Auteur Sujet: Forum International sur la Cybercriminalité & IRCGN.  (Lu 4117 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Forum International sur la Cybercriminalité & IRCGN.
« le: 08 janvier 2010, 15:35:47 »
Le 4ème Forum International sur la Cybercriminalité s'est tenu à Lille les 31 mars et 1er avril 2010 au Grand Palais de Lille et a réuni plus de 1500 participants.

Ensemble pour un espace numérique plus sûr !
Lille, métropole numérique active et tournée vers l’Europe du Nord, devient le centre de réflexion sur les enjeux et les dangers des nouvelles technologies de communication à l’occasion du Forum international sur la cybercriminalité.

Une occasion unique de débattre avec les meilleurs experts nationaux et internationaux, pour mieux appréhender les défis de la cybercriminalité.
Lille, le 18 novembre 2009 – A l'initiative de la Gendarmerie nationale et avec le soutien de l'Union européenne, le FIC – Forum International sur la Cybercriminalité – a proposé un cycle de débats, conférences et ateliers, dans le cadre d'une coopération publique/privée.
Tandis que les systèmes d’information assurent le fonctionnement des administrations publiques, de l’activité des entreprises, et sont entrés pleinement dans le mode de vie des citoyens, la cybercriminalité et son appropriation par les groupes de criminalité organisée s’intensifient.

Media » Galeries » Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN)
http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/fre/Media/Galeries/Institut-de-recherche-criminelle-de-la-gendarmerie-nationale-IRCGN

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Forum International sur la Cybercriminalité & IRCGN.
« Réponse #1 le: 30 mars 2012, 13:32:37 »
Police scientifique (IRCGN) - Présentation de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale

Si autrefois le témoignage et l'aveu suffisaient à emporter la conviction des magistrats et des jurés, depuis quelques années, la "preuve scientifique" est devenue un élément incontournable de l'enquête criminelle.

Tirant parti de cette évolution, la gendarmerie s'est dotée d'une structure qui, s'appuyant sur les techniciens d'identification criminelle chargés de prélever des indices sur le terrain, a été coiffée en 1987 par une unité dont la vocation principale consiste en l'analyse de ces prélèvements.
Cette unité est l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN), implantée à ROSNY-SOUS-BOIS (Seine-Saint-Denis).

Missions - L'institut a reçu de la direction générale de la gendarmerie nationale quatre missions principales :

    * effectuer, à la demande des unités et des magistrats, les examens scientifiques ou les expertises nécessaires à la conduite des enquêtes judiciaires ;
    * apporter en cas de besoin aux directeurs d'enquêtes, le soutien nécessaire au bon déroulement des constatations, principalement par la mise à leur disposition de personnel hautement qualifié disposant de matériels adaptés et spécialisés ;
    * concourir directement à la formation des techniciens en identification criminelle et à l'information des enquêteurs ;
    * poursuivre dans tous les domaines de la criminalistique les recherches nécessaires au développement des matériels et des techniques d'investigation criminelle.

Recrutement :
La grande diversité des spécialités scientifiques et techniques de l'Institut nécessite un recrutement fortement individualisé parmi les postulants qui doivent non seulement justifier de compétences très ciblées, mais également d'une grande motivation pour le domaine de la " police judiciaire ".

Sont plus spécialement recherchés les candidats possédant un diplôme de haut niveau dans les domaines énumérés précédemment.

La formation des personnels de l'Institut est permanente et continue.
En raison de la diversité et de la spécificité des qualifications existantes, ces formations s'effectuent au sein de la gendarmerie (notamment celles touchant directement aux activités judiciaires, réalisées en liaison avec le centre national de formation de police judiciaire de Fontainebleau) ou en partenariat avec différents organismes civils hautement spécialisés (laboratoires, établissements de recherches scientifiques et techniques...).

Accueil des stagiaires  :

L'IRCGN accueille, dans le cadre unique des stages armées-jeunesse, des stagiaires possédant un niveau d'études BAC + 4 minimum. Le site Internet de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale propose le catalogue complet des offres de stages.

Sources : Sirpa Gendarmerie

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Forum International sur la Cybercriminalité & IRCGN.
« Réponse #2 le: 14 janvier 2015, 10:06:10 »
FIC 2015 : Les cybergendarmes garants de la confiance numérique  8)
Juste avant la septième édition du FIC (les 20 et 21 janvier 2015 au Grand Palais de Lille), les journalistes du Monde Informatique ont pu rencontrer les organisateurs du salon et les équipes de cybergendarmes de Paris (Section de recherche de Paris et ses spécialistes N-Tech) et de Rosny Sous Bois (C3N).
L'occasion de faire un premier point sur les principaux enjeux de cette manifestation dédiée à la cybersécurité et les menaces les plus inquiétantes pour les entreprises comme les citoyens. Comme nous l'a expliqué le général (2s) Marc Watin-Augouard, fondateur du FIC,  « cette 7e édition du FIC, lancé en 2007, attend plus de 4 000 personnes françaises et étrangères. 3 000 inscrits aujourd'hui, dont 800 utilisateurs dans les entreprises (RSSI, risques manager, directeurs juridiques...), 800 offreurs, 800 institutionnels, 300 personnes du monde académique, et 400 étrangers (britanniques, allemands...).
[...] Si la dimension business du salon s'affirme, trois lignes de force sont attendues sur le salon : l'innovation dans les technologies de sécurité et de confiance numérique, les données et la place de l'humain dans la cybersécurité ». Comme tous les ans plusieurs ateliers seront bien sûr organisés avec notamment une démonstration technique de Thales sur une simulation de cyberattaques, et des challenges techniques avec l'Epita et Sogeti.

Et comme tous les ans les politiques seront de la partie avec Bernard Cazeneuve (le ministre de l'Intérieur), Thomas de Mezière (le ministre allemand de l'Intérieur), Jean-Yves Le Drian (le ministre de la Défense) et Axelle Lemaire (secrétaire d'Etat chargé du Numérique). Rappelons enfin que le FIC est organisé par la Gendarmerie Nationale, Euratechnologies et le CEIS avec le soutien financé de la Région Nord-Pas de Calais.

Au C3N, la Gendarmerie est bien entrée dans le 21 siècle.  ;)
Cette journée porte ouverte à la cybergendarmerie a également été l'occasion de parler de l'affaire Charlie Hebdo, et notamment des outils employés pour analyser les forums Internet et les réseaux sociaux. L'équipe du colonel Eric Freyssinet, responsable du C3N, utilise l'outil OsincLab développé avec Thales pour détecter et suivre des communautés et des utilisateurs afin de dresser une véritable cartographie de leurs relations  (amis sur les réseaux sociaux, gens parlant de la même chose...).

Suite à l'attentat contre Charlie Hebdo, de nombreux tweets manifestaient par exemple leur satisfaction #bienfaitpourcharlie. Le travail de la brigade consiste avant tout à comprendre ce qui se passe et traquer toutes les expressions d'incitation à la haine raciale. Les auteurs pouvant éventuellement être poursuivis si la Justice se saisit de l'affaire. Une équipe place Beauvau, le SRTI, effectue également une surveillance des groupuscules et identitaires sur Internet, tout comme la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) qui possède des équipes spécifiques pour suivre les activistes sur les réseaux publics ou souterrains.

Le travail de ces "gendarmes numériques" réalisent un travail éprouvant pour anticiper les menaces, sensibiliser les entreprises et les collectivités ; pour très souvent assurer la répression dans les affaires d'extorsion, de vols et de pédophilie. Les gendarmes N-Tech (Nouvelles Technologies), c'est à dire formés aux techniques d'investigation numériques, couvrent le territoire français et collaborent avec les services de PJ de la police et de gendarmerie.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Forum International sur la Cybercriminalité & IRCGN.
« Réponse #3 le: 14 février 2015, 17:54:37 »
La gendarmerie contre la cybercriminalité
Alors que la 7e édition du Forum international de la cybersécurité, organisée à Lille à l’initiative de la gendarmerie, touche à sa fin, nous vous proposons ce soir un tour d'horizon du travail de la gendarmerie au quotidien contre la cybercriminalité. De la prévention des cyber-menaces à la traque des cyber-escrocs, vous découvrirez que les patrouilles se font aussi sur la toile.

Vidéo