Auteur Sujet: Randonneurs : que faire face à un ours ?  (Lu 345 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6742
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Randonneurs : que faire face à un ours ?
« le: 23 août 2018, 17:32:07 »
Voir un ours, même de loin, est très rare car l'ours brun a généralement peur de l'homme. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage a relevé quatre cas d’attaque d’un ours sur un homme sur la période 1996-2010 dans une étude parue en 2011. À chaque fois, c’était une femelle qui voulait défendre ses petits.

S'il entend un homme ou détecte son odeur, l'ours cherchera à l'éviter. Pour l'aider à vous repérer, vous pouvez manifester votre présence en faisant un peu de bruit. Gardez votre chien à proximité car il pourrait provoquer l'ours. Essayez de faire vos randonnées en groupe de 4 personnes minimum. Évitez de vous promener en soirée et suivez les sentiers officiels.

En cas de rencontre, si vous êtes plusieurs, serrez les rangs. Un groupe est plus impressionnant qu'une personne isolée. Interdisez-vous toute fuite brusque en lui tournant le dos. Sinon ça activera son instinct de prédateur, et il courra derrière vous. Reculez doucement pour quitter les lieux, ne le regardez pas dans les yeux et parlez-lui calmement.

Surveillez les signes d'agressivité de l'ours par exemple : montrer les griffes ou les dents, grogner, crier, souffler fort, plier les oreilles vers l'arrière, vous fixer du regard, les balancements de tête, taper sur le sol ou claquer des mâchoires. Si l'ours est en train de se nourrir, qu'il est avec ses petits ou que vous l'avez pris par surprise, il est qu'il s'approche et vous touche. Faites le mort en vous couchant les mains sur nuque. Gardez votre sac à dos et restez calme. Si l'ours ne se sent plus en danger, il vous laissera tranquille. Ne bougez pas tant qu'il n'aura pas quitté les lieux.

Si l'ours à un comportement agressif, qu'il vous suit, qu'il vous charge ou s'il vous attaque la nuit, défendez-vous ! Vous pouvez essayer de grimper à un arbre mais n'oubliez pas que l'ours en est aussi capable. Si vous ne pouvez pas fuir, essayez de l'intimider en le frappant avec des roches, une branche d'arbre, un bâton, un couteau, en criant .
À noter : l'ours craint le poivre de Cayenne.

La Dépêche du Midi https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/11/2850074-randonneurs-que-faire-face-a-un-ours.html

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6742
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Randonneurs : que faire face à un ours ?
« Réponse #1 le: 23 août 2018, 17:34:25 »
Un jeune touriste originaire de la région nantaise s’est fait poursuivre par une ourse, mardi matin, alors qu’il faisait une randonnée à la frontière espagnole avec son père et son frère, qui ont été chargés à leur tour.

Mardi matin, Lucas, un jeune touriste originaire de la région nantaise, s’est retrouvé nez à nez avec une ourse et ses trois oursons, alors qu’il faisait une randonnée avec son père, Henri, et son frère, Arthur, sur le sentier GR 211 vers le Port de Girette (2 503 m), côté Pyrénées espagnoles, à la frontière avec l’Ariège.

Le face-à-face avec le plantigrade a eu lieu en haut d’une barre rocheuse, sur une ligne de crête. Peu avant, les trois randonneurs s’étaient séparés. Lucas avait décidé de poursuivre plus loin, seul, vers le Port de Girette, et de rejoindre plus tard son père et son frère. C’est à cet instant, entre 10h30 et 11 heures, qu’Henri et Arthur aperçoivent, sur l’autre versant de montagne, une ourse et ses trois oursons, à environ 300 mètres à vol d’oiseau.
Le randonneur hurle et gesticule pour impressionner l’animal

Les animaux se situent à l’endroit exact où est censé ressurgir Lucas depuis le GR 211. Henri et Arthur se mettent à crier pour avertir le jeune randonneur, mais il est trop tard. Lucas atteint la crête et se retrouve face à l’ourse. D’abord pétrifié, il décide ensuite de s’enfuir et disparaît de l’autre côté de la crête, hors de vue de son père et de son frère.
Le plantigrade le pourchasse sur plusieurs mètres. Ne voyant aucune issue, le jeune Nantais se stoppe et se retourne, puis hurle et gesticule pour impressionner l’animal, avec succès. Une réaction tout à fait conforme à ce que conseillent les spécialistes en cas d'attaque d'ours. L’ourse, après lui avoir tourné autour, prend la fuite. Le jeune homme, boosté par l’adrénaline, escalade à mains nues une paroi rocheuse et se réfugie sur une crête, à 2 800 mètres d’altitude.

Source https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/22/2855226-ariege-randonneur-nantais-poursuivi-jusqu-precipice-ourse.html#xtor=EPR-1

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6742
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Randonneurs : que faire face à un ours ?
« Réponse #2 le: 23 août 2018, 17:36:24 »
Vincent M..., 55 ans, et son fils Paul, 22 ans, des randonneurs aguerris, se souviendront longtemps de ce jeudi 21 juin 2018. Au premier jour d’un de ces week-ends père-fils qu’ils affectionnent, les deux Toulousains ont croisé la route d’une ourse et de ses deux petits, au lieu-dit Labach, sur la commune de Melles, en Haute-Garonne. Peu avant, ils s’étaient arrêtés au mémorial de l’ours, dans cette bourgade proche de Saint-Béat, où avait débuté le programme de réintroduction de l’ours dans les Pyrénées, en 1996.

« Nous avons commencé l’ascension vers une cabane, un peu plus haut, la cabane Melloux, nous a raconté Vincent ce lundi, par téléphone. Il était 18 heures environ. Le paysage ? Une forêt, mais assez dégagée, avec vue claire à ce moment-là. Nous étions accompagnés de notre chienne Jam, un berger belge. » La cabane Melloux, est à un peu plus d’une heure de marche. Une balade tranquille pour les deux randonneurs. Mais tout à coup, alors que la pente est déjà assez prononcée, Jam commence à aboyer.

« Elle nous chargeait » « Elle se met à courir devant nous. À deux reprises, j’ai alors entendu des grognements, reprend Vincent. J’ai immédiatement pensé à un sanglier. Puis Jam est revenue près de moi. Mon fils, qui était quelques mètres devant, m’a alors crié que c’était un ours. Il l’avait vu, pas moi. Pas encore. En une fraction de seconde, j’ai évalué la situation. On ne pouvait pas descendre la pente à pic, on ne pouvait pas grimper aux arbres non plus, avec nos sacs sur le dos. Et là, j’ai vu l’ours qui courait vers nous, avec deux petits derrière elle. Elle nous chargeait. Clairement. Je ne faisais vraiment pas le malin. Subitement, à 30 m environ, elle s’est arrêtée. Et elle est repartie, avec ses deux petits. Tout est allé très vite, à peine une vingtaine de secondes entre les aboiements de Jam et la fin de notre "rencontre". »

Source https://www.ladepeche.fr/article/2018/06/25/2824710-une-ourse-fonce-sur-deux-randonneurs-en-haute-garonne.html