Auteur Sujet: Groupe d'enquête et de lutte anti-cambriolages ... le Gelac !  (Lu 7594 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Les cambriolages sont en nette progression, ils visent surtout des résidences principales. Les gendarmes ne sont pas restés sans réaction car confrontés à une explosion des vols avec effraction, ils ont répliqué en créant une cellule spécialisée, le Gelac, qui a réussi à inverser la courbe.

Le profil du cambrioleur a changé. « Avant, on avait beaucoup de vols dans les châteaux ou les maisons bourgeoises. L'essentiel des objets dérobés était revendu dans les brocantes ou les vide grenier. Le phénomène s'est déplacé. » Aujourd'hui, l'écran plat séduit plus que le meuble Louis XV. Il est surtout beaucoup plus pratique à transporter.

Une ou plusieurs bandes agissent rapidement et souvent l'après-midi. « Pendant que les gens sont au travail ou en vacances, ça va plus vite de prendre des bijoux, de l'argent ou de l'outillage que des meubles. Le mode opératoire est simple mais traumatisant pour les victimes »

Ce nouveau type de cambrioleurs s'est adapté à son temps. Fini le bon vieux fourgon, désormais la délinquance itinérante roule en voiture banalisée. « Ils s'intéressent aux faits-divers dans les médias, regardent des séries tété comme Les Experts. » Du coup, les gendarmes doivent enfiler le costume de « profiler ». « Il faut raisonner comme le délinquant. Il cible, il ne va pas n'importe où et ne fait pas n'importe quoi, il est loin d'être stupide. »

Lors de son bilan de la délinquance le procureur de la République de Nevers avait mis en exergue « une vague sans précédent de cambriolages » dans la Nièvre. Le phénomène touche notamment les résidences principales, « visitées » par des voleurs opportunistes et rapides, le plus souvent durant les heures de travail.
Ces méfaits plombent les statistiques de la sécurité depuis de longs mois déjà.  ???
En juillet 2012, la gendarmerie réagit en créant un groupe d’enquête de lutte anti-cambriolages (Gelac). « Il a pour vocation d’élucider non pas des faits isolés, mais des faits sériels sur le territoire de plusieurs brigades, voire de plusieurs compagnies » et « Le travail s’effectue essentiellement sur des individus et sur des filières de recel ».

La structure est d’abord montée à l’échelle du département. Mais les statistiques continuent de dévisser. « Fin 2012, la Nièvre, jusqu’alors préservée de ce type de délinquance, a clairement rattrapé son retard » constate Lucien Barth.
« Il fallait réagir et s’adapter ». La puissance du Gelac est alors « démultipliée ».
Le groupe passe de quatre à dix gendarmes, avec une cellule dans chaque compagnie  et des référents dans chaque brigade territoriale.
Allier technicité et proximité « Cette nouvelle mouture allie des enquêteurs techniquement très poussés et d’autres avec une vision de terrain et proches de la population ». « Ce mélange permet d’être très réactif et nous avons obtenu les résultats escomptés ». Le taux d’élucidation remonte et le Gelac remporte de jolis succès.
Les GELAC, qui se sont généralisés sur la base d’une consigne nationale, assurent aussi une mission de prévention auprès de la population. Des notes d’information, personnalisées en fonction du quartier et de la brigade de rattachement, sont régulièrement distribuées. C’est un travail de porte-à-porte, qui a pour objectif de répercuter une consigne essentielle : pour permettre aux gendarmes du GELAC d’augmenter leurs chances de succès, il faut ouvrir l’œil et le bon « et ne pas hésiter à décrocher son téléphone pour leur signaler les comportements suspects.
Plusieurs militaires sont spécialisés en recherche d'empreintes, d'ADN, perquisition informatique, etc… S'il y a un besoin de monter en puissance, le GELAC peut disposer d'effectifs supplémentaires pris sur les brigades avoisinantes».
Il n'y a pas de miracle dans le judiciaire mais une étroite symbiose entre les citoyens témoins d'actes délictueux et les gendarmes »  ^-^

Citer
Maillon indispensable de cette lutte anti cambriolages : la participation citoyenne. « Il s'agit plus de la solidarité de voisinage » et de nombreuse communes se sont déjà engagées dans ce dispositif par la signature d'une convention. « On a tous un sens civique ! » Encore faut-il le mettre au service de la collectivité. Ce qui passait naguère pour de la délation est désormais entré dans les mœurs il en va de la tranquillité publique. « Il s'agit tout simplement d'avertir la gendarmerie lorsqu'on est témoin d'un fait anormal : un véhicule qui passe plusieurs fois devant une maison par exemple ».  ::)
Ce matin, la gendarmerie nationale a interpellé deux jeunes de 16 ans originaires des Pays de l'Est, alors qu'ils sortaient d'une villa en possession de bijoux en or tout juste volés.

Belle prise que celle réalisée par la gendarmerie avec l'interpellation de deux cambrioleurs tout juste âgés de 16 ans. C'est un témoin qui a signalé la présence suspecte de deux jeunes, qui circulaient à bord d'une vieille Renault Clio de couleur bleue.  Aussitôt l'alerte donnée, la gendarmerie a donc activer son dispositif anti-cambriolage, en mobilisant très rapidement toutes les unités qui patrouillaient sur le secteur. Sur les deux voleurs, pris en flagrant délit, les militaires ont également saisi des tournevis et des gants, ainsi que le véhicule à bord duquel ils circulaient, les deux suspects utiliseraient un tournevis pour ouvrir des baies vitrées, avant de faire main basse sur des bijoux en or et/ou de l'argent liquide.

http://video-streaming.orange.fr/actu-politique/au-coeur-du-gelac-le-groupe-d-enquete-et-de-lutte-anti-cambriolage-de-carcassonne_9698859.html

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Groupe d'enquête et de lutte anti-cambriolages ... le Gelac !
« Réponse #1 le: 17 septembre 2013, 15:24:25 »
Cambriolages : deux butins incroyables récupérés par les gendarmes http://www.presseocean.fr/actualite/cambriolages-deux-butins-incroyables-recuperes-par-les-gendarmes-08-09-2013-73979

Les gendarmes de la compagnie de Nantes ont frappé fort en élucidant deux très grosses affaires ce week-end. A la clé, de très gros butins mis au jour.

Le « chat » est tombé. Le chat, c’est ce monte-en-l’air qui a écumé vingt domiciles depuis le 15 août, principalement à Carquefou. Ce Nantais de 20 ans repérait les baies vitrées et les fenêtres laissées ouvertes, la nuit, par les habitants. Puis il grimpait sur les gouttières, escaladait les balcons, et s’infiltrait dans les logements sans effraction. Argent, bijoux, cartes bancaires avec numéros de code, ordinateurs, voitures: son trésor de guerre dépasse « largement les 200 000 € » estiment les enquêteurs.
Le suspect a été appréhendé vendredi soir, dans le quartier de la Beaujoire. Plus de 150 objets de valeur sont en cours de restitution à leurs propriétaires. Succès à mettre au crédit du Gelac (Groupe d’enquête de lutte-anti-cambriolages) et des techniciens d’identification criminelle de proximité mobilisés après chaque méfait du « chat », à l’affût du moindre faux-pas.

Précieux convoi intercepté à Ancenis  ^-^

Les enquêteurs de la brigade de recherches de la gendarmerie de Nantes ont également réalisé une belle prise vendredi, interceptant deux véhicules remplis à ras bord de marchandises douteuses, en partance pour la Roumanie. Près de 11 500 € en espèces ont été saisis, ainsi qu’une dizaine d’ordinateurs, un saxophone, des vêtements de sport volés, de l’alcool, une cargaison faramineuse d’outillages de jardin et de bricolage… Trois cents articles sont sous scellés, en attendant leurs propriétaires.

Dans ces deux affaires, les suspects ont été déférés devant le parquet ce dimanche soir. Le procureur de Nantes a demandé leur placement en détention provisoire.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Groupe d'enquête et de lutte anti-cambriolages ... le Gelac !
« Réponse #2 le: 29 septembre 2016, 11:35:11 »
Les Gelac, « l’arme absolue » des gendarmes contre les cambrioleurs  8)
Créés en décembre 2011, les Groupes d’enquête de lutte anticambriolage (Gelac) ont permis de démanteler plusieurs réseaux de malfrats.
La lutte contre les cambriolages passe par une présence de la gendarmerie sur le terrain afin de dissuader les malfaiteurs et rassurer la population.
Pour la gendarmerie nationale, avec la lutte contre les accidents de la route, la lutte anticambriolage est l’une de ses deux priorités.  >:(
Le problème, en la matière, est que la nature des vols aggravés (c’est la dénomination juridique des cambriolages) a changé avec le temps.
Dans la plupart des cas, ils sont le fait de groupes organisés et itinérants, capables de frapper plusieurs fois par jour, dans tout le département, à la recherche de numéraires et de métaux précieux (or, notamment, depuis la flambée des cours). Un état de faits qui rend d’autant plus complexes les enquêtes, et ce d’autant qu’il n’existe aucun lien entre victime et cambrioleurs. La sacro-sainte selon laquelle répondre à la question « à qui profite le crime » revient à résoudre l’énigme, ne peut donc pas être appliquée.

S’adapter à l’évolution de la délinquance  8)
Du coup, la « maréchaussée » a été contrainte de s’adapter à cette évolution, en créant les GELAC, Groupe d’enquête de lutte anticambriolages, au mois de décembre 2011.
Il existe un Gelac par compagnie de gendarmerie, chaque groupe dépendant d’une brigade de recherche. « Tous les Gelac qui intègrent des enquêteurs chevronnés se consacrant exclusivement aux cambriolages », explique le commandant de Groupement. « C’est que les activités des gendarmes sont si diverses (Ndlr : surveillance du territoire, police de la route, différends entre les personnes, problèmes de voisinages, violences domestiques), qu’il est nécessaire de détacher des effectifs chargés d’enquêter spécialement sur ce type de méfaits », poursuit le patron des gendarmes audois. « De deux à cinq personnes composent chaque Gelac, pour dépasser parfois les dix gendarmes, au moment de procéder aux interpellations et d’organiser les auditions des mis en cause. »  Les Gelac ont pour vocation un traitement en temps réel des affaires.
Lorsqu’un fait est commis, la brigade locale se déplace et réalise les premières constatations, avec l’intervention d’un Technicien en identification criminelle de proximité (Ticp). Le Gelac est alors alerté et se saisit de l’affaire. Les brigades peuvent ainsi se concentrer sur d’autres missions. Une véritable plus-value pour les unités de terrain.
En effet, les militaires des Gelac sont plus à même d’enquêter sur les faits commis, car ils ont une vision claire de l’ensemble du phénomène et peuvent travailler dans le temps de la flagrance.

« Des résultats intéressants… » Même si la lutte contre la délinquance reste un combat perdu d’avance, en ce sens où il est impossible de l’endiguer totalement, l’apport des Gelac en terme d’élucidation reste indéniable. « Face à ce nouveau type de cambriolage, nous obtenons des résultats intéressants », conclut le colonel.

« Anacrim’», un logiciel efficace :
Dans le cadre de la lutte contre les cambriolages, les gendarmes des Gelac font usage du logiciel « Anacrim », de la locution « Analyses criminelles. »
Cet outil informatique permet de faire des recoupements entre différentes affaires, en se basant sur le mode opératoire, notamment, mais également sur des éléments d’enquête communs (signalement d’individus ou de véhicules suspects observés à proximité des lieux d’un casse, par exemple).
« Ce logiciel permet de faciliter l’enquête, mais ne désigne en aucun cas des suspects », affirme le commandant, responsable de la police judiciaire pour le département, en zone gendarmerie. Mais un outil qui, associé à la sagacité des enquêteurs, peut s’avérer redoutable.

Groupes d'Enquête et de Lutte Anti Cambriolages (GELAC) ; des militaires, qui travaillent en tenue civile, et qui ont pour mission d'identifier, surveiller et interpeller les auteurs de cambriolages, notamment ceux faisant partie d’équipes de malfaiteurs chevronnés.
Les gendarmes s'appuient aussi sur la coopération de la population au travers des dispositif de "participation citoyenne" instaurés dans certaines communes. Les "voisins référents" sensibilisent les personnes résidant dans leur quartier et sont des relais essentiels pour les forces de l'ordre afin de dispenser des conseils de prévention tels que le fait de faire vider sa boite aux lettres pendant des périodes d'absence prolongée ou de dissimuler les bijoux à l'intérieur des habitations pour ne pas faciliter l'action des voleurs. Ils sont aussi les maillons importants d'une chaîne d’information et de renseignements essentielle, dont certains, même les plus minimes, peuvent être déterminants dans la résolution d'une affaire.
En tout état de cause, en cas de doute sur un individu, un véhicule ou qu'une situation qui vous paraît anormale, composez le 17, identifiez-vous, localisez-vous et expliquez clairement, lentement et simplement ce que vous avez remarqué ou noté.