Auteur Sujet: Quelle possibilité de se réengager après une désertion ?  (Lu 682 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne loic30

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 1
  • Sans Profession
    • Voir le profil
Bonjour , voila je vous explique ma situation en quelque mots ; le 7  mars 2017 marque mes débuts dans l'armée de terre , 7  mois après je déserte à cause d'une blessure qui est arrivée a la fin des classes , au jour d’aujourd’hui mon contrat avec l'armée à été rompu , je n'ai eu aucune suite à cela mise a part une déposition à la Gendarmerie dont je n'ai toujours pas de nouvelles .
mon problèmes est qu’après ce temps passé , je ne sais pas ce qu'il advient de moi alors que je souhaiterai revenir dans l'armée , ou la gendarmerie . je pense bien que beaucoup de portes ce sont fermés a cause de la désertion .
Si tout est perdu savez vous combien de temps une désertion est elle mentionné lorsque l'on veux justement revenir dans l’armée ?

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Quelle possibilité de se réengager après une désertion ?
« Réponse #1 le: 02 mars 2018, 17:37:37 »
Bonjour,
je n'ai pas de réponse mais suis sur que la porte de la gendarmerie ou de la police vous sont définitivement fermées.  8)
Pour info cet article de presse à méditer :
L'armée recrute, ils désertent  :-[
Quoi qu'il se soit passé, on déserte toujours de sa propre initiative et on se met de ce fait en tort.
Engagés pour plusieurs années mais lassés de l'uniforme, des centaines de jeunes soldats décident chaque année de déserter. Un choix lourd de conséquences, d'autant plus depuis que la France est en état d'urgence.

Citer
Une fois militaire, puis-je quitter l’armée quand je veux ?
Comme dans toute entreprise, vous disposez d’une période légale de 6 mois après la signature de votre contrat pendant laquelle il vous est possible de quitter l’armée de Terre.
Passée cette période d’essai, vous devez respecter la durée de votre contrat.

"Une erreur de casting" : l'avocate d'Anthony, 26 ans, résume ainsi les six années que son client a passées sous les drapeaux. Engagé en 2009, il a servi comme quartier maître chez les fusiliers marins. Et a déserté, fin 2015.

Un an plus tard, il comparaît, aux côtés d'une dizaine de jeunes déserteurs, devant la chambre militaire du tribunal correctionnel de Marseille.

Dans cette juridiction, qui couvre dix départements et où sont basés 75.000 militaires, la désertion représente 40% des affaires. L'an dernier, 153 condamnations ont été prononcées pour ce motif.

Un casier judiciaire vierge étant en principe demandé lors de l'engagement, pour Anthony, trois juges et un greffier en uniforme militaire, c'est une première.

"Qualité professionnelles moyennes, peu intégré", plusieurs rapports de la hiérarchie accablent le jeune homme, parti à trois reprises en opérations extérieures.

Chemise blanche, pull noir, le déserteur livre sa version à la barre. Celle d'un soldat qui a jeté l'éponge après des mois de "brimades" répétées: empêché de prendre sa douche, soumis au rituel "du juke-box" ("Enfermé dans un caisson, on vous jette des pièces de monnaie et vous devez chanter")...

Récit peu convaincant pour le tribunal, qui condamne le jeune homme, devenu postier, à deux mois de prison avec sursis.

"Infraction obsolète"  :)

L'armée, qui enchaîne les campagnes de recrutements, n'est pas un employeur comme les autres. Les jeunes soldats qui s'engagent peuvent la quitter pendant les six premiers mois. Passé ce délai, sauf réforme médicale ou accord de l'institution, toute démission est impossible.

Et un siècle après la Première Guerre mondiale, la désertion tombe toujours sous le coup de la loi. En temps de paix, le code de justice militaire la punit de trois ans de prison.

Depuis les attentats de novembre 2015, la France est en état d'urgence, assimilé au "temps de guerre": les peines sont alourdies, jusqu'à un maximum de 10 ans. Devant le tribunal, cela se traduit par plusieurs mois supplémentaires, en général avec sursis.

"Vous savez qu'on ne peut pas quitter l'armée sous n'importe quel prétexte", tance la présidente, Lucie C... Face à elle, Michèle B..., 25 ans, a enchaîné les arrêts maladie avant de claquer la porte. La désertrice peine à expliquer pourquoi elle n'est pas allée au bout de son contrat sur la frégate de lutte anti-sous-marine Jean Devienne.

Elle finit par raconter avoir développé un syndrome du canal carpien après être passée sur un parcours du combattant. Comme d'autres prévenus, elle en veut aux médecins militaires, chargés de vérifier s'il y a une véritable maladie qui permet de se faire réformer, ou si c'est "un moyen de contourner la loi", comme le suspecte régulièrement le parquet.

"Déserter, ça désorganise le navire. L'armée a besoin de pouvoir compter sur des troupes constituées", gronde la présidente, qui prononcera une peine de 3 mois de prison avec sursis.

"Notre pays a besoin d'eux, et ils se mettent à déserter", déplore le procureur de la République adjoint de Marseille, Ils n'ont pas la maturité de comprendre qu'une signature, c'est un contrat et un engagement, ajoute-il.

"L'infraction représentait quelque chose il y a 100 ans, mais aujourd'hui elle est obsolète!", déplore au contraire l'avocat David C..., qui défend un jeune déserteur de 27 ans.

"L'armée, je n'imaginais pas ça comme ça", relate son client, séduit par l'uniforme lors d'ateliers au lycée. Quatre ans plus tard, il s'engage, puis déserte du 1er régiment de Montferrat en 2015.

"Mes deux premières années se sont passées particulièrement bien", relate le jeune homme, descendu de la Rochelle, où il s'est reconverti comme mareyeur. Dans la salle, sa petite amie le soutient dans le récit de la "spirale infernale" qui l'a conduit à déserter. "Parti en dépression", le soldat a été incapable de s'intégrer dans son unité. Il écope de deux mois ferme.

"A la Légion, il n'y a pas de psy"  >:(

En 2011, 1.990 désertions avaient été enregistrées, et la tendance serait stable, selon l'armée. Une goutte d'eau par rapport aux 200.000 soldats français, mais que l'on peut aussi comparer aux quelques 25.000 recrutements annuels.

"Le plus souvent, ce sont des petits jeunes, engagés volontaires et petits gradés, qui veulent rejoindre leur copine ou copain et à qui le job de soldat ne plaît plus".

Les contrats d'engagement sont assortis d'une période de six premiers mois, pendant lesquels le soldat peut librement changer d'avis.

Rémy D... qui a quitté l'uniforme de la Légion mais porte toujours le cheveu ras, s'est engagé à 17 ans et demi, on lui avait alors donné "un an de plus et une nationalité belge".

"Déserter, c'est plein de difficultés administratives", témoigne celui dont les soucis au deuxième régiment étranger d'infanterie ont commencé au bout d'un an.
Sans statut légal, il faut par exemple retrouver une sécurité sociale et une mutuelle civile, relate-t-il.

Après s'être informé sur des forums où les candidats à la désertion s'échangent des tuyaux, Rémy D... saute le pas, au retour d'un stage commando à Abou Dhabi. "J'ai récupéré mon paquetage au régiment. J'ai pris mes affaires civiles, j'ai distribué mes affaires militaires aux compagnons de chambrée et je suis parti", raconte-t-il.

Ce qui l'a convaincu de partir, c'est le "racisme antifrançais", selon ses mots, de la part d'un supérieur d'origine russe. "On me frappait, des coups vicieux qui ne laissent pas de traces. On me faisait mettre sur la tête une demi-heure, une heure, fessier en l'air. On m'empêchait de dormir", raconte-t-il.  :'(

"A la Légion, il n'y a pas de psy. Tu fermes ta bouche ou tu ramasses.
Moi, j'ai dit "Je m'en vais. Je regrette pas", témoigne l'ancien militaire, bien noté avant sa désertion.

Le récit de son expérience malheureuse à la légion, qui en recoupe d'autres, "ne manque pas d'alerter", souligne la représentante du parquet. Le jeune homme, reconverti dans la sécurité, un métier pour lequel un casier judiciaire vierge est requis, sera ce jour-là l'un des seuls déserteurs dispensé de peine.
© 2017 AFP

Citer
PS : Si vous souhaitez vous réengager, vous devez retourner dans le CIRFA le plus proche de chez vous afin d'étudier avec un conseiller de recrutement la possibilité ou non d'un réengagement.