Auteur Sujet: Je ne me sens pas l'âme de soignant .... Ce métier est il fait pour moi ?  (Lu 24753 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Nico99

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 194
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Bon aller, un petit up !

Je me suis lancé, je suis inscrit à une école à Paris, rue Didot, j'ai passé tous le cap administratif des vaccinations, autorisations,.....

J'ai passé mon CCA dans cette école.Une super école,d'ailleur,avec de tres bon formateurs,tous tres sympa et une des secretaires des ambulanciers,hummmmmmm.

Bon stage a toi.

Hors ligne jp77

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 1834
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
peux tu nous donner ta region ?

Hors ligne ines2003

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 2
    • Voir le profil
j'ai commencé par des missions intérim en temps qu'auxiliaire ambu, et quand j'ai décidé de m'inscrire pour le concours, je suis allée voir une des boites de chez moi et j'ai demandé un CDD d'un mois, il m'en ont proposé 3. Pour avoir le droit de bosser j'ai juste passé une visite médicale pour avoir l'autorisation préfectorale de conduire des véhicules sanitaires et transports public... tout le monde l'a je crois. On a le droit d'exercer 3 mois sans avoir de diplome à part le brevet de secourisme à jour. Au delà il faut passer l'auxiliaire ambu 70h de formation, ou alors le DEA 5 mois.
Je suis un peu fatiguée j'éspère que j'étais clair et que ma réponse t'aura aidé.   :)



salut j ai mon cartificat d auxilliaire ambulancier pourrais tu me donner  les coordonner de l interim merci a toi by

Hors ligne bene

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 14
    • Voir le profil
bonjour,
 j'ai vite survollé la discution
de memoire et si ca se fait partout bien sur!! Pour passé le dea il faut si tu n'a jamais excercé un stage de sensibilisation obligatoire, apres bien sur avoir l'AFGSU a l'epoque quand j'ai passé leDA  afps etait bon mais c'etait la premiere et derniere année normalement.
 En ce qui concerne la salaire tout est négociable dans toutes les boites que j'ai fait personnes n'avait le meme salaire, il y a une base apres....
 En ce qui concerne la conduite, certe on passe du temps a conduire mais pas tous sur les textes il n'est pas precisé que le DA doit etre avec le patient il est dans l'ambu c'est tout apres si tu est avec un conducteur ambulancier( terme ) c'est toi qui a la responsabilité de l'ambu et donc du patient  donc seul juge, si tu est avec un autre DA pas de probleme.
En ce qui concerne le boulot, suivant la region et la boite tu peux etre amener a faire plein de chose interessantes (appel samu, smur secondaire, rapatriement sanitaire) mais aussi du VSL voir des ambu "taxi". le travail paut etre tres diversifier comme tres routinier aussi et a mon sens ce n'est pas en un stage de sensibilisation et en stage de DA que l'on arrive a voir reelement le metier d'ambulancier.
exemple: montpellier, nice, paris n'ont rien a voir au niveau travail!!!

Hors ligne pttneil

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 8
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Bonsoir tous le monde

Bonsoir bene  ;)
Quand tu die « exemple: montpellier, nice, paris n'ont rien à voir au niveau travail!!! » tu veu dire quoi par sa, moi je sui de Nice le métier d’ambulancier m’intéresse il y a quoi qui change …

Merci

Hors ligne bene

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 14
    • Voir le profil
Et bien chaque boite et chaque region a sa maniere de fonctionné sur paris tu peux avoir des boites specialisé en urgence voir meme faire que du samu ou certaines specialisé en rapatriement, sur nice il y a par exemple tres peu de vsl dans l'ensemble et tous le monde ne fait pas d'urgence. donc apres c'est en foction de ses stages et de son stage de sensibilisation que l'on a l'occasion de voir differentes societés et trouvé celle qui conviens, en avantage, en inconvenient, en salaire.

Hors ligne Mapy 64

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 24
  • Sexe: Femme
  • QUE LA VIE EST BELLE
    • Voir le profil
Salut,
sache que le métier d'ambulancier ne consiste pas qu'à conduire et même quand tu sera en vsl ou au volant de ton ambu il te faudra malgré tout avoir un oeil sur tes malades et je pense que ta phobie de la maladie de la misère etc.  passera en temps et en heure, bon courage pour la suite.

Hors ligne kit055

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 2107
  • Sexe: Homme
  • Police Nationale
    • Voir le profil
C'est quand même laborieux à mon sens, c'est comme vouloir devenir médecin alors qu'on ne supporte pas la vue du sang, ou alors j'ai un ami qui voudrais devenir chirurgien esthétique et qui ne peut pas supporter la vue d'une aiguille, on est en train de se concerter avec nos amis pour lui faire comprendre que ce n'est pas vraiment la branche qu'il devrait suivre, je pense la même chose vis-à-vis de ta situation...

Hors ligne Rusty

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 3093
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier smur
    • Voir le profil
    • Ambulancier pour les nuls
Comme un policier qui aurait peur des armes à feu?  ;D

Hors ligne kit055

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 2107
  • Sexe: Homme
  • Police Nationale
    • Voir le profil
Exactement, d'ailleurs c'est rédhibitoire, en cas de constatation d'une gêne particulière au port d'une arme à feu l'élève gardien de la paix ou adjoint de sécurité sera invité à retourner sagement chez lui....

Hors ligne J.A.

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 184
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
En effet il vaut mieux  ;D ;D

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6682
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Infirmière, psy, conductrice, mécanicienne : Zoé aime les différentes casquettes de son métier, mais regrette un salaire qu’elle juge trop faible.

« Tout ce que les gens retiennent de nous, c’est qu’on leur casse les pieds avec le gyrophare aux heures de pointe. » Zoé, 40 ans, est ambulancière et déplore que son métier soit trop méconnu, et pas assez bien considéré.
« Etre celle qui maîtrise, qui ne s’affole pas quand c’est la panique, qui connaît les gestes, ça me plaisait » : voici comment elle décrit son métier, qui fut un « coup de foudre » lorsqu’elle l’a découvert. Et voici comment elle y est venue :
« Adolescente, je me foutais de tout. Je cherchais un prétexte pour m’enfuir du lycée, je suis allée aux cours de secourisme de la Croix-Rouge et j’ai bien accroché. J’avais envie d’être dans le soin, mais pas de faire des études pendant des années. »

Après un concours et une formation de quatre mois, comprenant un peu de médecine, de l’administratif, de la déontologie, la voilà opérationnelle.
Ambulancière depuis dix-huit ans, Zoé a exploré pas mal de facettes du métier, sans évoluer vers la fonction publique ni s’installer comme chef d’entreprise.
« Apporter une petite part d’humanité »

Depuis qu’elle a démarré, Zoé trouve que l’image de sa profession s’est améliorée :
« Avant, on était vus comme des transporteurs, on n’était pas pris plus au sérieux que ça. Maintenant qu’on est mieux formés, six mois au lieu de quatre, c’est différent. On est des vrais acteurs de la chaîne des soins. »

Ce qu’elle aime dans son métier : ne pas avoir le temps de s’ennuyer, faire un peu de tout, des rapatriements sanitaires, du Samu, des entrées et sorties d’hospitalisation, des rééducations, du grave et du moins grave.

Avec son collègue, toujours présent avec elle dans l’ambulance, elle doit être capable d’assurer les premiers secours, de réanimer, mais aussi d’assurer la mécanique de base, le code de la route « et surtout faire preuve d’une patience d’ange vis-à-vis des personnels soignants, des patients, des familles souvent inquiètes ».

Elle apprécie d’apporter à ceux qu’elle transporte « une petite part d’humanité » :
« J’aime penser que ça a de l’importance. Par exemple pour les gens en fin de vie. L’important dans ce métier, ce n’est pas la conduite, c’est ce qui se passe dans le véhicule. »

Seul bémol : elle est mal payée pour une moyenne de douze heures par jour. Si elle avait encore des enfants en bas âge, elle choisirait un autre métier, car il est très rare qu’à 19 heures elle soit rentrée chez elle. « Il ne faut pas avoir une vie personnelle trop exigeante », glisse-t-elle.

Source et suite : http://www.rue89.com/2013/07/18/zoe-ambulanciere-pense-metier-a-fait-meilleure-personne-244050


Un professionnel, qu'il soit ambulancier, chef d'entreprise, infirmier, aide soignant ou pompier. Un portrait pour partager sa vision du métier passée, présente ou à venir. Chacun est différent et pense différemment. Découvrons ces professionnels qui ont accepté de se livrer et de partager leur expérience.
Sur le site de l'ami Franck :  http://esperancefr.free.fr/joomla/index.php/portrait/entreprises-de-transport-sanitaire/178-les-ambulances-du-val-dorbey

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6682
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Ambulancier, présenté par l'Onisep : Au volant, un conducteur à part dont la première mission est de transporter les blessés, les malades, les personnes handicapées et les personnes âgées vers les hôpitaux, les cliniques ou les maisons de retraite.  Il doit veiller au confort du passager même s'il conduit à grande vitesse dans une situation d'urgence.

Connaître l'état du malade  ::)

Quelle que soit la structure pour laquelle il travaille (Samu, hôpital, Croix-Rouge...), l'ambulancier s'informe des consignes auprès des médecins et des infirmières : degré d'urgence du transport à effectuer, type de blessures de la personne à prendre en charge...

Au service du malade  ^-^

L'ambulancier aide le malade à monter sur le brancard dans l'ambulance, puis il l'installe le plus confortablement possible en fonction de son état.
Durant le trajet, il veille à son confort et à son état de santé. Il peut intervenir en cas de besoin pour apporter les premiers secours (bouche-à-bouche, massage cardiaque...).


http://oniseptv.onisep.fr/index.php?mode=search&recherche=ambulancier

Hors ligne sylvia

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 1
  • Sexe: Femme
  • Sans Profession
    • Voir le profil
    • site à parcourir
Etant actuellement en reconversion professionnelle, j'aimerais aussi devenir ambulancière mais je me demande si j'en suis capable car je suis de nature plutôt sensible (mais pas fragile non plus).

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6682
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour Sylvia
sensibilité, empathie, tendresse sont des critères que les secouristes de tous métiers ont dans leurs gènes, après il faut savoir dissocier le travail de sa vie personnelle en faisant des débriefings avec les collègues de travail voire un psychologue de temps en temps.
Pour vous convaincre que c'est un métier pour vous commencer par la fonction d'Aide Ambulancier ! Sa formation ne dure que 70h00 et coute moins cher que le DEA.

D'autre part comme il est suggéré en début de forum par J.R. faites le stage d'observation dans une entreprise agréée par l'école de formation (IFA) afin de savoir si cela vous plait ou pas  :P
Lire ces articles du site de Franck qui a commencé in s'informer sur ce forum avant de franchir le pas  8) d'autres pourraient vous convaincre ou vous dégouter  :-\

Le stage de découverte est obligatoire pour présenter le concours d’entrée en école d’ambulancier. Il comporte une durée de 140 heures et peut être réalisé dans deux entreprises différentes. Il est destiné à présenter au futur candidats le quotidien du métier d’ambulancier, ses contraintes, ses avantages et ainsi lui permettre de mieux juger son choix d’orientation. Ce stage est mis en place afin de sélectionner les candidats et essayer de s’assurer qu’ils choisissent ce métier en connaissance de cause au vu de la particularité et des difficultés de cette profession.

http://www.ambulancier.fr/stage-de-decouverte-140h/

http://www.ambulancier.fr/ambulancier-5-ans-apres-ou-jen-suis/