Auteur Sujet: Une histoire d'ô qui manque de sel  (Lu 4842 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Formation Ambulancier
Une histoire d'ô qui manque de sel
« le: 21 août 2012, 14:05:31 »
Par temps de canicule, il est recommandé aux personnes âgées de boire beaucoup.
Sage précaution.

Néanmoins tout acte peut avoir ces excès. On signale ces jours-ci quelques cas d'hospitalisation pour hyper-hydratation avec troubles du comportement et hyponatrémie .

Dans quelles circonstances ?
- Fonction rénale défaillante :
* vieillard aux reins usés ou insuffisance rénale chronique

- Trop d'eau peu salée :
* Buveur de bière à 10 l / jour
* Potomane (malade psychiatrique buvant des tonnes d'eau pure)
* Perfusion excessive de sérum peu chargé en sel.
(A ce sujet, il est utile de mettre en garde les équipes soignantes du danger de la "perfusion de sécurité" chez le jeune enfant. Une perf est posée par prudence, le flacon se vide un peu vite, machinalement on renouvelle puis une autre équipe fait de même…et l'enfant convulse, on ne comprend rien jusqu'au résultat de la prise de sang : taux de sodium effondré. La mort est possible ou de graves séquelles. Plusieurs cas de plaintes ont été reportés par les compagnies d'assurance.
Prévention : pousse seringue, tubulure spécifique, petit flacon de 100/250 ml, si indisponible vider en partie le flacon avant de brancher, bonnes transmissions.)


Science à 2 balles
Plutôt que de parler d'osmolarité, d'osmoles et autre histoire d'ions ; essayons de rester simple pour expliquer.
D'abord notre corps est plein d'eau surtout le cerveau ! D'ailleurs après incinération il ne reste pas grand-chose … que des cendres.
Il y a de l'eau dans les cellules (espace intra-cellulaire) et à l'extérieur (espace extra-cellulaire) se divisant entre l'eau entre les cellules (espace interstitiel) et dans les vaisseaux (espace plasmatique). Ce dernier est en relation avec l'extérieur ;
- entrée : boissons, alimentation ou perfusion,
- sortie : urines, sueurs.

Ce n'est pas de l'eau pure mais de l'eau comprenant plein de substances dont le NaCl (le sel) Na+ et Cl- (Nous venons du monde marin et de son eau salé). Si on fait une prise de sang on mesure ces ions : c'est le ionogramme ou comme dans "Urgences" le "iono". La mesure du sodium s'appelle la natrémie. Si le taux est bas on parle d'hyponatrémie.
Si on avait que de l'eau pure dans le plasma du sang (ou perfusion d'eau pure par erreur), les cellules éclateraient dont les globules rouges ou hématies (hémolyse).

Hyponatrémie : manque de sel ou trop d'eau (hémodilution) ?
Pour comprendre, il faut colorer le sodium en jaune par ex., et dans un verre vous mettez ¼ de sel jaune et ¾ d'eau comme un pastis. Comment le diluer ? Soit vous mettez plus d'eau ou vous mettez moins d'alcool ou un peu les 2.
Pour compliquer la chose, l'eau bouge d'un secteur à l'autre en fonction de l'état d'hydratation mais aussi de la concentration en sel. C'est la pression osmotique.

Reprenons notre pastis salé et versons le dans un bac avec une séparation sous forme de filtre. Si d'un côté on rajoute de l'eau et non pas du pastis, la concentration baisse. L'eau va passer vers l'autre côté plus concentré et le niveau monte.
Chez l'homme s'il y a une hyponatrémie dans le plasma, l'eau plasmatique va dans les cellules qui gonflent (hyperhydratation cellulaire). Le cerveau le plus gorgé d'eau grossit d'où les troubles de la conscience et la convulsion chez l'enfant et pire chez ce dernier les vaisseaux se déchirent et saignent (hémorragie cérébrale). (C'est pourquoi la réhydratation d'un nourrisson sera progressive, en douceur et suffisamment salée)

Ci-joint un vieux topo fait dans la revue soins, mais toujours d'actualité, la science a peu changé.

Hors ligne intense

  • Excellente participation
  • ****
  • Messages: 863
  • Sexe: Homme
Re : Une histoire d'ô qui manque de sel
« Réponse #1 le: 22 août 2012, 01:43:05 »
Au passage, la revue Soins est une revue infirmière de qualité !
Sinon merci pour le fichier joint !

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6968
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Une histoire d'ô qui manque de sel
« Réponse #2 le: 23 août 2012, 00:55:25 »
Boire de la bière pour faire face à la canicule ?
Alors que la vague de fortes chaleurs touche la France depuis le 15 août, les autorités sanitaires conseillent de boire beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation. Mais il y a quelques années, d’autres remèdes étaient proposés, comme la bière.

C’est le Courrier Picard qui a retrouvé dans les archives de l'INA un reportage de France 3 Lille, réalisé en 1975, qui vante les bienfaits de la bière en cas de chaleur estivale.

« Et puis la bière, ce n’est pas mauvais pour la santé, à condition d’être raisonnable bien sûr. Le comité national de défense contre l’alcoolisme dit même qu’on peut en boire jusqu’à 1,5 litre par jour sans danger pour la santé ! Cela fait quand même six bonnes chopes et de quoi se désaltérer dans la journée. Pourquoi s’en priver ? » explique la journaliste en mission à Cambrai, où le thermomètre affiche 33 degrés. Et de terminer par : « On peut en boire 1,5 litre par jour sans danger pour la santé ».

Aujourd’hui, le reportage fait sourire. Depuis, les scientifiques ont prouvé que l’alcool étanche la soif mais chasse aussi l’eau de l’organisme, engendrant ainsi une déshydratation...

Pour voir la vidéo sur le site del'INA.

Hors ligne pblot60

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 192
  • Sexe: Homme
  • Médecin Anestésite - Formateur AA & DEA
    • Formation Ambulancier
Re : Une histoire d'ô qui manque de sel
« Réponse #3 le: 23 août 2012, 10:13:08 »
... tout produit dont l'alcool a un pouvoir dit "osmotique" c'est à dire qu'il aspire l'eau, donc augmente les urines (diurèse).

A ce propos ; petit rappel des complications du diabète :
En principe il n'y a pas de sucre dans les urines,
Si le taux sanguin de sucre augmente (hyperglycémie), le trop plein est éliminé par les urines. Et comme on ne peut pas éliminer des morceaux de sucre, on dilue tout ça avec de l'eau : on pisse beaucoup (polyurie), on se déshydrate et on a soif.
Le coma acido-cétosique (qui entre parenthèse n'est pas un coma ! une simple confusion et encore) se manifeste par quelqu'un qui a soif et pisse beaucoup (polyurie).
Rappelons qu'une jeune personne jamais malade qui est fatigué, parfois vomit, a mal au ventre (on s'égare vers l'appendicite) peut arriver aux urgences (après avoir vu plusieurs médecins interrogatifs) très légèrement confus, avec sa bouteille d'eau sous le coude et signe qu'il ne trompe pas, respire vite et amplement. Bingo : coma acido-cetosique inaugural, glycémie élevée, signes de déshydratation, et acidité du sang (ph bas, bicar ou réserve alcaline basse).
Cette acidité explique l'hyperventilation (il compense cette acidité sanguine par élimination excessive de gaz carbonique qui rend le sang un peu alcalin).
Conseil : Ne jamais oublier de prendre la fréquence respiratoire dans un bilan surtout dans ce contexte.
Et pour les urgentistes : regarder le iono avant de confier la fausse appendicite au chirurgien (les complications vont être dramatiques, 2 cas signalés par compagnie d'assurance médicales).