Auteur Sujet: Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??  (Lu 51425 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne gendy

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 864
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • www.sos112.fr
Vidéo infos

Des professionnels de la sécurité, au cœur de l'évènement, au contact de la population et du citoyen. Les gendarmes assurent, souvent avec abnégation au détriment de leur vie de famille et de leur vie tout court, des missions de police judiciaire, d'assistance aux personnes, de maintien de l'ordre et participe à la défense de la Nation, y compris sur les théâtres d'opérations extérieures (OPEX). Quel que soit l'unité ou le service, chacun des gendarmes est susceptible d'être engagé immédiatement sur un événement opérationnel de haute intensité (catastrophe naturelle, événements météo, accidents, etc...) Il lui faut toujours avoir cela à l'esprit et s'y préparer en conséquence. Cela suppose d'être, en permanence, parfaitement rompu à l'ensemble des modes d'action et à l'utilisation des outils mis à sa disposition.

Consacrant une grande portion de leur activité à des missions de service public, de service à la personne et sans pour autant obtenir beaucoup de reconnaissance, en tout temps et en tout lieu, en métropole et outre-mer ainsi qu'à l'étranger, les gendarmes répondent présents, avec humanité et sang froid face aux drames de la vie... ils/elles entrent dans un monde à part en devenant officier, sous-officier ou auxiliaire de gendarmerie.
Le Job de Gendarme est un métier très exigeant psychologiquement et cette notion de sacrifice devrait figurer en gras sur le portail de chaque école de Gendarmerie. Souvent, après avoir cru mériter une récompense pour travail bien fait, un secours réussi, il lui sera rétorqué "vous n'avez fait que votre devoir"  :-[ 

La PUB et les feuilletons TV ne cessent de vendre la Gendarmerie comme quelque chose de simple, de magnifique, de beau et glorifiant... Mais le gendarme ne vit pas dans des palaces, ne se promène pas en voiture de luxe ou de sport, ne s'amuse pas à cache-cache avec les voleurs... Vous croyez qu'il "bulle" ... que nenni il a toujours un œil ouvert comme les chats car il est la bonne à tout faire de tous les ministères qui le sollicitent souvent pour tout et n'importe quoi.
Il passe beaucoup son temps à régler les problèmes des autres, comme s'il n'avait pas son lot de soucis. Il sort la nuit et le jour et par tous les temps sur des interventions "à la con", parce que l'on ne sait pas qui envoyer sur place. Il joue aussi les assistantes sociales bien que ça ne soit pas le cœur de son métier, et contre qui tout le monde se retourne quand il y a problème que certains nommeront "bavure" pour faire le buzz. Il subit les humeurs des casse-noisettes de premières et quelque fois celle de la hiérarchie.  :-\
Il est difficile pour l'ensemble des gendarmes de brigade de faire ce métier ... mais en réalité, il fait beaucoup de métier différents... vétérinaire, assistance sociale, météorologue, médiateur, assureur... et j'en passe ... Et il doit toujours être serviable et gentil à la disposition des gens qui s'en foutent de savoir si il a mangé, s'il est fatigué, s'il a bien dormi, si il a aussi des problèmes familiaux, etc... Tout cela pour dire que certains gendarmes vont couler des jours parfaits en brigade de GD car ils s'éclateront et d'autres vont passer leur carrière à se demander pourquoi avoir choisi ce métier... alors avant de vous engager venez goutter à la gamelle en faisant un peu de réserve ou un séjour chez les GAV.

Force armée de Police à statut militaire, instituée pour veiller à l'exécution des lois, la Gendarmerie Nationale est chargée d'assurer la sécurité publique sur 95 % du territoire métropolitain et 98% d'outre-mer, correspondant à 50 % de la population vivant en France.
Dans l'Union européenne, outre la France, quatre pays, l'Espagne, l'Italie, les Pays-Bas et le Portugal connaissent la dualité entre une police à statut civil et une police à statut militaire.
En effet, en Belgique, la loi du 7 décembre 1998 qui réorganise les services de police a supprimé la gendarmerie et l'a intégrée au nouveau service de police doté d'un statut civil.
A l'inverse, au Luxembourg, la loi du 31 mai 1999 portant création d'un corps de police grand-ducale et d'une inspection générale de la police a réuni la gendarmerie et la police au sein d'un seul corps, à statut militaire.

La police à statut militaire, c'est-à-dire l'homologue de notre gendarmerie, s'appelle « garde civile » en Espagne, « armée des carabiniers » en Italie, « maréchaussée » aux Pays-Bas et « garde nationale républicaine » au Portugal.

La gendarmerie française n'est pas une police militaire (comme les Red Caps britanniques par exemple dont la compétence est limité aux militaires) mais une police à statut militaire de compétence générale - les forces de police à statut militaire seraient incompatibles avec la construction européenne, ce qui est bien entendu faux.
Par ailleurs, les travaux du Conseil de l'Europe ont réaffirmé à maintes reprises la compatibilité du statut militaire avec les missions de police civile, pour peu que ces forces rendent compte à l'autorité civile, ce qui est le cas de la gendarmerie Française.

Vidéos de présentation du métier :


Pour ce 90' (01/2014) Enquêtes, jeunes gendarmes et policiers nous font partager leurs expériences de nouvelles recrues, depuis leur formation jusqu'à leurs premiers pas sur le terrain, au cœur de l'action.


90' Enquêtes 2014 (entier) : Police Gendarmerie les jeunes recrues en action


De jeunes gendarmes et policiers ont accepté de faire partager leur expérience, de leur formation jusqu'à leurs premiers pas sur le terrain. Tony et Jean-Louis ont choisi de devenir motards. Mais avant de traquer les chauffards, ils doivent montrer de quoi ils sont capables. Vérane, jeune gendarme, est prête à se dépasser pour intégrer une corporation qui reste majoritairement masculine. Enfin, Antony, 22 ans, a choisi l'action en intégrant le groupe de sécurité et de proximité de Bordeaux. Le jeune homme est rapidement confronté à la dure réalité des interventions.

Grâce au « maillage » du territoire assuré par ses brigades territoriales, la gendarmerie nationale garantit un service public de sécurité de proximité, installé au cœur des territoires, en particulier dans les zones rurales et périurbaines, à l'écoute des préoccupations des élus locaux et de la population.

La gendarmerie nationale est également investie de pouvoirs judiciaires, qu'elle exerce sous le contrôle de l'autorité judiciaire.
Elle est aussi chargée du maintien de l'ordre public et elle contribue à la protection des populations.
Enfin, en sa qualité de force armée, la gendarmerie nationale participe à la défense de la patrie et des intérêts supérieurs de la Nation.
La dualité de ses attributions, qui concernent aussi bien la sécurité que la défense, lui permet d'intervenir dans un large spectre de missions, dans l'ensemble de l'arc de la crise, de la guerre à la paix, aussi bien sur le territoire métropolitain, qu'outre-mer ou sur les théâtres d'opérations extérieures.
Ainsi, plus de 250 gendarmes français sont actuellement déployés sur des théâtres d'opérations extérieures, notamment au Kosovo et au Mali.
Le statut militaire de la gendarmerie permet ainsi à l'Etat de disposer d'une force à la fois polyvalente, réactive, disponible et adaptée aux besoins de la population.

Héritière de huit siècles d'histoire, la gendarmerie nationale a connu, depuis quelques années, d'importantes évolutions.
En particulier, la loi relative à la gendarmerie nationale du 3 août 2009 a organisé le rattachement organique de la gendarmerie nationale au ministre de l'Intérieur, après son rattachement budgétaire intervenu avec la loi de finances de 2009. Cette loi n'a cependant pas remis en cause le statut militaire de la gendarmerie et le dualisme policier.

La gendarmerie assure des missions diverses qui font sa spécificité mais Gendarme c'est plus qu'un métier, ça doit être une passion voir une vocation car la Gendarmerie est une maitresse très exigeante 24/24h :
    * des missions judiciaires : constatation des infractions, recherche et interpellation des auteurs d'infractions à la loi pénale, enquêtes judiciaires.
    * des missions administratives : sécurité publique, maintien de l'ordre, assistance et secours, circulation routière,
    * des missions militaires : police militaire, prévôté et opérations extérieures.
http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/fre/Sites/Gendarmerie/Presentation

La Gendarmerie en vidéo sur http://www.dailymotion.com/SirpaGend#video=x15q5o4

Le métier de sous-officier de gendarmerie  :ange:
entrer, je dirai plutôt "Epouser" la Gendarmerie ne se fait pas par défaut ou par hasard  ::) vous devez vous renseigner attentivement et posséder un minimum de convictions et d'abnégation afin de vous mettre au service de vos contemporains (nous allons tenter ici  http://www.devenir-gendarme.fr/pourquoi-gendarmerie.php  de vous aider ).
Vous devez faire un bilan exhaustif de votre situation de famille, vos compétences et diplômes, vos motivations, votre état d'esprit civil et militaire, vous demander ce que vous pouvez apporter à l'institution.  :P
La gendarmerie nationale, institution militaire présente sur tout le territoire national, est une force de sécurité polyvalente aux compétences étendues.
La gendarmerie offre de réelles et nombreuses perspectives de carrière et de "métiers". Elle conduit par le biais de la promotion et de diplômes internes (officier de police judiciaire, diplôme d'arme, diplôme de spécialiste) aux différents grades, d'homme du rang (GAV) de sous-officier et d'officier.

Le job de Gendarme c'est :
- La "protection de l'individu citoyen", donc la sécurité des personnes vulnérables ou la sécurité de proximité (en hélicoptère, en voiture, en moto, en VTT, à cheval, ou à pied), la sécurité routière et des campagnes, des missions de police judiciaire ou administrative et toutes les opérations de secours et de sauvetage.
- La protection de "l'Etat Nation" et celle des "espaces" incombent aussi aux gendarmes. Citons pêle-mêle, la lutte contre le terrorisme, la préservation de l'ordre public, la sécurité des organes gouvernementaux , des autorités civiles et militaires, la sécurité des points et réseaux sensibles ou des zones à risque, la surveillance du Cyberespace et des voies de communication (réseau routier, fluvial, ports et aéroports), la protection de l'environnement. La palette des champs de mission est donc relativement large. Les besoins de compétences et humains aussi.
Le gendarme doit faire preuve d'intuition, d'initiatives, de volonté et de courage pour analyser, réagir et accomplir son devoir. Dominer sa peur et favoriser le dialogue dans les situations délicates, aimer le contact direct avec tous les publics (du SDF au notable) sont autant de compétences que chacun doit posséder pour exercer ce métier aux valeurs militaires que sont le sens de la solidarité, la camaraderie et de la vie en communauté.

Citer
Au moment où il revêt l’uniforme pour la première fois, le gendarme ne souscrit pas seulement un engagement juridique : il adhère librement à une somme de valeurs et de représentations qu’ont fait vivre avant lui les hommes et les femmes qui l’ont précédé dans la gendarmerie au service de la France.
Ce sont ces valeurs qui doivent guider son action en tous lieux et en tous temps, des missions de sécurité aux
missions de souveraineté, du temps de paix au temps de guerre.
Dessinant une culture et une éthique professionnelles modernes, cette charte doit permettre à chaque gendarme de bien appréhender le sens de son action au profit de la population.

“Ils passent la plus grosse parti de leur temps à régler les problèmes "sociaux" des autres. À force d’être celui qui va au secours des autres, on ne s’autorise plus à demander de l’aide pour soi, à accepter d’avoir des problèmes. C’est le mythe du super-héros. Et puis, il y a cette exigence de confidentialité qui nous empêche de parler de notre travail en famille, à nos proches. (…) Il faut impérativement entretenir des liens de cohésion et de fraternité entre nous” a expliqué l'officier, au sujet des difficultés que rencontrent les gendarmes.

Dynamique et ouvert sur le monde qui vous entoure, vous souhaitez valoriser vos qualités humaines et votre esprit d'équipe au sein d'une institution militaire reconnue.
La carrière de gendarme garantit en métropole, outre-mer ou à l'étranger :
- un métier qui "bouge" où l'action, les responsabilités et les relations humaines sont le quotidien,
- un métier valorisant, au service des autres, au contact permanent de la population, des autorités et des élus de la nation,
- un métier qui sert une cause juste, la sécurité des personnes, le respect des lois, la justice, les droits de l'homme...
- un métier qui exige et développe un certain nombre de valeurs et d'aptitudes : esprit d'équipe, solidarité, sens du devoir et de l'honneur, intégrité et disponibilité, rigueur et professionnalisme, autonomie, pragmatisme,
- un métier qui présente des possibilités d'évolution de carrière très intéressantes pour ceux qui souhaitent accéder à des fonctions d'encadrement (concours internes).

C'est un métier à forte technicité offrant la possibilité de développer ses compétences et de se spécialiser dans des domaines variés :
Police Judiciaire (technicien en investigations criminelles - portraitiste - maître de chien...),
Sécurité Routière (motocycliste - pilote de véhicule rapide d'intervention), Formateur relais antidrogue ou écologie-environnement,
Spécialiste Montagne (ski - alpinisme - spéléologie),
Pilote d'hélicoptère, pilote de vedette ou pilote d'engin blindé, plongeur autonome, maître-nageur sauveteur, moniteur de sport, cavalier, musicien, transmetteur, informaticien, membre du GIGN...

Vous serez affecté dans des unités variées : unités de gendarmerie départementale (GD), escadrons de gendarmerie mobile (GM), Garde républicaine (GRP), brigades de prévention de la délinquance juvénile, gendarmerie de l'air, gendarmerie des transports aériens, gendarmerie maritime, gendarmerie de l'armement, unités d'outre-mer, états- majors, ambassades de France à l'étranger, organismes internationaux...

En 2009, la gendarmerie a été rattachée pour emploi au ministère de l'Intérieur mais reste de statut Militaire et sert sous la tutelle du ministère de la Défense en Prévôté et en OPEX.  http://www.defense.gouv.fr/gendarmerie/presence-dans-le-monde/opex
La gendarmerie nationale fait cependant partie, aux côtés de l'Armée de terre, de l'Armée de l'air, de la Marine nationale et des services de soutien interarmées, des forces armées françaises. L'évolution des missions de maintien de la paix et la montée en puissance des composantes de police internationale ont accentué l'engagement des militaires de la gendarmerie nationale sur les théâtres d'opérations extérieures.

La gendarmerie nationale met aussi en place, sur décision du ministère de la Défense, des détachements prévôtaux de circonstances pour accompagner, hors du territoire de la République, les forces armées participant à des opérations extérieures. Les militaires de la gendarmerie déployés dans ce cadre sont particulièrement investis de prérogatives judiciaires sous le contrôle du procureur de la République près le tribunal aux armées de Paris.

La gendarmerie recrute chaque année :  http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/recrutement

 Être de nationalité française
 Être âgé de plus de 18 ans et de moins de 36 ans au jour de la signature du contrat d'engagement.
 Jouir de ses droits civiques et être de bonne moralité.
 Avoir une taille minimale de 1,70 m pour les hommes et de 1,60 m pour les femmes.
La condition de taille requise pour l'admission en gendarmerie est supprimée, quel que soit le corps ou le statut de recrutement (OG, OCTA, SOG, CSTAGN, GAV). Elle reste cependant en vigueur pour certaines spécialités
 
  Dispositions spécifiques pour la garde républicaine :
la taille est fixée à 1,70 m hormis pour le personnel servant :
  Au 1er régiment d'infanterie :
taille comprise entre 1,75 m et 1,85 m excepté pour la musique : 1,70 m pour les hommes - 1,65 m pour les femmes
  au 2ème régiment d'infanterie :
1,72 m 
  en qualité de musicien de l'orchestre ou de choriste du cœur de l'armée française : aucune condition de taille.
 Être en règle au regard des dispositions du service national :
  Pour les hommes nés avant 1979, avoir satisfait aux obligations du service national ou en avoir été légalement dispensés. Les candidatures des exemptés dont l'aptitude physique a été reconnue par une commission locale d'aptitude ou des réformés dont l'aptitude a été reconnue par une commission de réforme sont recevables.
  Pour les hommes nés en 1979 dispensés de la journée d'appel de préparation à la défense (JAPD), la candidature est recevable.
  Pour les hommes nés à partir de 1980 et les femmes nées à partir de 1983, avoir satisfait aux obligations de la journée d'appel de préparation à la défense (JAPD).
 Ne pas avoir échoué trois fois aux épreuves de sélection (quatre fois pour les gendarmes adjoints volontaires). 
 Ne pas être titulaire d'une pension de retraite ou d'une solde de réforme (candidats militaires ou ex-militaires).
 Ne pas avoir bénéficié d'un congé de reconversion qui entraîne la cessation définitive de l'état militaire (candidats militaires ou ex-militaires). 

Contrat d'engagement :

Le candidat à un emploi de sous-officier doit satisfaire aux épreuves d'aptitude générale et professionnelle, avoir une bonne moralité et être en bonne santé. Il souscrit alors un contrat d'engagement (d'une durée maximale de 6 ans) qui est résiliable pendant la période probatoire des 18 premiers mois ou à l'extinction du contrat.

Pour accéder définitivement au corps des sous-officiers de carrière, le sous-officier engagé doit cumuler 4 ans de service au sein de l'Armée (dont 2 au moins en gendarmerie nationale), réussir le Certificat d'aptitude technique (CAT), être déclaré apte médicalement et " jugé digne ". Le sous-officier engagé n'a qu'un seul galon en " V " sur les manches, il en acquiers un second lorsqu'il sera titularisé "gendarme de carrière".

Plan de carrière :
Plus d'un tiers des activités de la gendarmerie est consacré à sa mission de police judiciaire. Dans les brigades et les unités de recherche, les gendarmes, de statut militaire, mènent des enquêtes : accidents de la route ou du travail, petite et grande délinquance, vols, meurtres, affaires financières, trafics de stupéfiants, etc...
La police judiciaire de la gendarmerie traite plus du tiers des crimes et délits commis en France (métropolitaine et outre-mer) chaque année. Cette mission représente 40 % de l’activité de la gendarmerie. Le gendarme assure également au quotidien la surveillance des routes et des autoroutes, de l'environnement (eau, terre et air) constates et réprime les infractions. Le gendarme assure un rôle social en relation avec les Élus et les autorités judiciaires ou administratives.

Photos de la Gendarmerie Nationale  :)

http://www.defense.gouv.fr/sites/gendarmerie/votre_espace/la_gendarmerie_en_images/

Hors ligne gendy

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 864
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • www.sos112.fr
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #1 le: 16 janvier 2005, 16:54:48 »
Les épreuves du concours de sous-officier de Gendarmerie :

Dans les temps anciens, lorsque la Gendarmerie se nommait pas encore ainsi, il était nécessaire de peu de diplômes pour être candidat. Les premiers Gendarmes ne savaient même pas lire ni écrire, d’où l’origine du terme « Procès-verbal ». Le Gendarme au retour de sa patrouille rendait compte verbalement de sa mission à son officier, Cdt d'unité, qui rédigeait les écrits du procès avant de le transmettre aux autorités judiciaires.
Le terme « procès-verbal » est venu du fait que le gendarme verbalisait en déclarant simplement au délinquant-contrevenant « je te dresse procès ». >:(

Les Années et les décennies sont passées et si aujourd’hui le candidat Gendarme se doit de posséder des diplômes (Le Bac ou plus) et une instruction générale suffisante pour exercer dans toutes les facettes de son métier mais il y a une chose qui est restée inchangée depuis des siècles... C’est la force de caractère qu'il doit posséder pour faire son Job.

Le candidat Gendarme est choisi en fonction de sa moralité et de son intégrité, de son caractère et de ses capacités morale à encaisser et a rester maître de lui-même quelle que soient les circonstances et les évènements auxquels il sera confronté quotidiennement.
En clair, un esprit fort dans un corps sain et une volonté à toute épreuve.   8)

Le concours de sous-officier de gendarmerie est aujourd'hui devenu très sélectif  :P
Jusqu’à présent, la sélection se faisait dans les départements chaque semaine. Mais depuis que le corps des sous-officiers a été récemment aligné sur la catégorie B de la fonction publique, il faut passer par un concours national et commun.

Le gendarme qui a longtemps véhiculé une "image d'Épinal" dans le cinéma, un grand merci à Louis de Funès  ;)  s'estompe peu à peu et certains candidats s'imaginent encore qu'il ne faut pas être bien instruit ou cultivé pour faire carrière dans la Gendarmerie. En vérité, cette image est fausse et les changements de 2012 montrent que la Gendarmerie souhaite encore élever d’un cran la qualité de son recrutement.

Première révolution : désormais, le baccalauréat est exigé (ou un diplôme d’au moins niveau IV).
Deuxième révolution : le niveau des épreuves s’est rehaussé et correspondent désormais à ce qui est exigé pour un candidat qui passe un concours de catégorie B.

Trois sites pour aider à votre préparation

http://www.lagendarmerierecrute.fr/

http://www.la-tactique-du-candidat.fr/index-concours-gendarmerie.php

http://www.devenir-gendarme.fr/index.php

Ces épreuves correspondent aux compétences requises pour exercer le métier et la Gendarmerie s'assure que le candidat a le bon profil.
Ainsi, pour devenir gendarme (sous-officier de Gendarmerie), ce sont des connaissances fondamentales qui sont requises : votre capacité à vous exprimer correctement (à l'oral et par écrit), votre faculté à résoudre des problèmes concrets de mathématiques, votre aptitude au raisonnement logique ou encore votre niveau de culture générale sont pris en compte.
Parallèlement, le recrutement est permanent.
Ainsi, lorsque le candidat dépose son dossier d'inscription, il est convoqué en moyenne trois ou quatre semaines plus tard pour passer les épreuves. Ce délai est bien souvent trop court pour se préparer dans de bonnes conditions et mettre tous les atouts de son côté. Il est donc essentiel d'avoir commencé à se préparer auparavant.

« La modification du recrutement n’élève pas le niveau général. Car la philosophie du concours est de déceler des profils très précis et exigeants.
Il faut une bonne capacité à rédiger, un réel niveau physique, un profil psychologique capable de servir et d’obéir à la hiérarchie.
Il faut aussi être disponible et accepter une certaine rusticité cependant il y a plus de femmes intéressées par le métier de gendarme», détaille le colonel Pierre Caudrelier, chef du bureau recrutement, concours et examens.

Épreuves d'aptitude générale

    * épreuve de composition (durée : 3 heures ; coefficient 5)
    * épreuve d’aptitude professionnelle (durée : 35 minutes ; coefficient 2)
    * épreuve de langue étrangère  (allemand, anglais, espagnol, arabe littéral, italien ou portugais) (durée : 30 minutes ; coefficient 1)
http://www.devenir-gendarme.fr/pourquoisepreparer.php

Seuls les candidats ayant obtenu une moyenne générale de 10/20 sans note éliminatoire peuvent passer les épreuves d'aptitude professionnelle.

Épreuves d'aptitude professionnelle

    * un entretien avec un officier de la Gendarmerie
    * deux tests de personnalité
    * une épreuve physique (sportive)
    * quatre questionnaires de tests psychotechniques (aptitude à une réussite générale dans l'emploi, aptitude à l'attention et au travail méthodique, aptitude au raisonnement logique et à l'adaptation aux situations nouvelles, aptitude à l'observation, à la mémorisation et à la précision dans la perception.

Pour rentrer en école de sous-officiers, il faut pratiquement réussir toutes les épreuves, c'est-à-dire ne pas avoir de points faibles.
 En effet, pour chacune des épreuves d'aptitude générale (sauf pour le QCM de connaissances générales), il y a une note éliminatoire (elle est d'ailleurs relativement élevée pour la dictée et la rédaction).
Ainsi, un certain niveau est à atteindre quelle que soit la matière. En outre, il faut également obtenir 10/20 de moyenne générale pour pouvoir passer les épreuves d'aptitude professionnelle.
En ce qui concerne la deuxième phase du recrutement, il est impératif de franchir avec succès toutes les étapes : l'entretien avec un officier de Gendarmerie, les tests de personnalité, l'épreuve physique et les tests psychotechniques. Un seul faux pas peut compromettre votre sélection.
Ainsi, même avec un très bon niveau, un candidat ne doit pas partir "la fleur au fusil"   ;)

Un blog intéressant et utile  http://gendarmerie44.skyrock.com/8.html

Photo : 16 000 candidats au concours de la gendarmerie nationale, 8 février 2012 à Villepinte - V. WARTNER / 20 MINUTES

Hors ligne gendy

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 864
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • www.sos112.fr
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #2 le: 06 septembre 2006, 15:00:42 »
  • Un métier qui "bouge" où l'action, les responsabilités et les relations humaines sont le quotidien.
  • Un métier qui "plaît", reconnu socialement, valorisant, au service des autres, au contact permanent avec la population, les autorités et élus de la nation.
  • Un métier qui sert une cause juste, la sécurité des personnes, le respect des lois, la justice, les droits de l'homme...
  • Un métier qui manifeste un certain nombre de valeurs et d'exigences : esprit d'équipe, solidarité, sens du devoir et de l'honneur, intégrité et disponibilité, rigueur et professionnalisme.
  • Un métier qui offre des possibilités d'évolution de carrière très intéressantes reposant sur le mérite et les compétences acquises.


Qualités requises pour devenir gendarme  :ange:

Ordre et rigueur
Un gendarme est un militaire. Il doit avoir le sens de la hiérarchie et aimer l'ordre.

Esprit d'équipe
Le gendarme est au service des autres.

Il fait partie d'une équipe et doit posséder un fort esprit de groupe.

Homme de terrain
Une parfaite condition physique est requise. Le gendarme suit de nombreux entraînements.

Grande disponibilité
En sa qualité de militaire, le gendarme doit être disponible à toute heure du jour et de la nuit, tous les jours de l'année.

Gendarmerie un quotidien sous haute tension reportage de 90' enquête


Au coeur de l'urgence Les anges gardiens de l'autoroute gendarmes et patrouilleurs
- http://www.youtube.com/watch?v=8O6uzDtPCYQ
Et
-

Hors ligne gendy

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 864
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • www.sos112.fr
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #3 le: 22 février 2007, 11:07:42 »
Un métier différent !
Force militaire chargée d'assurer la protection des personnes et des biens, la gendarmerie nationale est une véritable entreprise moderne au service de la sécurité de la population.

Assurant le maintien de l'ordre public, l'exécution des lois et participant à la défense de la nation, elle exerce son action sur l'ensemble du territoire national.

Force de police à statut militaire et grand service public de la sécurité intérieure, la gendarmerie vous propose :
- un métier d'action où les responsabilités et les qualités humaines sont mises en valeur ;
- un métier au service des autres, au contact de la population, des autorités, des élus ;
- un métier au service de la sécurité des personnes, du respect des lois et des droits de l'homme ;
- un métier d'autorité qui demande des qualités de management et d'organisation ;
- un métier varié avec de nombreux pôles d'excellence : GIGN, motocycliste, pilote d'hélicoptère, montagne, enquêtes judiciaires, police scientifique, équitation, équipe cynophile... ;
- un métier valorisant avec une possibilité d'évolution de carrière très intéressante fondée sur le mérite et les compétences acquises.

Le recrutement est permanent  :
Épreuves de sélection et Foire aux questions - Concours sous-officiers : ICI
+ Les différents "métiers" et carrières dans la Gendarmerie.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #4 le: 29 août 2008, 18:31:34 »
Bonjour
Mais pour vous aider dans vos études je vous invite à acquérir une bonne culture générale (l'écriture du français, histoire, géographie, sociologie, histoire des religions, lire les journaux et s'intéresser à l'actualité, etc ...) qui est réellement un plus pour faire ce métier de gendarme.
Elle permet de comprendre l'environnement social et culturel de ses contemporains, de relier une population à un territoire, anticiper les réactions, d'analyser des situations, etc ...

http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/

pour vous aider à vous préparer   http://www.concoursgendarme.fr    
et  
http://www.la-tactique-du-candidat.fr/tests-psychotechniques-concours-gendarmerie.php


SOG – Entretien avec le jury = Objectifs :
Les candidatures sont nombreuses et ce premier contact est décisif. Cette épreuve de conversation est destinée à apprécier le comportement général d’un futur membre du personnel, la personnalité du candidat, son aptitude à suivre la formation qui sera dispensée à l’école, ses motivations, son projet professionnel ainsi que sa culture générale et son ouverture au monde.
 Pour les candidats qui ont déjà une première expérience professionnelle dans la gendarmerie, les questions pourront évoquer cette expérience.
 Il n’est pas demandé au candidat d’éblouir le jury mais de faire, au cours de l’entretien, la démonstration d’une volonté et d’une capacité : celle de réussir dans un métier important de notre société.
 Pour convaincre le jury, il faut prouver une personnalité affirmée et une détermination pour le métier choisi.
 Si vous avez peur, sachez que celle-ci vient de l’inconnu, de la nouveauté. La timidité résulte d’un sentiment plus ou moins conscient d’infériorité souvent injustifié. Il faut donc créer la détente. Pour cela, faites-vous connaître de façon rassurante. Formulez sur vous-même quelques révélations qui suscitent l’intérêt, la sympathie. Ayez l’air calme et souriant. Vous inspirerez confiance et optimisme.
 Veillez à l’exactitude, à la franchise, à la simplicité, au ton direct, à la courtoisie et à la clarté de vos propos. Vous ferez une excellente impression.

Les qualités recherchées sont :
 → une bonne élocution orale
 → de la ténacité, de la persévérance, un esprit sportif
 → de la combativité
 → une personnalité constante, structurée et forte
 → de l’autonomie, le sens du risque et des responsabilités
 → de la disponibilité
 → de l’adaptabilité, la prise d’initiatives
 → l’esprit communicatif, le goût du travail en équipe
 → l’aptitude au commandement et le sens de l’organisation

Il s’agit donc de faire preuve de maîtrise de soi :
 → le candidat qui se laisse démonter facilement, qui se contredit pour faire plaisir au jury ou qui ne sait pas quoi répondre sera mal apprécié.
 → maîtrise de votre parole qui ne devra être ni excessivement décontractée ni excessivement apprêtée ; le niveau de langage est celui du professionnel dans ses contacts avec les supérieurs, l’administration, la plupart des citoyens…
→ maîtrise de votre apparence (tenue vestimentaire sobre et soignée, position physique face au jury, ne pas ressembler à un pot de peinture au ni veau du maquillage pour les filles).

Une parenthèse pour les filles sur le maquillage.
Le matin du jour "J," pensez à 3 choses devant votre glace : sobre, sobre, et par dessus tout SOBRE !
De toute façon, à moins d’être en bureau ET SI le commandement veut bien, le maquillage ne sera toléré en service que s’il est discret et les cheveux longs attachés en chignon.

Source http://prepagavsog.wordpress.com/aides-aux-concours/entretien-avec-le-jury/




Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Divers Sites pour se préparer  intellectuellement et physiquement :

http://www.concoursgendarme.fr/

http://www.soutienconcours.fr/

http://www.france-enseignement.net/tests-sous-officier-gendarmerie.html

http://www.devenir-gendarme.fr/test-blanc-concours-gendarmerie.php

Cinq conseils contre le trac

Les mains qui tremblent, difficultés à s'exprimer… Un cauchemar que connaissent bien ceux qui sont victimes du trac au moment de prendre la parole en public. Voici les conseils d'un spécialiste pour apprendre à faire face.

A chaque prise de parole, notre rythme cardiaque s'élève de 80 à 110 battements par minute environ et notre taux d'adrénaline augmente. Autant de moyens supplémentaires que nous offre notre corps pour faire face à une situation que l'on appréhende. Préparation corporelle, mentale et intellectuelle...

Jean-Pierre Léglise, responsable de la formation "techniques d'expression orale" chez Elégia, explique comment maîtriser son trac sur l'instant mais également de façon pérenne.

1 - Décontracter son corps

La première des choses à faire pour gérer cette montée d'énergie bloquante qu'est le trac est de respirer. Lorsque l'on prend la parole, un phénomène physique bloque la respiration. En conséquence, le cerveau n'est plus alimenté en oxygène et les fonctions intellectuelles sont arrêtées. Il faut donc pratiquer la respiration forcée, de façon à relancer la machine. D'après Jean-Pierre Léglise, "la bonne technique est d'inspirer pendant quatre secondes puis d'expirer pendant huit secondes. Faire cela trois ou quatre fois suffit à relâcher le corps."

Plus largement, la pratique d'exercices de relaxation peut se révéler très efficace : yoga, sophrologie... il n'y a qu'à trouver la technique qui vous fait le plus d'effet.

2 - Se préparer mentalement

"Se mettre dans l'état d'esprit d'un gagneur", préconise Jean-Pierre Léglise. De même qu'un perchiste visualise sa course, sa prise d'appui, son saut et enfin les applaudissements du public, celui qui a le trac doit, tel un grand sportif, se représenter le déroulement de la situation et son issue la plus optimiste. Le but étant bien sûr de se mettre dans un état psychique positif.

Ensuite, relativiser l'enjeu. D'abord parce que, c'est une évidence, nul n'est parfait. Mais aussi parce qu'on va, par notre intervention, répondre à l'attente de nos interlocuteurs. Il est donc plus juste de les considérer comme des alliés.

Se forcer à regarder son public. Celui qui a le trac aura tendance à fixer ses chaussures ou à balayer les murs du regard. Pourtant, les personnes à qui l'on s'adresse sont le plus souvent bienveillantes, à tout le moins attentives. S'en rendre compte aidera à ne pas s'imaginer l'inverse.

Se décontracter en plaisantant avec son audience. "Avant de lancer une réunion ou d'entamer un discours, on peut commencer par raconter une anecdote, qu'elle soit d'ailleurs réelle ou inventée", suggère le formateur. Cela mettra à l'aise le public et, par rebond, l'intervenant lui-même

3 - Se préparer intellectuellement

La préparation intellectuelle représente 70 % de la gestion du trac et de la réussite d'une situation", estime Jean-Pierre Léglise. Analyser à qui l'on va s'adresser et comment leur parler, préparer son sujet très en détail... tout cela contribue à se sentir sécurisé.

S'il arrive un imprévu, par exemple une question que l'on n'a pas préparée, la reformuler puis la recadrer permettra de mieux gérer la situation. Et si la question provient de quelqu'un qui cherche visiblement à vous déstabiliser, pas la peine de chercher à être parfait. Pour notre expert, il faut répondre très simplement : "J'ai besoin de chercher, je vous apporte la réponse d'ici une demi-heure." Gérer son trac, c'est aussi développer ses capacités d'improvisation

4 - Sur le long terme...

Il est important d'analyser les causes de son trac et de comprendre ce qui provoque un déficit de confiance en soi. Ensuite, comme le note Jean-Pierre Léglise, "c'est en s'appuyant sur ses points forts que l'on améliorera ses faiblesses en communication."

Une bonne façon de se débarrasser de son trac de façon pérenne est de s'inscrire dans une ligue d'improvisation. "On y apprend à déployer son schéma corporel avec aisance et on gagne en fluidité mentale", explique-t-il.

D'autant qu'en pratiquant dans un contexte non professionnel, éventuellement avec des amis, on y prend plus facilement du plaisir. L'objectif : améliorer sa confiance en soi. "Ce qui est d'autant plus rapide en ligue d'impro que l'on se rend vite compte que tout le monde est logé à la même enseigne !", ajoute le formateur.

5 - Pratiquer très régulièrement

De la même façon que les techniciens qui prennent un poste commercial doivent acquérir des compétences en communication, il faut sans cesse se mettre en situation. Pratiquer, pratiquer et pratiquer encore", recommande Jean-Pierre Léglise. Eventuellement avec la complicité d'un collègue qui pourra vous dire, a posteriori, si votre prestation a été bonne ou si elle est perfectible.

Il faut enfin essayer de ne pas repousser ses prises de parole. Dans le cas d'une réunion où chacun s'exprime tour à tour, il ne faut pas attendre d'être le dernier. Ce qu'auront pourtant tendance à faire les victimes du trac. Une seule règle : se lancer. L'attente ne ferait qu'augmenter l'anxiété, alors qu'il vaut mieux en finir rapidement. Et se convaincre que les échecs ne sont pas des voies sans issue, mais bien des occasions d’apprendre.



Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #6 le: 17 septembre 2009, 14:27:54 »
Ne devient pas gendarme qui veut. Un an de formation militaire exigeante, rémunérée et très axée sur la mise en situation et les interventions de terrain prépare à l'exercice du métier de gendarme départemental, mobile ou affecté à la garde républicaine.
Les tests de recrutements sont assez sélectifs. Les candidats doivent avoir un niveau minimum de condition physique et intellectuelle pour être apte au service. Dans la formation, pas le distinguo entre les gendarmes adjoints volontaires (professionnel sans qualification particulière qui seconde le gendarme dans les opérations de prévention et secours) et les candidats qui viennent directement du civil. Tous partent de zéro. Ils travaillent l’esprit militaire et l’esprit de corps afin qu’il y ait une bonne cohésion d'entraide. Un choix de carrière qui doit bien mûri et qui répond à un besoin d'action, d'abnégation, d'encadrement et d'esprit d'équipe.  ^-^

Gendarmerie Mobile





Un site qui a une FAQ  http://www.concoursgendarme.fr/faq.htm

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #7 le: 22 janvier 2011, 15:08:12 »
Formation des sous-officiers de gendarmerie  8)
(mise à jour jeudi 15 juillet 2010)
La formation initiale des sous-officiers de gendarmerie est dispensée au sein des écoles de gendarmerie de Montluçon (Allier), Chaumont (Haute-Marne) et Chateaulin  (Finistère). Les conditions de recrutement sont précisées sur le site www.lagendarmerierecrute.fr

Les informations contenues dans cette page ne s'appliquent pas aux élèves issus du corps des sous-officiers de l'armée de terre, de l'armée de l'air et de la marine, admis en gendarmerie par voie de changement d'armée. En savoir plus  sur les conditions particulières de recrutement et de formation.

LES OBJECTIFS DE LA FORMATION INITIALE :
La formation des sous-officiers de gendarmerie, d'une durée de douze mois , a pour objectif de transmettre aux élèves gendarmes les exigences de la condition militaire et de leur dispenser les connaissances professionnelles nécessaires à l'exercice d'un métier dédié à la protection des personnes et des biens .

Lors de leur admission en école de gendarmerie, les élèves sont affectés au sein d'une compagnie d'instruction (120 élèves environ). Cette compagnie constitue une promotion

qui porte le nom d'un sous-officier de gendarmerie « Mort pour la France » ou « Tué dans l'accomplissement de son devoir ». Cette symbolique participe au devoir de mémoire et à l'esprit de cohésion des élèves.

Prenant en compte la spécificité de la gendarmerie, à la fois force militaire et force de police, la formation initiale vise à développer chez les élèves le sentiment d'appartenance à une communauté militaire empreinte de valeurs telles que la disponibilité, la rusticité et le sens du service public . Une attention particulière est portée sur l'acquisition du goût de l'effort par un entraînement physique assidu permettant au futur gendarme d'assurer ses missions dans les conditions les plus difficiles en France mais également à l'étranger.

Sont associées aux enseignements théoriques des mises en situation pratique dans des conditions parfois dégradées (de nuit, etc). Le stage organisé au Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG)  à Saint-Astier (Dordogne) permet aux élèves de dépasser leurs limites, de développer un véritable esprit de cohésion et d'acquérir les techniques élémentaires dans le domaine du maintien de l'ordre. https://www.facebook.com/media/set/?set=a.1022003407863854.1073742094.158153034248900&type=3

Futurs « gens d'armes » , les élèves apprennent en école le maniement des armes et le cadre légal dans lequel ils seront autorisés à déployer, dans le respect des règles de déontologie, la force si la situation l'exige.
La formation initiale en école est complétée par un stage de quatre semaines au sein d'une brigade de gendarmerie départementale. L'élève est placé sous le tutorat d'un gendarme expérimenté. Il met en application l'ensemble des enseignements professionnels reçus (police judiciaire, police de la route, intervention professionnelle, etc), acquiert les réflexes et développe l'intelligence et le discernement nécessaires pour appréhender les situations auxquelles il sera confronté.

LE PROGRAMME :
La formation initiale des élèves gendarmes comporte trois phases distinctes .
- Phase 1 (12 semaines)    Formation militaire    Le gendarme militaire
- Phase 2 (18 semaines)    Formation technique  Le gendarme soldat de la loi
- Phase 3 (21 semaines)    Formation territoriale Le gendarme acteur de la sécurité des territoires.

La détention du permis de conduire civil de catégorie « B » ou militaire «véhicules légers » est indispensable pour être nommé gendarme. Les élèves qui ne sont pas titulaires de l'un de ces permis disposent de l'année de scolarité pour l'obtenir.

UNE FORMATION SANCTIONNÉE PAR UN DIPLÔME :
Les élèves sont nommés gendarmes en fin de scolarité qui est sanctionnée par l'attribution du Certificat d'aptitude à la gendarmerie (CAG) , homologué au niveau IV de l'enseignement technologique (équivalence du baccalauréat).

AFFECTATION EN UNITÉ :
Lors de la dernière semaine de formation, les élèves promus gendarmes prêtent serment au Tribunal de grande instance (TGI) duquel est rattachée l'école s'ils sont, alors, âgés d'au moins vingt ans ou, dans le cas contraire, à la date à laquelle ils atteignent cet âge. La formule du serment est la suivante :

«Je jure d'obéir à mes chefs en tout ce qui concerne le service auquel je suis appelé et, dans l'exercice de mes fonctions, de ne faire usage de la force qui m'est confiée que pour le maintien de l'ordre et l'exécution des lois. ».

A l'issue de leur scolarité, les sous-officiers de gendarmerie (SOG) sont affectés, selon leur classement, au sein d'une unité opérationnelle, parmi lesquels :
* une brigade de la gendarmerie départementale (sécurité publique générale) ;
* un escadron de la gendarmerie mobile  (maintien de l'ordre public/défense) ;
* une compagnie d'infanterie de la garde républicaine  (services d'honneur - sécurité des palais nationaux).
Quelle que soit leur affectation, ils détiennent la qualité d'agent de police judiciaire (APJ).

Certains élèves dont les compétences particulières  (motocycliste, cavalier, musicien, secouriste en montagne, pilote ou mécanicien d'hélicoptère...) ont été testées lors de la formation initiale peuvent être directement affectés dans une unité spécifique (escadron motocycliste ou régiment de cavalerie ou orchestres de la garde républicaine, orchestre de la gendarmerie mobile, unité de montagne, unité aérienne).

En règle générale, l'accès à une spécialité  (informaticien, secouriste en montagne et pilote ou mécanicien d'hélicoptère) ou à une technicité (maître de chien, plongeur autonome, technicien en identification criminelle, motocycliste, moniteur de sport, etc) est soumis aux conditions suivantes  :
* obtenir le Certificat d'aptitude technique (CAT) au cours des deux années qui suivent la sortie d'école ;
* être gendarme de carrière ;
* avoir acquis une certaine expérience du métier de gendarme.

Ces requis conditionnent également l'accès à la préparation de l'examen d'Officier de police judiciaire -OPJ- (gendarmerie départementale) ou au Diplôme d'arme -DA- (gendarmerie mobile et garde républicaine).

DÉROULEMENT DE LA SCOLARITÉ EN ÉCOLE :
Tout au long de leur scolarité, les élèves gendarmes sont placés sous le régime de l'internat et logés en chambres collectives. Leur rémunération s'élève à 1417 euros nets. Ils bénéficient :
* de trois semaines de permissions (congés) répartis sur l'année de formation ;
* de deux à trois week-ends par mois ;
* de la réduction de 75 % sur les tarifs SNCF.
Dès leur affectation en unité, les gendarmes nouvellement promus sont tenus d'occuper le logement qui leur est attribué gratuitement par nécessité absolue de service.

Découvrez les perspectives de carrière  des sous-officiers et des officiers de gendarmerie sur le site ci-après :
http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Formation-initiale/Formation-des-sous-officiers-de-gendarmerie

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #8 le: 27 mars 2014, 09:19:12 »
Aperçu du programme de la formation du sous-officier - L’EG bénéficie en école d’une formation initiale dispensée sur 9 mois et 3 mois de stage/perfectionnement à l'unité d'affectation par défaut.
L’obtention du C.A.G. (certificat d’aptitude gendarmerie) vous permettra, après prestation de serment, d’être nommé gendarme à l’issue de cette formation.

1) PRINCIPES GENERAUX :
- Générale : 30%
- Militaire : 15%
- Professionnelle : 55%
S’articule en 2 dominantes, celle du gendarme :
- militaire et s/off
- agent de l’autorité et acteur d’un grand service public.
 
2) OBJECTIFS DE LA FORMATION :
2.1.- Objectifs généraux : Est la raison d’être et l’unique mission de l’école.
- Façonner à ses principes déontologiques et durablement le comportement du futur gendarme, militaire, sous-off. Et agent d’un grand service public.
- Inculquer les connaissances et techniques à l’exercice de son métier pour être intégré en unité de terrain.
- Développer le sens du service public, la disponibilité (cours déontologie et éthique militaire, formation à la communication et à l’accueil, stage brigade).
- Insister sur le caractère militaire du métier et sur les notions de cohésion et esprit d’équipe (préparation physique, bivouac, séjour MO à ST ASTIER, séjour en camp).
- Approfondir matières : communication et accueil, intervention professionnelle.
- Accroître les mises en situation concrètes au plus proche de la réalité.
- Prendre en compte les évolutions sociales, législatives et réglementaires.

2.2.- Conception :
Dans les 3 domaines de la formation générale, militaire et professionnelle, l’enseignement revêt 2 aspects, EDUCATION le savoir être - le savoir faire et INSTRUCTION le savoir.
 
3) ARTICULATION FORMATION :
- La préparation commune au CAG, en 2 étapes.
- La formation de préparation à l’emploi, afin de compléter, améliorer, concrétiser les connaissances et affirmer la vocation à l’occasion de stages en unité GD et maintien de l’ordre (mobile) au centre à ST ASTIER 24.
- Le programme de formation initiale.

3.1.- Cohérence dans l’enseignement des matières :
- Par l’objectif fixé par matière, objectifs sont complémentaires pour une progressivité de l’enseignement.

3.2.- Exercice de mise en situation en milieu ouvert :
- L’engagement tJ.R.s + performant avec exercices sous contrôle des cadres par des services de lutte contre l’insécurité routière, surveillance générale à pied ou en voiture, recueil du renseignement (contact population).
- Le cadre juridique et réglementaire permet aux EG d’exercer les missions dévolues aux Agents Forces Publiques. Elles sont limitatives.

3.3- Stage en unité : à l'époque de l'anciene scoalrité à 12 mois en école.
- Au cours de la 2ème étape, sur 1 mois les EG sont en stage brigade.
- Ce stage permet à l’EG de retenir la réalité de la mission du gendarme, à l’école de placer l’EG en situation opérationnelle et à la brigade de disposer d’un personnel de renfort un peu formé, du niveau AFP et de l’employer au vu des missions définies.

Appréciations formulées lors du stage sont prises en compte pour la note d’aptitude. Une fiche d’évaluation est établie.

3.4.- Stage maintien de l’ordre :
- Au cours de la 2ème étape, sur 1 semaine les EG participe avec les cadres à un stage maintien de l’ordre à ST ASTIER 24. Il permet de développer la formation collective (escadron, PGRM) dans la situation de MO et s’adapter à des situations demandant du sang-froid, cohésion et solidarité.

4) ORGANISATION FORMATION :
- La formation doit être concrète et pratique sur un concept pédagogique qui définit le rôle de chaque acteur.

4.1.- Rôle des cadres :
- Les écoles sont militaires qui pratiquent les vertus de la rigueur, l’exigence, l’enthousiasme, l’altruisme, le dépassement de soi, l’ouverture, le sens de la mesure, l’obéissance à la loi, l’esprit d’initiative et du respect de l’autre.
- Développement du comportement militaire et du sentiment d’appartenance au monde militaire constitue un axe d’effort permanent de la formation.

Le commandant de la division d’instruction :
Organise la formation, coordonne les moyens et dirige le travail de ses subordonnés.

L’officier pédagogie :
Conseiller technique du commandant de l’école et collaborateur du commandant de la D.I. Il veille à la qualité et à l’efficacité des méthodes et aides pédagogiques utilisées. Il est responsable du contrôle qualité de la formation et de l’activité des cellules d’enseignement (bureautique, intervention professionnelle, sport et langues.

Le commandant de compagnie :
Assume le commandement opérationnel et administratif. Sur le plan pédagogique son action est double (dirige la formation sur la connaissance, le parcours des EG et joue un rôle décisif dans l’orientation et le contrôle de l’action pédagogique des Cdt de Peloton et cadres) garant de la pratique des vertus militaires.

Le commandant de peloton :
Exerce un rôle d’éducateur auprès des EG. Son action est d’aider les EG, de les observer, il est formateur, il contrôle les cadres. Il assure le suivi des EG non titulaire du permis B dans leur préparation en milieu civil.

Les formateurs :
Sont au contact permanent des EG, responsable de la réussite de chaque EG, avec le souci de la recherche de la perfection. Ils sont des exemples, se montrer exigeants et être bienveillants. Ils inculquent les qualités fondamentales de disponibilité au service et de relations avec le public.

Les cadres de soutien :
Off et s/off ne pas perdre de vue la finalité de la scolarité. L’action quotidienne est orientée prioritairement vers la satisfaction des besoins de la formation.

4.2.- Responsabilisation progressive des élèves :
- Ecole a la mission à former des s/off. Conscient du devoir et de responsabilités, adhérant à la logique du service public et s’intégrer vite à l’unité grâce au savoir être, aux savoirs et savoir faire acquis pendant l’école.

4.3.- Concept pédagogique et moyens :
La pédagogie basée la notion de progressivité demande des relations franches et fréquentes entre cadres et EG dès la 1ère semaine d’incorporation.
- Conception et réalisation des documents : chaque école participe à la production des documents pédagogiques. Il y a des dossiers et des fiches pédagogiques.
 
5) LE CONTROLE DE LA FORMATION :
- Les connaissances sont évaluées régulièrement sous la forme d’un contrôle continu, d’un bilan d’étape (important pour la compétence moto) et à l’examen final. (Coefficient par matières).

5.1.- Le contrôle continu :
Permet de déterminer le niveau des EG et d’organiser des séances de remise à niveau

5.2.- Examen : - Bilan d’étape et examen final :
Le niveau de formation des EG est contrôlé à la fin de la 1ère étape (bilan d’étape 4ème mois) et à la fin du stage (examen final) types épreuves par matière et par étape.
Réalisés sous forme de tests théoriques et pratiques. Ces derniers ont lieu sous forme d’ateliers à l’occasion d’un rallye avec mises en situation. Est jugé et noté le comportement, les savoirs et savoir faire. Sont présents les cadres d’une autre compagnie.
Les résultats du bilan d’étape et de l’examen final sont communiqués à l’EG.

- Epreuves sportives :
En vue de développer la résistance à la fatigue et la rusticité des EG, une formation progressive est dispensée pour préparer au mieux les EG à un métier exigeant en développant le goût à l’effort physique et le dépassement de soi.  
- Epreuves tirs  
- Dispositions particulières  
 
6) SANCTION DU STAGE :
6.1.- ATTRIBUTION DU CAG :
Certificat d’aptitude gendarmerie.
a) - Il sanctionne la formation en école. Il est attribué après réunion du jury d’examen, à tout élève avec la moyenne égale ou supérieure à 10/20 et titulaire du permis B.
La délivrance de ce diplôme reconnaît à l’EG la capacité à employer et utiliser les armes, moyens spécifiques ou techniques particulières. Dans le cas contraire, une mention particulière est portée sur la feuille de notation de l’EG.
b) - Calcul de la moyenne générale :
- à partir des notes sur 20 dans chaque matière au bilan d’étape et examen final, auxquelles sont appliqués les coefficients.
- de la note d’aptitude (dite note de ‘’gueule’’).
Mentions décernées : 10 à 11.99 passable, 12 à 13.99 assez bien, 14 à 15.99 bien, 16 à 20 très bien.
c) - Note d’aptitude :
Arrêté par le commandant d’école sur proposition de la commission.
Cette note tient compte des qualités humaines et professionnelles observées chez l’EG au cours de sa formation à l’école, en stage brigade et maintien de l’ordre à ST ASTIER. Elle sanctionne l’aptitude de l’EG à occuper des fonctions d’AFP et APJ en unité de terrain, ainsi qu’un comportement compatible avec les exigences liées au statut général des militaires et aux responsabilités exercées. Fiche note aptitude.
- La note délivrée s’ajoute au total des points obtenus lors des deux étapes en vue de l’attribution ou non du CAG.

d) - Choix des corps d’affectation :
- Le jury se réunit le jeudi en fin d’après-midi à l’issue des 3 jours de l’examen final.
- Les résultats obtenus sont récapitulés sur une feuille individuelle que l’EG signe après avoir pris connaissance dès l’obtention du CAG avant le choix des places.
- Classement par ordre de mérite qui détermine l’ordre de choix. Dans la foulée, c’est le choix blanc.

22 REGIONS DE GENDARMERIE SAUF LA CORSE (GD GM) + GRP
(FILLES EN GD OU GRP)
- Le choix réel s’effectue le vendredi ou lundi matin en salle de cinéma en grande tenue, certains modifient leur choix.
Les EG avec compétences particulières ont leurs places de réservées (conditions : avoir la moyenne donc le CAG, le permis, et subi avec réussite le pré stage après avoir été classé dans les 2 premiers tiers au bilan d’étape).
- L’EG qui n’a pas le permis, choisit sa place en dernier, enfin celle qui reste.

e) Complément de formation :
- pour interruption du cycle de formation pour raisons médicales, insuffisance importante de résultats lors du bilan d’étape (4ème mois) qui ne peut être corrigée que par une reprise au départ du cycle de formation et insuffisance de résultats en fin de scolarité considérée comme rattrapable par le jury d’examen.
L’EG est rattaché à un autre stage, si possible même école.
- pour non détention du permis B en fin de scolarité, l’EG fait un stage spécifique d’une semaine à CHATEAULIN 29 pour avoir le brevet de conduite militaire.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #9 le: 30 mars 2014, 11:27:58 »
Un programme adapté à la lutte contre la délinquance.  >:(
La gendarmerie nationale, force armée, contribue au même titre que la police nationale, force à statut civil, au maintien de la paix et de l'ordre public ainsi qu'à la protection des personnes et des biens.
La réalisation de ces missions impose une formation initiale de qualité et adaptée à l'évolution de toutes les formes de délinquance et de criminalité.
Les programmes de formation, en l'espèce celui des élèves-gendarmes (corps des sous-officiers de gendarmerie constitué de plus de 70 000 militaires), sont ainsi régulièrement modifiés.

La dernière version de l'enseignement des élèves-gendarmes, destinée à affecter en unité des gendarmes immédiatement opérationnels, contribue à :
- délivrer aux futurs gendarmes les connaissances élémentaires en matière de police technique et scientifique de proximité (1er niveau de la chaîne criminalistique external link) qui participent notamment à renforcer la lutte contre les cambriolages ;
- développer les techniques dans le domaine de l'intervention professionnelle. Cette discipline permet la légalité et l'efficacité des interventions et concourt à la sécurité des gendarmes.

Enfin, les élèves-gendarmes prêtent dorénavant serment, près du Tribunal de grande instance (TGI) du lieu d'implantation de leur école de formation initiale. Cette nouvelle disposition facilite l'engagement des élèves-gendarmes lors du stage programmé à l'issue de la formation académique dispensée en école.

Le programme actuel des élèves-gendarmes s'inscrit sur une période de douze mois de formation, dont les trois derniers mois se déroulent sous la forme d'un stage pratique soit au sein d'une brigade de proximité (sécurité publique générale) soit d'un escadron de gendarmerie mobile (ordre public) ou encore d'une unité de la garde républicaine (sécurité des palais nationaux).

Source http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Zooms/Formation-initiale-des-eleves-gendarmes

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #10 le: 18 mai 2014, 11:05:42 »
Recrutement sous-officier (voies interne et externe) !
Arrêté du 27 avril 2011 fixant les programmes, les conditions d'organisation et de déroulement ainsi que les coefficients attribués aux différentes épreuves des concours prévus à l'article 13-1 du décret n° 2008-952 du 12 septembre 2008 portant statut particulier du corps des sous-officiers de gendarmerie 
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000023970771&fastPos=1&fastReqId=1347039623&categorieLien=cid&oldAction=rechTexte


Voie Externe - Conditions à réunir :
1) au 1er janvier de l'année du concours:
- Être âgé de 18 ans au moins et de 35 ans au plus.

2) avant la 1ère épreuve du concours:
- Être titulaire d'un baccalauréat
- Être de nationalité française
- Être en règle au regard des dispositions du code du service national
- Présenter une moralité et avoir un comportement compatible avec l'exercice de la fonction de sous-officier de Gendarmerie
- Ne pas s'être déjà présenté trois fois aux épreuves d'un même concours
- Ne pas avoir bénéficié d'un congé de reconversion

Épreuves :
1) Épreuves d'admissibilité (Paris ou outre-mer)
- Composition (Devoir de connaissances générales avec documentation)
Durée: 3 heures, coefficient 5.

- Épreuve d'aptitude professionnelle (QCM portant sur des suites logiques à résoudre)
Durée: 35 minutes, coefficient 2.

- Épreuve de langue étrangère (au choix: anglais, espagnol, allemand, italien, portugais, arabe littéral)
Durée: 30 minutes. Coefficient 1.

- Inventaires de personnalité destinés à préparer l'entretien des candidats avec le psychologue.

2) Épreuves d'admission (Région ou outre-mer)
- Entretien avec un psychologue.

- Entretien avec le jury (Sujet d'ordre général portant sur l'actualité et les motivations du candidat)
Durée: 10 minutes de préparation et 20 minutes d'entretien. Coefficient: 7

- Épreuve physique Gendarmerie. Coefficient: 3
Présentez-vous aux épreuves muni de votre convocation et d'une pièce d'identité. A l'épreuve physique gendarmerie, présentez un certificat médical mentionnant l'aptitude à subir les épreuves sportives et datant de moins d'un an à la date de ces épreuves. Pour l'entretien avec le jury, munissez-vous d'un CV.

Toute note inférieure à 6 sur 20 à l'une des épreuves, à l'exception de l'épreuve d'aptitude professionnelle et des épreuves facultatives de langue étrangère, est éliminatoire.

Voie Interne - Conditions à réunir :
1) au 1er janvier de l'année du concours :
- Être âgé de 18 ans au moins et de 35 ans au plus.
- Être Gendarme adjoint volontaire ou Adjoint de sécurité avec un an de service, militaire des autres Armées avec quatre ans de service, ou réserviste de la Gendarmerie.

2) avant la 1ère épreuve du concours :
- Être de nationalité française
- Être en règle au regard des dispositions du code du service national
- Présenter une moralité et avoir un comportement compatible avec l'exercice de la fonction de sous-officier de Gendarmerie
- Ne pas s'être déjà présenté trois fois aux épreuves d'un même concours
- Ne pas avoir bénéficié d'un congé de reconversion

Épreuves :
1) Épreuves d'admissibilité (Paris ou outre-mer)
- Épreuve de connaissance professionnelles (questions avec ou sans documentation, sur des problématiques relatives à la sécurité intérieure et à la Défense)
Durée: 3 heures, coefficient 5.

- Épreuve d'aptitude professionnelle (QCM portant sur des suites logiques à résoudre)
Durée : 35 minutes, coefficient 2.

- Épreuve facultative de langue étrangère (au choix: anglais, espagnol, allemand, italien, portugais, arabe littéral)
Durée : 30 minutes. Seuls les points au-dessus de 08/20 sont comptabilisés.

- Inventaires de personnalité destinés à préparer l'entretien des candidats avec le psychologue.

2) Épreuves d'admission (Région ou outre-mer)
- Entretien avec un psychologue.

- Entretien avec le jury (Sujet d'ordre général portant sur l'actualité et les motivations du candidat) ... pour vous aider :
SOG – Définir sa personnalité (voir les fiches en pièce jointe)
http://prepagavsog.wordpress.com/aides-aux-concours/definir-sa-personalite/
SOG – Entretien avec le jury
http://prepagavsog.wordpress.com/aides-aux-concours/entretien-avec-le-jury/
SOG – Entretien psychologue
http://prepagavsog.wordpress.com/aides-aux-concours/entretien-psychologue/

Durée: 10 minutes de préparation et 20 minutes d'entretien. Coefficient : 7

- Épreuve physique Gendarmerie.
Présentez-vous aux épreuves muni de votre convocation et d'une pièce d'identité.
A l'épreuve physique Gendarmerie, présentez un certificat médical mentionnant l'aptitude à subir les épreuves sportives et datant de moins d'un an à la date de ces épreuves. Pour l'entretien avec le jury, munissez-vous d'un CV et de la copie de votre dernière notation.

EPG : Cette épreuve sportive est constituée de 3 ateliers ; Attention, ne sous-estimez pas cette épreuve ! Une préparation physique sérieuse est plus que requise plusieurs mois avant l'épreuve !
http://prepagavsog.wordpress.com/aides-aux-concours/epg/

Toute note inférieure à 6 sur 20 à l'une des épreuves, à l'exception de l'épreuve d'aptitude professionnelle et des épreuves facultatives de langue étrangère, est éliminatoire.

Source http://www.forum-militaire.fr/topic/1249-recrutement-sous-officier-voies-interne-et-externe-et-avancement/

Et c'est quoi l'AVP ?
AVP : Avancement voie professionnelle. C'est une nouvelle possibilité, intermédiaire à un APJ d'avoir accès à l'avancement en devenant OPJ par un stage de mise à niveau.

"L'AVP permet d'offrir une “seconde chance” à des militaires expérimentés qui auront démontré au cours de la première partie de carrière (15 ans), par leur détermination, leur engagement et leur réussite dans le service quotidien, l'aptitude à apporter une plus value en matière d'encadrement.
C'est une voie d'avancement intermédiaire qui conduit aux postes d'encadrement. Elle ne se substitue pas à la 1re voie “encadrement-commandement” mais vient la compléter."

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #11 le: 23 août 2014, 18:34:33 »
La formation en école de Gendarmerie revêt de multiples facettes.   ???
C'est, tout d'abord, l'acquisition des actes réflexes et élémentaires militaires et des savoir-faire professionnels. Cet apprentissage suppose un enseignement théorique et pratique fondée sur la mise en situation, l’entraînement et la répétition.
Corrélativement, l'élève doit s'appuyer sur la transmission de valeurs solides, car les qualifications professionnelles ne sont rien sans l'éthique et sans la compréhension du sens et de l'essence de son métier.
Les valeurs qui fondent l'état militaire ( l'engagement, la discipline, la loyauté et la neutralité ) doivent ainsi être au cœur de son action au service de son pays et des Français.

C'est ensuite l'occasion de se découvrir soi-même en testant sa résistance et ses limites, ou ce que l'on pensait être ses limites, au travers de séquences plus engagées. Elles forment l'esprit et le corps comme elles forgent les souvenirs.

Ce sont enfin de belles rencontres de camaraderie, basées sur le partage de tranches de vie et sur le développement d'une vie de promotion. Ces liens d'amitié, à cultiver, se révèlent des appuis précieux tout au long de la carrière.

La découverte de son métier, de ses valeurs, la découverte de l'autre et la découverte de soi, tels sont certainement les principaux bénéfices de la formation initiale du sous-officier de Gendarmerie. Ce sont les instructeurs et les anciens qui transmettent les savoirs et qui donnent ainsi du sens au métier.

Des garçons et des filles ont choisi un métier d'exception, devenir un jour un Gendarme, un métier tout à la fois passionnant et exigeant car il réclame de l'abnégation pour un véritable engagement professionnel et personnel.

Source, le général d'armée Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #12 le: 11 décembre 2014, 11:00:24 »
La direction des personnels militaires de la Gendarmerie suit l'évolution des aspirations professionnelles et personnelles des militaires entrés en école de sous-officiers en 1999. Ils ont été interrogés pour la première fois en 2008 puis en novembre 2013.
- 2166 personnels, dont 374 femmes, ont intégré une école de sous-officier en 1999
- 1859 étaient encore dans l'institution en novembre 2013 dont 258 femmes.
- 307 personnels ont quitté l'institution entre 1999 et 2013.
   Les femmes sont davantage parties (27 % d'entre elles) que les hommes (11 %).
- Par ailleurs, 11 personnels sont décédés.

Le profil spécifique des personnels féminins, au regard de leurs homologues masculins, les personnels féminins :
- sont plus souvent célibataires et sans enfant.
- sont davantage en couple avec un personnel de l'arme.
- ont davantage quitté l'institution.
- connaissent un avancement similaire.
- sont moins présentes dans les postes à compétences particulières.
- sont moins satisfaites au niveau professionnel.
- sont moins concernées par les séances d'instruction collective et la formation continue.
- parviennent mieux que les hommes à concilier vie privée et vie professionnelle.
- apprécient davantage la vie en caserne.
- au cours de leur carrière, ont davantage privilégié la conciliation vie privée et vie professionnelle.
- favorisent la reconnaissance professionnelle par la notation, les hommes préfèrent  l'avancement.
Source : Gendarmerie Nationale

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #13 le: 04 janvier 2015, 14:25:08 »
En sortie de l'ESOG voici les trois affectations possibles en fonction de vos désirs et de votre classement en fin de formation.

En brigade territoriale rurale ou urbaine (moins de 20 000 habitants), le gendarme départemental (GD) est un militaire polyvalent, exerçant de réelles responsabilités dès le premier grade. Il dirige des enquêtes judiciaires ou administratives voire militaires et y participe selon ses qualifications. Il est en charge de la surveillance dans son secteur, le territoire du canton en général, de la sécurité routière, de l'environnement, de l'accueil du public au bureau de l'unité... il constate, les crimes et les délits puis en rédige les procédures si rapportant, les accidents de la route ou du travail... Tout le contraire de la routine !
Véritable professionnel du terrain, il est en contact direct et quotidien avec la population, les élus, les chefs d'établissements scolaires ou d'entreprises, les commerçants, les responsables d'association...
Appelé à servir de jour comme de nuit, sur des évènements parfois difficiles, il doit posséder le sens des relations humaines, être capable de recueillir le renseignement, de gérer et d'analyser des situations complexes et faire preuve d'une grande capacité d'initiative.

En escadron le gendarme mobile(GM) sert dans une unité plus importante. Son métier l'amène à se déplacer plus de 200 jours par an, avec des préavis parfois très courts, sur l'ensemble du territoire métropolitain mais aussi dans les DOM-TOM, voire à l'étranger en OPEX.
Muni d'un casque et doté d'un équipement protecteur (jambières, masque à gaz, bouclier...), il doit faire preuve d'une grande résistance physique et morale ainsi que d'un niveau technique élevé en vue de faire face à des évènements parfois violents.
La "GM" doit assurer, en temps de paix comme en temps de guerre, le maintien et le rétablissement de l’ordre. Elle renforce la gendarmerie départementale "GD" dans le cadre de ses missions et se déplace si besoin sur les territoires d’outre-mer, voire même à l’étranger. Elle relève du commandant de la région de gendarmerie et du commandant la gendarmerie pour la zone de défense.

Le garde républicain (GRP), reconnaissable à son grand uniforme de prestige, il est sans doute l’une des figures les plus emblématiques de la capitale.
Faisant l'objet d'une sélection rigoureuse et d'un entraînement physique régulier, il peut être appelé à participer au maintien de l'ordre ou renforcer les unités de la Gendarmerie départementale au sein de pelotons d'intervention à cheval (postes saisonniers).
S'il possède les capacités adéquates il peut être affecté dès sa sortie d’école dans l’un des régiments de cavalerie ou d'infanterie implantés en région parisienne où il est appelé à servir principalement en qualité de fantassin ou de cavalier. Il assure la sécurité de la Présidence de la République, des grands Palais nationaux et est chargé des services d’honneurs au profit du Chef de l’Etat et des hautes autorités lors des manifestations officielles (14 juillet, visites protocolaires, etc.. ).
 

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Gendarme "En tout temps et en tout lieu" ... pourquoi pas moi ??
« Réponse #14 le: 02 juin 2015, 14:40:18 »
Vous connaissez dans votre famille, vos proches ou votre entourage des personnes qui souhaitent découvrir la vie professionnelle et les valeurs militaires ?
Des personnes désireuses d'exercer un métier d’accueil et de sécurité et qui veulent vivre une expérience enrichissante ?
L'escadron de sécurité et d'appui de la région de gendarmerie d'Île-de-France recherche des agents d'accueil et de sécurité pour les casernes de gendarmerie, palais nationaux, bâtiments publics en Île-de-France, sous le statut de Gendarme adjoint volontaire (GAV) en emploi particulier.

Les conditions pour postuler sont les suivantes :

- être âgé(e) de 17 ans au moins, et de moins de 26 ans au moment du dépôt de la candidature ;
- avoir effectué la JAPD ou la JDC ;
- être de nationalité française ;
- être apte physiquement.

Faites le savoir autour de vous !
Toues les informations nécessaires se trouvent dans la brochure jointe ci-dessous

Auteur: Cab Com RGIF.