Auteur Sujet: J'aimerais savoir ... qu'arrive t'il sous l'emprise du GHB, la drogue du viol ?  (Lu 28505 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Joanie

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 1
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Bonjour à tous,

J'ai 18 ans, je suis en train d'écrire un roman.
Je me renseigne a savoir ce qui arrive lorsque l'on se retrouve sous l'emprise de la drogue du viol. Ma question étant si jamais un mineur est sous l'emprise de cette drogue et que l'on vous appel pour le signaler... que ferez vous ? Merci de me répondre cela ajoutera du contenu et de la vérité a mon chapitre.

Merci et bonne journée

Hors ligne kit055

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 2114
  • Sexe: Homme
  • Police Nationale
    • Voir le profil
J'aimerais savoir ... qu'arrive t'il sous l'emprise du GHB, la drogue du viol ?
« Réponse #1 le: 14 décembre 2008, 08:07:28 am »
Bonjour,
Le GHB (acide gammahydroxybutyrique) est une drogue de synthèse aux propriétés sédatives et amnésiantes.

Je me permet donc de répondre car on peut estimer que ça touche un petit peu mon domaine ^^

Tout d'abord si jamais une personne constate qu'un mineur, en l'occurrence, est sous l'emprise du GHB, la drogue du viol, ce n'est pas une entreprise d'ambulance privée que l'on appellera, du moins pas directement.
Le premier interlocuteur à contacter dans le cas présent est soit la Police Nationale, soit la Gendarmerie Nationale, pour je le rappelle tout problème afférant à l'ordre publique, à la sécurité des biens et des personnes.

Donc je vais prendre pour exemple la Police car c'est elle que je connais le mieux, le "requérant" (ou le témoin) va appeler la Police Nationale, il va alors tomber sur la SIC (salle d'information et de commandement) qui va alors contacter un véhicule sur le terrain afin de se rendre sur les lieux.
Une fois sur les lieux, l'équipage du véhicule va essayer de déterminer les faits : est-ce que la personne a été violée ? Est-ce que l'on connait l'individu qui a mit la drogue dans le verre ? (et le cas échéant il sera interpellé) Et enfin est-ce que la "victime" souhaite déposer plainte ?

Dans tous les cas, si la personne déclare avoir été violée, elle sera conduite à l'hôpital afin d'établir un relevé médico-légal (le médecin en fait nous atteste qu'il y a bien des traces qui prouvent un viol et le met par écrit).
Si son état le nécessite sur place (c'est à dire sur les lieux de l'intervention) le chef de bord du véhicule peut demander les Sapeurs-Pompiers ou le SAMU en cas d'urgence.

Et on en arrive aux ambulances privées car une fois contacté le SAMU peut demander l'intervention soit d'un de ses véhicules, soit des pompiers, soit d'une associations de secourisme (Croix-Rouge Française, Unité Mobile de Premiers Secours, etc...), soit d'une ambulance privée.

Dans tous les cas le véhicule de secours sera escorté ou directement suivi par le véhicule de police.

Pour finir, étant donné qu'il s'agit-là d'un mineur, le magistrat peut choisir de saisir soit la Brigade des Stupéfiants, soit la Brigade de Protection des Mineurs, en général c'est la seconde qui est saisie dans ce genre d'affaire.

En espérant t'avoir aidé ;)

Hors ligne Rusty

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 3097
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier smur
    • Voir le profil
    • Ambulancier pour les nuls
J'aimerais savoir ... qu'arrive t'il sous l'emprise du GHB, la drogue du viol ?
« Réponse #2 le: 14 décembre 2008, 10:45:18 am »
Le GHB était initialement utilisé en anesthésie générale.
Le GHB est une drogue classée comme stupéfiant, exception faite des préparations injectables réservées à un usage hospitalier.

Il me semble justement qu'un des gros problèmes du GHB est qu'il ne laisse pas ou peu de trace dans le sang, donc difficile de prouver que la victime à été drogué avec cette mer..  :-\

Sinon, tout intervenant, qu'il soit pompier ou ambulancier, se doit de signaler au médecin des urgences une suspicion de mauvais traitement sur mineur, c'est une obligation ! Cela est important dans le sens ou il peut avoir vu ou entendu des choses sur les lieux de l'intervention.

Le GHB est vendu sous forme de poudre, de liquide, de capsules ou de granulés à dissoudre. Lorsqu’il est dissous dans un verre de boisson alcoolisée, il est très difficile à détecter, puisqu’il n’a ni odeur ni saveur (seulement un très léger goût salé, amer et/ou savonneux).

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
J'aimerais savoir ... qu'arrive t'il sous l'emprise du GHB, la drogue du viol ?
« Réponse #3 le: 30 janvier 2011, 17:37:10 pm »
Le GHB ou acide gamma hydro butyrique.
Le GHB se présente sous deux formes :
- une poudre floconneuse très légère et d’une grande solubilité
- en liquide incolore légèrement salé... Appellations : liquid ecstasy !
Le GHB et le GBL sont 2 produits aux effets pratiquement identiques. Contrairement à ce que l’'on pourrait croire les liquides vendus comme étant du GHB sont presque toujours du GBL. C'est un produit de synthèse vendu en poudre blanche cristalline, ou bien sous forme liquide. Dans les deux cas, il est destiné à être dilué dans un verre d'eau (en principe) et bu. Il est incolore et inodore mais a un goût amer.

Sources :
http://www.leswadscmsea.fr/gbl-ghb/
http://www.asud.org/produits/article-119-ghb-effets-risques.html
http://www.quandladrogue.com/recherches/drg03-14.htm

Très connue sous la dénomination de « date rape drug » (drogue du viol) ou encore « d'ecstasy liquide », elle est aujourd'hui utilisé de façon criminelle. Les consommateurs l'utilisent pour favoriser des relations sexuelles « forcées ».

La « drogue du viol » http://www.medecine-et-sante.com/maladiesexplications/ghb.html
Les hommes y trouveraient une relative stimulation sexuelle.
Les femmes verraient leur sexualité exacerbée, avec des relations multiples, involontaires et dont elles ne garderaient pas forcément le souvenir.
Le produit serait souvent mis dans les boissons à l'insu des consommatrices. Inodore et incolore, cette substance peut facilement se glisser dans un verre à l'insu de la victime. Il s'ensuivrait des relations sexuelles apparemment « consentantes » et débridées, avec en plus des pertes de mémoire.
Le GHB et ses dérivés inhibent les systèmes neuronaux chez un individu, c'est-à-dire qu'une personne excitée sera calmée et une personne angoissée ou inhibée sera désinhibée.

C'est donc très simple:
- Le futur violeur verse à l'insu de la victime une dose de GHB dans son verre, puis il n'a qu'à attendre entre 15 et 30 minutes la venue des premiers symptômes.
- La victime a tout d'abord la sensation d'avoir trop bu, sa vision se rétrécit, son équilibre est gravement atteint et elle n'a plus aucune notion de réalité. Elle est donc tentée de tout accepter, et de suivre n'importe qui, n'importe où.
- Dû à la désinhibition de la victime, et vu qu'elle accepte ce qu'elle n'aurait pas accepté dans une situation normale, le violeur est déresponsabilisé.

Le viol, c'est d'ailleurs dans le mot, est associé à la violence !!!

Le violeur « ancienne méthode » s'attaque à la fille et s'ensuit généralement une pénétration forcée.
- Avec le GHB ce n'est pas le cas, l'usage de la violence n'est souvent pas nécessaire. La relation sexuelle paraît tout à fait normale et s'ensuit une non-culpabilisation du violeur: or ce n'est pas le cas ! La relation est forcée puisque facilitée par l'usage d'un stupéfiant !De plus, ceci est aggravé par la préméditation du crime. En effet, si un individu verse ce produit dans le verre de sa victime, c'est donc bien qu'il pense, à l'avance, vouloir commettre le viol. Il ne pourra pas invoquer plus tard la « pulsion » ou l'acte irréfléchi.

Les conséquences des propriétés et des effets de cette drogue ne s'arrêtent pas là.
- Dans un premier temps, les traces du GHB dans l'organisme disparaissent au bout de 12 à 48 heures.
- Dans un second temps, la victime ne se souvenant généralement de rien, comment poursuivre le violeur? « Y'a t-il vraiment eu viol ? » est tentée de se dire la victime.
- La femme violée a donc un sentiment de culpabilité et n'ose pas porter plainte.
Même s'il est difficile de prouver le viol, si la victime s'y prend suffisamment vite, il est possible d'arrêter le criminel.
De même, sans traces de GHB dans l'organisme dû à la rapidité de dissolution, il est maintenant possible de faire des tests d'ADN pour identifier le coupable.

La vitesse de réaction est primordiale !!!
- Même sans souvenir des faits, certains signes sont parfois très clairs : vêtements déchirés, contusions, traces de sang
- Même si vous vous êtes drogué(e), si vous avez bu de l'alcool plus que de raison ou si vous êtes sorti(e) en solitaire, l'agression reste un crime puni par la loi. Demandez de l'aide.
- Il l est important de se présenter dans un hôpital pour y subir des tests, le GHB ne reste présent dans le sang que quelques jours.
- Demandez le soutien d'amis ou auprès des services de l'établissement où vous vous trouvez.

Restez vigilantes et attentives
- La multiplication des affaires de viols liés au GHB et à ses dérivés est très inquiétante, il est donc recommandé d'ouvrir l'œil et d'être méfiante.
- Si vous allez faire la fête entre amis et que vous constatez que l'un de vous n'a pas un comportement normal, n'attendez pas que le drame se produise pour intervenir.
- Autre conseil important : restez sur vos gardes : n'acceptez jamais un verre d'une personne inconnue ou en qui vous n'avez pas confiance et gardez toujours votre verre à la main.
- La non-culpabilisation du violeur, l'amnésie engendrée par l'absorption du GHB, le très bas prix de vente, rendent la drogue du viol particulièrement attractif pour certains hommes, désireux de transformer la plus réticente des filles, en « fille facile ».
- Plus grave : n'ayant plus recours à la violence, des hommes qui n'auraient jamais commis de viols auparavant, utilisent le GHB comme ils utiliseraient un aphrodisiaque !
Il existe des organismes et des associations comme le Collectif Féministe contre le viol qui apportent un soutien et encouragent à aller porter plainte. Cette démarche, extrêmement difficile, est indispensable car les examens effectués par un médecin expert seront recueillis comme preuve.

Collectif Féministe contre le Viol
5, cours Saint Louis - 13001 MARSEILLE
Ecoute téléphonique : 04 91 33 16 60
Téléphone/Fax secrétariat : 04 91 54 49 85
http://www.sosviol.com/sos/pages/home.php?rub=0&srub=0

Les hommes aussi peuvent être victime de cette drogue!!!

Les infos ci-dessus sont extraites du site  http://www.esseclive.com/infirmerie-essec/drogues-et-dependances/la-drogue-du-viol.htm

La « drogue du viol », principalement lorsqu’elle est mélangée à de l’alcool, donne très rapidement la sensation d’être ivre même après avoir consommé une seule boisson. Lorsque les effets cessent, le consommateur n’a qu’un très vague voire aucun souvenir de ce qu’il s’est passé lorsqu’il était sous l’emprise de la drogue. Elle provoque principalement une diminution des inhibitions, un effet sédatif, de la confusion, de sévères trous de mémoire.

La « drogue du viol » est composée de produits aisément miscibles dans une boisson tels que les benzodiazépines. Lorsque ces composés sont mélangés à de l’alcool, les effets s’en trouvent amplifiés, ils apparaissent après 10 à 30 minutes et peuvent durer jusqu’à 8 heures.

Si les fabricants de ces produits y ont parfois ajouté un colorant rendant leur présence visible dans une boisson, celui-ci reste invisible dans des boissons telles que le vin rouge, les colas ou toutes boissons sombres.

Si vous commencez à vous sentir mal et à ressentir une impression d’ivresse après seulement quelques verres alors qu’habituellement il vous faut consommer d’avantage pour ressentir ces effets, il est possible que votre boisson ait été piégée. Si vous êtes accompagné, faites part de vos suspicions à vos amis, demandez leur de quitter les lieux et de vous accompagner en lieu sûr. Une fois en lieu sûr, demandez à quelqu’un de rester avec vous jusqu’à ce que les effets de la drogue se soient dissipés. Néanmoins, veillez à ce que la personne qui vous accompagne soit digne de confiance, de nombreuses victimes ont été violées par une de leurs connaissances.

Si vous êtes seul(e), demandez au responsable des lieux de vous mettre dans un endroit sûr d’où vous pourrez appeler un proche pour vous raccompagner chez vous. Ne laissez jamais un inconnu vous aider ou vous raccompagner, il peut s’agir d’une personne mal intentionnée.

Infos issues du site -http://www.medicatest.com/drviol.html

http://www.drogues-info-service.fr/?Tableau-des-durees-de-positivite

QUE FAIRE ? COMMENT RÉAGIR ?


La victime est sous l’emprise de son agresseur, ne se souvenant même plus ce qu’elle a subi.
Si vous pensez avoir été victime, il est important de vous faire examiner dans un  service d’urgences hospitalières et de porter plainte au commissariat.

Vous pouvez contacter les juristes et les psychologues de la ligne « Jeunes Violences Écoute » au 0 800 20 22 23, tous les jours de 8h à 23h. Ce numéro est anonyme et gratuit ( d’une cabine téléphonique sans carte et d’un poste fixe ).

Vous pouvez vous rendre dans une Association d’Aide aux Victimes dont vous pouvez obtenir les coordonnées en appelant le 0 800 20 22 23.

http://www.jeunesviolencesecoute.fr/espace-jeunes/comment-reagir/types-de-violences-comment-reagir/ghb-ou-drogue-du-violeur.html

Hors ligne valessa

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Bonjour je voudrais savoir suite a une tres mauvaises experiences que j ai eu il y a quelques jours si il y a des signes distincts de la drogue du violeur. Car depuis cette mauvaise soirée je n arrive plus a me souvenir d une bonne partie de la nuit et qd je me suis reveille le matin....je suite couverte d hematomes sur tout le corps et j ai le cerveau en compote ainsi que beaucoup de mal a faire les choses de tout les jours.S 'il vous plait est ce que quelqu 'un pourrait m' en dire un peu plus car je ne peux me confier a personne et surtout pas mon ami.Et cela me fait vraiment tres honte!!!!
D'avance merci.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour et bienvenue,
il y a parmi les membres des IDE/IADE peut être pourront ils te renseigner mieux que moi qui n'y connais strictement rien ... sachez se pendant que n'importe quel tranquillisant (Lexomil, temesta, tranxène, etc.) peut aboutir au même résultat : c'est l'amnésie antérograde des benzodiazépines.
Enfin, une "cuite" avec de l'alcool seul peut aussi provoquer une amnésie prolongée.

je ne peux t'offrir que ces liens ainsi qu'à t'inviter à consulter un médecin légiste pour un examen gynécologique si tu es une fille ??

  http://www.etape.qc.ca/drogues/ghb.htm
  http://www.drug-encyclopedia.eu/DW_FR/ghb.shtml
 
  http://www.atoute.org/dcforum/DCForumID5/1271.html

Le GHB n'est pas détectable quelques heures après sa prise. Les tranquillisants en revanche, peuvent être détectés parfois plusieurs jours après leur prise - il y a une autre solution si on n'a pas eu le réflexe d'aller aux urgences ou si le délai des quelques heures est dépassé :
l'analyse d'ADN des cheveux. après 2 mois, 3 mois ça reste envisageable techniquement parlant.... mais aucun médecin ne peux te le prescrire, la seule et unique procédure est de passer par la police judiciaire, qui te questionne, qui décide si les éléments sont suffisant pour déranger le procureur, qui lance ou non la procédure... toute une machine infernale !!!! parce que tu es OBLIGÉE de déposer plainte avant d'effectuer les tests d'ADN et d'avoir les résultats d'analyse... contre X, ça va... mais si tu as un doute sur une personne, une accusation de viol (pénal) déposée sans fondement réel, juste sur un doute (ça pourrait être l'alcool tout court),  ::)

Hors ligne valessa

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Bonjour et merci de ton acceuil et de ta reponse et quand a l alcool non je suis sur que ce  n est pas que cela.Je  suis une fille comme tu me l a demande.
Je veux juste savoir comment en etre sur je pensais a des symptomes qui surviendraient apres.
Car je n ose pas en parler  j ai trop honte de moi et je ne sais pas quoi faire je suis vraiment perdu.Durant cette soiree j etais seule et je suis sorti boire des verres avec quelques que  j avais rencontre un peu plus tot  je suis alle chercher des cigarettes et ensuites je ne me souviens de rien j ai beau y penser chose que je fais le matin la journee la nuit.Mais rien n y fait...c horrible et toutes ses traces sur mon corps me font souffrir  j en ai partout;voila pour ma reponse
et encore merci a toi.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
J'aimerais savoir ... qu'arrive t'il sous l'emprise du GHB, la drogue du viol ?
« Réponse #7 le: 20 février 2012, 09:21:50 am »
Bonjour
je ne suis pas ici pour te juger ou te faire la morale mais concernant la honte ... ou tu t'assoies dessus et tu galères avec durant des mois voire des années ou bien tu te prends en main en te disant : ma fille tu as fait des choses (bien ou mal), tu les assumes, car elles vont se caler dans un coin de ta mémoire pour le reste de tes jours et tu vas voir un médecin afin de te faire soigner tes blessures physique et morale !!
Désolé mais je ne peux pas faire mieux je ne suis pas qualifié pour cela.
Courage,
amitié, Jean

Des infos sur les drogues ici http://www.drogues-info-service.fr/?GHB

Hors ligne valessa

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Merci a toi de ta reponse c est ce que je vais faire tu as certainement raison.
en te remerciant.
Cordialement.
Valessa.

Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 868
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Sinon Jeanno et au delà du sujet initial, il y a un site officiel très sympa à parcourir, c'est le site du ministère (MILDT) : http://www.drogues.gouv.fr/

Hors ligne valessa

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Merci pour l adresse du site c est tres interessant et m aide a comprendre plus facilement certaines reactions.
Merci a toi.
Cordialement.
Valessa.

Hors ligne valessa

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
Bonjour j aimerai savoir si je peux consulter n importe quel medecin lesgiste sans passer par la police ou si je dois aller directement a l hopital de ma ville.
D'avance merci de votre reponse.
Valessa;

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Ben c'est une bonne question à laquelle je ne peux te répondre clairement, désolé.... mais rien ne t'interdit d'essayer si tu en connais un   ::)

Pascale1005

  • Invité
Bonjour,
Le 14 mars 2015, un ami à moi fête son anniversaire. Je bois quelques bières et nous décidons ensuite de finir la soirée en discothèque. Nous prenons une bouteille de whisky. Je rencontre un homme avec lequel je discute, apparemment sympathique, il est environ 2h. Je me "réveille" vers 8 h du matin, dans ma voiture accidentée...je ne me souviens de rien du tout!!! Une personne est en train de ma parler, des bruits de disqueuse, des voix qui me disent "ne bougez pas" attention sa main"...mon regard se pose sur ma main...je n'en ai plus ou plutôt un amas de chair...je me "réveille ensuite aux urgences où j'ai le souvenir d'avoir appeler mes parents et ma meilleure amie...ma véritable prise de conscience se fait à 14h lorsque je suis dans ma chambre donc quasiment 12h après ma perte de mémoire!!!! J'ai subi une amputation partielle de 4 doigts de la main gauche et 15 points au front mais le plus grave est que je ne sais pas du tout ce qui s'est passé!!!! Au bout d'un mois je reçois une suspension de permis car mon taux d'alcool était supérieur à la normale...pendant ce temps je ne sais pas où se trouve ma voiture, quels sont les gendarmes qui sont intervenus...finalement, au bout d'un mois 1/2 des réponses arrivent et, accompagnée de 2 amies, je vais voir ma voiture...dans ce qu'il était, auparavant, le coffre, je découvre ma culotte, un emballage ouvert de préservatif et un paquet de cigarettes (différent de celles que je fume)...je réalise soudain que j'ai été "violée"...comment priver cela après 1mois1/2????? Je suis une femme pleine de vie, zen et forte mais là je suis perdue...!!!!je veux retrouver cet homme, ai-je pu être "droguée"???

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour, il ne vous reste plus que la possibilité de déposer une plainte au pénal + civil en demandant l'examen de votre corps et de votre culotte par un médecin légiste. Demander l'examen de votre véhicule et des objets qui vous sont "étrangers" par un technicien d'identification criminelle dans votre dépôt de plainte.
Bonne chance.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
INSOLITE - INNOVATION : du vernis à ongle contre le viol  :o
Âgé de 24 ans, l’Américain Tyler Confrey-Maloney veut protéger les femmes des agressions sexuelles grâce à un produit cosmétique.
Sensibilisés au phénomène de "drogues du violeur", quatre étudiants de l’université de Caroline du Nord ont imaginé, en 2014, un produit révolutionnaire, un vernis à ongles dont la teinte changerait au contact de ce type de drogues.
Le maquillage comporterait un composé chimique réagissant en présence des substances illicites.
Il suffirait de tremper le doigt dans son verre pour tester la fiabilité de la boisson.

En France comme aux États-Unis, environ 17 % des femmes sont victimes d’agression sexuelle au cours de leur vie. Parmi elles, certaines se trouvent sous l’emprise de « drogues du violeur » des substances indétectables et sans saveur, versées discrètement dans leur verre lors d’une soirée, qui les rendent soumises à leur assaillant.
Conquis par l’idée, l’un de leurs professeurs les inscrit à un programme d’entrepreneuriat technologique. Quelques semaines plus tard, la start-up Undercover Colors est créée et remporte, lors d’un concours, près de 12000 euros pour lancer son activité. Très vite, des investisseurs s’intéressent au projet. Aujourd’hui, plusieurs couleurs de vernis ont été mises au point et les premiers tests sont en cours.

« Nous voulons déplacer la peur du côté des agresseurs, explique Tyler Confrey-Maloney, cofondateur et directeur général de la start-up.
Les assaillants potentiels ne pourront pas savoir si le vernis porté par une femme est le nôtre ou pas, mais ils auront désormais conscience qu’ils peuvent être démasqués. Aujourd’hui, plusieurs couleurs de vernis ont été mises au point et les premiers tests sont en cours.
Ainsi, la simple existence de ce produit apporte une meilleure protection à toutes les femmes. » Le vernis « ange gardien » devrait être commercialisé d’ici à deux ans au plus tard.

Par Céline Lison http://www.nationalgeographic.fr/

Rabanal

  • Invité
Bonjour, j'ai été victime d'un accident, avant de prendre ma voiture un jeune homme m'avait offert un verre et je lui avais proposé de le raccompagner car celui ci était à pied . Je ne me souviens que du moment avant la prise de ma voiture,et de la prise de celle ci. et la perte de contrôle de mon véhicule a eu lieu environ 2h après ma mise à son volant alors que l'endroit de cet accident était à 20mn de celle ci. J'ai mon permis de conduire depuis 38 ans, dont 30 ans au volant de semi remorque, je suis une femme de 60 ans, j'ai toujours su les limites de ma voiture qui est une voiture sportive et j'ai toujours su mes limites au volant et je n'avais jamais eu d'accident depuis 38 ans de conduite. Le jeune homme qui était dans ma voiture a déclaré que je l'avais pris en stop et ensuite il est partit direct, et ça je ne le sais que depuis peu. S'il m'a versé de la drogue dans mon verre, comme je le suppose maintenant et mon entourage aussi, comment puis je le vérifier car ça fait un mois que j'ai eu cet accident ? Merci de me venir en aide car je n'ai jamais compris cette perte de contrôle de mon véhicule surtout que je n'ai même pas souvenir de l'accident alors que c'est tout le côté gauche de ma voiture qui a été détruit !

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour, désolé mais je ne suis pas devin !
Seul Dieu peut en juger !!
Métamorphose d'une pierre que l'on jette : on est responsable de l'action de la lancer, on ne sais jamais où elle va atterrir exactement ... c'est le destin et vous ne pouvez pas vous sentir responsable de vos actes ??

Catherine Rabanal

  • Invité
Si je comprends bien, moi, je dois me sentir responsable d'avoir bu un verre où une personne aurait pu y verser de la drogue ? Contrairement à d'autres qui l'ont fait, à leurs insu également, mais qui eux sont des victimes..? Je ne vous demande pas d'être devin, je vous demande seulement, s'il a été possible que je puisse conduire ma voiture avec ce type de drogue..désolée mais je ne suis pas une consommatrice habituelle et je me pose des questions et je demande des réponses..Si on vous demande si une personne a pu faire des choses à son insu et sans aucun souvenir..quand il s'agit de viol..vous répondez oui...Moi, je vous demande si c'est également possible d'avoir conduit une voiture dans cet état..Merci.

Catherine Rabanal

  • Invité
Et éventuellement si  cette drogue peut un mois après être encore décelable dans mes cheveux..et dois je pour cela porter plainte à la police pour avoir droit à cet examen..bonne soirée à vous.

 

Follow @SOS112FR