Auteur Sujet: Etre un Gendarme implique de suivre des formations tout au long d'une carrière !  (Lu 4017 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6960
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Devenir Sous-officier ... Formation initiale  :P
Après avoir été admis par voie de concours le candidat est rendu destinataire d'une décision prononcée par le bureau recrutement-examens de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) pour suivre une formation initiale dans l'une de ses écoles.
La formation initiale des officiers, sous-officiers et volontaires, constitue l'un des principaux socles de la gendarmerie nationale. Cette période obligatoire  prépare les élèves à leur premier emploi  :
-  en unité opérationnelle  de la gendarmerie départementale (sécurité publique générale), de la gendarmerie mobile (maintien de l'ordre public), de la garde républicaine (services d'honneur et de sécurité des palais nationaux) ;
OU
-  au sein d'un service de soutien technique ou administratif  (gestion logistique et financière, gestion du personnel, mécanique générale, affaires immobilières, armement et pyrotechnie, restauration collective, entretien des espaces verts, imprimeur de labeur).

Dès son admission en école, l'élève, quel que soit son statut, est administré au même titre que les personnels d'active.

Une rémunération  est perçue au cours de cette période selon les indices de soldes définis pour chaque statut (officier de gendarmerie – officier du corps technique et administratif - sous-officier de gendarmerie – sous-officier du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie – volontaires).

Les élèves sont, en règle générale, hébergés à titre gratuit sous le régime de l'internat  :'(
La formation initiale des sous-officiers de gendarmerie est dispensée au sein des écoles external link  de gendarmerie de Montluçon  (Allier), Chaumont  (Haute-Marne), Chateaulin  (Finistère) et de Tulle external link  (Corrèze).

La formation des sous-officiers de gendarmerie, d'une durée de douze mois a pour objectif de transmettre aux élèves gendarmes les exigences de la condition militaire et de leur dispenser les connaissances professionnelles nécessaires à l'exercice d'un métier dédié à la protection des personnes et des biens.

Prenant en compte la spécificité de la gendarmerie, à la fois force militaire et force de police, la formation initiale vise à développer chez les élèves le sentiment d'appartenance à une communauté militaire empreinte de valeurs telles que la disponibilité, la rusticité et le sens du service public.
Une attention particulière est portée sur l'acquisition du goût de l'effort par un entraînement physique assidu permettant au futur gendarme d'assurer ses missions dans les conditions les plus difficiles en France mais également à l'étranger.
Sont associées aux enseignements théoriques des mises en situation pratique dans des conditions parfois dégradées (mauvaise météo, de nuit, etc...).

Les trois premiers mois en ESOG sont consacrés à la formation simple du militaire/soldat :
il va apprendre à être un soldat et comment évoluer en équipe, en trio et être un chef de groupe de combat, c'est à dire gérer la situation et donner des ordres clairs et précis à tes hommes.

Les deux mois suivants sont consacrés à l'apprentissage de l'agent au maintien de l'ordre (gendarme mobile), donc agir sous les ordres d'un chef avec la tenue MO/RO et bouffer de la lacrymogène lors d'un stage au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) est implanté à Saint-Astier (Dordogne), durant une semaine qui marque la fin de la formation gendarmerie mobile pure  :P

Dans la dernière partie est consacrée à l’apprentissage de l'agent de police judiciaire, avec en gros tout ce qu'il a besoin de savoir pour commencer son métier en GD. Le cadre légal, les missions d'ordre judiciaire, militaire, administrative, etc...

Dans le même temps et tout au long de sa formation, il va apprendre entre autres choses, parfois inutiles, mais fondamentalement obligatoire :
- la police de la circulation sur route, le maniement des armes ( PA SIG SAUER, FAP, HP-MP5 et UMP9, FAMAS, Baton, tazer, grenade lacrymogène ), l'histoire de la Gie, des cours sur l’étique et la déontologie, les techniques de l'accueil phisique et téléphonique, etc etc ...

Quelle que soit leur affectation, ils détiennent la qualité d'agent de police judiciaire (APJ) .

Certains élèves dont les compétences particulières  (motocycliste, cavalier, musicien, secouriste en montagne, pilote ou mécanicien d'hélicoptère) ont été testées lors de la formation initiale peuvent être directement affectés dans une unité spécifique (escadron motocycliste ou régiment de cavalerie ou orchestres de la garde républicaine, orchestre de la gendarmerie mobile, unité de montagne, unité aérienne).

En règle générale, l'accès à une spécialité  (informaticien, secouriste en montagne et pilote ou mécanicien d'hélicoptère) ou à une technicité  (maître de chien, plongeur autonome, technicien en identification criminelle, motocycliste, moniteur de sport, etc) est soumis aux conditions suivantes  :
- obtenir le Certificat d'aptitude technique (CAT) au cours des deux années qui suivent la sortie d'école ;
- être gendarme de carrière ;
- avoir acquis une certaine expérience du métier de gendarme.

Ces requis conditionnent également l'accès à la préparation de l'examen d'Officier de police judiciaire -OPJ- (gendarmerie départementale) ou au Diplôme d'arme -DA- (gendarmerie mobile et garde républicaine).

la suite sur http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Formation-initiale/Formation-des-sous-officiers-de-gendarmerie


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6960
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Cette rubrique intitulée « formation continue » présente les principaux cursus d'enseignements, ouverts aux personnels militaires de la gendarmerie nationale (à l'exception des volontaires), dont le contenu est régulièrement adapté aux évolutions juridiques, aux besoins opérationnels des unités et à l'engagement de la gendarmerie dans les instances internationales.
Généralistes, spécialistes ou techniciens, les officiers et sous-officiers sont appelés à suivre, tout au long de leur carrière, des stages qui renforcent leurs connaissances dans les domaines :
-  du commandement, du management et de la stratégie ;
La qualité de gradé des sous-officiers de gendarmerie est conditionnée par l'obtention  :
- de l'examen d'Officier de police judiciaire (OPJ) pour les gendarmes départementaux ;
- du Diplôme d'arme (DA) pour les gendarmes mobiles et les gardes républicains ;
- d'un diplôme de qualification pour les spécialistes (informaticiens, montagnards, pilotes et mécaniciens d'hélicoptères, etc).

Les sous-officiers de gendarmerie (SOG) gradés sont appelés à exercer les fonctions de commandant ou d'adjoint d'une unité de terrain (brigade de proximité ou brigade autonome, brigade de recherches, peloton de surveillance et d'intervention, peloton de gendarmerie mobile ou de la garde républicaine, etc).
A ce titre, un cursus de formation, composé de plusieurs niveaux d'enseignements, vise à préparer les gradés aux responsabilités d'encadrement et de commandement qu'ils sont appelés à exercer tout au long de leur carrière.   http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Formation-continue/Formation-des-sous-officiers-de-gendarmerie-grades

-  de l'intervention professionnelle ;
L'intervention professionnelle peut-être définie comme un ensemble de techniques et tactiques, individuelles ou collectives, destiné à contraindre ou maîtriser un ou plusieurs adversaires avec le  strict niveau de force nécessaire.

-  de l'apprentissage ou du perfectionnement des langues étrangères ;
La gendarmerie nationale participe, à titre permanent ou temporaire, à des actions internationales dans les domaines :
- de la coopération policière, judiciaire et de défense (représentations à Interpol, Europol, dans les Ambassades de France, etc...) ;
- de l'assistance militaire technique sur le continent africain ;
L'enseignement des langues étrangères s'impose aux gendarmes dans le cadre de leur action, sur le territoire national, de protection des personnes et des biens... un tests est prévu lors du concours.

-  de la participation de la gendarmerie à des actions internationales ;
Force de police à statut militaire, la gendarmerie est également présente sur les Théâtres d'opérations extérieures (Afghanistan, Kosovo, Liban, etc) en qualité de prévôts ou de formateurs.

-  du soutien technique et administratif concernant les sous-officiers qui ont intégré ce corps dès leur admission en gendarmerie.
Admis par voie de concours, les sous-officiers qui composent le Corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale (CSTAGN) assurent des missions dans les domaines de la gestion logistique et financière, de la gestion du personnel, de la mécanique auto-engins blindés, des affaires immobilières, de l'armurerie et de la pyrotechnie, de la restauration collective et de l'imprimerie.
Ils postulent pour l'une de ces spécialités dès le dépôt de leur candidature auprès d'une brigade de gendarmerie ou d'un Centre d'information et de recrutement (CIR).
Ne disposant pas de pouvoirs judiciaires, ces sous-officiers, qui ne prêtent pas serment, n'ont pas vocation à participer à des missions ordinairement confiées à des officiers (OG) ou à des sous-officiers de gendarmerie (SOG).

Les résultats obtenus par les unités de Gendarmerie traduisent tous les jours l'investissement de tous les gendarmes dans leur mission.    :o
Ces résultats viennent mettre en valeur une autre réalité qui est la qualité des formations dispensées et sa plus-value retirée des efforts consentis dans ce domaine, par l'institution comme par chaque militaire.
Le tempo opérationnel, le rythme quotidien des missions, la vie familiale, etc... peuvent conduire à négliger le temps qui doit être consacré à cette instruction individuelle nécessaires à l'exercice du métier.
Elle permet de renforcer les savoirs et savoir-faire qui, selon leur degré d'acquisition et de maîtrise, peuvent conduire à la réussite ou à l'échec d'une mission, de se connaître davantage les uns et les autres et de renforcer l'indispensable cohésion du groupe.
Cette formation est nécessaire car le service aux concitoyens impose que le gendarme interrogions, en permanence, sur la qualité de ses acquis professionnels. La formation, c'est être prêt dès aujourd'hui et préparer demain. Le développement d'outils  d'enseignement à distance comme " Gend-Form ", permet de concilier ces impératifs mais rien ne remplacera la volonté individuelle du militaire de remettre régulièrement en question ses acquis professionnels. Il faut se rappeler que «  la mission commande  » et que son devoir est d'y être préparé en tout temps et en tout lieux.

Le feuilleton « La Brigade » nous interpelle sur le panoramique de notre métier !!

Source Sirpa Gendarmerie http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Formation-continue

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6960
  • Sexe: Homme
  • Retraité
LES OBJECTIFS DE LA FORMATION INITIALE SOUS OFFICIER :

La scolarité en formation initiale s’attache à construire le socle de valeur du gendarme, en développant certaines qualités fondamentales en matière de savoir-être, de savoir-faire et de savoirs, par :

    l’éducation physique militaire et sportive dont le parcours du combattant pour les acquis physiques ;
    l’éthique/déontologie et le sens de l’engagement et des traditions pour les acquis moraux et le sentiment d’appartenance à la maison gendarmerie ;
    le contact pour être en mesure de développer des compétences relationnelles et numériques vers l’autre ;
    l’optimisation du potentiel individuel et collectif (OPIC) pour la meilleure connaissance de soi individuellement mais aussi au sein du groupe et de ses capacités et faiblesses pour les dépasser ;
    l’instruction tactique et l’intervention professionnelle qui garantiront sur le terrain sa sécurité et celle d’autrui.

UNE FORMATION SANCTIONNÉE PAR UN DIPLÔME :

Les élèves sont nommés gendarmes en fin de scolarité qui est sanctionnée par l'attribution du Certificat d'aptitude à la gendarmerie (CAG), homologué au niveau IV de l'enseignement technologique (équivalence du baccalauréat).