Auteur Sujet: Sécurité en prériode de chasse ! Chasseurs et non chasseurs ??  (Lu 4416 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Projet réalisé conjointement avec la FNC et le ministère en charge de l’Ecologie, le dépliant "Usagers de la nature et sécurité à la chasse" rappelle les règles de bonne conduite qui s’imposent à l’ensemble des usagers de la nature, chasseurs compris.
Proposant un bilan de dix années d’actions menées en matière de sécurité à la chasse par la Direction des Actions Territoriales de l’ONCFS et les Fédérations départementales de chasseurs, ce dépliant répond aux nombreuses demandes des uns et des autres (randonneurs, usagers de quad, cueilleurs de champignons, etc).
 Dans une époque où, la demande de loisirs aidant, le besoin de nature s’exprime de plus en plus fortement, il convient de rappeler les règles élémentaires de bonne conduite qui s’imposent à tous. Cette nouvelle publication apporte également des informations pratiques en détaillant les périodes d’ouverture de la chasse en France.

Présenté en avant-première au salon des Maires, en novembre 2012, ce dépliant en trois volets a suscité un vif intérêt chez les élus des communes rurales, souvent placés au coeur des querelles d’appropriation de la nature entre ses différents usagers.

Entraînement en ligne gratuit au permis de chasser  :-[ mipmip :armefeu1:
Trois possibilités pour s’entraîner :
• par QCM général, portant sur les 414 questions.
• par QCM thématique, portant sur les 4 grands thèmes de l’examen (Armes et munitions, Connaissance de la chasse, Connaissance de la faune, Lois et règlements) + les questions éliminatoires.
• par examen blanc, en situation réelle.
La Fédération Nationale des Chasseurs et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage, mettent gratuitement à disposition un service en ligne de préparation à l’épreuve théorique du permis de chasser.
Entraînez-vous gratuitement au permis de chasser avec toutes les questions du nouvel examen ICI !
Pour une parfaite préparation de l’épreuve théorique du permis de chasser, les 414 questions du nouvel examen unique (et leurs réponses) sont disponibles sous forme de tests de connaissance. Les questions éliminatoires sont particulièrement signalées.

Facebook https://fr-fr.facebook.com/Accidents.de.chasse

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Sécurité en prériode de chasse ! Chasseurs et non chasseurs ??
« Réponse #1 le: 22 septembre 2014, 14:36:35 »
La sécurité des chasseurs et des non chasseurs doit faire preuve d'une exemplarité à l'image de ce qui est demandé dans la circulaire ministérielle de janvier 2011 et qui fut adressée à chaque préfet. La FDC de l'Oise joue ici pleinement son rôle grâce aux formations qu'elle dispense et aux mesures qu'elle inscrit au SDGC.

1/ Dispositions générales
a.disposer des panneaux du type «chasse en cours» lors de tout type de chasse du grand gibier sur les principales voies de communication/chemin d'accès (attention : veiller à la conformité des panneaux disposés au bord des voies publiques, s'inspirer dans ce cas du modèle ONF qui répond aux normes en vigueur).
b.port obligatoire de chasuble jaune ou orange pour tous les participants à une chasse du grand gibier quelle qu'elle soit de l'ouverture générale à la fermeture générale de la chasse. Cette disposition est également valable pour les battues aux maïs en ouverture anticipée (les vestes de chasse fluorescentes orange sont également valables). Les veneurs ne sont pas soumis à cette mesure.
c.port obligatoire de chasuble jaune ou orange pour les participants d'une opération de furetage du lapin de garenne (les vestes de chasse fluorescentes orange sont également valables).
d.le tir à balle est interdit sur les territoires d'un seul tenant de 2 ha et moins pour l'ensemble du département de l'Oise.

2/ Dispositions spécifiques
a.quelque soit le mode de chasse, le rôle du chasseur (traqueur, posté, ...) et le gibier chassé, il n'est autorisé qu'une seule et unique arme. La chasse du gibier d'eau depuis une hutte immatriculée n'est pas concernée par cette disposition ainsi que les chasses professionnelles (pour les «chargeurs»).
b.la distance de tir du grand gibier en battue en zone ouverte (en dehors des zones boisées) est plafonnée à 100 m pour les utilisateurs d'arme rayée et à 50 m pour les utilisateurs d'arme lisse. Ceci évitera les «coups de longueur» limitant ou supprimant la notion de tir fichant (risque d'accident).
c.en plaine, à compter du 1er décembre, la chasse sanglier ne pourra s'effectuer qu'à partir d'un poste fixe matérialisé d'au moins 1 m2 et à 300 m d'un véhicule en lien avec le chasseur concerné et/ou les chasseurs du territoire concerné. Cette disposition ne s'applique pas pour les battues dans les cultures de maïs, ce jusqu'à enlèvement des récoltes (rappel : la battue est caractérisée à partir de 5 fusils).

Définition d'un poste fixe matérialisé (quel que soit le mode de chasse) : il s'agit d'une installation faite de mains d'homme, temporaire ou non, pouvant être constituée d'un filet de camouflage, d'un assemblage de branchages (ou toile brise-vue ou apparenté), d'un affût en toile «prêt à l'emploi» vendu dans le commerce ou encore d'un mirador.

Malgré les efforts de la profession, des problèmes de sécurité demeurent à l'origine des drames. De quoi abîmer l'image du deuxième loisir français après le football. Sur les 114 accidents rapportés par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), seize ont été mortels, selon le bilan de la saison 2013-2014. Il s’agit là du meilleur bilan enregistré depuis quinze ans (pour rappel, la moyenne des accidents mortels était de 18, ces cinq dernières années).
Ce bilan confirme la tendance à la baisse constatée ces dernières années et montre que le travail de formation menée au sein des fédérations départementales des chasseurs, en lien avec la division du permis de chasser de l’ONCFS, porte ses fruits  ::) :accord1:
Par ailleurs, cette année, 12 non-chasseurs, soit 10 % des victimes, ont été blessés, dont deux mortellement.»  :'(
L'inventaire de l'ONCFS est sans appel :
sur 96 % des accidents connus, 109 fautes sont imputables à des problèmes de sécurité. Soit 23 % à des tirs sans prise en compte de l'environnement, 20 % à des tirs dans l'angle des 30° (dont le respect permet d'éviter au maximum les risques de ricochets), 16 % à des mauvaises manipulations de l'arme, 12 % à des chutes, 7 % à des tirs dans la traque, 6 % à des tirs effectués sans identification de la cible…  

Citer
Un homme de 79 ans a perdu la vie accidentellement a indiqué le parquet. Le septuagénaire chassait en compagnie d’autres personnes quand il a effectué une mauvaise manipulation avec son arme à feu dimanche. Un coup est parti et l’a touché en pleine poitrine. Il a eu un poumon perforé ; il a été transporté directement à l’hôpital où il a succombé à ses blessures. Le parquet a directement écarté la possibilité d’un suicide. Il s’agit d’un acte involontaire. Le septuagénaire était expérimenté et généralement prudent, d’après les témoins qui l’accompagnaient.

Un chasseur a tué dimanche accidentellement un de ses partenaires de chasse, âgé de 43 ans, en le touchant à la gorge.
Un chasseur a été évacué vers le centre hospitalier de Dax suite à un accident de chasse dont il a été victime lors d'une battue organisée à Vielle Saint-Girons.
L'homme, un quinquagénaire , a  été touché au niveau du crâne. La plaie, importante, n'engage toutefois pas le pronostic vital de la victime.
L'auteur du tir, âgé d'une cinquantaine d'année, a été identifié. Le test d'alcoolémie auquel il s'est soumis s'est avéré négatif. La gendarmerie, dépêchée sur les lieux, a conclu à un accident.

Une battue aux sangliers, organisée comme chaque dimanche par la société de chasse à laquelle participait une trentaine de personnes, a été marquée par un accident. Un chasseur de 27 ans, a reçu une balle au-dessous de l'épaule lors d'un passage de gibier.  Sur les premiers éléments recueillis par les gendarmes venus enquêter, cet accident pourrait s'expliquer par un enchaînement de circonstances malheureuses.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Sécurité en prériode de chasse ! Chasseurs et non chasseurs ??
« Réponse #2 le: 22 septembre 2014, 15:17:33 »
Qui a tiré la balle qui a tué Armand, lors d'une battue ?
Une question à laquelle ni l'enquête ni l'audience au tribunal correctionnel n'auront, pour l'heure, apporté de réponse. Pour les avocats des parties civiles, comme pour le parquet, c'est « une évidence » : c'est bien JPF qui a tiré le coup fatal.

Un accident, certes, mais qui ne serait pas arrivé si les règles de sécurité avaient été respectées, disent-ils en substance. Le chasseur a tiré trop tôt, selon un angle trop proche de son coéquipier et la balle a traversé le sanglier avant d'aller se loger dans la poitrine d'Armand. Mais de nombreux détails relevés par l'avocat de la défense, Me Sochel, entretiennent le doute. Et pour cause, de l'avis de tous, la battue s'est déroulée au mépris des règles les plus élémentaires de sécurité.

Durant l'enquête, JPF a avoué qu'il ne connaissait pas la règle des 30°, dont le principe et la méthode d'application doivent pourtant être rappelés avant chaque battue. Cette règle interdit au chasseur de tirer si l'angle de tir et inférieur à 30° par rapport à la ligne des chasseurs en poste. Une méthode simple (5 pas de côté, 3 pas vers l'avant) permet même de déterminer cet angle de façon assez précise. Méthode dont le prévenu ignorait jusqu'à l'existence. Il aurait en outre tiré « au coup d'épaule », autrement dit, au juger, sans viser et dans la précipitation.
Rappel des consignes de sécurité avant le départ en battue.  :merci!: j'aioublié
Le directeur de battue, (le Président de la société de chasse où son représentant) doit obligatoirement rappeler avant chaque battue les consignes de sécurité :
• Les chasseurs postés se placent ventre au bois, canons dirigés vers le sol.
• Ne jamais tirer dans la traque.
• Ne jamais tirer sans avoir formellement identifié l'animal de tir ! (la plupart des accidents mortels découlent du non respect de cette consigne).
• Déterminer sa zone de tir sécurisée (voir schéma).
• Ne tirer qu'en tir fichant, jamais à hauteur d'homme. Le tir fichant ; Avant de tirer le chasseur doit impérativement s’assurer du lieu de destination de sa balle. Si vous chassez en terrain accidenté ou en montagne, ne jamais tirer un animal en crête.
• Ne jamais quitter son poste avant la fin de la traque, même pour achever un animal blessé.
• Décharger impérativement son arme au signal de fin de traque.

La règle des 30°  :o  8)  :P  ::) 

Tout le monde parle de la règle des 30°, mais certains ne savent pas l'appliquer ou n'osent pas demander comment l'on procède par peur de passer pour un ignorant auprès des autres chasseurs.
Explications : pour déterminer les angles de tir à 30° (zones dans lesquelles tout tir est interdit), le chasseur, à partir de son poste ventre au bois fait 5 pas vers A, puis 3 pas perpendiculairement à a ligne de tir, en tournant le dos à l'enceinte chassée.
Il fait de même dans la direction C.
L'axe de cet angle ainsi formé peut être matérialisé avec une grosse pierre ou un petit drapeau triangulaire fluorescent soit accroché à une branche d'arbre soit monté sur un piquet. La sécurité est l'affaire de chacun : aucun sanglier, même le plus gros du monde, ne vaut la vie d'un voisin de battue.
Source : http://dianehautsbosc.canalblog.com/archives/2008/02/27/8113356.html

Citer
"Jean-Louis, mon ami d'enfance, mon premier voisin, il est mort dans mes bras. Cela hante mes jours et mes nuits", confesse D. S. à la barre du tribunal correctionnel d'Auch. Ce retraité agricole de 77 ans devait répondre d'homicide involontaire lors d'une chasse au grand gibier.
Le procès d'un dramatique accident de chasse survenu en décembre 2014 lors d'une battue aux sangliers organisée dans une petite commune. Une des balles destinées à l'animal avait ricoché au sol pour se loger dans la cuisse de la victime, lui sectionnant l'artère fémorale. Il était décédé avant l'arrivée des secours.
Titulaire du permis depuis 60 ans, D., qui n'allait jamais à la chasse sans Jean-Louis, se reconnaît responsable de la mort de son ami.  :'(
Responsable et coupable il est pour le ministère public qui lui reproche de s'être affranchi "des règles de sécurité qui protègent les chasseurs".
C'est l'angle de tir qui est au cœur de ce dossier. Selon l'accusation, D. aurait dû attendre que le sanglier "passe davantage" qu'à 15° avant de le tirer.
Si le prévenu avait respecté la règle qui vaut qu'on ne tire pas un gibier à l'intérieur d'un angle de 30°, "le drame aurait été évité" assure la procureure Alice R...s. Elle cite le rapporteur de l'office national de la chasse pour lequel D. "appartient à une ancienne génération de chasseurs pas formés au tir à balles et pas sensibilisés aux ricochets".
Depuis l'accident, le retraité ne chasse plus. Son avocate, Me Christine B...t, a plaidé la clémence du tribunal "pour un homme jamais condamné qui portera ce drame jusqu'à la fin de ses jours". Le tribunal est allé au-delà des réquisitions de la procureure qui avait réclamé 10 mois d'emprisonnement avec sursis, condamnant le septuagénaire à une peine de 18 mois avec sursis, et cinq ans d'interdiction de chasser.

Voici 3 schémas très explicatifs :

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Sécurité en prériode de chasse ! Chasseurs et non chasseurs ??
« Réponse #3 le: 27 septembre 2014, 13:38:39 »
Julien est dans un fauteuil et le restera, il s'est retrouvé tétraplégique après un tir lors d'une battue. En soins de rééducation depuis décembre 2013, ce cadre a été victime d'une imprudence lors d'une battue aux sangliers.
L'auteur du tir n'a pas échappé à la sanction.  ???  furax

La balle est entrée sous l'omoplate gauche, a transpercé les deux poumons pour finalement se loger dans l'autre épaule mais au passage elle a sectionné la moelle épinière. Transporté par hélicoptère au centre hospitalier Pellegrin, Julien est resté dans le coma pendant trois semaines. Il a perdu beaucoup de sang, trop de sang. Le 17 octobre, il doit enfin sortir de plus de neuf mois de rééducation fonctionnelle.

Mais il en sortira en fauteuil. Car les dégâts causés par la balle de 12 millimètres sont irréparables. Il a perdu l'usage de son bras droit. Le projectile n'a été extrait que récemment. Le corps médical, raconte sa concubine, émettait des doutes. La retirer pouvait être synonyme de danger.

Tir tendu direct  :o  Carton rouge

«Il est soulagé enfin après avoir pris connaissance de la décision du tribunal» explique la compagne de Julien. Mercredi, le tribunal correctionnel d'Agen a condamné l'auteur du tir, un chasseur expérimenté de 72 ans, à deux ans de prison avec sursis, interdiction à vie de repasser le permis de chasser. Il doit rendre son arme à exécution de la peine. Il est frappé au portefeuille aussi.

Le jugement de première instance le condamne à près de 50 000 € de frais et d'amendes diverses, dont 27 000 € au titre de la Mutualité sociale agricole, régime social dont dépend Julien, défendu par Me Sandrine Derisbourg.

«Les gendarmes et la justice ont conclu à un tir tendu direct» commente l'amie de la victime.  colère3 :blahblah4:

Le 22 décembre 2013, la société de chasse de Sos organisait une de ces battues aux sangliers prévues pour limiter la propagation de l'espèce. Tout va pour le mieux jusqu'en début d'après-midi.  8)
Vers 15 heures, un sanglier se glisse entre les chasseurs. Le septuagénaire lève son arme, tire. Entre lui et l'infortuné Julien il y a le sanglier, puis un autre chasseur. Mais c'est ce jeune cadre de 28 ans qui s'effondre au sol, heurtant au passage un rocher. Il est difficile au départ d'établir les détails de l'accident de chasse. La configuration des lieux ne s'y prête pas, pouvait donner lieu à de multiples interprétations.
Tous les témoins du drame sont entendus et, en bout de ligne, à l'issue d'une enquête qui a pris en compte les analyses balistiques, les gendarmes de Nérac parviennent jusqu'à ce septuagénaire qualifié à tout le moins d'imprudent. «Julien a été très déçu car le chasseur ne reconnaissait pas son erreur. Mon ami est aujourd'hui différent depuis qu'il connaît la décision du tribunal.»
La justice a reconnu un «tir tendu direct» qui explique le grave accident de chasse de décembre 2013 à Sos. L'affaire tombe moins d'un mois après l'ouverture. Elle rappelle aussi les consignes de prudence à respecter.
Stéphane Bersauter La Dépêche du Midi.fr

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Sécurité en prériode de chasse ! Chasseurs et non chasseurs ??
« Réponse #4 le: 27 septembre 2014, 13:52:42 »
Montrieux-en-Sologne. La thèse de l’accident est privilégiée concernant la mort de la jeune femme lors d’une partie de chasse.
La victime, une jeune femme âgée de 26 ans habitait Dhuizon, elle était partie à la chasse aux bécasses du côté de La Gauchère. Elle était avec deux autres personnes. L'une d'elle aurait trébuché, peut-être à cause d'un chien. Un coup de fusil serait alors parti qui a mortellement touché la jeune femme.
Les deux autres chasseurs ont immédiatement donné l'alerte. Et ont apporté les premiers secours à la victime. Arrivés sur place, le Samu ainsi que les sapeurs-pompiers ont tenté de réanimer la victime en vain. Elle a succombé aux blessures provoquées par l'arme à feu.
Les gendarmes ont ouvert une enquête. Ils ont reçu le renfort du technicien en identification criminelle qui est intervenu pour procéder aux premières constatations sur la scène.

La jeune femme ayant trouvé la mort dimanche après-midi lors d'une partie de chasse à la bécasse ... s'appelait Bérengère et était infirmière.

Les gendarmes en charge de l'enquête doivent entendre cette semaine les deux chasseurs, qui étaient avec Bérengère. L'un d'eux n'est autre que le compagnon de la jeune femme, ils devaient se marier prochainement. Selon les premiers éléments recueillis par les enquêteurs, l'auteur du coup de feu mortel aurait trébuché alors qu'il s'apprêtait à tirer tout comme la jeune femme.
La thèse de l'accident devra être confirmée mais elle est privilégiée.  ::)

Au nom de tous les chasseurs du Loir-et-Cher, Hubert-Louis Vuitton, leur président, tient à manifester « la consternation et la tristesse de tous ».

Sécurité : " redoubler ses efforts "

Dans un communiqué adressé à notre rédaction, il écrit : « Nos pensées vont en premier lieu à la famille de la victime à laquelle nous présentons nos très sincères condoléances. C'est un terrible drame que rien, hélas, ne peut réparer ».
Et de poursuivre : « L'enquête menée par la gendarmerie devra bien sûr déterminer les circonstances exactes de cet accident. Mais ce drame nous rappelle d'ores et déjà la nécessité d'aller toujours plus loin en matière d'éducation des chasseurs à la sécurité. Le respect constant des règles de sécurité à la chasse est d'ailleurs l'une des préoccupations majeures de la Fédération des chasseurs » Le président assure que la fédération « va poursuivre et redoubler ses efforts pour encore mieux former et sensibiliser des chasseurs à pratiquer la chasse en toute sécurité ».


Citer
La cohabitation entre usagers de la nature  :)
Quand un chasseur rencontre un cueilleur de champignons, un randonneur,
un cycliste, etc., il doit immédiatement ouvrir et décharger son arme, et tenir
ses chiens.
Ce sont des gestes simples qui facilitent le dialogue, garantissent la sécurité
et relèvent de la courtoisie.
Toujours poli, le chasseur pourra en profiter pour informer son interlocuteur de la chasse en cours.
Généralement, les chasses en battue sont signalées par des panneaux visibles
sur les voies de circulation ouvertes au public.
Tous les usagers doivent en tenir compte et adapter leur comportement en conséquence, dans le respect des droits et des devoirs de chacun.

Il est interdit de faire usage d’armes à feu sur les routes et chemins publics ainsi que sur les voies ferrées.
Il est interdit à toute personne placée à portée de fusil d’une de ces routes, chemins ou voies ferrées de tirer dans cette direction ou au-dessus.
Toute personne placée à portée de fusil des lieux listés ci-après a l’interdiction de tirer en direction :
- des stades et lieux de réunions publiques en général ;
- des habitations particulières (y compris caravanes, remises, abris de jardin) ;
- des bâtiments et constructions dépendant des aéroports.
Les chasses collectives au grand gibier ou au petit gibier – dénommées aussi battues – sont très encadrées et les consignes de sécurité doivent y être scrupuleusement appliquées par tous les participants :
- le port des vêtements de couleur fluo est de plus en plus courant et dans la plupart des cas obligatoire ;
- le transport des armes de chasse est réglementé ;
- le chasseur doit toujours prendre en compte son environnement
avant d’effectuer un quelconque tir.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Sécurité en prériode de chasse ! Chasseurs et non chasseurs ??
« Réponse #5 le: 04 novembre 2018, 17:12:38 »
La sécurité, une priorité de tous les instants

En matière de sécurité, le rôle de la Fédération des Chasseurs et de la Nature  est de sensibiliser les chasseurs et les organisateurs de chasse à une pratique de la chasse dans les conditions optimales de sécurité pour les chasseurs et aussi pour les autres utilisateurs de la nature.
N’oublions pas que nous sommes tous responsables de notre propre sécurité et de celle des autres !

A l’occasion de l’ouverture de la saison voici un petit rappel des principales consignes de sécurité à la chasse :
Les règles de sécurité de base
- Dans un véhicule, les armes doivent être transportées démontées ou dans un fourreau. Elles sont bien évidemment, dans tous les cas, déchargées.
- Avant d’introduire des cartouches, le chasseur vérifie qu’aucun corps étranger n’obstrue les canons.
- Le doigt n’est placé sur la détente qu’au moment du tir.
- La bretelle peut, en s’accrochant, causer des accidents. Elle doit donc être bannie en action de chasse.
- L’arme n’est chargée que lorsque le chasseur est en action de chasse. Hors action de chasse, une arme fermée est toujours considérée comme chargée. L’arme doit donc être cassée ou la culasse en arrière.
- En cas de franchissement d’un fossé, d’une clôture ou de tout autre obstacle et en présence d’autres personnes, l’arme doit être ouverte et déchargée.
- Le tir ne se fait jamais à hauteur d’homme, ni sans s’être assuré que la zone balayée par les canons est déserte et sans risque, il faut toujours prendre en compte l’orientation des canons de son arme.
- Le chasseur ne peut tirer qu’après avoir formellement identifié son gibier. On ne tire jamais au travers d’une haie ou d’un buisson.
- Le tir doit être fichant et respecter l’angle de 30° par rapport à toute zone à risques. Attention aux ricochets sur tout support et avec toutes munitions !
- Pour tout arrêt momentané de la chasse, l’arme doit être ouverte et déchargée.

Les consignes de sécurité obligatoires (quel que soit le mode de chasse)
- Il est interdit de tirer avec son arme en direction ou au-dessus des routes et chemins publics, et lorsqu’on est à portée des voies ferrées ou dans les emprises ou enclos dépendant des chemins de fer.
- Il est interdit de tirer en direction des lignes de transport électrique ou de leurs supports.
- Il est interdit de tirer en direction des stades, lieux de réunions publiques en général et habitations particulières (y compris caravanes, remises, abris de jardin) ainsi que des bâtiments et constructions dépendant des aéroports.
- Le tir à bord ou à l’aide d’un véhicule à moteur, ou à l’aide de chevaux est interdit.

La chasse en battue
Le tir à balle impose des règles très strictes, il faut toujours prendre en compte son environnement et y être constamment attentif :
- Avant tout, repérer ses voisins et se faire repérer d’eux
- Vérifier que tous les chasseurs sont sur la même ligne
- Bien se poster ventre au bois
- Ne charger son arme qu’au signal de début de battue
- Ne jamais tirer sans identification absolument sûre
- Ne jamais tirer sur un buisson parce qu’au « aurait vu bouger quelque chose ».
- Ne jamais tirer au-dessus de l’horizon : la portée d’une balle de carabine peut atteindre 2 kilomètres !
- S’assurer que le tir sera fichant, c’est-à-dire que la balle s’enfoncera dans le sol.
- Respecter un angle de sécurité d’au moins 30° par rapport à la ligne de tireurs. On détermine cet angle en faisant cinq pas dans la direction de la ligne de tireurs puis trois pas perpendiculairement à cette ligne.
- Ne jamais quitter son poste avant la fin de la battue, même pour achever un animal blessé : La plupart des accidents graves impliquent un chasseur imprudent qui a quitté son poste !

Encore une fois la chasse est un loisir qui doit se pratiquer en toute sécurité et la nature appartient à tout le monde.
Un chasseur doit avant tout respecter les règles de sécurité, et doit se sentir responsable vis-à-vis de la nature, et de tous ses usagers.

RAPPEL : Tout chasseur est responsable de ses actes et de son tir !
http://www.fdc-11.com/actualites/la-securite-a-la-chasse.html