Auteur Sujet: Police Secours en zone Rurale ... vous demandez le 17 le CORG à l'écoute !  (Lu 4638 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Là où la lumière ne s'éteint jamais  8)
Dans tous les départements de métropole et d'outre-mer, il existe quelque part dans l'état-major du groupement de gendarmerie, une pièce qui ne se vide jamais, un open space où la lumière ne s'éteint jamais même les soirs de fêtes.
Ce bureau, c'est celui du CORG, comprenez Centre d'opérations et de renseignements de la gendarmerie. Quand les accueils des brigades ferment leurs portes pour la nuit, ce sont ces hommes et ces femmes qui prennent le relais et répondent à tous vos appels au 17.
https://www.facebook.com/gendarmerienationale/photos/?tab=album&album_id=1306165176114341

[Focus métier d'opérateur Cogiste de la Gendarmerie]
Le CORG ... vous avez appelé le 17 ?
Le Corg en Gendarmerie, comme le CRRA au Samu, le CAT au Codis, c'est le centre névralgique de toute l'activité départementale voire plus.
L'évolution du service de la gendarmerie a exigé la modernisation de ses structures.
Le CORG (Centre Opérationnel et de Renseignements Gendarmerie) est devenu à la fois une plate-forme de réception et de traitement des appels d'urgence (le 17 en zone rurale) et un outil de commandement en cas de crise (accidents, inondations, catastrophes diverses, fin du monde en déc 2012 etc...).
Depuis plus de 20 ans après leur création, les Centres opérationnels et de renseignement de la gendarmerie (CORG) se devaient d'évoluer dans leur fonctionnement, non seulement pour optimiser la réponse opérationnelle permanente aux sollicitations de la population, mais également pour constituer l'outil essentiel de conception et de conduite des opérations à l'échelon du Département.
Composé d'une cellule opérations et d'une cellule renseignement, le CORG nécessite H24, de la part des militaires qui le composent, professionnalisme, intelligence de situation et pragmatisme.
A l’effectif de 17 à 20 personnels, le C.O.R.G. se compose :
- D’une cellule opérations, activée 24 heures / 24 chargée de l’accueil téléphonique des usagers (appels d’urgence "17" et renvois téléphoniques des unités de gendarmerie du département) et de la coordination opérationnelle des interventions. Chaque mois, 9000 à 10000 appels parviennent au centre d’opérations dont 950 environ nécessitent une intervention urgente.
- D’une cellule renseignement chargée du suivi de l’ordre public dans le département et de conseils aux entreprises dans le domaine de l’intelligence économique territoriale.

Rappel : Centres d'appels d'urgence accessibles au publics - Ces centres ont une organisation départementale. On trouve ainsi dans chaque département :
- la Gendarmerie Nationale : centre opérationnel de la gendarmerie (COG / tel 17 zone rurale) ;
- la Police Nationale : salle d'information et de commandement (SIC / tel 17 zone urbaine) du commissariat central ;
- le Service départemental d'incendie et de secours : centre de traitement des appels (CTA / tel 18 + 112) du centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (CODIS ;
- le Service d'Aide Médicale d'Urgence ( CRRA SAMU / tél 15).

LE NUMÉRO 17 EST UN NUMÉRO D'APPEL D'URGENCE - JE L'UTILISE A BON ESCIENT ET N'ENCOMBRE PAS SES LIGNES....MERCI.. ;)
Parce que chaque appel injustifié retarde le secours d'une personne en détresse, il est nécessaire d'utiliser le 17 qu'à bon escient.
Composez ce numéro pour signaler, que vous soyez victime ou témoin, une infraction qui nécessite l’intervention immédiate de la gendarmerie : accidents de la route, troubles à l'ordre public, violences, agression, vol à l’arraché, cambriolage, etc...
Localisation des appelants au 17 même en numéro masqué
Lors d'un appel au 17, le numéro de téléphone est transmis au système Athena (cartographie/localisation). Une requête à un annuaire inverse permet d'obtenir son adresse. Un poste double écran permet de visualiser à la fois la fiche d'appel et la carte qui localise le lieu d'appel.

APPEL 17 : COMMENT CA MARCHE ?
Lorsque vous composez le 17, selon que vous appeliez de la "Zone Police" (communes de plus de 20000 habitants) ou de la "Zone Gendarmerie" (autres communes), vous êtes en contact avec le Centre d’Information et de Commandement (CIC) de la Police ou le Centre d'Opérations et de Renseignement de la Gendarmerie (CORG) du département.
Ces centres sont en contact permanent mais aussi en liaison avec les services de secours des pompiers, du SAMU, etc.., déclenchent des patrouilles d'intervention sur le terrain lors des appels "au secours" et répondent à vos sollicitations.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Les hommes du CORG sont des gendarmes expérimentés qui ont l'habitude des situations délicates car le recueil et l'exploitation des appels téléphoniques émis par le public est dirigé par le 17 en ZGN vers les plates-formes départementales des Centres d'opérations et de renseignement de la gendarmerie ( CORG ) ;
Les militaires qui armes ces unités répondent à tous les appels, 24 heures sur 24, sept jours sur sept et 365 jours par an. Les militaires affectés au centre opérationnel sont des gendarmes expérimentés.

Pour être affecté au centre opérationnel de la gendarmerie, il faut généralement qu'un gendarme ait déjà effectué au moins cinq années sur le terrain. Cette bonne connaissance des situations concrètes auxquelles la gendarmerie est confrontée quotidiennement est essentielle pour les militaires chargés de répondre à tous les appels, de jour comme de nuit.
Dans une salle du groupement de gendarmerie, quatorze à vingt gendarmes se relaient en permanence pour assurer le fonctionnement du CORG (*). C'est ici que parviennent tous les appels passés au 17 mais aussi les coups de fil donnés à toutes les brigades du département en dehors des horaires d'ouverture. Soit environ 100.000 appels par an.

« Les gendarmes du CORG ont une culture de l'intervention et du secours, explique le colonel, officier de communication du groupement. Ce travail réclame beaucoup de tact ; il faut savoir analyser les situations, souvent les apaiser… »
Soudain, le standard s'affole…  :o
La passagère d'un bus qui circule sur l'autoroute appelle pour signaler le comportement suspect d'un automobiliste. Sur l'autre ligne, les pompiers signalent un accident corporel.
Immédiatement, le gendarme en faction vérifie la position de la patrouille la plus proche pour l'envoyer sur les lieux de l'accident. « Dès qu'une intervention débute, les gendarmes du CORG ouvrent une fiche de renseignement afin de transcrire le suivi de l'appel et/ou de l'intervention qui pourra être saisi par un tribunal au cas où ! Ils suivent ainsi toute l'intervention du début à la fin. »
En cas de besoin, les hommes du centre peuvent déclencher l'engagement de moyens spécifiques comme l'hélicoptère pour retrouver la trace d'un véhicule en fuite ou la brigade fluviale lors de recherches sur les cours d'eau ou encore d'un chien capable de retrouver une personne disparue…

 " Il faut pouvoir se compléter "
Les effectifs du centre opérationnel de la gendarmerie sont évidemment en lien avec les policiers de la salle d'information et de commandement du commissariat ou les pompiers du centre opérationnel départemental d'incendie et de secours ou du SAMU. « Il faut pouvoir se compléter : par exemple, si une course-poursuite commence en zone police et se prolonge en zone gendarmerie », indique le colonel.
Problèmes de voisinage, tapages, cambriolages, rixes, vols… chaque situation réclame une attention particulière. Et les temps morts sont généralement de courte durée.

 (*) CORG : centre opérationnel et de renseignement de la gendarmerie similaire au CODIS ou au SAMU.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
L'intérêt d'un centre opérationnel recueillant tous les appels téléphoniques et radiotéléphoniques !
Alors que l'équipage d'un EC 135 est utilisé en appui d'une vaste opération de lutte contre les cambriolages menée en simultané par le groupement de gendarmerie de la Haute-Garonne sur quatre de ses compagnies (Toulouse Mirail, Toulouse Saint-Michel, Muret et Villefranche de Lauragais), le Centre d'opérations et de renseignement de Haute-Garonne (CORG 31) informe toutes les unités de la cavale de trois individus. Ces derniers ont été mis en fuite par le propriétaire d'un entrepôt dans lequel étaient stockées d'importantes quantités de câbles.

Les trois cambrioleurs supposés ont abandonné leur véhicule et sont partis à pied, à travers champ, en direction d'une zone boisée sur la commune de Pibrac. L'hélicoptère EC135 arrive rapidement sur place et balaye tout le secteur à l'aide de sa caméra thermique : personne. Le CORG 31 relaye alors un renseignement obtenu d'un habitant de Pibrac qui vient de voir passer trois jeunes gens en train de courir dans les rues du village.

En quelques minutes, l'hélicoptère les repère et confirme qu'ils ressemblent en tout point à la description des fuyards qui a été diffusée. Les individus entrent dans un jardin d'enfants fréquenté et cherchent à se dissimuler à la vue de l'appareil. L'équipage informe l'ensemble des patrouilles et les guide vers les lieux où les trois malfaiteurs sont finalement interpellés, l'engagement de l'EC135 du Détachement aérien de la gendarmerie (DAG) de Toulouse lors d'une opération anti-délinquance s'est révélé déterminant. Il a conduit à l'interpellation en flagrant délit de trois malfaiteurs auteurs de vol en réunion.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
La réactivité des unités de gendarmerie, coordonnées depuis le Centre d'opérations et de renseignement de la gendarmerie du Finistère (CORG 29), a permis de localiser, suivre puis interpeller en toute sécurité deux délinquants, trafiquants de cannabis.
Dans le cadre d'une enquête de flagrance ouverte pour vol de moto, les gendarmes de la COB de CROZON (29) se présentent au domicile d'un suspect afin d'y effectuer une perquisition. L'intéressé étant absent, la patrouille revient à son unité lorsqu'elle croise un véhicule de forte cylindrée régulièrement utilisé par le suspect. Les militaires décident alors de procéder au contrôle du véhicule qui, à la vue des gendarmes, prend la fuite .

Alors que le fuyard roule à vive allure sur les routes départementales de la presqu'ile, obligeant les autres véhicules à ralentir ou s'arrêter, l'alerte est donnée.
Perdu de vue à CROZON, le véhicule sera successivement signalé par la BMo de CHATEAULIN et la brigade de DAOULAS, en direction de BREST. De multiples infractions au code de la route sont relevées par ces unités.
Dirigées depuis le CORG 29, de nombreuses unités sont engagées en bordure de la RN 165, au sud de BREST (29) et LANDERNEAU (29). La police de BREST est informée. Les deux occupants de la voiture sont finalement interpellés à proximité de leur véhicule par le PSIG de LANDERNEAU et placés en garde à vue.
Sources : GGD29/Sirpa gendarmerie

[APPELS MALVEILLANTS A LA GENDARMERIE]
La réactivité des unités de secours peut être perturbée par des appels malveillants  >:(
Composez le 17 pour joindre prioritairement la police ou la gendarmerie !
Ce numéro est veillé H 24 - 7 Jours sur 7 en zone rurale par les gendarmes du Centre Opérationnel de la Gendarmerie.
Mis en place pour répondre rapidement aux appels d'urgence, il ne peut être encombré par des appels malveillants et réitérés. C'est pourquoi dans la soirée du 9 octobre un homme âgé de 66 ans domicilié à PLAISANCE DU TOUCH (31) déjà connu pour des faits similaires (plus de 75 appels malveillants en 2 heures reçus au COG, a été identifié et localisé puis a fait l’objet d'une mesure de placement en psychiatrie.
Pour toute personne reconnue accessible à une sanction pénale,
l'Article 222-16 du code pénal Modifié par LOI n°2014-873 du 4 août 2014 - art. 39 prévoit que :
Les appels téléphoniques malveillants réitérés, les envois réitérés de messages malveillants émis par la voie des communications électroniques ou les agressions sonores en vue de troubler la tranquillité d'autrui sont punis d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.

RAPPEL : Derrière un appel malveillant, ou un abus du 17 pour un simple renseignement, une victime peut avoir réellement besoin de secours...! pensez à elle !  ::) vidéo info

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Vers 0h30, la SNCF détecte grâce à son système de surveillance électronique mobile un vol de cuivre en cours perpétré par 4 individus sur une emprise située à proximité de la gare TGV de LYON-SAINT-EXUPERY.
L'alerte est rapidement transmise au CORG 69 qui engage des patrouilles au sol. En alerte pour les festivités de la Fête nationale, la Section aérienne de la gendarmerie (SAG) de BRON (69 - Rhône) décolle d'initiative afin d'appuyer les opérations au sol.

Vers 1 heures, les gendarme du Psig de BRON interpellent 2 des auteurs. Les deux autres,tapis dans des taillis, sont interpellés par la Suge vers 3 heures.
La caméra thermique de l'hélicoptère s'est révélée un atout considérable dans cette interpellation.

Au cours de cette tentative de vol, les auteurs ont découpé 150 m de câble de retour de traction, ce qui aurait pu occasionner une interruption importante du trafic. L'action menée conjointement par la Gendarmerie et la SNCF a permis aux services de l'infrastructure de la SNCF de réparer les dégâts avant la reprise de l'exploitation.

Cette action a permis, en outre, d'éviter d'importantes perturbations à la circulation ferroviaire sur une des lignes les plus fréquentées en cette période de vacances estivales.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Grâce à la réactivité et à la parfaite coordination d'unités terrestres et aériennes de 3 groupements de gendarmerie départementale, un dangereux malfaiteur a été arrêté en Haute-Normandie.
07h30, un individu vole sous la menace d'une arme à feu une automobile à GISORS (27). Trois heures plus tard, il dérobe une carte bleue à MAGNY-EN-VEXIN (95). Le malfaiteur est repéré à bord du véhicule volé entre les départements de l'Oise, de l'Eure et du Val d'Oise.

Vers 15h30, en voulant procéder à un nouveau car-jacking  dans les environs de GISORS, il tire sur un automobiliste qui parvient à se rendre jusqu'à la brigade de gendarmerie locale et donne l'alerte.
Pris en chasse par la gendarmerie, il se réfugie à 16 heures dans le bois de LE BREUIL (95), limitrophe de l'Eure et de l'Oise, et brûle le véhicule volé.

Il y est finalement interpellé à 18 heures grâce à la réactivité et à l'action conjointe et parfaitement coordonnée des moyens aériens de la section aérienne de gendarmerie de VILLACOUBLAY (78), et terrestres des 3 CORG des groupements de gendarmerie départementale concernés les GGD60, GGD27 et GGD95.

[COUP DE COEUR] Sauvé grâce à Facebook.  :)
Un homme déclare sur #facebook sa volonté de mettre fin à ses jours. Un de ses amis très réactif prévient immédiatement le centre opérationnel de la gendarmerie à #EVREUX ; grâce au croisement des recherches techniques et d'un dispositif sur le terrain en commun avec la police, la personne est retrouvée à Vernon.
Les pompiers ont pu prendre en charge à temps l'individu qui avait absorbé une quantité néfaste de médicaments.

Citer
Anthony Berthe : Bravo aux service de secours
Anthony Berthe : Petite question, comment contacter la personne qui gère la page facebook Gendarmerie de l'Eure car j'aurai des questions à vous poser !

Gendarmerie de l'Eure Bonjour, vous pouvez nous contacter à l'adresse e-mail suivante : [email protected]
- Anthony Berthe D accord merci
Pascal Lepoittevin : bravo à vous tous  :)
Christelle Chevalier : Bravo a cette personne, à la gendarmerie, aux policiers et pompiers ainsi qu'au samu et comme dirait Kad : action réaction... respect  ;)

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Le CORG !... son objectif  :P
- Centralisation de l'information et les renseignements
- Répondre aux sollicitations internes et externes de la Gendarmerie
- Gestion et suivi des interventions, gérer la messagerie gendarmerie et apporter son aide aux patrouilles.

(Centre d’Opérations et de Renseignement de la Gendarmerie) est une cellule opérationnelle, en charge de l’accueil téléphonique des usagers (appels d’urgence "17" et renvois téléphoniques des unités de gendarmerie du département) et de la coordination opérationnelle des interventions 7 jours / 7 et 24 heures / 24.
Chaque mois, environ 6550 appels parviennent au centre d’opérations, soit environ 220 appels par jour, nécessitant le déclenchement d'environ 40 interventions.
Que se passe-t-il quand vous composez le 17 en zone gendarmerie (zone rurale) ? En composant ce numéro d'urgence (Police Secours), vous êtes mis en relation avec un opérateur du CORG.

Ce soir, nous vous présentons en images le CORG de Beauvais et le travail des opérateurs. La nuit, tous les appels du groupement de l'Oise sont traités par les opérateurs du CORG. Réactivité, esprit d'analyse, patience, pragmatisme, sens du relationnel sont autant de qualités que doivent détenir les opérateurs, pour juger de l'intensité de la situation sur le terrain, et de l'engagement des patrouilles.

Attention : c'est aussi parce que le 17 est un numéro d'urgence au secours, qu'il ne doit pas être confondu avec un service de renseignements.

Freddy C., chef du quart opérationnel au CORG de l'Yonne nous parle de son parcours :

Je suis entré à l'Ecole de Châtellerault (86) en 1988, à l'issue j' ai intégré la Garde Républicaine et plus précisément la Sécurité du Ministre de la Défense. En 1991 j'ai été affecté au Peloton d'Autoroute de Nemours (77) puis, je suis arrivé au CORG de Nevers (58) en 1997 en tant qu'opérateur et chef du quart opérationnel. En 2002, à sa création, j'ai commandé le PSIG de Cosne-Sur-Loire (45) et le PSIG de Joigny en 2006. Et depuis 2010 je suis chef du quart opérationel du CORG 89.

Quel est votre rôle en tant que chef du Quart opérationnel ?
Je suis chargé du contrôle, de l'organisation du service et de la gestion du personnel.

Irénée R., gendarme au CORG nous parle de son travail au quotidien en tant qu'opérateur :

Nous recevons tous les appels 17 de la zone gendarmerie de tout le département de l'Yonne, nous agissons comme un filtre et jugeons de l'opportunité ou pas d'engager une patrouille. Nous engageons les patrouilles sur tous les événements d'ordre public, accidentel, crimes et délits venant à notre connaissance. Il nous appartient aussi d'engager les moyens et les renforts complémentaires (les hélicoptères, les équipes cynophiles, les plongeurs, les Techniciens en Identifications Criminelle, etc).
Notre rôle est d'organiser l’intervention , nous sommes le lien départemental avec les autres services: la Préfecture, les Sapeurs Pompiers, la Police, l'autoroute, la SNCF, le Conseil Départemental etc...

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Le Centre d’opérations et de renseignement de la gendarmerie (Corg) contribue à la continuité du service public de sécurité, en apportant la première réponse institutionnelle aux sollicitations des usagers.
« Le Corg est le concentrateur de l’information et le point d’entrée des événements qui se produisent sur le ressort du département, depuis les interventions quotidiennes de faible gravité jusqu’aux événements les plus importants ».
Répondant aux requérants qui composent le «17» et aux appels adressés aux unités élémentaires après 19 heures, les opérateurs du Corg évaluent la gravité des situations et sont en mesure de déclencher l’engagement des moyens du Groupement de Gendarmerie Départementale (GGD), ainsi que leur montée en puissance. L’un des objectifs est de réduire les délais d’intervention, dont le maximum est fixé à trente minutes.
En fonction de la nature des événements, et dans un souci de réactivité, le chef de quart peut prendre la décision d’engager, si nécessaire, des effectifs et des moyens. Cela n’empêche pas les échelons déconcentrés, du niveau brigade ou compagnie, d’assurer la mise en œuvre des capacités opérationnelles de leur niveau.

Grâce au Corg, le commandant de groupement a un suivi de tous les événements se produisant dans son département. Depuis le centre, il peut ainsi concevoir sa manœuvre, opérer la montée en puissance des moyens engagés, voire assurer le commandement des opérations.

De nombreuses qualités requises pour y servir  8)

« Pour bien appréhender les situations, les militaires d’un Corg doivent posséder une riche expérience de la brigade, cœur du métier de gendarme. Une telle affectation nécessite aussi de posséder une grande intelligence de situation, une faculté d’analyse avérée et de savoir faire preuve de réactivité face au panel extrêmement large de cas pouvant se présenter.
Il faut savoir gérer l’urgence et la multiplicité des appels téléphoniques. Il est aussi indispensable d’avoir le sens de l’écoute, du dialogue et une certaine autorité ». En prise directe avec la détresse sociale, les opérateurs doivent savoir user de psychologie, notamment lors des nombreux appels liés aux violences intrafamiliales. Ces derniers ont représenté en moyenne 10 % des interventions qui sont gérées par le Corg. Toutes ces conditions font que ce type de poste n’est pas ouvert aux gendarmes adjoints volontaires.

Une professionnalisation indispensable

L’action des Corg repose techniquement sur l’emploi de la Base de données de sécurité publique (BDSP). Les sous-officiers nouvellement affectés suivent un stage de professionnalisation à Rosny-sous-Bois (93), au Centre national de formation au renseignement opérationnel (CNFRO) et au Centre national de formation aux systèmes d’information et de communication de la gendarmerie (CNFSICG).

Source https://www.gendcom.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Sur-le-terrain/Immersion/Allo-le-17

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Comment fonctionnent les appels d’urgence quand vous n’avez pas de réseau ?
Par Nelly Lesage Nelly Lesage - 31 décembre 2017 https://www.numerama.com/tech/317621-comment-fonctionnent-les-appels-durgence-quand-vous-navez-pas-de-reseau.html

En prévision des festivités du réveillon, garder à l'esprit les numéros à composer en cas d'urgence peut être une conduite préventive et salutaire. Mais comment fonctionnent les appels d'urgence lorsque votre téléphone n'affiche aucun réseau ?

Cette nuit, l’année 2017 prendra fin. Que vous fassiez partie du camp qui en retiendra les meilleures innovations ou qui déplore plutôt certaines désillusions, vous oublierez sans doute vos discordes lors du traditionnel décompte avant minuit. Lors de cette soirée propice à la fête, vous garderez peut-être votre téléphone à portée de main, même si vous savez que le réseau risque vite de ne pas supporter la vague de SMS souhaitant une bonne année 2018.

Même si nous ne vous souhaitons pas d’en avoir besoin lors des festivités du réveillon, il pourrait être utile de garder dans un coin de votre esprit les numéros d’appel d’urgence comme le 112 (le numéro européen, qui redirige en France vers le SAMU ou les sapeurs-pompiers), le 15 (aide médicale), le 17 (police-secours) ou le 18 (sapeurs-pompiers).

Le 112 ne se substitue pas à ces derniers, mais il a vocation à être utilisé en priorité par les détenteurs d’un téléphone portable. Il est accessible partout, et gratuitement, dans l’Union européenne. Émis depuis un mobile, il est prioritaire sur tous les autres appels. Techniquement l'appel sera capté par le premier relais radio GSM même s'il ne fait pas parti de votre fournisseur téléphonique.

    En Europe, le 112 composé depuis un mobile est un appel prioritaire

Comment fonctionnent ces appels d’urgence ? Est-il quand même possible d’en passer si votre téléphone n’affiche pas de réseau là où vous vous trouvez ?

Comme son nom l’indique, un numéro d’appel d’urgence permet de joindre les secours publics vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et sept jour sur sept.
En Europe, le 112 est en vigueur sur le territoire de l’Union européenne, ou il est considéré comme le numéro d’urgence principal. Pour pouvoir l’utiliser, la présence d’une carte SIM dans votre téléphone est indispensable, car c’est elle qui permet de repérer l’origine de l’appel et de vous localiser.

Au moins un opérateur doit couvrir la zone

Mais que se passe-t-il si vous avez bien une carte SIM, mais que votre téléphone n’affiche aucun réseau ? Pour pouvoir passer un appel d’urgence, il faut qu’au moins un opérateur assure une couverture dans la zone où vous vous trouvez, même s’il ne s’agit pas de l’opérateur auprès duquel vous êtes abonné.

Pour rappel, un téléphone se connecte à une antenne via des bandes de fréquences GSM. Or, les téléphones vendus par différents opérateurs sont configurés pour ignorer les bandes de fréquence qui ne sont pas utilisées par leurs appareils — évitant probablement ainsi au téléphone de perdre du temps et d’utiliser sa batterie pour chercher toutes les autres réseaux.

À l’intérieur du téléphone, un logiciel choisit l’antenne qui lui semble la plus appropriée. Lorsque vous passez un appel d’urgence, ce logiciel fonctionne différemment et cherche alors toutes les autres bandes de fréquences, auxquelles il pourrait se raccorder. Même si l’antenne en question est déjà saturée, elle connecte néanmoins d’urgence l’appel entrant, quitte à expulser d’autres utilisateurs.

    Même si elle est saturée, l’antenne traitera l’appel d’urgence en priorité

Dans certains pays — dont la France ne fait pas partie — certains numéros d’urgence ne nécessitent pas de posséder une carte SIM valide dans son téléphone au moment de l’appel. Au départ, le 112 fonctionnait sans carte SIM ou sur un téléphone bloqué ; or, la fonction a été désactivée en France en 2004, car l’absence de carte SIM ne permet pas de repérer l’origine de l’appel et ainsi de vous localiser sur le réseau.

À noter, enfin, que lorsque vous voulez passer un appel d’urgence, il n’est pas nécessaire de connaître le code PIN du téléphone avec lequel vous appelez : vous pouvez taper directement le 112  et appuyer sur la touche verte "appel" et l'écran vous demandera si vous souhaitez appeler les secours, ou directement sélectionner l’option « appel d’urgence » qui s’affiche sur votre téléphone.