Auteur Sujet: Maitre-chien et son chien ... informations sur la formation Maitre de Chien !  (Lu 63892 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Maitre-chien et son chien ... la formation Maitre de Chien !
« Réponse #30 le: 26 février 2015, 14:51:03 »
Sur la piste du chiot Saint-Hubert, .... Jazz, chiot de trois mois, est en pleine formation chez son maître Cédric, gendarme à Évrecy (Calvados). Le Saint-Hubert est une race exceptionnelle pour suivre une piste.
Jazz a tout pour faire craquer les humains. Même les gendarmes en uniformes. Depuis le 10 janvier 2015, ce chiot vit au milieu du bleu et du kaki. Plus précisément chez Cédric Moulin, 37 ans.
Le souriant militaire est « maître de chien », comme on les désigne chez les gendarmes, au Groupement d’investigation cynophile (Gic) d’Évrecy, à presque 15 km au sud-ouest de Caen. Il va aider Jazz à devenir un véritable expert de la recherche de personnes disparues.

Source et vidéo sur http://www.ouest-france.fr/calvados-jazz-chiot-saint-hubert-est-un-futur-expert-du-flair-3194010

Les Saint-Hubert de la gendarmerie : des truffes en or !
https://www.youtube.com/watch?v=8R7g-ZwYvhY&feature=youtu.be

OU sur
Âgé d'à peine 3 mois, Jazz le nouveau chiot Saint-Hubert du maître de chien Cédric Moulin, gendarme à Evrecy (14) connaît déjà la musique... S'il ne maîtrise pas toutes les partitions, il tient déjà de très bonnes notes. Les journalistes de Ouest France l'ont suivi en pleine répétition avec son maître Cédric.
Son avenir est tout tracé : devenir un véritable expert en recherche de personnes disparues car son flair est beaucoup plus développé que celui des autres chiens.
 Une belle rencontre qui vous fera forcément vibrer...  :)
et la chienne Doly débusque les stupéfiants pour la police 


Les Saint-Hubert de la gendarmerie : des truffes en or !
https://www.youtube.com/watch?v=8R7g-ZwYvhY&feature=youtu.be
Depuis 2003, la gendarmerie nationale accueille dans ses équipes cynophiles un véritable atout pour retrouver les victimes et les perdus, le Saint-Hubert !
Leur spécialité : la recherche de personnes disparues. Doté de capacités olfactives un tiers supérieur à celles des autres races de chien. Le Saint-Hubert peut ainsi suivre et remonter une piste vieille de 8 à 15 jours sans être gêné par des odeurs parasites.
À l’issue d'une formation initiale de 14 semaines au Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) à Gramat (46), le binôme maître de chien et animal est opérationnel !

L'English Springer Spaniel, est un chien de chasse leveur de gibier. C'est un chien d'origine Anglaise comme son nom l'indique. Race d’origine pure et ancienne. Il était initialement utilisé dans le but de trouver et de faire partir le gibier destiné au filet, la police anglaise l'emploi dans la recherche de stupéfiants et d'explosifs.
Ce chien a été recruté lors de la création du GNICG, pour leur flair la recherche de cadavres et de restes humains, puis pour les produits accélérateurs d'incendie. Aujourd'hui il est aussi utilisé dans la recherche de stupéfiants et la recherche d'explosifs. Il est un complément du Malinois et ses qualités sont reconnues.

Chiens spéciaux de la gendarmerie :


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Maitre-chien et son chien ... la formation Maitre de Chien !
« Réponse #31 le: 26 février 2015, 15:12:39 »
Seine-Maritime. Les chiens de la gendarmerie à l'entraînement
Les équipes cynophiles de la gendarmerie avaient rendez-vous avec un hélicoptère, pour des exercices d'hélitreuillage avec les chiens. Détails.

L’entraînement, ce n’est pas que pour les hommes et femmes au sein des services d’ordre : les chiens des équipes cynophiles ont eux aussi besoin de répéter les gestes, de se mettre en situation, pour être opérationnels à chaque instant. Ainsi, près de Dieppe, les gendarmes de Seine-Maritime ont pu s’entraîner à des exercices particuliers, en hélicoptère, rapportent nos confrères des Informations dieppoises.

Entraînement pour les opérations hélitreuillées... Pour l’occasion, ce sont des bergers belges qui ont dû se familiariser avec l’hélicoptère : bruit, souffle, montée avec le treuil… autant d’éléments que l’animal doit maîtriser au même titre que son équipier lors des interventions rapides ou en milieu difficile. Les entraînements de ce genre ont lieu une fois par mois, soulignent Les Informations dieppoises.

Regardez, l’équipe cynophile à l’entraînement (Vidéo

Dispensée par le Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) implanté à Gramat dans le Lot, la formation des équipes cynophiles dure 14 semaines. 14 semaines durant lesquelles le maître de chien et son équipier à 4 pattes apprennent à se connaître et à travailler ensemble. Les équipes peuvent ensuite se spécialiser dans divers domaines : piste défense, avalanches, recherche de munitions, d'armes et d'explosifs ou encore stups ou accélérateurs d'incendie. Entre séances d'entraînement et exercices en situation réelle.

Avalanches : des chiens formés pour secourir !
En montagne, dans les Hautes-Alpes, les autorités sont en alerte face aux risques d'avalanche. Les chiens de la gendarmerie sont formés à retrouver les victimes et permettre le secours des skieurs pris au piège. http://videos.tf1.fr/jt-we/2015/avalanches-des-chiens-formes-pour-secourir-8553053.html


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Re : Maitre-chien et son chien ... la formation Maitre de Chien !
« Réponse #32 le: 26 février 2015, 15:24:55 »
 Wardak, le chien de la gendarmerie course le voleur sur 3 km, l'animal a poursuivi les voleurs et découvert l'un des deux fuyards après une course à travers les jardins, champs et fossés à Aigues-Mortes.
Le camion a été volé à Tarascon (Bouches-du-Rhône) dans la soirée du 22 janvier. Quatre heures plus tard, les gendarmes du peloton de surveillance et d'intervention de Vauvert ont repéré le fourgon volé à Aigues-Mortes.

Les deux occupants du camion ont pris la fuite à pied. Par chance, Wardak, le chien malinois de la gendarmerie de Vauvert, et son maître patrouillaient dans le coin. Dans la nuit, le chien a rapidement pris la piste et traqué les fuyards sur plus de 3 kilomètres. La course poursuite a duré plus de 20 minutes à travers jardins, champs et fossés.

L'équipe cynophile a découvert l'un des deux fuyards épuisé mais bien caché sous un buisson. Cet Ukrainien en situation irrégulière a nié le vol du camion et a été conduit au centre de rétention après son placement en garde à vue.

L’une des plus grandes difficultés du pistage est de séparer les odeurs pour ne suivre que celle qui est importante. Par exemple, lorsque maitre-chien lui fait renifler un mégot de cigarette, le chien doit se montrer capable de mettre de côté l’odeur du tabac pour ne retenir et ne suivre que celle de l’humain qui l’a tenu. Parfois, c’est même encore plus difficile, car plusieurs personnes peuvent avoir touché un même objet. Dans ces circonstances, toutes les personnes concernées doivent être présentées au chien, sauf celle ayant disparu bien sûr, et par déduction le chien partira à la recherche de l’odeur manquante.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Des experts de tout poil !  ;)
Hier, nous lancions un « appel à volontaire » pour recruter des compagnons à quatre pattes. Vous avez été nombreux à le partager sur vos murs et nous vous en remercions.

Vous vous demandez sûrement ce que deviennent ces chiens qui s'engagent dans la gendarmerie nationale... Après avoir perçu leur paquetage, colliers et laisses confectionnés par nos ferronniers et bourreliers, voire des chaussons anti-brûlures ou des harnais pour les missions les plus périlleuses, ils se lancent dans une période de plusieurs mois de « débourrage » au centre d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat (46) avant de se voir attribuer un maître, gendarme.

Les chiens de recherche en produits accélérateurs d'incendie, sont apparus en 2006. Ces chiens sont destinés à effectuer des recherches sur les lieux d'incendies, afin d'indiquer si un produit incendiaire a été utilisé. Le marquage du chien permet deux choses; tout d'abord d'indiquer que l'incendie est volontaire et en ensuite de limiter et de cibler les prélèvements qui seront fait afin de déterminer l'origine exacte du produits utilisé. Les chiens actuellement en service sont des English Springer Spaniel. Ils interviennent sur les incendie de forêts et également à la demande des unités sur toutes sortes d'incendies. Le chien Springer Spaniel a d'abord été recruté pour la recherche de restes humains, puis pour les produits accélérateurs d'incendie. Aujourd'hui il est aussi utilisé dans la recherche de stupéfiants et la recherche d'explosifs. Il est un complément du Malinois et ses qualités de recherches sont reconnues.

Les militaires lancent un appel pour recruter des nouveaux chiens. "Ces binômes sont des atouts exceptionnels pour la gendarmerie que ce soit pour rechercher des personnes disparues, sauver des alpinistes pris dans des avalanches, arrêter des malfaiteurs, détecter la drogue ou des accélérateurs d'incendie..."

Ces équipes se spécialiseront ensuite pendant 14 mois avant de partir sur le terrain sauver des vies, lutter contre les trafics ou arrêter des malfaiteurs... Quelles seront précisément leurs futures missions ?
La réponse en images sur https://www.facebook.com/gendarmerienationale

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
La gendarmerie recrute vos animaux qui ont du chien !
Par Gendarmerie nationale · https://www.facebook.com/media/set/?set=a.879857648745098.1073742009.158153034248900&type=1

Recherche de personnes disparues, recherche de produits stupéfiants, recherche des alpinistes pris dans les avalanches, défense... les chiens de la gendarmerie sont formés à de nombreuses tâches, et, vous le savez, sont des alliés indispensables pour la réalisation de nos missions.
Savez vous que le Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) recrute des chiens ?

Mâle ou femelle, votre chien doit être âgé de 10 à 24 mois, sociable et surtout joueur.  ;)
Races recherchées : bergers belges malinois, bergers allemands, bergers hollandais mais aussi Springer Spaniel ou Saint-Hubert. Cependant, toutes les autres races peuvent être acceptées.
Le chien doit être sociable, non méchant et surtout joueur, car pour un chien, précise la gendarmerie, "travailler c'est avant tout jouer."  :)
"Ces binômes sont des atouts exceptionnels pour enquêteurs et secouristes de la gendarmerie que ce soit pour rechercher des personnes disparues, sauver des alpinistes pris dans des avalanches, arrêter des malfaiteurs..." Chez les policiers, les douaniers ou les gendarmes, le chien possède une existence administrative. Certes, il n’est pas officier de police judiciaire mais ses interventions peuvent être «actées en procédure» et servir de preuves devant les tribunaux.

Contactez la cellule Achat du CNICG de Gramat au 05 65 10 16 95.

Vous pouvez amener votre chien directement au centre de Gramat, ou alors un maître de chien de votre région se déplace chez vous pour une demi-journée de tests techniques et médicaux.
S'ils sont concluants, le chien est alors retenu pour une période d'essai d'un mois qui déterminera son achat par la gendarmerie ou son retour auprès de son propriétaire. Les chiens seront ensuite formés 14 semaines à Gramat (46).

Attention, un chien ne peut être accepté que s'il est formellement identifiable (tatoué ou pucé) et si son certificat d'identification est établi à votre nom.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[VU DANS LA PRESSE] Une truffe experte en explosifs à la GTA  :)

Si vous êtes un lecteur assidu de la page facebook de la gendarmerie, vous savez désormais que le gendarme et son chien forment une véritable équipe opérationnelle, assurant des missions variées.
Chaque binôme possède ainsi une ou des technicités, pour lesquelles le chien est spécifiquement formé : la recherche de personnes disparues ou de malfaiteurs, l'interpellation d'individus dangereux, la découverte de produits stupéfiants mais aussi la recherche de billets de banque, de traces de sang ou encore de produits accélérateurs d'incendie... mais saviez-vous que, comme Baster, certains chiens sont des experts en recherche d'explosifs ?

Un journaliste du Nord Eclair.fr a suivi Baster, un berger belge malinois de 6 ans, et son maître, le gendarme Christophe P..., de la brigade de gendarmerie des transports aériens Lille-Lesquin (59) dans les couloirs de l'aéroport de Lille à la recherche d'un éventuel colis suspect.
Formés spécifiquement pour prévenir tout risque d’attentat à l’explosif, la truffe de Baster et l'expertise de son maître sont ainsi régulièrement employées dans le cadre du Plan Vigipirate, et parfois plus spécifiquement, comme en septembre dernier pour inspecter la salle et les coulisses du concert de Patrick Bruel.

Quatre pattes, deux grandes oreilles et un tempérament de pile électrique. À six ans, Baster ne tient pas en place. Dans un sens, ça vaut mieux. Car lorsqu’il s’immobilise, c’est qu’il a trouvé une odeur d’explosif. Un jeu pour lui, une inquiétude pour son maître, le gendarme Christophe P...
Langue pendante, truffe en éveil, laisse tendue à rompre, Baster patine furieusement sur le tapis roulant au sous-sol de l’aéroport. Là-haut, les passagers de retour de Barcelone attendent déjà leurs bagages. Mais le berger belge malinois n’en laissera pas filer un sans l’avoir soigneusement reniflé.
Au bout de la corde, Christophe donne du mou. Soudain, l’animal marque un arrêt autour d’une valise bleue, semble hésiter en tournant plusieurs fois autour puis se couche sagement, les yeux rivés dans ceux de son maître, qui approuve. L’odeur d’explosif était bien dans ce paquet.
Ce que Baster prend pour un jeu est en fait un exercice ô combien délicat répété chaque jour quelque part autour des pistes de l’aéroport. Membre à part entière de la brigade de gendarmerie des transports aériens, il a été élevé spécifiquement pour prévenir tout risque d’attentat à l’explosif. C’est donc sa truffe experte qui inspecte ici les bagages, là les cabines d’aéronefs, ou encore les véhicules et intervenants pénétrant sur les pistes.

Différents types de missions sont assignés à la GTA en zone réservée des plates-formes aéroportuaires ou aérodromes civils d'implantation.
- Missions générales :
police administrative (renseignement notamment en matière de lutte anti-terrorisme et d'intelligence économique, sécurité publique…),
police judiciaire (constatation des crimes et délits, lutte contre le travail illégal...),
- Missions spécifiques :
police aéronautique : constatation des incidents aériens, contrôle des aéronefs, constatation des infractions à la réglementation aéronautique.
police de la sûreté aéroportuaire :

La GTA exerce cette mission de manière permanente et prioritaire. Elle a pour but de protéger les personnes, les installations et les aéronefs de l’aviation civile contre les actes d’intervention illicites (attentats, détournements) :
contrôle des exploitants d'aéroport, des compagnies aériennes et des entreprises travaillant en zone réservées (bagages, fret, assistance en escale, catering...);
contrôle renforcé des vols vers les destinations sensibles impliquant des mesures particulières;
- protection :
des aéronefs d'Etat à l’arrivée ou au départ des aéroports français;
d'autorités avec mise en place de tireurs de précision de la GTA.
- hors zone d'implantation :
Missions administratives et judiciaires particulières :
surveillance des plates-formes secondaires sur tout le territoire et du trafic aérien;
enquêtes judiciaires d'accidents aériens en France et à l'étranger.

Les conditions d’affectation à la GTA nécessitent d’être gendarme de carrière et d'effectuer des formations spécifiques comme un stages (aéronautique et sûreté) à l’école nationale de l’aviation civile (ENAC) à Toulouse, préparation au brevet de pilote privé avion, stages techniques de base de l’enquête accident aérien…

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[REPONSE AUX INTERNAUTES] Que deviennent les chiens de la gendarmerie lorsqu'ils sont réformés ?
Dans 9 cas sur 10, les chiens de la gendarmerie restent auprès de leur maitre.
Les autres sont placés en « famille d'accueil ». Si vous souhaitez adopter une de ces adorables boules de poils afin qu'il/qu'elle profite d'une retraite bien méritée dans un famille aimante, il suffit d'appeler le centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat et de vous inscrire sur une liste d'attente. Le centre vous rappellera dès qu'un petit pensionnaire sera réformé. Comme leur maitre, nos toutous ont donc le droit à une retraite bien méritée après plusieurs années de bons et loyaux services.
Les chiens spécialisés dans la recherche de stupéfiants ne deviennent pas fous. Tout le travail est effectué par le jeu. Ils ne sont jamais en contact direct avec la drogue.
Source : https://fr-fr.facebook.com/notes/gendarmerie-nationale/reponse-aux-internautes-que-deviennent-les-chiens-de-la-gendarmerie-lorsquils-so/596031987127667

La Gendarmerie recrute ... des chiens !  ;)
L'année dernière elle avait lancé un appel pour que Brix, chien de la gendarmerie de la Gironde, puisse avoir une retraite paisible chez un maître bienveillant. Vous étiez des centaines, voire milliers, à avoir postulé !

Aujourd'hui, la gendarmerie (2016) recherche de jeunes recrues canines pour le Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) situé à Gramat (46).
Le CNICG sélectionne et forme tous les duos chien/maître de la Gendarmerie Nationale, indispensables dans la recherche de personnes, de stupéfiants, d'armes, d'explosifs, de traces de sang ou de billets de banque.

Le CNICG recrute donc :
- chiens mâles ou femelles
- âgés de 10 à 24 mois
- chiens tatoués ou pucés, avec certificat d'identification établi à votre nom
- principalement de races bergers belges malinois, bergers allemands ou Springer Spaniel … mais aussi toutes autres races !
- chiens sociables, non-méchants, joueurs car, pour un chien, travailler c'est jouer !

Si vous êtes concernés ou si vous connaissez quelqu'un qui l'est, contactez le CNICG de Gramat au 05.65.10.16.95.
Ils vous expliqueront la démarche à suivre pour que votre chien soit acheté par la Gendarmerie et devienne un acteur incontournable des grandes enquêtes criminelles et de toute disparition sensible...

Merci et bonne soirée.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[HIER ET AUJOURD'HUI] Hommage à Gamin, un modèle de courage et de fidélité pour tous nos jeunes chiens https://www.facebook.com/gendarmerienationale

Il s'appelait Gamin. Ce berger allemand est l'idole de tous les chiens de la gendarmerie et nous allons vous conter son histoire.

C'était le 29 mars 1958 pendant la guerre d'Algérie. Tôt dans la matinée, son maître, le gendarme Gilbert Godefroid est réveillé en urgence. Une troupe de 200 hommes a franchi les barrières électrifiées de la frontière tunisienne, il faut les arrêter. Déposés en hélicoptère, Gamin et son maître se lancent rapidement à leur recherche, suivis par les hommes du 1er régiment étranger de parachutistes.

Gamin retrouve rapidement la trace du groupe mais alors qu'il s'en approche, le gendarme Godefroid est tué par une rafale d'arme automatique. Lui-même blessé, Gamin s'élance et tue son agresseur. Il rampe ensuite vers son maître et se couche sur lui pour le protéger. Il faudra 6 hommes et une toile de tente pour le maîtriser.

Ramené au camp de base, il est sauvé mais personne ne pourra de nouveau l'approcher ni lui donner d'ordres. Confié au chenil de Gramat (46) pour y passer une retraite paisible, Gamin meurt de chagrin, deux semaines après son retour.  :'(

Aujourd'hui, une stèle lui rend hommage au cimetière des chiens du centre national d'instruction cynophile de Gramat. Pour avoir défendu bec et ongles - ou plutôt gueule et griffes - son maître, il est devenu un modèle de fidélité et de courage, la référence pour tous nos nouveaux petits pensionnaires.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[RECRUTEMENT]
Devenir maître de chien, c'est d'abord être gendarme confirmé.  8)
Lu sur Facebook https://www.facebook.com/gendarmerienationale
Nous avons décelé beaucoup de fans d'animaux domestiques, et plus spécialement de chiens sur cette page ! En cette semaine consacrée au travail des équipes cynophiles, nous allons répondre à certains d'entre vous à la question :
« comment devenir maître de chien en gendarmerie » ?

1- Il faut d'abord être gendarme (sous-officier de carrière) et posséder une réelle motivation pour la conduite d'un chien. C'est important car cela signifie qu'il vous faut de la patience à compter du moment où vous vous inscrivez au concours de sous-officier de gendarmerie jusqu'à celui où vous intégrez le centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie.
Tous les gendarmes qui le souhaitent ne peuvent pas devenir maître de chien, et cela peut prendre plusieurs années.
2- Il faut ensuite être âgé de moins de 35 ans au 1er janvier de l'année de la demande pour devenir maître de chien. Donc n'hésitez pas trop longtemps avant de rentrer en gendarmerie ! Une aptitude médicale est également requise. Un test sportif fait partie de la procédure de recrutement.
3- Une fois recruté, le sous-officier de gendarmerie participe pendant 5 semaines à une formation de base permettant l'établissement d'un climat de confiance avec le chien, avant d'entamer une formation de 14 semaines dans sa spécialité.
4- A la fin de la formation, le maître de chien est affecté en général dans un peloton de surveillance et d'intervention. En dehors de ses missions spécialisées, il intègre le service de l'unité et continue d'exercer des missions de surveillance et d'intervention au profit de la compagnie de gendarmerie départementale.

Équipes cynophiles : 70ans de binôme opérationnel  ;)
Alors que le Centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie de Gramat fêtait la semaine dernière son 70e anniversaire, nous vous proposons ce soir de découvrir ou de revoir en images ce qui fonde la relation entre un maître de chien de la gendarmerie et son animal.
Recherche de personnes disparues ou de malfaiteurs, protection ou secours de personnes, interception d'individus dangereux, découverte de produits stupéfiants ou d'explosifs...
au-delà de la passion, le technicien cynophile et le chien s'entraînent chaque jour intensément pour former un véritable binôme opérationnel.
Une vidéo à découvrir ici :

[ RECHERCHE PERSONNE DISPARUE ] https://www.facebook.com/gendarmerieSGDF?fref=nf
Dans le cadre de la poursuite des recherches du Général MAURENCE de l'armée de terre en deuxième section, la gendarmerie de ST GELY DU FESC a fait appel à une équipe cynophile de GRAMAT (GNIC*). Ces militaires sont spécialisés dans la recherche de restes humains avec l'appui de quatre chiens. Ils effectueront des investigations au cours de cette semaine.
Rappel : Etienne Maurence a disparu depuis le 29 juin dernier à Saint-Gély-du-Fesc. Le retraité de 83 ans était parti faire son jogging et n'est pas réapparu depuis. Les recherches se poursuivent pour retrouver l'ancien officier.

(*) Le Groupe national d'investigation cynophile de la gendarmerie (GNIC) a été créé en 2002. Cette unité, placée sous l'autorité du commandant du Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) à Gramat (Lot), relève pour emploi de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN).
Le GNIC est exclusivement engagé pour la recherche de :
- Restes humains (RRH) ;
- Traces de sang humain (RTSH) ;
- Produits accélérateurs d’incendies criminels (RPAIC).
Cette unité intervient sur tout le territoire national ainsi qu'à l'étranger, notamment dans le cadre de la disparition de ressortissants français.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[VU DANS LA PRESSE] Confessions d'un maître de chien
Midilibre.fr est allé dans le Gard à la rencontre de l'adjudant-chef Bruno Mourier, maître de chien d'un Saint-Hubert âgé de 7 ans, Hugo.
Il explique dans quel cadre il intervient avec son chien « piste ». Loin d'un langage formaté, il précise sa manière de procéder, toujours identique qu'elle que soit la personne disparue, même s'il avoue ressentir une émotion plus vive quand il s'agit d'un enfant.
« Le chien n'est pas un robot ». A travers le témoignage de l’adjudant-chef Bruno Mourier, on distingue la sensibilité qui doit animer le maître de chien dans sa relation avec l'animal, tout en restant méthodique et professionnel dans la conduite des recherches opérationnelles.  Une passion avant tout, qui devrait être comblée l'année prochaine par l'arrivée de Jupiter, 7 mois, en relève d'Hugo.

Citer
Photo Objectif Gard/ Boris De la Cruz. Le célèbre enquêteur Hugo, un chien Saint-Hubert (à droite sur la photo) part à la retraite.  ;)
Son maître l'adjudant chef Bruno Mourier fera dorénavant équipe avec Jupiter (à gauche photo) Sa carrière se termine au bout de 7 ans de bons et loyaux services. Sa réputation n'est plus à faire, son seul nom permettait de rassurer les familles qui avaient perdu un proche. C'était l'enquêteur de la dernière chance, celui que l'on appelait à la rescousse à chaque disparition inquiétante. Son flair a permis de retrouver des personnes, des enfants disparus en Corse, dans tout le Sud et jusqu'à Orléans. Hugo a marqué la gendarmerie du Gard.
 Il nous a réservé une interview exclusive en guise d'au revoir. https://www.objectifgard.com/2016/12/20/gard-meilleur-enqueteur-sud-part-retraite/

Des confessions issues de midilibre.fr : Propos recueillis par ALISSANDRE ALLEMAND

Gard : la recherche de disparus, "beaucoup d’émotions quand ce sont des enfants"  :)
Jupiter, 7 mois, devrait entrer en service dans un an, aux côtés de son aîné Hugo, sous les ordres de Bruno Mourier. L'adjudant-chef Bruno Mourier est le conseiller technique de l'équipe cynophile de la gendarmerie du Gard. Il est aussi le maître d'Hugo, dont le flair de Saint-Hubert est recherché.
 
À quel moment intervenez-vous dans le cadre d'une disparition ?
Dans chaque disparition, il y a deux phases : l'enquête et les recherches opérationnelles. Dans cette dernière, on utilise tous les moyens à notre disposition pour retrouver la personne. L'hélicoptère, le ratissage au sol par les forces, et le chien de recherches. C'est à ce moment-là que j'interviens avec Hugo, mon Saint-Hubert de 7 ans. Nous sommes l'un des moyens mis en œuvre.

Y a-t-il des différences dans les recherches qu'il s'agisse d'un enfant, d'un adulte ou d'une personne âgée ?
Il n'y a aucune différence dans la façon de procéder. La seule différence réside peut-être dans l'émotion très forte que l'on ressent quand on cherche un enfant disparu.

Justement, quel est le mode opératoire que vous mettez en place avec votre chien ?
Je commence par me rendre tout seul au domicile de la personne disparue. Avec énormément de précautions pour ne pas laisser de traces ou détériorer d'éventuelles preuves en cas de crimes, je récupère draps, vêtements, brosse à dents, brosse à cheveux, chaussons ou peluches. En fait, je prends un objet qui porte l'odeur de référence de la personne à retrouver.

C'est quoi l'odeur de référence ?
Chaque être humain a une odeur qui lui est propre et qui est unique. Même des vrais jumeaux se différencient par leur odeur. C'est une carte d'identité olfactive.

Une fois que vous avez trouvé l'objet qui vous convient, comment se passe la suite ?
Avant de définir mon choix, je fais en sorte de rencontrer la famille du disparu pour pouvoir discuter de la pertinence de mes choix. M'assurer, par exemple, que la brosse à cheveux ne sert bien qu'à la personne que nous recherchons, etc. Puis, je questionne aussi ses proches avec des interrogations de base. Comment le disparu était-il habillé la dernière fois où il a été vu ? Quelles sont ses habitudes ? Les lieux où il aime bien se balader, etc. Autant de petites choses qui vont m'aider, ensuite, dans mon travail avec le chien.

À quel moment le chien intervient-il justement ?
Une fois que j'ai recueilli les informations nécessaires, je prends mon chien. Je l'équipe d'un harnais et d'une longe puis je lui fais sentir l'objet imprégné de l'odeur de référence. Et je le lance.

Qu'attendez-vous de votre chien à partir de là ?
Il doit être capable de remonter l'itinéraire emprunté par la personne disparue à une centaine de mètres près. L'objectif numéro 1 c'est que le chien donne une direction. Ensuite, qu'il débusque des objets appartenant à la personne qu'on recherche et évidemment, cerise sur le gâteau, qu'il la retrouve.

Quels sont les éléments en faveur de la réussite de la recherche du chien ?
D'abord que le délai entre le moment où la personne disparaît et celui où nous intervenons soit le plus court possible. Les conditions climatiques tiennent également un rôle très important. Le pire pour le chien, c'est lorsqu'il fait chaud et qu'il y a du vent. Parce que ça sèche les muqueuses du chien et que ça contribue à faire disparaître les odeurs. Il faut imaginer que lorsque le chien recherche, il est presque en apnée, concentré uniquement sur l'odeur de celui qu'il recherche. Il fatigue donc plus vite et on ne peut parcourir de trop longues distances. Dix kilomètres pour un chien c'est déjà énorme. Alors en plus, quand il fait très chaud…

Le fait que vous cherchiez en ville ou à la campagne a-t-il également une incidence pour le chien ?
Parfaitement. C'est en général plus simple à la campagne. En ville, il y a énormément d'odeurs différentes qui se mélangent. Tout comme le fait que peu de gens soient passés sur la piste ou au contraire qu'elle ait été ratissée lors de battues a une grande importance. Moins il y a eu de passages, plus il y a de chances que les odeurs soient nettes. Il est primordial de rappeler que le chien n'est pas un robot. C'est un moyen parmi d'autres d'aider à retrouver des disparus, mais malheureusement il n'est pas la solution miracle.

Parmi vos interventions beaucoup concernent-elles des mineurs ?
Heureusement, ce n'est pas la majorité non. Je dirai que depuis six ans, j'ai dû effectuer une centaine de recherches concernant des mineurs dans le grand sud, ma zone d'intervention. Le plus jeune d'entre eux avait 2 ans et demi et avait échappé à la surveillance de ses parents. Hugo l'a retrouvé au petit matin. Puis, il y a eu les jumeaux en Corse, âgés de 3 ans et demi, qui avaient aussi déjoué la surveillance de leur famille d'accueil. Hugo a retrouvé l'un des deux après 36 heures, sain et sauf dans le maquis.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[VU DANS LA PRESSE] Médaille de bronze pour une chienne en or !
Cissy est une chienne hors pair. Son flair a conduit en cabane des trafiquants de drogue. Sa brillante carrière dans la gendarmerie lui vaut la reconnaissance de ses pairs : mardi 14 juillet, elle a reçu la médaille de bronze de la Défense nationale.
Peut-être ne le saviez-vous pas, mais dans certaines situations exceptionnelles, nos compagnons à 4 pattes peuvent être décorés.

Hier, ce fut le cas pour Cissy, une chienne Berger belge malinois de 6 ans qui fait la fierté de son maître, le gendarme Jean-Pierre Fedou affecté au groupe d'investigations cynophile de Clermont-Ferrand (63). C'est à ses côtés qu'elle a reçu, à l'occasion de la cérémonie du 14 juillet, la médaille de bronze de la Défense nationale, une reconnaissance pour le chien mais aussi pour le maître.
À son actif, 960 interventions, la découverte de 180 000 euros et près de 10 kg de stupéfiants... Une carrière hors norme pour une chienne hors pair spécialisée dans la recherche de billets de banque en euros (les autres monnaies n’ont pas la même odeur) et de drogue (cannabis, cocaïne, héroïne). Elle est celle qui permet de collecter des preuves d’un trafic, celle par qui les ennuis arrivent à coup sûr lorsqu’elle monte dans un train, un bus scolaire ou dans une voiture et que l’odeur d’un morceau de shit, aussi légère soit-elle, effleure son museau. Cette perle rare des chiens cynophiles de la gendarmerie a pris part à 960 interventions. Elle a découvert 180.000 € et près de dix kilos de stupéfiants.

Une fois de plus elle sera aux pieds de son maître. Celui avec lequel elle travaille depuis le début de sa carrière de gendarme, il y a six ans. Celui qui la guide sur les lieux à explorer, celui qui sait interpréter ses mouvements de museau, ses arrêts, ses « marquages ». Jean-Pierre Fedou compare le binôme qu’il forme avec sa chienne Cissy, à « un mariage ». Au moment de la formation, les instructeurs attribuent les chiens en fonction du caractère de l’animal et celui du maître. En ce qui me concerne, ça a été un merveilleux mariage. :-*
« Il a toujours l’impression de chercher son jouet »
Les chiens sont recrutés parce qu’ils adorent jouer. Le jeu, c’est la base du dressage, explique le gendarme. Le principe est d’associer son jouet à une matière. En fait, il a toujours l’impression de chercher son jouet. Et quand il reconnaît ce qu’il cherche, il se couche, s’assoit ou peut même marquer debout.

A la gendarmerie, une cérémonie de mariage est organisée pour officialiser le lien entre le chien et son maître. « On le garde toute sa carrière, précise Amandine Faivre. Un maître peut avoir deux chiens, mais un chien ne peut avoir qu’un maître ».

Souffrant d’arthrose sur le train arrière cette maladie vient de siffler la fin de la partie, Cissy a pris sa retraite en juin et coule des jours heureux avec son maître Jean-Pierre Fedou qui en est particulièrement fier.
Les qualités de Cissy ne se bornaient pas qu'à son flair : « Elle est sociable, équilibrée et joueuse. Ce qui est important car, lorsqu’elle recherche des billets ou des stupéfiants, elle recherche ses jouets ».
Cissy est à la retraite depuis deux mois pour cause d’arthrose qui l’empêche de travailler normalement. Pas question pour autant de se séparer de son maître. Je vais la garder chez moi en espérant la garder encore longtemps. Elle est adorable. Je ne peux être que fier de la médaille qu’elle a reçu. C’est une reconnaissance de mes supérieurs du travail réalisé par l’équipe. Une carrière hors norme saluée par une décision rare de la gendarmerie : décorer Cissy de la médaille de bronze de la Défense nationale. Une décoration attribuée couramment aux gendarmes mais rarement aux animaux.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[ ÉPINAL ] Un nouveau couple pour la gendarmerie d’Épinal !
Le chien est devenu un élément incontournable tant en prévention qu'en protection. Il est capable de travailler sur tout le spectre de la sécurité intérieure : le renseignement, la prévention, la police judiciaire et la gestion de crise.
Sans perdre de vue qu'on ne peut pas dissocier le chien et son maître.  ;)
C'est un élément fusionnel dans lequel l'homme doit lire l'animal. Ainsi la psychologie rentre dans la sélection des candidats. Le dresseur instructeur attribue un chien après des tests en détectant le domaine dans lequel il peut rendre le meilleur service. Il ne s'agit pas d'un tirage au sort car la cynotechnie n'est pas une science exacte mais plutôt une science sociale.

La complicité se lit dans les yeux de ce nouveau tandem... La maréchale des logis-chef Géraldine et Jeff, un magnifique berger hollandais de 16 mois, forment depuis le 16 juillet, la nouvelle équipe cynophile du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) d’Épinal.
On est déjà très attaché l’un à l’autre, reconnaît Géraldine, la maître de chien de 37 ans. Elle ne se prédestinait pourtant pas à cette spécialité. Je devais entrer à la garde républicaine et troqué le cheval pour un chien  ;)
Finalement, la gendarme s’est retrouvée en brigade et découvre les équipes cynophiles, c'est décidé, c'est ce qu'elle veut faire. Après 4 ans de patience, Géraldine intègre la formation quelle a effectué en 14 semaines dans la seule école de France : le centre national d’instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) situé à Gramat (Lot) en compagnie de Jeff qui affiche déjà 30 kilos sur la balance. Le chien, élevé en famille d’accueil, a été attribué à la gendarme en début de formation et le voici dorénavant spécialisé « sambi » c’est-à-dire capable de dépister des stupéfiants, des armes, des munitions et des billets de banque.

Il faut toujours se former :
La jeune femme a entrepris les démarches nécessaires et s’est retrouvée sur une liste d’attente régionale. Les places pour cette spécialité du métier de gendarme sont très chères. Après quatre années de patience, Géraldine a intégré la formation et, cerise sur le gâteau, un mois plus tard a appris le lieu de son affectation : Epinal. « C’est le bonheur. Je ne pouvais pas rêver mieux ». La formation n’est pas pour autant finie. Le couple doit toujours apprendre. Un chien qui vieillit réagit différemment.
Il faut s’adapter avant d'être réformés à huit ans  :P

Depuis leur arrivée à la brigade d’Epinal, la militaire et son coéquipier, de jour comme de nuit, ont un programme réglé comme du papier à musique. La journée commence par le lavage du chenil (une énorme cage avec cour) dans lequel vit Jeff. Puis vient le brossage du chien. Des exercices de recherches et du sport viennent ensuite conclure la matinée. L’après-midi, l’équipe cynophile part en patrouille à bord d’un véhicule qui leur a été attribué. Partout où je vais, il vient avec moi. Même s’il n’y a pas de nécessité, explique la jeune femme qui reste le seul maître du canidé. Si je ne travaille pas, mon chien ne travaille pas. Pendant mes repos et mes vacances un suppléant s’en occupe mais Jeff ne part pas en patrouille. Une semaine par mois l’équipe opérationnelle est de permanence. Elle peut être appelée à tout moment et parfois même venir en renfort aux quatre coins de la Lorraine.

On ne devient pas maître de chien par hasard. C’est une passion. Je ne connais pas de collègues qui auraient arrêté pour repartir en brigade. On fait ce métier jusqu’à la fin de sa carrière, ajoute la jeune maman. Quant au berger hollandais, comme tous les chiens dressés aux équipes cynophiles, il sera réformé à l’âge de huit ans. Géraldine n’envisage pas de se séparer de son coéquipier qui appartient à la Gendarmerie. Lorsque le moment viendra, elle aura la possibilité d’en devenir propriétaire. Si je ne peux pas le garder chez moi, je ferai tout pour le placer chez quelqu’un que je vois régulièrement. La maréchal des logis chef repartira alors en école pour 14 semaines à Gramat se former avec un nouveau compagnon à quatre pattes se préparer à intervenir sur de nouvelles missions.

Laurence MUNIER vosgesmatin.fr

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Des chiens pour identifier des criminels. À la police technique et scientifique de Lyon, les chiens, entraînés par des spécialistes, sont capables d’identifier «l’odeur corporelle» d’un suspect.
«Allez Cisko, vas-y», lui ordone son instructeur. Après avoir flairé l’odeur d’une scène de crime particulière, Cisko, un berger allemand mâle de 6 ans, se précipite sur la rangée de cinq flacons ouverts au travers d’une « salle neutre » bien isolée de l’air extérieur (1).
Introduisant successivement sa truffe dans les bocaux en verre contenant un morceau de tissu imprégné de traces odorantes prélevées sur d’autres scènes de crime (siège, volant, sac…) et sur le suspect qu’on vient d’arrêter, il stoppe soudainement et se couche : les deux odeurs correspondent (2).

Aussitôt son maître-chien le félicite et lui donne une friandise – quelques rondelles de saucisse –, car le travail du chien repose toujours sur le jeu et la récompense. Pour en être sûr et satisfaire au protocole validé par Interpol, on recommence l’opération deux fois avec Cisko, dont une fois avec une série de bocaux vierges.
Puis on refait le test avec la chienne Diva. «Ce n’est que si l’ensemble des six passages donne le même résultat qu’on peut affirmer que le test est positif», explique Olivier Brégeras, responsable de l’unité odorologie au sein de la sous-direction de police technique et scientifique (SDPTS) de la police judiciaire à Écully, près de Lyon.

Le résultat est alors communiqué au juge d’instruction. Auparavant, la scène d’identification a été filmée en vidéo et gravée sur un CD-Rom non réinscriptible pour être versée au dossier comme un indice, au même titre que des empreintes digitales ou l’ADN.
Ce qui est vrai, c'est que l'odorologie seule ne suffit pas. Mais si les prélèvements sont effectués dans les 96 heures, et que l'enquête abouti vers des suspects, elle peut confirmer ou infirmer leur présence sur le lieu des prélèvements. Et dans le cas des étarras, les 4 chiens auraient reconnu (selon le compte rendu du procès) les odeurs corporelles des trois suspects...

Ainsi donc, à Écully, dans la quiétude d’un magnifique parc, la PJ met à l’ouvrage ses «experts» canins, à l’odorat 40 fois plus développé que le nôtre, fruits d’une patiente éducation et d’une parfaite entente avec le maître-chien. «Cette méthode empirique étant hongroise, nos premiers chiens venaient de l’école de police de Dunakeszi, près de Budapest, explique Cyril Gout, de la Direction centrale de la police judiciaire.

 «Aujourd’hui nous achetons essentiellement des bergers allemands et belges (malinois) en France et les mettons en apprentissage à Écully, indique Vincent. Le chien d’identification olfactive est le plus long à dresser (12 à 18 mois) par rapport au chien de pistage (3 mois) et celui d’avalanche (3 semaines)», poursuit le maître-chien.

Lors de son dressage, le chien d’identification mobilise sa «mémoire courte» et doit ensuite oublier l’odeur, contrairement par exemple au chien détecteur d’explosifs qui doit, sa vie durant, savoir reconnaître une vingtaine de produits.

Les «experts» à 4 pattes vivent chacun dans un box et se plient à un emploi du temps régulier (en moyenne, un chien travaille 5 jours par semaine à raison de 20 mn par jour), mangent toujours la même chose (car l’alimentation influe sur l’olfaction) et bénéficient de promenades en forêt avec leur maître.

En général, les chiens travaillent durant huit ans, parfois plus comme Cartmen qui atteint sa dixième année, car, même chez ce roi du flair, l’odorat diminue avec l’âge.

Reste la question de la fiabilité de cette technique.  ::)

Identifier un criminel grâce à son odeur laissée sur une scène de crime: cette technique importée des pays de l'Est il y a dix ans et qui complète celle des empreintes digitales et génétiques, est développée au centre national d'odorologie de la police scientifique à Ecully (Rhône).
"L'odeur humaine est unique et propre à chaque individu", souligne Guillaume Le Magnen, chef du service central d'identité judiciaire lors d'une présentation à la presse de cette structure "unique en France", de plus en plus sollicitée par les magistrats.
Récemment, l'odorologie a confirmé, selon les enquêteurs, l'identification d'un des braqueurs présumés du casino d'Uriage, près de Grenoble.
«Il n’y a pas d’erreur possible : l’odeur est présente ou elle ne l’est pas», assure-t-on à la police technique et scientifique. Sur 425 affaires traitées depuis dix ans, 141 ont donné lieu à un résultat positif, soit 34 %, indique le maître-chien.

(1) L’odeur du suspect est recueillie en lui faisant froisser des fragments de tissu stérile. Chaque personne émet un mélange d’odeurs, parmi lesquelles certaines constituent une véritable carte d’identité olfactive.

(2) L’odorothèque abrite 7 000 bocaux renfermant des fragments de tissu imprégnés de l’odeur d’une scène de crime ; ils sont conservés dix ans.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Le Saint-Hubert a un talent exceptionnel pour retrouver des personnes égarées ou perdues :)
Exclusivement destinée au pistage, cette race de chien de chasse de type "limier" a été choisie par la gendarmerie pour ses qualités olfactives supérieures à celles des autres chiens. Son endurance éprouvée est la 2e grande qualité de ce chien, il la doit en partie à un physique imposant, qu'il doit cependant travailler en permanence.
Le chien est logé chez son maître-chien, tel un animal de famille. Au quotidien, tous deux développent ainsi la confiance et la complicité nécessaires au jeu, qui constitue le mode de fonctionnement de la recherche pour le chien.
Ses compétences olfactives exceptionnelles le font opérer "à l'air": l'animal ne va pas humer la piste au sol mais il détecte la piste de la personne dans l'air et la remonte jusqu'à retrouver. Il est ainsi envoyé en priorité à la recherche de personnes plus fragiles, comme les personnes âgées ou les enfants.
Le chien est apte à assurer des missions de recherche qui peuvent s'étendre sur une semaine (voire plus dans des cas exceptionnels) après la disparition d'une personne et ce, quelles que soient les conditions. Ainsi, il est très complémentaire des équipes de pistage dites "classiques" qui sont activées dès les premières heures suivant la disparition mais sont bien moins opérantes sur des pistes dites "froides" ; il intervient aussi bien dans des zones urbaines, péri-urbaines ou rurales, seule la chaleur est son ennemi.  :P

Le chien de race Saint Hubert est spécifiquement et uniquement dévolu aux recherches de personnes (fugue, évasion, ...). Doté d'un flair supérieur (en moyenne, le berger Allemand possède 200 millions de cellules neuro-réceptrices, et le Saint-Hubert jusqu’à 285 millions ) aux autres races, ce limier hors pair est capable de repousser les limites d'emploi d'un chien piste « traditionnel ».
De ce fait, ses délais d'intervention peuvent être repoussés jusqu'à 4 jours, avec des chances de succès, contre 24H00 traditionnellement.
De plus, sa mise en œuvre peut se faire à partir d'indices olfactifs infiniment petits (sang, ongle, salive, cheveux, mégots...) ou sur des objets très dégradés (incendiés, immergés, manipulés par des tiers,...). Capable de discriminer les odeurs de plusieurs personnes, il peut par déduction retrouver une personne pour laquelle les proches ou la famille ne disposent pas d'objet personnel de référence, mais dont la disparition est toute récente (piste chaude). Enfin, il peut intervenir avec succès sur de très grandes distances (plusieurs kilomètres) ainsi que dans les zones habituellement réputées difficiles (zone urbaine, bâtiments, mauvaises conditions climatiques,...).

Attention néanmoins, le Saint Hubert ne remplace pas le chien de piste traditionnel, car ils sont complémentaires. En effet, aussi bien du fait de leur dissémination géographique que de leur méthode de pistage, les équipes piste traditionnelles (piste défense et piste unique bergers allemand, belge ou hollandais) doivent prioritairement être engagées sur les délais de recherche courts. Ainsi, les capacités propres au St-Hubert permettent de l'engager derrière ou concomitamment aux équipes traditionnelles.

Du fait de sa puissance physique et de sa méthode de recherche (allées et venues très rapides ponctués de changements de direction aussi soudains que brutaux), l'équipe cynophile St-Hubert doit être accompagnée et protégée par des militaires affectés à cette seule mission, voire la circulation coupée dès lors que l'animal suit ou approche d'un axe.
Enfin, la présence de l'équipe piste initialement engagée est fortement recommandée, pendant le travail du St-Hubert.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
[ENTRAINEMENT DU GROUPE SAMBI]
https://www.facebook.com/Gendarmerie.de.la.Haute.Garonne/
Le 27 avril 2016 un groupe des équipes cynophiles de GRAMAT a effectué un stage d’entraînement à TOULOUSE.

Le groupe (SAMBI) - chiens spécialisés dans la recherche ( Stupéfiants – Armes – Munitions – Billets de banque) a dans un premier temps effectué un entraînement sur la base de Francazal avant de terminer la journée à la caserne Courrège de Toulouse chef lieu de la Région de gendarmerie Languedoc Roussillon Midi-Pyrénées.

Des formateurs de GRAMAT et des maîtres de chien de la gendarmerie étaient venus d'Ile de France, d'Auvergne, Midi-Pyrénées, Languedoc Roussillon et même de la gendarmerie maritime.

Une belle journée de stage et de cohésion qui n'est pas passée inaperçue.

Une petite citation pour nos amis les Chiens :
 « Dans la vie, le plus sûr des amis, le premier à vous accueillir, le premier à vous défendre, celui dont le cœur honnête appartient pour toujours à son maître, qui travaille, se bat, vit et respire pour lui seul. »  :-*  :)

rédigé COG / JE - crédit photo Gie Gramat