Auteur Sujet: Coup de chaleur : le grand jeu  (Lu 3616 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Formation Ambulancier
Coup de chaleur : le grand jeu
« le: 17 août 2012, 21:45:33 »
Le « coup de chaleur » correspond à une température supérieure à 40 °C avec risque de décharge de composés musculaires (rhabdomyolyse) qui se bloquent au niveau des reins (insuffisance rénale aiguë). Sans traitement la mort est fréquente.

Il peut survenir lors d'une marche forcée (militaire), un marathon et pas obligatoirement avec une chaleur extrême et souvent forte humidité.

Lors d'une canicule, elle peut frapper les enfants en bas âge, les vieillards et aussi les malades psychiatriques (surtout s'ils prennent des médicaments "neuroleptiques").

Il faut absolument refroidir la victime par exemple avec des draps mouillés et un ventilateur ou appliquer de la glace au niveau des gros vaisseaux.
Personnellement lors de la vague de chaleur de 1976, j'ai expérimenté (avec succès) plusieurs fois l'immersion totale du malade en surchauffe (sous anesthésie et intubation, ballonnet bien gonflé !) dans une baignoire avec de la glace…

Depuis, on peut refroidir avec une hémofiltration (court circuit du sang sur une bobine externe, habituellement utilisé comme rein artificiel).

Des chercheurs chinois ont confirmé que l'hémofiltration veino-veineuse continue (sang pris dans une grosse veine et réinjecté dans une grosse veine à 25°-30°C pendant 2 h puis à 36°C  pendant 94 heures) refroidissait le sang et en sus éliminait les substances toxiques libérées par la surchauffe des cellules.
16 patients âgés de 17 à 28 ans et atteints d'un coup de chaleur, ont survécus

Zhou F et coll. : Effects of continuous venous-venous hemofiltration on heat stroke patients : a retrospective study. J Trauma 2011 ; 71 : 1562-1568.

Bon on pourrait aussi ressortir cette brève au mois de Janvier pour faire l'inverse : réchauffer des patients en hypothermie.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Coup de chaleur : le grand jeu
« Réponse #1 le: 22 juillet 2015, 17:53:22 »
Quelques conseils pour limiter vos dépenses physiques pendant la canicule :

Réorganisez vos activités physiques de loisir :
si possible, reportez votre activité extérieure à une période plus fraîche de la journée ou à un autre jour ; sinon, préférez les endroits climatisés ou ombragés.

Prenez des pauses supplémentaires pour vous hydrater et vous sustenter :
Mettez-vous à l'ombre, buvez de l'eau et grignoter quelques biscuits, retirez votre équipement, comme un casque, des gants ou du matériel spécifique, afin de laisser votre corps refroidir.

Évitez de vous exposer longuement au soleil :
protégez-vous avec une casquette, un chapeau à large bord ou un parasol et utilisez un écran total.

Récupérez :
après une longue exposition à la chaleur, laissez votre corps récupérer en passant quelques heures dans un endroit plus frais.

Surveillez les symptômes liés à la chaleur :
étourdissements ou évanouissement, nausées ou vomissements, maux de tête, respiration ou un battement cardiaque exceptionnellement rapide, soif extrême.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Coup de chaleur : le grand jeu
« Réponse #2 le: 23 juillet 2015, 18:42:09 »
Espagne : un village vote en faveur de la sieste  :)

Le maire d’Ador, un petit village espagnol de 1400 âmes situé près de Valence vient de prendre un arrêté pour garantir la sieste !
Véritable tradition culturelle en Espagne, la sieste possède même son championnat national.
A Ador, le Maire a demandé à ses concitoyens de limiter les nuisances sonores entre 14 et 17h pour respecter l'heure de la sieste.
Selon ses propres mots, cette mesure est avant tout destinée à « garantir le repos de tous et pouvoir supporter la rigueur de l'été »  autrement dit, lutter contre la canicule !

Une sieste qui n'est pas imposée mais simplement recommandée aux habitants d'Ador, un village situé dans une zone rurale, où la majorité de la population travaille dans le secteur de l’agriculture, et souffre donc directement de la chaleur.

Les bienfaits de la sieste  ;)
Les bienfaits de la sieste sont nombreux et sont désormais scientifiquement prouvés.
En effet, d’après une récente étude de l’Université Paris Descartes, 30 minutes de repos permettraient d'inverser les effets d'une mauvaise nuit de sommeil, en améliorant la vigilance et la performance.
Les chercheurs ont également démontré que faire une sieste rétablit dans l'organisme les niveaux d'hormones et de protéines permettant ainsi de combattre le stress et de lutter contre les infections.
Le manque de sommeil est reconnu comme un problème de santé publique. Un adulte sur trois dormirait moins de 6 heures par nuit.  :-\ Les effets négatifs qui en découlent de l'insomnie sont nombreux : stress, manque de concentration, sautes d’humeur, etc. Les siestes permettraient de rattraper le sommeil perdu et, par le fait même, de pallier aux désagréments qui en résultent. Or, elles ne devraient pas excéder 30 minutes, sans quoi elles ne feraient qu’aggraver les symptômes.
Le sommeil est essentiel pour être en forme physiquement et mentalement. En complément d’une bonne nuit de repos, la sieste présente de nombreux bienfaits.

Quels sont les bienfaits de la sieste ?
Le sommeil est essentiel pour être en forme physiquement et mentalement. En complément d’une bonne nuit de repos, la sieste présente de nombreux bienfaits. Les siestes de 10 minutes seraient les plus efficaces en comparaison à celles de 5 ou 30 minutes.
Ce moment de repos accordé en milieu de journée permettrait d’avoir une meilleure mémoire et de consolider les apprentissages. Les personnes qui s’y adonnent sont plus dynamiques et créatives en après-midi en comparaison à celles qui ne pratiquent pas la sieste. Ainsi, les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à promouvoir cette pratique auprès de leurs employés. Les gens ayant un horaire très chargé en tirent davantage profit puisqu’elle permet de regagner de 1 à 2 heures de sommeil lorsqu’elle est réalisée sur une base quotidienne.

Encore plus bénéfique chez les personnes âgées  ;D
Avec l’âge, le nombre d’heures de sommeil tend à diminuer jusqu’à une moyenne de 6 h 30 par nuit. Les statistiques démontrent qu’en prenant en considération les heures de sommeil de jour et de nuit, le temps total de repos des personnes âgées atteint les proportions recommandées4. Ainsi, les siestes d’une plus longue durée leur seraient favorables.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Coup de chaleur : le grand jeu
« Réponse #3 le: 03 août 2018, 11:13:23 »
Un coup de chaleur est toujours grave et nécessite une prise en charge immédiate et adaptée.  :-[

S'exposer au soleil ne va pas sans risque pour la santé. Cela peut entraîner des coups de soleil, mais aussi des coups de chaleur.  :P :-[

Après un coup de chaleur, il est indispensable de consulter un médecin car les conséquences peuvent être graves.

Définition du « coup de chaleur »

Le coup de chaleur, ou hyperthermie, est une élévation de la température du corps au-dessus de 40 °C. Le coup de chaleur se caractérise par une déshydratation importante (par grande chaleur, le corps peut perdre plus de 2 litres d'eau par heure).

Le coup de chaleur peut être accompagné de rougeurs sur la peau, de frissons, de vertiges, de nausées, de maux de tête, bouche sèche...

Il existe plusieurs types de coups de chaleur :
    Le coup de chaleur exogène est causé par une exposition prolongée à la chaleur (voiture fermée au soleil, sieste sans ombre en plein midi, etc.). Les plus vulnérables à ce coup de chaleur sont les jeunes enfants et les personnes âgées.
    L'hyperthermie maligne d'effort, ou coup de chaleur d'exercice, survient au cours d'un effort important, notamment du sport, pratiqué en pleine chaleur. Elle est due à une sudation importante qui cause une déshydratation. Dans ce cas, il faut arrêter tout effort immédiatement.

Chez le nourrisson, l'hyperthermie peut causer des convulsions ou un coma, susceptibles de laisser des séquelles irréversibles. Ses causes sont essentiellement un lieu surchauffé et une absence de ventilation. L'hyperthermie relève de l'urgence : il faut refroidir le nourrisson dans un bain complet à 37 °C et prévenir le SAMU.

Si la température corporelle dépasse durablement les 39,5 °C, ou si elle atteint les 41,5 °C, l'hyperthermie peut entraîner des troubles graves, voire le décès.

L'hyperthermie ne doit pas être confondue avec la fièvre. Dans la fièvre, la température élevée du corps provient d'un dérèglement de son fonctionnement. Dans l'hyperthermie, la température vient de la chaleur extérieure ou d'un exercice physique excessif.

Source https://bronzage.ooreka.fr/comprendre/coup-de-chaleur

Hors ligne secourinou

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 14
  • Sexe: Homme
Re : Coup de chaleur : le grand jeu
« Réponse #4 le: 06 août 2021, 16:48:03 »
On parle beaucoup des effets de la canicule sur les personnes âgées, les enfants ... et pas assez sur les travailleurs, or les agriculteurs et les ouvriers du BTP sont particulièrement concernés par les mesures de prévention vis-à-vis des effets de la canicule au travail, qui  est indispensable : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/chauffage-climatisation-et-isolation-thermique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=154&dossid=192


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Coup de chaleur : le grand jeu
« Réponse #5 le: 12 août 2021, 13:05:48 »
Quelles sont les obligations pour l'employeur ?

L’employeur est dans l’obligation d’assurer la sécurité de ses salariés, ainsi il est obligé de mettre en place un ensemble de moyens permettant de garantir leur santé, grâce à un ensemble de précautions à mettre en place. Ces mesures de prévention sont nécessaires pour garantir la santé des travailleurs.

L’article L. 4121-1 du Code du Travail stipule que l’employeur doit prendre des mesures afin d’assurer la santé physique et mentale des travailleurs. En cas de canicule ou de fortes chaleurs, il se doit d’appliquer certaines mesures préventives.

    L’employeur doit réduire les manutentions manuelles afin de réduire la cadence de travail physique des salariés.
    Si les locaux sont fermés, l’air doit être renouvelé systématiquement de façon à éviter une hausse de température.
    De l’eau fraîche doit être mise à disposition des travailleurs.
    Les travailleurs à l’extérieur doivent être protégés de la chaleur. Des abris et zones d’ombre seront érigés au besoin.
    Les employés doivent être informés des risques liés à la chaleur.
    Tous les bâtiments doivent être équipés de filtres antisolaires et de ventilateurs.
    Les horaires de travail pourront être réorganisés en commençant plus tôt dans la matinée pour avoir moins de travail, voire pas de travail dans l’après-midi.
    Des pauses additionnelles peuvent être mises en place.

En amont, l’employeur doit avoir vérifié l’état des adaptations techniques pour limiter la chaleur ( contrôle de la climatisation par exemple).

En période de pandémie mondiale de COVID-19, les employeurs ont également obligation de mettre en place les mesures pour le respect des gestes barrières. Il est parfois nécessaire de s’adapter pour minimiser les risques liés au port du masque sous la chaleur.

Source https://www.medisafe.fr/blog/chaleur-canicule-travail/

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Coup de chaleur : le grand jeu
« Réponse #6 le: 12 août 2021, 13:08:37 »
Fortes chaleurs : quelles obligations pour les employeurs ?
Le 17/06/2021 par Samira Hamiche
Lorsque le mercure atteint des records, si le Code du Travail ne prévoit pas de seuil de température, il impose en revanche aux entreprises de prendre des précautions particulières pour préserver la santé du personnel...

Quelles sont les nouveautés et règles adaptées à la Covid ?
Plan canicule remanié

Une instruction interministérielle en date du 7 mai 2021 fait évoluer le Plan national canicule élaboré en 2004.

Un dispositif national d’appui et de conduite de crise sanitaire permet notamment de mettre en place des actions de communication comme l’activation du numéro vert "Canicule Info Services" : 0800 06 66 66.
Gestion de la canicule en période de pandémie

La circulation virale se poursuit, aussi le Gouvernement a décidé de maintenir l’application en 2021 de l’instruction interministérielle du 29 mai 2020 relative à la gestion des épisodes de canicule dans un contexte de pandémie Covid-19.

Concernant les dispositifs de ventilation et de climatisation collective des établissements recevant du public, le texte précise notamment que "l’aération revêt une importance capitale pour le renouvellement de l’air intérieur ainsi que pour son refroidissement".

L’exécutif demande aux responsables et gestionnaires d’établissements recevant du public, de s’assurer de la bonne installation et de l’entretien des systèmes de ventilation et de climatisation.
Indemnisation ou récupération des heures perdues pour cause de canicule (niveau orange ou rouge de Météo France)

→ Récupération des heures non travaillées

Les dispositions relatives à la récupération des heures perdues pour cause d’intempéries peuvent être mobilisées. A défaut d’accord, la récupération des heures ne peut avoir pour effet d’augmenter la durée du travail de plus d’une heure par jour, ni de plus de 8 heures par semaine.

→ Recours au dispositif d’activité partielle

Une indemnisation peut être sollicitée par toute entreprise ayant dû interrompre le travail au titre du dispositif "activité partielle" (article R. 5122-1 du Code du travail).
Dispositif spécifique pour les entreprises du BTP

En cas d’interruption du travail, les employeurs doivent s’adresser prioritairement à la caisse régionale de congés intempéries du BTP (article L. 5424-8 du Code du travail).

Les trois dispositifs évoqués ci-dessus ne sont pas cumulables.
Droit de retrait pour les salariés

Lorsque les températures atteignent des sommets et qu'un employé estime que ses conditions de travail représentent un danger "grave et imminent pour sa vie", il peut exercer son droit de retrait et cesser de travailler (article L4131-1 du Code du travail).

Si le droit de retrait est exercé de manière légitime, "aucune sanction, aucune retenue de salaire ne peut être prise à l'encontre d'un travailleur ou d'un groupe de travailleurs qui se sont retirés" (article L4131-3 du Code du travail).

L'employé peut aussi avertir les délégués du personnel ou le comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). En cas de conflit, il peut saisir l'inspection du travail.
Les obligations de l'employeur

L'article L4121-1 dispose que l'employeur doit prendre "les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs". Ces mesures sont consignée dans le document unique (DU) d'évaluation des risques. Le DU doit préciser les risques liés aux "ambiances thermiques".

Pour anticiper les plaintes liées à l'inconfort et les risques de santé plus graves, risques d'atteinte à la santé plus graves, l'entreprise doit veiller à l'adaptation de différentes mesures.
Comment s'adapter, concrètement ?

Un dépliant d’informations pour les employeurs : "Vague de chaleur, je me prépare et j’agis" est téléchargeable sur le site travail-emploi.gouv.fr.

Plusieurs mesures s'imposent :

    l'air doit être renouvelé,
    les postes de travail exposés au soleil doivent être protégés,
    les locaux fermés doivent pouvoir être ventilés.
    mettre de l'eau à disposition (fontaine, bouteilles, carafes filtrantes...).

Le Code du travail ne donne aucune indication de température, mais l'INRS et la CNAMTS (Caisse nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs Salariés) estiment que le travail, à partir de 33°C, est à l'origine de troubles de santé. Crampes, essoufflements, confusion verbale et vertiges doivent absolument alerter.

Dans le secteur du bâtiment, des dispositions exceptionnelles sont prévues, soit par la loi, soit par les conventions collectives nationales. Les employeurs doivent fournir de l'eau en très grande quantité : trois litres par jour au minimum par travailleur. Il est également possible d'aménager les horaires de travail afin d'éviter aux salariés de travailler en plein soleil.
Quelles sanctions ?

En cas d'accident du travail, l'Assurance Maladie doit déterminer si l'accident relève bien des conditions de travail et si l'employeur est responsable.

Si oui, une action pénale pour défaut d'établissement du document de l'évaluation des risques peut être intentée.

L'employeur risque alors une amende de 1.500€ pour les personnes physiques, 7.500€ pour les personnes morales. En cas de récidive, ce montant peut grimper à 3.000, voire 15.000€.

Dans les cas les plus graves, une action pour  “homicide involontaire” peut être envisagée.

>> Un guide Orsec a été élaboré par la direction générale de la Santé afin de fournir des éléments pour se préparer à la survenue des vagues de chaleur. Une fiche de ce guide traite spécifiquement des employeurs.

Source https://www.lemondedesartisans.fr/actualites/fortes-chaleurs-quelles-obligations-pour-les-employeurs

Protéger ses salariés du froid dans le secteur du BTP
Le 23/01/2020 par Samorya Wilson
Artisans du BTP, la protection de vos salariés s’impose à vous en cas de grand froid. Voici quelques règles à observer dans ces situations.

Source https://www.lemondedesartisans.fr/actualites/proteger-ses-salaries-du-froid-dans-le-secteur-du-btp