Auteur Sujet: AYEZ LES BONS RÉFLEXES !  (Lu 3428 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
AYEZ LES BONS RÉFLEXES !
« le: 14 août 2015, 11:07:48 »
Nous sommes tous des usagers de la route... et à tout moment nous pouvons être témoins, voire acteurs d’un accident de la circulation.
Lorsque cela arrive, sous l’effet de l’émotion, nous sommes dans l’incapacité de faire les choses essentielles.

Réagissez en 3 étapes : protéger, alerter et secourir (PAS)
1) Protéger en évitant le sur-accident  :o
- Ne vous mettez pas en danger et soyez vigilant à la circulation.
- De jour comme de nuit, mettez le gilet de sécurité.
- En amont de l’accident, positionnez votre véhicule avec les feux de route et de détresse allumés.
- De l’autre côté du véhicule accidenté, placez votre triangle de signalisation.

• Sur autoroute :
- arrêtez le véhicule sur la bande d’arrêt d’urgence et sortez du côté droit ;
- ne restez pas sur la chaussée, vêtu de votre gilet jaune/orange marchez toujours derrière la barrière de sécurité.

2) Alerter
Composez dans un premier temps le 112 / 18 ou le 17 et indiquez :
- le nombre de blessés
- le nombre de véhicules impliqués
- le lieu exact où vous vous trouvez
- le sens de circulation
- l'état du trafic
- votre identité
- votre numéro de téléphone

3) Secourir
- Couvrez toujours les victimes avec une couverture ou un vêtement chaud.
- Ne donnez ni à boire ni à manger aux victimes.
- Ne retirez jamais le casque d’un motard accidenté et ne le bougez pas.

• Si la victime est consciente :
Parlez-lui, rassurez-la. Demandez-lui de ne pas sortir du véhicule et de ne pas bouger.

• La victime saigne abondamment :
Pour stopper l’hémorragie, comprimez la lésion avec la main protégée, si possible avec un gant ou un sac de plastique.

Compression Manuelle !
Technique rapide et facile, elle suffit dans la plupart des cas pour arrêter le saignement.
En l'absence de corps étranger dans la plaie, s'il n'y a pas de fracture ouverte et si la plaie est de petite taille (moins large que la main) :
Assurez-vous que ses jambes sont allongés côte à côte. Si ce n'est pas le cas, rapprochez-les délicatement l'une de l'autre, dans l'axe du corps de la victime.
Comprimez directement le point de saignement avec les doigts ou avec la main (si possible protégée par un gant ou un plastique) munie d'un linge propre (jamais d'ouate) que vous placerez entre la plaie et votre main (Cela n'est pas grave si le linge n'est pas stérile car l'arrêt de l'hémorragie prime sur les risques d'infection).

Bonne journée, bonne route et soyez prudent  ;)

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : AYEZ LES BONS RÉFLEXES !
« Réponse #1 le: 14 août 2015, 11:19:30 »
Notre organisme comporte 70 ml/kg de sang, soit environ 5 litres de sang chez l'adulte. La perte abondante ou prolongée de sang conduit à une détresse qui menace immédiatement ou à très court terme la vie d'une victime.
Tout saignement nécessite une action de secours immédiate, rapide et efficace.
Comment stopper une hémorragie ?
Une hémorragie est un saignement, une perte de sang abondante qui est visible à partir d'une plaie ou qui provient d'un orifice naturel. Une hémorragie abondante et prolongée peut avoir des conséquences sur l'organisme et conduire au décès par un choc hémorragique.

On distingue deux cas lorsqu'une victime présente une perte de sang par une plaie :
- un saignement dû à une écorchure, éraflure ou abrasion cutanée qui s'arrête spontanément ;
- un saignement abondant ou hémorragie, qui imbibe de sang un mouchoir de toile ou de papier en quelques secondes et qui ne s'arrête pas spontanément. C'est le cas de l'hémorragie artérielle avec du sang rouge qui jaillit de manière pulsatile, à chaque battement cardiaque, ou une hémorragie à partir d'une veine.

Une hémorragie doit aussi être recherchée sur un blessé car elle peut être temporairement masquée par la position de la victime ou un vêtement particulier (manteau, blouson...). Dans ce cas, il faut écarter les vêtements si nécessaire.

Lors d'une hémorragie, l'objectif est d'arrêter le saignement et d'en limiter les conséquences. Il faut donc arrêter l'hémorragie immédiatement en comprimant directement l'endroit qui saigne, quel que soit le lieu de la plaie. La main doit être protégée, si possible, avec des gants, un sac plastique ou à défaut une épaisseur de tissu propre. On appuie directement sur l'endroit qui saigne avec les doigts ou la paume de la main.

Le sauveteur peut se faire aider par un témoin ou même par la victime pour réaliser cette compression. Cette technique est facile et rapide. Elle suffit pour arrêter le saignement en comprimant les vaisseaux qui saignent. Si on doit se libérer et que l'on n'a pas de téléphone sur soi pour donner l'alerte, la compression manuelle doit être remplacée par un tampon de tissu ou de papier maintenu en place par un lien large. Ce tampon doit être mis en place rapidement et recouvrir toute la plaie qui saigne. On applique ensuite un lien large en faisant au moins 2 tours. Le lien doit être suffisamment serré pour garder une pression suffisante sur l'endroit qui saigne et éviter que le saignement reprenne.

Dans tous les cas, il faut allonger la victime en position horizontale. Cette position retarde ou empêche l'installation d'une détresse liée à la perte importante de sang. Ensuite, faire alerter ou à défaut alerter soi-même les secours et maintenir la compression jusqu'à l'arrivée des secours. Vérifier que l'hémorragie est arrêtée et parler régulièrement à la victime en attendant les secours. Enfin, il ne faut pas donner à boire !

Des maladies peuvent être transmises par le sang en cas de plaie sur les mains du sauveteur. On pense souvent au VIH mais en réalité le risque de transmission concerne surtout d'autres virus comme les hépatites, notamment B et C, qui peuvent se transmettre ainsi. On parle d'accident d'exposition au sang. Il faut donc limiter le contact direct avec le sang. Idéalement, le port de gants ou un morceau de plastique peuvent faire l'affaire.

Après avoir porté secours, il faut adopter des réflexes d'hygiène.

Il faut toujours se laver les mains avec du savon, les désinfecter (eau de javel, dakin...) et retirer les vêtements souillés de sang le plus tôt possible après que l'action de secours soit terminée.
Ne pas porter les mains à la bouche, au nez ou aux yeux ou manger avant de s'être lavé les mains.
En cas d'inquiétude, à la suite d'un contact avec le sang d'une victime, le sauveteur peut consulter un service d'urgence pour évaluer le risque.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : AYEZ LES BONS RÉFLEXES !
« Réponse #2 le: 06 juillet 2021, 11:33:23 »
Un saignement alarmant, qu’il faut distinguer d’une simple plaie, se reconnaît par sa rapidité à imbiber un mouchoir (en quelques secondes) et il ne s’arrête pas spontanément.

Tout le monde peut être le témoin ou la victime d’une hémorragie accidentelle :
plaie par arme blanche, coupure avec du verre...
Des gestes précis sont à pratiquer en urgence.
Arrêtez le saignement : 3 techniques selon la situation

1. Par compression directe de la plaie

    Repoussez, si nécessaire, les vêtements afin de bien visualiser la blessure.
    Assurez-vous qu’il n’y a pas de corps étranger, avant de comprimer la plaie avec vos doigts ou la paume de votre main. Afin d’éviter tout contact avec le sang, protégez-vous au préalable de gants à usage unique, d’un simple sac en plastique, d'une chemise…

2. Par la pose d’un pansement compressif

    Vous êtes seul. Pour vous libérer afin d’appeler les secours, réalisez un tampon compressif.
    Fabriquez ce tampon avec un tissu ou un mouchoir propre plié, d’une taille supérieure à la plaie.
    Appliquez-le rapidement sur la plaie et recouvrez-le d’un lien au moins aussi large que lui et assez long pour faire deux tours.
    Veillez à ce que la pression soit juste suffisante pour arrêter le saignement.

3. Par compression à distance du vaisseau qui saigne

    Vous ne pouvez pas comprimer directement la plaie (fracture ouverte, plaie inaccessible, corps étranger dans la blessure), vous êtes vous-même blessé (il existe un risque de contamination de sang à sang)… Effectuez un point de compression entre la blessure et le cœur.
    Pour une plaie au membre inférieur, comprimez avec le poing, bras tendu, au pli de l’aine.
    Pour une plaie au membre supérieur, comprimez avec le pouce en dedans du bras, en appuyant vers l’os.
    Pour une plaie du cou, comprimez avec le pouce à la base du cou, en appuyant vers la colonne vertébrale.

Comment installer la personne qui saigne ?

    Si la blessure se situe à la poitrine : installez-la en position semi-assise, afin que la victime respire au mieux.
    À l’abdomen : allongez-la sur le dos et surélevez ses jambes en les tenant à l’horizontale.
    À l’œil : allongez-la sur le dos et calez-lui la tête.
    Dans l'oreille : penchez la victime du côté du saignement, laissez couler le sang, et appelez les secours au plus vite.
    Sur un membre : mettez-la sur le dos.

Des cas particuliers

Le saignement de nez : quelle que soit la cause, faites asseoir la personne, tête penchée en avant, faites-lui comprimer la narine avec son index pendant dix minutes. Si le saignement ne s’arrête pas, contactez le 15 (Samu) pour avoir un conseil.

Un saignement sans notion de plaie ou de coupure (vomissement, saignement anal ou génital anormal) impose rapidement une consultation médicale.

A retenir :

    Ne retirez jamais un corps étranger (couteau, morceau de verre…) qui dépasse d’une plaie, vous pourriez aggraver l’hémorragie.
    Un point de compression ne doit pas être relâché avant l’arrivée des secours.

Source https://www.santemagazine.fr/sante/soins-premiers-secours/saignement-hemorragie-les-gestes-de-premiers-secours-178356

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : AYEZ LES BONS RÉFLEXES !
« Réponse #3 le: 06 juillet 2021, 11:40:29 »
Premiers secours : 3 gestes à connaître pour sauver des vies

Chaque année, au moment de la rentrée (le deuxième samedi de septembre) se déroule la journée mondiale des premiers secours. Des dizaines de millions de bénévoles de la Croix-Rouge se mobilisent pour sensibiliser les Français aux gestes de premier secours. Le but de cette journée : initier grands et petits aux premiers secours et aux comportements qui sauvent, à la réduction des risques et à la prévention des accidents de la vie courante.

Depuis les attentats de 2015, les processus d'intervention ont évolué. Désormais, avant toute intervention sur une victime, les quatre questions à se poser pour définir les priorités sont :

    la personne saigne-t-elle ?
    la personne s'étouffe-t-elle ?
    la personne répond-elle ?
    la personne respire-t-elle ?

Puisque chaque citoyen en France et dans le monde peut être confronté à une situation d’urgence, voici quelques gestes essentiels à connaître pour augmenter les chances de survie d’une victime d’accident. Vous pouvez les pratiquer une fois que vous avez alerté les secours.
Geste n°1 : l’arrêt d’une hémorragie

En cas de blessure grave avec une perte importante de sang, il faut exercer une pression directe sur la plaie pour arrêter le saignement. Allongez la victime sur le sol après avoir appelé les secours et comprimez la blessure en essayant de vous protéger avec des gants, un sac en plastique ou un vêtement. Si la victime peut le faire elle-même, demandez-lui de comprimer sa blessure. Maintenez la pression jusqu’à l’arrivée des secours.

Si un corps étranger est présent dans la plaie, il faut poser un garrot entre la blessure et le cœur (il se pose uniquement sur la cuisse ou sur le bras). Si vous devez vous libérer, utilisez un tissu propre et assez grand pour recouvrir complètement la plaie, et mettez en place un tampon relais. Serrez le lien assez fort pour éviter que le saignement ne reprenne et essayez de faire au moins deux fois le tour du membre blessé.

Geste n°2 : le massage cardiaque

Quand la victime est inconsciente et ne respire pas, elle est victime d'un arrêt cardiaque. Il faut alors pratiquer un massage, afin de continuer à faire circuler le sang et l’oxygène dans l’organisme et alimenter les organes vitaux. On retarde ainsi la détérioration des fonctions vitales et cognitives.

    Allongez la victime sur une surface dure, mettez-vous à genoux à ses côtés et placez vos mains l’une sur l’autre, sur une ligne imaginaire située entre les deux tétons (le talon de la première main à plat, la deuxième main est crochetée sur la première), verrouillez les coudes et gardez les bras tendus.
    Appuyez avec tout votre corps en restant au-dessus de la victime. Le but est de pratiquer 100 à 120 compressions par minute par séquence de 30, en appuyant très fort et en relâchant entièrement entre chaque compression pour que la cage thoracique remonte.
    Continuez jusqu’à l’arrivée des secours. Si vous avez peur de mal pratiquer ce geste, lancez-vous. Il vaut mieux mal le faire que ne pas le faire du tout.

Geste n°3 : le défibrillateur

Des défibrillateurs automatisés externes (DAE) sont disponibles dans de très nombreux lieux publics en France  (plusieurs  sites internet et applis gratuites, comme Staying Alive, recensent les DAE  et les géolocalisent).

Leur but est de délivrer un choc électrique pour aider le cœur à battre. Ils sont très simples à utiliser : ouvrez la boîte et laissez-vous guider par la voix électronique. Elle vous expliquera comment placer les électrodes sur la peau nue de la victime, généralement une sous l’aisselle gauche et l’autre sur la poitrine côté droit. Ce dispositif ne délivre un choc que si nécessaire, il n’y a pas de risque d’erreur.

Les numéros d'urgence à connaître :
    le 112, numéro d’appel d’urgence dans TOUS les pays de l’Union européenne,
à utiliser en priorité car ils passe partout quelque soit votre opérateur téléphonique
    le 15 (Samu),
    le 18 (pompiers),
    le 114 pour les personnes malentendantes (un SMS peut suffire qui sera retransmis au services de secours).

Source https://www.santemagazine.fr/sante/soins-premiers-secours/malaise-perte-de-connaissance/premiers-secours-3-gestes-a-connaitre-pour-sauver-des-vies-174770