrais en avant un mot important : SOLIDARITÉ...
- solidarité entre tous les acteurs de la chaine se soins et d'urgence... quand je dis tous les acteurs, ça veut dire, tous les ambulanciers réunis, qu'ils soient du privé ou du publics, rouge ou blanc car je trouve malheureusement qu'il y a trop de "concurrence" néfastes ou corporatiste  !!
Lorsque je vois que dans des services hospitalier, des ambulanciers entre eux se "piquent" les patients !! je suis écœurée... Être ambulancier c'est apporter de l'aide aux autres : quelle soit physique, psychologique, morale ou amicale.
Donc, si nous mettions en pratique déjà cette approche entre nous, nous pourrions espérer travailler dans un peu plus de confort et de plaisir...  ::) Ensuite, bien sur, il faudrait réussir à adapter au mieux les heures de travail pour tous, c'est a dire arriver à mettre en place un système de relais, afin que chaque ambulancier ne soit pas surcharger d'heure de boulot, et que d'autres se la coulent douce  :-\
Pour bien faire notre métier et être super opérationnel il nous faut du repos.
Concernant la motivation suprême, il nous faut aussi percevoir un bon salaire à la hauteur du travail que nous fournissons...

Le métier pour qui et Pourquoi ?
Pour qui ?
Devenir ambulancier n'est pas chose aisée, il vous faut avant tout plusieurs qualités que tous le monde ne possède pas.
1) Détachement de sois
2) Ne pas avoir peur du sang
3) Avoir un minimum d'envie d'aider les autres sans vouloir en retirer un quelconque bénéfice
4) Avoir des connaissances minima dans le paramédicale et en soins urgents.
5) Avoir une maîtrise de sois et un minimum de psychologie
6) Savoir aider sans se mettre en danger personnellement, cela ne pourrait que desservir
7) Accepter le fait que votre métier ne vous apportera que très rarement une satisfaction personnelle et encore plus rarement une reconnaissance d'autrui
8) Accepter de souvent ne revoir vos proches que peu de temps et après un temps plus ou moins prolongé.

Si vous arrivez à assimiler tous ces faits, vous pouvez prétendre a suivre des formation pour devenir ambulancier ou ambulancière  ::)

Pourquoi ?
Il est très important de définir si vous voulez épouser ce métier, pourquoi vous voulez le faire !
Si c'est pour le plaisir de rouler vite comme Sébastien Loeb, de passer les feux ou les carrefours la guirlande et les trompettes à fond en pensent simplement d'avoir un sentiment d'impunité et espérer obtenir une reconnaissance quel qu'elle soit des personnes que vous pourrez être a même de "sauver".... Laissez tomber cette idée, ce métier n'est pas pour vous et vous  :-X
Vous ne jouerez pas avec la vie de personnes qui attendent de vous une compétence professionnelle de votre part.
N'oublions jamais que rarement on va vous remercier d'avoir sauvez une vie, mais dans 80% des cas on déposera plainte contre vous si la personne a subit des conséquences fâcheuses.

Être ambulancier, c'est :
- savoir reconnaître une pathologie en voyant une personne en souffrance qui ne pourra pas forcément vous aiguiller,
- savoir agir et réagir en quelques dixièmes de secondes pour ne pas mettre en danger la personne qui, dés que l'on vous a appelé sur intervention, passe sous votre responsabilité,
-  savoir pratiquer les actes et les gestes qui sauvent sans pour cela devoir se mettre en danger, il vaut mieux ne pas bouger directement en ayant une mince chance de sauver une personne que de vous retrouver vous-même en état de difficulté ou en danger et de devoir faire appel a une autre équipe parce que vous aurez décidé de prendre des risques in calculés, zoro et rambo ce n'est qu'au cinéma  >:(
Être ambulancier c'est avant tout un état d'esprit, il faut toujours garder en tête que vous devez être au top de votre forme, tant physique que mentale et surtout de ne pas emporter à la maison les problèmes rencontrés pendant votre service.
Être ambulancier c'est accepter de ne pas être reconnu tout en sachant que vos actes sauvent et que si vous ne posez pas le bon acte au bon moment, vous pouvez à tous moment vous retrouver avec un procès sur le dos  ???
Être ambulancier c'est vous donner sans compter aux autres pour un salaire dérisoire et aucune autre compensation que celle d'avoir aidé d'autres personnes de jour en jour ... seule satisfaction un Merci !!

Bien entendu, parfois le métier est aussi ingrat, on tombe sur toutes sortes de chose, cela peut aller de la brave petite dame qui doit passer une visite et demande une ambulance parce qu'elle ne peut faire autrement, en passant par un ivrogne qui a trop fêté sa bouteille ou pire encore des problèmes médicaux graves et des accidents où souvent il faut avoir le cœur bien accroché.
Si vous êtes prêt à vous donner sans compter, à rester opérationnel en se maintenant toujours informé des évolutions, dernières nouveautés ou techniques en matière de secours et n'attendez rien de plus que la satisfaction personnelle, alors oui, ambulancier est un métier qui vous conviendra ... mais bon, ce n'est pas le seul métier où vous croiserez des humains ingrats  :'(

Hors ligne Raja

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 30
  • Sexe: Homme
  • Auxiliaire Ambulancier
    • Voir le profil
 :) Ce qui m’a fait choisir ce métier pour mon Projet Professionnel est la diversité de ce travail, ainsi que la rigueur nécessaire à son accomplissement. Mais ces qualités requises sont plus nombreuses que je ne le pensais. Il est vrai que j’avais une vision assez vague de ce métier avant d’avoir fait un stage par l'intermédiaire de l'A.N.P.E.
Mais je ne savais pas à quoi ressemblait le métier de ambulancier, à part quelques clichés tels que la blouse blanche, ni quelles sont les qualités requises pour pratiquer et apprécier ce métier.
 ;) Tout d’abord, je ne m’étais pas rendue compte de la quantité de travail et de la fatigue due au métier d'ambulancier. De plus je n’imaginais pas qu’il devait exercer de si nombreuses fonctions. Mais aussi, j’ai découvert que l'AFPS (ou BNS) était nécessaire mais non suffisantes. C'est pourquoi je veux passer mon C.C.A.
 ::) Ce métier comporte un rôle bien précis et nécessite beaucoup de qualités (patience, tolérance, capacité d’adaptation, pédagogie ..) qui seront à acquérir tout au long de la carrière. Mais cependant ce métier doit être source d’enrichissement personnel et de plaisir.

Hors ligne Lisa

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 7
  • Sexe: Femme
  • Ambulance CCA
    • Voir le profil
Citer
Ce métier comporte un rôle bien précis et nécessite beaucoup de qualités (patience, tolérance, capacité d’adaptation, pédagogie ..) qui seront à acquérir tout au long de la carrière.
Cependant ce métier doit être source d’enrichissement personnel et de plaisirs partagés.

Il faut arrêter également de se bercer d’illusion. Un travail reste un travail. Il correspond à un besoin précis, pour lequel un employeur va fournir un salaire.  Voulons-nous vraiment exercer un emploi à forte responsabilité, sans horaire ?

J’ai, comme de nombreuses personnes, commencé ma carrière par des stages. Non rémunérés, bien sûr. Cet état de fait est actuellement dénoncé par des révoltes anonymes. Des abus sont dénoncés concernant les entreprises recrutant la plus grosse partie de leurs effectifs en convention de stage.
Actuellement, nous manquons, en France, d'ambulanciers.
Les étudiants préfèrent s’orienter vers des voies sans débouchés, mais tellement plus prestigieuses : le journalisme, l’art, l’histoire…
On ne peut pas les blâmer, quand on sait ce qui attend les salariés ambulanciers.
Des métiers du bâtiment, de l'agriculture, de la pêche maritime, etc...  sont bien plus à risques ou plus soumis aux intempéries et autres aléas climatique que la conduite d'une ambulance ou d'un VSL  ::)
Excusez ce petit coup de blouse...  :-\

Hors ligne kikitoul

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 174
  • Sexe: Homme
  • Etudient infirmier, ancien ambulancier.
    • Voir le profil
    • Les fourneaux de Kikitoul
Qui est bien compréhensible. Moi j'ai été vacciné de ce métier que j'aimais pourtant. Du coup, je fais les démarches pour devenir infirmier. Et c'est impressionnant de voir le nombre d'ex ambulancier parmis les infirmiers !

Mais cependant ce métier doit être source d’enrichissement personnel et de plaisir.

Si c'était vraiment possible avec ce métier et ces contraintes d'un autre âge, il n'y aurait pas tant de turn over et la profession ne serait pas en pénurie de personnels aguérit...

Hors ligne SMUR

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 1384
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier-SMUR
    • Voir le profil
Oui hélas cela est bien vrai et je serais peut être mal placé pour en parlé si je n'avais pas fait mon stage pratique dans un smur, dans celui d'un exambulancier de la sté où je bosse et un autre devenu comme toi kikit055 un infirmier mais aussi de la même boite, ceci prouvant cela . :hein36:
Pour ma part je suis entré direct comme cca sans avoir passer si l'on peut dire par la case "départ" s'est a dire comme "bns ou "afps "pour ceux qui préfèrent  ::) je peux vous dire que certes, il faut avoir une bonne conscience professionnelle et une vie bien organisée quand on est père ou mère de famille pour exercer ce métier car je ne compte déjà plus mes heures sans oublier qu'il me faut une heure par trajet pour aller du dom au boulot et retour ( certes personnes m'a dit d'aller aussi loin)  et là je dresse Carton rouge, oui je ne voyer pas ce métier comme ça  :-\ j'imaginai plus d'urgence :ambu: que du simple transport (du moins dans notre sté) mais avouer que lorsqu'on accompagne un patient(e) et qu'il se crée une relation vraiment solide cela prouve que quelques part l'ambulancier est un maillon à part entière du paramédical et que sans nous la chaine de santé serais vraiment triste.
Nous avons beaucoup d'inconvénients et peut d'avantages, mais par rapport à qui ou à quoi ? Cependant quand une clientèle nous remonte le moral on oublie vite ces petits tracas.
je suis qu'un piaf et l'avenir me feras peut-être changer d'opinion  ::)

amitiés à tous  :coucou30:

Hors ligne louzou03

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 114
  • Sexe: Femme
  • DEA + TAXI
    • Voir le profil
Ma vision du métier d'ambulancier en France est que l'on est très en retard sur la responsabilité de la prise en charge d'un patient .... à savoir : pas d'acte médicaux car si on prend l'Allemagne ou d'autres pays limitrophes, on pourrait voir que nous, on est très très très loin de leurs responsabilités.... mais les études à faire pour en arriver là et les mentalités sont différentes  ^-^

requinblanc04

  • Invité
louzou03

Sommes nous en retard sur l'Aide Médicale d'Urgence ou le transport sanitaire classique?

Hors ligne louzou03

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 114
  • Sexe: Femme
  • DEA + TAXI
    • Voir le profil
Bonjour RequinBlanc04,
Je dirai que oui, car en tant qu'ambulancier, nous n'avons pas le droit à pratiquer d'actes médicaux ... OK nous ne somme ni infirmier et encore moins des médecins (à moins qu'on reçoive une délégation pour un transport spécifique). Dans l'Allier, quand on fait un transport médicalisé, on doit être assisté par le SAMU alors quand on regarde chez les autres pays limitrophes (comme la Suisse ou l'Allemagne) ce n'est pas le cas.

requinblanc04

  • Invité
Ben je voulais juste que tu fasses la différence entre L'AMU et le transport sanitaire classique ; je pense qu'on y viendra, mais le premier pas sera de faire une distinction entre un équipage ASSU et un équipage classique qui ne fait pas de "secours", en clair seul les ambu ayant une formation complémentaire pourront faire de l'urgence (style fae voir +)

toujours un plaisir de dial avec toi, tu rappelles une époque (non pas que tu sois vieille) ;)

Hors ligne louzou03

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 114
  • Sexe: Femme
  • DEA + TAXI
    • Voir le profil
Mais je croyais que la formation FAE était destiné aux ambulanciers qui sont prévus à travailler dans le SAMU et rien d'autre ?

Hors ligne SMUR

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 1384
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier-SMUR
    • Voir le profil
Coucou Louzou  :-*

Je pense que requinblanc04 , a voulu dire une formation style FAE ,car effectivement celle-ci est fait pour les SMUR  ^-^ ;)

Hors ligne J.R.

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 1721
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Je dirai que oui car en tant qu'ambulancier, nous n'avons pas le droit d'actes médicaux
Comment veux tu que des transporteurs sanitaires fassent des actes médicaux ? même les infirmiers n'en font pas !

Hors ligne Rusty

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 3081
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier smur
    • Voir le profil
    • Ambulancier pour les nuls
Beaucoup le pense, l'avenir est aux paramédics, comme dans bien d'autre pays... Avec des formations solides et des gestes médicaux protocolés.

Cela pourrait faire l'objet d'un autre sujet,mais une fae ne serait que peu adaptée à un équipage d'ambulance non-médicalisée.

Si déjà notre formation de base était appliquée à lettre par l'ensemble de la profession, on ferait un grand bond en avant! ::)

Ce qui me manque dans notre beau métier, c'est une reconnaissance...  :'(
Pas des merci ou des louanges, non, mais une simple reconnaissance de notre rôle par les autres acteurs de santé, les autorités et pourquoi pas un jour du grand public!  :-X Je sais, je suis un doux rêveur, mais je suis sur que si chacun y met du sien...  8)

requinblanc04

  • Invité
Coucou Louzou  :-*
Je pense que requinblanc04  a voulu dire : une formation style FAE , car effectivement celle-ci est faites pour les SMUR  ^-^ ;)

Bon je vois qu'il y en a  au moins un qui suit ??
D'accord avec toi rusty, mais le métier est "jeune" bien que venant de loin
  • et nous savons qu'il y a des ambulanciers qui ont horreur de l'urgence, donc inutile de leurs forcer la main  :P

Certaines sociétés l'ont bien compris et s'appliquent à mettre des équipages volontaires en urgence. Certain CESU organisent aussi des formations complémentaire (ici ils l'appellent "équipiers-smur" )

  • Le métier d’ambulancier est très ancien car dès l’antiquité, au VIème siècle un corps de cavaliers romains était chargé d'évacuer les blessés lors des combats.


Au XVIème siècle, lors des guerres de religion, pendant le règne d’Henry IV, l’armée inventa les premières ambulances : les caisses d’artillerie, tirées par des chevaux et qui amenaient les munitions, servaient ensuite au transport des blessés quand elles étaient vides. Des soldats étaient donc affectés au relevage et au transport des blessés.

Deux siècles plus tard, en 1794, le chirurgien militaire Dominique Larrey crée les premières « ambulances volantes » qui accompagnaient les soldats jusque sur le champ de bataille et prenaient immédiatement en charge les blessés. Il s’agissait de voitures à chevaux transportant deux à quatre blessés et permettant leur évacuation vers l'arrière pour y être soignés.
Quelques années après, un autre chirurgien militaire, Pierre-François Percy fut à l’origine du concept d’ambulance médicalisée : il créa un corps de « chirurgie mobile ».

Les caissons d’artillerie de type  « wurst »  furent transformer en ambulance tout en transportant  rapidement jusqu’aux soldats blessés un chirurgien, des infirmiers et du matériel de secours. Larrey et Percy sont à l’origine de la création des brancardiers militaires, en 1813. Ils se servaient d’un brancard démontable dont chaque hampe était constituée par la lance d’un brancardier-soldat dont le shako (couvre-chef militaire) contenait du matériel de premier secours.

Dés 1830, le docteur Hyppolite Larrey mit en œuvre le concept de son père pour les civils blessés sur la voie publique.
Paris se dota en 1881, à l’initiative du Dr Henri Nachtel et de Victor Hugo (conseillers municipaux), d’un service d’ambulances hippomobiles médicalisées par des internes de l’Hôtel Dieu pour le transport des blessés sur la voie publique et des malades contaminés par la variole, ancêtres des SMUR d’aujourd’hui. Ce sera le service des Ambulances Municipales.

En 1941, l’Assistance Publique met en œuvre le service des Ambulances des Hôpitaux de Paris. C’est également à cette époque que se créent les premières sociétés privées de transport de malades. Le métier d’ambulancier privé est né.

La loi du 10 juillet 1970 précisera les premières règles organisant cette profession.


Le 26 mars 1973, est créé le Certificat de Capacité d'Ambulancier (CCA) et le 27 mars l'Agrément des Entreprises de Transports Sanitaires.
C'est cette même année que la Croix Bleue à six branches appelée « Croix de Vie » devient le signe distinctif des entreprises d'ambulances agréées.
La loi de janvier 1986 sur l’aide médicale urgente et les transports sanitaires, modifiée pour la dernière fois en 2004, ainsi que le décret de novembre 1987 sur l’agrément des transports sanitaires terrestres modifient les dispositions contenues dans la loi de 1970.
Le premier programme des études conduisant au CCA est seulement publié le 21 mars 1989 (soit 16 ans après la création du CCA) et sera revu en mai 2001.
L’arrêté du 26 janvier 2006, modifié le 18 avril 2007, remaniera en profondeur le programme de formation des études et créera le diplôme d’ambulancier. Ce diplôme deviendra un diplôme d’état par le décret du 30 août 2007 (DEA). Il est délivré par la DRASS à l’issue de la formation et de la réussite à l’ensemble des épreuves de validation.

FAE pour les ambulanciers SMUR :
Après son diplôme, l’ambulancier embauché dans un SMUR (service mobile d’urgence et de réanimation) devra suivre une Formation complémentaire d’Adaptation à l’Emploi (FAE).
Elle comprend :
    * quatre modules d’enseignement : radiotéléphonie, hygiène, décontamination et désinfection, situation d’exception et participation à la prise en charge d’un patient au sein d’une équipe médicale ;
    * Un stage dans un service mobile d’urgence et de réanimation, d’une durée d’une semaine ;
    * Un stage de sécurité routière et de conduite en état d’urgence.


Hors ligne Rusty

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 3081
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier smur
    • Voir le profil
    • Ambulancier pour les nuls
Si notre métier était respecté et valorisé, on en récupèrerait des gaziers motivés par l'urgence ...  Il n'y a qu'a voir le nombre de SPV qui préfèrent  le SAP au feu, mais qui ne trouvent pas leur compte ailleurs... Même des IDE seraient intéressés par le pré-hospitalier sous une autre forme ! Pour l'avoir expérimenté, l'équipage CCA + IDE est un binôme qui se complète très bien.  8)

requinblanc04

  • Invité
Nous étudions dans mon département la création en collaboration avec l'atsu 04 d'une association(salariés ambulanciers) afin de promouvoir notre profession auprés du public et de défendre nos compétences vis a vis  de certaine administration( surtout la prefecture).


Hors ligne SMUR

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 1384
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier-SMUR
    • Voir le profil
Voilà une bonne initiative , un parfait exemple que plusieurs départements devraient suivre :)

Hors ligne yianis

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 233
  • Sexe: Homme
  • ambulancier CCA (reconverti)
    • Voir le profil
    • sos112
liser,hurler,retrouver les erreurs,argumenter,bref,lachez-vous !!!


Hors ligne yianis

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 233
  • Sexe: Homme
  • ambulancier CCA (reconverti)
    • Voir le profil
    • sos112
je n'ai pas redimmensionné l'image pour que ce soit lisible !!

moi,ça me désole  >:(

Hors ligne ambulancier webm

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 23
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • allez voir
qu'est ce qui te desol, c'est une vision un peu simpliste, avec quelque faute de syntaxe
mais bon le plus gros est là.

Hors ligne yianis

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 233
  • Sexe: Homme
  • ambulancier CCA (reconverti)
    • Voir le profil
    • sos112
ah bon,pour toi tout vas bien!!
explique moi comment un jeune de 18 ans peut être ambulancier,sachant qu'il faut 2 ans de permis !!

et quand on dit que ta profession n'a pas de perspectives d'avenir,tu trouves ça normal !!!

requinblanc04

  • Invité
3 ans de permis, 2 ans si conduite accompagné.
bon maintenant vais lire l'article :ange:
il date pas d'aujourd'hui l'article, enfin j'espere :'(

Hors ligne Rusty

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 3081
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier smur
    • Voir le profil
    • Ambulancier pour les nuls
C'est du grand n'importe quoi!  :P Comment etre crédibles aupres du grand public apres un tel déballage d'aneries??

Hors ligne ambulancier webm

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 23
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • allez voir
ah bon,pour toi tout vas bien!!
explique moi comment un jeune de 18 ans peut être ambulancier,sachant qu'il faut 2 ans de permis !!

et quand on dit que ta profession n'a pas de perspectives d'avenir,tu trouves ça normal !!!


oui la y'a un kouak, j'ai survolé l'article dsl
maintenant il est vrai  que ce métier n'offre pas beaucoup de possibilité d'évolution
afps
cca ou da
régulateur ou monté sa boite
et aprés.....
changer de profession

Hors ligne yianis

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 233
  • Sexe: Homme
  • ambulancier CCA (reconverti)
    • Voir le profil
    • sos112
ah bon,pour toi tout vas bien!!
explique moi comment un jeune de 18 ans peut être ambulancier,sachant qu'il faut 2 ans de permis !!

et quand on dit que ta profession n'a pas de perspectives d'avenir,tu trouves ça normal !!!



oui la y'a un kouak, j'ai survolé l'article dsl
maintenant il est vrai  que ce métier n'offre pas beaucoup de possibilité d'évolution
afps
cca ou da
régulateur ou monté sa boite
et aprés.....
changer de profession

ok,on le sais tous !!mais ce n'est pas une raison pour le mettre !!
imagine,tu fais un papier dans le même style en mettant que le metier de journaliste n'a pas de perspectives d'avenir ???ils vont dire quoi les journalistes ?

Hors ligne secours à personne

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 85
  • Sexe: Homme
  • ambulancier
    • Voir le profil
Ben désolé Yanis mais il faut être juste...
Le métier d'ambulancier n'est pas un métier avec beaucoup de possibilité d'évolution...pourquoi vouloir le cacher?
Il aurait fallu rajouter que des perspectives s'ouvrent ici et là (passerelle CCA/DPAS, etc.) et que dans l'avenir, je pense qu'il va y avoir une refonte du secours à personne.

Amicalement
Christophe

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bienvenue sur le site web devenir-ambulancier http://devenir-ambulancier.com/
Le métier d'ambulancier - Notre vision  ^-^

Les ambulanciers sont en grande majorité salariés, par des entreprises de transport sanitaire privées. Il s'agit souvent de petites entreprises familiales qui ne dépassent pas une dizaine d'employés et possèdent pas plus de cinq véhicules.
Il peut aussi travailler dans les établissements publics d'hospitalisation, de soins,de cure, ou dans les SMUR.

C'est une profession où il est nécessaire d'être très disponible. En choisissant ce métier, mieux vaut être prévenu de ces difficultés, car nombreux sont ceux qui, après avoir obtenu le DEA (diplôme d'Etat d'ambulancier), abandonnent au bout d'un an. :'(

L'ambulancier, en urgence ou sur rendez-vous pour des soins réguliers, transporte des blessés graves, des personnes atteintes de maladie, des personnes âgées ou handicapées vers les hôpitaux, les maisons de retraites (en relation avec les aides-soignantes et les infirmières) ou les centres de cure.
Il conduit aussi des véhicules sanitaires légers (VSL) pour les transports en position assise ou de véritables ambulances si le malade doit rester allongé. Il va chercher son patient à domicile.
Attentif au bien-être de son passager, il l'aide à monter dans le véhicule, l'installe confortablement, veille sur son état pendant le trajet et il peut pratiquer les gestes de sauvetage si nécessaire.

Ce professionnel doit aussi remplir certaines tâches administratives : feuilles de surveillances, facturations (pour les ambulanciers privés). De plus il est responsable de l'entretien de son véhicule et du matériel médical qui s'y trouve.

Les qualités indispensables pour un ambulancier : disponibilité, discrétion, politesse, gentillesse, prévenance, tact, calme. L'ambulancier doit faire preuve d'une grande présence d'esprit et savoir prendre des décisions rapidement.

Les conditions de travail sont difficiles et nécessitent une très bonne résistance physique, nerveuse, un contrôle de soi à toutes épreuves et un sens poussé des relations humaines.  :ange:

La vision d'un chef d'entreprise http://esperancefr.free.fr/joomla/index.php/portrait/entreprises-de-transport-sanitaire/178-les-ambulances-du-val-dorbey

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6753
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Par C.Smith, ambulancier gérant.

Il y a quelques années, déjà plus de 8 ans, l’ambulancier est devenu professionnel de santé. Il a été décidé de lui changer sa formation en l’axant plus vers l’urgence, bonne idée. On nous à mis en place des formations continues, bonne idée également. Il y a quelques années, on nous a imposé la norme EN 1789 FR pour nos véhicules, bonne idée aussi.

Voulant rester dans cet esprit d’évolution de la profession, un certain nombre d’entreprises à travers notre pays ont pris la décision de compléter le matériel obligatoire, multi-paramètres, pousse seringue électrique, etc….
On est même arrivé à pouvoir mettre en place et dans les départements demandeurs, un  système de transmission des données bilans via une connexion internet embarquée (télé-médecine) et sommes également impliqués depuis fort longtemps dans les urgences pré-hospitalières.

Suite à ces évolutions, on nous sollicite de plus en plus pour les prise en charge des transferts des services tels que les USIC, USC, RÉA, CORO, NEURO, etc…. et on ne peut que remercier le personnel de ces services qui nous font confiance depuis ces années.

Vous êtes sûrement en train de vous demander pourquoi tout ce texte juste pour expliquer une partie de notre profession que tout le monde connait déjà. En réalité je me pose encore la question...

Il y a quelques jours, j’ai eu vent de la mise en place d’un exercice alpha sur notre département courant décembre (comme il y a pu avoir dans les départements voisins). Suite aux malheureux événements ça parait une très bonne idée.

Je me suis donc renseigné dans les départements ayant déjà participé à ces exercices où on implique les ambulanciers privés au même titre que les sdis, secouristes et samu. Suite à ça, en ambulancier passionné et impliqué, je me dirige donc vers mes institutions gérantes locales en proposant l’idée d’essayer d’inclure les ambulances privées. Pour l’instant cela parait logique, idée de renforcer (ou créer) le travail inter services.
A ma grande surprise il m’a été répondu que nous n’étions pas prévu dans cet exercice, et à priori que nous ne serions pas sollicité, tout simplement. Ca resterait inter samu-sdis-secouristes.

Alors, à votre avis comment sommes nous perçus, reconnus, vus par nos institutions locales ?

- Sommes nous donc capables de faire mieux que des transports tels que les consultations, sorties d’hospit, rééducations, transferts etc…? - Sommes nous réellement des professionnels de santé ?
- Avons nous vraiment la capacité de prendre en charge des urgences pré-hospitalières plus importantes que des fractures d’un pouce ou des céphalées ? (pour exemple)
A vous de voir….

Pour ma part je reste persuadé que nous restons un maillon essentiel dans la prise en charge des urgences. Nous avons le matériel et les compétences, nous sommes également capables de venir en aide sur des plans alpha, novi, blanc. Je suis persuadé que nous possédons assez d’ambulances sur tout le département ainsi qu'en France pour participer à ces plans si c’est un jour nécessaire. Je reste également persuadé que tous mes confrères ambulanciers sont potentiellement prêts à y participer.

L'évolution de notre profession reste une directive importante, au même titre que l’amélioration de nos prises en charge, même si apparemment nous manquons énormément de soutien !

Essayons de ne pas perdre de vue que nous travaillons tous pour la même personne, peu importe que nous l’appelions victime, patient, impliqué.. Car ces personnes ne doivent pas devenir otage d’une pseudo bataille de grands chefs (...)

C. Smith
Sébastien CHMIL
Vice-président du CATSUF chargé de la communication
https://www.catsuf.fr/catsuf/temoignages/318-quel-avenir-pour-notre-profession

Hors ligne secourinou

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 12
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Il est à noter que le personnel ambulancier est confronté à de nombreux risques professionnels :

Citer
La prévention des risques professionnels des ambulanciers
Un ambulancier assure le transport sanitaire des malades et blessés vers une installation médicale, notamment dans des situations d’urgence.
L’ambulancier est très exposé à la fois par la conduite automobile rapide, la manipulation et la proximité des patients et par l’environnement des accidents ou il est amené à intervenir.
Le personnel ambulancier est confronté ainsi à de nombreux risques professionnels,
- physiques, telles les lombalgies dues à la manipulation de patients inanimés ou à mobilité réduite, ou à la conduite automobile prolongée,
- biologiques du fait de sa proximité avec des blessés ou des malades (exposition au sang, contagiosité …),
- mais aussi chimiques par contact avec des produits médicaux, détergents et désinfectants,
- et psychologiques enfin par côtoiement constant avec des personnes souffrantes et parfois dans des conditions violentes.
Ces risques sont aggravés par des conditions de travail stressantes, comme le travail de nuit ou isolé ou en zone hostile (catastrophes, attentats …) avec des exigences d’efficacité et de rapidité qui peuvent interférer avec les contraintes de la circulation routière (embouteillages, Code de la Route...) et générer des situations de conduite propices aux accidents routiers.

la suite sur http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=570