Auteur Sujet: Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?  (Lu 5137 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Florian.M

  • Invité
Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« le: 11 avril 2015, 23:17:26 »
Bonjour,
Je suis actuellement en 1ère S, et je souhaite devenir gendarme à l'issue de ma terminale S (dés l'obtention de mon BAC)
Cependant, je me pose beaucoup de questions et j'attend de vos réponses pour consolider mon projet :
1) A quel âge puis-je passer le concours de sous officier ?
2) Que faire aprés le BAC si je ne passe pas le concours de sous officier de suite ?
3) Quand et où faut-il s'inscrire (les premières démarches) ?
4) Comment optimiser ses chances de passer en école de sous officier ? (quelle préparation physique ? mentale ?)
5) Comment se préparer à intégrer une école de sous officier ?

Pour en revenir à ma question 2), j'ai entendu dire qu'il fallait avoir au moins un BAC +3 pour tenter le concours de sous officier, est-ce vrai ? Si oui, y a t-il quelque chose de recommander pour se préparer à l'école de sous officier ?

Merci beaucoup,
cordialement,

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #1 le: 12 avril 2015, 11:00:39 »
Bonjour, après le Bac le journal l'Etudiant vous apportera les réponses, d'autre part je vous invite à lire attentivement tous les sujets du forum "Gendarmerie" les réponses à vos questions s'y trouvent déjà mise à part celle du Bac+3 pour être sous-officier,  ;)

Non pour concourir à ce grade il vous suffit d'être titulaire d'un Bac et de s'inscrire en ligne sur le site de la gendarmerie recrute http://www.lagendarmerierecrute.fr/ à votre majorité en possédant l'attestation de la journée défense et citoyenneté (JDC) http://www.defense.gouv.fr/jdc/parcours-citoyennete/jdc
La JDC est une journée qui permet de rappeler à chacun que cette liberté a un prix.
C'est aussi une occasion unique de contact direct avec la communauté militaire, et de découverte des multiples métiers et spécialités, civiles et militaires qu'offre aujourd'hui aux jeunes, la Défense.
Pour vous inscrire en ligne allez sur http://minotaur.fr/
 http://minotaur.fr/accueil/index
ET http://www.recrutementenligne.gendarmerie.interieur.gouv.fr/consulter/liste/idType/01

La Gendarmerie mobile est une subdivision d'arme de la Gendarmerie nationale française spécialisée dans le maintien ou le rétablissement de l'ordre.
La gendarmerie mobile constituent les forces de deuxième catégorie.
Citer
Les forces armées sont classées en trois catégories au maintien de l'ordre :
    1re catégorie: les formations de la gendarmerie départementale et de la garde républicaine ;
    2e catégorie: les formations de la gendarmerie mobile ;
    3e catégorie: les formations des forces terrestres, maritimes, aériennes et les services communs ainsi que les formations de la gendarmerie mises sur pied à la mobilisation ou sur décision ministérielle.

Dans ses missions quotidiennes, elle participe à la sécurité publique générale aux côtés de la gendarmerie départementale.

Comme son nom l’indique, elle est constituée d’unités mobiles capables d’intervenir sur l’ensemble du territoire français (métropolitain et outre-mer) ou en opérations extérieures comme les autres forces armées françaises.

Sa création en 1921 répond à la prise de conscience du besoin d’une force de gendarmerie spécialisée dans le maintien de l'ordre pour compléter l’action de la police et surtout pour éviter l’emploi de l’armée au maintien de l'ordre, avec tous les risques que celui-ci comporte (fraternisation ou violence excessive).

Citer
La Gendarmerie mobile (G.M.) a été créée en 1921.
À cette époque, les trois quarts des 111 pelotons qui la composent sont à cheval. Leurs missions : assurer le maintien de l'ordre en France métropolitaine mais aussi Outre-mer et sur les théâtres d'opérations extérieures.
Entre 1926, la G.M. prend le nom de garde républicaine mobile avant de retrouver définitivement son appellation initiale en 1954.
Depuis cette date, la conception du maintien de l'ordre, les techniques et l'équipement ont considérablement évolué mais l'engagement des gendarmes mobiles est resté le même.
Source https://www.facebook.com/gendarmerienationale/?hc_ref=NEWSFEED

C'était, en France, l'un des seuls métiers, avec celui de légionnaire et celui de sous-marinier, encore interdit aux femmes (jusqu'en 2017 pour les sous-mariniers ) car seuls les emplois d'officiers leur étaient ouverts, mais l'intégration des sous-officiers féminins, qui avait débuté en 2015 sous forme d'expérimentation, a été confirmée en juin 2016.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Gendarmerie_mobile

Florian.M

  • Invité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #2 le: 12 avril 2015, 13:30:15 »
Très bien, c'est ce que je vais faire ;)
Merci
PS: est-il mieux de faire GAV puis attendre un an et passer le concours de sous-officier ?


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #3 le: 12 avril 2015, 20:19:28 »
Passer par la formation GAV c'est un choix qui vous permettra de découvrir la travail des gendarmes départementaux (les blancs) et vous permettra de mieux vous préparer au concours en "interne" mais en cas d'échec (+ de 3 fois) vous pourrez vous présenter en candidat "externe" ; en contre parti, GAV est un "emploi jeune" peu rémunéré (800/1000€) et plus ou moins apprécié par eux car vous viviez souvent célibataire en coloc dans des locaux de service.
Toutes les infos dans le forum.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #4 le: 28 septembre 2016, 10:22:26 »
La gendarmerie mobile est une force militaire spécialisée au maintien de l'ordre public. Elle peut être engagée sur tout le spectre des crises. Réserve générale à la disposition du gouvernement, elle assure par ailleurs des missions de défense militaire et s'engage aux côtés des unités territoriales. Elle est ainsi capable d’être projetée sur l’ensemble du territoire, en métropole et en outre-mer, ainsi qu'à l'étranger, et plus particulièrement les théâtres d'opérations extérieures.

L'EGM, unité élémentaire de la gendarmerie mobile en termes d'emploi et d'entraînement, comprend un effectif de 110 personnels, soit 4 officiers, 104 sous-officiers et 2 militaires du rang.

De part son métier le gendarme mobile est amené à se déplacer plus de 200 jours par an, avec des préavis parfois très courts, sur l'ensemble du territoire métropolitain mais aussi dans les DOM-TOM, voire à l'étranger.

Il peut intégrer un peloton d'intervention, unité spécialisée mise en place pour neutraliser et appréhender un individu dangereux par exemple. Il peut aussi devenir pilote de véhicule blindé, utilisé pour dégager des obstacles fixes dans certaines manifestations.

Muni d'un casque et doté d'un équipement protecteur (jambières, masque à gaz, bouclier...), il doit faire preuve d'une grande résistance physique et morale et d'un niveau technique élevé en vue de faire face à des évènements parfois violents.
Une cérémonie de prise de commandement de l'escadron de gendarmerie mobile 20/1 de Rosny-sous-Bois. Il s'agit du 109ème escadron créé, le 1er juillet 2016, l'occasion  de revenir en images sur ces unités entraînées spécialement pour le maintien et le rétablissement de l'ordre.
Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a présidé la cérémonie de prise de commandement de l'escadron de gendarmerie mobile 20/1 de Rosny-sous-Bois, en présence du général d'armée Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale.
Aujourd'hui, la gendarmerie mobile compte 391 officiers, 11 006 sous-officiers, et 141 militaires du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie.

Manifestations, débordements, situations à risques, grands événements... les « moblos » sont déployés sur tout le territoire métropolitain, en outre-mer, voire à l'étranger dès que le contexte l'exige.

Découvrons les gendarmes mobiles en situation de maintien ou de rétablissement de l'ordre à travers une sélection de clichés pris à l'entraînement et en situation sur le terrain. Jeudi, retrouvez les « galons jaunes » dans les autres missions qu'ils assurent au quotidien.

https://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Notre-institution/Nos-composantes/Sur-le-terrain/La-Gendarmerie-Mobile/Les-escadrons-les-groupements-et-les-groupements-blinde-de-gendarmerie-mobile

https://www.facebook.com/pg/gendarmerienationale/photos/?tab=album&album_id=1210936035637256




Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #5 le: 28 septembre 2016, 10:30:36 »
La gendarmerie mobile, des unités et de leurs missions.
Les gendarmes mobiles sont les équivalents des compagnies républicaines de sécurité (CRS) de la police, un corps intervenant notamment dans les manifestations publiques culturelles ou sportives mais aussi dans la protection civile. "Ce sont autant de grands professionnels qui ont manqué face aux risques et aux menaces auxquels la France est chaque jour confrontés", a estimé le ministre de l'intérieur lors de l'inauguration d'un nouvel escadron (110 hommes) à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

L’emploi des forces mobiles est orienté résolument vers l’exécution des missions de sécurité générale en renfort du dispositif territorial des forces de l’ordre. A cet effet, le suivi de l’activité et de l’engagement des formations de gendarmerie mobile est déconcentré au niveau de la zone de défense. Cette « doctrine » concilie les exigences de sécurité générale avec celles du maintien de l’ordre. Le préfet de zone de défense est l’autorité d’emploi des unités disponibles implantées dans son ressort.

L’emploi des forces mobiles obéit à une doctrine marquée par une réelle déconcentration. Ces unités ont pour mission d’assurer le maintien de l’ordre public, la sécurité générale, les missions permanentes de la zone et la formation décentralisée.

En outre, la Direction générale de la Gendarmerie nationale sollicite, d’une manière cyclique, les régions de gendarmerie pour assurer les missions dites « nationales ». Pour la zone de défense de Paris, le préfet de zone bénéficie d’un renfort permanent provenant des autres zones de défense.

Escadron : Commandé par un capitaine, il comprend 5 pelotons (1 peloton hors rang + 4 pelotons de marche). Il existe différents types d’escadrons: escadron porté; escadron VBRG du groupement blindé de la gendarmerie mobile.

Groupement : Commandé par un officier supérieur, il comprend 4 à 7 escadrons.

La cellule nationale NRBC est une unité spécialisée de la gendarmerie. Rattachée à l’état- major du groupement de gendarmerie mobile (GBGM) de Versailles-Satory, elle peut être projetée de façon autonome ou en accompagnement du sous-groupement opérationnel NRBC sur tout le territoire national et l’outre-mer. Soumise à un régime d’alerte (préavis de mise en route de trois heures), la cellule conseille, au niveau technique et opérationnel, le commandant du dispositif de gendarmerie engagé. Elle assure également la formation NRBC des personnels de la gendarmerie départementale et de la gendarmerie mobile, dont le sous-groupement opérationnel NRBC.

Le conseiller NRBC peut servir par ailleurs d’élément de liaison entre les services de secours et le commandant local de gendarmerie.
http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Notre-Institution/Nos-composantes/Gendarmerie-mobile

D'autres infos https://www.carrieres-publiques.com/fiche-concours/detail/concours-gendarme-mobile-c-1397

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #6 le: 23 avril 2017, 19:58:37 »
Fiche Métier : Gendarme mobile  :P :P :P  8)
Pour assurer la sécurité de tous les Français, il est indispensable de pouvoir compter sur les gendarmes mobiles, qui travaillent dans des escadrons de gendarmerie mobile (EGM) de la Gendarmerie nationale.
Après la Gendarmerie départementale, la Gendarmerie mobile est la deuxième composante la plus importante de la Gendarmerie nationale, avec 17 000 officiers et sous-officiers.
Les escadrons de la Gendarmerie mobile travaillent après avoir reçu des missions d'ordre public et de sécurité générale. Ils ont pour objectifs de maintenir l'ordre, ou de le rétablir après une crise, d'éviter les débordements lors des manifestations, d'aider la gendarmerie départementale dans ses missions et, plus généralement, de protéger des personnes, des sites et même des édifices comme les consulats ou les ambassades.

Comment devenir Gendarme mobile ?
Retrouvez ici les missions, formation nécessaire, rémunération...
Mission du métier : Gendarme mobile

La vie du gendarme mobile est rythmée par ses déplacements pour des missions en tous genres. En moyenne, le membre d'un escadron mobile effectue 180 jours de déplacements par an, mais, dans certains cas, le nombre de jours de déplacements peut dépasser les 200 par an.
Le plus souvent, les missions se font sur le territoire national, mais elles peuvent ponctuellement avoir lieu dans les DOM-TOM ou à l'étranger.
Les rôles d'un gendarme mobile sont les suivants :
− agir au sein d'un peloton d'intervention pour neutraliser un individu ou un groupe dangereux ;
− conduire un véhicule blindé, notamment pour retirer des obstacles placés pendant certaines manifestations ;
− résister devant des événements violents et rétablir l'ordre ;
− maintenir une présence pendant des événements sensibles pour maintenir l'ordre.
Fiche Métier : comment devenir Gendarme mobile
Marion, une des premières gendarmes mobiles déployées lors de l'EURO2016. Devenir Gendarme mobile : Qualités requises  ::)

Le gendarme mobile travaille dans un peloton d'intervention.
Autrement dit, au sein d'une équipe composée d'autres gendarmes mobiles. En ce sens, il doit avoir une grande facilité à travailler en groupe et à collaborer. Face à un groupe violent, par exemple, il faut savoir s'unir avec ses collègues pour faire bloc et ne pas céder. En bref, le gendarme mobile est capable de créer, avec les membres de son peloton, un véritable esprit d'équipe et de solidarité.
Face à des événements parfois très violents, le gendarme mobile doit mobiliser sa capacité d'anticipation et ses connaissances techniques pour maîtriser parfaitement la situation.
Dans des contextes conpolicier ou gendarmetuels, il faut également posséder une grande force psychologique pour ne pas céder à la pression.
Enfin, il est important de comprendre que le gendarme est un militaire de carrière. En ce sens, il doit respecter sa hiérarchie et travailler dans la discipline. Le sens du devoir, de l'honnêteté et de l'altruisme sont indispensables pour réussir dans le métier.

Gendarme mobile : carrière / possibilité d’évolution :
Quand il intègre un escadron, un gendarme, nouvellement sous-officier, n'a qu'un contrat court avec la gendarmerie. Ainsi, s'il aspire à devenir un sous-officier de carrière, il est indispensable de passer  et de réussir le Certificat d'aptitude professionnelle (CAT).
Pour obtenir ce certificat, il faut suivre deux années entières de cours par correspondance. Un contrôle continu est effectué pendant ces deux années puis, au terme de cette période, un examen final a lieu.
En cas de réussite, le gendarme endosse la casquette de sous-officier de carrière (administrativement il est titularisé). Il est alors en mesure de continuer à servir en tant que tel jusqu'à l'âge de 56 ans, sans aucun nouveau concours à passer.
A noter que l'obtention du CAT permet de prétendre à de nombreuses évolutions : être muté automatiquement au bout de 5 ans de présence à l'escadron de gendarmerie mobile en Gendarmerie départementale, utiliser ces 5 années pour préparer l'examen national d'officier de police judiciaire, se spécialiser ou encore choisir de faire carrière comme gradé en gendarmerie mobile.

Devenir Gendarme mobile : formation nécessaire  :)
Le gendarme mobile est un membre de l'armée française. Et pour intégrer l'armée, aucune condition de diplôme n'existe. Ainsi, à partir de 17 ans, on peut passer le concours de gendarmerie pour obtenir, ensuite, une formation en école de gendarmerie avant de se voir attribuer un poste de gendarme adjoint.
Les formations proposées sont différentes pour ceux qui possèdent déjà le baccalauréat. Il est possible de devenir sous-officier après avoir passé un concours et réalisé une formation de 12 mois en école de gendarmerie.
Pour intégrer la gendarmerie mobile, il suffit, lors de son inscription, de choisir la bonne catégorie puisque les candidats peuvent émettre une préférence entre gendarmerie départementale, gendarmerie mobile et garde républicaine. En fonction des préférences du candidat, mais aussi de ses résultats et des besoins, il peut être affecté à une unité comme la gendarmerie mobile.
A noter que depuis 2015 les élèves femmes pour être sous-officiers peuvent également intégrer la gendarmerie mobile.

Situation du métier / contexte pour devenir Gendarme mobile
Le gendarme mobile doit être capable, dans une année, de prévoir jusqu'à 200 jours de déplacements, en étant parfois prévenu au dernier moment de son départ imminent.
Pendant les interventions, il est muni de protections (jambières, masque à gaz, mais aussi bouclier) et doit apprendre à bien mobiliser ce matériel pour éviter les blessures.
La gendarmerie veut augmenter ses effectifs, y compris dans la gendarmerie mobile. Les recrutements sont donc très fréquents, ce qui offre de nombreuses chances aux candidats de trouver une place. Traditionnellement, les départs à la retraite sont remplacés et la tendance est même à la création de postes. La gendarmerie mobile constitue donc un métier à fort potentiel, sur lequel on peut, en plus, évoluer au fil du temps et monter en grade.
Être mobile, c'est un métier !

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #7 le: 23 avril 2017, 20:15:03 »
Reportages "gendarmes mobiles"
En premier lieu, rappelons que, pour devenir gendarme mobile, il faut d’abord passer le concours d'officier ou de Sous-Officier externe ou interne.

Découvrez en photos, le métier de gendarme mobile.

Attention vous entrez dans le temple des gendarmes mobiles !
Tous sont passés, repassés et re-repassés par le célèbre camp de Saint-Astier en Dordogne. Tous ont passé des heures à apprendre, à s'entraîner, à se perfectionner aux techniques et aux tactiques d'intervention professionnelle et de maintien de l'ordre.
Cette formation continue d'excellence permet à nos gendarmes mobiles d'être toujours opérationnels et de s'adapter aux nouvelles missions, aux nouvelles menaces.
Reconnu au niveau international pour son expertise, le Centre d'entraînement national des forces de la gendarmerie nationale (Cnefg) forme chaque année plus de 14 000 stagiaires : des mobiles, mais aussi des élèves-gendarmes, des gardes républicains, des forces de police étrangères... Avec une devise : « le gendarme agit comme il s'entraîne, il doit donc s'entraîner comme il veut agir ».
Après la formation place à l'action.
Nous retrouvons, ce soir, nos « moblos » sur le terrain pour vous présenter un panel de leurs multiples missions. Afflux de touristes dans les lieux de vacances estivales ou hivernales, interpellations, grands événements, plan Vigipirate, manifestations sensibles...
Nos gendarmes mobiles parcourent la France pour venir en aide à leurs camarades gendarmes départementaux dans des circonstances aussi diverses que variées.
Albums[PORTFOLIO] Être mobile, c'est un métier !
Après la formation place à l'action. Nous retrouvons, ce soir, nos « moblos » sur le terrain pour vous présenter un panel de leurs multiples missions. Afflux de touristes dans les lieux de vacances estivales ou hivernales, interpellations, grands événements, plan Vigipirate, manifestations sensibles... Nos gendarmes mobiles parcourent la France pour venir en aide à leurs camarades gendarmes départementaux dans des circonstances aussi diverses que variées.
Découverte en images : https://www.facebook.com/pg/gendarmerienationale/photos/?tab=album&album_id=1023071587757036

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Un gendarme mobile c'est qui, c'est quoi ?
« Réponse #8 le: 20 septembre 2017, 09:52:14 »
Elles sont les premières femmes à intégrer l’escadron de gendarmerie mobile de Guéret. Quatre femmes ont intégré ces derniers mois l’escadron de gendarmerie de Guéret (Creuse). Une petite révolution dans la « mobile », qui n’accueillait jusqu’à présent que des hommes.
Elles effectuent exactement les mêmes missions que leurs collègues masculins : bouclier lors des missions de maintien de l’ordre, conduite de véhicules lourds, lutte contre l’orpaillage illégal en Outre-mer, opérations extérieures…

Ophélie, Anaïs, Nadège et Cassandre sont arrivées il y a quelques semaines à l’escadron de gendarmerie mobile 42/2 de Guéret. Ce sont les premières femmes à intégrer cette unité, qui compte actuellement 103 militaires. Pour le moment, elles sont toutes les quatre élèves gendarmes. « Elles font du très bon travail, relève l'officier qui commande l’escadron de Guéret. C’est une très belle ouverture à la gendarmerie mobile. »

Trois « escadrons test » comprenant des femmes ont été mis en place il y a un an et demi à Satory, Sathonay-Camp et Mont-de-Marsan. La réflexion portait essentiellement sur la logistique. « Pour le cantonnement, il faut prévoir des chambres pour les femmes. Nous devons garantir une certaine intimité. Quand nous partons en Guyane, nous nous lavons souvent dans la rivière. »

L’expérimentation ayant été concluante, la gendarmerie mobile est désormais ouverte aux femmes sous-officiers partout en France. À Guéret, d’ici la fin de l’année, l’escadron 42/2 comptera deux femmes de plus, soit six au total.

Originaire du Puy-de-Dôme, Ophélie, 23 ans, a intégré l’escadron de Guéret le 3 juillet, après avoir suivi une formation pendant huit mois à l’école de sous-officiers de Dijon. « J’étais gendarme adjoint volontaire avant. J’ai connu la gendarmerie départementale, dans une brigade de la Drôme. J’avais envie de voir autre chose. »
La jeune femme explique que si elle était partie dans la gendarmerie départementale, il n’aurait pas été possible de revenir ensuite en GM ; j’avais peur de regretter plus tard.
Cet été, Ophélie a passé un mois à Biscarosse (Landes), en renfort des gendarmes locaux. Cette première mission lui a plu. « Je ne regrette pas mon choix. L’avantage de la mobile, c’est qu’on a l’occasion de voir plein de choses, de voyager. »

Anaïs, 23 ans, est arrivée en Creuse en avril. Originaire de Roubaix, elle a également été gendarme adjoint volontaire à Châteaudun (Eure-et-Loir), où elle était instructrice sportive et à la brigade de Prades (Pyrénées Orientales).
« La gendarmerie mobile, c’est toujours ce que j’ai voulu faire depuis cinq ans que je suis dans la gendarmerie. C’est une carrière plus intéressante qu’en brigade. Il y a des déplacements et une diversité des missions : renforts plage, maintien de l’ordre à Paris, missions en zone de sécurité prioritaire… Nous avons aussi la chance de partir en Outre-mer. »
Très enthousiaste, Anaïs a décroché son permis poids lourd et souhaite passer des diplômes pour être gradée en mobile.

Arrivée le 21 août à Guéret, Nadège a déjà effectué une mission de maintien de l’ordre à Paris. « Ça permet d’être rapidement dans le bain », apprécie la jeune femme de 21 ans, venue du Tarn. À la différence de ses camarades, elle n’a pas été gendarme adjoint volontaire.
Formée à l’école de Tulle, elle a choisi la gendarmerie mobile pour les déplacements. « Pouvoir partir en Outre-mer et éventuellement en opération extérieure, ça me plaît. Les missions de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane vont être intenses et intéressantes », estime Nadège. Et d’ajouter : « Je recherche aussi le côté militaire. Ça m’a toujours attirée ».

Cassandre, 22 ans, a été gendarme adjoint volontaire à la Garde républicaine (en cavalerie), avant d’intégrer l’école de gendarmerie de Dijon. Elle est affectée à Guéret depuis le mois d’avril. « Grâce à la Garde républicaine, j’ai vu que les déplacements me plaisaient, note la jeune femme, originaire de la Sarthe. J’aime aussi l’esprit de cohésion, de camaraderie qu’il y a dans la gendarmerie mobile. Nous sommes tout le temps ensemble. »

Quelle est aujourd’hui la physionomie de la Gendarmerie mobile (G.M.) ?

La G.M. représente aujourd’hui un volume de 12 600 militaires, répartis dans 109 escadrons implantés sur l’ensemble du territoire. Elle reste une subdivision d’arme majoritairement composée de jeunes gendarmes, généralement en sortie d’école, bénéficiant d’un encadrement expérimenté.
Depuis 2015, date de l’ouverture de la mobile aux sous-officiers féminins, la féminisation s’est poursuivie. Aujourd’hui, nous comptons 290 officiers et sous-officiers féminins, répartis au sein de 37 unités.
Le métier du Maintien de l’ordre (M.O.) attire de nombreuses femmes en sortie d’école. Le processus d’affectation est le même pour tous, au choix et selon le classement. Il en va de même pour les missions sur le terrain : il n’y a aucune distinction.

Source : Catherine Perrot http://www.lamontagne.fr/