Auteur Sujet: La Gendarmerie c'est quoi ?  (Lu 12082 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6724
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : La Gendarmerie c'est quoi ?
« Réponse #15 le: 19 juin 2018, 20:08:35 »
Pourquoi la Gendarmerie ?

C’est sans aucun doute la première question que vous devez vous poser car la Gendarmerie n’est pas la Fonction publique mais c’est une institution au service de la République et c’est aussi une arme bien particulière qui a derrière elle une longue tradition (les gendarmes en sont plutôt fiers).  ;D

On a souvent tendance à l’oublier, mais la Gendarmerie est encore aujourd’hui un milieu militaire, fortement hiérarchisé où l’on ne compte pas ses heures (un gendarme est “disponible” 24h/24 et 365 jours par an).
Notez aussi que la Gendarmerie ne possède pas de syndicats (c’est interdit) mais des instances consultatives, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Bref, quand on entre dans la Gendarmerie, on est d’abord au service des autres et pas au service de soi-même ; il faut avoir un minimum d'empathie pour ses contemporains souvent très ingrats.  :P  :-[
Aussi, le conseil que nous pouvons vous donner est de ne pas rentrer dans la Gendarmerie par hasard ou parce que vous avez vu une pub ou une émission TV : vous devez vous renseigner (nous allons tenter ici de vous aider), vous devez faire un bilan (votre situation de famille, vos compétences, vos motivations) et vous demander ce que vous pouvez apporter à l’institution.

Nous allons essayer de vous donner des éléments de réflexion afin que vous puissiez être sûr de votre orientation : ce n’est pas la peine de vous préparer au concours (qui, comme tout concours, n’est pas facile) pour vous rendre compte, quelque temps plus tard, que vous n’êtes pas fait pour cela.

Un candidat averti…  :-X
– La gendarmerie est une institution militaire (donc hiérarchisée avec des grades) : si vous ne supportez pas les ordres, alors passez votre chemin !
– La gendarmerie n’a pas de syndicats ; à la place, il existe des instances internes de concertation et il est interdit de faire grève.
– Un gendarme est marié à la Gendarmerie : c’est la phrase préférée des “vieux briscards” qui ne comptent pas leurs heures passées au travail… et ils ont raison. Notre société évolue vers le “tout loisir” et les “RTT” : ce sont des valeurs qu’il faut un peu oublier quand on entre en Gendarmerie même si, par ailleurs, rappelons qu’un gendarme a droit à 9 semaines de congés payés (pas mal, non ?).
– Un gendarme travaille souvent avec peu de moyens sur le terrain et doit savoir prendre des initiatives qui pourront être critiquées : ceux qui connaissent la Gendarmerie et la Police ne pourront pas nous contredire. Tout vous est compté, le budget est serré et il arrive régulièrement qu’un gendarme utilise son matériel personnel (ex : le portable).
– La Gendarmerie peut être considérée comme étant le SAV de la société. En effet, les gendarmes (de même que les policiers) sont confrontés à des gens dans des situations difficiles, vivant des moments pénibles. En général, quand tout va bien, on ne fait pas appel à la Gendarmerie. À la longue, cela peut donner l’impression au gendarme que la société est par nature mauvaise. Pour faire ce métier, il faut entre autres avoir les “épaules solides” et un caractère à toutes épreuves, c’est-à-dire être équilibré psychologiquement (d’ailleurs, parmi les épreuves du concours, vous passerez des tests de personnalité).

Existe-t-il des points positifs ?
Oui, assurément ...
– C’est justement un milieu militaire : ceux qui aiment l’ordre et la discipline sont en général comblés. Dans la Gendarmerie, les tire-au-flanc sont rares, l’esprit de corps est omniprésent et c’est ce qui est rassurant, le TPMG est proscrit.
– Vous êtes formé toute votre vie de gendarme. La formation professionnelle continue existe depuis longtemps en Gendarmerie et elle est bien rodée. On vous pousse à progresser et cela est très gratifiant pour faire une carrière.
– Vous avez des possibilités d’évolution et de carrière très intéressantes. Dans la Gendarmerie, on vous forme pour évoluer. Un gendarme motivé peut vite monter en grade (et même devenir officier) et il a le choix parmi de nombreux “métiers” ou spécialités. A diplôme équivalent, les perspectives d’évolutions sont plus importantes en Gendarmerie que dans bon nombre d’entreprises du secteur privé.
– Vous êtes bien rémunéré : sur ce site, il n’y a pas de tabou. Vous entendrez parfois des gendarmes se plaindre de leur rémunération : c’est vrai dans la mesure où un gendarme passe beaucoup d’heures au travail il peut se sentir payé moins que le smic. Mais, en revanche, il existe peu de métiers où votre progression de carrière sera aussi rapide et bien rémunérée (minimum 2500 euros en fin de carrière en GD auxquels s’ajoute le logement de fonction).
– Un gendarme a droit à 9 semaines de congés payés : un repos bien mérité, certes, mais de quoi faire de beaux projets !
– Vous avez la sécurité de l’emploi après un 1er contrat de 4 ans vous passez le CAT et si vous l'obtenez votre carrière est tracée mais, attention, c’est un métier parfois dangereux. Si les “morts en service” sont aujourd’hui rares, il y a tout de même des blessures.
– Vous avez la retraite à 58 ans : comme pour le logement de fonction, on peut dire que c’est de nos jours un avantage indéniable, il faut cependant qu'il anticipe celui qui sera son home pour la retraite (crédit). Un jeune gendarme a tendance un peu à l’oublier… mais, à ses 58 ans, lorsqu’il verra ses vieux amis travailler dur dans le privé, il ne regrettera pas son choix !

Tous ces éléments vous donneront des pistes de réflexion et vous aideront à vous orienter. Bien entendu, cette liste ne définit pas à elle seule la Gendarmerie et ses métiers. Nous vous invitons à aller de l’avant et à vous renseigner auprès d’un Centre d’Information et de Recrutement. (CIR)
https://www.devenir-gendarme.fr/la-gendarmerie/pourquoi-la-gendarmerie/

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6724
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : La Gendarmerie c'est quoi ?
« Réponse #16 le: 19 juin 2018, 20:12:39 »
PAPA, MAMAN C'EST QUOI UN GENDARME...?

Une internaute nous a envoyé le message suivant : "Bonjour, Un joli texte trouvé sur Facebook, que je voulais vous faire partager."

En ce premier jour de vacances et à l'approche des fêtes de Noël et de la Saint-Sylvestre, les gendarmes serons à pied d’œuvre pour assurer votre sécurité, nous avons souhaité vous faire partager ce texte, dont nous ignorons l'auteur :

"Un militaire doit être un mélange de tous les hommes. Un saint et un pécheur, un vaurien et un Dieu.
- Le Gendarme est à la fois le plus recherché et le moins désiré parmi les hommes. Il est un être étrange qu'on appelle MONSIEUR en face, et ENC... dans le dos.
- Le Gendarme doit être tellement diplomate qu'il peut régler une altercation entre deux individus, tout en laissant croire à chacun qu'il a gagné.
- Le Gendarme doit être capable de flanquer une raclée à deux hommes qui sont deux fois plus gros que lui sans être brutal.
- Le Gendarme, si on le frappe en premier, c'est qu'il n'a pas fait assez preuve de précautions, si c'est lui qui frappe en premier, c'est une brute qui n'a rien à faire en Gendarmerie....
- Le Gendarme doit pouvoir recevoir des insultes à profusion d'un quidam et appeler ce même interlocuteur "Monsieur".
- Le Gendarme, selon beaucoup de monde, ne se trouve jamais là quand une grosse infraction est commise. Peu importe qu'il ait arrêté une dizaine de délinquants de la route la semaine passée, si Monsieur DUPONT ne l'a pas vu faire, pour lui, le gendarme n'est bon qu'à tourner en voiture.
- Le Gendarme doit, sur une intervention, prendre une décision dans l'instant, alors qu'il faudra plusieurs mois à un magistrat pour en prendre une sur cette même affaire.
- Le Gendarme doit pouvoir travailler 10 jours sans repos, cumuler les heures de nuit, les interventions stressantes, les journées à rallonge et, au 10ème jour, être toujours aussi efficace et "frais" comme lorsqu'il avait entamé sa première journée.
- Le Gendarme doit pouvoir effectuer si besoin les 35 H en deux jours et continuer le reste de sa semaine comme si de rien n'était, en prenant soin de ne pas prendre de retard dans ses dossiers.
- Le Gendarme doit être un expert dans le maniement des armes a feu. Il doit pouvoir sortir son arme au pas de course et atteindre un criminel en fuite là où ça ne fait pas mal, et ensuite expliquer à tous pourquoi il a tiré.
- Le Gendarme doit tout connaître et tout savoir...mais ne rien dire. Il doit savoir où sont commis les péchés du monde, mais n'en faire aucun. Il doit à partir d'un seul cheveu, décrire le crime, donner le nom du coupable et où on peut le trouver. S'il le trouve, il est chanceux, sinon, c'est un bon un rien.
- Le Gendarme doit poursuivre un indice jusqu'au bout, travailler des journées complètes pour trouver un témoin qui a tout vu... mais qui refuse de s'en rappeler.
- Le Gendarme doit, parfois...assez souvent..., pouvoir effectuer une partie du boulot qui devrait normalement incomber à la secrétaire de mairie, à la sous-préfecture, à la Préfecture, à l'assistante sociale, à la D.D.E, au garde-chasse etc...etc..... sans en attendre un quelconque remerciement, puisqu'avec le temps, tout le monde semble trouver cela normal.
- Le Gendarme doit être : un PASTEUR, un TRAVAILLEUR SOCIAL, un DIPLOMATE, un DUR, et un GENTILHOMME. Et surtout il doit être un génie, car il doit élever une famille qui sera sans reproche...si toutefois il vit assez vieux pour voir ses enfants grandir.
- Le Gendarme, voilà aussi l'individu qu'on appelle si peu souvent un AMI... Pour en avoir, encore faudrait-il qu'il lui reste du temps de libre une fois qu'il quitte sa tenue..."

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6724
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : La Gendarmerie c'est quoi ?
« Réponse #17 le: 08 novembre 2018, 16:31:19 »
 Les métiers de la Gendarmerie :
Le classement a été fait par ordre alphabétique.

1. Aspirant de Gendarmerie Issus du Volontariat (AGIV) :

Celui qui est affecté au sein d’un groupement de gendarmerie départementale prend part à la direction du centre opérationnel, s’occupe des tâches administratives, et forme les gendarmes adjoints volontaires. Il peut aussi seconder le commandant dans son travail quotidien, en s’occupant de la gestion des réservistes et des opérations de communication. Quant à l’AGIV qui exerce dans une école de gendarmerie, d’un centre de formation spécialisée, d’un état-major, ou d’un organisme central, il aide au bon fonctionnement de leur institution et prend également part à la formation des GAV.

2. Cavalier de la Garde Républicaine :

Il fait partie du régiment de cavalerie de la garde républicaine. Ses trois missions consistent à veiller à la sécurité publique, à garantir l’honneur des instances gouvernementales et des plus hautes autorités de l’Etat, mais aussi à participer au rayonnement culturel de la France. Dans le cadre de sa mission de surveillance et de service d’ordre, le cavalier effectue des patrouilles dans la capitale afin de protéger les citoyens et les touristes des malfaiteurs. Il encadre également des événements sportifs, culturels et politiques de grande ampleur, et assure la sécurité des palais nationaux. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de cavalier de la garde républicaine.

3. Fantassin de la Garde Républicaine :

Il a pour mission de garantir la sécurité publique en intervenant en soutien de certaines unités territoriales, ou du Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN). Il peut par exemple prendre part à des interpellations délicates, ou aux transferts de détenus jugés dangereux. Le fantassin a également pour mission de garantir le protocole militaire en rendant les honneurs aux plus hautes autorités de l’Etat, ou lors d’escortes à pied sur les Champs Élysées. Il veille aussi à la sécurité des palais nationaux et participe au prestige international de la France grâce à son image. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de fantassin de la garde républicaine.

4. Gendarme (sous-officier de gendarmerie) :

Il exerce des missions de police judiciaire, administrative, et militaire, à travers des opérations de dissuasion, de prévention, de protection et de projection. Un gendarme affecté en police judiciaire peut par exemple constater des crimes et des délits, collecter des preuves, et rechercher les malfaiteurs afin de les interpeller. Il peut s’agir d’affaires de vols, de trafics de drogues, ou encore de meurtres. Certains gendarmes qui remplissent des missions de police administrative veillent à la sécurité publique en effectuant des missions de surveillance générale, de maintien de l’ordre, de secours, ou encore de sécurité routière. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme.

5. Gendarme Adjoint Volontaire (GAV) :

Le GAV est un équipier des sous-officiers. Il existe deux sortes de gendarmes adjoints volontaires, le GAV Agents de Police Judiciaire Adjoints (GAV APJA), et le GAV en Emploi Particulier (GAV EP). Le GAV APJA seconde les sous-officiers dans toutes leurs missions quotidiennes de surveillance, de lutte contre la délinquance, de secours, d’enquête et d’intervention. Le GAV EP occupe quant à lui des postes variés liés à des domaines spécifiques tels que la maintenance, les transports, le secrétariat, ou encore l’électronique. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme adjoint volontaire.

6. Gendarme de l’Armement :

Il est chargé des missions traditionnelles de la gendarmerie telles que la police judiciaire, administrative et militaire. Il est également amené à réaliser des opérations spécifiques de police intérieure, comme la protection d’installations prioritaires de défense qui dépendent de la Direction Générale de l’Armement (DGA). Un gendarme de l’armement doit par exemple délivrer les autorisations d’accès aux zones sensibles, et empêcher les intrusions afin de protéger les informations classées secret défense. Il protège aussi les essais de matériel, ainsi que les grands événements industriels de défense.

7. Gendarme à Cheval :

Il remplit les mêmes missions que les autres gendarmes, mais travaille à cheval pour assurer la sécurité des biens et des personnes. Il lutte contre la délinquance en milieu urbain en effectuant des patrouilles de surveillance afin d’empêcher les vols et les agressions, il prend part aux missions de maintien de l’ordre lors de grands événements sportifs et culturels, ou encore aux opérations de protection de l’environnement. Les gendarmes à cheval peuvent aussi être présents lors de certains protocoles d’État. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme à cheval.
Gendarme à cheval
Gendarmes patrouillant en ville à cheval.

8. Gendarme Départemental :

Il peut être affecté en brigade territoriale ou urbaine. C’est un militaire polyvalent qui peut par exemple prendre part à des enquêtes judiciaires, veiller à la sécurité publique de son secteur, effectuer des missions de prévention ou encore relever les infractions à la sécurité routière. Il est chargé de constater les crimes, les délits, et les accidents de la route. C’est un gendarme de terrain en contact direct avec les citoyens et leurs représentants. Il peut également être amené à réaliser des tâches de bureau et l’accueil du public.

9. Gendarme des Équipes Rapides d’Intervention (ERI) :

Un gendarme en ERI fait partie d’un peloton motorisé. C’est un pilote de voitures rapides d’intervention. Sa principale mission consiste à lutter contre la délinquance et l’insécurité routière. Il intervient sur les grands axes et intercepte par exemple les automobilistes qui roulent bien au-dessus des limites autorisées et mettent en danger la vie d’autrui. Il peut aussi prendre part à des escortes ou réaliser des transports rapides.

10. Gendarme du GIGN :

Il fait partie d’une unité d’élite spécialisée dans la gestion de crises majeures. Il prend notamment part à la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme, et à la protection des intérêts vitaux de la France. Il intervient sur le territoire national et à l’étranger. Ses missions peuvent consister à libérer des otages, à négocier lors d’enlèvements, à évacuer des ressortissants français, à arrêter des criminels de guerre, ou encore à protéger de hautes personnalités politiques et publiques. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme du GIGN.

11. Gendarme du Groupe d’Intervention Régional (GIR) :

Sa principale mission consiste à lutter contre la délinquance financière sous toutes ses formes, et à coordonner les actions des différentes administrations engagées dans cette même lutte. Il cherche à démanteler les réseaux d’économie souterraine en enquêtant, en identifiant le patrimoine issu d’activités illégales, en procédant à sa saisie, et en interpellant les responsables. Cela concerne par exemple les affaires de fraudes et d’évasions fiscales, le travail illégal, le trafic d’armes, ou encore la production et la vente clandestine.

12. Gendarme de l’Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale (IRCGN) :

Il a pour mission d’analyser les prélèvements réalisés sur le terrain par des agents spécialisés, mais aussi de seconder les unités de terrain lors d’enquêtes difficiles. Il prend également part à des missions de recherche dans le domaine des sciences forensiques (différentes méthodes d’analyse qui reposent sur les sciences : biologie, chimie, physique, informatique, neurosciences, statistiques, mathématique, imagerie)  afin de développer de nouvelles techniques d’investigation criminelle, mais aussi à la formation des Techniciens en Identification Criminelle (TIC).

13. Gendarme Maître Chien :

Il remplit deux grandes missions. Tout d’abord le secours à la personne, notamment lors de disparitions inquiétantes. Le gendarme suit la piste de la personne disparue grâce à son chien. Il peut aussi prendre part à la recherche d’individus ensevelis lors d’avalanche, ou encore assurer la défense de personnes menacées. La seconde mission du maître chien consiste à interpeller des malfaiteurs et à les neutraliser. Les chiens sont également dressés pour détecter la drogue, les armes, les munitions ou les engins explosifs. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme maître chien.

14. Gendarme Maritime :

Il intervient en zone maritime pour mener des enquêtes subaquatiques (sous l’eau) dans le cadre de sa mission de police judiciaire. Il assure la sécurité des ports militaires, des bases navales et des grandes installations militaires, contrôle les bateaux et les passagers, prend part au renseignement maritime, et porte secours aux personnes en danger de noyade. Il peut également participer à la protection de l’environnement en guettant les flagrants délits de pollution par certains navires, et en préservant les ressources de pêche. Il lutte aussi contre les trafics illégaux en mer. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme maritime.

15. Gendarme Mobile :

Sa principale mission consiste à assurer la sécurité publique générale en maintenant et en rétablissant l’ordre. Il intervient aux côtés de la gendarmerie départementale. Il peut par exemple réaliser des services d’ordre lors de grands événements en effectuant des fouilles, des contrôles d’identité, et des patrouilles. Il lui arrive également de se rendre dans les villes qui connaissent une forte affluence en période estivale, afin d’aider au maintien de l’ordre. Il peut aussi assurer les escortes de hautes personnalités, et veiller à la sécurité de lieux sensibles. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme mobile.
Gendarme mobile
Gendarme Mobile qui surveille une manifestation. ©Rog01

16. Gendarme en (Haute) Montagne :

Il a deux grandes missions de secours et de police judiciaire. Lorsque des personnes se retrouvent en danger en milieu montagnard, il va les secourir. Il utilise pour cela du matériel technique de montagne comme des treuils, des bipodes, ou des brancards. Il recherche les personnes disparues, blessées, et parfois décédées. Il mène aussi des enquêtes suite à des accidents de montagne. Il a une connaissance parfaite de la haute montagne et de ses dangers. Il intervient aussi bien sur les massifs que dans les rivières. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme en montagne.

17. Gendarme à Moto :

Il a pour mission de surveiller le réseau routier et autoroutier, et de contrôler les usagers qui ne respectent pas le code de la route. Le motard de la gendarmerie a le pouvoir d’interpeller et de verbaliser les conducteurs, si nécessaire. Lors de courses poursuites, il peut demander l’aide d’hélicoptères ou de voitures rapides d’intervention de la gendarmerie. Il lutte ainsi contre l’insécurité routière. Il intervient également en milieu scolaire afin de faire de la prévention et de la sensibilisation aux dangers de la route. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme à moto.

18. Gendarme Motocycliste de la Garde Républicaine :

Il fait partie de la garde républicaine et ses missions consistent à assurer les escortes protocolaires et de sécurité du Président de la République. Il peut aussi être chargé de celles des hautes personnalités politiques étrangères en visite sur le territoire. Le motocycliste de la garde républicaine peut aussi réaliser des escortes délicates comme le transfert de détenus ou l’encadrement de convois sensibles. Il sécurise également certains événements cyclistes qui ont lieu sur la voie publique, comme le Tour de France.

19. Gendarme N’Tech :

Sa principale mission consiste à lutter contre la cybercriminalité. Il tente de collecter des preuves et des indices en analysant des supports numériques comme des disques durs, des téléphones, des clefs USB, et des appareils photos. Il possède une compétence judiciaire qui lui permet d’intervenir dans le cadre d’enquêtes. Il peut s’agir d’affaires d’escroqueries, de pédopornographie, ou encore d’usurpation d’identité. Il peut aussi sensibiliser les jeunes aux dangers d’internet.

20. Gendarme en Peloton Spécialisé de la Protection de la Gendarmerie (PSPG) :

Il fait partie de l’un des pelotons qui protègent les 19 centrales nucléaires françaises en activité contre le terrorisme. Il lutte contre les intrusions, le sabotage, et tous les actes malintentionnés. Dès qu’il le peut, le gendarme du PSPG travaille aux côté de la gendarmerie départementale et l’aide dans ses missions, notamment lors d’interventions.

21. Gendarme du Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) :

Il prend part à la lutte contre la délinquance sur la voie publique. Il intervient de manière préventive et dissuasive, principalement pendant la nuit et dans les quartiers sensibles. Il essaie de surprendre les délinquants en flagrant délit, et de déjouer les préparatifs d’actes malveillants. Un gendarme du PSIG peut aussi soutenir d’autres unités lors de graves troubles à l’ordre public, comme des rixes ou des opérations de secours.

22. Gendarme Plongeur :

Il prend part aux enquêtes afin de collecter des preuves et indices en milieu subaquatique, c’est-à-dire dans les fleuves, les lacs, les rivières, et même en milieu marin. Il peut par exemple rechercher des véhicules immergés, des corps, et des objets dissimulés. Un gendarme plongeur peut aussi intervenir lors de catastrophes naturelles pour secourir des individus et rechercher des personnes disparues. Il peut également être amené à sécuriser des zones aquatiques lorsque des hautes personnalités doivent s’y rendre. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme plongeur.
Gendarmes Plongeurs
Gendarmes Plongeurs qui travaillent sur un corps ©Gendarmerie

23. Gendarme de la sécurité des armements nucléaires (Gsan) :

C’est lui qui contrôle l’armement nucléaire et garantit au Président de la République sa capacité à y recourir, en tout lieu et à tout moment. Il veille aussi à ce que les directives du Président soient respectées, et à ce que l’emploi de l’arme soit conforme aux ordres. Un gendarme de la sécurité des armements nucléaires assure la protection de cette force et peut réaliser des transports sensibles liés à des actes de dissuasion ordonnés par le Président de la République.

24. Gendarme Spécialisé en Systèmes d’Information et de Communication (SIC) :

Il existe un gendarme spécialisé SIC dans chaque formation de gendarmerie. Il forme ses collègues à l’environnement numérique et les aide à déployer de nouveaux systèmes comme la vidéo-protection, la sécurité des systèmes d’information, et les outils de lutte contre la cybercriminalité. Il peut aussi travailler au sein de l’administration centrale afin de concevoir de nouveaux SIC dédiés aux missions de sécurité intérieure. Il entretient ces systèmes et en assure la coordination entre les différents services.

25. Gendarme Spéléologue (GSGN) :

Sa mission consiste à apporter une assistance technique aux unités de gendarmerie lorsqu’il faut réaliser une enquête judiciaire en milieu souterrain. Il peut s’agir de grottes, d’égouts, de catacombes, ou encore de puits. Le gendarme spéléologue peut par exemple rechercher des personnes disparues, des objets, des corps, ou des armes ayant servi à commettre un crime. Il intervient lors de demandes judiciaires, administratives ou de secours.

26. Gendarme des Transports Aériens :

Il a une mission de sûreté, de police judiciaire, et de renseignement. C’est lui assure la protection de l’aviation civile, des passagers, et des aéronefs contre les actes malveillants. Il contrôle également les sociétés responsables de la mise en application des mesures de sûreté dans les aéroports et les zones de fret. Le gendarme des transports aériens évalue aussi la vulnérabilité de chaque aéroport, participe au renseignement d’intérêt aéronautique, et constate les crimes et les délits liés à l’aviation civile. C’est d’ailleurs lui qui enquête sur les accidents aériens.

27. Gendarme en Unité de Recherches :

Il prend part aux enquêtes judiciaires complexes en collectant les preuves et les indices. Son objectif est d’identifier les malfaiteurs afin de pouvoir les interpeller. Il réalise pour cela des filatures, des planques, des écoutes téléphoniques, l’installation de balises GPS, des perquisitions, et l’analyse de comptes bancaires. Il peut travailler sur des affaires de mœurs, de stupéfiants, ou encore de délinquance financière. Une autre partie de son travail consiste à rédiger des procédures judiciaires. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de gendarme en unité de recherches.

28. Officier de Police Judiciaire (OPJ) :

Il a pour mission de constater les infractions à la loi pénale, de collecter des preuves et des indices afin d’identifier les auteurs du délit, de mener des enquêtes de flagrance, de réaliser des enquêtes préliminaires, de recevoir les victimes afin de recueillir leurs plaintes et les dénonciations, de placer des personnes en garde à vue, et d’effectuer des perquisitions et des saisies. Lorsqu’une instruction est ouverte, l’OPJ doit exécuter les demandes du juge. Cliquez-ici pour lire la fiche métier d’Officier de Police Judiciaire.

29. Pilote de Voiture Rapide d’Intervention (VRI) :

Il est chargé d’assurer la sécurité routière sur les grands axes de circulation. Il utilise pour cela des voitures rapides d’intervention. Il peut par exemple intercepter les individus roulant à vive allure sur l’autoroute, traquer les actes de délinquance sur le milieu routier, et relever les graves infractions à la sécurité routière. Il est en mesure d’interpeller et de verbaliser les automobilistes.

30. Réserviste de la Gendarmerie :

Il travaille de manière ponctuelle auprès d’unités de gendarmeries situées à proximité de son domicile. Il renforce temporairement les effectifs afin d’aider les gendarmes lors de situations de crises, ou de les accompagner dans leurs missions quotidiennes de patrouille, de conseil aux citoyens, et de secours. Il peut aussi prendre part à des services d’ordre lors d’événements sportifs et culturels, rejoindre des dispositifs de recherches, intervenir lors de catastrophes naturelles, accidentelles ou provoquées, et même former des réservistes lorsqu’il a de l’expérience. Cliquez-ici pour lire la fiche métier de réserviste de la gendarmerie.

31. Technicien d’Identification Criminelle (TIC) :

C’est lui intervient sur les scènes de crime pour rechercher des preuves et des indices, les prélever, et les conditionner dans le but de les faire analyser. Il peut aussi assister les médecins légistes lors d’autopsies. Une grande partie de son travail consiste également à contrôler et à centraliser le travail des TIC de proximité. C’est également lui qui analyse les traces papillaires afin de les enregistrer dans le fichier automatisé des empreintes digitales. Il a en effet les moyens de réaliser certains examens physico-chimiques.

Pour devenir gendarme, il existe 4 solutions :
. réussir les épreuves de sélection de Gendarme Adjoint Volontaire GAV (aucun diplôme nécessaire),
. réussir le concours de sous-officier de gendarmerie (niveau BAC ou équivalent),
. réussir le concours d’officier de gendarmerie (niveau BAC+3 ou équivalent),
. s’engager en tant que volontaire, réserviste (aucun diplôme nécessaire).

La grande majorité des gendarmes sont rentrés dans la gendarmerie en réussissant les épreuves de GAV ou le concours de sous-officier, en fonction de leur niveau d’études.
Aux épreuves écrites d'admissibilité du concours des sous-officiers de gendarmerie (SOG)  8000 candidats se sont présentés à cette épreuve (environ 1/3 des demandes), à 9h15, les consignes sont données.
Les portes se ferment à 9h30 puis l'épreuve commence.

Durant toute la journée, les candidats passent les écrits - sujet professionnel pour la voie interne et dissertation pour le concours externe -, ainsi que des tests psychotechniques.

Les candidats admissibles passeront par la suite des épreuves orales et sportives dans les centres de sélections et de concours en région.
Pour une session, environ 2000 places sont à pourvoir.
Donc pour réussir votre projet professionnel dans la gendarmerie, une excellente préparation est indispensable (intellectuelle et physique), car il y a une énorme concurrence entre tous les candidats et les places sont limitées.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6724
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : La Gendarmerie c'est quoi ?
« Réponse #18 le: 12 novembre 2018, 18:16:28 »
Synonymes et métiers associés : militaire, sous-officier de gendarmerie, gendarme adjoint volontaire, gendarme en mer, gendarme plongeur, gendarme à cheval, gendarme maître chien, gendarme mobile, gendarme en unité de recherches, officier de police judiciaire gendarmerie, réserviste de la gendarmerie, gendarme à moto, gardien de la paix, policier municipal, surveillant pénitentiaire, garde champêtre, gendarme du GIGN.
Niveau d’études ou diplômes requis : BAC (ou équivalent).
Études en alternance : non, mais la formation est rémunérée 1.143€ par mois après réussite du concours.
Salaire débutant : 1.177€ nets + logement de fonction gratuit.
Statut : fonctionnaire d’état de catégorie B de la filière police sécurité armée (militaire).
Limite d’âge pour le recrutement : 18 ans au moins et 35 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours.

Que fait le Gendarme : missions, tâches et fonctions  :P  :-[
Les missions du sous-officier de la gendarmerie nationale se divise en trois catégories :
. police judiciaire,
. police administrative,
. défense militaire.

La majorité des missions du militaire concerne la police judiciaire. Concrètement, cela consiste à traquer les infractions commises par les citoyens. Le gendarme prend en flagrant délit les vols, les agressions, les trafics (drogue, armes, contrefaçon…) ou encore les meurtres. Il doit alors rassembler toutes les preuves pour mener l’enquête. Il recherche les auteurs des infractions, les arrête et les interroge au besoin.

Le gendarme peut exercer son métier dans un escadron de la gendarmerie mobile. Il a les mêmes missions que la gendarmerie départementale et participe à la sécurité de la population à ses côtés, à la différence qu’il est constamment en déplacements (voiture ou moto).

Si le militaire fait partie de la gendarmerie départementale, il assure plutôt la police administrative. Dans ce cas, son rôle est d’assurer et de maintenir la sécurité publique. Cela peut concerner la surveillance générale ou les missions de régulation de la circulation routière. Pour ce faire, le sous-officier surveille les routes (radar, observation, poursuite, arrestation…), assure la prévention routière (conseil, mise en garde, contrôle d’alcoolémie…). En tant que gardien de la sécurité, le gendarme se doit d’intervenir en cas d’accident : il protège et rassure les victimes, il appelle les secours et leur décrit la situation, etc.

Le sous-officiers du corps technique et administratif sont ceux qui ont une spécialisation comme : l’administration et la gestion du personnel, la gestion logistique et financière, les affaires immobilières, la restauration collective, la conduite ou la réparation des auto-engins blindés, l’armurerie et la pyrotechnie, l’imprimerie, l’infirmerie etc.

Enfin, en tant que militaire, le gendarme défend les intérêts nationaux : il contrôle les armes et les systèmes d’armes nucléaires, recueille des renseignements et protège les individus.

Il peut aussi assurer des patrouilles militaires et des missions à l’étranger (en renfort de l’armée : protection des populations étrangères, rapatriement de français vivant à l’étranger…).

De par la nature de son travail, le gendarme travaille en binôme. Il est également fréquemment en lien avec les autres services de sécurité publique : police nationale, pompiers, police de l’air, police des frontières et des ports etc. Le militaire porte un uniforme qui le rend reconnaissable : chaussures de sécurité ou bottes, casquette, t-shirt, veste, pantalon, arme à feu (sous condition de formation préalable et d’obtention du diplôme d’arme).

La profession compte presque uniquement des hommes mais il est tout à fait possible pour un femmes de faire ce métier. Tous les emplois sont ouverts aux femmes à l’exception de ceux de sous-officiers affectés au sein des formations de la gendarmerie mobile (sauf GIGN).

. Qualité essentielles / compétences requises :
pour devenir gendarme, il est nécessaire d’être patient, pédagogue et empathique (être disponible, à l’écoute et aimer le contact avec la population). Il est également essentiel d’être résistant physiquement et psychologiquement. Enfin, le gendarme est polyvalent (aisance rédactionnelle, relationnel, logique…) et possède un fort esprit d’équipe (vie ne caserne).

Le sous-officier de la gendarmerie nationale doit impérativement être détenteur du permis B ou militaire « véhicules légers » s’il souhaite être affecté dans un service.

. Débouchés, recrutement, où exercer :
à la fin de sa formation en école de gendarmerie nationale, l’affectation de l’élève gendarme peut se faire dans plusieurs institutions : direction générale de la gendarmerie nationale, brigade de gendarmerie départementale, escadron de gendarmerie mobile, compagnie d’infanterie de la garde républicaine.

Si le candidat répond à toutes les exigences du métier à la sortie de sa formation en école de la gendarmerie nationale, il est assuré d’obtenir un poste rapidement.

. Horaires et durée de travail :
les conditions de travail du gendarme l’amène à réaliser des heures supplémentaires en fonction des événements. Il peut également être affecté dans un service où il effectue un roulement avec ses collègues : prise de poste le matin ou le soir, le week-end, etc...
Après quelques années de service (5 ans en moyenne), il est possible de se spécialiser dans de nombreux domaines grâce à une formation et des examens internes :
. police judiciaire OPJ (enquêteur, technicien en investigations criminelles, maître de chien…),
. sécurité routière (motard, pilote de voiture rapide),
. formateur relais antidrogue ou écologie-environnement,
. spécialiste en montagne,
. pilote d’hélicoptère,
. pilote de bateau ou d’engin blindé,
. plongeur,
. maître-nageur sauveteur,
. moniteur de sport,
. cavalier
. musicien
. technicien en radio-télécommunications
. informaticien
. membre du GIGN, etc.

Enfin, il est possible d’être affecté dans des unités variées, ce qui rend le métier évolutif et passionnant :
. unités de gendarmerie départementale,
. escadrons de gendarmerie mobile,
. garde républicaine,
. gendarmerie de l’air,
. gendarmerie des transports aériens,
. gendarmerie maritime,
. gendarmerie de l’armement,
. unités d’outre-mer,
. états – majors,
. ambassades de France à l’étranger,
. brigades de prévention de la délinquance juvénile,
. organismes internationaux, etc.

Comment devenir Gendarme : études, formations, concours :

Pour devenir gendarme il faut passer le concours de sous-officier de la gendarme nationale. Le terme « gendarme » correspond en réalité à un grade.
Le concours de sous-officier de la gendarmerie nationale :

Pour passer le concours, les candidats doivent :
. être de nationalité française,
. être en règle quant aux dispositions du code du service national
. jouir de leurs droits civiques et être de bonne moralité
. être âgés de 18 ans au moins et de 35 ans au plus au 1er janvier de l’année du concours
. ne pas se présenter plus de trois fois à chacun des concours
. être reconnus apte physiquement (médicalement)
. passer avec succès les épreuves de ce concours.

Les épreuves d’admissibilité :

Le candidat doit réaliser une composition en culture générale sans l’aide de documents (3 heures, coefficient 5), passer une épreuve d’aptitude professionnelle et un QCM portant sur des suites ou des ensembles logiques (35 minutes, coefficient 2).

Une épreuve de langue étrangère est également prévue, au choix parmi : allemand, anglais, arabe littéral, espagnol, italien, portugais (30 minutes, coefficient 1).

Enfin, deux inventaires de personnalité sont destinés à préparer le candidat admissible à son entretien individuel avec un psychologue (pas noté).

L’épreuve d’admission :

Il s’agit d’un entretien avec un psychologue suivi d’un entretien avec un jury portant sur un sujet d’ordre général : grands sujets d’actualité ou motivations du candidat (10 minutes de préparation et 20 minutes d’entretien, coefficient 7).

L’épreuve physique de gendarmerie est de coefficient 3. Il s’agit d’un parcours d’obstacles destiné à tester le potentiel physique du candidat dans des situations qu’il est susceptible de rencontrer dans un contexte opérationnel. Il est réalisé en tenue de sport.

Vous pourrez trouver le programme et le barème des épreuves dans l’arrêté organisant le concours : Legifrance. La date d’ouverture du concours est signalée sur le site La Gendarmerie Recrute.

Les lauréats du concours doivent passer une visite médicale d’incorporation réalisée par le médecin militaire de l’école militaire intégrée.
L’entrée en école de gendarmerie :

La formation initiale des sous-officiers de gendarmerie a lieu dans l’une des écoles de gendarmerie des villes suivantes : Chateaulin (29) Chaumont (52), Montluçon (03), Tulle (19) ou Dijon (21).

Elle dure 12 mois et a pour objectif de transmettre aux élèves les exigences des militaires et de leur apprendre les connaissances nécessaires pour protéger les personnes et les biens. Pour plus d’information : www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn .

Cette formation est rémunérée 1.143€ nets par mois.

Les élèves sous-officiers de gendarmerie sont logés par nécessité absolue de service. Ils ont le statut de militaire et bénéficient donc de l’affiliation au régime de la sécurité sociale militaire et de la réduction de 75% sur le tarif SNCF.

Les élèves sous-officiers sont nommés « gendarmes » en fin de formation. Ils reçoivent le certificat d’aptitude à la gendarmerie (CAG), homologué au niveau IV de l’enseignement technologique.
L’affectation en unité de gendarmerie :

Elle dépend du classement de l’élève et des offres de la direction générale de la gendarmerie nationale, des brigades de gendarmerie départementale, des escadrons de gendarmerie mobile et des compagnies d’infanterie de la garde républicaine.

Les élèves qui ont des compétences spécifiques testées pendant la formation (motocycliste, cavalier, musicien, secouriste en montagne, pilote ou mécanicien d’hélicoptère) peuvent être affectés dans une unité spécifique (escadron motocycliste ou régiment de cavalerie ou orchestres de la garde républicaine, orchestre de la gendarmerie mobile, unité de montagne, unité aérienne).

Source https://www.police-nationale.net/gendarmerie/