Sondage

Avez vous l'impression d'être pris au sérieux par les équipes soignantes ?

oui
2 (14.3%)
un peu
6 (42.9%)
pas du tout
5 (35.7%)
je ne sais pas !!
1 (7.1%)

Total des votants: 11

Auteur Sujet: Ambulanciers, sommes nous vraiment considérés comme des acteurs ou des partenaires de qualité ?  (Lu 31952 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne leburon63

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 820
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • http://www.fr.debian.org/
Avez vous l'impression d'être pris au sérieux par les equipes soignantes ?

apres avoir repondu au sondage n'hesitez pas à argumenter et à illustrer par vos anecdotes.

Hors ligne Rusty

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 3081
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier smur
    • Voir le profil
    • Ambulancier pour les nuls
Ca va dependre de beaucoup de choses:la reputation de la société,la precision de tes transmissions (ou le fait de les demander en cas de prise en charge...),la presentation,le materiel,la facon de parler etc...

Mais on peut dire sans trop se tromper que l'on passe trop souvent pour des incompetents...
La faute à qui?? :?:
A l'erzatz d'ambulancier qui est passé avant nous en survetement avec une clope à l'oreille?A celui qui c'est pris pour un urgentiste en mettant un patient en crise de tétanie sous 15L :shock: ...

Va falloir un sacré ménage dans la profession avant que l'on est un semblant d'estime :roll:

Et c'est a nous de construire ça au quotidien (ca va pas etre facile! :lol: )!

lhamo dondup

  • Invité
Etre pris au sérieux par les équipes soignantes lorsque l’on est ambulancier/secouriste, peut être facile ou difficile selon l’impression que l’on donne au premier contact.

Dans quelques mois, si tout va bien, je serais du côté des soignants (IDE).
Pour l’instant je n’ai pas souvent fait allusion au fait que j’étais ambulancier, lors de mes différents stages hospitaliers.

Ce n’est pas que j’avais honte, mais plutôt le fait que j’ai été spectateur de situations où certains ambulanciers m’ont mis plutôt mal à l’aise : il y a tout d’abord ceux qui se présentent en tenue de civil, avec un langage tout juste correct et une literie de brancard déplorable;  ceux qui arrivent avec des retards considérables sur l’heure prévue; ceux qui bâclent leur prise en charge : pas d’O² pour le patient, lors du transfert jusqu’à l’ambulance (alors que celui-ci l’a sur 24h,  avec un débit supérieur à 2l/mn) ; pas de contention de fracture, en arrivant au SAU, alors que la victime est visiblement algique…

Quand on s’occupe de patients, de victimes, l’une de nos priorités (enfin, c’est ce que je pense) est de considérer notre prise en charge, comme s’il s’agissait d’un proche.
Il ne s’agit en aucun cas de « la fracture de la chambre 8 » ou d’un transport que l’on doit expédier parce qu’il y a au bout « une prime » et que plus il y aura de transports effectués, plus il y aura de primes.

Je suis très critique en vers mes collègues ambulanciers. J’ai longtemps entendu dire que 80% des ambulanciers l’étaient par défaut et que seule la notion de conduite les motivaient.

Pour en revenir aux relations soignants – ambulanciers,  voici certains principes  que j’aimerais voir ou entendre, en tant que soignant :
-   arriver dans le service, en se présentant
-   avoir le nom et le sexe de la personne que l’on prend en charge, et non comme, je l’entends souvent, que la destination
-   adapter sa prise en charge

Dans le cas des urgences :
-   avoir immobilisé la victime d’une fracture
-   faire les transmissions, à l’IDE ou au médecin, nécessaires à la bonne prise en charge du patient

Toujours dans le cas d’un transfert de patient et notamment lorsqu’il s’agit d’un patient du SAU, le minimum serait de se renseigner de l’état de la personne que l’on va transporter.

Si pour certains d’entre  vous, tout ce je dis peut vous paraître logique, sachez que le contraire existe, malheureusement.

Mais voilà, il ne faut pas jeter la pierre qu’aux ambulanciers (employés). Le statut de structure privé travaillant pour le service public relève parfois de la gageure : la notion de rentabilité face à la détresse humaine : quelle « casse tête ».

L’avenir des transports sanitaires passe t-il par un changement de statut ?
Que nous réserve le législateur ?
Les normes européennes vont-elles être l’électrochoc de la profession ?
La considération envers les ambulanciers passe t-il par un changement de leurs mentalités ?
Quelles sont les véritables motivations des employeurs ?

Autant de questions pour autant de disparités entre nos collègues européens.

Mon cher Leburon63, je ne sais si j’ai répondu à tes attentes, mais je suis prêt à continuer cette discussion, par post interposés.    

Cordialement

Hors ligne Indien

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 58
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier
    • Voir le profil
    • http://hautes.alpes.secours.free.fr
Il y a des jours, c'est vraiment limite. Et pourtant, j'ai vu masser des IDE désoler mais le patient :DCD. Attention, je ne la tiens pas pour responsable, il faut voir le contexte (état du patient) :wink:

lhamo dondup

  • Invité
Y avait il un médecin sur place ?
Qui a demandé le MCE ?

Il ne faut oublier que c'est le médecin qui déclare la mort et non l'IDE.

Hors ligne Rusty

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 3081
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier smur
    • Voir le profil
    • Ambulancier pour les nuls
Je me suis egalement vu pratiquer un MCE,pendant 20 mn en attendant le SMUR, sans recuperer le patient... :? Je ne pense pas que l'on puisse juger la dessus... :?

Hors ligne Indien

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 58
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier
    • Voir le profil
    • http://hautes.alpes.secours.free.fr
La mort est une chose, mais la moindre des chose est déjà de masser avec les 2 mains et non pas une puis l'autre en essayant de nous expliquer qu'au gabarit du patient on pouvait s'adpter. Oui il y avait un médecin qui est arrivé peu de temps aprés, et qui aprés avoir vu les antécédent du patient... Le plus dérisoire, c'est qu'ici on nous prend seulement pour des chauffeurs car 60% des gens ne savent même pas que l'on va en formation 3 mois pour le CCA. :evil:

Ambu 08

  • Invité
Bonsoir à tous,
En fait pas grand chose à rajouter...Les situations évoquées collent à la réalité du terrain....malheureusement !!!
Comme dans tous les domaines d'activités c'est toujours le mauvais exemple qui marquera les memoires...d'ou cette facheuse habitude à mettre tous les ambulanciers dans le même sac...
En ce qui me concerne, je m'attache à faire mon travail le plus professionnellent possible, sans tenir compte du comportement de mes collégues ou du dédain de certaines catégories de personnels hospitaliers ou autres...Et ça marche!!!Attention je ne suis pas en train de dire que je suis le meilleur ambulancier du monde mais comme le dit ihamo dondup certains details peuvent faire la difference.
La politesse, une tenue vestimentaire adaptée permettant d'identifier l'ambulancier, une hygiéne individuelle exemplaire, du materiel entretenu, des connaissances mises à jour etc...sont quelques pistes à exploiter pour être reconnu...
Etant des ambulanciers ruraux, nous travaillons souvent avec des structures hospitalieres et des SMUR à taille humaine et nous entretenons d'excellent rapport avec eux.Certains medecins et IDE du SMUR regrettent même de ne pas travailler avec nous plus souvent...et je vous assure que cette reconnaissance vous met du coeur à l'ouvrage.Bien sur cette confiance ne s'est pas obtenue du jour au lendemain, et il a fallu montrer nos compétences et la qualité de nos prises en charges par le biais du conditionnement des victimes et l'utilisation du materiel, de la cohérence de nos bilans et la redaction systematique de fiche de bilan secouriste à l'attention des SAU...
Par contre c'est vrai aussi que quand nous avons à faire à des CHU ou des etablissement plus gros, l'amalgame est souvent de mise...et c'est regrettable, mais je ne jette pas l'eponge pour autant et j'essaie de leur montrer une autre image de l'ambulancier.
Il est vrai egalement que souvent, l'ambulancier cherche le baton pour se faire battre...Tenue vestimentaire douteuse, vocabulaire de charretier...j'en passe et des meilleurs.
Il faut se rendre compte du metier que l'on fait...je pense que beaucoup d'entre nous sont ambulanciers sans avoir vraiment la vocation!!! et qu'on ne s'y trompe pas, c'est ce qui fait bien souvent la difference...
Amicalement.
NB: merci à Le buron pour ce sujet trés interressant... :D

Hors ligne antibois

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 31
  • Sexe: Homme
  • AMBULANCIER
    • Voir le profil
Pour continuer dans le même sujet, je pense que la faute en reviens à tous:
- à l'ambulancier, car il se doit de se maintenir au courant des dernières techniques de secourismes, et ce même si le législateur ne pense pas à instaurer un recyclage obligatoire tous les 2 ans. il se doit d'êrte propre sur lui, d'avoir une ambulance impeccable, avec du matériel adequat. de respecter son client/patient, en usant de la meilleurs technique possible adapté à la patologie du patient transporter.
- au patron d'ambu privé, car pour la pluspart, c'est l'argent qui les motivent, et oui se sont des entreprise du secteurs privé, donc rentabilité oblige. donc dans se sens, ils sont pret souvent à accepter n'importe quel transport dans n'importe quel condition (fauteuil roulant en VSL, plusieurs patient en ambu, etc...).
- au personnel médical des CH et autre clinique, car il savent que trops bien que nous sommes pour la pluspart la dernière roue du carosse. quelqu'un disait plus haut quon devrait se renseigner sur l'état du patient, je ne suis pas d'accord, car se sont les IDE et autre medecins qui ont l'obligations de nous donner toutes informations se révélant utiles pour le transport.

La solutions, je pense que oui, il faut changer en profondeur le statut de l'ambulancier privé, d'abord il doit être sous la tutelle du ministère de la santé (puisqu'on est formé par celui-ci) et non pas sous celui des transport, car que je sache, nous transportons des êtres humains malades, et pas des quartiers de viandes. bien que des fois, vu les conditions de travail, j'en ai l'impression. ensuite il faut que nous soyons mieux formé et plus souvent. la dernière promotion de CCA ont appris à utilisé un DSA, moi je fais souvent de l'urgence, je peux vous dire que les medecins qui sont avec moi préferais que je sache poser une voie plutot que je vienne avec un DSA. sans une meilleurs formation rien n'avancera.

pour finir, cela fait à peine 3 ans que je suis ambulancier CCA, et je quitte ce métier extraordinnaire, pleins d'amertume, car je suis convaincu que si tout le monde le voulais ont pourrais en faire une super profession.

Hors ligne cmoijm

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 14
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • http://www.police-info.com/pm
Bonjour

J'ai voté un peu, bien que pour moi le problème ne se pose pas. Je bosse de nuit, je connais les équipes de nuit et ceux-ci me connaisse également, donc j'aurais pu voter oui. Mais il est vrai que la réalité est tout autre la journée, avec certains ambulanciers comme vous le dites plus haut.

Citation de: lhamo dondup
Il ne faut oublier que c'est le médecin qui déclare la mort et non l'IDE.

C'est la logique, car dans la réalité c'est des fois autrement. MCE sur inter, bilan au 15 en donnant les antécédants, l'age, il m'est arrivé, certe trés rarement, que le médecin me dise stop, sans pour autant se déplacer, et c'est SOS médecin qui viens plus tard faire le certificat de décès.

Bonne journée

stephane

  • Invité
Il ne faut oublier que c'est le médecin qui déclare la mort et non l'IDE

pas toujours!
N'importe qui peut diagnostiquer la mort sous conditions:
- tête séparée du corps de plus d'un mètre de distance
- état de putréfaction avancée du corps.
 :lol:

pour le reste, si "l'équipe soignante" me prends pour un déménageur, je me fait un plaisir de lui rappeler que si je suis un déménageur, ça veut dire que le malade est un meuble!

jo

  • Invité
Un bon baromètre pour savoir si nous sommes considérés à notre juste valeur par le corps médical et/ou paramédical, est, selon certains, la qualité des transmissions que l'on nous fait: conditions particulières de transport, ATCD, pathologie etc... Qu'en pensez-vous?

manualex44

  • Invité
superficielles, bien sur !
Combien de fois, lors de la prise en charge, et que tu demandes quelques infos, on te répond "YAKIFOKISOITRANSPORTE" ou pire "CA VOUS RGRDE PAS" !
Tant que nous ne serons pas officiellement pas affilier au secteur santé en tant que paramédicaux, y'a rien à espérer. Tant que certains médecin nous parleront de secret médical dont nous ne pouvons pas bénéficier ...
Tiens, ca me rappelle quelque chose ca !

requin blanc 04

  • Invité
superficielle mais mieux concidere dans le 28/04 et 05 que dans le 78 et je rejoint manualex44

manualex44

  • Invité
je ne sais pas si c'est vraiment fonction des départements, y'a des cons partout.