Auteur Sujet: Ecusson spécial 70e anniversaire du Débarquement des alliés en Normandie.  (Lu 3717 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6850
  • Sexe: Homme
  • Retraité
A l'occasion des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement, la région de gendarmerie de Basse-Normandie a confectionné un écusson collector porté par les 5500 gendarmes mobilisés pour l’événement.
Les personnes intéressées peuvent se procurer cet écusson, jusqu'au 1er septembre 2014, en envoyant un mail au cercle mixte de l'escadron 24/3 de Aunay-sur-Odon (14)

Suite à la réservation par mail, les intéressés devront faire parvenir par courrier le règlement par chèque à l'ordre du "cercle mixte" accompagné d'une enveloppe timbrée pour la réexpédition des écussons.

Prix de l’écusson : 5 euros.

Pour toutes informations :

Cercle mixte gendarmerie
Escadron 24/3 - 29 rue de Vire
14260 Aunay-sur-Odon

Tél : 02 31 25 45 47



Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6850
  • Sexe: Homme
  • Retraité
La cérémonie internationale du 6 juin constitue le point d'orgue de cette semaine de commémoration du 70e anniversaire du Débarquement et de la bataille de Normandie.

À l'occasion des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement, des milliers de collectionneurs de matériel militaire sont arrivés en Normandie pour participer des bourses militaires.

Conscient des risques de dérives, les gendarmes surveillaient de près ces « vides greniers » un peu particulier. Et ils ont eu raison, puisque mercredi, à Sainte-Mère-Eglise, les hommes en bleu ont saisis une centaine d'objets nazis particulièrement choquants et interdits en France : des CD de chansons SS, des reproductions d'affiches de propagande et de dirigeants nazis, des brassards de la division SS Das Reich, et des médailles avec des croix gammée.

Les propriétaires de ces objets sont visés par quatre enquêtes pour « exhibition de tenues relevant d'une organisation criminelle » et pour « apologie de crimes contre l'humanité » et risquent jusqu'à cinq ans de prison et 45.000 euros d'amende.