Auteur Sujet: Sous-officiers : Opérationnel & CSTAGN - candidats civils et militaires.  (Lu 62335 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Concours sous-officiers de gendarmerie, ils ont planché ! :

* Sujet oral : Internet et la culture.

* Questions diverse posées : Qualités / Défauts  ::)
Pourquoi gendarme - Les + et - de ce métier ?
Depuis quand ai je envie de faire ce métier ?
Pourquoi pas la Police ?
La vie en caserne vous en pensez quoi ?
Que pense ma famille du métier de gendarme ?
Porter et utiliser une arme, les conséquences sur votre comportement ?
Le conjoint accepte t'il/elle les contraintes du métier de gendarme ? Est-elle/il prêt(e) à vous suivre ?
Quelles pourront être les conséquences sur la vie de vos enfants ?
Quelle perspective de carrière envisagez vous en gendarmerie ?
Quelles sont vos connaissances sur le fonctionnement de la gendarmerie (GR,GM,GD) et sur le métier de gendarme ?
Description rapide de la gendarmerie, de son organisation et de ses missions ?
Les déplacements en GM vous inquiètent ils ?
Questions diverses concernant le CV : Formation scolaire, loisirs ...
Questions sur les métiers occupés dans le civil et ce qu'ils m'ont apportés ?
Que pourrai je apporter à la gendarmerie ?
Si échec à ce concours envisagez vous de le repasser ?
Les connaissances sur la formation en école ? Comment se passe l’école ?
Qu’est ce qui est le plus dur dans le métier selon vous ?
Qu’est ce qui vous a le plus marqué, touché, évènements difficiles de votre vie ?
Comment réagiriez-vous face à un mort ?
Selon vous qu’est ce qu’est le plus dur dans le métier ?
Les missions en mobile, les déplacement : cb de temps, ou, comment ?
Quotidien d’un gendarme départemental.
Les heures sup sont elles rattrapées ?
Pourquoi je vous prendrais vous plutôt qu’un autre ?

L'important est de démontrer que l'on peut s'expliquer clairement...pas trop de heeeeuuu ! Il ne faut pas se démonter. L'esprit de synthèse est également important. Même si on ne tient pas 10 minutes il faut être percutant et sortir des mots clés.
J'ai eu 3 mises en situation professionnelles. A chaque fois, le jury m'a demandé ce que je pensais de la situation et comment je réagirai. Une fois ma réponse donnée, ils rajoutaient des paramètres et essayaient de me faire changer d'avis. Et vu l'expérience cumulée des 2 personnes, ils allaient loin et c'est très déstabilisant...  :-\
Résultat, à la sortie je ne savais plus où j'habitais et j'étais incapable de dire si je m'étais royalement planté ou si j'avais réussi.... j'avais peur du résultat de cet entretien mais j'ai eu 14.  ;D

Source http://prepagavsog.wordpress.com/aides-aux-concours/entretien-psychologue/

Notes que l’entretien Psy dure environ 15 minutes. Cela dépend de ce qu’il a à te demander mais l’entretien durera moins longtemps si la personne est saine d’esprit. En revanche, il cherchera a en savoir plus sur une personne qui présente des défaillances psychologiques ou des faiblesses incompatibles avec le métier de Gendarme.
Mais il n’y a pas de quoi stresser, ces psychologues sont pour la plupart très gentils et ne cherchent pas à faire monter le stress du candidat.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Mettre en place la bonne stratégie  :P
Pour préparer correctement votre concours de gendarme et mettre ainsi tous les atouts de votre côté pour intégrer la Gendarmerie, dont vous rêver depuis longtemps vous devez :
 • d'abord étudier l'objectif à atteindre
 • puis déterminer la bonne stratégie pour l'atteindre.
Le concours se déroule en deux parties :
- l’admissibilité qui est composée d’écrits,
- l’admission composée d’oraux.
Quelle est la différence entre la liste d’admissibilité et la liste d’admission ?     
Un concours se décompose généralement en deux phases :
L'admissibilité est la première étape à franchir des concours qui consiste, la plupart du temps, en des épreuves écrites qui sont anonymes et font l'objet d'une double correction. Pour certains concours, la réglementation prévoit des notes éliminatoires. Au vu des notes obtenues, le jury du concours arrête la liste des candidats admissibles qui sont autorisés à passer les épreuves d'admission.
L'admission est donc la seconde étape des concours. Les candidats admissibles (donc ayant passé avec succès les épreuves d’admission) sont convoqués pour des épreuves complémentaires, en général des épreuves orales et des épreuves sportives. A l'issue des épreuves d'admission, le jury arrête, dans la limite des postes mis au concours, la liste des candidats admis.

Pour les carrières opérationnelles :
Admissibilité, première phase du concours de Gendarme constituée de trois épreuves,
elles se passent en "région"...  suivant d’où provient votre candidature.
◾ Composition : à l’aide d’un corpus de texte, c’est une épreuve à mi-chemin entre la dissertation et la note de synthèse. Elle dure 3 heures et a un coefficient (coef.) de 5.
A ne surtout pas négliger…
◾ Épreuve d’aptitude professionnelle : questionnaire à choix multiples (QCM) avec des suites ou ensembles logiques à résoudre. Épreuve assez "rapide" puisqu’il y a 35 questions à résoudre en 36 minutes ! Coef. 2
◾ Épreuve de langue étrangère : QCM, langue au choix du candidat : anglais, allemand, espagnol, arabe littéral, italien et portugais. 30 minutes coef. 1.

Admission, deuxième phase du concours de Gendarme constituée de deux épreuves : un entretien et l'épreuve physique :
◾ Entretien avec un psychologue de 30 minutes, suite à un inventaire de personnalité.
◾ Entretien avec un jury : 10 minutes de préparation sur un sujet d’actualité tiré au hasard et 20 minutes d’exposé. 30mn coef 7.
◾ Epreuve sportive (EPG) chronométrée, avec un barème.

Si vous êtes admis suite, aux secondes épreuves donc, vous serez ensuite convoqué pour une visite médicale.... Trois issues possible :
◾ Apte et vous recevrez ensuite une lettre pour vous indiquer votre école de gendarmerie, et la date d’incorporation, environ 30 jours avant si j’ai bien compris. Vous aurez la possibilité de télécharger le livret d’accueil de votre école sur le site de la gendarmerie, à moins qu’il ne soit joint au courrier, je ne sais pas !
◾ Inapte temporaire et vous serez de nouveau convoqué pour une prochaine visite médicale.… après avoir résolu votre problème de santé comme, par exemple : une intervention chirurgicale aux yeux.
◾ Inapte définitif et vous pourrez dire au revoir à votre engagement en Gendarmerie !

Pour devenir gendarme (par la voie externe), les candidats doivent passer les épreuves suivantes :
(La Gendarmerie comme la Police exige d'être titulaire du baccalauréat pour devenir sous-officier. Le niveau des épreuves, désormais de catégorie B, est donc relevé).
• Admissibilité :
- une épreuve de composition de culture générale (3 heures / coefficient 5),
- une épreuve d'aptitude professionnelle, c'est-à-dire un test de raisonnement logique (un QCM sur 35 minutes / coefficient 2),
- une épreuve de langue étrangère. Au choix : anglais, allemand, arabe littéral, espagnol, italien ou portugais (un QCM sur 30 minutes / coefficient 1),

• Admission :
- une épreuve comprenant deux entretiens : le premier avec un psychologue et le second face à un jury. Pour le second entretien, vous serez interrogé sur un sujet d'actualité pour lequel vous disposerez de 10 minutes de préparation ; le jury vous interrogera aussi sur vos motivations et votre personnalité (20 minutes / coefficient 7) ;
- une épreuve sportive (coefficient 3).

Pour devenir gendarme (par la voie interne), les candidats doivent passer les épreuves suivantes :
(réservée aux gendarmes adjoints volontaires (GAV), aux ADS de la Police nationale, aux réservistes de la Gendarmerie et aux militaires des autres armées).
• Admissibilité :
- une épreuve de connaissances professionnelles (3 heures / coefficient 5),
 -une épreuve d'aptitude professionnelle, c'est-à-dire un test de raisonnement logique (un QCM sur 35 minutes / coefficient 2),
 -une épreuve de langue étrangère. Au choix : anglais, allemand, arabe littéral, espagnol, italien ou portugais (un QCM sur 30 minutes / les points au-dessus de 8 sont comptabilisés),

• Admission :
- une épreuve comprenant deux entretiens : le premier avec un psychologue et le second face à un jury. Pour le second entretien, vous serez interrogé sur un sujet d'actualité pour lequel vous disposerez de 10 minutes de préparation ; le jury vous interrogera aussi sur vos motivations et votre personnalité (20 minutes / coefficient 7) ;
- une épreuve sportive (coefficient 3).

Un avant gout de votre formation :
École De Gendarmerie Châteaulin SOG
https://www.facebook.com/chefetatmajorchateaulin

École de gendarmerie de Tulle GAV
https://www.facebook.com/pages/%C3%89cole-de-gendarmerie-de-Tulle/149007665162211

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Après avoir été admis par voie de concours, le candidat est rendu destinataire d'une décision prononcée par le bureau recrutement-examens de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) pour suivre une formation initiale dans l'une des écoles.
Formation initiale des sous-officiers de gendarmerie ICI  :police:

La formation initiale des sous-officiers de gendarmerie est dispensée au sein des écoles  de gendarmerie de Montluçon  (Allier), Chaumont  (Haute-Marne), Chateaulin  (Finistère) et de Tulle  (Corrèze).
La formation des sous-officiers de gendarmerie, d'une durée de  douze mois, a pour objectif de transmettre aux élèves gendarmes les exigences de la condition militaire et de leur dispenser les connaissances professionnelles nécessaires à l'exercice d'un métier dédié à la protection des personnes et des biens.
Futurs « gens d'armes » , les élèves apprennent en école le maniement des armes et le cadre légal dans lequel ils seront autorisés à déployer, dans le respect des règles de déontologie, la force si la situation l'exige.

Formation des sous-officiers du corps de soutien technique et administratif LA  :P

Admis par voie de concours, les sous-officiers qui composent le Corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale (CSTAGN) assurent des missions dans les domaines de la gestion logistique et financière, de la gestion du personnel, de la mécanique auto-engins blindés, des affaires immobilières, de l'armurerie et de la pyrotechnie, de la restauration collective et de l'imprimerie.
Ils disposent pas de pouvoirs judiciaires, ces sous-officiers, qui ne prêtent pas serment, n'ont pas vocation à participer à des missions ordinairement confiées à des officiers (OG) ou à des sous-officiers de gendarmerie (SOG).

Formation continue en Gendarmerie ICI ! cartonnes!

Cette rubrique intitulée « formation continue » présente les principaux cursus d'enseignements, ouverts aux personnels militaires de la gendarmerie nationale (à l'exception des volontaires), dont le contenu est régulièrement adapté aux évolutions juridiques, aux besoins opérationnels des unités et à l'engagement de la gendarmerie dans les instances internationales.

Généralistes, spécialistes ou techniciens, les officiers et sous-officiers sont appelés à suivre, tout au long de leur carrière, des stages qui renforcent leurs connaissances dans les domaines :
- du commandement, du management et de la stratégie ;
- de l'intervention professionnelle ;
- de l'apprentissage ou du perfectionnement des langues étrangères ;
- de la participation de la gendarmerie à des actions internationales ;
- du soutien technique et administratif concernant les sous-officiers qui ont intégré ce corps dès leur admission en gendarmerie.

Cette liste, non exhaustive, présente exclusivement, dans les pages suivantes, les actions de formation continue dispensées par les écoles de la gendarmerie nationale. Nombre d'enseignements sont également organisés à l'échelon déconcentré des régions de gendarmerie, des formations assimilées (gendarmeries de l'air, maritime, des transports aériens, de l'armement, garde républicaine, etc..), des unités élémentaires (brigade de gendarmerie et escadron de gendarmerie mobile) et/ou avec le concours d'organismes externes à la gendarmerie (universités, autres administrations, etc..).

Source et complément d'infos http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Formation-continue


Centres de formation gendarmerie :
Découvrez les centres à partir des plaquettes de présentation et de leur implantation.

http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Autres-pages/Centres

Rubrique principalement destinée aux candidats admis à suivre une scolarité au sein des écoles de formation initiale. Dès lors que la décision d'admission est prononcée par la Direction générale de la gendarmerie nationale (DDGN), il appartient aux futurs élèves officiers, sous-officiers et volontaires de la gendarmerie de télécharger le livret d'accueil de l'école concernée... ICI
http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Decouverte/Livrets-d-accueil

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Sous-officiers : Opérationnel & CSTAGN - candidats civils et militaires.
« Réponse #18 le: 22 septembre 2014, 17:03:31 »
Nouveau concours Gendarme  :o
Les épreuves pour devenir sous-officier de gendarmerie ont changé.
Plus de dictée, plus de calcul, plus de rédaction !  ;)
Du niveau brevet des collèges, le concours passe au niveau bac.  ???

Pour exercer le métier de Gendarme S/Off, il faut désormais passer un concours externe ou interne.
Dans chaque voie, deux sessions par an sont organisées.
* Le concours externe s’adresse aux civils, titulaires au moins d’un bac : cette exigence constitue également une grande nouveauté. Après le dépôt de la candidature le parcours se déroule en deux temps : admissibilité (devoir de connaissances générales, épreuve de langue à l’écrit, tests psychotechniques) ; admission (oral de 30 minutes face à un jury, entretien avec un psychologue, épreuve de sport).
* Le concours interne est lui réservé aux adjoints volontaires. Ils peuvent le présenter au bout d’un an de service, même sans diplôme.
Deux autres points diffèrent par rapport au concours externe, ils concernent l’admissibilité : pas de composition mais une épreuve de connaissances professionnelles, et une épreuve de langue facultative… qui ne peut que rapporter des points.

Tous les lauréats accéderont à une formation rémunérée de 12 mois, puis à un large éventail d’activités et d’affectations possibles ... des perspectives réelles de promotion.

Voici les trois voies d'accès :
1/ Vous êtes bachelier de la filière générale ou bachelier professionnel option Sécurité prévention, vous passez le 1er concours ; les épreuves sont les suivantes :
- épreuves écrites d'admissibilité : composition de culture générale à partir d’un ou deux documents, épreuve d'aptitude professionnelle (tests psychotechniques) et QCM de langue étrangère (50 questions) ;
- épreuves d'admission : entretien avec un jury et épreuve physique gendarmerie (EAP).

2/ Vous êtes adjoint de sécurité (ADS), gendarme adjoint volontaire (GAV), cadet de la République ou militaire avec 4 ans d'ancienneté, réserviste de la gendarmerie, vous passez le 2e concours ; les épreuves sont les suivantes :
- épreuves écrites d'admissibilité : épreuve de connaissances professionnelles, épreuve d'aptitude professionnelle (tests psychotechniques) et test de langue facultatif ;
- épreuves d'admission : entretien avec un jury et épreuve physique gendarmerie.

3/ Vous justifiez de trois ans d'expérience professionnelle, vous passez le 3e concours ; les épreuves sont les suivantes :
- épreuves écrites d'admissibilité : examen d'un dossier mettant en exergue les acquis de l'expérience professionnelle ;
- épreuves d'admission : entretien avec un jury et épreuve écrite de compréhension de texte.

Le concours est très accessible pour les personnes ayant une bonne rédaction en français. Une bonne dissertation bien structurée et sans faute d'orthographe vous garantit le succès de la première partie du concours. Il faut également bien s'entraîner aux tests de logique les fameux QCM. Pour la seconde partie, les officiers vont vous interroger sur vos motivations et vous poser des questions sur la gendarmerie. Si vous êtes motivés, ils s'en rendent vite compte.
Pour la culture générale, surtout ne pas paniquer. C'est un petit peu au petit bonheur la chance. Il faut se tenir au informé de l'actualité alors lisez et écouter.
Sujets en exemple : les énergies renouvelables. Mise en situation en demandant ce que ferait un gendarme s'il se trouvait face a une femme en pleine crise d'hystérie ??
Une bonne présentation est primordiale. La partie la plus difficile est l'épreuve sportive éliminatoire. Surtout, j'insiste bien, ne pas la sous estimer. Il faut s'entraîner très longtemps à l'avance et pas 15 jours avant l'examen. L'idéal est de reconstituer le parcours, faites vous aider d'un coach et ne soyez pas persuadé qu'il se fera facilement car ça n'est pas souvent le cas, attention beaucoup de personnes ont échoué à cause du sport. Bon courage et n'hésitez pas a investir quelques euros, acheter les livres qui vous préparent au concours. Ça aide vraiment parce qu'un concours, ça se prépare sérieusement.  ;)

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Un programme adapté à la lutte contre la délinquance.... La formation initiale des élèves-gendarmes.
La gendarmerie nationale, force armée, contribue au même titre que la police nationale, force à statut civil, au maintien de la paix et de l'ordre public ainsi qu'à la protection des personnes et des biens. La réalisation de ces missions impose une formation initiale de qualité et adaptée à l'évolution de toutes les formes de délinquance et de criminalité.

Les programmes de formation, en l'espèce celui des élèves-gendarmes (corps des sous-officiers de gendarmerie constitué de plus de 70 000 militaires), sont ainsi régulièrement modifiés.
La dernière version de l'enseignement des élèves-gendarmes, destinée à affecter en unité des gendarmes immédiatement opérationnels, contribue à :

- délivrer aux futurs gendarmes les connaissances élémentaires en matière de police technique et scientifique de proximité (1er niveau de la chaîne criminalistique external link) qui participent notamment à renforcer la lutte contre les cambriolages ;
- développer les techniques dans le domaine de l'intervention professionnelle. Cette discipline permet la légalité et l'efficacité des interventions et concourt à la sécurité des gendarmes.

Enfin, les élèves-gendarmes prêtent dorénavant serment, près du Tribunal de grande instance (TGI) du lieu d'implantation de leur école de formation initiale. Cette nouvelle disposition facilite l'engagement des élèves-gendarmes lors du stage programmé à l'issue de la formation académique dispensée en école.

Le programme actuel des élèves-gendarmes s'inscrit sur une période de douze mois de formation, dont les trois derniers mois se déroulent sous la forme d'un stage pratique soit au sein d'une brigade de proximité (sécurité publique générale) soit d'un escadron de gendarmerie mobile (ordre public) ou encore d'une unité de la garde républicaine (sécurité des palais nationaux).

Crédit photo : CEGN

Le 365° numéro de Gend'Info (mars 2014 -> P.18) consacre un dossier sur la formation initiale. Le contenu de cette édition porte principalement sur les fondamentaux (militarité, disponibilité, loyauté, cohésion, professionnalisme, etc) qui constituent le socle des enseignements initiaux dispensés aux officiers, sous-officiers et gendarmes-adjoints.

Cette action de communication contribue, d'une part, à valoriser l'activité des cadres formateurs et de soutien et, d'autre part, à renforcer l'image des écoles et des centres en termes de transmission des valeurs qui forgent l'identité militaire de la gendarmerie.

SAMSON Justine

  • Invité
Bonjour, j'ai quelques questions à propos du concours et de la formation pour être gendarme.
Je voudrais savoir si le concours est dur et s'il faut beaucoup de travail personnel ?
Savoir si la formation en école est dure physiquement et moralement ?
Est ce que les femmes ont leur place en tant que Gendarme ? (C'est à dire si les hommes sont machos ? )
Je voudrais vraiment faire ce métier, ça me plait beaucoup. J'ai juste peur pour mon futur... (Je veux savoir si j'ai raison de m'inquiéter ou pas)
Besoin de quelqu'un qui a vécu ce parcourt, besoin de plus d'informations ...
Merci à l'avance. Cordialement.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour, j'ai quelques questions à propos du concours et de la formation pour être gendarme.
Je voudrais savoir si le concours est dur et si il faut beaucoup de travail personnel ?

OUI  :-[

Savoir si la formation est dure physiquement et moralement ?

Encore OUI, et pas que la formation, tout au long de la carrière qui nécessite beaucoup de don de soi et d'abnégation jusqu'au sacrifice suprême... il va falloir être au TOP dès le premier jour 8)  :-X

Est ce que les femmes ont leur place en tant que Gendarme ? (C'est à dire si les hommes sont machos ? )

OUI et les hommes ou les femmes n'en sont pas plus, pas moins qu'ailleurs des humains avec leurs qualités et défauts ... c'est la vie en communauté ou de couple ;)

Je voudrais vraiment faire ce métier, ça me plait beaucoup. J'ai juste peur pour mon futur... (Je veux savoir si j'ai raison de m'inquiéter ou pas)
Besoin de quelqu'un qui a vécu se parcourt, besoin de plus d'informations ...
Merci à l'avance. Cordialement.

La peur n'évite pas le danger mais elle se maitrise si l'on s'en donne les moyens, la vie de gendarme ne se rêve pas car ce n'est pas un long fleuve tranquille !
Il n'y a pas que dans les zones urbaines que les gendarmes ont fort à faire. Dans les villages voisins, la délinquance est également présente. Elle est même multiple  >:(

Police Gendarmerie les jeunes recrues en action
A tous les jeunes qui rêvent de devenir un jour des policiers ou des gendarmes et qui sont très motivés : travaillez sérieusement votre français et votre orthographe (revoir toutes les règles) en lisant, pas spécialement ou uniquement des livres mais aussi des documents sur l'actualité, faites des dictées (et oui), regardez les informations, faites des dissertations, intéressez vous à la vie environnante sociale et politique....  :P
C'est certain qu'une personne ayant un bac général aura peut être plus de facilités et moins de travail à fournir le jour "J". Apprendre à rédiger une dissertation demande de l'entraînement, entrainez vous aussi pour l'épreuve de sport éliminatoire. L'entretien avec le jury aussi se prépare sérieusement. Renseignez vous un maximum sur ce qu'est la gendarmerie dans l'histoire et aujourd'hui, les livres et France enseignement qui préparent au concours aident bien, n'hésitez à investir quelques euros.

Il y a des candidats gendarmes qui n'ont pas spécialement de diplômes scolaire ou autres qualifications équivalentes au Bac mai qui ont réussi le concours SOG en voie interne, il faut simplement s'y préparer sérieusement, être motivé et présenter certaines aptitudes, le concours sog est totalement accessible si on est compatible avec l'institution.
Bon courage d'ailleurs à ceux qui se présenteront au concours prochainement ^-^

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
INFORMATIONS IMPORTANTES POUR LES CANDIDATS ADMISSIBLES AU DEUXIEME CONCOURS SOG (voie interne)

Les candidats admissibles doivent se présenter au centre de sélection et de concours (CSC) pour la métropole et au centre de recrutement de concours et de sélection (CRCS) pour l'outre-mer, le premier jour des épreuves d'admission, en possession des documents suivants :
✔ la copie de la carte nationale d'identité (recto/verso) en cours de validité ;
✔ la copie de l'attestation de participation à la JAPD ou JDC, ou de l'attestation du service national ;
✔ pour les militaires réformés, une décision du bureau du service national les reclassant apte, après saisine de la commission de réforme des militaires ;
✔ l'état signalétique et des services ou fiche individuelle de renseignements (FIR) pour les gendarmes adjoints volontaires, les réservistes et les militaires des autres armées ;
✔ une copie de l'attestation de l'autorité d'emploi justifiant d'au moins un an de service accompli au 1er janvier 2015 pour les ADS.
Une lettre a été tirée au sort pour déterminer l'ordre de passage aux épreuves d'admission.
Les candidats doivent présenter le jour de l'épreuve sportive un certificat médical mentionnant leur aptitude à subir l'épreuve physique gendarmerie. Ce certificat doit dater de moins d'un an ou moins de deux ans pour les visites médicales périodiques des militaires.

***********************************************************

INFORMATIONS IMPORTANTES POUR LES CANDIDATS ADMISSIBLES AU PREMIER CONCOURS SOG (voie externe)

Les candidats admissibles doivent se présenter au centre de sélection et de concours (CSC) pour la métropole et au centre de recrutement de concours et de sélection (CRCS) pour l'outre-mer, le premier jour des épreuves d'admission en possession des documents suivants :
✔ la copie de la carte nationale d'identité (recto/verso) en cours de validité ;
✔ la copie de l'attestation de participation à la JAPD ou JDC, ou de l'attestation du service national ;
✔ pour les militaires réformés, une décision du bureau du service national les reclassant apte, après saisine de la commission de réforme des militaires ;
✔ une photocopie du diplôme le plus élevé.
Une lettre a été tirée au sort pour déterminer l'ordre de passage des candidats aux épreuves d'admission.
Les candidats doivent présenter le jour de l'épreuve sportive un certificat médical mentionnant leur aptitude à subir l'épreuve physique gendarmerie.
Ce certificat doit dater de moins d'un an ou moins de deux ans pour les visites médicales périodiques des militaires.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Devenir CSTAGN, une formation humaine et militaire avant tout  8)

Plus tard, ils formeront le corps des spécialistes de la gendarmerie. Ils travailleront dans l'administration et la gestion du personnel, la logistique et la finance, les affaires immobilières, la restauration collective, l'automobile et les engins blindés ou encore l'armurerie. Mais avant tout, ils seront des militaires disponibles, engagés pour soutenir leurs camarades du terrain.

C'est pour cela que pendant 3 mois, les élèves sous-officiers du Corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale (CSTAGN) sont formés à la vie militaire à l'école de gendarmerie de Rochefort (17) et au camp de Montmorillon (86). Abnégation, don de soi, solidarité... ils vont découvrir les valeurs qui font la force de notre Institution.

[PORTFOLIO] CSTAGN : des compétences humaines et variées ICI

Méconnus, ils travaillent dans l'ombre des gendarmes, apportent quotidiennement un soutien opérationnel aux unités de gendarmerie, et vous les avez peut-être déjà croisés sans le savoir : ce sont les sous-officiers du corps technique et administratif de la gendarmerie nationale.

Chaque jour, ils permettent le bon fonctionnement de l'Institution à travers 6 spécialités : administration et gestion du personnel, gestion logistique et financière, affaires immobilières, restauration collective, auto-engins blindés, armurerie et pyrotechnie.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
C'était jour de rentrée, lundi matin, pour les 124 élèves de la cinquième compagnie d'instruction de l'école de gendarmerie de Châteaulin. La 77e promotion de sous-officiers formée à Ty Vougeret, dont nous allons suivre les pas pendant huit mois. Aux premières heures de leur incorporation, ces Cobras (leur emblème) avaient plutôt l'air fébriles.

Gauche... Gauche... Gauche... Lundi matin, école de gendarmerie de  Ty  Vougeret. Le « spectacle » est pour le moins atypique dans cette enceinte militaire. En rangs par quatre, un peloton d'une trentaine d'hommes dépareillés marche au pas pour se rendre d'un bâtiment à un autre. Enfin, ils  essayent. Pas le moindre treillis à l'horizon. Blouson, tee-shirt, jean, baskets... Un dossier à la main. Aucun doute, c'est de la bleusaille ! Le groupe fait partie des 124 élèves, dont 27 femmes (tous passés par le concours externe), qui, depuis quelques heures seulement, ont incorporé la cinquième compagnie d'instruction de l'école châteaulinoise. Compagnie qui a troqué son vieux coq contre un cobra en guise d'emblème. Mais en attendant de devenir aussi vifs et coriaces que le dangereux reptile, les bleus de la 77e promotion, formée depuis 1999 par Ty Vougeret, ressemblent pour l'instant davantage à d'inoffensifs lapins pris dans la lumière des phares. Surtout les rares élèves ne sachant pas nager, qui viennent de comprendre qu'ils allaient vite apprendre. Très vite... « Pour l'instant, ils marchent tête baissée, le dos courbé. Tout ça est normal, ils découvrent. Mais d'ici deux à trois mois, ils se seront tous redressés. C'est assez impressionnant de voir à quelle vitesse ils changent », commente le capitaine Ludovic Pilloud. Épaulé par six « cadres contacts », le commandant de la cinquième compagnie a huit mois pour faire de sa troupe des sous-officiers aptes au service.
Photo, visite médicale, administration, habillement...

En ce premier des deux jours d'incorporation prévus, tout s'enchaîne très vite pour ces élèves âgés de 19 à 36 ans, dont la moitié a déjà été gendarme adjoint volontaire. Hormis une jeune femme qui a débarqué en toute décontraction, avec sa valise et son sourire, vers 8 h 15, sans avoir prévenu de son arrivée (d'où quelques remontrances d'entrée de jeu), tous sont arrivés la veille au soir. Après une courte nuit, ils ont eu droit à un réveil à l'aube. Puis à un premier briefing général en amphithéâtre. Avant d'être répartis en trois pelotons et de passer un à un devant l'objectif du photographe, à qui il a suffi de six mots pour passer les consignes : « Droit, polo boutonné, visage sans expression ». Bienvenue à l'armée. Pendant ce temps-là, d'autres ont fait le détour obligé par le magasin habillement pour passer commande, après essayages, de leur paquetage complet qui arrivera dans la semaine. Au programme, d'ici le lendemain soir, il y avait aussi les dernières démarches administratives, la coupe réglementaire chez le coiffeur en cas de cheveux trop longs (très rare) et la visite médicale, évidemment. Certains n'avaient qu'un rappel de vaccin à faire ; d'autres, une batterie d'examens à effectuer. « C'est assez fastidieux mais, dans l'ensemble, les premières heures, on les laisse quand même un peu atterrir. On commence seulement à évoquer les grades, on explique le lit au carré... Les choses sérieuses commencent seulement quand ils ont signé leur contrat. Car, dès lors, ils sont militaires », lance le capitaine Pilloud.
Une formation en dix phases

C'est le cas depuis mercredi. Et les premières épreuves se déroulent dès ce lundi, avec le constat initial des qualités physiques des élèves (foncier et capacité musculaire). Après quoi, la formation se décline en dix phases. « La première, c'est le socle initial. L'objectif est de leur faire comprendre la militarité. On leur parle de déontologie, d'éthique et de morale. Il y a aussi beaucoup de sport », renseigne le capitaine Pilloud. Viennent ensuite les techniques et tactiques du combattant, l'aguerrissement (qui comprend un bivouac dont le but est de forger l'esprit de groupe et à l'issue duquel les calots sont remis aux élèves), et une synthèse sur le thème « Gendarme, militaire des forces armées ». Axé sur deux thèmes principaux (« Gendarme, soldat de la loi » et « Maintien de l'ordre »), le reste de  la formation comprend beaucoup de mises en situation. La dernière étape étant un cours complémentaire en fonction de la future affectation de l'élève.
À l'emploi le 29 mai

« Évidemment, tout au long de ces huit mois, il y a des fils conducteurs, comme la certification armement », explique le capitaine Pilloud. De fait, un élève doit absolument savoir maîtriser cinq armes pour valider sa formation : l'arme de service (Sig Pro), le fusil à pompe, le Famas, le HK (MP5 et UMP9) et le pistolet à impulsions électriques. Premiers tirs prévus d'ici dix jours.

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/finistere/chateaulin/ecole-de-gendarmerie-premiers-pas-de-cobras-01-10-2016-11238250.php#XjwZaBrKS8OHB3KY.99

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
7 erreurs sur la Gendarmerie ! le Centre d'Information et de Recrutement de la Gendarmerie de Rennes - CIR vous informe mardi 14 février 2017
Au Centre d’information et de Recrutement de RENNES, nous avons l’habitude de vous rencontrer. Il nous arrive cependant de constater que certains “clichés” sont tenaces. Avec humour et sans amertume nous allons essayer d’en contrer sept. Retrouvez aussi en fin de l’article la correction du jeu des 7 erreurs.
 
1. ”En Gendarmerie, il faut faire 1m70 pour les hommes et 1m60 pour les femmes” : FAUX
"La bonne taille c'est quand les pieds touchent par terre" disait Coluche  ;D
En 2012, la condition taille initialement requise pour postuler dans  la gendarmerie, qui était de 1.60 m pour les femmes et 1.70 m pour les  hommes, a été supprimée. C’était dans le cadre du nouveau concours.
Cependant, certaines tailles minimales restaient requises pour entrer dans des formations particulières (Garde Républicaine, motocyclistes...).
Depuis un arrêté du 1er août 2014, le critère de taille comme condition d’affectation en Gendarmerie ou dans certaines unités de la Gendarmerie est supprimée. La documentation que vous pouvez trouver sur le web indiquant encore ce critère est donc obsolète.  ;)

2. ”Pour être sous-officier, il faut absolument un Baccalauréat” : FAUX
Pour devenir sous-officier de Gendarmerie, vous pouvez passer le concours externe (SOG 1) qui nécessite bien la détention d’un Baccalauréat. 
Cependant, pour les non-bacheliers le choix d’être réserviste ou gendarme adjoint volontaire (GAV) permet d’avoir accès sous certaines conditions au concours interne de sous-officier (SOG 2). Pour ce concours, la détention d’un baccalauréat n’est plus une condition. Les Adjoints de sécurité de la Police Nationale et les militaires ayant plus de 4 ans de service bénéficient aussi de ce concours interne.
 
3. ”La Gendarmerie c’est un peu comme l’armée” : FAUX
En France, il y a quatre Forces Armées. Il y a l’Armée de Terre, L’Armée de l’Air, La Marine et la Gendarmerie. Les gendarmes sont des militaires. Donc ce n’est pas “comme” l’armée, c’est l’armée.  >:(
La particularité pour la Gendarmerie c’est qu’elle est placée sous l’autorité du Ministère de l’intérieur depuis 2009, et pas sous l’autorité exclusive du Ministère de la Défense comme les autres forces armées. C’est une force de police à statut militaire. En formation, la première tenue du futur Gendarme ne sera pas bleue mais kaki !  :-\

4. “Il faut s’inscrire dans une école, il y en a une à CHATEAULIN...” : FAUX
Il y a bien une école à CHATEAULIN mais vous ne choisissez pas l’école.
Pour intégrer une école, il faut réussir un concours pour les officiers et les sous-officiers, ou des tests de sélection pour les Gendarmes Adjoints Volontaires et les Réservistes.
Les inscriptions se font sur le site  www.lagendarmerierecrute.fr.
Et n’oubliez pas, on ne paye pas pour être formé en Gendarmerie.
Vous êtes payé (soldé comme nous disons dans les armées) en école pour être formé. Une école payante préparant au concours est une entreprise privée et ne fait aucunement partie de la Gendarmerie.  8)

5. “Il faut avoir fait des études de droit pour devenir Gendarme”: FAUX
Le recrutement en Gendarmerie ne se fait pas sur des épreuves de Droit.
Bien que cela puisse être nécessaire pour certaines épreuves du recrutement officier, il n’est pas obligatoire d’avoir fait des études de Droit pour être gendarme. La gendarmerie recrute les futurs gendarmes pour leurs qualités humaines, pour leur capacité à rédiger en Français et sans fautes, à s’exprimer, à argumenter et pour leur résistance physique et psychologique. Les compétences s’acquièrent ou sont complétées après par la formation initiale, l’expérience du terrain et la formation interne et continue. 

6. “J’aimerai bien la gendarmerie mais on est toujours muté, ça ne me plaît pas” : FAUX
Le choix de la première affectation découle de votre classement de fin de la formation initiale en école (ESOG).
Les officiers, sont soumis à une mutation régulière au niveau national.
Mais il faut savoir que pour le sous-officier, la mutation est liée directement ou indirectement aux choix du militaire. Le gendarme est muté à sa demande, en fonction de son choix de spécialisation, de son envie de changer de localisation ou de son évolution dans la hiérarchie. Dans le dernier cas, il sera muté au sein de sa région d’affectation. Exit cette notion d’obligation de tout quitter régulièrement.
Il reste cependant évident qu’un militaire de la Gendarmerie changera plusieurs fois d’unité dans sa carrière. Il pourra également changer de région pour partir en outre-mer, être volontaire pour partir en ambassade ou faire le choix de voyager en devenant à sa sortie d’école Gendarme Mobile, en montant en grade.

7. “Je veux être Gendarme parce qu’ils ne paient pas d’impôts” : FAUX

On a cherché pourquoi cela revient si souvent dans les fausses idées sur la gendarmerie mais on n’a pas trouvé d’explication. Le Gendarme est rémunéré par l’État donc indirectement par les impôts, mais il y est soumis comme tous les citoyens à l'impôt sur les revenus et la taxe d'habitation, il paie sa consommation d'eau, de gaz et d’électricité ainsi que les taxes sur les ordures ménagères de son foyer.

Les Japonais disent “sept fois à terre, huit fois debout”.
D’autres fausses idées existent sur notre métier comme sur beaucoup d’autres mais pour avoir des réponses, c’est auprès des professionnels que vous saurez. Alors un doute, une rumeur, posez vos questions sur notre page.

https://www.facebook.com/notes/centre-dinformation-et-de-recrutement-de-la-gendarmerie-de-rennes-cir/7-erreurs-sur-la-gendarmerie/1229424327134866

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6707
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Arrêté du 12 septembre 2016 fixant les conditions physiques et médicales d'aptitude exigées des personnels militaires de la gendarmerie nationale et des candidats à l'admission en gendarmerie

NOR: INTJ1624357A Version consolidée au 18 juin 2018

Le ministre de l'intérieur,
Vu le code de la défense, notamment son article L. 4132-1 ;
Vu le décret n° 2008-946 du 12 septembre 2008 modifié portant statut particulier du corps des officiers de gendarmerie ;
Vu le décret n° 2008-952 du 12 septembre 2008 modifié portant statut particulier du corps des sous-officiers de gendarmerie ;
Vu le décret n° 2008-953 du 12 septembre 2008 modifié portant statut particulier des corps de sous-officiers et officiers mariniers de carrière des armées et du soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale ;
Vu le décret n° 2008-955 du 12 septembre 2008 modifié relatif aux volontariats militaires ;
Vu le décret n° 2012-1456 du 24 décembre 2012 modifié portant statut particulier des officiers du corps technique et administratif de la gendarmerie nationale,

Arrête : Article 1
I. - Les militaires de la gendarmerie nationale doivent présenter une aptitude médicale conforme aux exigences et aux contraintes inhérentes aux fonctions qu'ils exercent.
II. - Sans préjudice des critères complémentaires définis dans les annexes I à IV, les missions qui leur sont dévolues impliquent l'absence de contre-indication :
- au port et à l'usage de l'arme de dotation individuelle ;
- à la conduite de véhicules légers ;
- au service externe de jour comme de nuit.
III. - Le II du présent article ne s'applique pas aux musiciens de l'orchestre de la garde républicaine ou aux choristes du chœur de l'armée française.

Article 2
L'aptitude physique et mentale des personnels militaires de la gendarmerie nationale et des candidats à l'admission en gendarmerie nationale est contrôlée à l'occasion du recrutement ou au cours des visites médicales périodiques. Elle est définie sous la forme d'un profil médical chiffré minimum et d'exigences particulières adaptées aux impératifs de la fonction.

Article 3
Sept sigles définissent le profil médical. Ils correspondent respectivement :
S : à la ceinture scapulaire et aux membres supérieurs.
I : à la ceinture pelvienne et aux membres inférieurs.
G : à l'état général.
Y : aux yeux et à la vision (sens chromatique exclu).
C : au sens chromatique.
O : aux oreilles et à l'audition.
P : au psychisme.
Les sigles S, I, G, Y, O peuvent être affectés de 6 coefficients (de 1 à 6), le sigle C peut être affecté de 5 coefficients de (1 à 5) et le sigle P peut être affecté de 6 coefficients (0 à 5).
La cotation des affections ou de leurs séquelles est déterminée selon des modalités fixées par le service de santé des armées.

Article 4
Lors de l'admission en gendarmerie, toute contre-indication médicale définitive à l'une des vaccinations obligatoires et réglementaires inscrites au calendrier vaccinal des armées, fixé en application de l'article D. 4122-13 du code de la défense, constitue une cause d'inaptitude définitive au service au sein de la gendarmerie.
Tout militaire de la gendarmerie nationale est, sous peine de sanction disciplinaire, dans l'obligation de satisfaire aux vaccinations obligatoires et réglementaires inscrites au calendrier vaccinal des armées.

Section 1 : Dépistages des toxicomanies
Article 5
    Des dépistages des toxicomanies et de l'alcoolisme sont effectués à l'occasion des visites médicales pratiquées dans le cadre de l'admission en gendarmerie.
    Le commandement est autorisé, le cas échéant, à contrôler l'imprégnation alcoolique ou l'emprise de substances psychoactives et à en tirer les conséquences disciplinaires appropriées. Ce contrôle est réalisé au moyen de tests de dépistage mis à sa disposition.

Article 6
Constitue une cause générale d'inaptitude au service au sein de la gendarmerie :    - tout usage de stupéfiant découvert lors des dépistages dans les conditions décrites dans l'article 5 et confirmé par la mise en œuvre de techniques analytiques réalisées au sein de l'institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale ;
    - toute conduite addictive chronique dépistée par un faisceau d'arguments susceptible de porter atteinte aux missions conférées.

Section 2 : Normes d'aptitude médicale requises des candidats à l'admission au sein de la gendarmerie nationale
Article 7
    Les normes médicales d'aptitude requises des candidats à l'admission en gendarmerie sont fixées par corps ou statut d'appartenance en annexe I. Elles sont généralement applicables aux sous-officiers de gendarmerie servant en vertu d'un contrat.
    Les normes médicales requises pour souscrire un engagement à servir dans la réserve sont fixées en annexe II.

Section 3 : Normes d'aptitude médicale requises en cours de carrière ou pour être admis dans certains emplois et spécialités.
Article 8
    Les conditions médicales et physiques d'aptitude applicables aux militaires de carrière de la gendarmerie nationale au cours de leur carrière sont fixées en annexe III.
    Elle sont également applicables :
    - aux militaires de la gendarmerie nationale candidats à l'admission dans le corps des officiers de gendarmerie ou dans le corps technique et administratif de la gendarmerie nationale ;
    - aux sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale au cours de leur contrat d'engagement.

Article 9
    Certains emplois au sein de la gendarmerie nationale requièrent des conditions médicales et physiques d'aptitude particulières.
    Les conditions médicales requises des militaires de carrière et des militaires servant en vertu d'un contrat pour être admis à servir dans un de ces emplois et spécialités sont fixées en annexe IV.
    Les militaires de carrière de la gendarmerie nationale admis à servir dans un de ces emplois et spécialités y sont maintenus dans les conditions fixées à l'annexe V.

Section 4 : Dérogations aux conditions médicales et physiques d'aptitude
Article 10
    Dans le cadre du recrutement en gendarmerie, une dérogation, totale ou partielle, aux conditions médicales et physiques d'aptitude définies à l'annexe I peut être accordée au candidat militaire qui présente une infirmité résultant d'une blessure, d'un accident ou d'une maladie imputable au service.

Article 11
    Un militaire peut, en cas d'altération de ses capacités physiques, demander à être autorisé à servir par dérogation aux conditions médicales et physiques d'aptitude définies aux annexes II, III, IV et V. Cette autorisation ne peut lui être délivrée qu'après avis du conseil régional de santé.
    Les dispositions du présent article ne sont pas applicables aux personnels dont l'aptitude médicale relève de centres d'examens ou de commissions spécialisées.

Section 5 : Dispositions diverses
Article 12
    La constatation médicale d'un état de grossesse entraîne systématiquement l'inaptitude temporaire à un engagement ou à un volontariat initial.
    Toutefois, pour la candidate admise à l'issue des opérations de recrutement, et dont l'état de grossesse est constaté par un médecin des armées, l'admission en école est différée à l'expiration des délais légaux de maternité. A l'issue, il est procédé à un nouvel examen du profil médical de l'intéressée afin de s'assurer qu'elle satisfait aux normes d'aptitude exigées par l'annexe I du présent arrêté. Le recrutement devient alors possible.
    Pour les militaires sous contrat et les militaires de carrière, l'état de grossesse ne peut constituer en soi une inaptitude médicale, même temporaire, pour le renouvellement d'un contrat d'engagement, l'accession à l'état d'officier ou de sous-officier de carrière.
    Les modifications temporaires de l'état physiologique de la femme enceinte amènent le médecin des armées à modifier temporairement le profil médical et à déterminer des restrictions d'emploi pouvant justifier le report de l'admission à un stage ou à un cycle d'enseignement. Le profil médical est obligatoirement réévalué avant la reprise du travail.

Article 13
    Par dérogation aux dispositions du présent arrêté, les militaires de la gendarmerie nationale conservent le bénéfice des dérogations aux normes médicales d'aptitude qui leur ont été accordées sur le fondement de dispositions antérieures.
Article 14
    Les avis médicaux rendus dans le cadre de l'application du présent arrêté peuvent faire l'objet de recours selon des modalités définies par la direction centrale du service de santé des armées.
Article 15
    Les officiers du corps technique et administratif de la gendarmerie nationale et les sous-officiers du corps de soutien technique et administratif de la gendarmerie nationale recrutés sous l'empire d'un profil médical autorisant une indexation maximale du sigle Y à 5 conservent le bénéfice de cette disposition à titre personnel jusqu'à leur admission de carrière.
Article 16
    Le présent arrêté entre en vigueur le premier jour du mois suivant sa date de publication.

Source https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033133497&dateTexte=20180618