Messages récents

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 [8] 9 10
71
La sécurité, une priorité de tous les instants

En matière de sécurité, le rôle de la Fédération des Chasseurs et de la Nature  est de sensibiliser les chasseurs et les organisateurs de chasse à une pratique de la chasse dans les conditions optimales de sécurité pour les chasseurs et aussi pour les autres utilisateurs de la nature.
N’oublions pas que nous sommes tous responsables de notre propre sécurité et de celle des autres !

A l’occasion de l’ouverture de la saison voici un petit rappel des principales consignes de sécurité à la chasse :
Les règles de sécurité de base
- Dans un véhicule, les armes doivent être transportées démontées ou dans un fourreau. Elles sont bien évidemment, dans tous les cas, déchargées.
- Avant d’introduire des cartouches, le chasseur vérifie qu’aucun corps étranger n’obstrue les canons.
- Le doigt n’est placé sur la détente qu’au moment du tir.
- La bretelle peut, en s’accrochant, causer des accidents. Elle doit donc être bannie en action de chasse.
- L’arme n’est chargée que lorsque le chasseur est en action de chasse. Hors action de chasse, une arme fermée est toujours considérée comme chargée. L’arme doit donc être cassée ou la culasse en arrière.
- En cas de franchissement d’un fossé, d’une clôture ou de tout autre obstacle et en présence d’autres personnes, l’arme doit être ouverte et déchargée.
- Le tir ne se fait jamais à hauteur d’homme, ni sans s’être assuré que la zone balayée par les canons est déserte et sans risque, il faut toujours prendre en compte l’orientation des canons de son arme.
- Le chasseur ne peut tirer qu’après avoir formellement identifié son gibier. On ne tire jamais au travers d’une haie ou d’un buisson.
- Le tir doit être fichant et respecter l’angle de 30° par rapport à toute zone à risques. Attention aux ricochets sur tout support et avec toutes munitions !
- Pour tout arrêt momentané de la chasse, l’arme doit être ouverte et déchargée.

Les consignes de sécurité obligatoires (quel que soit le mode de chasse)
- Il est interdit de tirer avec son arme en direction ou au-dessus des routes et chemins publics, et lorsqu’on est à portée des voies ferrées ou dans les emprises ou enclos dépendant des chemins de fer.
- Il est interdit de tirer en direction des lignes de transport électrique ou de leurs supports.
- Il est interdit de tirer en direction des stades, lieux de réunions publiques en général et habitations particulières (y compris caravanes, remises, abris de jardin) ainsi que des bâtiments et constructions dépendant des aéroports.
- Le tir à bord ou à l’aide d’un véhicule à moteur, ou à l’aide de chevaux est interdit.

La chasse en battue
Le tir à balle impose des règles très strictes, il faut toujours prendre en compte son environnement et y être constamment attentif :
- Avant tout, repérer ses voisins et se faire repérer d’eux
- Vérifier que tous les chasseurs sont sur la même ligne
- Bien se poster ventre au bois
- Ne charger son arme qu’au signal de début de battue
- Ne jamais tirer sans identification absolument sûre
- Ne jamais tirer sur un buisson parce qu’au « aurait vu bouger quelque chose ».
- Ne jamais tirer au-dessus de l’horizon : la portée d’une balle de carabine peut atteindre 2 kilomètres !
- S’assurer que le tir sera fichant, c’est-à-dire que la balle s’enfoncera dans le sol.
- Respecter un angle de sécurité d’au moins 30° par rapport à la ligne de tireurs. On détermine cet angle en faisant cinq pas dans la direction de la ligne de tireurs puis trois pas perpendiculairement à cette ligne.
- Ne jamais quitter son poste avant la fin de la battue, même pour achever un animal blessé : La plupart des accidents graves impliquent un chasseur imprudent qui a quitté son poste !

Encore une fois la chasse est un loisir qui doit se pratiquer en toute sécurité et la nature appartient à tout le monde.
Un chasseur doit avant tout respecter les règles de sécurité, et doit se sentir responsable vis-à-vis de la nature, et de tous ses usagers.

RAPPEL : Tout chasseur est responsable de ses actes et de son tir !
http://www.fdc-11.com/actualites/la-securite-a-la-chasse.html
72
Bonjour,
Mon entreprise s'est faite rachetée récemment , nous avions une prime d'objectifs de 300e brut chaque fin de mois et nous l'avions depuis le 1er mois de sa mise en place il y a 9ans lors de notre installation en France. Aujourd'hui l'entreprise qui nous a racheté nous l'a supprimé et ne l'a pas compensé dans notre salaire, est-ce légale et peut on faire quelque chose ? (ayant cette prime depuis toujours chaque mois de l'année depuis sa mise en place sans faute)
Merci d'avance pour votre réponse.
73
Pour la première fois, du 1er au 18 octobre 2018, le centre national d'instruction de ski et d'alpinisme de la gendarmerie a accueilli quatre stagiaires chinois.
Chefs d’équipe des pompiers de la sécurité civile au Yunnan, ils sont venus apprendre les fondamentaux du secours et du secourisme, tout en découvrant le milieu de la haute montagne.

Initiée par la Direction de la coopération internationale (DCI), cette formation est le fruit d’un partenariat initié depuis 2012. En effet, des instructeurs du CNISAG se sont déjà rendus en Chine à quatre reprises pour y effectuer des actions de formation.

« Les hauts responsables du Yunnan ont pour projet de créer une école de secours en montagne, sur le modèle du CNISAG, présente le CEN Raymond Salomon, commandant le Centre. En effet, cette région fait face à un flux de touristes en constante augmentation, et donc à des accidents en moyenne montagne qu’ils ont des difficultés à gérer. Ils sont donc intéressés par le contenu de nos formations et par l’organisation du Centre ».

Au cours de la première semaine de stage, les quatre chefs d’équipe chinois ont révisé les techniques acquises précédemment, et en ont appris de nouvelles, notamment en secourisme. Ils ont également découvert de nouveaux matériels, comme le treuil Kong, le bipode et la civière Garda, le tout avec l’aide précieuse de leur traductrice !

Lors de la deuxième semaine de stage, les hôtes chinois ont perfectionné leurs techniques de secours en paroi, avec la découverte du vecteur aérien : l’hélicoptère et le treuillage. Ils ont également bénéficié d’une sensibilisation à la progression technique en haute montagne sur l’aiguille de l’M. Enfin, ils ont appris la technique d’évacuation d’un parapentiste bloqué dans un arbre. Un enseignement axé sur le secourisme en montagne leur a également été dispensé.

Le thème majeur de la troisième semaine était le rôle du chef d’équipe de secours. « Au cours des exercices de secours, nous avons désigné un chef d’équipe qui proposait une stratégie et commandait l’action de son équipe », précise le major.

À l’occasion de cette dernière semaine de formation, du 16 au 18 octobre, une délégation chinoise, conduite par le chef du bureau de la sécurité publique de la ville de Zhaotong et composée de chefs régionaux des pompiers du Yunnan, s’est rendue à Chamonix, afin de s'informer sur les cursus de formation des gendarmes servant en zone montagneuse et sur le fonctionnement du CNISAG.

C’est donc devant leurs autorités que les quatre stagiaires chinois ont mis en œuvre les techniques apprises au cours des deux semaines précédentes : secours à une victime ayant chuté en ravin, puis à un alpiniste bloqué en paroi à la suite d’une chute de pierres. Lors de cette dernière démonstration, les équipes de secours françaises et chinoises ont travaillé ensemble, sous la direction d’un stagiaire chinois dans le rôle du chef de caravane.

Source https://www.gendcom.gendarmerie.interieur.gouv.fr/Actualites/Des-secouristes-chinois-pour-la-premiere-fois-en-formation-au-Cnisag

74
Bonjour

Merci pour votre réponse

Justement la sécurité sociale ne s'occupe pas du tout de ça

Cela devient vraiment compliqué pour moi.
75
Bonjour
ce n'est que la Sécurité Sociale (assurance maladie) qui pourra vous fournir le tarif de ces prestations puisque c'est elle qui les rembourse.... ou une mutuelle

https://www.ameli.fr/transporteur-sanitaire/exercice-professionnel/facturation
76
Bonsoir à tous,

 Je vous explique un peu mon problème je souhaite créer mon entreprise dans le transport d'organes et sang, je sais il y a déjà eu un sujet d'ouvert mais il n'y a pas la réponse à ma question en fait je cherche un tableau des tarifs approximatifs,

 Combien un messager de transport du sang facture pour le transfert d'un organe ?transfert d'une équipe de transplantation? de transport de sang ?

 Ça fait plusieurs jours et nuit que je fouine sur Internet sans succès je ne trouve pas réponse à ma question pouvez-vous m'éclaircir s'il vous plaît j'ai vraiment besoin de vous.

je vous souhaite une bonne soirée à bientôt
77
tous prient pour leur chapelle, mais ils ont tous des enfants qui sont logiquement plus ouvert que leur parents.
j'ai vu des "fils ou fille de" devenir, ou vouloir devenir, l'inverse professionnelle de leurs parents :    - Papa Pompier Pro, fils GAV
- Papa pompier Volontaire, fille Gardien de la paix
- ou l'inverse : Papa mili puis Réserviste en GM et fille Pompier Volontaire.
Et d'autre jeune changer d'avis sur 3 ans.

Il me semble qu'il est bénéfique pour tous le monde (les institutions, comme les jeunes) de savoir à travers des essais, erreurs, exemples, entretiens, etc... quel avenir professionnel est possible.

l'ensemble des organisations "de la sécurité" veulent recruter du personnel fiable :
la déperdition dans l'armée est de plus du 1/3 après recrutement juste pour les classes.
le concours de la PN de l'an dernier n'a pas totalement était pourvu (entre 200 et 300 postes resté vacant du fait de candidat pas assez ...)
la gendarmerie doit remplacer la "génération Mitterrand".
la sécurité privée arme ses agents (matraque, gaz lacrimo) : elle recherche maintenant plus des gars (et des filles !) ayant la tête sur les épaules, si possible large, alors qu'avant, c'était des gars aux épaules larges (pas de filles) si possible avec la tête sur les épaules.
tous ne pense qu'a eux (et oui même les SP), mais parce-qu'il pense qu'a eux il ne peuvent pas cracher sur des jeunes motiver, volontaire, responsable mais qui on le défaut de la jeunesse : que vais je ou que puis je faire plus tard ?
l'organisation pour centraliser les informations avec des jeunes presque adultes qui veulent entrer dans ces métiers semble donc cohérente.
Seul problème trouver des moyens humains essentiellement.
Des idées ?


78
SAMU - SMUR - SMUH / Re : Ambulancier au SMUR... Qualités et compétences ??
« Dernier message par Jeano 11 le 22 octobre 2018, 12:00:49 »
Bonjour
1/ sujet fusionné avec un autre similaire déjà existant afin de ne pas multiplier et éparpiller les réponses
2/ avec le mode "Rechercher" user des mots clé : "ambulancier smur dea deas" vous obtiendrez d'autres réponses
3/ voici un site plus actif qui pourrait vous aider
    http://www.ambulancier.fr/ambulancier-smur/
    http://www.ambulancier.fr/composition-dune-equipe-smur-et-infos-relatives-aux-qualifications-de-lambulancier-smur/

cordialement
79
SAMU - SMUR - SMUH / Re : Ambulancier au SMUR... Qualités et compétences ??
« Dernier message par Kela le 20 octobre 2018, 18:32:24 »
Bonjour à tous,

Je suis nouveau sur le forum je me suis inscrit pour éclaircir quelques points quant au fait de devenir ambulancier au SMUR, je commence tout juste à me renseigner.
Je suis actuellement auxiliaire ambulancier et je compte passer mon DEA prochainement... Je souhaiterais à long terme faire exclusivement de l'urgence c'est pourquoi je m'intéresse au SMUR. Je voudrais savoir comment travailler dans un SMUR en tant qu'ambulancier DEA ?

En plus du DEA il suffit de passer la formation d'adaptation à l'emploi (FAE) dans un CESU ou y-a t'il d'autres formations à passées?

Aussi d'après ce que j'ai lu les places sont limités dans les SMUR ? c'est si dur que ça de trouver une place dans un SMUR en tant qu'ambulancier?

S'il y a des ambulanciers SMUR qui passe par ici j'aimerais beaucoup avoir leurs retour sur le métier et sur leurs parcours. Je vous remercie d'avance!

Cordialement.
80
Gendarmerie Nationale / Re : La brigade numérique en 5 questions !
« Dernier message par Jeano 11 le 20 octobre 2018, 11:23:12 »
Vidéos trash, arnaques : 24 heures avec les gendarmes du numérique  8) 8)
Depuis sa création en février 2018, la brigade numérique de la gendarmerie comptabilise 37 000 interactions avec les internautes. Entre les signalements de vidéos choquantes et les victimes d'arnaques les opérateurs n'arrêtent jamais.

Reportage. 

Ils sont 20 gendarmes pour répondre à la France entière.
Cela parait peu, surtout lorsqu'Internet montre sa plus sombre facette.
Mais la Brigade numérique de la gendarmerie basée à Rennes s'en sort plutôt bien. La dernière preuve remonte au 17 septembre, quand de nombreux internautes ont sollicité les opérateurs pour signaler la vidéo d'un viol diffusée en direct sur les réseaux sociaux. «Ce jour-là, nous avons reçu plusieurs dizaines de messages. L'un d'eux nous a permis de confirmer le lieu du drame, la ville de Toulouse», se rappelle le capitaine Patrice G..., à la tête de ce service ouvert 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

De précieuses indications envoyées à la compagnie de gendarmerie de Saint-Michel chargée de l'enquête. Tout au long de l'année, cette plateforme unique en son genre recueille les plaintes et les questions des internautes de tout l'Hexagone. «Ceux qui ne veulent pas se déplacer dans une gendarmerie viennent nous parler par chat sur le web. Cela leur permet de garder l'anonymat. Nous les orientons au mieux vers les services spécialisés», explique le capitaine.

37 000 interactions en 7 mois  ::) ::)

Créée le 27 février 2018, cette unité a rapidement pris ses marques dans ses locaux rennais. C'est d'ici, une salle de 30m² où chacun des six bureaux est équipé de trois écrans d'ordinateurs, que les opérateurs travaillent. «Ça peut soulager les unités, mais nous ne traquons pas les cybercriminels et nous ne sommes pas un service d'urgence», précise le capitaine.

Sur les murs blancs de cet espace flambant neuf, trois écrans géants tournent en boucle. L'un est dédié aux chaînes d'information, tandis qu'un autre rappelle les consignes. Le dernier comptabilise le nombre d'interactions de la journée. Et elles sont nombreuses, 37 000 en sept mois. Ce vendredi, le soleil n'est pas encore couché sur la Bretagne, mais les militaires ont déjà répondu à plus de 200 demandes.

Justement, vers 18 heures un internaute se précipite sur son ordinateur pour signaler un véhicule stationné dans son quartier. «Je crois qu'il est volé. Que dois-je faire», demande la personne. «Ce genre d'interrogations est fréquent. Il nous arrive d'avoir aussi des témoignages plus dramatiques», prévient l'adjudant-chef Ludovic.

Comme lui, les hommes et femmes qui forment cette équipe n'ont pas vraiment le profil du parfait petit geek. Tous ont passé de nombreuses années sur le terrain, avant de se porter volontaire pour ce poste innovant. «Il faut avoir un peu de vécu pour garder son sang-froid dans certaines situations», estime la gendarme Maria, sa collègue.

«Aiguiller nos interlocuteurs»

Elle ne croît pas si bien dire. Quelques minutes plus tard un mineur l'interpelle sur l'outil de chat en direct. «Je pensais que je discutais avec une fille mignonne, elle m'a demandé de lui envoyer des photos de moi nu, et des vidéos. J'ai joué le jeu, mais je me suis fait piéger. Maintenant la personne me demande de l'argent sinon elle divulgue les clichés. Je ne peux pas en parler à mes parents», résume Jérémy* un Marseillais.
Après l'avoir rassuré sur cette arnaque très fréquente la gendarme le renvoie vers la plateforme Pharos (2) et lui propose de déposer plainte à la gendarmerie ou au commissariat le plus proche, «avec un majeur en qui vous avez confiance», ajoute-elle. «Nous n'intervenons jamais directement.
Notre rôle consiste essentiellement à aiguiller nos interlocuteurs vers les services ou les interlocuteurs spécialisés. Nous répondons toujours très rapidement sur le chat ou les réseaux, avec le plus de pertinence possible», assure l'adjudant-chef Ludovic.

La nuit tombe sur Rennes et comme souvent plusieurs habitués «polluent» les conversations en y racontant leurs aléas. «Cela peut ressembler à SOS amitié de temps en temps», sourit la gendarme Maria. Elle prend malgré tout le temps d'écouter les requêtes, quitte à se faire insulter. «C'est difficile de s'assurer de la véracité des déclarations, de l'identité du requérant, nous devons profiler les gens à distance», souligne le capitaine G.... Parfois ces déclarations mènent à des canulars, mais elles permettent aussi d'éviter des drames. «Un de nos hommes a sauvé la vie d'une suicidaire le mois dernier. Elle nous écrivait alors qu'elle s'apprêtait à sauver d'un pont. En prévenant le COG à temps, la gendarmerie lui a sauvé la vie», conclut-il, fière. D'ici quelques semaines, son service recevra aussi les témoignages des femmes victimes de violences sexistes et sexuelles, une preuve de plus que la brigade de gendarmerie numérique devient incontournable.

(1) Rendez-vous sur https ://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr pour discuter avec la brigade de gendarmerie numérique ou flashez le QR code présent dans chaque gendarmerie de proximité.

(2) Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements, qui permet de signaler en ligne les contenus et comportements illicites de l'internet. Rendez-vous sur https ://www.internet-signalement.gouv.fr/PortailWeb/planets/Accueil!input.action

Rémi Buhagiar https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/20/2892191-videos-trash-arnaques-24-heures-avec-les-gendarmes-du-numerique.html
Pages: 1 2 3 4 5 6 7 [8] 9 10