Auteur Sujet: Gendarmerie de l'Air  (Lu 2392 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Gendarmerie de l'Air
« le: 17 septembre 2015, 09:53:49 »
La gendarmerie de l'Air est une formation spécialisée de la gendarmerie nationale, placée, pour emploi, auprès du chef d'état-major de l'armée de l'Air.

La gendarmerie de l'air exerce les missions de police administrative, militaire et judiciaire sur les bases, installations et établissements de l'armée de l'air en métropole, outre-mer et à l'étranger. Elle détient une compétence exclusive en matière d'accidents d'aéronefs militaires.

Trois types de missions sont assignés à la gendarmerie de l'air :
- la « Sûreté-protection du domaine air » comprend la surveillance active de la base aérienne et de ses abords ; le contrôle à l'entrée de la base et aux environs ; l'orientation, la recherche, l'exploitation du renseignement de tout ordre ;
- le « conseil aux autorités », chaque responsable de la gendarmerie de l'air, (du commandant de brigade au commandant de la gendarmerie de l'air) est l'interlocuteur privilégié des autorités d'emploi de son niveau pour toutes les questions relatives aux missions de police et de sûreté-protection ;
 - les « missions de police » militaire (respects des règlements militaires), administrative (police de la circulation routière et contrôle de la circulation des personnes) et judiciaire (les gendarmes de l'Air possèdent la même compétence judiciaire que tout gendarme). Elles sont effectuées sur le « domaine air » (bases aériennes et sites rattachés) en métropole, dans les DOM-TOM et à l'étranger (dispositif permanent et OPEX).
A l'extérieur de ces sites, elle est chargée des mêmes missions pour la protection du personnel, du matériel et des installations de l'armée de l'air.
 
Commandée par un colonel, assisté d'un état-major implanté à Paris, la gendarmerie de l'air est articulée en 2 groupements, 5 compagnies et 52 unités, en métropole et outre-mer ainsi qu'à l'étranger ou en OPEX.

La gendarmerie de l'air constate les accidents d'aéronefs militaires français ou étrangers survenus sur le territoire national (ponctuellement dans d'autres pays sur instruction des magistrats en fonction des accords internationaux) de et apporte éventuellement son concours à la gendarmerie départementale et aux autres formations spécialisées (notamment la gendarmerie des transports aériens et la gendarmerie maritime).

Sources : SIRPA gendarmerie

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarmerie de l'Air
« Réponse #1 le: 17 septembre 2015, 10:04:12 »
Vous en avez déjà entendu parler, mais la connaissez-vous vraiment ?  ???
La gendarmerie de l'Air souffle aujourd'hui sa 72e bougie. Créée par décret le 15 septembre 1943, la gendarmerie de l'Air est placée, pour emploi, auprès du chef d'état-major de l'armée de l'Air, tout en restant une formation spécialisée de la gendarmerie nationale.

Sa raison d'être ?
Exercer les missions de polices administrative, militaire et judiciaire sur les bases, installations et établissements de l'armée de l'Air partout en France mais aussi à l'étranger. La gendarmerie de l'Air détient aussi une compétence exclusive en matière d'accidents d'aéronefs militaires. Elle assure également la surveillance de la base aérienne et ses abords, et y effectue des contrôles.
Et oui, la Gendarmerie de l’air (Gair) est présente dans le monde entier !
Découvrez cette formation en images ! ICI + LA

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Gendarmerie de l'Air
« Réponse #2 le: 03 octobre 2015, 10:09:04 »
[HISTOIRE] La Gendarmerie de l'Air !

Si vous avez l'habitude de croiser, ou de côtoyer, les militaires du groupement de gendarmerie départementale de l'Eure, sachez qu'il existe également au sein de la Gendarmerie Nationale, des gendarmeries dites "spécialisées" dont la Gendarmerie de l'air. Une brigade de ces gendarmes "pas comme les autres" est implantée au sein de la base aérienne 105 à Evreux.

Si la Gendarmerie de l'air fait partie intégrante de la Gendarmerie Nationale, elle est toutefois mise en emploi auprès de l'armée de l'air.

Ainsi, à l'aube de la création de l'aéronautique militaire puis à l'issue du déclenchement de la première guerre mondiale, il est apparu nécessaire d’affecter des gendarmes à la surveillance des terrains militaires aménagés aux abords du front. Cette mission spécifique, bien qu’entrant parfaitement dans le cadre des attributions traditionnelles de la Gendarmerie, ne fut toutefois pas poursuivie après 1919.
 
En 1934, année de sa création, l’armée de l’Air bénéficia cependant pour la surveillance de ses terrains et de ses installations, d’éléments détachés de la Gendarmerie départementale ou de la Garde républicaine mobile. Plus tard, une instruction de 1938 accrut encore le rôle de la gendarmerie, notamment dans le constat des accidents aériens.
En 1943, parallèlement à la renaissance de l’armée de l’Air des F. F. L., le Comité français de la Libération nationale, siégeant à Alger, créé le premier corps de Gendarmerie de l’Air. D’effectifs modestes, il ne comptait que 3 sections ainsi qu'une école pour la formation des élèves gendarmes ; par ailleurs, il était complètement intégré à l’armée de l’Air.

En 1945, une première réorganisation fit l’objet d’un arrêté pris en date du 24 février et qui instituait :
• à Paris, une légion de Gendarmerie de l’Air regroupant les unités de la métropole • à Alger, une légion rassemblant les unités d’outre-mer. La Gendarmerie de l’Air pourvoyait elle-même à son recrutement et la formation de ses personnels se faisait dans un centre d’instruction ouvert à Neuilly.

En 1947, la Gendarmerie de l’Air était intégrée au sein de la Gendarmerie nationale et toutes les unités de cette nouvelle gendarmerie étaient rattachées directement aux légions de Gendarmerie départementale.
Après une longue période de tâtonnements où se succédèrent les rattachements à l’armée de l’Air et les réintégrations dans la Gendarmerie nationale, intervenait enfin le décret du 18 juin 1956 qui instituait un judicieux compromis entre ces deux tendances :
• Les forces de la Gendarmerie de l’Air faisaient partie intégrante de la Gendarmerie nationale
• Elles étaient spécialisées dans leur emploi.

Mais récemment abrogé, le décret du 18 juin a été remplacé par un arrêté du 6 janvier 2014. Ainsi, la gendarmerie de l'Air est doublement rattachée, à la fois au directeur général de la gendarmerie nationale et au chef d'Etat-major de l'Armée de l'Air.
Implantée sur chaque base aérienne, ses missions consistent en :
  ⁃ la police judiciaire ;
  ⁃ la police administrative ;
  ⁃ et la police militaire.
En outre elle est également chargée :
  ⁃ de la sûreté et de la protection des installations dépendant de l'armée de l'Air ;
  ⁃ de la surveillance des installations aériennes ;
  ⁃ de faire respecter les directives prescrites par le commandant de base ;
  ⁃ de la recherche du renseignement au profit des autorités de l'armée de l'Air ;
  ⁃ de la constatation des accidents aériens mettant en cause des aéronefs de la Défense et étrangers ;
  ⁃ de la sensibilisation du personnel par le biais de séances d'instruction (stupéfiants, légitime défense, sécurité routière, etc...) ;
  ⁃ enfin du filtrage et de l'identification des visiteurs accédant en base.

L'uniforme des gendarmes de l'Air diffère légèrement de celui des gendarmes départementaux. La casquette remplace le képi. Ils portent également des galons « air » mais de couleur blanche, contrairement aux aviateurs qui, eux, les ont de couleur dorée.

Source Gendarmerie facebook