Auteur Sujet: Moniteurs d'Intervention Professionnelle (MIP) et AMIP (assistant moniteur)  (Lu 14896 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Domaine d'expertise de la gendarmerie nationale, l'intervention professionnelle (IP) est centrée prioritairement sur son action de sécurité quotidienne. La formation à l'intervention professionnelle vise, au-delà de ses aspects techniques et tactiques, à sécuriser les interventions des militaires de la gendarmerie, sur le plan de leur intégrité physique, de celle de leurs adversaires ou des tiers, tout en veillant au respect des droits fondamentaux de la personne. L'intervention professionnelle peut-être définie comme un ensemble de techniques et tactiques, individuelles ou collectives, destiné à contraindre ou maîtriser un ou plusieurs adversaires avec le  strict niveau de force nécessaire. Elle vise ainsi à modéliser le comportement opérationnel en intervention de l'ensemble des militaires de la gendarmerie pour que force reste à la Loi en assurant le maximum de sécurité au personnel.

Les Moniteurs d'Intervention Professionnelle (MIP) sont des techniciens dans le domaine de l'IP (Intervention Pro), du Tir, du MSAA (Maitrise Sans Arme de l'Adversaire) et dans le domaine sportif en général.

C'est un monitorat accessible à tous les gendarmes de carrière (masculin et féminin), qu'ils soient issus de la GD, GM ou bien GR et qui se passe sur la base du volontariat. Pour se présenter au stage MIP et pour pouvoir suivre la formation il est nécessaire de satisfaire à un petite évaluation sportive visant à vérifier les capacités physiques de chaque candidat.

Les tests de sélection étant :

- une épreuve de tractions, de pompes, d'abdominaux au maxi
- une épreuve de course à pieds en treillis rangers
- une épreuve de MSAA
- une parcours de tir
- une épreuve d'armement
- une épreuve d'agressivité

Il n'est pas nécessaire d'être diplômé mais il faut être gendarme afin de passer le MIP.
Les tests de sélection sont assez poussés et se déroulent à l'école de Saint Astier où vous êtes testés sur votre capacité à garder votre sang froid à tout moment, votre réactivité, rusticité et certes si vous savez répondre à des coups.
Une fois ces tests de réussis et si vous êtes retenus, vous partez pour un stage de 4 semaines au sein du CNEFG de St Astier pour apprendre tous les rudiments de l'IP.

Le test MIP a également une variante MIP-FO (Franchissement Opérationnel) remplaçant l'ancienne filière ELI.
Le stage est complété par des techniques de franchissement, d'escalade et tout ce qui se rapporte aux disciplines "aériennes".
Ce dernier dure 6 semaines et il faut satisfaire à un test d'entrée en plus : un parcours sur la piste rouge du CNEFG à réaliser dans un temps imparti.
Les MIPFO ont pour mission d'assurer la formation des gendarmes ayant besoin d'intervenir dans des conditions particulières : décrochages et appréhensions d'individus (arbres, armatures d'usines, grues, rochers, silos, etc...), recherches, investigations de police judiciaire et évacuations de personnes dans des milieux confinés, des zones rocheuses ou des gouffres.

Ces moniteurs sont très demandés en unités, que ce soit en PI, PSIG ou bien en unité plus "conventionnelles".

Infos http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Formation-continue/Intervention-professionnelle

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6819
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Exemple de mission : L'équipe MIP.FO du PSPG PENLY est intervenue au profit de la COB OFFRANVILLE, sur le site de la cidrerie du Duché de Longueville où un ouvrier travaillant sur les toits du bâtiment principal de la cidrerie est victime d'une chute de 15 mètres environ. Blessé gravement, il est évacué sur le CHU de Rouen. L'enquête est confiée aux gendarmes de la COB OFFRANVILLE.
Afin de déterminer les causes de l'accident, les investigations doivent être réalisées en hauteur nécessitant une technicité bien particulière dans le domaine du franchissement opérationnel.
Après avoir sécurisé les infrastructures, les MIP.FO ont mis en place un dispositif de sécurité (main courante et assurance..) afin de permettre aux enquêteurs d'accéder et d'évoluer sur les toits de la cidrerie en toute sécurité. Ces constatations sur les lieux mêmes de l'accident ont ainsi pu être effectuées par le TICP de la COB.
Cette mission fait ressortir que, malgré leur rattachement aux CNPE ( Centre nucléaire de production d'électricité ), les MIP.FO sont à même d’apporter par leur double compétence, leur concours aux unités dans le cadre d'investigations ou d'assistance en milieu périlleux (grande hauteur, marnières, falaises ...) requérant une technicité spécifique au franchissement opérationnel, encore trop souvent méconnue.