Auteur Sujet: PLS : le coup du gobelet  (Lu 12834 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Formation Ambulancier
PLS : le coup du gobelet
« le: 19 juin 2012, 17:21:12 »
Formateur, vous voulez expliquer avec de belles phrase pourquoi la PLS ?
Pour faciliter la compréhension, dans l'assistance, repérez un élève avec un gobelet et une bouteille d'eau (ou coca ou café...), vous lui piquez. Remplissez le gobelet à moitié et doucement vous le pencher jusqu'à ce que le liquide tombe par terre. C'est tout, en 15 sec. ils ont tout compris.
Reste à passer la serpillière.

Ou ce petit gif animé que j'ai dessiné (disponible)
http://formationambulancier.fr/blog/pls-pensez-a-un-verre-deau-renverse/

ou sur
http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m1/0105-rea-pls.html
Il est téléchargable (en principe) sur :
.http://www.formationambulancier.fr/00-images/10-03-rea/010-pls/08-pls-anime.gif

Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #1 le: 19 juin 2012, 21:56:23 »
Ça fait un peu comme si vous vous adressiez à des enfants de 4ème mais bon... Pourquoi pas...
Je préfère néanmoins l'explication avec la physiologie.

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Formation Ambulancier
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #2 le: 19 juin 2012, 22:57:15 »
40 ans d'enseignement à des élèves ambulanciers. Le coup du gobelet ils n'oublient pas.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6803
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #3 le: 20 juin 2012, 10:21:12 »
Je pense aussi qu'une image "ridicule" ou "naïve" ou "simpliste" se retient plus facilement et s'oublie moins qu'une démonstration littérale ou magistrale quelque soit l'âge de l'élève ??

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #4 le: 20 juin 2012, 15:12:05 »
Pas forcément, les gens retiennent ce qu'ils comprennent et ce qui suscite leur intérêt.

Le message doit donc être adapté à leur niveau de connaissance.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6803
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #5 le: 22 juin 2012, 15:11:17 »
Ben si on en croit les pictogrammes, les logos ou les panneaux du CR et si on les relie à ta pensée concernant le niveau de connaissance, la majorité des êtres humains sur terre sont    :futfut:

Hors ligne loulig

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 725
  • Sexe: Homme
  • IADE
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #6 le: 22 juin 2012, 17:43:12 »
AH, oui mais là c'est un cas particuliers.

N'importe quel être humain parfaitement civilisé perd une part non négligeable de ses capacité cognitives dès qu'on le met derrière un volant pour retrouver ses instincts néandertalien les plus primaires. Y doit y avoir un truc à étudier là dedans.

Le phénomène semblant s'aggraver dans un rayon de quelques km autour de la tour Eiffel.  

Hors ligne bibendum

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 75
  • Sexe: Homme
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #7 le: 04 septembre 2012, 17:57:14 »
Bonsoir,

Je viens de voir ce sujet, perso.

1èrement = la PLS c'est la méthode des années bien avant 2007.
2èmement= je préfère dix mille fois ma coupe de tête qui elle on peut mieux montrer déjà la "LVA" puis la mise sur le côté,
beaucoup plus parlant qu'un verre remplit de chepasquoi et qui ne montre pas la "lva" qui me parait aussi important avec la mise sur le côté.




Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6803
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #8 le: 05 septembre 2012, 09:47:14 »
Désolé, mais le Docteur Blot, enseignant à l'IFA, t'explique comment faire pour démontrer que les "liquides" corporels puissent s'écouler hors de la cavité buccale en cas d'inconscience de la victime ce que ta coupe de tête ne démontre pas.

Vidéos de démonstration de la PLS suivant si la victimes est sur le dos ou sur le ventre :

Dos :

Ventre :

Malaise vagale :

Citer
Cas particuliers  :P
Femme enceinte :
Une femme enceinte doit toujours être allongée sur le côté gauche, de façon à éviter le risque d'un écrasement de la veine cave inférieure par le fœtus. Un moyen mnémotechnique est de se dire que la femme est maladroite (« mal à droite ») et donc il faut la mettre couchée sur son coté gauche.
Victime obèse :
De la même manière que pour la femme enceinte, la victime obèse doit être allongée sur le côté gauche pour éviter une compression de la veine cave inférieure.
Victime souple :
Dans le cas d'une victime souple, lors de la mise sur le côté par un sauveteur seul, la victime ne tournera pas complètement et le tronc risque de la refaire basculer sur le dos. Pour éviter ceci, il suffit que le sauveteur cale le genou de la victime avec son genou. Il garde ainsi sa main libre pour finir de positionner la victime en PLS.
Victime présentant un traumatisme visible :
Si une personne présente une plaie à la poitrine, elle est tournée du côté de la plaie (la plaie est donc vers le bas) :
    le poids appuie sur le poumon blessé (poumon « sacrifié »), le poumon sain est donc libre ce qui permet donc une respiration plus efficace ;
    cela permet l'écoulement de liquide et évite de remplir le poumon.
Si une personne présente une plaie au ventre, elle est tournée sur son côté sain : cela évite que les viscères sortent par la plaie.
Si une personne présente une fracture manifeste d'un membre inférieur, cette jambe ne doit pas servir de béquille et doit rester au sol. La personne est donc tournée du côté du membre fracturé.
Si une personne présente une fracture manifeste d'un membre supérieur, ce bras ne doit pas servir de béquille et doit rester au sol. La personne est donc tournée du côté du membre fracturé.
Victime casquée :
Une règle de base pour les témoins est de ne pas enlever le casque d'une victime. En effet, la mobilisation de la tête entraînée par le retrait du casque risque d'aggraver une éventuelle lésion, notamment au niveau des vertèbres cervicales. Un sauveteur « simple témoin » tournera donc la victime en PLS en lui laissant son casque.
Le retrait du casque est une opération délicate qui ne doit être effectuée que par des secouristes formés. Une équipe paramédicale retire systématiquement le casque avant d'effectuer la PLS : cela permet la pose du collier cervical qui réduit le risque d'aggravation d'une lésion cervicale, et permet l'administration d'oxygène ainsi qu'une surveillance efficace. De même, un secouriste isolé mais formé et entraîné à la technique doit effectuer un retrait de casque seul avant de tourner la victime en PLS : il peut ainsi mieux maîtriser la rectitude de la colonne vertébrale, cela facilite la respiration de la victime, permet une meilleure surveillance, et évite à l'équipe de secours de devoir effectuer elle-même un retrait de casque (opération délicate voire impossible en PLS, et qui impose de remetre la victime sur le dos).
Victime assise dans un véhicule :
Une victime assise n'est pas allongée sur le dos, le problème de l'encombrement des voies aérienne ne se pose donc pas de la même manière. Dans ce cas-là, on laisse la victime assise dans le véhicule, et on la redresse délicatement sur son siège : le secouriste place une main sous le menton et l'autre derrière la nuque (prise occipito-mentonnière), et ramène la tête en position neutre, dans l'axe du tronc, en exerçant une légère traction ; il garde cette position jusqu'à l'arrivée des secours.
En équipe, dans le cas d'une victime située à l'avant, un secouriste s'assied sur le siège arrière et maintient la tête par une prise latéro-latérale, en appuyant ses avant-bras sur le dossier du siège.
Victime à plat ventre :
Dans les textes français entre 2001 et 2007, on considérait qu'une victime à plat ventre ne nécessitait pas de mise en PLS. En effet, la position « sur le ventre » assure de maintenir la liberté des voies aériennes supérieures, il fallait donc juste s'assurer que la victime respirait bien.
En 2007, la procédure a changé : une victime inconsciente et allongée sur le ventre doit être tournée sur le dos afin de pouvoir contrôler sa respiration ; puis, le cas échéant, elle est mise en PLS.

Le fait de mettre une personne en PLS implique une mobilisation des membres et du dos, qui peut aggraver un éventuel traumatisme (par exemple aggraver une fracture). Il faut bien mettre en balance deux choses :

    on est sûr que la victime est inconsciente, et cette inconscience va déboucher dans un délai court vers un étouffement par la chute de la langue et de l'épiglotte, et par l'invasion des poumons par le contenu de l'estomac (le contenu de l'estomac est acide et va endommager une partie des poumons, syndrome de Mendelson) ;
    la victime a peut-être un traumatisme, qui sera peut-être aggravé par la mise en PLS ; on pense notamment aux risque de paralysie ou de décès en cas de traumatisme de la colonne vertébrale, mais aussi d'une possible hémorragie interne provoquée par le mouvement d'une fracture.

La position de l'ERC et des autorités médicale en France est claire : le risque de décès d'une personne inconsciente prime devant l'éventuelle aggravation d'un éventuel traumatisme, donc toute personne inconsciente, qui respire normalement et qui est trouvée plat-dos doit être tournée en PLS en attendant les secours. Par ailleurs, la méthode de retournement a été étudiée pour minimiser les risques d'aggravation.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6803
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : PLS : le coup du gobelet
« Réponse #9 le: 24 juin 2016, 11:52:38 »
Mariages, festivals, apéros, barbecues entre amis et autres festivités rythment les étés de beaucoup d'entre nous ! 🍸 Celles-ci sont souvent très arrosées... Malheureusement parfois trop.  :P
Une personne est en coma éthylique si, après avoir bu une grande quantité d'alcool, elle perd connaissance (elle respire mais ne répond pas à des questions ou ordres simples, il est impossible de la réveiller).

Citer
Après une forte consommation d'alcool, une personne peut devenir inconsciente, c'est-à-dire qu'il est impossible de la réveiller malgré les différentes stimulations.
On parle de coma éthylique.
La vie de la personne est alors en danger : une prise en charge rapide s'impose.

Attention ! Afin de bien prendre en charge la victime, il est important de distinguer les cas d'ivresse importante, du coma éthylique.
La victime court de nombreux risques :
- en cas de vomissements, elle peut rapidement s'étouffer,
- dans une pièce fraîche, la température du corps peut rapidement chuter (hypothermie),
- le poids du corps peut provoquer des lésions des muscles (comprimés sur le sol).

Que faire pour lui venir en aide ?
Pour venir en aide à une personne qui perd connaissance, il faut :
- vérifier les constantes vitales de la victime (respiration, présence du pouls),
- la placer sur le côté, en Position Latérale de Sécurité (PLS). Cela évitera le risque qu'elle s'étouffe avec ses vomissements par exemple.
- contacter les secours le 18/112 (Pompiers) ou le 15 (SAMU).
- la couvrir, afin d'éviter que sa température ne chute,
- rester auprès d'elle jusqu'à l'arrivée des secours.

En attendant les secours, ne tentez pas de faire vomir la victime, cela pourrait aggraver la situation mais couvrez-la et restez près d’elle. Une personne dans un tel état est très vulnérable.