Auteur Sujet: J'aimerais savoir ... qu'arrive t'il sous l'emprise du GHB, la drogue du viol ?  (Lu 39767 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6847
  • Sexe: Homme
  • Retraité
INSOLITE - INNOVATION : du vernis à ongle contre le viol  :o
Âgé de 24 ans, l’Américain Tyler Confrey-Maloney veut protéger les femmes des agressions sexuelles grâce à un produit cosmétique.
Sensibilisés au phénomène de "drogues du violeur", quatre étudiants de l’université de Caroline du Nord ont imaginé, en 2014, un produit révolutionnaire, un vernis à ongles dont la teinte changerait au contact de ce type de drogues.
Le maquillage comporterait un composé chimique réagissant en présence des substances illicites.
Il suffirait de tremper le doigt dans son verre pour tester la fiabilité de la boisson.

En France comme aux États-Unis, environ 17 % des femmes sont victimes d’agression sexuelle au cours de leur vie. Parmi elles, certaines se trouvent sous l’emprise de « drogues du violeur » des substances indétectables et sans saveur, versées discrètement dans leur verre lors d’une soirée, qui les rendent soumises à leur assaillant.
Conquis par l’idée, l’un de leurs professeurs les inscrit à un programme d’entrepreneuriat technologique. Quelques semaines plus tard, la start-up Undercover Colors est créée et remporte, lors d’un concours, près de 12000 euros pour lancer son activité. Très vite, des investisseurs s’intéressent au projet. Aujourd’hui, plusieurs couleurs de vernis ont été mises au point et les premiers tests sont en cours.

« Nous voulons déplacer la peur du côté des agresseurs, explique Tyler Confrey-Maloney, cofondateur et directeur général de la start-up.
Les assaillants potentiels ne pourront pas savoir si le vernis porté par une femme est le nôtre ou pas, mais ils auront désormais conscience qu’ils peuvent être démasqués. Aujourd’hui, plusieurs couleurs de vernis ont été mises au point et les premiers tests sont en cours.
Ainsi, la simple existence de ce produit apporte une meilleure protection à toutes les femmes. » Le vernis « ange gardien » devrait être commercialisé d’ici à deux ans au plus tard.

Par Céline Lison http://www.nationalgeographic.fr/

Rabanal

  • Invité
Bonjour, j'ai été victime d'un accident, avant de prendre ma voiture un jeune homme m'avait offert un verre et je lui avais proposé de le raccompagner car celui ci était à pied . Je ne me souviens que du moment avant la prise de ma voiture,et de la prise de celle ci. et la perte de contrôle de mon véhicule a eu lieu environ 2h après ma mise à son volant alors que l'endroit de cet accident était à 20mn de celle ci. J'ai mon permis de conduire depuis 38 ans, dont 30 ans au volant de semi remorque, je suis une femme de 60 ans, j'ai toujours su les limites de ma voiture qui est une voiture sportive et j'ai toujours su mes limites au volant et je n'avais jamais eu d'accident depuis 38 ans de conduite. Le jeune homme qui était dans ma voiture a déclaré que je l'avais pris en stop et ensuite il est partit direct, et ça je ne le sais que depuis peu. S'il m'a versé de la drogue dans mon verre, comme je le suppose maintenant et mon entourage aussi, comment puis je le vérifier car ça fait un mois que j'ai eu cet accident ? Merci de me venir en aide car je n'ai jamais compris cette perte de contrôle de mon véhicule surtout que je n'ai même pas souvenir de l'accident alors que c'est tout le côté gauche de ma voiture qui a été détruit !

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6847
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Bonjour, désolé mais je ne suis pas devin !
Seul Dieu peut en juger !!
Métamorphose d'une pierre que l'on jette : on est responsable de l'action de la lancer, on ne sais jamais où elle va atterrir exactement ... c'est le destin et vous ne pouvez pas vous sentir responsable de vos actes ??

Vous êtes inquiète par rapport à ce qui vous est arrivé, hélas nous ne pouvons pas vous dire si oui ou non quelqu’un a mis un produit dans votre verre. En effet, seule une analyse d’urine pourrait détecter dans les 12 heures si du GHB a bel et bien été ingéré.

Ceci dit les effets que vous décrivez peuvent y faire penser. Auquel cas, les effets durent environ 1h. Vous trouverez ci-dessous la fiche descriptive du GHB.
Citer
Le GHB (acide gammahydroxybutyrique) est une drogue de synthèse aux propriétés sédatives et amnésiantes. En France, il est utilisé en médecine pour le traitement de la narcolepsie (trouble du sommeil chronique) et comme anesthésiant préopératoire ; il connaît depuis une vingtaine d’années une utilisation détournée à des fins non médicales.
Le GHB se présente sous forme de poudre blanche soluble ou de liquide incolore et inodore, il est alors conditionné dans de petites fioles en verre ou en plastique.
Appellations : liquide ecstasy
Deux substances proches, le GBL (acide gammabutyrolactone) et le BD (butanediol), se transforment en GHB une fois dans l’organisme. Ils ont les mêmes effets et présentent les mêmes risques.

Le GHB est dépistable, uniquement par des laboratoires d’analyses spécialisés :
    pendant moins de 12 heures dans les urines,
    à peine quelques heures dans le sang.
Les difficultés de détection du GHB tiennent à la fois à la rapidité de sa disparition dans l’organisme et au fait que le GHB est présent naturellement dans le corps humain.

Le changement d'alcool, de lieu, la chaleur peuvent être également à l'origine de votre malaise  ??? ???. Même si vous dites qu'habituellement vous « tenez bien à l'alcool", il nous semble important de rester prudente à la fois sur la quantité d'alcool ingéré, les mélanges de produits ainsi que sur la surveillance de votre verre.

Pour info, l'INPES (l'Institut National de Prévention et d’Éducation à la Santé) préconise dans un usage occasionnel de ne pas consommer plus de 4 verres standard.

Source et infos http://www.drogues-info-service.fr/Vos-Questions-Nos-Reponses/Trou-noir-Soiree-GHB

Catherine Rabanal

  • Invité
Si je comprends bien, moi, je dois me sentir responsable d'avoir bu un verre où une personne aurait pu y verser de la drogue ?
Contrairement à d'autres qui l'ont fait, à leurs insu également, mais qui eux sont des victimes..? Je ne vous demande pas d'être devin, je vous demande seulement, s'il a été possible que je puisse conduire ma voiture avec ce type de drogue... désolée mais je ne suis pas une consommatrice habituelle et je me pose des questions et je demande des réponses... Si on vous demande si une personne a pu faire des choses à son insu et sans aucun souvenir..quand il s'agit de viol..vous répondez oui...
Moi, je vous demande si c'est également possible d'avoir conduit une voiture dans cet état ??

Et éventuellement si  cette drogue peut un mois après être encore décelable dans mes cheveux..et dois je pour cela porter plainte à la police pour avoir droit à cet examen.. bonne soirée à vous...Merci.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6847
  • Sexe: Homme
  • Retraité
En février 2009, l'hospitalisation de plusieurs personnes à Montpellier et les aveux de l'ex-lofteuse Loana avaient suscité beaucoup d'intérêt pour le GBL. Après plusieurs années de surveillance, les autorités sanitaires viennent (enfin) d'interdire la vente au public de ce solvant, souvent détourné en drogue.

GBL Une fois ingéré, le GBL (gamma-butyrolactone) est dégradé dans l'organisme en GHB, bien connu comme étant la "drogue du violeur". Mais si le GHB est sous surveillance depuis 2000 et inscrit dans la Convention des Nations Unies sur les substances psychotropes depuis 2001, son précurseur reste aisément disponible.

La GBL, cette "nouvelle" drogue de synthèse qui "inquiète" les autorités  :-[
Depuis fin 2017, cette drogue est responsable de plusieurs comas, dont l’un s’est soldé par la mort d’un jeune homme.

Les autorités et le milieu de la nuit parisienne ont tiré la sonnette d’alarme : ce qui inquiète, c’est l’usage croissant chez les jeunes fêtards d’une drogue de synthèse, la GBL, aux effets dévastateurs.
"C’est un phénomène qui est en train de s’étendre", a déclaré le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, à l’issue d’une réunion organisée avec les professionnels de la nuit, les autorités de santé et les services de police.

Depuis la fin 2017, l’absorption volontaire ou involontaire de GBL (gamma-butyrolactone), un solvant détourné en drogue, cousine du GHB surnommé "la drogue du violeur", a causé dix comas chez des jeunes âgés de 19 à 25 ans dans des établissements de nuit parisiens, selon des données de la préfecture de police.

Les effets du GBL similaires au GHB

Le GBL est une molécule chimique, contenue dans certains solvants industriels, destinés aux professionnels : il s'agit d'un produit très efficace pour nettoyer les jantes de voiture ou les peintures (en particulier les tags).

Mais le GBL, une fois ingéré, a un tout autre impact sur l'organisme : il est très vite métabolisé en GHB ou acide gamma-hydroxybutyrique. Le GHB a un double effet : d'abord euphorisant puis anesthésiant. Il était ainsi utilisé en médecine comme anesthésiant général avant d'être utilisé dans les années 1980 par les sportifs en tant qu'anabolisant.

Entre GBL et GHB, on note les mêmes effets : euphorie jusqu'au sommeil profond, détente, vertiges, pertes de mémoire, d'inhibitions ou plus grave encore, des pertes de conscience... Ces deux substances agissent très rapidement après l'absorption : 10 à 20 minutes suffisent pour observer les premiers effets. Ces derniers dépendent de la dose prise et de la personne, et augmentent lorsque l'alcool et/ou d'autres drogues sont associés. Dans les cas les plus graves, ces drogues peuvent provoquer un coma profond ou encore une insuffisance respiratoire, capables d'entraîner la mort. A Amsterdam en 2005, la part des demandes d'assistance médicale urgente requérant un transport à l'hôpital a été plus grande pour les cas liés au GHB/GBL qu'à d'autres drogues 1.

Souvent associé à des agressions sexuelles, le GHB a été la cible de plusieurs campagnes de prévention. Mais ce n'est pas le cas du GBL, très facilement accessible...

Source http://www.sudouest.fr/2018/04/17/la-gbl-cette-drogue-de-synthese-qui-inquiete-les-autorites-4380240-4696.php
 et suite sur http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/drogues/articles/13269-gbl.htm

Hors ligne Latulipeduweb

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 1
  • Sans Profession
Bonjour, je vous remercie pour ce sujet très instructif. Pensez-vous que l'on peut ressentir les mêmes effets quand on consomme beaucoup de cannabis ?

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6847
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Bonjour et bienvenue
je n'en sais fichtre rien car je ne suis ni herbivore ni fumeur
désolé de ne pas vous apporter une réponse concrète.

Effets ressentis après avoir fumé un joint

Les effets sont variables en fonction de l’individu et de la quantité consommée.
Les consommateurs décrivent un état de bien-être, d‘euphorie, une modification des perceptions. Parfois l’utilisateur de cannabis connaît un « bad trip », une expérience désagréable due le plus souvent à une consommation trop importante de cannabis : nausées, tremblements, sueurs froides, confusion, angoisse. Ce malaise peut aller jusqu’à la perte de connaissance.

Le cannabis contient des substances organisme, y compris le delta 9 tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD).
Le THC est responsable des effets intoxicants.
Le CBD n’a pas d’effets intoxicants, mais il peut quand même agir sur le cerveau.

Perte de mémoire courte importante au point de devenir un handicap

« Où sont mes clefs, où est mon phone ? T’as pas vu mon sac ? » Si ces questions reviennent sans cesse, il est sans doute temps de diminuer un peu la dose. Une consommation pendant le temps scolaire ou le temps de travail pourra vous faire rater l’information importante.

INFOS

https://www.canada.ca/fr/services/sante/campagnes/cannabis/effets-sante.html

https://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/tabac-alcool-drogues/cannabis/quels-risques

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6847
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Montpellier : le cup condom ou capote de verre pour lutter contre le GHB, fléau des soirées étudiantes Le GHB est mis sous forme de pilule ou de liquide dans les verres pour droguer les personnes à leur insu
Depuis le début de la rentrée universitaire et la reprise des soirées étudiantes, les associations ont enregistré de nombreux témoignages de jeunes hommes et jeunes femmes ayant été drogués au GHB, la "drogue du violeur".
 L'Agem, l'association des étudiants de Montpellier lance un message d'alerte.

Depuis moins d’un mois, plusieurs dizaines d’étudiants ont été drogués au GHB lors de soirées étudiantes. Connu pour ses propriétés sédatives et amnésiantes, le GHB a fait son apparition hors milieu médical, il y a une vingtaine d’années. Il est aussi connu sous le nom de «drogue du viol».
En règle générale, les effets attendus sont un sentiment de quiétude, une désinhibition et une légère euphorie. Lorsqu’il est pris à forte dose, le GHB peut faire l’effet d’un somnifère puissant.

Nouveauté, les hommes, contrairement aux idées reçues, sont aussi victimes de cette drogue.

Témoignages ou symptômes

Selon l'Agem, l'association générale des étudiants montpelliérains, les malheureuses victimes se comptent déjà par dizaines. Il faut donc surveiller son verre en soirée.

"Les soirées étudiantes ont repris depuis quelques semaines et des dizaines d’étudiants ont été droguées au GHB ou ont vu à temps une pilule dans leur verre, c’est beaucoup plus qu’en temps normal et c’est très inquiétant" constate Edgard Bruel, président de l’association étudiante l’AGEM.

Le problème est de plus en plus prégnant à Montpellier avec un fait nouveau, la "drogue du violeur" touche désormais souvent des hommes, contrairement aux idées reçues jusqu'alors. "Les filles ne sont plus les seules victimes, de nombreux étudiants ont aussi été drogués, même des garçons costauds et qui ne sont pas forcement homosexuels" confirme Edgard Bruel.

Outre les viols et les agressions physiques et/ou sexuelles, l’autre mobile d'utilisation du GHB est de faire les poches des victimes et de littéralement les dépouiller. Certains agresseurs "s'amuseraient" à observer les effets euphorisants sur leur victime avec parfois des comportements dangereux.

Les gestes à adopter en soirée
    garder son verre avec soi
    recouvrir son verre de sa main
    s'entourer de personnes de confiance lorsque l'on sort et les alerter en cas de malaise
    veiller sur son entourage en soirée
    alerter l'établissement, et le cas échant l'association organisatrice, en cas de problème

En cas de doute, il est possible d'effectuer un test urinaire dans les 12 heures pour savoir si l'on a été drogué. Ensuite, il faut porter plainte même s’il est très difficle de retrouver le ou les auteurs des abus, même avec des caméras de vidéosurveillance.

"La capote de verre" 
Il s’agit de petits couvercles élastiques en silicone, avec ou sans paille, à mettre sur le verre pour le protéger. "C’est notre seul moyen de nous prémunir" conclut le président de l’association étudiante.
Disponible dans des petits sachets très similaires à ceux des préservatifs, My Cup Condom s’enfile pour recouvrir le goulot de votre verre. Le visuel présente une tête avec un œil en forme de croix, il suffit de transpercer cette croix avec votre paille pour pouvoir siroter votre verre et ainsi relâcher un peu la pression et profiter de la soirée.
https://creapills.com/cup-condom-preservatif-verre-drogue-20191125
Il faut avouer que c’est sacrément bien pensé. Non seulement, c’est extrêmement simple d’utilisation, mais vous pouvez en transporter avec vous facilement pour toujours être serein(e).  https://mycupcondom.com/

Source https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/herault/montpellier/montpellier-le-cup-condom-ou-capote-de-verre-pour-lutter-contre-le-ghb-fleau-des-soirees-etudiantes-2263639.html?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR19qpLn4dGLi2_WMUf3OeNhAsnv1UTmW7mUrpckZpZE9wVBOY_-mJ.R.ZUgM#Echobox=1632462386