Auteur Sujet: Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG  (Lu 24033 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG
« le: 03 avril 2012, 13:16:05 »
Pour faire face au développement de la délinquance tout en soulageant les brigades territoriale de la gendarmerie départementale, la Gendarmerie crée en 1975 des « détachements d'intervention  » qui prennent en 1977 l'appellation de « Pelotons de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie » ou PSIG.
Chaque compagnie de Gendarmerie départementale comprend en général un PSIG, commandé par un sous-officier supérieur ou parfois un officier.
Les Pelotons de Surveillance et d’Intervention (PSIG), sont des unités à vocation particulière implantés dans les zones les plus sensibles au plan de la délinquance, ils sont rattachés à une compagnie de Gendarmerie Départementale (GD) implantée dans le chefs-lieux d'arrondissement et sont chargés :
• de renforcer, rapidement et à tous moments, sur leur demande, les brigades appelées sur les lieux d’un crime ou d’un délit, d’un incident ou accident, ou de tout autre événement troublant l’ordre public ;
• d’assurer, hors le temps de ces interventions, des missions de surveillance générale, de jour et de nuit, en complément des services effectués par les brigades territoriales pour optimiser la couverture territoriale ;
Un PSIG est composé en général :
- de sous-officiers, dont certains spécialistes dans au moins un des domaines suivants : officier de police judiciaire (OPJ), enquêteur fraude documentaire, moniteur d'intervention professionnelle (MIP), maître de chien, observateur-tireur (OT).
- de gendarmes adjoints volontaires (GAV) sous contrat reconnus aptes à l'emploi.
Les réservistes sont également (s'ils remplissent les conditions), affectés au sein de cette unité spécialisée et accomplissent les mêmes missions que les actifs.
L'effectif comprend au moins une douzaine de personnels mais peut atteindre la trentaine dans certaines unités. La répartition des postes entre les personnels des deux catégories n'est pas constante et certains pelotons sont d'ailleurs exclusivement composés de sous-officiers.

Le personnel du peloton de surveillance et d'intervention reçoit un entrainement physique et une formation à l'intervention professionnelle : maîtrise de l'armement, tir, sports de combat, tactique. L'instruction se fait au niveau du groupement et les cours sont dispensés par un moniteur d'intervention professionnelle (MIP) formé au centre national d'entraînement des forces de gendarmerie. Les PSIG sont opérationnels 24 heures sur 24.

Ils sont moins connus que les policiers de la brigade anticriminalité (la BAC), mais les gendarmes du PSIG (Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie ) remplissent la même mission : traquer le flagrant délit.
Vols, cambriolages, trafic de stupéfiant, etc... mais aussi renforts lors d’interpellations programmées dans le cadre d’enquêtes judiciaires.
Le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie est sur tous les fronts. Mais souvent dans l’ombre, au point que ses membres sont surnommés “les oiseaux de nuit”.. 8)  et pas seulement parce qu’ils sont vêtus tout en noir et que 30 % de leur activité se déroulent généralement entre 22 h et 6 h du matin.

Formés aux techniques de combat et de self-défense, les membres du Psig sont avant tout des hommes de terrain. Les procédures judiciaires (PV) sont généralement traitées par d’autres gendarmes des brigades territoriales ou de recherches, afin qu’ils soient toujours opérationnels à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Appuyant l'action des communautés de brigades (COB) et des brigades territoriales autonomes (BTA) dans la lutte contre la délinquance de proximité, les Pelotons de Surveillance et d'Intervention de la Gendarmerie (PSIG) sont prioritairement engagés dans les secteurs et les périodes les plus sensibles, notamment nocturnes.

Les hommes et femmes sont recrutés parmi les sous-officiers des unités de gendarmerie départementale ou mobile ainsi que de la garde républicaine, ils sont sélectionnés sur la base du volontariat, reçoivent une formation adaptée et suivent un entraînement particulier.
L’exécution des missions confiées à ces unités fait appel à un sens de l’initiative développé, à un tempérament dynamique et volontaire, ainsi qu’à une robustesse et une endurance physique avérées.

Exercice :
Les 21 militaires ont fait une démonstration de leur efficacité, hier après-midi, à l’occasion de l’inspection annuelle de leur unité. Et, pour la première fois, en présence d’une autorité préfectorale. En l’occurrence la sous-préfète, Marie-Paule Bardèche qui accompagnait le commandant Sébastien Couedelo, patron de la compagnie de N...., et l’adjudant-chef V... qui dirige le Psig.

En un instant, un automobiliste suspect se retrouve neutralisé, plaqué au sol et menotté. Idem pour un homme ivre et agressif qui vient de jeter une cannette de bière sur les militaires venus le contrôler.

"Une grande efficacité et du sang-froid"
Autre exercice grandeur nature : un homme qui tire plusieurs coups de feu en direction du Psig, est attaqué par un chien qui, comme une fusée, bondit dans l’habitacle de la voiture et ne le lâche plus. Le gendarme qui joue le rôle du “méchant” est, heureusement, protégée par une combinaison antimorsures. "L’animal est alors considéré comme une arme de défense", précise l’adjudant-chef.

Enfin, deux dealers sont arrêtés et le chien (toujours le même, un malinois) retrouve immédiatement la drogue qui était dissimulée dans les recoins d’un bâtiment.
Les hommes du PSIG sont au service permanent de toutes les unités locales. De jour comme de nuit, ils peuvent intervenir à la demande. Spécialistes de l'intervention, ils sont le couteau suisse de la compagnie de Gendarmerie.

Hors ligne Julius

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 6
  • Sexe: Homme
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #1 le: 12 février 2013, 13:50:15 »
Bonjour,

Sympa comme article de presse !

Le parallèle BAC/PSIG est plutôt bon je trouve !
Il me semble qu'il existe une vidéo de la démonstration sur "you tube".

Il me vient une question:

Je comprend l'usage de PSIG, cependant la création du Pi2G ne fait pas un peu doublon ?
Je n'arrive pas vraiment à voir la différence car peu de documentation à notre disposition je trouve...

Jeano une Idée ?

merci de ta réponse !
Cdt
Julien

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #2 le: 12 février 2013, 14:13:42 »
Salut
Citer
Je comprend l'usage de PSIG, cependant la création du Pi2G ne fait pas un peu doublon ?

Ben non car la Gendarmerie est Nationale donc pas de doublon  ;)
Le Pi2G est une unité intermédiaire entre le PSIG et le GIGN
Le Peloton d'Intervention Interrégional de la Gendarmerie (ou initialement appelé peloton d’intervention de deuxième génération) est une unité dédiée à l'intervention, mise en place à partir de septembre 2004, et qui constitue une force intermédiaire entre les Pelotons d'Intervention de la gendarmerie mobile, les Pelotons de Surveillance et d'Intervention de la gendarmerie départementale (PSIG) et le GIGN.
Les PI2G constituent une force intermédiaire entre le peloton d'intervention de la gendarmerie mobile et le GIGN, ce qui permet de soulager cette dernière unité dans des situations de crise ne nécessitant pas son engagement.
Ils s'inscrivent ainsi dans une gradation de moyens permettant de mettre en œuvre des personnels entraînés pour des situations de gravité croissante :
* peloton de surveillance et d'intervention (« PSIG ») de la gendarmerie départementale ;
* peloton d'intervention (« PI ») de la gendarmerie mobile ou de la Garde républicaine ;
* peloton spécialisé de protection de la Gendarmerie (« PSPG ») pour la protection des sites nucléaires ;
* peloton d'intervention interrégional de Gendarmerie (« PI2G ») en France métropolitaine ;
* groupes de pelotons d'intervention en outre-mer (« GPI ») dans les DOM;
* le  GIGN.

Et pour en savoir plus sur les unités d’intervention de la gendarmerie faites un tour sur les pages suivantes :
https://www.facebook.com/pages/PI2G-Peloton-dIntervention-Interrégional-de-la-Gendarmerie-Nationale/164463660246272?sk=timeline

Citer
Il me semble qu'il existe une vidéo de la démonstration sur "youtube".



Hors ligne Julius

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 6
  • Sexe: Homme
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #3 le: 12 février 2013, 14:28:20 »
Carton plein Mr Jean !
Merci pour l'efficacité !

La Gendarmerie est Nationale ... j'aurais du réfléchir un peu plus loin que le bout de mon nez !  :-\
Si je reformule ta réponse, PSIG rayon d'action d'une préfecture (attachement à la GD), Pi2G intégralité du territoire ?

Je ne pense pas dire de bétise.. si j'en dit Merci de me reprendre !

Cdt,

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #4 le: 12 février 2013, 14:35:50 »
Oui ... c'est le "Territoire" d'une Région administrative - appellation exacte : Peloton d’Intervention Interrégional de la Gendarmerie (PI2G) qui a remplacé la première appellation... Peloton d'intervention deuxième génération.
La gendarmerie nationale doit adapter en permanence ses modes d'action pour faire face à l'évolution des phénomènes de société (augmentation de la violence contre les personnes, accroissement du risque physique lors des interventions...).
Dans ce contexte, il s'est révélé nécessaire de créer une unité d'appui composée de personnels spécialement formés et équipés qui intervient auprès tant des unités de gendarmerie départementale que de gendarmerie mobile : les pelotons d'intervention inter-régionaux de la gendarmerie (PI2G).

Reportage : ICI
Le temps d’une journée, des gendarmes des PSIG (Pelotons d’intervention et de surveillance) ont affronté deux situations de crise.
Une mutinerie dans un centre pénitentiaire et un besoin urgent de professionnels pour gérer la situation… Ces hommes à qui il a été fait appel, ce sont ceux des Psig, le premier niveau d’intervention spécialisé de la gendarmerie, avant le PI2G (peloton d’intervention 2e génération) et le GIGN (groupe d’intervention de la gendarmerie nationale). Appelés pour intervenir dans les plus brefs délais, ces militaires d’un autre genre se distinguent par leur entraînement physique plus poussé et leur capacité à appliquer des méthodes de travail propres à leur service. Pour cela, ces gendarmes d’action sont formés en groupe une fois par trimestre, autour d’un exercice mis en scène par le commandant de la compagnie dont ils dépendent.

En quête d’exigences  ???
Jeudi, avec cette mutinerie inspirée d’un fait réel, c’est au stade Jean-Laville de Gueugnon que les deux Psig du Charolais testaient l’évacuation d’un site par les airs. Pour cet entraînement particulier, le chef d’escadron Pascal Defrance, 3e adjoint au commandement du groupement départemental, a « apporté les moyens pour l’exercice » : un hélicoptère de la section aérienne de la région pour une séance d’hélitreuillage, une première pour la plupart des jeunes recrues treuillées puis promenées dans les airs au bout du câble (pour les plus téméraires) d’un site à un autre.

Car il faut que « ces personnels, en cas de situation réelle, n’aient aucune hésitation, insistait le commandant de Cie. Leur mission doit être effectuée sereinement car ils peuvent être projetés à tout moment n’importe où dans le département pour des situations d’urgence. »

Hors ligne Julius

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 6
  • Sexe: Homme
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #5 le: 12 février 2013, 14:37:17 »
Noté !

Merci de la correction !

Hors ligne kedcro

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 1
  • Sexe: Homme
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #6 le: 04 avril 2013, 10:35:10 »
bonjour je souhaiterais avoir des renseignement j'ai un rendez vous vendredi avec un lieutenant d'une brigade proche de chez moi je souhaite passer le concours gav et par la suite intégré le psig qu'elle est le déroulement du concour svp

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #7 le: 04 avril 2013, 11:58:01 »
Bonjour et bienvenue kedcro
1/ bon nombre de réponses se trouvent déjà dans le forum en particulier dans les fiches téléchargables qui y sont jointes, tu as :
Un test psychotechnique
Un test de connaissances générales
Un test de compréhension de textes

Tu as trois parties :
- Test de personnalité ( afin de voir si ton caractère est compatible avec ce que la Gendarmerie attend de toi)
- Test de culture générale qui porte sur TOUT (actualité, Math, géo, histoire, français, conjugaison, grammaire...)
- Test de "logique" sur document (compréhension de texte en fait, pour chacun des cas tu as 5 à 6 propositions et pour chacune d'elle il faut dire : si la proposition est vraie, si elle est fausse ou bien s'il n'est pas possible de le savoir)

La seule difficulté qu'il peut y avoir c'est pour la deuxième et troisième partie : c'est chronométré  :-\ On a donc pas tout le temps nécessaire afin de répondre alors si tu bloques tu sautes et passes à la suivante.

Par ailleurs, il peut y avoir des pièges, je cite :

Citation:   7= Qu'elle ville fait partie du Finistère ?
Citation:   18= Dans quel département se situe quimper ?   

La réponse de l'un peut se situer dans la question d'une autre, ce qui est le cas ici étant donné que Quimper fait parti du Finistère, c'est pour voir si tu te contredis ou pas, c'est sûr qu'il faut faire ça rapidement mais en prenant bien le temps de réfléchir !

2/ Des épreuves GAV très particulières sur ce site http://www.devenir-gendarme.fr/matieres-GAV.php

3/ Si tu es reconnu apte tu vas avoir à choisir ton affectation en fonction de ton classement à la fin de ton stage de formation, c'est donc à toi de bosser pour avoir le max de choix.   http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Formation-initiale/Formation-des-volontaires

Bonne lecture

PS : les militaires GAV APJA qui intègrent le Psig sont généralement physiquement de bons sportifs ayant des compétences en sports de combat. L'exercice et les journées (ou les nuits) chargées ne leur font pas peur. Ils sont attirés par un quotidien plus « musclé » qu'un brigadier... quoi que  ::)
Il est fait régulièrement appel au Psig notamment pour interpeller des personnes « qui risquent de poser problème ». Les gendarmes qui arment des pelotons sont des personnels disponibles rapidement, dynamiques et volontaires... particulièrement au point, physiquement et techniquement. L'enseignement, en école de formation, dispensé participe à l'aguerrissement de l'élève en termes de valeurs liées au statut militaire, de discipline, d'engagement physique et de techniques élémentaires pour aborder des situations parfois dégradées.
A l'issue de leur scolarité en école, en fonction de leur classement, les GAV APJA sont généralement affectés au sein de l'une des unités suivantes :
Principalement dans les unités de la gendarmerie départementale, brigade territoriale (chef lieu de canton) ; peloton de surveillance et d'intervention (chef lieu d'arrondissement) ;
peloton d'autoroute ;
Dans une moindre mesure en peloton de montagne ; unités de la gendarmerie maritime ;
unités de la gendarmerie de l'air ; ou en unités de la garde républicaine à Paris.
Le PSIG, composé de 18 à 25 gendarmes est commandé par le major. Il dispose d'une équipe cynophile spécialisée dans la recherche des stupéfiants et le «mordant» dans un cadre défensif.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #8 le: 20 novembre 2014, 17:42:54 »
Jusqu'en 2007, la protection des centrales nucléaires était assurée par le Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG), des unités d'interventions légères constituées d'une quinzaine d'hommes. Les attentats terroristes du 11 septembre 2001 à New York ont conduit les autorités à renforcer le dispositif de surveillance et de protection des sites nucléaires.

En mars 2007, juste après un premier coup de force de Greenpeace qui s'était introduit dans la centrale de Belleville-sur-Loire (Cher), le gouvernement a mis en place deux premières unités du PSPG à Flamanville (Manche) et Cattenom (Moselle). Après deux années d'expérimentation, une convention, signée entre l'exploitant, EDF et la gendarmerie nationale en février 2009, a généralisé la procédure aux autres sites nucléaires.

Depuis février 2009, les pelotons spécialisés de protections de la gendarmerie (PSPG) protègent jour et nuit les centrales nucléaires implantées en France.
Vingt pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG) ont été créés et entraînés par le GIGN pour faire face à une menace terroriste contre les centres nucléaires de production d'électricité.
En marge de cette mission principale et prioritaire, ces unités d'intervention apportent leur concours lors de missions de police judiciaire et administrative.

Les pelotons spécialisés de protection de la gendarmerie (PSPG) ont été expérimentés en 2008. L'année suivante, une convention entre l'exploitant des centres nucléaires de production d'électricité (CNPE), EDF et la gendarmerie a été signée, avalisant ce dispositif.
Ces unités sont un maillon clé du dispositif de protection des centrales françaises. Le plan en mesure de faire face gouvernemental NRBC de 2010 les conforte d'ailleurs au rang d'unités de contre-terrorisme.

Les PSPG sont installés àproximité immédiate des centrales nucléaires, leurs militaires ont pour mission principale de les protéger. Ils doivent être en mesure de faire face à un commando lourdement armé et déterminé à mettre le site en péril.
En poste vingt-quatre heures sur vingt-quatre, le PSPG a notamment pour mission de lutter contre "les intrusions et les actes de malveillance". Il constitue le premier niveau de protection et peut être appuyé par les autres unités du groupement de gendarmerie du département et en dernier ressort, par le GIGN. Les hommes sont autorisés à tirer à vue, après sommations en cas d'alerte terroriste pour défendre le site.

Outre la prévention des actes terroristes et des tentatives de sabotage, ils luttent contre les actes malveillants, comme les intrusions ou les vols de matière nucléaire. La sécurité passive sur le CNPE et ses alentours est de la responsabilité d'EDF. En cas d'intrusion ou de suspicion, les personnels de la protection de site alertent les militaires du PSPG présents en permanence et en mesure d'intervenir dans les meilleurs délais.

Les gendarmes spécialisés du PSPG, épaulés si besoin par le renseignement, sont chargés d'assurer 24 heures sur 24 la protection des 19 sites nucléaires français. Chaque unité compte une trentaine de membres. Tous volontaires, ils sont rodés aux techniques d'intervention du Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) et formés par EDF aux risques industriel et nucléaire.

Combinaison bleu ignifugée typique des unités d'intervention et dosimètre accroché à la boutonnière, complétés en cas de situation extrême par une combinaison contre les risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques (NRBC), ces gendarmes sont préparés à répondre aux actes de malveillance - terrorisme en tête - qui pourraient "porter atteinte à l'intégrité de la centrale, l'objectif ultime étant de protéger le cœur du réacteur".

Quand ils ne sont pas en intervention, les gendarmes entretiennent leur condition physique, perfectionnent leurs connaissances techniques, renseignent le dossier d'objectif de la centrale et renforcent leurs liens avec les différents personnels. La recherche de renseignement active est également un élément primordial afin de "prévenir et anticiper". Outre les canaux officiels, les gendarmes ont tissé un véritable réseau d'alerte.

Le gendarme du nucléaire a pourtant dans ses attributions la "radioprotection", c'est-à-dire la protection de la population contre les effets d'un incident ou d'un accident nucléaire, quelle qu'en soit l'origine.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #9 le: 23 mars 2016, 18:40:25 »
COMMUNICATION : CONNAISSEZ VOUS LES PSIG ?

Le peloton de surveillance et d’intervention (PSIG) est une unité un peu spéciale de la gendarmerie, discrète et toujours engagée sur les interventions les plus délicates, bien avant le peloton d’intervention interrégional de gendarmerie (PI2G) ou le groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN).

Le rôle du PSIG est d’appuyer l’action des brigades territoriales (BT) premier maillon de la gendarmerie de terrain, dans la lutte contre la délinquance de proximité en réponse à toutes sollicitations d'une brigade confrontée à une situation périlleuse, nécessitant un engagement «musclé». Le PSIG est prioritairement engagé sur les interpellations dangereuses, ainsi que dans les secteurs et les périodes les plus sensibles, en particulier la nuit.

Recrutés parmi les sous-officiers des unités de gendarmerie départementale ou mobile, ainsi que de la garde républicaine, les militaires sont sélectionnés sur la base du volontariat, reçoivent une formation adaptée et suivent une formation technique associée à un entraînement physique intense. Cette unité dispose d'un matériel d'intervention spécifique et revêt la combinaison sombre qui leur permet des mouvements souples et rapides pour mieux se confondre à l'obscurité.

Créés en 1977, les PSIG sont composés à l'origine de sous-officiers et, dans un premier temps, de gendarmes auxiliaires puis, après la suspension du service militaire en 1999, de gendarmes adjoints volontaires (GAV). Le nombre de PSIG augmente régulièrement, au fil des années afin que chaque compagnie de gendarmerie départementale dispose de son PSIG.
Bientôt des PSIG "sabre" feront leur apparition. Ils seront spécialement équipés et formés pour intervenir en premier sur les problématiques de tuerie de masse. Ces unités seront disposées dans les zones les plus exposées aux troubles graves à l’ordre public, en cohérence avec l’implantation des autres unités d’intervention, les brigades territoriales mais aussi les unités d’intervention spécialisée.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #10 le: 01 avril 2016, 20:34:55 »
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, était à Reims ce vendredi 1er avril 2016 pour suivre la mise en œuvre du plan BAC-PSIG. Il a rappelé les renforts de moyens humain et détaillé les équipements supplémentaires pour ces deux services spécialisés.
"Certains criminels auxquels vous êtes confrontés n'hésitent plus à faire usage d'armes lourdes, contre lesquelles vous devez disposer de moyens de riposte et de protection adaptés". Il est donc de ma responsabilité, en tant que ministre de l'Intérieur, de vous donner les moyens de faire votre travail dans les meilleurs conditions de sécurité et d'efficacité possibles".
Voilà ce qu'est venu dire le ministre de l'Intérieur aux forces de sécurité présentes à Reims.
L'équipement de ces unités dites "primo-intervenantes", c'est à dire qui arrivent souvent en premier sur les lieux de l'événement, a donc été revu et adapté aux risques. Cette adaptation des moyens matériels est au centre du plan BAC-PSIG que le ministre de l'Intérieur a présenté en octobre 2015. Les événements qui ont suivi en novembre ont rappelé l'urgence de cette modernisation.

Terrorisme ; les PSIG-Sabre, des unités d'intervention rapide locales de la gendarmerie  :)
Réagir vite et fort : voilà l'objectif du ministre de l'Intérieur, en cas de nouvelle attaque terroriste. Pour cela, des forces d'intervention rapide sont mises en place, les PSIG-Sabre.
Ces unités de proximité sont spécialement formées pour pouvoir intervenir dans des situations difficiles, sans attendre les renforts des forces d'élite.

Quatre "niveaux de riposte" :

Police-secours, en ville et les gendarmes territoriaux dans les zones rurales, "formeront la première vague", en cas d'attaque terroriste. Ils seront chargés d'éloigner le public et de tracer un périmètre de sécurité, en attendant les renforts.

Les brigades anticriminalité de la police nationale (BAC) et les pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (PSIG), formeront un deuxième maillon, renforcé, avant l'éventuelle intervention des antennes locales de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) ou du GIGN les PI2G
Les BRI sont des unités d'intervention avec un rôle de police judiciaire. Alors que Raid et GIPN participent peu à ce travail d'enquête, les policiers des BRI sont en première ligne dans ce domaine. Ceux que l'on appelle plus familièrement l'Antigang, dont fait partie le très célèbre 36 Quai des Orfèvres, appuient la police dès que les situations sont trop explosives. Le policier du GIPN, comme ses camarades de la gendarmerie, est un expert dans les opérations de police à risque, il n'intervient que dans des situations inédites et périlleuses. Sportif, parfaitement entraîné, c'est le commando de la police.

Le Peloton d'Intervention Interrégional de la Gendarmerie (PI2G) est une unité dédiée à l'intervention, mise en place à partir de septembre 2004, constitue une force intermédiaire entre les Pelotons d'Intervention de la gendarmerie mobile, les Pelotons de Surveillance et d'Intervention de la gendarmerie départementale (PSIG) et le GIGN.

Les GIPN (pour Groupes d'intervention de la Police nationale) sont les plus anciennes unités d'intervention en France. Imaginées en 1972 suite à l'assassinat des athlètes israéliens à Munich, elles ont les mêmes missions que le Raid. Les sept GIPN métropolitains (Bordeaux, Lyon, Lille, Nice, Rennes, Strasbourg, Marseille) ont ainsi été directement intégrés au Raid. Les GIPN interviennent là où les autres services de Police "normaux" ne le peuvent plus comme l'interpellation de malfaiteurs, prise d'otage, lutte contre le terrorisme, protection de personnalités, etc...

En dernier recours, les policiers du Raid et les gendarmes du GIGN, sont basés en région parisienne et "projetables au besoin par moyens aériens".

Vidéo

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG ?
« Réponse #11 le: 15 janvier 2017, 17:51:54 »
Psig sabre : l'arme locale contre le terrorisme  8)
Des unités spécialisées de gendarmerie ont été créées pour répondre rapidement à une attaque terroriste. La première unité d'intervention de la région. À la suite des attentats de novembre, le gouvernement avait annoncé la création et l’armement d’unités Psig (Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie) renforcées ou Psig Sabre sur tout le territoire national. Ces unités doivent être capables de répondre en moins de vingt minutes à toute situation de tuerie de masse pour y mettre fin le plus rapidement possible.

Ici, tout est plus que dans un Psig ordinaire plus de sport, plus d'entraînement équipé, plus de tir, plus de préparation mentale, plus d'instruction et de maîtrise collectives, plus d'exercices en situation, plus de formation théorique…
Les attentats de 2015 ont obligé les pouvoirs publics à créer des forces spécialisées de proximité sur tout le territoire afin d'avoir une intervention rapide localement en attendant les "gros moyens" du GIGN ou du RAID.
Ce sont des Psig transformés en Psig "sabre".
Cette mutation a commencé par les hommes, tous les gendarmes auxiliaires (GAV) ont été remplacés par des sous-officiers spécialisés, qui ont notamment fait une partie de leur carrière dans des unités d'intervention. Des militaires avec des compétences spécifiques. Ils apportent leur expérience pour les interventions mais aussi forment leurs collègues sur le terrain. Un formateur relais a suivi une formation spécifique au GIGN pour assurer ensuite la formation des gendarmes de l'unité. Celle-ci se fait avec de la théorie et de la pratique, et le niveau de formation du groupe est évalué régulièrement.  8)
Dans le même temps, les locaux du Psig "ordinaire", ont été aménagés pour s'adapter à la sécurité mais aussi à cette capacité de partir à tout moment. Dans le couloir qui dessert les bureaux, sur des étagères, les casques lourds et les équipements sont rangés, numérotés.
Chacun l'attrape au vol en cas d'alerte. Ici, on est toujours prêts à décaler !
 « Nous sommes dans une posture opérationnelle du quotidien, explique le commandant de compagnie, l'entraînement doit créer dans le collectif et dans les attitudes individuelles, une posture de combat. Chacun doit pouvoir prendre la place d'un autre. C'est une réponse armée. »
L'unité est aussi équipée d'un véhicule monospace Volkswagen renforcé mais discret et pourtant équipé avec des moyens de communication sécurisés, de caissons spéciaux pour les armes dans le coffre.
Le Psig sabre a déjà effectué des missions, en réserve d'intervention sur de grosses manifestations comme les grandes foires et braderies, le festival Jazz, les commémorations de l'arrivée de Léonard de Vinci… mais sans se faire remarquer… Une main de fer dans un gant de velours.  ;D

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6972
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarme au PSIG, PSIG-Sabre ou au PSPG
« Réponse #12 le: 18 janvier 2022, 20:45:10 »
Concours SOG complémentaire GAV-APJA
La volonté affirmée du DGGN de favoriser l’intégration des GAV les plus méritants au sein du corps des sous-officiers a conduit à la mise en place d’un concours SOG complémentaire axé sur une logique de la valorisation de l’expérience professionnelle.
Ce concours répond également à l’augmentation des recrutements dans le cadre de la densification des PSIG et constitue une expérimentation pour l’ouverture potentielle d’une nouvelle voie de recrutement RAEP.

À partir de l’année 2022, les PSIG vont profondément se transformer : mieux équipés, mieux préparés, ils verront l’intégralité des postes occupés par les gendarmes adjoints volontaires (GAV) transformés, nombre pour nombre, en postes de sous-officiers de gendarmerie.

Dans le cadre du projet de loi de finances 2022, la gendarmerie a été autorisée à transformer les près de 3 000 emplois des GAV servant dans les 395 PSIG implantés en métropole et outre-mer en autant d’emplois de sous-officiers (SOG).

S’inscrivant dans un large mouvement de professionnalisation de l’intervention entamé il y a plusieurs années, cette mesure de densification des PSIG est directement issue des travaux du retour d’expérience (RETEX) « Saint-Just ».
Portée par l’agenda GEND 20.24 au travers du pilier « mieux protéger la population », elle contribue à accroître les capacités opérationnelles des PSIG, en renforçant qualitativement la présence des gendarmes sur la voie publique, tant au quotidien que lors d’interventions à forte intensité.

Sa réalisation sera étalée sur 3 années à raison de 1 000 GAV transformés en SOG par an. En 2022, 145 PSIG sont concernés.

Seuls les GAV-APJA en activité et disposant de trois années d’expérience (dans le domaine de la sécurité) au sein de l’institution pourront s’y inscrire courant février 2022 via Agorha. À cet effet, un message qui en précisera les modalités sera diffusé par le Bureau du recrutement, des concours et des examens (BRCE) en début d’année.

Ce concours complémentaire se déroulera en deux temps :

    une étude des candidatures (phase d’admissibilité – avril 2022) durant laquelle seront évaluées l’expérience professionnelle et la manière générale de servir du militaire. En l’absence d’épreuve sportive, la validité des CCPM au 1er janvier de l’année du concours sera impérative. De plus, l’avis de l’autorité militaire de 1er niveau sera déterminant dans le choix des candidatures.
    un entretien avec le jury d’une durée de 30 minutes (phase d’admission – juin 2022). Cet échange, visant à évaluer l’aptitude du candidat à l’état de sous-officier de gendarmerie, s’appuiera sur une fiche simplifiée préalablement élaborée par le candidat dans laquelle il évoquera son parcours au sein de la gendarmerie nationale ainsi que son projet professionnel et sa motivation pour servir comme sous-officier. Il s’agira là de l’unique épreuve notée. Un classement par ordre de mérite des lauréats sera établi et publié.

Source : https://www.gendinfo.fr/l-info-en-continu/profonde-transformation-des-pelotons-de-surveillance-et-d-intervention-de-la-gendarmerie-psig