Auteur Sujet: Gendarme de réserve, un job saisonnier qui a du sens et un horizon de carrière.  (Lu 28596 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Engagement opérationnel post-attentats : l'appui indispensable des réservistes  :)
Partout en France, les réservistes de la Gendarmerie participent quotidiennement au dispositif de protection des populations mis en œuvre par la gendarmerie nationale après les attentats du 13 novembre 2015.
Chaque jour, sur l'ensemble du territoire national, de nombreux réservistes, femmes et hommes, sont engagés dans les différentes missions de contrôle/sécurisation de zone et des flux, en appui de leurs camarades d'active.

Pleinement intégrés dans le dispositif de protection des populations et de production de sécurité, leur engagement contribue à une plus grande efficacité de action des forces de l'ordre.
Réserviste depuis 6 ans, Nelson a été rappelé la nuit des attentats de Paris. Il témoigne de son engagement ci-dessous.

Citer
Gendarmerie de l'Ain - Site officiel https://www.facebook.com/Gendarmerie-de-lAin-Site-officiel--1718877531675777/?fref=nf

[BON SENS]
C'est vrai Lilou ce que tu dis.
Et en plus on est là pour toi et tes copains, tes parents et leurs amis et tous les autres  ;) Ton soutien est notre moteur.
Merci à toutes les Lilous.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
A la suite des attentats survenus à Paris le 13 novembre 2015, le président de la République a insisté devant le Congrès sur l’importance de la réserve militaire, gisement de forces jusque-là trop peu utilisé.
En quoi consiste cet engagement à la charnière de la société civile et des armées ?
Et comment pouvez-vous vous y impliquer ?
COMMENT DEVENIR RÉSERVISTE ?1/ En quoi consiste la réserve militaire ?
La réserve militaire est composée de citoyens volontaires, issus du monde civil ou militaire. En souscrivant un Engagement à Servir dans la Réserve (ESR), les réservistes, quel que soit leur statut (salarié, agent de la fonction publique, profession libérale, travailleur indépendant...), matérialisent leur participation à la défense du pays. Relais vers la société civile, les réservistes transmettent une culture de défense et de sécurité. Cet "esprit de défense" permet de préparer la Nation à l’éventualité d’une crise grave, bouleversant la vie quotidienne des citoyens (tremblements de terre, inondations, actes terroristes, conflits...).
La réserve militaire est constituée de deux branches : la réserve opérationnelle et la réserve citoyenne. Dans le cadre de la réserve opérationnelle, le réserviste peut s’engager dans la gendarmerie, l'armée de terre, l'armée de l'air et la marine. La réserve citoyenne est constituée, quant à elle, de bénévoles, sans condition d’âge, dont le rôle est de communiquer et de sensibiliser le public aux sujets proches de la défense nationale.

2/ Quelles sont les conditions pour devenir réserviste ?
    Être volontaire.
    Être de nationalité française.
    Être âgé de 17 ans au moins.
    Être en règle au regard des obligations du service national.
    Ne pas avoir été condamné soit à la perte de ses droits civiques ou à l’interdiction d’exercer un emploi public, soit à une peine criminelle, soit à la destitution ou à la perte du grade dans les conditions prévues par le code de la justice militaire.
    Posséder l’ensemble des aptitudes requises et notamment physiques.
    Pour les candidatures officiers, un BAC+2 minimum vous sera demandé.

3/ En quoi consiste un engagement à servir dans la réserve opérationnelle ?
Engagé pour une durée de 1  à 5 ans, renouvelable, le réserviste peut assurer les mêmes missions que les militaires d'active. Par ailleurs, s'il est volontaire, il peut participer aux opérations extérieures.
Cet engagement permet de tenir un poste prenant en compte les compétences de l’emploi civil ou les fonctions auxquelles on aspire sans corrélation directe avec sa profession, et que seule la réserve peut proposer.

4/ Les missions du réserviste consistent notamment à :
    apporter un renfort temporaire aux forces armées en particulier pour la protection du territoire national (Sentinelle, Vigipirate) et dans le cadre des opérations conduites à l’extérieur ;
    participer au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, dispositifs de recherche, missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance...) ;
    secourir des populations sinistrées lors de catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées ;
    donner une expertise dans des domaines où l’armée connaît des besoins ponctuels.

5/ Quelles sont les obligations ET les Droits du réserviste ?
Il doit servir :
    30 jours par année civile, durée qui peut être portée à 60 jours pour répondre aux besoins des armées ;
    150 jours en cas de nécessité liée à l’emploi des forces ;
    210 jours pour les emplois présentant un intérêt de portée nationale ou internationale.
Le réserviste perçoit, dans les mêmes conditions que les militaires d’active, une solde et les accessoires. Il peut aussi percevoir une prime de fidélité ainsi qu'éventuellement d'autres mesures d'encouragement.
Lorsqu'il sert dans la réserve, son contrat de travail est suspendu. Son absence ne peut être décomptée des congés payés et à son retour, il retrouve son emploi. Durant son engagement, il ne peut pas faire l'objet d'un licenciement, d'un déclassement professionnel ou d'une sanction disciplinaire. Il cotise et percevra des droit pour sa pension retraite qu'il pourra cumuler avec d'autres pensions civiles ou militaires.

Le code de la défense oblige les employeurs à libérer cinq jours par an les salariés engagés auprès de la réserve. En signant une convention de soutien avec le ministère de la Défense, l’employeur ou l’administration devient partenaire de la défense nationale.

6/ Quelle formation reçoit-on ?
La réserve militaire s’inscrit dans un parcours continu, que tout citoyen peut et doit envisager, et qui débute avec l’enseignement de défense, se poursuit avec la participation au recensement et à la journée défense citoyenneté (JDC) pour se concrétiser par un éventuel engagement à servir dans la réserve.
La formation et l’entraînement varient selon la branche que l’on choisit.

7/ A qui s’adresser ?
Il est possible de souscrire un engagement à servir dans la réserve opérationnelle au sein des forces armées, directions et services suivants
    l’armée de terre
    la gendarmerie nationale
    l’armée de l’air
    la marine nationale
    le service de santé des armées
    la délégation générale de l’armement (DGA)
    le service du commissariat des armées
    le service des essences des armées (SEA)

Une bourse des emplois de la réserve (BdER) propose plusieurs centaines d'offres d'emploi, mises en ligne par les armées et services interarmées à l'intention des réservistes opérationnels.

8/ Quel rôle peut jouer aujourd’hui la réserve ?
A la suite des attentats du 13 novembre et de janvier dernier, la situation internationale et intérieure impose le renforcement dans la durée des missions de protection par les armées. L’opération Sentinelle, déclenchée le 12 janvier 2015, et le plan Vigipirate engagent les forces dans des volumes inédits. La réserve a donc pleinement un rôle à jouer en venant renforcer les forces dans cette nouvelle mission, si importante pour la sécurité de nos concitoyens.

L’objectif pour 2019 est de disposer de 40 000 réservistes opérationnels prêts à servir, pendant au moins trois ans, au minimum 30 jours par an.

9/ Comment suivre l'actualité de la réserve militaire ?
La Journée nationale du réserviste 2016 aura pour thème : "Une nouvelle réserve militaire pour de nouvelles menaces". Elle se déroulera sur la période allant du 7 mars au 2 avril 2016. La page Facebook et le compte twitter @ReserveMiliFR relaient l’actualité de la réserve militaire. 
Source : http://www.gouvernement.fr/aider-son-armee-comment-devenir-reserviste-3298

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
[Recrutement]   :D
Depuis le 17 novembre 2015, les candidats réservistes peuvent s'inscrire en ligne !
http://www.lagendarmerierecrute.fr/Actualites/Candidats-reservistes-inscription-en-ligne

La réserve opérationnelle de la gendarmerie a pour objectif le renfort des unités d’actives et les structures de commandement. Les réservistes contribuent à la sûreté publique(garantir la protection des personnes et des biens, renseigner,alerter et porter secours) et à la bonne exécution des lois.

L'emploi en qualité de réserviste de la gendarmerie s’effectue en fonction des disponibilités de chacun (week-end,congés, périodes de vacances scolaires, RTT, …) et est donc compatible avec la situation des étudiants et des personnes ayant une activité professionnelle.

Le recrutement est ouvert à toutes personnes âgées de 17 à 29 ans.
N'hésitez pas à vous rapprocher de votre brigade de gendarmerie.
La réserve opérationnelle de la gendarmerie renforce les unités d’active et les structures de commandement. Les réservistes contribuent à la sûreté publique (garantir la protection des personnes et des biens, renseigner, alerter et porter secours) et à la bonne exécution des lois.

Vous souhaitez :
• Être au service de vos concitoyens ;
• Agir aux côtés des gendarmes, dans les situations de crise notamment
- en effectuant des missions de prévention et protection ;
- en portant assistance à la population ;
• Bénéficier d'une formation continue pour progresser dans vos renforts temporaires.
Exemples d’emploi dans la réserve opérationnelle :
Les réservistes sous contrat ESR sont convoqués pour renforcer temporairement les unités de gendarmerie proches de leur domicile et participer notamment :
• au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, contact avec la population,
aide, conseil et secours) ;
• à des services d’ordre (manifestations sportives ou culturelles) ;
• à des dispositifs de recherches ;
• à des missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance ;
• à des mesures exceptionnelles de sécurité telles que le plan ViGiPiRAte ;
• à la gestion des conséquences des catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées.
• à l'encadrement des sessions de JDC ou de formation des réservistes.
Vous serez employé en fonction de vos disponibilités et à un maximum de 30 jours sauf événement ou crise majeures.

Conditions d'admission :
• Être de nationalité française ;
• Être âgé de 17 ans au moins et 30 ans au plus ;
• Avoir satisfait aux obligations du service national, avoir suivi la JAPD ou la JDC ;
• Avoir une bonne aptitude physique ;
• Être apte psychologiquement et de bonne moralité ;
• Pour les candidatures officiers, un BAC+2 minimum vous sera demandé.

Épreuves - Pour les Sous-officiers et militaires du rang :
Une demi-journée en région
- Un test psychotechnique
- Un test de connaissances générales
- Un test de compréhension de textes

Le déroulement de carrière :
• Les officiers, sous-officiers et militaires du rang de réserve peuvent servir soit en unités territoriales , soit en état-major.
• Les militaires servant dans la réserve bénéficient d’une formation continue qui peut leur permettre d’accéder aux grades supérieurs.
• L’avancement a lieu exclusivement au choix et sous conditions.
Inscriptions :
Le recrutement est permanent. Vous pouvez vous inscrire dans la brigade de gendarmerie la plus proche de votre domicile ou en cliquant sur le lien INSCRIPTION sur http://minotaur.fr/default/contact/index

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Depuis le 17 novembre 2015, les candidats réservistes peuvent s'inscrire en ligne !
Candidats réservistes : demande d'informations  8)
Depuis le 17 novembre 2015, les candidats réservistes peuvent obtenir des informations en ligne !
La réserve opérationnelle de la gendarmerie renforce les unités d’active et les structures de commandement. Les réservistes contribuent à la sûreté publique (garantir la protection des personnes et des biens, renseigner, alerter et porter secours) et à la bonne exécution des lois.
Vous souhaitez :
• Être au service de vos concitoyens ;
• Agir aux côtés des gendarmes, dans les situations de crise notamment
- en effectuant des missions de prévention et protection ;
- en portant assistance à la population ;
• Bénéficier d'une formation continue pour progresser dans vos renforts temporaires.
Exemples d’emploi dans la réserve opérationnelle :
Les réservistes sous contrat ESR (Contrat d'Engagement à Servir dans la Réserve) sont convoqués pour renforcer temporairement les unités de gendarmerie proches de leur domicile et participer notamment :
• au service quotidien des unités (patrouille de surveillance, contact avec la population, aide, conseil et secours) ;
• à des services d’ordre (manifestations sportives ou culturelles) ;
• à des dispositifs de recherches ;
• à des missions de sécurité publique ou de lutte contre la délinquance ;
• à des mesures exceptionnelles de sécurité telles que le plan ViGiPiRAte
• à la gestion des conséquences des catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées.
• à l'encadrement des sessions de JDC ou de formation des réservistes.

Vous serez employé en fonction de vos disponibilités et à un maximum de 30 jours par an sauf événement ou crise majeures.
La réserve opérationnelle de la gendarmerie a pour objectif le renfort des unités d’actives et les structures de commandement. Les réservistes contribuent à la sûreté publique(garantir la protection des personnes et des biens, renseigner,alerter et porter secours) et à la bonne exécution des lois.
L'emploi en qualité de réserviste de la gendarmerie s’effectue en fonction des disponibilités de chacun (week-end,congés, périodes de vacances scolaires, RTT, …) et est donc compatible avec la situation des étudiants et des personnes ayant une activité professionnelle.
Le recrutement est ouvert à toutes personnes âgées de 17 à 29 ans.
N'hésitez pas à vous rapprocher de votre brigade de gendarmerie.

Source et complément d'infos sur http://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Mes-demarches/Papiers-Citoyennete/Vie-citoyenne/Volontariats/Engagement-aupres-des-armees/Reserviste-militaire-reserve-operationnelle

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
En 2016, aux missions permanentes de lutte contre la délinquance et de sécurité routière, la persistance de la menace terroriste à un niveau inédit et les événements, imprévus ou annoncés sur le territoire national et dans le département (conseil des ministres franco-allemand, Euro 2016, mondial de hand-ball, etc.) garantissent un rythme d'emploi tout aussi intense.

Composante intégrante de la gendarmerie, la réserve opérationnelle permet à chaque citoyen de s'engager au service de la sécurité de tous.

La consultation du site [email protected]  http://minotaur.fr/accueil/index  répondra à vos questions et vous guidera dans vos démarches pour rejoindre la maison "Gendarmerie".

En 2015 la réserve opérationnelle a connu, à l'instar de leurs camarades d'active, un engagement soutenu : lutte contre les cambriolages, sécurisation du rassemblement évangélique "Vie et lumière" à Grostenquin et des "Terres de Jim" à Frescaty, contrôle des flux et des frontières dans le cadre de la COP 21 et de l'état d'urgence, soutien aux gendarmes mobilisés sur les rave-party autorisées ou pirates...
Constituée de deux tiers de volontaires issus de la société civile et d'un tiers d'anciens militaires d'active, la réserve de la gendarmerie représente 45 % des effectifs de la réserve militaire en France (toutes armées et services confondus).

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
[RECRUTEMENT] Préparation militaire gendarmerie (PMG)  ???

La préparation militaire gendarmerie est une formation de quinze jours organisée par les régions de Gendarmerie. Les sessions de PMG sont organisées au plus près de chez vous les week-ends ou par périodes bloquées d’une semaine pendant les vacances scolaires. Son but est de former et de recruter des réservistes opérationnels. En général, il n'existe qu'une formation par année le 1er trimestre.
Un réserviste est ensuite engagé, en moyenne trente jours par an, selon sa disponibilité, comme militaire du rang de réserve, sous la responsabilité d'un gendarme d'active.
Grâce à une formation continue, et à ses opérations en brigade, un réserviste, initialement seconde classe, peut monter en grade. Il doit néanmoins, dans les cinq années suivant la PMG, passer le DAR (diplôme d'aptitude à la réserve) puis l'APJA (formation de droit, Agent de Police Judiciaire Adjoint) pour avoir accès aux grades des Sous-Officiers.

La durée de formation étant restreinte à vingt jours, elle est centrée sur l'apprentissage des règles et de l'éthique militaires, sur l'exercice des missions confiées aux gendarmes (en tant que militaires et agents de la force publique), sur la maîtrise des armes et aux gestes de première urgence.

Préparation militaire supérieure gendarmerie (PMSG)

Tout comme la PMG, la PMSG a pour but de pourvoir au recrutement de la réserve. La préparation militaire supérieure gendarmerie est accessible aux volontaires, titulaires du baccalauréat.
Elle est destinée à pourvoir à l’encadrement de la réserve.
Le candidat PMSG est apte, au terme d’un cycle complémentaire d’instruction, à remplir un emploi de cadre dans la réserve (gradé, officier).
Le stage de PMSG est organisé au niveau national sur une durée de 25 jours de formation dispensée en principe au mois d'août.

À l'issue de cette formation, suivant ses résultats et s'il le souhaite, le stagiaire peut signer un engagement à servir dans la réserve (ESR).

Bon courage aux candidats !

Pour tout renseignement complémentaire : contacter le CENTRE D'INFORMATION ET DE RECRUTEMENT de votre région.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
[À PARTAGER]
De jeunes citoyens deviennent réservistes de la gendarmerie !  8)
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/les-reservistes-des-citoyens-qui-deviennent-gendarmes-976830.html

À Châteaulin dans le Finistère, 38 femmes et 53 hommes ont vécu la semaine dernière un grand jour. Comme beaucoup de jeunes citoyens depuis les attentats en France, ils ont fait le choix d'intégrer la réserve, et plus particulièrement celle de la gendarmerie. Bienvenue à tous et merci de votre engagement !

Tous les futurs réservistes passent par une étape indispensable : suivre une formation initiale, la Préparation militaire de gendarmerie (PMG). 55% de cette préparation est consacrée à des cours théoriques, le reste à de la pratique avec l'accent sur l'intervention. Les élèves sont évalués grâce à un contrôle continu puis un examen final.

À l'issue, les réservistes signent un Engagement à servir dans la réserve (ESR), avec la compagnie dans laquelle ils seront affectés, la durée du contrat étant comprise entre 1 et 5 ans.

Aujourd'hui, la gendarmerie peut compter sur 25 000 réservistes.
Citer
Sur le terrain, rien ne distingue un gendarme "d'active" d'un réserviste. Même uniforme, gilet pare-balles, menottes, pistolet. Michaël K... est devenu réserviste il y a 3 ans, avec une conviction chevillée au corps, celle de "se sentir utile, auprès de la population et de la gendarmerie". Ses missions, comme les patrouilles ou le transfèrement de prisonniers, il les mène en parallèle de ses études. "C'est suivant les disponibilités. Les missions nous sont proposées, pas imposées. On trouve toujours le temps, plus ou moins selon les années, de pouvoir renforcer la gendarmerie".

André De W....., lui, est à la retraite. Derrière lui, comme une évidence, 36 années et 9 mois de gendarmerie (une carrière au maxi). "C'est vrai que si je peux trouver des renseignements, apporter quelque chose à la brigade, les soulager un peu - car ils ont beaucoup de travail, surtout en ce moment - ça me fait plaisir. Mais on ne peut pas remplacer un gendarme."

RAPPEL : la PMG ou un programme d'initiation "militaire" !
Après une visite médicale, le candidat partira pour la formation initiale, la Préparation Militaire Gendarmerie (PMG). "On se lève le matin à 5 h 45 et on se couche le soir à 22 h 30.
On y apprendra toutes les bases : les contrôles en sécurité sur la route des voitures, savoir se protéger et se défendre si nécessaire, avec ou sans arme, témoigne Nolwenn, nouvelle réserviste.

De fait, c'est sur un camp militaire que se déroule la formation. "Les moments pour soi se font rares, voire inexistants. Les activités s'enchaînent sans cesse : cours, sport, repas, révision pour les évaluations, ordre serré [apprendre à marcher au pas cadencé, chant], travaux d'intérêt général, etc...", précise la fiche de présentation de la formation.

L'apprentissage du fonctionnement et de l'organisation de la Gendarmerie nationale représentent la plus grande part des cours théoriques (55 %).
Pour les cours pratiques, l'accent est mis sur " l'intervention professionnelle " (contrôle d'un véhicule, d'un individu, maîtrise sans arme d'un adversaire, combat) et sur la maîtrise des armes.

De citoyen à réserviste  :)
Les élèves sont évalués tout au long de la formation, par le contrôle continu, mais également par un examen final dans chaque matière. Au terme des 15 jours de formation, si l'examen est réussi, le futur réserviste doit signer un Engagement à Servir les Réserves (ESR) avec la compagnie dans laquelle il sera affecté. Il s'agit d'un contrat d'une durée comprise entre 1 et 5 ans.

Cependant, les jeunes ne sont jamais lâchés seuls dans la nature : un gendarme "d'active" gradé ou un réserviste chevronné les accompagne. "Ça nous rassure un peu, bien-sûr, et il nous conseille dans tout ce que l’on fait au fur et à mesure de nos missions", confie Vianney, réserviste fraîchement diplômé.

Romain et Vianney sont issus de la promotion 2015 de Châteaulin. Depuis un an, ils ont effectué une soixantaine de jours au service de la gendarmerie. "De janvier jusqu’à fin juin, on est employé pour patrouiller dans les zones commerciales et zones pavillonnaires pour faire de la lutte anti-cambriolage", constate Romain Juguet, réserviste à Landerneau.
Au total, un réserviste doit au moins cinq jours par an à la gendarmerie. Cependant, la plupart en effectue bien plus, en moyenne 17 jours par an.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
La réserve au service de l'Intelligence Économique  :)

Appelé du contingent, le Brigadier Chef Sébastien, 38 ans, rejoint la réserve opérationnelle du Groupement de Gendarmerie de la Loire en 2012. Depuis l’été 2015, sur proposition du Colonel, commandant de groupement, il est détaché au CORG afin d’exercer comme référent Intelligence Économique (I.E) en appui de la cellule renseignements.

« Lorsque le groupement m’a proposé de travailler dans le domaine de l’I.E, je ne connaissais que vaguement ce terme. J’ai reçu une formation au sein de la cellule RENS de la Région. Le chef de service est un puits de savoir sur l’I.E, il m’a donné envie de m’investir à 100% dans cette mission. »

Fort d’une expérience de plusieurs années comme chef d’entreprise dans le secteur de l’ingénierie et de l’architecture, le dialogue avec les patrons n’en a été que plus facile et productif.

« Les chefs d’entreprises sont généralement très surpris de voir la Gendarmerie présente sur ce domaine. Ils ont tous été au moins victime de tentative de cyber escroquerie. Les patrons sont désemparés face à ces menaces. Mon intervention permet de créer un lien avec eux et les retours sont positifs de leur part. Une relation de confiance s'instaure. Certains m’ont informé par la suite, de phénomènes de radicalisation dans l’entreprise... »

L’action I.E consiste à sensibiliser les entreprises aux menaces économiques et risques d’escroqueries. Des diagnostics de vulnérabilité sont également proposés aux entreprises en complément à l’inscription à OTE (Opération Tranquillité Entreprise). Des messages d’attention édités par la Gendarmerie sont largement diffusés sur les réseaux sociaux à chaque nouvelles menaces comme récemment celle du virus LOCKY.

« Au lieu de parler d' I.E, je préfère parler de Sécurité Économique Territoriale (SET). Ce terme apparaît plus ''parlant'' pour les entreprises. Selon moi, l’I.E doit rester une compétence à part entière, elle est transversale des spécialités d’experts telles que les NTECH ou les référents sûreté.»

Le BRC Sébastien est également 1er adjoint au maire de sa commune ce qui lui permet d’avoir une approche concrète des politiques locales et de promouvoir les liens entre élus-population-Gendarmerie, à travers l’opération participation citoyenne par exemple.

Sur la période de septembre à décembre 2015, l’emploi d’un réserviste référent I.E par le groupement de la Loire a permis de sensibiliser 19 entreprises, de réaliser 4 diagnostics de vulnérabilité et de participer à une conférence.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
L'Aquitaine et la région Auvergne Rhône-Alpes ont été désignées pour préfigurer la nouvelle formation initiale des réservistes, qui fera l'objet d'une généralisation à l'horizon 2017.
Pour en savoir plus sur la formation des réservistes :
http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Actualites/2016/Avril/Une-reserve-operationnelle-en-mutation
Afin d'accompagner la mutation qualitative de la réserve opérationnelle et d'en optimiser l'emploi, la formation des réservistes est intégralement repensée. Depuis janvier 2015, un groupe de travail, composé de gestionnaires d'active et de réserve, participe à la refonte de la formation des réservistes. Première étape : la création d'un socle commun initial de formation pour l'ensemble des réservistes. À l'ancien cursus étalé sur plusieurs années (préparation militaire gendarmerie de deux semaines, diplôme d'aptitude à la réserve de 70 heures et qualification d'Agent de police judiciaire adjoint (APJA) de 104 heures) succède maintenant une formation condensée sur quatre semaines conduisant directement à l'obtention du Diplôme de gendarme adjoint de réserve (DGAR) et à la qualification d'APJA. Cette année, une préfiguration a lieu dans le Sud-Ouest et en Auvergne Rhône-Alpes. Les formations vont y être testées sous deux formats : en monobloc (4 semaines d'affilée) ou en deux blocs (15 jours en avril et 15 jours en juillet).
Les enseignements qui en seront tirés doivent permettre de généraliser le dispositif à l'ensemble des régions en 2017. Étape suivante pour le groupe de travail : la refonte de la formation des cadres issus de la réserve.

Citer
L’article 21 du code de procédure pénale dispose que les réservistes de la gendarmerie nationale ont la qualité d'agent de police judiciaire adjoint. La formation initiale rénovée des réservistes opérationnels qui se mettra en place en 2017 (formation de 4 semaines) intègre cette formation.

Par logique d'uniformisation des qualifications détenues et respect des dispositions légales en vigueur, il convient de former l'ensemble des réservistes pour qu'ils soient en capacité d'exercer les prérogatives d'APJA après avoir prêté serment.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Le directeur général a validé le projet visant à moderniser le parcours de formation des jeunes réservistes issus du civil. L’annonce officielle a été faite le vendredi 24 juillet 2015, à Saint-Astier.

La formation rénovée des réservistes a commencé le 04 juillet 2016 au CNEFG de St ASTIER (24). À l'issue, le 29 juillet, les nouvelles recrues auront la qualification d'agent de police judiciaire adjoint (APJA).
La formation regroupe près de 360 jeunes issus des 2 régions Aquitaine Limousin Poitou Charentes et Languedoc Roussillon et Midi Pyrénées. Après 8 jours de formation, on ne compte que 23 départs pour raisons personnelles ou médicales.
Le stage est dirigé par le chef d'escadron Stéphane BALUTET, chef de la section du personnel de réserve de la région Aquitaine.
Une centaine de réservistes est engagée pour former et soutenir logistiquement les stagiaires. La formation est assurée en complémentarité par l'encadrement de proximité et des personnels spécialisés dans le tir, l'intervention professionnelle, les transmissions, la sécurité routière et le secourisme.
Rappelons que la région Aquitaine, l'une des 2 régions préfiguratrices, propose cette formation rénovée sur 4 semaines (et non 2), avec pour objectif de projeter sur le terrain des réservistes « prêts à l'emploi », qualifiés APJA.

La formation actuelle qui s’échelonne sur plusieurs années se compose de trois phases : la préparation militaire gendarmerie (P.M.G.) d’une durée de 15 jours, le diplôme d’aptitude réserve (D.A.R.) que le réserviste doit obtenir dans les trois ans suivant la réussite à la P.M.G. et, enfin, le diplôme d’agent de police judiciaire adjoint (A.P.J.A.).
Il est à noter qu’en fonction de sa motivation et de son niveau d’études, un candidat à la réserve peut être orienté vers la P.M.S.G., d’une durée de 5 semaines sanctionnée par l’obtention de l’A.P.J.A. Cette formation ne concerne qu‘une trentainede stagiaires par an alors que 1500, en moyenne, passent par la P.M.G.
C’est parmi les stagiaires P.M.S.G. que sont recrutés les stagiaires retenus pour suivre le peloton d’officiers de réserve (P.E.O.R.), point d’entrée dans la carrière d’officier de réserve (une quinzaine chaque année).
 
Le cursus actuel (P.M.G. – D.A.R. – A.P.J.A.) est long, coûteux et peu performant du fait d’une « perte en ligne » importante et d’une qualification limitée d’une grande partie des réservistes sous contrat.
Or, selon les termes de l’article 21 du C.P.P. « sont agents de police judiciaire adjoints : les volontaires servant en qualité de militaire dans la gendarmerie et les militaires servant au titre de la réserve opérationnelle de la gendarmerie nationale ... ».
Dans ces conditions, il est de l’intérêt de l’institution de faire acquérir aux jeunes recrues ces prérogatives le plus tôt possible.
L’objectif est donc de former, dans l’avenir, un « réserviste prêt à l’emploi qualifié A.P.J.A. », à l’issue d’une formation de base de quatre semaines qui concentrerait les contenus des formations P.M.G., D.A.R. et A.P.J.A.. et aboutirait à la prestation de serment.
 
Les avantages d’un tel cursus sont évidents en terme de lisibilité, de motivation et donc de fidélisation des réservistes et d’économie, les sessions D.A.R. et A.P.J.A. organisées par les régions étant amenées à disparaître.
La perpective de doter chaque réserviste, dès 2016, d’une carte professionnelle permettant d’accéder aux applications métier vient conforter la démarche.
Source http://www.resgend.fr/nouvelle-formation-des-reservistes/

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Réserviste de la gendarmerie, je mène une double vie : ce n'est pas un camp de vacances  :P  :-[  :-X  :-\  :'(
Suite à l'attentat de Nice, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a appelé "tous les Français patriotes qui le souhaitent" à rejoindre la réserve opérationnelle. Dominique Vestris fait partie de la réserve de la gendarmerie nationale depuis plus de 20 ans, il explique pourquoi.

Membre de la réserve opérationnelle de la gendarmerie depuis 1993, j’ai gravi les échelons au fil des années, passant de militaire du rang au grade de major actuellement. Également formateur lors de préparations militaires, j’ai clairement constaté un engouement soudain pour ce type d’engagement suite aux événements du 14-Juillet, et d’autant plus après l’appel de Bernard Cazeneuve, qui a incité "tous les Français patriotes qui le souhaitent" à rejoindre la réserve opérationnelle.
Ces derniers jours, nous avons reçu beaucoup de messages – plusieurs dizaines de mails par jour – de personnes civiles cherchant à intégrer la réserve de la gendarmerie, que l’on oriente vers les services compétents.

Je salue leur volontariat, néanmoins ces jeunes se font parfois une idée biaisée de l’engagement et déchantent à leur arrivée : la réserve opérationnelle n’est pas un camp de vacances, ils doivent en avoir conscience.

Des abandons à chaque formation  :'(
Dans le cadre de la formation de 15 jours qui a débuté dans les Yvelines depuis le 15 juillet, nous avons déjà eu plusieurs abandons dès le troisième jour. Certains ne se rendaient pas compte du rythme intense qu’impose une préparation militaire, qui nécessite notamment de se lever très tôt et de se coucher très tard. D’autres sont partis pour blessures.

Aujourd’hui, un civil doit obligatoirement passer par une préparation militaire pour valider un certain nombre d’ateliers, à la fois, physiques, techniques et juridiques (aptitude au tir, techniques d’intervention, discipline, rigueur, cohésion…). Ce n’est que s’ils valident cette formation qu’ils pourront, eux aussi, devenir réservistes sous contrat ESR (Engagement à servir dans la réserve). Ils devront ensuite obligatoirement obtenir la qualification d’agent de police judiciaire adjoint, ou pourront bénéficier d’une expérience pour préparer l’école de la gendarmerie nationale.

Accepter de mener une double vie  ::)
Il est important de savoir rester à notre place – nous ne sommes que des gendarmes réservistes et non d’active, soit l’équivalent d’intérimaires – tout en ayant conscience que s’engager dans la réserve opérationnelle est un engagement sur la durée. En 23 ans, c’est pour ma part l’activité que j’ai occupé le plus longtemps dans ma vie.

En 1993, alors que je travaillais dans une société d’audiovisuel, j’ai souhaité devenir réserviste, avant tout par nostalgie pour mon service militaire. J’ai passé plusieurs grades, de sous-officier à cadre, avant de devenir major. Je mène désormais une double vie entre la réserve opérationnelle et mes missions de conduite et de protection d’une personnalité au sein d’une agence interministérielle.
Aujourd’hui, les entreprises sont tenues d’autoriser leurs personnels réservistes à effectuer des renforts de la gendarmerie cinq jours par an, durée portée à 10 jours récemment. Le reste de mon engagement se fait sur mon temps de repos compensatoire, sur mes week-ends ou mes congés annuels. Je fais également certains services de nuit quand je le peux. Je n’y suis toutefois jamais obligé : je suis appelé en fonction de mes disponibilités et volontés.

Sécurité de l’Euro, lutte anti-cambriolage : des missions variées  8)
En tant que réservistes, nos missions sont très variées. Je participe à la police de la route, à la lutte anti-cambriolage, surveillance du réseau ferré ou encore aux formations militaires.
À titre d’exemple, j’ai aussi  participé, avec des patrouilles de la gendarmerie d’active, à assurer la sécurité extérieure du camp d’entraînement de l’équipe de France à Clairefontaine durant l’Euro 2016. Les réservistes participent également à la sécurité du Tour de France depuis des années.
En 2006, j’avais par ailleurs été sélectionné dans le détachement de la réserve opérationnelle qui a défilé le 14-Juillet sur les Champs-Élysées.

Renforcer la réserve opérationnelle ? Une question de moyens :P
Suite à l’attentat de Nice, nous avons été appelés, lors de l’activation du code orange, à nous rendre disponibles. Nous avons alors été plus de 70% à répondre à cette sollicitation, mais n’avons pour le moment pas été envoyés sur le terrain, dans la mesure où il n’existe à ce jour pas d’urgence réelle dans les Yvelines, notre territoire d’affectation.
La volonté affichée du gouvernement de renforcer les effectifs de la réserve opérationnelle est une bonne chose, mais ne nous voilons pas la face : tout est une question de moyens.
La réserve de la gendarmerie bénéficie en effet d’un budget annuel permettant de faire appel à nous. Si celui-ci est épuisé aux deux tiers de l’année et que les crédits sont insuffisants, bénéficier de milliers de réservistes formés en plus devient compliqué. Heureusement, les crédits sont en augmentation et peuvent être abondés en cas d’urgence, ainsi la gendarmerie a-t-elle obtenu un complément de 16,5 millions d'euros pour renforcer le dispositif de la réserve opérationnelle jusqu'au 31 décembre 2016.
Propos recueillis par Rozenn Le Carboulec. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1543601-reserviste-de-la-gendarmerie-je-mene-une-double-vie-ce-n-est-pas-un-camp-de-vacances.html

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Les réservistes sont des "soldats d'appoint", qui viennent renforcer les armées et la gendarmerie, 25 à 30 jours par an en moyenne et sur la base du volontariat, remplissant les mêmes missions que les militaires d'active avec le même statut. Homme du rang, sous-officiers ou officiers, ils effectuent des services de sécurité et de contrôle, des manœuvres d'entrainement, participent à la surveillance du territoire ou renforcent les états-majors. Ils peuvent aussi apporter des expertises techniques rares (communications et informatique, connaissance de langues étrangères, spécialiste logistique, aéronautique, etc...). Un petit nombre d'entre eux (environ 300) sont envoyés chaque année sur les théâtres d'opérations extérieures (OPEX), notamment dans le service de santé des armées ou le renseignement ou la police aux armées. L'objectif de cette réserve est de renforcer les effectifs lorsque l'armée ou la gendarmerie se trouve dans des pics d'activité, dus par exemple, comme c'est le cas actuellement au terrorisme et à de nombreuses opérations extérieures.

La réserve militaire s’inscrit dans un parcours continu, que tout citoyen peut et doit envisager, et qui débute avec l’enseignement de défense, se poursuit avec la participation au recensement et à la journée défense citoyenneté (JDC) pour se concrétiser par un éventuel engagement à servir dans la réserve. La formation et l’entraînement varient selon la branche que l’on choisit.  :)

Les réservistes (officiers, sous-officiers et militaires du rang) des autres armées et services du ministère de la Défense peuvent intégrer la réserve opérationnelle de la gendarmerie.

Officiers de réserve :
Les officiers de réserve des autres forces armées et services communs volontaires adressent directement à leur région militaire de rattachement un dossier dont la composition figure ci-après.
Les dossiers parviennent à la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) par le canal de la direction des ressources humaines propre à chaque armée ou service.
La direction générale de la gendarmerie nationale procède à l'examen des candidatures et prononce les changements d'armée. Un arrêté portant changement d'armée est inséré au Bulletin Officiel des Armées.
Un exemplaire de l'arrêté de changement d'armée est envoyé à la région de gendarmerie de domicile de l'intéressé. Un ordre d'affectation est établi par la région de gendarmerie d'accueil.

Sous-officiers et militaires du rang de réserve :
Les intéressés formulent une demande individuelle de changement d'armée auprès de leur organisme de gestion (composition du dossier ci-dessous).
La région militaire de rattachement transmet les dossiers à la région de gendarmerie qui prononce les décisions de changement d'armée. Un ordre d'affectation est établi.
Composition du dossier de changement d'armée (commun aux trois catégories)
- un état de renseignement 314/18 ainsi rédigé : "...qui demande son changement d'armée au profit de la gendarmerie" ;
- un certificat médical portant mention du SIGYCOP, établi par un médecin des armées et datant de moins de six mois ;
- un état des services ; (E.S pour les officiers et E.S.S pour les sous-officiers et militaires du rang)
- une copie des diplômes ;
- une copie des bulletins de notes des cinq dernières années ;
- un relevé de punition.
Sans eux, la gendarmerie ne pourrait pas fonctionner. Ils sont essentiels.
Tous les jours, il y a 3000 réservistes sur le terrain. Nous sommes montés jusqu'à 4000 au mois d'août. Fin 2018, on devra atteindre les 40 000 avec 4000 réservistes présents chaque jour à nos côtés. Cela bénéficiera à la protection des biens et des personnes. La lutte contre la délinquance répond à une loi: celle de la présence et du contact avec la population.

Source http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Notre-Institution/Nos-moyens/Reserve-gendarmerie/Militaires-des-autres-forces-armees

KAZMIERCZAK

  • Invité
Bonjour,
je serai à la retraite le 1 avril 2017 et âgé de soixante cinq je souhaiterai devenir réserviste si cela est possible.
cordialement.
Edouard Kazmierczak


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour Edouard
Vous ne pouvez pas être réserviste Opérationnel car l'âge limite est à 40 ans mais vous pouvez être réserviste citoyen.

La réserve de la gendarmerie se compose de :
- la réserve opérationnelle de 1er niveau (RO1) : 25 000 volontaires ayant signé un contrat d'engagement à servir dans la réserve (ESR) pour une période allant de un à cinq ans
- la réserve opérationnelle de 2ème niveau (RO2) : 28 000 anciens militaires d'active soumis à une obligation de disponibilité de cinq ans
- la réserve citoyenne comprenant 1 300 volontaires bénévoles agréés pour une durée de 3 ans, renouvelables

La réserve citoyenne :
Deuxième composante de la réserve militaire, la réserve citoyenne est fondée sur l'engagement personnel, désintéressé et effectué dans un esprit de neutralité de bénévoles issus de la société civile, désireux de se rendre utiles pour l'Institution et affichant un haut degré d'expertise dans les domaines juridiques, des nouvelles technologies, de la communication, des finances ou de l'immobilier, entre autres.
Source http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Notre-Institution/Nos-moyens/Reserve-gendarmerie
PLUS http://www.interieur.gouv.fr/A-votre-service/Mes-demarches/Papiers-Citoyennete/Vie-citoyenne/Volontariats/Engagement-aupres-des-armees/Reserve-citoyenne

Les réservistes citoyens de défense et de sécurité sont des collaborateurs bénévoles du service public, des ambassadeurs de la Défense et de la gendarmerie, qui ont choisi de servir en faisant bénéficier les forces armées et les formations rattachées de leur expertise et de leur connaissance du tissu socio-économique.
la suite sur http://www.defense.gouv.fr/reserve/reserve-militaire/reserve-citoyenne-de-defense-et-de-securite/reserve-citoyenne-de-defense-et-de-securite

La Réserve citoyenne (R.C.) joue un rôle essentiel en entretenant l'esprit de défense et de sécurité nationales et en maintenant le lien entre la Nation et ses forces armées. La mise en place d'un « secrétaire général de la réserve citoyenne » à la direction de la Gendarmerie a pour objectif de la dynamiser.
Dans un contexte de forte mobilisation de toutes les énergies et ressources disponibles, le DGGN a souhaité lui impulser une nouvelle dynamique par la mise en œuvre d'un « plan stratégique 2016-2020 ». Ambitieux dans ses objectifs en termes d'animation du réseau et d'implication de tous ses membres, il prévoit, également, de faire passer l'effectif de 1300 à 1500 personnels à l'échéance 2020.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6741
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
En 2017 une nouvelle formation des réservistes opérationnels de la gendarmerie de quatre semaines (consécutives ou en deux quinzaines), bref des militaires prêts à l'emploi afin de servir au cœur des unités de GD pour mieux assister les gendarmes d'active.  8)
À partir du 1er janvier 2017, tous les jeunes Français et Françaises, de moins de 40 ans, sélectionnés pour devenir réservistes de la gendarmerie suivront la FORT (Formation Opérationnelle du Réserviste Territorial). S'ils réussissent les étapes de ce cycle rénové, ils obtiendront le CIAPT (Certificat d'Aptitude à la Pratique du Tir et du bâton de défense), la qualification d'APJA (Agent de Police Judiciaire Adjoint), puis prêteront serment et seront directement prêts à l'emploi, au service des unités (des mesures transitoires d'enseignement à distance vont progressivement permettre à tous les réservistes formés selon le schéma antérieur d'acquérir la qualification d'APJA).
Cette avancée majeure, utile et pragmatique, trouve un écho particulier dans la montée en puissance de la réserve de la gendarmerie comptant aujourd'hui 28500 militaires dans ses rangs, Richard Lizurey, le nouveau directeur général de la gendarmerie, a annoncé qu'il souhaiterait que d'ici fin 2018, la réserve atteigne 40.000 personnes.

Depuis les attentats, les Français se précipitent pour faire partie de la réserve de la gendarmerie. Un engouement qui pose aussi quelques soucis logistiques. Depuis l'attentat de Nice le 14 juillet dernier, les demandes pour intégrer la réserve de la gendarmerie nationale sont très nombreuses.
Cet été 2016, pas moins de 2.000 civils ont été formés pour intégrer la réserve.  :)

La gendarmerie nationale a même dû revoir ses critères de recrutement pour faire face à l'afflux de demandes, en augmentant l'âge limite de 30 à 40 ans. "On est encore en pleine forme à 40 ans mais on va encore assouplir cette règle des 40 ans. C'est important d'accompagner cet élan citoyen.
Si quelqu'un à 41, 42 ou 43 ans et qu'il est en forme", il ou elle pourra rejoindre la réserve de la gendarmerie a annoncé le général Lizurey sur RTL ce jeudi 29 septembre. http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/richard-lizurey-le-nouveau-directeur-general-de-la-gendarmerie-est-l-invite-de-rtl-7785039469

Aujourd'hui, la réserve de la gendarmerie est composée de 25.000 civils qui travaillent en moyenne 25 jours par an pour la maison bleue.

Source gendarmerie.