Auteur Sujet: Centre d'information et de recrutement de la Gendarmerie  (Lu 1016 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
 [RECRUTEMENT PERMANENT] :
Gendarme Adjoint Volontaire - Agent de police judiciaire adjoint (GAV APJA)
Vous recherchez une première expérience professionnelle active, enrichissante & humaine dans laquelle la routine n'a pas sa place ? 🤭
👉 Ne cherchez plus : le contrat GAV APJA est donc fait pour vous !
➡ Un équipier au cœur de l'action !
Vous seconderez les sous-officiers sur le terrain dans le cadre de leurs missions opérationnelles :
- Prévention de la délinquance ;
- Enquêtes judiciaires ;
- Interventions : patrouilles, accidents de la route...
- Porter assistance et secours.
➡ Les conditions de dépôt d'une candidature :
- Avoir la nationalité française ;
- Être âgé(e) de 17 ans au moins et de 26 ans au plus à la date de dépôt de la candidature ;
- Être apte physiquement ;
- Avoir effectué la JAPD ou la JDC ;
👉 Aucune condition de diplôme n'est exigée ! 🤓
➡ Les épreuves de sélection :
- Un test psychotechnique ;
- Un test de connaissances générales ;
- Un test de compréhension de textes ;
- Rédaction sur place d'une lettre de motivation.
Si réussite : direction vers une école de gendarmerie pour suivre la formation initiale (rémunérée)

Source http://www.recrutementenligne.gendarmerie.interieur.gouv.fr/default/consulter/liste?idType=04&fbclid=IwAR20GxFYagru2zu7zDkD4c91-2akOk4ItR5lDMJu7Mopo2wuPtaQ9NzXG8Q

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Centre d'information et de recrutement de la Gendarmerie
« Réponse #1 le: 04 mai 2022, 16:57:39 »
La formation initiale du gendarme est un domaine qui s’inspire de l’opérationnel pour en identifier les besoins.
C’est une matière vivante, qui vise à développer le savoir-être et le savoir-faire en recherchant la capacité d’adaptation plus que l’omniscience.
C’est une action parfois disruptive, orientée encore vers les nouveaux défis de sécurité publique générale à l’instar de l’espace cyber, qui constitue une nouvelle zone de criminalité.

Cet état d’esprit, marqué par le principe du juste à temps, écarte le généralat et l’accumulation de connaissances qui gâte parfois l’intelligence individuelle.
Le but est de former des personnels civils ou militaires, actifs ou de réserves, hommes ou femmes qui devront, à la fin, assurer au mieux le service public de sécurité des concitoyens.
A la fois un moyen et un objectif qui s’inscrivent le temps d’une carrière.

A ce propos, qui peut prédire du profil du métier qu’exercera le gendarme dans 25 ou 30 ans. La « main-courante » de la formation c'est développer l’adaptabilité.
Des chiffres éloquents représentent l’investissement.

Près de 25% des effectifs passent au cours d’une année dans un centre d’instruction. 8.000 personnels en 2018 au titre de la formation initiale et 17.000 dans le cadre de la formation continue. De quelques heures à plusieurs mois, ces enseignements répondent aux besoins d’une société où tout change rapidement.

Source :  Marc Rollang  https://www.facebook.com/marc.rollang.9

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Centre d'information et de recrutement de la Gendarmerie
« Réponse #2 le: 04 mai 2022, 17:00:05 »
Tout au long de leur carrière, les militaires de la gendarmerie sont appelés à servir en tout temps et en tout lieu.
Cette efficacité opérationnelle de plus en plus souvent inscrite dans des contextes dégradés exige des qualités notablement accrues par une pratique sportive régulière.
Ces activités menées à l'occasion ou en dehors du service participent à la bonne récupération des personnels ainsi qu’à leur santé physique et mentale.

Le contrôle de cette condition physique est composé de deux épreuves.
Il est réalisé tous les deux ans (parfois annuellement) et permet aux gestionnaires de disposer d'une « photographie » du niveau des unités et des personnels.

La première épreuve passe par le contrôle de la condition physique générale (CCPG) fondée sur les disciplines de base de l'entraînement physique. Elle comprend une course à pied de 3000 mètres, des appuis faciaux ou des tractions et des abdominaux. Les barèmes de validation sont établis en fonction du sexe et de l’âge du candidat.

Le contrôle de la condition physique spécifique (CCPS) à dominante opérationnelle fondée sur l'intervention professionnelle et la maîtrise sans arme de l'adversaire (MSAA) constitue la seconde épreuve.

Cette séquence « vitaminée » s’ajoute à la précédente et concerne les personnels servant en unité opérationnelle. C’est un parcours de 5 ateliers à réaliser en 5 minutes comportant des actions de percussion avec ou sans bâton et une défense au sol.

L’intensité cardio-vasculaire est présente et il vaut mieux s’y préparer en amont.

Source :  Marc Rollang  https://www.facebook.com/marc.rollang.9

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Centre d'information et de recrutement de la Gendarmerie
« Réponse #3 le: 11 août 2022, 10:16:34 »
Le gendarme est un fonctionnaire au statut original, fruit hybride d’une mixité ministérielle qui dispose d’un ADN militaire pour des missions principalement civiles mais aussi, en proportion moindre, militaires.
C’est ainsi que nous trouvons des gendarmes qui exercent au quotidien sous l’autorité des chefs d’état-major de la marine et de l’air et d’autres présents en unités constituées ou non sur des théâtres d’opérations extérieures (TOE).

Ce fut le cas pour les Balkans, l’Afghanistan ou encore la Côte-d’Ivoire avec l’opération Licorne où la gendarmerie mobile participa à la manœuvre. Cette proximité avec les Armées renforce la rusticité et la robustesse individuelle et collective des personnels et ces qualités s’observent au cœur de la Guyane française au côté des légionnaires ou des marsouins dans la lutte contre l’orpaillage.

Le gendarme n’est pas un policier (l’inverse est vrai aussi) mais il n’est pas non plus un fantassin grenadier-voltigeur de l’Armée de Terre. Il ne peut décliner dans son quotidien la doctrine et les schémas d’engagement des Armées pour remplir son contrat opérationnel de sécurité publique générale. Le militaire en opération élimine les menaces, le gendarme les neutralise. Au-delà de la sémantique, il y a un contexte d’expression juridique qui n’échappe à personne. Sa spécificité doit faire de lui l’Ultima-ratio de l’Intérieur.