Messages récents

Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 8 9 10
21
Présentez-vous / Re : Bonjour à tous
« Dernier message par Jeano 11 le 15 septembre 2021, 19:15:36 »
Bonjour et bienvenue sur le forum
j'ai corrigé l'article qui a attiré votre curiosité et vous propose également de lire ce forum
"Randonner malin"

https://www.randonner-malin.com/une-application-pour-faciliter-les-secours-dans-la-nature-gendloc/
22

L’AML comment ça marche ?

Lorsque l’appelant compose un numéro d’urgence, le smartphone le détecte et envoie automatiquement un sms à un serveur dédié, contenant les informations de localisation suivant la technologie la plus précise dont il dispose à l’instant : GPS, réseaux WiFi, relais téléphoniques. Le téléphone active et désactive seul les fonctions dont il a besoin pour se localiser, si le niveau de batterie est suffisant.

Le service de secours récupère alors ces données et peut localiser l’appelant, la précision sera alors de l’ordre de quelques dizaines de mètres, contre quelques hectomètres, voire kilomètres, pour les systèmes précédents !

Attention, la France est en retard ... comme souvent !

Vidéo de présentation de l’AML (uniquement disponible en anglais) :

https://rescue18.fr/formation/outils-daide-a-la-decision-du-cos/laml-nouvelle-arme-des-cta/
23
Bonjour et bienvenue sur SOS 112
personnellement je ne suis pas en pointe de la technologie, j'ai un simple téléphone qui me sert uniquement de téléphone (appels et réception d'appels et de SMS)

Pour votre activité "nature" la gendarmerie à développé GendLoc : une WebApp qui sauve ici https://www.sos112.fr/forum/recommandations-et-bon-sens-!/re-cueillettes-des-champignons-vos-sorties-nature-appel-a-la-vigilance-!/msg96300/?topicseen#msg96300
 
L’AML est une technologie permettant de transmettre de manière automatisée, lors de l’appel à un numéro d’urgence, la géolocalisation précise du requérant par l’envoi automatique d’un SMS. Rendue disponible essentiellement pour le numéro 112, elle pourra fonctionner sur certains modèles de téléphone sur les principaux numéros d’urgence nationaux (15, 17, 18, notamment). Rendue disponible essentiellement pour le numéro 112, elle pourra fonctionner sur certains modèles de téléphone sur les principaux numéros d’urgence nationaux (15, 17, 18, notamment).
Si les conditions optimales sont réunies (connexion wifi, fonctionnement du terminal, batterie…), cette technologie est beaucoup plus précise que les solutions actuelles et délivre des informations de localisation à quelques dizaines de mètres près contre quelques centaines de mètres voire kilomètres actuellement permis.

Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur une partie des téléphones intelligents (smartphones) et à partir de certaines versions du logiciel du système d’exploitation.

L’envoi des SMS contenant les informations de localisation à destination des services d’urgence est gratuit.
L'AML, pour Advanced Mobile Location, est une technologie permettant de localiser avec précision un téléphone mobile passant un appel de secours.
La localisation mobile avancée (AML) est un service de localisation d’urgence disponible sur les smartphones (tous les appareils Android et iOS dans le monde) qui envoie automatiquement les informations de localisation précises de l’appelant aux services d’urgence. Ces informations sont dérivées des données de localisation du téléphone (GNSS, Wifi).

L’AML n’est pas une application et ne nécessite aucune action de la part de l’appelant. Elle est simplement un protocole pour transporter les données (via SMS et / ou HTTPS) du smartphone aux centres de traitement des appels d’urgence. L’AML est aussi gratuite. Les services d’urgence peuvent recevoir ces informations dans tous les pays qui ont déployé l’AML.

Cet envoi de SMS s'effectue uniquement lorsqu’un numéro d’urgence est composé et dès la composition de ce numéro, sans action supplémentaire du requérant.

Sources
https://rescue18.fr/formation/aml-un-systeme-de-geolocalisation-qui-sauve-des-vies/

https://www.interieur.gouv.fr/Le-ministere/Securite-civile/Documentation-technique/Localisation-des-appels-d-urgence/Experimentation-du-service-Advanced-Mobile-Location-AML-ou-localisation-mobile-avancee

https://www.servicesmobiles.fr/prochaine-generation-des-services-durgences-63752

24
Bonjour

Je suis en train de faire un inventaire des moyens d'appel des secours pour des randonneurs et des véttétistes.
J'ai lu avec intérêt votre article, mais comme il date de juin 2020, vous ne parlez pas de l'AML qui est mis en place depuis le 6 avril 2020 en France.
Et comme l'AML est théoriquement partout en Europe depuis décembre 2020, je n'ai trouvé aucune information sur ce système sur l'ensemble du site SOS112.fr

Quand vous dites qu'il faut une carte SIM dans le smartphone pour être géolocalisé, aujourd'hui avec l'AML, c'est devenu caduque ?
L'origine de l'appel est maintenant bien géolocalisé quand le smartphone est équipé d'une puce GPS.

Avez vous la possibilité de faire un point sur l'AML et les nouveaux moyens d'appel de secours ?

Avec mes remerciements.
25
Présentez-vous / Bonjour à tous
« Dernier message par tresorier21000 le 15 septembre 2021, 15:41:36 »
Avant toute question ou intervention sur votre site, je tenais à me présenter.

Je suis retraité et j'habite en Bourgogne. Mon pseudo est celui que j'utilise depuis très longtemps, lorsque j'étais trésorier de mon club informatique !

Je fais partie d'un groupe de vététistes et accessoirement de randonneurs.
Depuis longtemps, je suis sensibilisé aux moyens de secours en milieu difficile et j'utilise depuis plus de 20 ans un GPS.
Cet appareil me permet de toujours savoir où je suis et de pouvoir transmettre ma position en cas de nécessité (ce que je n'ai encore pas eu à faire, fort heureusement).
Je sors aussi seul en VTT, mais de moins en moins souvent.
Je me suis équipé d'un GPS qui permet de suivre mon parcours en live et également de transmettre un SMS avec ma position. Ce système est utilisable partout en Europe (SeeMe avec les GPS Twonav).
 
Mais tout le monde n'utilise pas ce type de GPS et comme la technologie avance vite, il y a de nouvelles possibilités telle que l'AML.
Je gère un site sur le VTT et je voulais justement faire un inventaire des moyens des appels de secours.
J'espère pouvoir trouver sur ce site, des informations et échanger avec des utilisateurs sur ces moyens.

Au plaisir

Yves B
26
Emergency Services / Re : Welcome to SOS 112 international forum
« Dernier message par webmarket le 15 septembre 2021, 14:10:04 »
Salut à tous
27
"Secours paramédicaux" / Re : Un Paramedic allemand tué et sa collègue blessée
« Dernier message par webmarket le 15 septembre 2021, 14:00:45 »
 :( :(
Super triste et douloureux de se faire tué en plein exercice de ses fonctions.
Qu'il repose en paix

Ce monde est vraiment cruel :-X :-X
28
Recommandations et bon sens / Re : GendLoc : une WebApp qui sauve des vies
« Dernier message par Jeano 11 le 13 septembre 2021, 16:38:22 »
Est-ce que vous vous êtes déjà demandé comment vous décririez l’endroit où vous vous trouvez si jamais vous avez besoin de secours lors d’une randonnée ?
 – « Je me trouve à côté d’un arbre un peu penché, il y a de jolies fleurs jaunes et un gros rocher en forme de tête de lion ». (Mouai, bof… 😉 ).
Même si vous savez où vous vous trouvez, (avec ou sans carte IGN) ce n’est pas forcément facile de décrire l’endroit exact, surtout dans une situation critique. Dans ce cas, utiliser des coordonnées est très pratique, car c’est précis et complètement objectif. C’est là-dessus qu’est basée l’application GendLoc (pour Gendarmerie et Localisation). C’est une application qui a été développée par un gendarme secouriste d’un PGHM (Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne) d’Isère. Nous allons voir comment elle fonctionne, quels sont ses avantages et ses limitations ainsi que 3 petites choses à garder en tête pour votre sécurité en montagne – même avec l’existence de cette application.

Comment fonctionne GendLoc ?
Le fonctionnement de GendLoc est extrêmement simple :

    Vous appelez les secours (numéro 112 par exemple) à partir de votre téléphone portable et le secouriste vous envoie un lien (URL) par SMS.
    Vous cliquez sur le lien contenu dans le SMS et autorisez la géolocalisation (partage de votre position).
    Votre position est envoyée aux secouristes (une fois que la précision du GPS du smartphone est suffisante) qui peuvent intervenir plus rapidement et précisément.


Les avantages de l’application de localisation de la gendarmerie

Les avantages de cette application sont nombreux :

    elle permet de vous géolocaliser précisément, même si vous ne connaissez pas exactement votre position ou avez des difficultés à la communiquer ;

    elle ne nécessite aucune installation ou aucun téléchargement au préalable ;

    elle est compatible avec tous les systèmes d’exploitation (Android, iOS, etc.) ;

    c’est un système présent dans tous les PGM et PGHM de France et ce système ou des systèmes équivalents sont utilisés par les secours en mer, services incendies, pompiers, etc. On mentionnera par exemple GEOLOC18_112 comme système similaire utilisé par les pompiers ;

    d’autres utilisations sont possibles, comme par exemple aider des personnes égarées et non blessées à retrouver leur chemin sans devoir effectuer une intervention sur le terrain.

GendLoc : les limitations

Passons maintenant aux limitations de cette l’application GendLoc qu’il est important de connaître, comme avec tout système de sécurité :

    cela nécessite d’avoir un smartphone, cela ne fonctionnera par exemple pas avec un téléphone portable « classique » sans puce GPS ;

    l’application nécessite de capter le réseau téléphonique de votre opérateur. Le GPS de votre smartphone fonctionne sans réseau téléphonique, mais pour contacter les secours et recevoir un SMS, vous en aurez besoin. C’est la limitation principale, car on ne capte pas de réseau partout. À noter que vous pourrez quand même appeler les secours si vous captez un autre réseau que celui de votre fournisseur, mais GendLoc ne fonctionnera pas (voir l’article « 6 questions à se poser avant d’emporter son téléphone portable en randonnée ») ;

    cela nécessite d’avoir un abonnement data et un navigateur internet. L’abonnement data est ce qui vous permet d’aller sur Internet avec un smartphone quand vous n’avez pas accès au WiFi. Ça fait généralement partie des abonnements téléphoniques ;

    il faut savoir activer le GPS de son smartphone et les données internet (data) ;

    cela nécessite bien évidemment d’avoir suffisamment de batterie ;

    l’application GendLoc est limitée à la France, mais il n’y a pas de raison que des systèmes similaires ne soient pas déjà ou ne soient pas prochainement développés dans d’autres pays.

3 choses à garder en tête pour votre sécurité en randonnée

J’en profite pour mentionner 3 petites choses à garder en tête :

    L’existence d’une telle application ne doit pas vous dispenser d’être capable de vous situer sur une carte et de décrire où vous vous trouvez grâce à des repères géographiques. Même si les coordonnées sont précises et objectives, la communication de celles-ci à l’oral par téléphone peut être délicate et entraîner des erreurs. Cela ne vous dispense pas non plus de savoir comment obtenir vos coordonnées à partir d’une carte, d’un smartphone ou d’un GPS si vous possédez ces outils. En plus des coordonnées GPS, il faut savoir dans quel système géodésique elles sont données. C’est souvent le système WGS 84 qui est utilisé, mais c’est quelque chose qu’il faut toujours vérifier avant de partir.
    L’existence d’une application comme GendLoc ne doit pas vous dispenser de prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires (comme prévenir un proche de votre sortie). Il faut que vous partiez préparé, comme si vous ne pouviez pas compter sur les secours. Vous ne devriez jamais vous dire « j’y vais, au pire j’appellerai les secours ». Le fait que les secours existent ne devrait rien changer à la préparation de vos randonnées, car rien ne garantit que vous arriverez à les joindre.
    Pour rebondir là-dessus, je précise que les secours ne sont à utiliser qu’en dernier recours. Nous avons la chance d’avoir ce service en France, il ne faut pas en abuser, au risque de le voir évoluer en quelque chose de moins bien.

On n’appelle pas les secours parce qu’on en a marre de marcher, qu’on a mal aux jambes ou que l’on a des ampoules. C’est un service de secours et d’urgence, pas de confort !
29
Recommandations et bon sens / Re : GendLoc : une WebApp qui sauve des vies
« Dernier message par Jeano 11 le 13 septembre 2021, 16:35:00 »
Le smartphone: équipement de sécurité
• Votre smartphone (Android ou Apple) a une fonction de GPS
• Cette fonction donne votre position précise que vous pourrez communiquer aux services de secours ou partager avec un ami
• Google Map : un appui long sur votre point de localisation affiche vos coordonnées.
• De nombreuses  autres applications sont aussi disponibles

Le plus simple: utiliser Google Maps(1)
• Google Maps est souvent déjà installé sur votre appareil. Sinon, charger l’application
• Les services de localisation doivent être activés

Le plus simple: utiliser Google Maps(2)
• Pour avoir sa position:
– Ouvrir Google Maps
– Un point bleu sur la carte indique votre position
– Faire un appui long sur ce point. Vos coordonnées GPS s’affichent en haut de l’écran s’affichent en haut de l’écran
– Par exemple 41.40338, 2.17403. (Le 1er chiffre est la latitude, le 2ème la longitude)
• Vous pouvez maintenant appeler les secours (112 meilleur choix qui utilise n'importe quel réseau GSM, ou 18 ou 15), et leur communiquer votre position

Les systèmes GendLoc ou Geoloc18_112
• Ces 2 systèmes de localisation sont maintenant largement répandu en France
• GendLoc = gendarmerie 
• Geoloc18_112 = pompiers
• Les services de secours vous envoient un SMS
• Ce SMS contient un lien
• Lorsque vous cliquez sur le lien, vos coordonnées GPS sont envoyées aux secours
• Il reste utile de savoir communiquer sa position au cas où ces systèmes ne seraient pas disponible !

Source https://www.randonner-malin.com/une-application-pour-faciliter-les-secours-dans-la-nature-gendloc/
30
Gendarmerie Nationale / Re : Le secours en montagne Gendarmerie ! PGM - PGSM - PGHM et GMG.
« Dernier message par Jeano 11 le 06 septembre 2021, 15:37:55 »
PGHM de Savoie : 50 ans d’histoire

2021 est une année marquante pour le Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Savoie. Créée en 1971, l’unité fête en effet ses 50 ans d’existence.
L’occasion de revenir sur l’histoire d’une unité pas comme les autres.

Depuis 50 ans, au coeur des vallées de la Tarentaise et de la Maurienne, deux unités de la gendarmerie assurent, quelles que soient les conditions, le secours en montagne : le PGHM de Bourg Saint Maurice et son détachement à Modane. A elles deux, elles forment aujourd'hui le PGHM de Savoie.
Actuellement composé d’une trentaine de militaires, le PGHM de Savoie a connu de nombreuses évolutions et s’est, au fil des années, adapté à cet environnement diversifié qu’est celui du département. Afin de se remémorer ces cinquante années d’existence, ces cinquante années riches en événements, le Groupement de gendarmerie départementale de Savoie (GGD73) a organisé, samedi 4 septembre, une cérémonie « anniversaire » rassemblant militaires d’active, retraités et services partenaires.
Années 70, une unité non professionnalisée

En 1971, la création des deux unités répond alors à un besoin opérationnel face à l’essor des activités et sports de montagne engendrant une fréquentation croissante des massifs alpins. Mais leur configuration est loin de celle que l’on connaît aujourd’hui ! A l’époque, ceux qu’on appelait les Pelotons de gendarmerie de surveillance montagne (PGSM) étaient directement rattachés aux compagnies de gendarmerie et le secours ne représentait qu’une petite part de leur activité, et pour cause !
Ils étaient en effet en majeure partie armés par des appelés du contingent, encadrés par quelques gendarmes qui n’étaient alors pas des professionnels de la montagne.
 « A l’époque, il n’y avait seulement qu’un guide, le commandant d’unité. Pour les autres, nous étions des gendarmes qui pratiquaient le ski et la marche mais nous n’avions pas de diplôme particulier. On se formait sur le terrain et à l’école militaire de haute montagne » explique Jean-Claude, retraité de la gendarmerie présent à la création du PGSM de Bourg-Saint-Maurice.
Il faut dire qu’au début des années 70, le secours en montagne était bien différent de ce qu’il est devenu : en 1972, le PGSM de Haute-Tarentaise n’avait réalisé que 24 opérations de secours, là où aujourd’hui, le PGHM de Savoie en réalise aujourd'hui entre 750 et 800 par an !
Mais les problématiques se dessinent, notamment en saison hivernale où les avalanches sont fréquentes. Des équipes cynophiles vont alors rapidement être créées dans les deux unités, suivies par la démocratisation de l’emploi de l’hélicoptère, facilitant l’accès aux lieux des militaires et l’évacuation des victimes.

Années 80, les débuts d’une spécialisation

Ce n’est que dans les années 80 qu’a débuté la professionnalisation des secouristes des PGSM. « On a fait de nous des vrais secouristes. On nous a alors imposé de participer à des stages de secours en montagne et à ceux de chefs de caravane. »
Avec cette professionnalisation, les gendarmes secouristes en montagne pouvaient désormais prendre en charge l’opération de secours dans son intégralité. « On était plus à l’aise ! Et le matériel évoluait également ».
Dans les années 80, les unités ont également subi de grands changements en terme d’organisation. Le 1er novembre 1987, par décision ministérielle, le PGSM de Bourg Saint Maurice prend l’appellation officielle de PGHM et voit ses effectifs augmenter, passant alors de huit gendarmes à seize.
La création du Détachement aérien de gendarmerie (DAG) de Modane est également un grand bouleversement dans le secours en montagne de Savoie. Depuis ce jour, il assure, aux côtés des gendarmes secouristes de Savoie, la permanence secours tout au long de l’année depuis la base de Modane.

Années 90, la création du PGHM de Savoie

En y repensant, Jean-Claude se réjouit encore des évolutions des années 90. «A compter du début des années 90, on s’est retrouvé être de vrais secouristes, un PGHM employé uniquement pour le secours en montagne. On avait de vrais moyens, de vraies formations et des effectifs suffisants ».
1992 a été une année charnière. Avec la réforme de la spécialité montagne de la gendarmerie, les pelotons de Bourg Saint Maurice et de Modane fusionnent, créant ainsi officiellement le PGHM de Savoie et permettant l’instauration d’une cohérence départementale.
Petit à petit, l’unité se vide des appelés et seuls restent les gendarmes spécialistes. « A partir de ce moment là, on partait de la base en équipe de deux secouristes et un médecin, avec l’appui d’un hélicoptère Alouette 3.
Et on avait des 4x4 à la place des estafettes. Les moyens étaient vraiment adaptés à la mission ». Depuis cette période, le PGHM de Savoie ainsi que tous les autres de métropole et d'outre-mer n’ont cessé de s’adapter pour secourir au mieux les victimes de la montagne.
Matériel radio, moyens de locomotion, formations, équipements, formation judiciaire … tout est régulièrement remis en question et amélioré. Mais au cours de toutes ces années d’évolution, une constante demeure : la passion de la montagne et le sens du service public qui animent l’ensemble des gendarmes secouristes !

50 ans de souvenirs

Que ce soit dans les années 70 ou maintenant, les souvenirs sont riches pour les gendarmes de PGHM. Chez ces secouristes qui prennent régulièrement des risques énormes pour secourir les victimes, il n’est pas de plus grand soulagement et de plus grande fierté que de mettre tout en œuvre pour que celles-ci s’en sortent vivantes.
Mais si les fins heureuses sont fréquentes, cela n’est pas toujours le cas et, même après avoir tout mis en œuvre, les pertes sont parfois inévitables…
Être gendarme en PGHM, c’est certes évoluer dans des paysages de rêve et pratiquer une passion au quotidien, mais c’est malheureusement également faire face à la douloureuse épreuve de la mort. Celles des victimes, celles de partenaires institutionnels, celles de camarades.

2021, une année importante

Samedi 4 septembre, l’ensemble des militaires du PGHM de Savoie, anciens et actuels, les unités du GGD73 et les autorités du département célébraient l’anniversaire de cette unité occupant une place majeure en Savoie. Pour le colonel Guillaume Chantereau, commandant le GGD73, la montagne est au coeur du département : elle en a façonné son histoire et ses hommes. La présence du PGHM de Savoie apparaît alors comme une évidence et l’action qu’il mène, en complément des unités territoriales, est indispensable à la bonne marche du GGD73. Cette journée fût alors l’occasion de se remémorer ensemble, ces 50 années d’existence, pleines de souvenirs, bons comme moins bons, mais qui ont tous participé à construire le PGHM tel qu’il est aujourd’hui.

Source https://www.gendinfo.fr/actualites/2021/pghm-de-savoie-50-ans-d-histoire
Pages: 1 2 [3] 4 5 6 7 8 9 10