Auteur Sujet: Harcèlement Moral durant un arrêt maladie ...  (Lu 19523 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne WVA

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Homme
Harcèlement Moral durant un arrêt maladie ...
« le: 22 février 2008, 12:13:29 »
Bonjour,
Ma femme est dans la Gendarmerie Mobile (cuisto), et elle est en situation d'arrêt maladie à cause de problèmes de d'hypertension liée à sa grossesse actuelle.
Or, le secrétariat passe le plus clair de son temps à nous appeler à notre domicile (logement privé hors caserne), lui laissant des messages constamment, lui demandant de venir en personne au secrétariat.

Ma femme refuse d'y aller, car elle se fait systématiquement incendier lorsqu'elle y va, et un adjudant-chef du secrétariat va tout faire pour la couler dès à présent.

Voici donc mes questions :

- Est-il en droit de lui demander de venir sur le lieu de travail pour lui faire remplir des broutilles administratives ?

- Les messages constamment laissés sur notre répondeur peuvent faire office de harcèlement ? (pour ma part, je suis civil, vivant à ce domicile)

J'espère que vous saurez m'éclairer,

Cordialement,

WVA.

P.S. : J'attends bien évidemment des réponses sûres et crédibles.

Hors ligne tequilla-corse

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 372
  • Sexe: Femme
  • c.c.a + aide-soignante
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #1 le: 22 février 2008, 21:12:40 »
Bonjour je ne suis pas gendarme mais ambulancière alors  la chose qui me fait réagir c est que si votre épouse est arrétée pour problème de tension, sauf erreur, le médecin lui a recommander un max de repos ? donc  un minimum de déplacements surement pour aussi  préserve le bébé ?
ensuite  il faut voir avec l inspection du travail et les prud homme qui vous renseigneront.
bon courage et beau bébé.

Hors ligne uscha

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 117
  • Sexe: Homme
  • agent de voirie (ancien s/off branche 12)
    • http://uscha.spaces.live.com/
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #2 le: 22 février 2008, 22:31:59 »
avant de parler de l'inspection du travail et les prud'homme , dans les forces armees il y a des interlocuteurs plus appropries :
- responsable des effectifs ou chancelier
- president des s/off ou off , suivant le grade
- commandant en second et chef de corps
- direction ou inspection de l'arme

Faire appel au civil est le dernier recours car cela finit tres souvent par une fin de carriere !

Hors ligne tequilla-corse

  • Très bonne participation
  • ***
  • Messages: 372
  • Sexe: Femme
  • c.c.a + aide-soignante
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #3 le: 23 février 2008, 10:00:34 »
c'est ce que je disais suis pas du métier moi ^^

greg3175

  • Invité
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #4 le: 29 février 2008, 20:22:43 »
bonjour a toi.

Ton epouse est elle de carriere? gendarme adjoint? sous off sous contrat? CSTAGN?
Depuis combien de JOURS est elle en congé maladie?

Pour couper court aux dires completements faux des visiteurs bien intentionnes qui t'ont repondus,   en matiere militaire, et en ce qui concerne les fonctionnaires, le conseil des prud'homms n'a aucune competence et pour cause, il est compose de juristes non professionels (patron d'entreprise, syndicat, ouvriers)  Hors jusqu'a preuve du contraire il n'y a pas de chef d'entreprises, ou de syndicats en gendarmerie..............

En premier lieu, il convient de faire revenir le medecin et qu'il marque au clair l'incapacité de ta femme a se deplacer en faisant eventuellemnt mention de son etat de sante(a envoyer au medecin d'unite), ensuite informer sans délai le medecin d'unite (niveau region gendarmerie) de la situation.  Garder tt les messages en ta possession. Rediger un compte rendu dans un premier temps au commandant de compagnie. Puis au commandant de groupement de gendarmerie mobile, et enfin au commandant de région.  Surtout respecter la voie hierarchique!

Il est peut etre un peu prematuré de parler de harcelement moral, d'autant plus qu'il est tres difficile à constituer, au risque de voir la partie adversaire se retourner contre soit pour fausse declaration.

Pour terminer, au ministere de la defense, il y a la commission des recours des militaires, je ne sais pas si elle est competente en la matiere, au pire elle auras retour de son courrier avec AR, avec la declaration d'incomptence de cette commission!

Vous avez la possibilite de consulter un avocat, il pourra vous conseiller, renseigne toi a la mairie de ta commune, la mairie organise de temps en temps et ds certaine mairie des entretiens une fois par semaine, ou encore au tribunal de grande instance, tu as des permanences conseils.
Si vous en arrivez a ce stade, gardez le pour vous, n'en parlez a personne, restez discret!

Ne demoralisez pas, gardez surtout votre calme même si c'est difficile, s'emporter lui porterait prejudice.

Hors ligne WVA

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Homme
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #5 le: 01 mars 2008, 15:22:07 »
Merci pour ces réponses claires et précises.

Pour information, ma femme est G.A.V. dans un escadron de gendarmerie mobile, mais je n'ai pas cru bon le préciser, étant donné les faits, il me semble moral de ne faire aucune distinction de grade...

Merci encore, je tâcherai de vous tenir au courant au cas où...

greg3175

  • Invité
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #6 le: 01 mars 2008, 16:24:20 »
la situation te semble t'elle moral a la base?
La question a son importance quand a la maniere de s'y prendre.
Faite venir le medecin, et envoyez ses obserations au seul medecin d'unité, en aucun cas a la compagnie, même si ils le demandent!  En matiere medicale, ils n'ont acces qu'à l'arrêt maladie volet 3 (sans le motif).
Si ton épouse est vraiment trop mal, alors rien ne t'empeche toi d'ecrire ouvertement au commandant de region, elle ne peut etre sanctionné pour ca!
Attention pas de mots plus haut que l'autre!!!  tu n'as (en tant que civil) aucune obligation de passer par la voie hierarchique,  tu t'en doute bien!
bon courage

Hors ligne WVA

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Homme
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #7 le: 05 mars 2008, 10:57:44 »
Je viens aux nouvelles...

Dorénavant, c'est moi qui vais porter les certificats médicaux et le reste des futilités administratives au secrétariat (je suis un ancien du PSIG de la caserne tout l'monde me connaît), et vu que ça les énerve de ne pas voir ma femme les donner, ils se déplacent jusqu'à notre domicile (privé, je le rappelle), alors que je suis au travail (pour qu'elle soit sans défense), et lui prolifèrent des menaces telles que :

- un dossier est monté contre elle, avec l'approbation du commandant d'escadron et du commandant de région;

- si elle continuait à ne pas se manifester, son solde serait supprimé (dit en sous-entendu, l'adjudant-chef s'est peut êtr mal exprimé);

- l'adjudant-chef ferait tout ce qui est en son pouvoir pour qu'elle réintègre la caserne (qu'elle quitte son logement privé pour revenir habiter en caserne), car "loger à l'extérieur est un privilège que la Gendarmerie lui offre" (soit disant).

la notation de ma femme sera très très mauvaise.

Je précise que l'adjudant-chef s'est rendu à notre domicile seul, sans une quelconque escorte, ou collègue.

Assistante sociale contactée, visite la semaine prochaine. D'une autre part, je commence à monter un dossier médical (cardiologue, médecin généraliste, psychologue), afin de démontrer médicalement que si elle vient à la caserne lors de son arrêt maladie (pour se faire engueuler), cela engendre des montées de tension très dangereuses pour le bébé (5ème mois d'ailleurs  :) ), et ainsi tenter de donner raison auprès du commandant de région.

Voilà ce qu'il se trame depuis ces derniers temps.

Merci encore de votre aide.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #8 le: 30 mars 2008, 13:04:48 »
Salut WVA
bonjour, peux tu nous dire où en est la situation ?
Ton épouse GAV est en emploi à durée déterminée (ancien emploi jeune maxi 5 ans).
J'espère que l'assistante sociale a pu faire quelque chose auprés du commandant d'escadron et de groupement - ce type de gradé AJD/C je connais, il prend plaisir à faire pleurer les filles - la gendarmerie est un monde à part et c'est le réglement intérieur de dicipline générale militaire qui s'applique -
A t elle rencontré le médecin militaire de la gendarmerie ??
Consernant les rencontres avec son chef de service je t'invite à faire l'acquisition d'un dictaphone qui sert aux patrons pour dicter le courrier (micro sensible) afin qu'elle le mette en "action" dans sa poche lors de leurs rencontres pour enregistrer la conversation - conserver la cassette pour une éventuelle action en justice (ce n'est pas une preuve irréfutable mais ça peu aider).
amitié
jean

Hors ligne WVA

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 5
  • Sexe: Homme
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #9 le: 30 mars 2008, 15:47:28 »
Bonjour,

Alors je viens aux nouvelles, comme demandé...

Assistante Sociale contactée qui s'est chargée, après sêtre déplacée jusqu'à notre domicile, d'appeler le Capitaine, commandant l'escadron. L'effet a été immédiat, et tout le secrétariat s'est largement calmé. Ils font maintenant preuve d'une politesse et d'une gentillesse très douteuse, mais nous nous sommes rendus compte que le secrétariat avait proféré des menaces complètement fausses (un dossier monté contre ma femme, le colonel averti et qui refuserait le renouvellement de son prochain contrat)...

Bref, tout semble être rentré dans l'ordre, mais nous gardons toujours un brin de méfiance, car on ne sait toujours pas ce qu'ils nous réservent une fois que toute cette histoire sera réglée (après le retour de ma femme après son accouchement et ses congés de maternité).

Voilà,

Affaire à suivre...

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6979
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Harcèlement durant un arrêt maladie...
« Réponse #10 le: 18 mars 2009, 14:07:21 »
Bon ... sujet n'ayant plus l'intérêt à rester ouvert    j'aioublié :coucou1: PDB

J'ajoute cependant ces liens et quelques lignes qui pourraient servir :

http://www.psychologies.com/cfml/recherche/recherche.cfm

Un extrait de psychologies.com
- Qui n’a jamais subi le mépris d’un proche ? Qui peut se vanter de ne s’être jamais moqué de personne ? Nous sommes tous des coupables et des victimes potentielles de violence psychologique... Simplement parce que nous sommes humains, égocentriques et faillibles.
Mais le harcèlement moral, c’est autre chose.
Il s’agit d’une violence insidieuse, certes " discrète ", mais répétée, systématique, chronique et… quotidienne.
Elle n’atteint pas – dans un premier temps en tout cas – l’intégrité physique de la victime, mais consiste à empiéter sur son territoire psychique. Une douleur vécue jusqu’à il y a peu dans le silence ou endormie à coup d’antidépresseurs. Une douleur réveillée avec grand bruit, il y a quelques mois, par les psychanalystes Christophe Dejours, Marie-France Hirigoyen, Christiane Olivier, et leurs best-sellers aux titres pourtant peu réjouissants : “Souffrance en France”, “le Harcèlement moral”, “l’Ogre intérieur”.

-----> pour votre Info voici les deux PROFILS :

Portrait d’une victime :
Douée, consciencieuse, avenante, la victime consacre son énergie à donner le meilleur d’elle-même. Des qualités, précisément, que le pervers convoite. Plutôt vive et extravertie, elle a tendance à exprimer haut et fort ses réussites et ses bonheurs. Des attributs (statut social, créativité…) dont le pervers cherche à la dépouiller. Elle se fait donc en quelque sorte vampiriser. Généreuse de surcroît, elle ne peut se résoudre à la perversité et il n’est pas rare qu’elle cherche des excuses à son bourreau. Ce qui accroît sa vulnérabilité, c’est son sens des responsabilités et sa propension à se culpabiliser. C’est par là que le pervers l’" accroche " : touchée dans sa peur de faillir, elle admet trop facilement la critique et se tue à donner satisfaction. Avant de se résoudre (ou d’être poussée) à abandonner la partie, elle est devenue l’ombre d’elle-même.

Portrait d’un bourreau :
Au premier abord, il est charmant, plutôt brillant. Puis son ton se fait monocorde, son discours condescendant, son air supérieur. (Il va vous piéger comme une araignée ou une fleur carnivore).
Ses armes favorites : isoler, disqualifier, refuser la communication, brimer. Inutile de le raisonner.
" Un individu pervers est constamment pervers, précise M.F. Hirigoyen. Il est fixé dans ce mode de relation à l’autre et ne se remet jamais en question. " Si vous l'interpellez ou le contrez il rebondira sur ses "pattes" et vous culpabilisera en vous renvoyant une "image" de vous défavorable qui le disculpera. Il n’éprouve pas la moindre culpabilité : faire souffrir ne le fait pas souffrir, au contraire. Il est incapable d’empathie, incapable même d’identifier la souffrance de l’autre, puisque l’autre n’existe pas pour lui. Il nie son intégrité et son humanité. Son talent : taper là où ça fait mal et se faire passer lui-même pour victime de la prétendue incompétence ou malveillance de son bouc émissaire. A savoir : lorsque la victime décide de se soustraire à ses assauts, le pervers peut faire preuve d’une gentillesse inattendue. Sinon, privé de sa substance vitale, il se cherche au plus vite une nouvelle proie.


Si ça peut vous aider ou pour ajouter à vos connaissances générales :

Mieux connaître les harceleurs, conseils pratiques aux " victimes "
Les textes suivants ont été spécialement envoyés par son auteur Tim Field ( Ph D ) qui dirige un site britannique sur le HM, écrit des ouvrages sur la question et dirige des formations, pour être diffusé sur le Site d'Expression médicale.

Il existe dans la plupart des institutions un harceleur en série.

" Cela me stupéfie toujours de constater à quel point un comportement anormal de destruction de la part d'une seule personne peut envahir toute une institution à la manière d'un cancer "

Tim Field, auteur et formateur

J'estime qu'une personne sur trente, homme ou femme, est un harceleur en série. A qui vous font penser les symptômes suivants ?

Le harceleur en série :

- est un menteur compulsif et des plus convaincant, qui, appelé à témoigner inventera sur-le-champ de quoi se justifier .

- sur le modèle d'un Dr Jekyll et Mr Hide, il est méchant et teigneux en privé, mais innofensif et charmant devant témoin. Personne ne peut ( ou ne veut ) croire que cet individu a un caractère rancunier. Seule la cible habituelle des attaques du harceleur en série perçoit la duplicité de son comportement.

- excelle à décevoir.

- utilise son charme, et est toujours toujours crédible et convaincant avec ses pairs, ses supérieurs et les autres qui sont là ( le charme sert aussi bien à tromper et à combler l 'absence d'empathie) .

-est aussi convenu, manque de profondeur d'esprit et superficiel : beaucoup de belles phrases sans substance

- compte sur le mimétisme pour faire croire qu'il est un être humain " normal ".

- on ne peut pas lui faire confiance ; il ne tient pas ses engagements y compris sur le plan affectif.

- montre des attitudes inhabituelles et inappropriées en matière de comportement sexuel

- sous un extérieur charmant, il y a souvent des aspects troubles ou des signes de discrimination sexuelle, de harcèlement sexuel, de violence ou de perversion sexuelle (et parfois aussi de préjugés raciaux, de xénophobie ou d'ostracisme).

- montre une obsession maniaque de tout contrôler,

-un besoin compulsif de critiquer, tout en refusant de reconnaître, mettre en valeur et féliciter les autres .

- saute d'un sujet à l'autre de telle façon que vous avez le sentiment de n'avoir pas eu une conversation cohérente et que vous n'avez pu obtenir une réponse directe

-quand il s'agit de détecter ou de décrire les besoins et les intérêts des autres , répond avec impatience, irritabilité et agressivité.

- a un besoin exagéré, malsain et narcissique d'attirer l'attention pour se dépeindre lui-même comme une personne exceptionnelle, bonne, charitable et pleine de compassion, en totale opposition avec son comportement et sa façon de traiter les autres. Le harceleur ne voit rien de négatif dans son comportement et semble vraiment ignorer l'écart entre la façon dont il voudrait être perçu ( et croit être perçu) et la façon dont il est vraiment vu.

- a une foi absolue dans ses capacités de direction, mais est incapable de faire la distinction entre le commandement ( maturité, esprit de décision, assurance, droiture et intégrité ) et harcèlement ( immaturité, impulsivité, agressivité, distorsion de la vérité et duplicité ).

- se réclame souvent de qualifications, d'une expérience, de titres ou d'affiliations qui sont fausses ou détournées.

- souvent il affiche une arrogance confinant au mépris.

Le harceleur en série manque de perspicacité sur son comportement et n'a pas conscience de la bêtise et de l'incongruité de son comportement ; la formule " responsabilité atténuée " vient souvent à l'esprit. Ce manque de clairvoyance et l'incapacité de percevoir l'effet de son comportement sur les autres ( même si cela lui est signifié ) peut être qualifié de psychotique.
 

Actes de harcèlement psychologique

1- Les propos camouflés. Le harceleur fait des remarques qui ont l'air anodines, mais qui laissent planer un reproche, un doute, voire une accusation sans fondement.

2- Le refus de communiquer. Comme un roi qui punit l'un de ses suivants, le harceleur cesse tout contact avec l'employée : il lui transmet ses ordres par note de service et lui laisse ses dossiers sur son bureau, avec un minimum d'explications.

3- Le discours partial et mensonger. Le harceleur s'en donne à coeur joie : évaluations tendancieuses, notes de services qui portent atteintes à la réputation de l'employée.

4- Le refus de formation professionnelle. Une autre forme de punition. On refuse à l'employée de participer à des colloques, de suivre des cours, etc.

5- Le refus de soutien professionnel. Un moyen qui permet à l'employée débordée ou excédée de s'enliser plus vite. Le patron peut lui reprocher d'avoir mal fait son travail, même si elle n'aurait jamais pu y arriver seule.

6- Ses compétences mises en doute. Comment? En lui retirant ses dossiers sans raison, en exigeant que son travail soit vérifié et approuvé par un tiers, en laissant entendre devant témoins quelle n'est pas à la hauteur.

7- Le manque de respect. Le supérieur fait des commentaires sur l'apparence de l'employée, lui parle avec mépris, dénigre ses façons de faire.

8- Le harcèlement administratif. Bombardée de notes de service, d'évaluations, d'avertissements, l'employée a la très nette impression qu'un dossier est monté contre elle. Elle a sans doute raison.

9- Le contrôle excessif. Le travail est sélectionné et minuté, les heures d'arrivée et de départ sont enregistrées, même les déplacements aux toilettes sont notés. Peu à peu l'employée voit son travail lui échapper.

10- Les menaces. Plusieurs se font dire que d'autres seront ravis de prendre leur place.

11- L'intimidation. Le patron s'y prend de bien des manières : il crie, lance des objets, envahit l'espace vital de l'employée.


12- L'exclusion. L'employée se retrouve sans bureau ou dans un local grand comme un placard à balais. En milieu syndiqué, cela se produit par une suspension ou l'abolition d'un poste.


----> PORTRAIT ROBOT DU HARCELEUR  = 3 TYPES

* L'incompétent.
Incapable de gérer, il subit généralement de la pression de ses supérieurs. Pour garder sa place, il rejette le blâme sur un employé. Souvent formé sur le tas ou promu à des fonctions qui le dépassent, il tient un discours contraignant plutôt que mobilisateur.

* Le tyrannique.
C'est le genre à s'emporter souvent. Il peut être si impulsif que sa victime le croira fou. En plus d'abuser de son pouvoir, il méprise souvent un ou plusieurs de ses employés. Il ne supporte pas la critique ni la contradiction et exige la soumission.

* L'ambitieux.
Pour être le premier, il est prêt à sacrifier la réputation de quelqu'un d'autre. Il retient souvent l'information. Dans un milieu où la concurrence est vive, il parvient toujours à réduire ses coûts et à augmenter sa marge de pouvoir.
À la course aux résultats, il gagne toujours !