Auteur Sujet: La cérémonie nationale d'hommage aux militaires de la gendarmerie  (Lu 15208 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne gendy

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 862
  • Sexe: Homme
    • www.sos112.fr
La cérémonie nationale d'hommage aux militaires de la gendarmerie, victimes du devoir en 2006, tués ou blessés gravement, s'est déroulée à PARIS dans la cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides le vendredi 16 février à 9 heures.

La date du 16 février - jour anniversaire de la promulgation de la loi de 1791, portant création de la gendarmerie nationale - a été retenue en 1997 par le ministre de la Défense pour rendre chaque année un hommage solennel aux personnels de la gendarmerie, victimes du devoir.

Articulée en deux temps, la cérémonie a débuté par une prise d'armes présidée par madame Michèle ALLIOT-MARIE, ministre de la Défense, en présence du monsieur Brice HORTEFEUX, ministre délégué aux collectivités territoriales et du général d'armée Guy PARAYRE, directeur général de la gendarmerie nationale.

Le ministre d' Etat, de l'Intérieur et de l'aménagement du territoire, monsieur Nicolas SARKOZY a présidé la cérémonie de l'hommage aux personnels victimes du devoir de SAINT-DENIS (Réunion) en présence du major général de la gendarmerie nationale, le général de corps d'armée Roland GILLES.

La cérémonie s'est déroulée de la manière suivante :

    * honneurs et salut au Drapeau ;
    * revue des troupes ;
    * lecture du message commun des ministres ;
    * appel des morts, victimes du devoir au cours de l'année écoulée ;
    * sonnerie aux morts ;
    * minute de silence ;
    * Marseillaise.

En 2006, la gendarmerie a déploré la disparition de treize de ses militaires :

    * major Alain CLAVERIE, le 7 janvier 2006 ;
    * major Raphaël CLIN, le 12 février 2006 ;
    * gendarme François WIDMANN, le 9 mars 2006 ;
    * major Erik MECUCCI-MICUCCI, le 28 mars 2006 ;
    * adjudant Fabrice JARRY, le 17 mars 2006 ;
    * gendarme Frédérick FRANCOISE, le 18 mars 2006 ;
    * gendarme Jérôme BIRAULT, le 28 avril 2006 ;
    * major Eric LAMY, le 8 octobre 2006 ;
    * gendarme Maxime VOY, le 8 octobre 2006 ;
    * major Michel DOLO, le 13 novembre 2006 ;
    * major Fabien BATISTA, le 27 novembre 2006 ;
    * major Alain VANEL, le 3 décembre 2006 ;
    * gendarme adjoint volontaire Olivier LAURET, le 13 décembre 2006.

A l'issue de cette prise d'armes, les ministres et le directeur général se sont inclinés devant le drapeau puis ont salué les familles présentes. Conjointement, ils ont rejoint les salons d'honneur pour des entretiens autour d'une collation.

Cette année encore, le directeur général a décidé d'associer certains militaires gravement blessés en service durant l'année passée :

    * lieutenant-colonel Eric DUPONT (FGMI) ;
    * lieutenant Grégory MUTOMBO (Région Bretagne) ;
    * adjudant Hervé JEANMAIRE (CEGN) ;
    * maréchal des Logis-chef Ronan PEREGO (FGMI) ;
    * gendarme Jean-François BOUET (Région Ile de France) ;
    * gendarme Jean-Marc CHMIELOVICE (Région Ile de France) ;
    * gendarme Vincent FARINEAUX (FGMI) ;
    * gendarme Gilles GOUFFRAN (FGMI) ;
    * gendarme Sylvain GUILME (Région Bretagne) ;
    * gendarme Guenegan JURASZCZYCK (Région Bretagne) ;
    * gendarme Laurent LAPRET (FGMI) ;
    * gendarme Olivier LEBEAU (Région Rhône Alpes) ;
    * gendarme Laurent MARCHAND (Région Rhône Alpes) ;
    * gendarme Céline PIQUEMAL (Région Ile de France) ;
    * garde Mickael THIRY (Garde républicaine) ;
    * gendarme Aurélien JUSTES (Région Bretagne) ;
    * gendarme adjoint volontaire Ludovic GIRAUD (CEGN) ;
    * gendarme adjointe volontaire Elodie RABOTOVAO (Région Champagne-Ardennes).

A 18 heures 30, une cérémonie de ravivage de la flamme sur le tombeau du soldat inconnu à l'Arc de Triomphe a clôturé la journée.

Source www.defense.gouv.fr

Hors ligne Magicsofie

  • Bonne participation
  • **
  • Messages: 24
  • Sexe: Femme
  • Paix à ton âme Papa...
    • le site et le forum de réference du GIGN
Encore trop de blessés et de décès dans la Gie cette année... Pu**in de métier !!!


Cérémonie d'hommage aux morts de la Gendarmerie Nationale.

En 1993, le ministre de la Défense a décidé d'instaurer une journée nationale d'hommage aux militaires de la gendarmerie décédés dans l'accomplissement de leur devoir.

La date du 16 février, jour anniversaire de la date de promulgation de la loi de 1791 portant création de la gendarmerie nationale a été choisie.
Ce témoignage est l’expression, pour chacun des membres de l’institution, de la reconnaissance et du respect que méritent les militaires de la gendarmerie nationale qui ont donné leur vie pour la France.

Cette cérémonie qui se déroule sur tout le territoire national est l’occasion pour tous les gendarmes de s’unir par le cœur et la pensée à leurs familles.

Hors ligne SMUR

  • Membre d'honneur
  • *****
  • Messages: 1382
  • Sexe: Homme
  • Ambulancier-SMUR
Oui c'est vrai , grande pensée a ces hommes exceptionnel :france:

Mgn

  • Invité
Une grosse pensé à Eric LAMY papa d'un de mes copains d'enfance, décédé trop tôt il y a 9ans..

Citer
Le dimanche 8 octobre à 3 heures du matin le major Eric LAMY et le gendarme Maxime VOIX participent avec d'autres militaires du département à un dispositif axé plus particulièrement sur la lutte contre l'insécurité routière. A peu près au même moment, à Plessé dans le département voisin de Loire-Atlantique, une jeune fille de 18 ans, qui marchait sur le bord de la chaussée, est fauchée par un véhicule qui prend la fuite. Elle est tuée sur le coup. Informés de la situation, les gendarmes de l'EDSR de Vendée, tout en poursuivant leur mission, se tiennent prêts le cas échéant à contrôler le chauffard en fuite.

Le service d'Eric Lamy et Maxime Voy se déroule normalement jusque vers 5 heures. A cet instant, un automobiliste se présente à leur hauteur, se soustrait volontairement à l'injonction de s'arrêter, éteint les feux de son véhicule, fait demi-tour et prend la fuite.
Les deux militaires, tout en  diffusant l'alerte, prennent en chasse le fuyard. Le dispositif de surveillance se réorganise pour permettre l'interception. Le conducteur du véhicule en fuite parvient à se soustraire à un nouveau poste de contrôle.
Le contact étant maintenu, la poursuite continue. C'est dans cette phase de l'opération que le véhicule d'Eric et de Maxime quitte brutalement la route et heurte violemment un arbre. Les deux militaires décèdent des suites de leurs blessures. Le fuyard sera  interpellé peu de temps après. Il conduisait sous l'emprise d'un état alcoolique. Il devra rendre compte à la Justice des infractions commises.

Quant à l'autre chauffard, celui de Plessé qui a tué la même nuit la jeune Noémie Amosse, il a également été interpellé par les gendarmes.