Auteur Sujet: BSN, BNPS, AFPS ont disparu... remplacés par le PSC.1  (Lu 10378 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Ambu-blanc

  • Invité
BSN, BNPS, AFPS ont disparu... remplacés par le PSC.1
« le: 11 septembre 2007, 17:32:29 »
Le BNS (Brevet National de Secourisme) a été éclipsé par le BNPS (Brevet National de Premiers Secours) lui même rendu obsolète par l'AFPS (Attestation de Formation au Premiers Secours) qui n'existe plus depuis le 1er août 2007 car il a été remplacé par la PSC.1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1).

http://www.legifrance.gouv.fr/WAspad/UnTexteDeJorf?numjo=IOCE0762064A

Secourisme, mode d'emploi    http://www.secourisme-pratique.com/pages/dossiers/index.htm

PRÉVENTION ET SECOURS CIVIQUES DE NIVEAU 1

http://www.interieur.gouv.fr/misill/sections/a_l_interieur/defense_et_securite_civiles/formation/nnfasc/acs/psc-1/view

Articles et dossiers > La FAQ de secourisme.net
http://www.secourisme.net/spip.php?article109

Voici la liste des diplômes admis en équivalence du PSC.1  :

    l'AFPS bien sûr, quelle que soit son année d'obtention
    le PSE1 qui remplace l'AFCPSAM et peut être passé sans avoir le PSC1 (à vérifier)
    le BNS qui n'existe plus depuis 1991, et qui avait été remplacé par l'AFPS
    le BNPS qui se passait en préfecture et qui a disparu en 1996
    le brevet de brancardier secouriste
    le brevet de secouriste de la protection civile
    le CSST tant que son titulaire est à jour de son recyclage annuel.
http://www.secourisme-pratique.com/pages/format/articles/equiv.htm

Comment agir en cas d'étouffement :

- si votre enfant tousse quelques instants en avalant sa nourriture, c'est que tout va bien. Evitez lui les bonnes tapes dans le dos qui ne servent à rien.

- si l'enfant a de violentes quintes de toux, s'il devient rouge voire bleuté, c'est qu'un corps étranger est passé dans ses voies respiratoires (fausse route) sa respiration va être sifflante ou roque.
Ne faites rien, et conduisez immédiatement votre enfant aux urgences (en position assise) où l'objet lui sera retiré sous anesthésie générale.

- si l'enfant n'émet aucun son, aucun cri ou pleur, devient bleu et ne reprend pas sa respiration, c'est l'asphyxie. Il faut agir vite pour expulser le corps étranger qui encombre totalement la gorge.... manœuvre de Heimlich et bouche à bouche voir massage cardiaque  :o 

Grâce à l'AFPS ... j'ai sauvé la vie de mon fils !!!
Il avait avalé de travers une roue de voiture en plastique dur (taille d'une pièce 2 cts d'euros environ) et il ne respirait plus, il étouffait, la roue c'était coincée en travers sa gorge, donc comme le pompier me l'avait appris j'ai donné 3 grandes claques dans son dos de mon petit gars (3 ans) penché en avant et puis rien à faire la roue restait coincée  :-X  alors j'ai pratiqué la méthode de Heimlich (méthode de désobstruction des voies respiratoires sur l'adulte et l'enfant de plus d'un an) ma main gauche dans l'autre main qui formait ainsi un gros point, puis posée sous les cotes dans le creux du sternum (estomac) je remonte d'un coup sec vers l'estomac et là..., merci MON DIEU mon fils a craché la roue et rerespirait enfin il commençait à devenir un peu bleu .... ensuite transport sur les urgences de l’hôpital et le médecin m'a dit : bravo madame 5 minutes de plus et vous perdiez votre fils.  :'(
Tout ça pour vous dire à vous tous et toutes, si vous avez l'occasion de passer l' A.F.P.S. (anciennement appelé BNS) maintenant PSC.1 n'hésiter pas, cela ne coute que 350 frs ou 60/80€ et dure une semaine en général de 20h à 22h à la caserne des pompiers près de chez vous mais aussi par la croix rouge ou dans une autre asso de secouriste.
Amitié a tous .
- Sandrine et son fiston Jonathan -





La manœuvre de Heimlich est une méthode de désobstruction des voies aériennes sur l'adulte et l'enfant de plus d'un an.



     

La méthode de Mofenson est une technique de désobstruction des voies aériennes sur le nourrisson.

   

http://www.soins-infirmiers.com/manoeuvre_de_heimlich.php

requinblanc04

  • Invité
Re : BSN, BNPS, AFPS ont disparu remplacés par le PSC.1
« Réponse #1 le: 11 septembre 2007, 17:34:06 »
L'AFPS n'existe plus depuis le 1er août 2007 elle est remplacée par la PSC1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1).  http://www.secourisme.net/spip.php?breve109

L’ancienne formation aux premiers secours (AFPS) a changé de nom pour s’intégrer à la nomenclature nationale des formations des acteurs de la sécurité civile voulue par le ministère de l’Intérieur.
La nouvelle formation est appelée PSC 1 pour « prévention et secours civiques » de niveau 1.
Elle ne nécessite aucune connaissance particulière. Il n'y a pas de limite d'âge.

Un nouveau référentiel national de formation, qui était attendu pour le mois de février 2007, remplace l’ancien guide national de référence, en apportant quelques modifications.

La nouvelle formation a été dévoilée au cours de l’été 2007, avec mise en œuvre initialement prévue au 1er août. La date limite de passage au PSC 1 a ensuite été reportée au 31 décembre. L’AFPS a donc définitivement disparu le 1er janvier 2008.

Les principales nouveautés sont décrites dans un article de Christophe : « Les principaux changements entre l’AFPS et le PSC1 ». http://www.iconegraphic.com/livres/psc103/index.htm

Le PSC 1 se substitue à l’AFPS dans tous les textes réglementaires (par exemple lorsqu’il est nécessaire d’avoir suivi une formation aux premiers secours pour accéder à certains diplômes ou concours). Mais titulaires de l’AFPS sont considérés comme titulaires du PSC 1 par équivalence et n’ont donc pas besoin de suivre la nouvelle formation, sauf à vouloir actualiser leurs connaissances.

http://www.secourisme-pratique.com/pages/format/fiches/psc1.htm

http://www.sos112.fr/lafps-nexiste-plus-depuis-le-1er-aout-2007-il-est-remplace-par-la-psc1preven-t3891.0.html

Un bon site pour vous entrainer la mémoire  https://sites.google.com/site/formationpsc1/home

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6682
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : BSN, BNPS, AFPS ont disparu remplacés par le PSC.1
« Réponse #2 le: 19 septembre 2014, 18:37:31 »
Les nouveautés entre l’AFPS et le PSC 1  ::)

Les titulaires de l’AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours) sont considérés par équivalence titulaires du PSC 1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1). Vous trouverez ci-dessous les nouveautés entre l’AFPS et le PSC 1 dans son contenu.
Juste pour rappel, nous allons traiter 8 parties dont l'intitulé reste identique à l’AFPS.

La protection :
Il est clairement indiqué que tout dégagement d’urgence doit être effectué à condition que la propre sécurité du sauveteur soit assurée, l’objectif restant de se protéger en priorité.

Le gilet "jaune" de haute visibilité sur les accidents de la route est un des meilleurs moyens pour se protéger en étant vu par les autres usagers de la route.

Auparavant le signal d’alerte aux populations était décrit comme trois cycles successifs d’une minute séparés par un intervalle de 5 secondes, hors depuis l’arrêté du 23 mars 2007, le signal d’alerte aux populations est passé à trois cycles successifs de 1 minute et 41 secondes toujours séparés des 5 secondes. (Voir l'Arrêté du 23 mars 2007 relatif aux caractéristiques techniques du signal national d'alerte)
Lors de l’émission de ce signal, pour se tenir informer, en plus de la radio, on peut regarder la télévision, mais dans les deux cas on choisira de préférence les chaînes régionales. (France 3, France bleue Normandie,…).

L’alerte :
Les différents maillons de la chaîne de secours sont : le citoyen, les réserves communales (bénévole, facultative et placée sous la seule autorité du Maire, elle est chargée d’apporter son concours au Maire dans les situations de crise), les médecins libéraux, les entreprises de transport sanitaire, les associations, la gendarmerie, la police nationale, les pompiers, les militaires, les SAMU, les centres hospitaliers publics et privés.

Le 115 ( SAMU social) est ajouté aux numéros d’urgence (15, 18, 112 et 114 pour les non voyants). Ce numéro est destiné pour toute personne qui présente une détresse sociale, comme les SDF exposés aux intempéries...

La victime qui s’étouffe :
Face à une personne qui s’étouffe la première chose à faire est de lui demander : est-ce que t’étouffes ?  ;D
Dès l’instant que la personne est capable de répondre à cette question par des mots nous considérons l’obstruction partielle et dans les autres cas l’obstruction est totale ce qui nécessite des claques dans le dos et des compressions abdominales si nécessaire. Ainsi une personne qui fait du bruit mais qui est dans l’impossibilité de parler devra être considérée comme une obstruction totale.
Dans le cas où l’obstruction persiste malgré les gestes, réaliser une réanimation cardio pulmonaire en débutant immédiatement par des compressions thoraciques sans rechercher aucun signe de vie.
Dans le cas d’une obstruction partielle, il faut encourager la victime à tousser…

Pour l’enfant, on améliore la technique et donc son efficacité en s’asseyant et en basculant l’enfant au dessus de son genou pour réaliser les claques dans le dos.

Les compressions thoraciques chez le nourrisson doivent être plus lentes et plus profondes que lors d’une réanimation cardio-pulmonaire pour bien comprimer l’air contenu dans les poumons.

La victime saigne abondamment :
La compression de l’endroit qui saigne peut être faite au besoin par la victime ou par une autre personne. Ceci permettra au secouriste d’alerter ou de trouver quelque chose pour se protéger (gant, sac plastique, tissus propre,…).

Dans le cas où le tampon relais n’arrête pas totalement l’hémorragie, on effectuera un deuxième tampon relais sur le premier.
Il n’est pas nécessaire de surélever le membre où siège le saignement, l’utilité n’étant pas prouvée.

Dans le cas d’un corps étranger il faut contacter le SAMU (112) et suivre ses consignes, les points de compression à distances et le garrot ne sont plus enseignés. Mais attention il ne faut surtout pas retirer le corps étranger, il diminue le saignement.

La victime inconsciente :
Il n’est pas nécessaire d’observer dans la bouche la présence de corps étrangers avant la vérification de la ventilation. Ce serait fait ultérieurement dans le cas où elle ne respire pas !

Lors de la mise en PLS, veillez en retirant votre main qui est sous la tête de la victime de la victime à préserver la bascule de la tête en arrière afin de conserver le passage de l'air.

Dans le cas où la victime est retrouvée allongée sur le ventre il est demandé de la mettre sur le dos une fois l’inconscience constaté, ce qui permet d’être sûr de la présence de la respiration et qu’aucune gêne l’entrave. Une fois sur le dos, libérer ses voies aériennes et vérifier la présence de la respiration avant de la mettre en PLS (Position Latérale de Sécurité).

Lorsque la victime convulse, ne pas la toucher et écarter ce qui pourrait la blesser. Une fois les convulsions terminées, libérer ses voies aériennes et vérifier la présence de la respiration avant de la mettre en PLS.

La victime ne respire pas :
Il faut savoir que dès la première minute des lésions cérébrales surviennent suite au manque d’oxygène. Et donc si aucun geste de premiers secours n’est réalisé, la victime décèdera par manque d’oxygène.

Pour la survie d’une personne en arrêt cardio-respiratoire soudain, il est nécessaire qu’une chaîne de survie se constitue. Cette chaîne nécessite 4 points : une alerte précoce, une réanimation précoce, une défibrillation précoce et des soins médicaux précoces.
Dans 50 % des cas l’arrêt cardiaque est lié à une anomalie du fonctionnement électrique du cœur, et un choc électrique au travers de la poitrine peut être capable de restaurer une activité cardiaque normale. D’où l’introduction du Défibrillateur dans la formation.
Il faut savoir que chaque minute gagnée dans la mise en place d’un défibrillateur automatisé externe (DAE) peut augmenter de 10 % les chances de survie de la victime.
Dès le constat de l’arrêt de la respiration faire alerter les secours et réclamer un DAE.

Les insufflations initiales ne sont plus nécessaires, il faut commencer d’embler par le massage cardiaque, et pour être encore plus efficace on effectuera 30 compressions thoraciques qui seront suivies de 2 insufflations. Etc.. jusqu’à ce que les secours ou un DAE arrivent.

Le massage s’effectue avec le talon de la main, placé au centre de la poitrine, sur le sternum, sur la ligne médiane (ligne entre nombril et menton) ; ainsi les prises de marques ont disparus ce qui est un gain de temps.

Décollé légèrement le talon de la main entre chaque compression thoracique pour être sur que le thorax retrouve sa position initiale, sinon le cœur n’a pas le temps de se remplir avant la compression suivante.

Une fois qu’un DAE est disponible le mettre immédiatement en fonction en l’allumant (On / Off), et suivre les indications vocales ou visuelles de l’appareil. Pour positionner les électrodes bien se référer au schéma.

Si un choc est indiqué, il faut bien s’assurer que personne ne touche la personne et il faut crier « écartez vous ne touchez plus la victime ! ».

Ne jamais retiré le DAE une fois posé et suivre ses recommandations jusqu’à l’arrivée des secours.

Chez l’enfant en arrêt cardio respiratoire il faudra commencer par pratiquer 5 insufflations puis 5 cycles de 30/2 si l’on est seul sinon on demande au témoin d’alerter les secours avant de commencer la réanimation. On commence par 5 insufflations car chez l’enfant la cause la plus fréquente est un arrêt de la respiration. Le DAE doit aussi être utilisé chez l’enfant et dès que les 5 cycles ont été effectués.

On utilisera une ou deux mains en fonction du gabarit de l’enfant.

Chez le nourrisson (< à 1 an) on procèdera comme chez l’enfant sauf que l’utilisation du DAE est proscrite.

Les compressions thoraciques chez l’enfant et le nourrisson doivent égale à 1/3 du sternum.

On regardera s’il y a un corps étranger dans la bouche seulement si les insufflations sont inefficaces.

Lors de l’utilisation du DAE, si la victime présente un timbre autocollant médicamenteux sur le thorax, il faut le retirer. Si elle présente une cicatrice avec un boîtier sous la peau alors il faut déplacer l’électrode d’1 cm sous la bosse perçue. Si la personne est allongée sur du métal, il faut déplacer la victime pour éviter la diminution de l’efficacité et si elle est allongée sur un sol mouillé, la déplacer sur une surface sèche.

Le malaise :
Le mal de tête intense et inhabituel doit faire partie des points nécessitant l’appel du S.A.M.U.... suspicion d'AVC (accident vasculaire cérébral).

Il ne faut pas hésiter à desserrer col, cravate et ceinture s’il existe une gêne de la ventilation.

Ne pas hésiter à utiliser les téléphones portables ou sans fil cela permet au médecin de parler à la victime sans la déplacer.

Traumatismes :

Les plaies
Si vaccination contre le tétanos date de plus de 5 ans consulter un médecin (contre 10 ans auparavant) la vaccination doit être faite tous les 10 ans mais au-delà des 5 ans, un contrôle permet de savoir si la vaccination est encore active.

Si le blessé a une plaie à l’abdomen, pas besoin de mettre les jambes fléchies à l’horizontal, les cuisses et les genoux fléchis suffisent.

Dans la surveillance d’une plaie simple, il faut surveiller l’apparition de fièvre, la chaleur, une rougeur, un gonflement ou une continuité de douleur pendant les 15 jours qui suivent.

Les brûlures
On arrose la brûlure à l’eau froide jusqu’à un avis médical, la durée dépendra de l’avis du centre 15. Si la brûlure est simple, on peut l’arroser jusqu’à disparition de la douleur.
Ne rien mettre sur la brûlure en dehors de l’eau avant avis médical, et ne rien donner à boire si ingestion avant avis médical

Lors d'un traumatisme, dès l’instant que la victime ne souvient pas de l’accident il faut prévenir le centre 15.

Source : http://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/secourisme/les-nouveautes-entre-lafps-et-le-psc-1.html

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6682
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : BSN, BNPS, AFPS ont disparu remplacés par le PSC.1
« Réponse #3 le: 14 mars 2015, 11:16:32 »
Le BNPS (Brevet National de Premiers Secours) a remplacé le BNS (Brevet national de secourisme) depuis 1991. On l’a ensuite baptisé l'AFPS (Attestation de Formation aux Premiers Secours) et maintenant il s’appelle PSC1 (Prévention et Secours Civiques de niveau 1). Il s’agit d’un stage de formation pour tout public à condition d’avoir au moins 10 ans. A l’issue de cette formation le certificat PSC1 est remis à l’élève.
Le BNMPS (Brevet National de Moniteur des Premiers Secours) est destiné comme sont nom l’indique à enseigner aux autres comment porter assistance et il faut avoir au moins 18 ans et avoir obtenu l’AFPS, le BNPS ou le PSC1 pour le passer.
Le PSE2 est fait pour ceux qui ont déjà passé PSE1 et qui veulent compléter leurs connaissances afin de pratique le secourisme en équipe.
Il n’y a pas de limite d’âge pour suivre la formation de base destinée au grand public (PSC.1) et une Initiation aux Alertes et aux Premiers Secours (IAPS) à partir de 10 ans à l'école. Toutefois, il faut avoir au moins 16 ans pour suivre la formation aux premiers secours en équipe. C’est donc la seule limite d’âge pour faire partie d’une équipe secouriste.

Seuls 7 % des Français apprennent les gestes des premiers secours. Pourtant, les propositions de formation sont nombreuses.
Quelles formations peut-on acquérir ?
L'appellation Brevet national de secourisme (BNS) n'existe plus. Le PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1), destiné au grand public, a pris la suite. Les participants s'initient aux gestes qui sauvent et apprennent comment intervenir efficacement avant l'arrivée des secours.

Concrètement, j'apprends quoi ?
Le PSC1 repose sur l'apprentissage des gestes et sur la réalisation de situations concrètes (simulations d'accident par les formateurs). Cette formation est suffisante pour intervenir dans la plupart des situations d'urgence. Les gestes sont simples et ne nécessitent pas d'entraînement physique.

Quels sont les critères pour accéder à la formation ?
La formation de base PSC1 est accessible à partir de 10 ans et sans limite d'âge. Comptez environ dix heures, mais cela peut varier légèrement en fonction des moniteurs et des associations. Le prix de la formation se situe autour de 60 ? en moyenne selon les associations. Certaines municipalités apportent une aide financière pour le PSC1, PSE1 et PSE2, allant de 20 à 60 % en fonction du quotient familial.

Obtient-on un diplôme ?
Le brevet d'État n'existe plus, mais l'obtention du PSC1 donne lieu à la délivrance d'une attestation de formation émise par les associations agréées. Vous pouvez ensuite passer le PSE1 et PSE2 (trente-cinq heures par formation) pour devenir secouriste en équipe. Ceux qui veulent pratiquer une activité où ils seront amenés à porter secours (plongeurs, maîtres nageurs...) suivent une formation spécialisée (Brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique, par exemple...).

Ma formation est-elle valable à vie ?
Les diplômes de premiers secours sont valables sans limite de durée, mais l'on estime qu'au-delà de trois années, la plupart des notions vues en formation sont oubliées. Rien ne vous y oblige, mais il est conseillé de suivre un recyclage.

À qui m'adresser ?
On peut suivre des formations dans toute la France, via des organismes ou des associations agréés. Le site secourisme.net propose une liste de contacts par département. Dans certaines universités, les services de médecine préventive proposent aussi, pour leurs étudiants, des sessions dédiées aux premiers secours.

Quelle est la durée de validité de l’AFPS ou du PSC1 ?
Il n’y a pas de limitation de durée à l’AFPS ni au PSC1. Il reste donc valable quel que soit la date où vous l’avez passé et sera valable jusqu’à ce que ce certificat disparaisse de la réglementation. Toutefois, si vous utilisez le BSN, le BNPS, l’AFPS ou le PSC1 dans le cadre de votre travail, votre employeur peut exiger une « mise à niveau » par exemple tous les ans (comme c’est le cas pour la formation SST). La durée, le programme et l’organisation de cette mise à niveau ne sont pas réglementés et dépendent donc de l’organisme de formation.
Par ailleurs, il est conseillé à tout détenteur de l’AFPS ou du PSC1 de s’adresser à un organisme de formation afin de réviser les gestes de premiers secours et en particulier le massage cardiaque, une fois par an. La plupart des organismes de formation accepteront de vous offrir cette piqûre de rappel à titre gratuit.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6682
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : BSN, BNPS, AFPS ont disparu... remplacés par le PSC.1
« Réponse #4 le: 27 juillet 2015, 16:36:59 »
Brevet européen de premiers secours (BEPS)
Citer
La formation BEPS est la formation de base délivrée par la Croix-Rouge. En la suivant, vous deviendrez le premier acteur dans la chaîne des secours lorsqu’une urgence survient.
    Cours de 15h - A partir de 15 ans -  45 euros
- See more at: http://www.croix-rouge.be/index.cfm/me-former/particuliers/brevet-europeen-de-premier-secours-beps/#sthash.MWcNVoPu.dpuf

Cette formation a pour objectif de rendre chaque citoyen capable d’être le premier acteur dans la chaîne des secours. Vous apprendrez les gestes indispensables pour intervenir en cas d’accident. Comment ?
En 15 h, vous participerez à des mises en situation dynamiques et apprendrez à :
    Éviter le surraccident et transmettre l’alerte au service de secours (112)
    Déplacer correctement une victime en cas d’urgence
    Observer l’état des fonctions vitales
    Reconnaître une victime inconsciente, une détresse respiratoire, un arrêt cardio-pulmonaire
    Pratiquer une réanimation, comprendre l'utilisation d'un défibrillateur externe automatisé (DEA)
    Agir en présence d’une hémorragie abondante et visible, d’une plaie ou brûlure
    Agir en présence d’une victime consciente présentant un malaise cardiaque
    Réagir face à un traumatisme crânien et cervical.
A l’issue de la formation, un brevet est délivré à toute personne ayant participé activement à la totalité de la formation.

Prévention et Secours Civiques de niveau 1 (PSC.1 & IRR)
La Croix-Rouge française inclut désormais dans la formation PSC 1 l’Initiation à la Réduction des Risques (IRR) qui vise à réduire la vulnérabilité des particuliers face aux catastrophes individuelles et collectives. Quel est le programme ?
 Les situations d'accident sont abordées en huit modules :
    La protection
    L'alerte
    La victime s'étouffe
    La victime saigne abondamment
    La victime est inconsciente
    La victime ne respire pas - MCE & DEA
    La victime se plaint d’un malaise
    La victime se plaint après un traumatisme (plaie, brûlure, atteinte des os et des articulations…)
Incluse dans la formation PSC1, l'Initiation à la réduction des risques (IRR), d'une durée d'une heure environ, a pour objectif de faire prendre conscience au particulier de sa vulnérabilité face à une catastrophe individuelle ou collective et le faire réfléchir à la mise en place d'un plan familial d'autoprotection.
Au programme de cette initiation :
    Prise de conscience de l’existence des risques.
    Comment s’informer sur les risques majeurs
    Comment alerter les secours
    Comment réagir en cas d’alerte
    Les gestes de secours
    Les consignes familiales
    Les besoins essentiels
    Le « Catakit » trousse 1er secours/urgence de catastrophes
    Élaboration d’un Plan familial d’autoprotection, concept développé par la Croix-Rouge française et l’Union européenne.

Combien de temps / coût ?
La formation dure 8 heures (7 heures de PSC 1 + 1 heure d'IRR), découpées en journée, demi-journées, en soir ou en week-end selon les sessions, le coût d'une formation varie de 50 à 60 euros.
Quels sont les prérequis ?
Il n'y a pas de pré-requis pour suivre la formation PSC 1, aucune connaissance préalable n'est nécessaire. A partir de 10 ans, tout le monde peut suivre cette formation.