Auteur Sujet: LES TROUBLES CARDIAQUES.  (Lu 2828 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6662
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
LES TROUBLES CARDIAQUES.
« le: 29 octobre 2015, 15:17:00 »
Bien comprendre et comment différencier un ANGOR d'un INFARCTUS.

Une étude Urgencyclopédie. https://www.facebook.com/urgencyclopedie/
L'infarctus, est une cause réelle de mort subite pour les 99% d'individus frappé par ce fléau, les statistiques disent qu'une personne sur 40 000 est sauvé par une cardio-réa réalisé par un passant qui connait les gestes de survies (PSC1), le système de secours français qui est quasi nul, n'est pas en mesure d'intervenir dans les temps auprès d'une personne en ACR, cette technique pourrait vous sauver la vie, lisez et rappelez-vous en.

Qu'est-ce que l'ANGOR ?
Il y a deux types d'angors : L'ANGOR stable et l'ANGOR instable.

L'ambulancier va devoir bien différencier les deux types d'angors  ???
L'angor communément appelé aussi angine de poitrine, correspond à l'apparition de douleur aiguë généralement situés dans le côté gauche de la poitrine, témoignant d'un déséquilibre entre les apports et la consommation en oxygène du myocarde (Partie basse du coeur), qu'on appel (Ischémie Transitoire).

Dans plus de 95% des cas, l'angor est dû à une maladie coronarienne dût à des plaques d'athérome (Sécrétions obstructives) réduisent le diamètre des artères et leur capacité de vasodilatation (Élargissement des artères).
On mesure l'importance du trouble atheromateux en fonction de la douleur et de sa fréquence :

- Quand l'ischémie se définie par une douleur intermittente et régulière, c'est qu'elle apparait à partir de 50 à 70% de réduction du diamètre de l'artère et qu'elle apparaît donc généralement à l'effort.
C'est l'ANGOR STABLE.
- Pour définir l'angor stable, l'ambulancier devra s'intéresser sur :
° La fréquence des douleurs, le temps des douleurs et les
temps d'arrêts entre chaque douleur.
° Si le patient était en activité.

- Quand l'ischémie se définie par une douleur permanente et anarchique, c'est qu'elle apparaît au delà de 90% de réduction du diamètre de l'artère.
Elle apparaît donc à l'effort mais aussi au repos.
C'est l'ANGOR INSTABLE.
Pour définir l'angor instable, l'ambulancier devra s'intéresser à :
° Depuis combien de temps la douleur dure.
° Si le patient était en activités ou au repos.

Signes cliniques de l'angor stable et instable.

Douleur ressentie :
- Au milieu de la poitrine, dans la région rétro-sternal (derrière le sternum).
Elle se présente pour l'angor stable :
- En fréquences régulière, toute les 30 mn sur des durées assez courte.
Elle se présente pour l'angor instable :
- En fréquences totalement anarchiques et irrégulière sur des durées courte.

Elle s'irradie fréquemment :
- Vers le côté gauche du cou.
- Le côté gauche de la mâchoire inférieure.
- Les membres supérieurs, surtout le gauche.

Parfois, elle se limite uniquement à une irradiation le plus souvent vers:
- Le bras gauche.
- La région dorsale.

Sensation de :
- Serrement.
- Écrasement.
- Impression d'avoir un étau dans la poitrine.

L'angor peut s'accompagner entre autres de :
- Céphalées (Maux de tête).
- Palpitations.
- Douleurs épigastriques (Brûlures dans l'œsophage).
- Nausées.
Son signe évident se défini par la couleur du visage.
LE VISAGE EST PÂLE MAIS NON CYANOSÉ.

Qu'est-ce que l'infarctus du myocarde ?
L'infarctus du myocarde communément appelé l'IDM, est un processus physiopathologique correspondant à la rupture d'une plaque d'athéromes qui se décolle (généralement de l'artère fémoral) et qui se met à circuler dans les artères pour s'arrêter et boucher l'artère coronaire.
Le sang s'arrête de circuler, cela entraine une thrombose occlusive (Artère qui se bouche) et la nécrose (Mort des tissus musculaire) d'une partie du myocarde dans le muscle cardiaque.
Le patient ayant fait un IDM, est un cas à haut risque cardiovasculaire.
L'ambulancier va devoir considérer un cas d'IDM comme un cas d'urgence vital car il y a des risque probables de décès par arrêt cardio-respiratoire.

(Le patient peut aussi rencontrer un risque d'embolie pulmonaire si le caillot passe le coeur et s'arrête dans l'artère pulmonaire ou un risque d'AVC si le caillot passe l'artère pulmonaire pour s'arrête dans le cerveau).

Signes cliniques d'un infarctus du myocarde
Douleur dans la poitrine « en étau » durant plus de 20 à 30 minutes.
Elle s'irradie par une :
- Douleur RÉTRO-STERNAL (Derrière le sternum).
- Douleur intercostal arrière (Dans le dos).
- Irradiation MAXILO-BRACHIAL (Figure, visage et cou)
- Les épaules
- Irradiation ABDOMINAL (Dans le ventre au creux
épigastrique de l'estomac).

Le patient va rencontrer des difficultés soudaine à respirer, sans faire d'efforts important, normale ou avoir un blocage de la cache thoracique à la respiration.

D'autres symptômes sont possibles :
- Anxiété.
- Sueurs.
- Vertiges.
- Nausées.
- Vomissement.
- Essoufflement.
- Spasmo.
- Lourdeurs des mollets.
Son signe évident se défini par la couleur du visage.
LE VISAGE EST GRIS CYANOSÉ.

Il existe de nombreux types de douleur, qui peuvent être ressentis à de nombreux endroits. Le corps utilise la douleur pour indiquer au cerveau que quelque chose ne va pas. Il ne faut jamais ignorer la douleur. Tout type de symptôme de douleur nécessite un avis médical rapide pour diagnostiquer la cause sous-jacente de la douleur.

La douleur est un type de sensation au sein d’un spectre de sensations, impliquant les nerfs et le cerveau, allant de la souffrance à l’engourdissement. Des sensations inhabituelles telles que picotements, sensation de brûlure ou douleur de type fourmillements sont appelées « paresthésies ».

L’intensité et le niveau de la douleur sont variables. Une douleur soudaine et sévère est appelée douleur aiguë ; une douleur persistante et continue est une douleur chronique.

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Voir le profil
    • Formation Ambulancier
Re : LES TROUBLES CARDIAQUES.
« Réponse #1 le: 30 octobre 2015, 11:20:39 »
Ce cours théorique explique bien les mécanismes de la maladie des coronaires.
Il manque cependant le « syndrome de menace » qui est le passage de l’angor stable à l’angor instable. Il doit être considéré, jusqu’à preuve du contraire,  comme un infarctus en constitution et suivre la procédure d’alerte.
La trinitrine est un médicament sous forme de spray à projeter sous la langue, qui dilate les artères des coronaires et soulage l’angor. S’il devient inefficace, là aussi suivre la procédure d’alerte.
Les signes annexes comme la pâleur ou le teint gris (pas l’un pour l’angor stable et l’autre instable) sont des signes de douleurs intenses, de réaction vagale ou des signes de gravité (détresse circulatoire) selon le contexte global clinique. Mais ils peuvent aussi être absents (pas les mettre en majuscules faisant croire qu’ils sont obligatoires pour faire le diagnostic).

Cette synthèse angor stable ou instable est l’aboutissement d’un bilan médical approfondi, qui en aucun cas relève d’un examen paramédical. C’est pourquoi il est préférable d’aborder, à mon avis, le sujet sous forme pratique :
2 options, la personne souffrante sait ou non qu’il est coronarien (il est suivi et a des antécédents)

Option : Il ne sait pas
On sera en présence de circonstances variables :
- malaise qui peut aller jusqu’à la détresse circulatoire voire respiratoire
- mort subite
- douleur thoracique typique ou atypique
Après avoir évalué les signes de gravité et pris les mesures de survie, alerte 15/112 obligatoire

Option : il est angoreux, il le sait mais aujourd’hui c’est différent (ou si inconscient recherche d’un spray de trinitrine, ou avertissement dans son portefeuille)
- soit il a les signes précédents
- ou/et la douleur ne cède pas ou revient rapidement, la trinitrine est inefficace
Il ne faut pas refaire partir la personne ou lui proposer de consulter rapidement son médecin traitant mais d’alerter 15/112.

http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m2/2304-mal-coronaires.html

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6662
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : LES TROUBLES CARDIAQUES.
« Réponse #2 le: 30 octobre 2015, 11:52:30 »
Le spray de trinitrine, http://www.intercomsante57.fr/html/assoc/conseils/tnt.html
- Ce médicament sert à traiter l'angine de poitrine et à faire la différence, en cas de douleur thoracique, entre une douleur cardiaque et une douleur non cardiaque
   
Pour obtenir le formulaire en pdf cliquer sur le fichier ci-dessous

Préjugés est un film conçu par l'agence de communication Les Gaulois et réalisé par Maïwenn, pour le compte de la Fédération Française de Cardiologie.
Première cause de mortalité chez les femmes en France, les maladies cardio-vasculaires touchent de plus en plus de femmes jeunes, du fait d'un rythme et d'un mode de vie semblable à celui des hommes : tabac, mauvaise alimentation, stress, manque d'exercice physique.
http://www.fedecardio.org/prejuges-une-realisation-signee-maiwenn

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Voir le profil
    • Formation Ambulancier
Re : LES TROUBLES CARDIAQUES.
« Réponse #3 le: 30 octobre 2015, 17:49:46 »
Si c'était si simple....
Justement si ça ne marche pas c'est peut être un infarctus ou autre chose !
D'autre part donner de la trinitrine à quelqu'un qui n'est pas habitué peut être très mal supporté avec hypotension.
Le patient possesseur de trinitrine peut en prendre ou "inviter" à en prendre ou demander par un régulateur médical, car c'est une prescription médicale (exercice illégal de la médecine) (hypocrisie)

On parle beaucoup actuellement dans les médias médicaux ou non de la prise de sang miracle (dosage de la troponine) qui en moins d'une heure aux urgences, élimine ou non une souffrance des muscles (myocarde) du cœur. Taux normal = retour à domicile
Il y a aussi le test à l'étude qui prédit un infarctus dans quelques jours (la plaque d'athérome commence à s'effriter avant de se détacher et libère des produits mesurables) comme un glissement de terrain qui peut prévenir
Vive le progrès !

Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 869
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : LES TROUBLES CARDIAQUES.
« Réponse #4 le: 03 novembre 2015, 00:28:41 »
Bonsoir,

Le truc d'urgencemachinencyclopédie est une copie probable d'un bouquin de médecine...
Pour les secouristes et ambulanciers, l'enseignement de la prise en charge de la douleur thoracique est souvent mal fait ou mal vulgarisé... C'est ce que j'observe avec les années qui passent.

Sinon, vous connaissez "la douleur thoracique, c'est le P.I.E.D." ? :)
P > Pneumothorax, pneumopathie, péricardite...
I > infarctus
E > embolie pulmonaire
D > dissection aortique
Cela permet de passer un message simple sans rentrer dans la physiopathologie compliquée qu'une DT est un infarctus jusqu'à preuve du contraire mais qu'une DT peut évoquer d'autres pathologies qu'il est urgent de prendre en charge (les secouristes ont souvent besoin de mettre les choses dans des cases).

D'où la mesure de la température par exemple ou la mesure de la PA aux deux bras qui doivent être systématiques dans ce genre de symptôme...

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Voir le profil
    • Formation Ambulancier
Re : LES TROUBLES CARDIAQUES.
« Réponse #5 le: 03 novembre 2015, 10:02:34 »
Tout à fait d'accord, malgré le désir de soif de savoir, il faut en revenir aux fondamentaux et rester pratique dans l'enseignement du DEA et ensuite pendant la formation continue.
Le diagnostic de la cause n'est pas le problème majeur (sauf quelques cas où il y a un geste spécifique comme l'obstruction des voies aériennes...).
Il faut faire un bilan complet , une véritable check list méticuleuse et bien reconnaître le moindre signe de détresse d'un ou plusieurs organes vitaux.
La recherche des 2 pouls et la prise de la tension artérielle des 2 côtés  fait partie de ce bilan.

Ce sujet avait été abordé dans mon blog:

http://formationambulancier.fr/blog/douleur-thoracique-mesure-des-2-pouls/

http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m2/2311-mal-circ-arteres.html#dissection