Sondage

Les "privés" en coopération avec SP et le SMUR sur les AVP ?

Pour
Contre
Faut voir ?
Sans opignon

Auteur Sujet: Urgence préhospitalière - garde pour le 15 & Ambulancier "privé" sur AVP ??  (Lu 102592 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne gremi2

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 323
  • Sexe: Homme
  • passion ambulancier. over-blog.com/
    • Voir le profil
    • blog de rémi
Ben justement jean là tu confonds  :-\

les pompiers ne facturent pas le transport à personne à la victime elle même mais peut le facturer au samu en cas de carence d'ambulance privée (d'ailleurs la garde H24 est faite pour faire diminuer voir stopper ces carence)

Les ambulanciers privés quant à eux facturent directement à la victime MAIS dans l'immense majorité des cas, la victime ne fais pas l'avance des frais et c'est alors l'organisme payeur qui prend en charge 65 % des frais restant à sa charge (sauf en cas de 100%) le restant étant pris en charge par sa mutuelle ... donc il se peut que l'entreprise facture les 35% restant a la victime (pas de mutuelle, pas le tiers payant) et même parfois la totalité du transport (personne étrangère et donc non soumis à la sécu) mais franchement ça, je n'aime pas du tout  ???


Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
En tout cas ça reste intéressant le projet de la Corrèze (en dehors des histoires de lobbying et compagnie of course). Ils seront attendus au tournant.
Pour les AVP, il faudra sans doute une collaboration étroite et "diplomatique". Notamment avec nos dieux des vsav, pas gagné dites donc !
Après tout on envoie bien en IDF des bénévoles sur des AVP en première intention, bon d'accord ils ne sont pas deux mais quatre ou cinq cependant ils ne restent jamais seuls bien longtemps, la brigade arrive en renfort ensuite puis le samu après et les gens travaillent ensemble en bonne harmonie, c'est fou non ?

Hors ligne gremi2

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 323
  • Sexe: Homme
  • passion ambulancier. over-blog.com/
    • Voir le profil
    • blog de rémi
Oui !! travaillons ensemble pour une meilleur prise en charge de la victime !!!


Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Mais au fond ce qui dérange c'est pas tellement ces histoires d'AVP ;)

Hors ligne cricri66

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 182
  • Sexe: Homme
  • CCA depuis 14 ans et enfin GÉRANT de SOCIÉTÉ
    • Voir le profil
la surenchère ! arrive  :P

Hors ligne fabio76

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 13
  • Sexe: Homme
  • ambulancier devoué corps et ame, enfin à 86%...
    • Voir le profil
Woui, cela ne sera jamais tout blanc ou tout rouge  :-\ c'est une volonté politique de réduction des déficits publics et les millions d'euros économisés vont certainement manquer à tout le monde !
Moins d'interventions des sp, plus d'interventions non rentables des ap, service public en danger et/ou entreprises privées financièrement dans le rouge !

C'est la crise pour tout le monde  :-X

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
bin justement jean la tu confonds

les pompiers ne facturent pas le transport à personne à la victime elle même mais peuvent le facturer au samu en cas de carence d'ambulance privée (d'ailleurs la garde H24 est fait pour faire diminuer voir  stopper ces carence)

Ok grémi, mais le SAMU va bien se faire rembourser directement par la personne transportée ou indirectement par sa sécu + mutuelle ?

Hors ligne bbx

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 198
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Très bonne analyse je pense  ::)
Actuellement dans les cotes d'Armor plus de multiparamètre dans les vsav . Les réductions budgétaire sont partout mais effectivement le privé pourra t'il faire face avec la même qualité pour répondre à l'urgence préhospitalière ? avec des tarifs non revalorisés depuis 6ans et un gazole cher ... Je pense que les moyens et l'assistanat dans certaines grande ville vont être diminué par la force des budgets étriqués.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Exact fabio l'État et les collectivités locales n'ont pas des budgets indéfinis donc, ni les rouges, ni les blancs ne peuvent couvrir la totalité de la charge de travail que génère le SAP, qu'il soit au domicile ou hors domicile, sur la voie publique ou dans les champs et les bois, sur ou sous terre et dans l'eau.

Donc le "gâteau" ... appelons le ainsi, doit être partagé mais entre des "entreprises" rouges (publiques) ou blanches (privées -> les petites devront s'associer ou se faire bouffer par les plus dynamiques) qui assureront la même prestation définie par l'urgence préhospitalière.
Dans ce schéma de qualité pour la victime ou le patient l'intervenant du premier niveau, qu'il soit rouge ou blanc, n'est qu'un "Secouriste" professionnel possédant des compétences et des droits protocolés qui délimites son action... ( pas encore de paramédic en France).
Au niveau supérieur se trouve l'Infirmier lui même chapeauté par le Médecin.

Les uns et les autres vous possédez des connaissances, des compétences et des moyens techniques pour agir dans chaque maillons de la chaine SAP préhospitalier.
La collaboration entre les différentes entités chargées du SAP est en marche alors autant le faire sans trainer les pieds, dénigrer ou tacler l'adversaire qui devient par obligation un coéquipier à respecter.   ^-^

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Très bonne analyse je pense .... effectivement le privé pourra t'il faire face, avec la même qualité, pour répondre à l'urgence préhospitalière ? avec des tarifs non revalorisés depuis 6ans et un gazole cher. Je pense que les moyens et l'assistanat dans certaines grande ville vont être diminués....

Le privé, s'il souhaite "manger" du gâteau, devra s'adapter à la demande ou se contenter des "miettes"...  :-\  et comme le dit la Pub, l'union fait la force mais c'est à courte échéance la mort du "petit commerce"  :'(

Un exemple : les dépannages sur autoroutes ont un cahier des charges imposé est assez couteux et toutes les entreprises  "garagiste" n'ont pas les moyens de se payer un camion plateau double cabine et tout le matos nécessaire à ces interventions.

Hors ligne bbx

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 198
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
jeanno je suis d'accord  sur le principe des scop qui, a mon avis, serait le meilleur moyen d'éviter la fin des petites structures.
Pour le gâteau merci c est mon anniversaire 40 ans dont 20 de passion et de difficultés.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bon anniversaire Faux rhum

A mon avis les scoop sont appelées à se créer ou à s'étoffer vu le prix du matos qu'il faut acheter pour répondre à l'urgence ... toutes les structures "médicale" ou autres y arrivent un jour.

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
    • Voir le profil
Ce qui me gène le plus (ou m'interroge plutôt d'ailleurs) c'est cette privatisation/externalisation progressive de missions qui autrefois relevaient du strict service publique.

Jusqu'à quel point est conciliable cette mission de service publique et la nature intrinsèque d'une société privée avec ses objectifs de rentabilité ?



Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Avis purement perso mais je pense que dans un avenir proche, les petites sociétés gérées à l'ancienne par Albert et sa femme seront très marginales. On aura affaire à de puissants et (très) gros groupes privés.

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
    • Voir le profil
Oui, et ça me pose questions.

Je crains de voir le transport sanitaire tomber dans l'escarcelle de gros groupes privés exigeant une rentabilité à 15 % par an, et pour qui les notions de qualité et de sécurité, ou d'accès au soins sont très relatifs.

L'exemple de l'hospitalisation privé qui alimente des actionnaires avec de l'argent publique me rend assez dubitatif.