Auteur Sujet: Une victime d'agression témoigne de la solidarité des passants...  (Lu 2750 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6847
  • Sexe: Homme
  • Retraité
...après un vol à l'arraché !    :-\

Notre société réputée individualiste a-t-elle définitivement étouffé tout comportement solidaire ?
La mésaventure subie par une Montalbanaise faubourg du Moustier est à ce titre rassurante. Une jeune femme regagnait son domicile sur cette artère plutôt calme. Elle venait d'introduire sa clé dans la serrure de son immeuble tandis qu'elle tenait son sac dans l'autre main. C'est à ce moment là qu'un individu surgit de nulle part le lui arrache violemment. Elle tente de résister mais l'homme est le plus fort.
«J'ai voulu crier mais rien ne sortait, puis tout à coup je me suis mis à hurler au voleur », raconte-t-elle encore étonnée d'avoir eu ce réflexe salvateur qui contrairement à ce qu'on imagine, n'est pas forcément acquis dans ce type de situation.
S'enclenche alors une chaîne de solidarité exemplaire… et inattendue.  :ange:
Alors qu'elle est galvanisée par l'agression, elle se met à courser son voleur  :o deux jeunes lycéens présents sur le trottoir poursuivent déjà l'individu qui remonte le faubourg : «Ils m'ont rapidement dépassée», explique l'élégante jeune femme chaussée de talons hauts.
Un automobiliste s'arrête à sa hauteur : «J'ai tout vu», lance-t-il en prenant à son tour en chasse le voleur qui vient de bifurquer rue de la Banque. Le conducteur fait de même, empruntant du même coup la rue en sens interdit… jusqu'à être bloqué par une voiture arrivant en sens inverse. S'extirpant de son véhicule, le conducteur parvient à ceinturer le voleur qui jette immédiatement le sac, mais parvient à se libérer en gazant l'homme avec une bombe lacrymogène, c'est moins dangereux qu'un couteau.  ::)
Une riveraine récupère le sac et le remet à sa propriétaire qui arrive sur les lieux. La victime se rend ensuite au commissariat sous la protection de son sauveur. C'est désormais aux services de police de remonter la piste de l'agresseur.

«Une formidable chaîne humaine»

Si la victime raconte aujourd'hui son agression, c'est «d'abord pour alerter les gens et notamment les personnes âgées nombreuses dans ce quartier sur ce risque d'agression». Elle tient ensuite à remercier ces passants qui ont pris des risques pour contrarier les plans du voleur, saluant «cette formidable chaîne humaine».
Une réaction collective qui démontre peut-être aussi une volonté diffuse mais bien réelle de ne plus subir cette délinquance quotidienne qui nous empoisonne le vie de tous les jours.
«Vous avez eu beaucoup de chance» lui ont dit les policiers habitués à recevoir des victimes abandonnées à leur sort face à des agresseurs estimant avoir la voie libre.
«Y en a marre de se laisser faire», confiera après coup l'automobiliste dont le comportement citoyen a permis de faire échec à l'agression.

Aujourd'hui la victime dont la main bandée est endolorie, avoue avoir subi «une belle leçon».
Premier enseignement : la solidarité existe... elle l'a rencontrée.
Second enseignement : «si je n'avais pas hurlé, personne ne m'aurait aidée».
Elle qui a longtemps vécu à Paris réalise «qu'à Montauban aussi l'agression est possible… En arrivant ici j'avais relâché ma vigilance. Désormais je fais très attention à mon environnement dans la rue et je voyage léger, plus de sac à main, plus de bijoux apparents, plus de téléphone en marchant »…

Un témoignage qui a valeur d'avertissement… Qui a aussi valeur d'encouragement à la réaction citoyenne.