Messages récents

Pages: 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10
31
"Secours paramédicaux" / Re : Devenir paramedic au Québec
« Dernier message par kit055 le 01 juin 2022, 19:14:59 »
En effet j'ai collaboré à plusieurs reprises avec Alexandre 😉
32
"Secours paramédicaux" / Re : Inspection ambulance
« Dernier message par kit055 le 01 juin 2022, 19:14:21 »
Effectivement ce site est une bonne source d'informations, j'ai personnellement écrit la grande partie des articles qui traitent des paramedics canadiens 🤗🤗🤗
33
Police Nationale / Re : Informations concernant la Police Nationale
« Dernier message par Jeano 11 le 31 mai 2022, 11:22:28 »
Police / Gendarmerie quelles différences?

Si ces deux institutions font partie du même ministère depuis 2009, celui de l‘Intérieur, des différences statutaires et d’emploi persistent. Nous vous en disons plus pour différencier la Police nationale et la Gendarmerie nationale.

Statut.
La première différence entre les deux institutions à prendre en compte est le statut, les gendarmes qui font partie des forces armées françaises sont rattachés au ministère de l'Intérieur aux côtés de la Police nationale et de la Sécurité Civile.
Placés sous l'autorité budgétaire et opérationnelle de ce ministère, ils conservent néanmoins leur statut militaire.
Les policiers nationaux ont un statut civil de fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, et peuvent par exemple être syndiqués. Ils sont néanmoins soumis au devoir de réserve et ne peuvent faire grève.

Logement.
Autre différence notable, les policiers n’ont pas de logement de fonction mais peuvent bénéficier de primes ou subventions pour leurs logements, les gendarmes sont pour leur grande majorité logés en caserne de gendarmerie.

Missions.
Policiers et gendarmes partagent un unique et même code de déontologie, ils exercent les mêmes missions mais sur des zones de compétences distinctes.
La zone police est essentiellement urbaine.
La zone gendarmerie est en majorité péri-urbaine, composée de villes moyennes ou de territoires plus ruraux.

Certains services spécialisés comme les Forces d’intervention de la Police nationale (FIPN) et le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) ou encore la police technique et scientifique peuvent intervenir sur tout le territoire, le temps d’intervention étant privilégié dans de nombreux cas.

En outre-mer, le maintien de l’ordre est assuré exclusivement par les gendarmes mobiles, tandis qu’en métropole, compagnies républicaines de sécurité et gendarmes mobiles interviennent très souvent ensembles dans le cadre du maintien de l’ordre ou de la sécurisation de grands événements comme le G7 par exemple.
C’est la même chose pour le secours en montagne où les pelotons de gendarmerie de haute montagne et les CRS montagne qui partagent des missions et formations extrêmement similaires peuvent intervenir sur le même massif montagneux.

Il existe également des services mixtes police/gendarmerie, comme la direction de la coopération internationale, la plateforme Pharos, en charge de la lutte contre la cybercriminalité, le SAELSI en charge de l'achat, de l'innovation et de la logistique -ou encore le ST(SI)2 service spécialisé dans la modernisation technologique de la police et de la gendarmerie.

La police technique et scientifique.
En gendarmerie, il y a aussi un service scientifique, ce sont les TIC : technicien en investigation criminelle. Ils ont exactement les mêmes missions et attributions que la police technique et scientifique. La différence, c'est que pour y accéder il faut passer le concours d'officier ou de sous-officier de la Gendarmerie nationale, puis celui d'OPJ et possiblement être affecté en unité de recherches de la gendarmerie départementale pour ensuite essayer d’intégrer l'unité scientifique avec le risque de ne pas y accéder.

Pour la scientifique de la Police nationale, il y a des concours dédiés uniquement aux services scientifiques.
Découvrez-les dans notre rubrique nous rejoindre.
https://www.devenirpolicier.fr/nous-rejoindre
34
Depuis 2009, les institutions de la Police nationale et de la Gendarmerie nationale appartiennent toutes deux au ministère de l’Intérieur.
Pourtant, elles ne sont pas toutes les deux logées à la même enseigne.
Des différences statuaires et d’emploi persistent en effet entre les deux entités.

Statuts : des différences subtiles

    Les policiers nationaux ont un statut civil de fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, et peuvent par exemple être syndiqués. Ils sont néanmoins soumis au devoir de réserve et ne peuvent faire grève.
    Les gendarmes qui font partie des forces armées françaises sont aussi rattachés au ministère de l'Intérieur aux côtés de la Police nationale et de la Sécurité Civile.
Placés sous l'autorité budgétaire et opérationnelle de ce ministère, ils conservent néanmoins leur statut militaire.

Logements : pas tous les mêmes droits

    Les policiers nationaux ont un statut civil de fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, et peuvent par exemple être syndiqués. Ils sont néanmoins soumis au devoir de réserve et ne peuvent faire grève.
    Les gendarmes qui font partie des forces armées françaises sont aussi rattachés au ministère de l'Intérieur aux côtés de la Police nationale et de la Sécurité Civile. Placés sous l'autorité budgétaire et opérationnelle de ce ministère, ils conservent néanmoins leur statut militaire.

Missions : identiques, mais accomplies dans des lieux distincts

Policiers et gendarmes partagent un unique et même code de déontologie. Ils exercent ainsi les mêmes missions, mais sur des zones de compétences dissemblables : 

    La zone police est essentiellement urbaine.
    La zone gendarmerie est en majorité péri-urbaine, composée de villes moyennes ou de territoires plus ruraux.
    Par ailleurs, le maintien de l’ordre est assuré exclusivement par les gendarmes mobiles, en outre-mer.

Certains services spécialisés comme les Forces d’intervention de la Police nationale (FIPN) et le Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) ou encore la police technique et scientifique peuvent intervenir sur tout le territoire.
Dans de nombreux cas, c’est le temps d’intervention qui détermine le choix de l’unité.

Police technique et scientifique : les nuances des concours d’accès

    Pour la scientifique de la Police nationale, il existe des concours dédiés uniquement aux services scientifiques.
    En gendarmerie, il y a aussi un service scientifique, qu’on appelle les TIC : Technicien en investigation criminelle. Ils ont exactement les mêmes missions et attributions que la police technique et scientifique. Seulement, pour y accéder il faut passer le concours de sous-officier de la Gendarmerie nationale. Il sera éventuellement possible par la suite d’intégrer l'unité scientifique.

35
"Secours paramédicaux" / Re : Protocoles paramédicaux
« Dernier message par Jeano 11 le 30 mai 2022, 09:59:39 »
Corporation des Paramédics du Québec

Entrevue réalisée dans le cadre de l'annonce du ministre Christian Dubé en lien avec la création de l'Ordre professionnel des paramédics du Québec.

36
"Secours paramédicaux" / Re : Devenir paramedic au Québec
« Dernier message par Jeano 11 le 30 mai 2022, 09:41:04 »
Je te site Pikachou (Alexandre Simon) qui a créé le site de l'ambulancier pour les nuls mais tu le connais déjà puisque tu as placé le lien dans le sujet ci-dessus.
37
"Secours paramédicaux" / Re : Inspection ambulance
« Dernier message par Jeano 11 le 30 mai 2022, 09:30:07 »
Pikachou qui s'est formé au métier d'ambulancier sur le forum a créé un super site ;  "l'ambulancier pour les nuls"

https://www.ambulancier-lesite.fr/dossiers-reportage-ambulancier/
38
"Secours paramédicaux" / Inspection ambulance
« Dernier message par kit055 le 29 mai 2022, 17:18:17 »
Au Québec, chaque matin, a lieu l'inspection de l'ambulance à la prise de service.

Au menu :
- Inspection médicale avec la vérification des scellés, des niveaux d'oxygène, des médicaments, du moniteur défibrillateur etc.
- Inspection mécanique avec vérifications des avertisseurs, des liquides, des feux, etc.
39
"Secours paramédicaux" / Re : Ambulanciers, futurs "paramedics" ?
« Dernier message par kit055 le 29 mai 2022, 17:14:36 »
Je tiens à rappeler que, malgré le récent décret 2022-629 du 22 avril 2022 ( https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045640964 ) on reste très très loin de pouvoir considérer un quelconque intervenant français comme "paramedic"...

N'oublions pas qu'on parle ici d'une profession avec une très grande autonomie clinique quel que soit le pays d'exercice, avec en moyenne 3 ans d'études et des champs de compétences permettant de prendre en charge n'importe quelle situation clinique...j'ai parfois peur que la France ne s'approprie ce terme pour le rendre totalement désuet en changeant simplement un patch sur un gilet...
40
Je trouve que ça reste une bonne idée, d'ailleurs reprise par la BSPP, en cas d'interventions à risque.

Le fait de porter un gilet n'empêche pas de porter secours mais ne fait que protéger le secouriste en l'occurence.
Pages: 1 2 3 [4] 5 6 7 8 9 10