Auteur Sujet: Compte Personnel de Formation (CPF) remplace le Droit individuel formation (DIF)  (Lu 179845 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne ghostrider78

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 1
    • Voir le profil
Bonjour a Tous , Voila donc je suis Auxiliaire ambulancier a temps partiel dans une petite entreprise artisanal et je voudrais passer mon DEA qui commence début septembre seulement le coût de la formation est de 2900 euros et 290 euros d'inscription  :o  >:( Comment ce la faire payé ? et a qui dois je m'addresser ?? Merci d'avance ... 

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour et bienvenue,
- plusieurs possibilités ... la première faire un crédit soit avec ta banque soit avec ton patron à qui tu vas demander cet argent pour te former et en contrepartie (en échange) tu vas signer un contrat d'engagement de X années pour rester à travailler dans son entreprise (retour sur investissement)

- La reconversion professionnelle est aujourd'hui de plus en plus pratiquée.
Deux explications peuvent être mises en avant, liées aux deux types de reconversion professionnelle.
Un actif peut choisir volontairement de se reconvertir professionnellement.
Ses motivations peuvent être d'ordre financier.
Il peut aussi choisir de découvrir un autre métier dans le cadre de son épanouissement personnel.
On observe en tous cas une nette augmentation des reconversions professionnelles volontaires ces dernières années. Il n'est plus vraiment d'actualité d'exercer toute sa vie la même profession, et l'épanouissement personnel justement tient une place de plus en plus importante au sein de nos préoccupations. Le plus souvent, la reconversion professionnelle est néanmoins involontaire. L'évolution de plus en plus rapide des techniques et la concurrence toujours accrue du fait de l'ouverture des marchés à l'international poussent les entreprises à s'adapter toujours plus vite, et les salariés doivent suivre en acquérant de nouvelles qualifications. Si votre entreprise se restructure, délocalise, ou que votre poste est en passe de disparaître, vous pouvez être poussé à vous reconvertir.
Deux organismes principaux en France se charge de la formation professionnelle des adultes.
L'AFPA en est le leader. Elle se charge de l'information, de l'orientation, de la formation et de l'insertion du salarié. 300 métiers sont concernés.
Le GRETA propose quant à lui des formations dans quasiment tous les domaines. Payant, il peut être financé par votre entreprise. Car le coût d'une formation peut revenir très cher. C'est pourquoi il existe des aides financières à la reconversion professionnelle.
Les salariés peuvent ainsi déposer auprès de l'OPCA une demande de congé de formation. Le financement est alors mis en place en accord avec l'entreprise qui l'emploi.
- Pour en bénéficier, le salarié doit être titulaire d'une contrat de travail à durée indéterminé depuis au moins 24 mois, dont 12 dans son entreprise actuelle. Les salariés en CDD peuvent être concernés, s'ils ont travaillé au moins 2 ans dans les 5 dernières années, dont 4 mois dans les 12 derniers. Le congé de reconversion concerne les salariés licenciés après au minimum 2 ans passés dans la même Entreprise. Il s'étale sur 6 mois, durant lesquels le travailleur peut bénéficier d'un bilan de compétences, et de 300 heures de stage au maximum.
Les demandeurs d'emploi peuvent par ailleurs demander à bénéficier de l'allocation du plan d'aide au retour à l'emploi. Ils doivent alors ne pas avoir quitté volontairement leur emploi, et avoir travaillé au moins 4 mois dans les 18 derniers.
L'allocation d'insertion enfin, peut être versée aux travailleurs victimes d'un accident de travail ou d'une maladie professionnelle et en attente d'un stage de reconversion. Elle se substitue à l'allocation chômage puisque seuls sont concernés ceux qui n'ont pas assez travaillé pour en bénéficier. (extrait du site -http://www.aquadesign.be/actu/article-5770.php )
Ce site pour info -http://www.lerucher.com/dossiers/0102/info1.asp?from=droits_demarches

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
La reconversion professionnelle    

La reconversion est un thème de plus en plus abordé à l’heure actuelle. En effet, les techniques, qui évoluent de manière très rapide, et la concurrence internationale amènent les entreprises à s’adapter dans les plus brefs délais et les salariés à acquérir de nouvelles qualifications. Qu’elle soit voulue ou imposée, c’est une période remplie d’incertitudes et souvent vécue difficilement par les travailleurs. C’est pourquoi les abeilles ont voulu faire part de leurs conseils pour tous ceux qui s’apprêtent à changer de parcours.

[...]    

La capitalisation du temps de formation :   

C’est une solution pour des salariés qui souhaitent entamer une formation en vue d’une reconversion durant leur temps de travail tout en ayant la possibilité de garder leur rémunération en totalité.
Ce type de formule doit être prévu au préalable dans une convention collective ou un accord professionnel qui définissent les conditions à remplir pour pouvoir y accéder. Ces conditions se rapportent à la catégorie de salariés pouvant prétendre à cette formule, ainsi qu’au type et à la durée de formation qu’il est possible de suivre.
Le salarié doit effectuer sa demande par écrit auprès de son employeur.
Cette capitalisation se retrouve notamment dans des secteurs tels que le bâtiment, les industries chimiques ou textiles ou encore l’hôtellerie.

[...] Les aides
   Pour les salariés
   

Le congé individuel de formation (CIF)

    Il concerne les salariés titulaires d’un CDI (avec au moins 24 mois en tant que salarié et 12 mois dans l’entreprise actuelle) et qui souhaitent préparer leur reconversion. Une demande peut être déposée auprès de l’OPCA (Organisme Paritaire Collecteur Agrée qui s’occupe de la gestion des contributions des entreprises au financement de la formation professionnelle continue) du secteur dans lequel travaille le salarié afin de mettre en place le financement de la formation en accord avec l’entreprise.

    Ce congé peut également concerner les salariés titulaires d’un CDD qui ont travaillé au minimum 24 mois dans les 5 dernières années dont 4 dans les 12 derniers mois.

   

Pour les demandeurs d’emploi
   

  La convention de reconversion

    Suite à un licenciement, elle s’adresse à un salarié qui a travaillé au minimum deux ans dans la même entreprise.

    Elle résulte d’un accord entre l’employeur et les ASSEDIC.

    Elle s’étale sur une durée de 6 mois durant laquelle le travailleur a la possibilité de faire des stages de 300 heures au maximum et de concevoir un bilan d’évaluation et d’orientation.

   

  Le plan d’aide au retour à l’emploi (PARE)

    Sous certaines conditions, vous pouvez prétendre à l’allocation du PARE lors de votre formation en reconversion.

    Il vous faut :

        * avoir travailler au minimum 4 mois au cours des 18 derniers mois
        * ne pas avoir quitter volontairement son emploi
        * être physiquement apte à l’exercice d’un emploi
        * suivre une formation ou être inscrit comme demandeur d’emploi
        * être à la recherche effective et permanente d’un emploi

le dossier en entier sur le site -http://www.lerucher.com/dossiers/0102/info1.asp?from=droits_demarches

Divers financements possibles pour les salaries  ::)

Accéder à la formation :
les formations peuvent être mises en œuvre dans le cadre de mesures de financement
spécifiques à la formation professionnelle.

CIF - Congé Individuel de Formation

Congé à l'initiative du salarié pour suivre une action de formation visant
une réorientation professionnelle ou l'accès à un niveau de qualification supérieur.

Un salarié peut faire une demande de congé individuel de formation, à condition :
- pour les salariés en CDI,
d'avoir travaillé au moins 2 ans,
dont 1 année dans la dernière entreprise.
- pour les salariés en CDD,
de totaliser 4 mois de travail en CDD dans l'année qui précède la formation,
et 24 mois de travail quel que soit le contrat (CDI ou CDD) dans les 5 dernières années.
- pour les salariés en intérim,
de totaliser 6 mois de travail dans la même société d'intérim,
soit 1014 heures sur les 12 derniers mois.

DIF - Droit Individuel à la Formation

Crédit de 20 heures de formation par an cumulables sur 6 ans (plafond de 120 heures),
mis en oeuvre à l'initiative du salarié, avec accord de l'employeur.

Le DIF est une nouvelle modalité d'accès des salariés à la formation.
Le droit individuel à la formation (DIF) permet aux salariés disposant d'une certaine ancienneté dans l'entreprise de bénéficier d'actions de formation professionnelle, rémunérées ou indemnisées, en dehors du temps de travail ou durant celui-ci.

Plan de formation de l'entreprise

Ensemble des actions de formation définies dans le cadre de la politique de gestion
du personnel de l'entreprise avec pour objectifs :
- l'adaptation au poste de travail,
- l'évolution ou le maintien dans l'emploi,
- le développement des compétences.

Dans le cadre du plan de formation de l'entreprise, les formations peuvent être réalisées pendant ou en dehors du temps de travail.

Dans le cadre du plan de formation de l'entreprise, les formations sont accessibles pour tous les salariés quelles que soient la taille et la structure de l'entreprise et quel que soit le contrat de travail du salarié.

Période de professionnalisation

Dispositif permettant la mise en oeuvre d'action de formation en alternance.
Les périodes de professionnalisation ont pour objet de favoriser le maintien dans l'emploi des salariés en CDI, salariés dont la qualification est insuffisante au regard de l'évolution des technologies et de l'organisation du travail.

Sont concernés par les périodes de professionnalisation :
- les salariés comptant 20 ans d'activité professionnelle
ou les salariés âgés d'au moins 45 ans et disposant d'une certaine ancienneté dans la dernière entreprise.
- les salariés qui envisagent une reprise ou une création d'entreprise.
- les femmes qui reprennent une activité professionnelle après un congé maternité
ou les hommes et les femmes qui reprennent une activité professionnelle après un congé parental.
- les bénéficiaires de l'obligation emploi.

[...]

Financement Individuel

Le financement individuel est possible pour des formations en dehors du temps de travail.

 

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Formation préalable à un recrutement
Mis à jour le 16.09.2010 par Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) http://vosdroits.service-public.fr/F17485.xhtml

    * Définition
    * Bénéficiaires
    * Conditions d'exécution et durée de la formation
    * Rémunération du demandeur d'emploi
    * Fin de formation

Définition

La formation préalable à un recrutement est destinée à permettre à un demandeur d'emploi, auquel est proposé un emploi pour lequel il lui manque des compétences, de se former afin de pouvoir répondre à cette offre d'emploi.

L'employeur qui rencontre des difficultés de recrutement et, qui est disposé à former un demandeur d'emploi et à le recruter à l'issue de sa formation, bénéficie d'une aide financière de la part de Pôle emploi pour lui permettre de prendre en charge, dans la limite de 400 heures, la formation du demandeur d'emploi concerné.

Bénéficiaires

Tout demandeur d'emploi, inscrit sur la liste des demandeurs d'emploi, bénéficiaire ou non de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE), qui a reçu une proposition d'emploi d'un employeur privé en contrat à durée indéterminée, à durée déterminée d'au moins 6 mois, en contrat de professionnalisation ou en contrat de travail temporaire d'au moins 6 mois.

Conditions d'exécution et durée de la formation

Une convention est établie entre l'employeur proposant l'emploi à pouvoir et l'agence Pôle emploi du lieu de l'entreprise.

Cette convention précise les objectifs de la formation, son contenu, sa durée, les modalités de financement et l'embauche qui doit en découler.

Elle doit être conclue avant le 1er jour de formation.

Avec l'aide de Pôle emploi, l'entreprise établit le plan de formation du demandeur d'emploi.

La formation se déroule en entreprise et/ou en organisme de formation.

Un tuteur est désigné au sein de l'entreprise.

S'il atteint le niveau de qualification requis, l'employeur s'engage à embaucher le demandeur d'emploi en CDI, en CDD d'au moins 6 mois ou en contrat de professionnalisation.

Si l'emploi proposé est à temps partiel, la durée hebdomadaire de travail doit être d'au moins 20 heures.

L'employeur bénéficie de la part de Pôle emploi d'une aide destinée à couvrir les frais de formation dans la limite de 400 heures de formation.

A noter : l'aide accordée à l'employeur peut être l'action de formation préalable au recrutement (AFPR) ou la préparation opérationnelle à l'emploi (POE) selon la nature et la durée du contrat de travail proposé à l'issue de la formation.
Rémunération du demandeur d'emploi

Pendant la formation, le demandeur d'emploi est stagiaire de la formation professionnelle continue (FPC) et perçoit, si la formation est prévue dans le cadre de son projet personnalisé d'accès à l'emploi (PPAE) :

    *      soit, l'allocation d'aide au retour à l'emploi formation (AREF), s'il est bénéficiaire de l'allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE).

      Il peut aussi bénéficier de l'aide aux frais associés à la formation ( AFAF ) destinée à couvrir partiellement les frais de transport, de restauration et d'hébergement liés à la formation

    *      soit, une rémunération relevant du régime public de rémunération des stagiaires, s'il n'est pas indemnisé par l'assurance chômage.

      Il peut aussi bénéficier, sous certaines conditions, d'une prise en charge de ses frais de transport.

A noter : le statut de stagiaire de la formation professionnelle implique que le demandeur d'emploi est reconnu comme n'étant plus immédiatement disponible pour occuper un emploi et qu'il est, durant sa formation, affilié au régime général de la sécurité sociale.

Fin de formation

A la fin de la formation, l'employeur adresse à Pôle emploi un bilan de la formation signé par le demandeur d'emploi et une copie du contrat de travail

D'autres infos sur le site de Pôle-Emploi  http://www.pole-emploi.fr/employeur/[email protected]/suarticle.jspz?id=4790

et   http://www.orientation-formation.fr/L-action-de-formation-prealable-au.html

Hors ligne fleurette

  • Nouveau membre
  • *
  • Messages: 9
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
bonjour à tous

simplement quelques lignes pour dire que je suis à l'ifas depuis septembre en cursus partiel avec seulement quatre modules à valider (1.3.6.8) et que mon employeur n'a fait aucune difficulté pour accepter le CIF

bonne continuation à tous

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour et merci fleurette de nous apporter ces infos car c'est rare qu'un membre se souvienne qu'il a été aidé par les autres participant de SOS112.

Donc tu es maintenant titulaire du DE.AS  ?

Pour les autres membre ou visiteur   ^-^
http://www.droit-de-la-formation.fr/?Conge-individuel-de-formation-CIF

Acquérir une promotion, obtenir un diplôme ou approfondir ses connaissances, tel est le rôle des formations.
- Droit individuel à la formation (DIF),
Tout salarié en CDI ou en CDD bénéficie chaque année d'heures de droit individuel à la formation (DIF). Les particularités de ce droit, les conditions d’exercice, la rémunération, la durée et d’autres points essentiels sont abordés dans ce dossier sur le droit individuel à la formation.


- Congé individuel de formation (CIF),
Le Congé Individuel de Formation a pour objectif de permettre à tout salarié qui le désire, d’accéder, par le biais d’une formation à un niveau de qualification supérieur. La demande de CIF, nécessite, pour sa validité et son acceptation, le respect de certaines règles de forme. Ce dossier vous indique tout ce que vous devez savoir pour bénéficier d'un congé individuel de formation.

Le congé individuel de formation (CIF) a pour objet de permettre à tout salarié, au cours de sa vie professionnelle, de suivre des actions de formation à son initiative et à titre individuel.
Ces actions sont indépendantes de sa participation aux stages compris, le cas échéant, dans le plan de formation de l'entreprise. Ces actions de formation doivent permettre au salarié :
    d’accéder à un niveau supérieur de qualification ;
    de changer d'activité ou de profession ;
    de s'ouvrir plus largement à la culture, à la vie sociale et à l'exercice de responsabilités associatives bénévoles (Code du travail, art. L. 6322-1).

... période de professionnalisation ... divers dispositifs existent.
plus d'infos sur -http://www.juritravail.com/formation?hfsid=lg100_83&gclid=CKGp_f_awKUCFc0_4wodMllRag

Comment bénéficier du DIF ?
Quelle est la durée du CIF ?
Qui prend en charge les coûts ?
Quelle rémunération durant la formation ?

Refus d'accorder un congé  :-\

L'employeur peut refuser d'accorder le congé en motivant sa décision si le salarié ne respecte pas :
    les conditions d'ancienneté
    ou les formalités et délais pour effectuer la demande.
http://www.tissot-formation.fr/lemployeur-peut-il-refuser-une-demande-de-conge-individuel-de-formation-cif/

Le salarié qui se voit opposer un refus peut contester la décision en effectuant un recours auprès des délégués du personnel ou devant le conseil des prud'hommes.

Source http://vosdroits.service-public.fr/F16099.xhtml

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Ces infos recueillies en relisant les sujets et les sites en lien comme celui-ci d'où est extrait ce qui suit -http://www.droit-individuel-formation.fr/article.php3?id_article=775

10 millions de salariés perdront-ils leurs 20 heures de DIF cette année ?
mardi 9 novembre 2010, par Webmaster.


Le Droit Individuel à la Formation (DIF) a été mis en œuvre en France en mai 2004 (Loi du 4 mai, promulguée le 7 mai) depuis cette date chaque salarié cumule année après année (et ce jusqu’en 2010) 20 heures de DIF.

On peut estimer que l’immense majorité des salariés du privé en CDI a donc atteint le maximum de son compteur DIF. Le mécanisme de capitalisation cesse en 2010 de produire des heures et chaque compteur va rester à son taquet désormais faute peut être de mise en oeuvre.

Trois possibilités s’offrent aux salariés du secteur privé concernant leur Droit à la formation :

    * Ne pas utiliser ou préserver jusqu’à leur retraite leurs 120 heures. Il s’agirait donc de conserver son DIF tel un Plan Epargne formation qui ne produirait et ne serait d’aucun d’intérêt (le DIF n’est pas une cagnotte et ne pourra être monnayé). Par ailleurs si lors d’une rupture professionnelle le DIF devient portable il se transforme en véritable peau de chagrin avec un budget de 9,15 € (les 60 francs des contrats de qualif des années 90) par heure de DIF,
    * Prélever avant le 31 décembre les 20 heures qui seront dès lors recréditées au compteur DIF en 2011. Cette possibilité serait envisageable si les entreprises et les OPCA avaient les fonds nécessaires pour généraliser le DIF. Mais la crise est là et les salariés ignorent que, passé l’été, la plupart des budgets formations sont épuisés. Les salariés n’ayant pas demandé leur Droit à la formation en début d’année le plan  de formation a été déployé sans aucun budget pour le DIF
    * Décider de liquider leur compteur DIF en demandant une formation longue de 100 ou 120 heures de DIF (rappelons que désormais les CIF démarrent eux-aussi à 120 h et également hors temps de travail). Cette troisième alternative serait la plus dommageable pour les entreprises car il leur faudrait non seulement répondre et financer des demandes très coûteuses mais surtout organiser sur les 4 mois de fin d’année des départs massifs en formation,

 

Si malgré tout des salariés souhaitaient tenter l’aventure de la formation et du développement des compétences, rappelons-leur quelques éléments sur le DIF

    * La demande de DIF est exprimée par écrit (par LRAR de préférence) par le salarié sur un champ professionnel précis (langues, savoirs de base, informatique, formation métier..). Cette demande doit être la plus complète possible : intitulé et contenu de la formation, projet professionnel sous tendu par la demande, nom et coordonnées de l’organisme de formation, coût de la formation, dates et lieux prévus..A ce stade l’employeur peut faire des propositions avec ses propres prestataires,
       
    * L’employeur dispose de 30 jours pour répondre :

En l’absence de réponse sous 30 jours la demande est réputée être acceptée

Le Refus ou le report du DIF sont illégaux. Seul le désaccord sur le « choix de l’action de formation » (cf le code du travail) est légal. Une entreprise peut refuser par exemple des cours de tennis ou un permis moto mais certainement pas une demande raisonnable de DIF pour maintenir ses compétences en langues ou développer ses connaissances en informatique.

En cas de désaccord (le pseudo refus) il est vivement conseillé à l’employeur de motiver sa réponse négative pour aider le salarié à mieux construire ses futures demandes mais aussi pour éviter les traitements inéquitables (on refuse à l’un ce que l’on a accordé à l’autre sans réflexion ni suivi) ou pire encore l’accusation de discrimination (âge, sexe, sanction disciplinaire…)

La demande étant acceptée le salarié verra le mois suivant sa formation son compteur décrémenté  des X heures de formation réalisées. S’il avait donc 120 heures et a pris 20 heures il n’aura plus au 31 décembre que 100 heures de DIF (comme en 2009). Son compteur sera par contre  recrédité de 20 heures en mai 2011

Durant toute la durée de la formation le stagiaire bénéficiera de la législation sur les accidents du travail (y compris donc sur le trajet pour se rendre dans un centre de formation) et les frais annexes à la formation (frais de déplacement et d’éventuel hébergement) doivent être remboursés par l’entreprise (sur justificatif en général et après un accord préalable sur leurs montants)

S’il se forme hors temps de travail le salarié touchera également des allocations formation correspondant à 50 % de son salaire horaire net. S’il gagnait par exemple 10 € net par heure, il touchera donc 100 € d’allocation formation pour 20 h de DIF. Les allocations formation ne sont pas soumises aux cotisations sociales mais seront par contre imposables.

 

Même si les partenaires sociaux en 2003 et le législateur en 2004 ont voulu rendre le Droit à la formation aussi simple et accessible que les congés payés la balle est désormais dans le camp des salariés. Sans demande,  envie ou projet professionnels, sans volonté de changer et d’évoluer, leur Droit à la Formation sera virtuel, une occasion perdue de se former et de développer ses compétences.

Source Agoravox - Didier Cozin - Auteur des ouvrages Histoire de DIF (2008) et Reflex DIF (2010) parus aux éditions Arnaud Franel.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour à tous cependant cette question s'adresse à notre "Chienne de Garde" préférée, la gentille Cathy  :ange:

Afin de faciliter son utilisation par les salariés et de faciliter l'identification du bien fondé de l'action de formation pour l'employeur, il semble estimable qu'il soit préférable de concevoir un "catalogue de formation DIF" pour les "métiers" exercés dans l'Entreprise de Transports Sanitaire.  ::)
Une réflexion collective permettrait de cerner les intérêts professionnels de chacun et ainsi de proposer une offre globale et adaptée tant aux souhaits des salariés qu'aux perspectives de l'entreprise.
Ainsi des compétences non-indispensables à l'activité actuelle des salariés mais souhaitées pour l'avenir peuvent être développées.
Le salarié acquière une plus grande employabilité et l'employeur anticipe sur la gestion interne des postes en conservant le maximum de polyvalence et d'implication au sein de ses équipes.

L'identification des formations susceptibles d'augmenter les compétences de chacun et donc de la structure peut se faire par groupes de travail issus des différents secteurs de l'entreprise ou en collaboration avec les Institutions Représentatives du Personnel (IRP). Sans remplacer le plan de formation classique, l'utilisation du DIF, sur des actions de formation périphériques au cœur de métier des employés, confère une plus grande adaptabilité à l'entreprise.
Pour les salariés l'obtention de financement de formation de cette nature offre un élargissement des possibilités d'évolution et/ou d'orientation professionnelle.

Le DIF comment  cela fonctionne t'il ?

Depuis sa mise en application, le Droit Individuel à la Formation est source de questionnement tant de la part des salariés que de celle des entreprises.
Les uns se demandent comment en bénéficier pendant que les autres souhaitent limiter l'accumulation parfois inquiétante de ces heures de formation.
Rappelons que chaque année, 20h de formation sont acquises par une personne travaillant à temps plein et que ce nombre est calculé au prorata pour les temps partiels. Si la limite est aujourd'hui fixée à 120h, le volume d'une entreprise comptant des dizaines de collaborateurs ou plus peut atteindre rapidement un budget conséquent.

En dehors d'accord plus favorable au salarié, les actions DIF sont réalisées en dehors du temps de travail.
En contre partie, l’employeur verse une allocation de formation correspondant à 50 % du salaire horaire net, hors charges sociales.
Initiée par le salarié, la demande de DIF se fait par écrit auprès de l’employeur.
Le salarié doit identifier un cursus correspondant au nombre d’heures auquel il a droit et en faire la demande écrite à son employeur.
Ce dernier a alors un délai d’un mois pour notifier sa réponse par lettre.
A défaut de réponse dans le délai imparti, la demande est considérée comme acceptée.


CIF : comment préparer sa lettre de motivation ?

-http://www.pourseformer.fr/formation/cif-conge-individuel-de-formation/formation-continue/h/e7742aec11/a/cif-comment-preparer-sa-lettre-de-motivationnbsp.html

Si tous les organismes collecteurs ne demandent pas une lettre au sens strict, ils n’en attendent pas moins un exposé clair de vos motivations. Celui-ci est au cœur du succès de votre demande. Il est donc essentiel de prendre le temps de le peaufiner.

Première chose à faire : réunissez l’ensemble des éléments prouvant que la formation est le (seul) moyen de mettre en œuvre un projet auquel vous tenez. Et soyez précis. « Il ne suffit pas en effet de dire que c’est un rêve et “on m’a dit que, pour…”, insiste Gilles Belugou. Entre une personne nous disant qu’elle veut réaliser son rêve et une autre ayant repéré des offres d’emploi, rencontré un responsable d’entreprise, la seconde a posé des jalons. »

Que doit contenir cette lettre ?
Complément essentiel du dossier de demande de CIF, votre lettre de motivation doit :
- résumer votre parcours professionnel : qualifications, compétences acquises ;
- décrire votre situation actuelle : nombre d’années en poste, statut…
- évoquer les raisons pour lesquelles vous souhaitez effectuer la formation ;
- souligner vos perspectives et vos souhaits d’évolution ;
- faire le lien entre le poste visé et votre situation actuelle ;
- mettre en avant les débouchés de la formation.

« Mais attention, souligne Anita C......, responsable du département développement et communication au Fongecif Ile-de-France, une lettre trop longue est à proscrire : deux pages doivent suffire. »

Peut-on tout dire ?
La lettre de motivation est confidentielle.
Il faut donc jouer la transparence et donner le maximum d’informations.
Mettez en avant les points positifs de votre projet mais ne cachez pas les obstacles que la commission repérera.
Vous pouvez montrer que vous en êtes conscient en les mentionnant et en montrant qu’ils ne remettent pas en cause le bien-fondé de votre demande.

Doit-on joindre des documents complémentaires ?
Oui, s’ils appuient votre démarche et montrent que votre projet tient la route.
N’hésitez pas à joindre des lettres de recommandation (d’une entreprise acceptant de vous accueillir pour un stage pratique durant la formation, par exemple), des copies d’offres d’emploi prouvant que le poste que vous convoitez a des débouchés.
Cela montre votre implication et que votre projet est mûrement réfléchi.

« En revanche, insiste Gilles Bilieux, une lettre de recommandation du président du conseil régional, d’un député ou du Curé de votre paroisse est inutile. »  ???

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Bonjour  ;)
DIF - Droit Individuel à la Formation, un site pour vous aider
http://www.viametiers.fr/DIF

http://www.travail-emploi-sante.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/formation-professionnelle,118/le-conge-individuel-de-formation,1070.html
et
http://www.fongecif.com/Page/CFongecif.htm

Un dispositif qui profite à tous, avec l’instauration du Droit Individuel à la Formation DIF, la formation professionnelle innove.
Le DIF permet aux entreprises de mieux faire face à une concurrence internationale accrue et aux salariés de mieux valoriser leurs compétences et de s'inscrire dans une démarche active de gestion de leurs connaissances :

VOUS ÊTES SALARIÉ
Avec l’instauration du Droit Individuel à la Formation DIF, vous avez la possibilité de bénéficier de 20 heures de formation par an en tant que salarié. Découvrez les avantages et les principes du DIF.

VOUS ÊTES DEMANDEUR D'EMPLOI
Depuis la loi sur la formation professionnelle de DIF, celui-ci est "portable" ce qui signifie que si vous quittez l'entreprise vous pouvez toujours en bénéficier. La Pôle Emploi peut même abonder et vous proposer de la compléter par une Aide Individuelle à la Formation (AIF).

VOUS ÊTES RESPONSABLE FORMATION
Le DIF représente pour les entreprises une obligation supplémentaire en matière de formation professionnelle, mais c'est aussi une véritable opportunité d'optimiser leur capital humain.


Plan de formation, DIF, CIF, VAE

Le droit individuel à la formation (DIF) permet au salarié d’acquérir un crédit d’heures de formation. Il peut ensuite l’utiliser, en accord avec son entreprise, pour développer ses compétences, réaliser un bilan de compétences ou entreprendre une démarche de VAE.

Plan de formation :
Dans le cadre du plan de formation, la formation est à l'initiative de l'employeur.La formation n’étant pas obligatoire, le plan de formation n’existe pas dans toutes les entreprises.

Le plan de formation comprend 2 catégories d’actions :
    * les actions d’adaptation au poste de travail, ou liées à l’évolution des emplois et au maintien dans l’emploi dans l'entreprise.
    * les actions de formation pour le développement des compétences des salariés.
Les formations organisées par l’entreprise sont regroupées dans un plan de formation.

Le DIF : Droit Individuel à la formation
Il s'agit d'une formation à l'initiative du salarié avec l'accord de son employeur. Consultez notre dossier dédié au DIF pour en savoir plus

CIF : Le congé individuel de formation
Le congé individuel de formation est à l'initiative du salarié Il permet de suivre une formation à titre individuel, indépendamment du plan de formation, pour accéder à un niveau supérieur de qualification, changer d’activité ou de profession, s’ouvrir à la culture et à la vie sociale. Le salarié en CDI doit justifier de 24 mois en qualité de salarié dont 12 mois dans l’entreprise. Le salarié en CDD doit justifier de 24 mois en qualité de salarié dans les 5 dernières années dont 4 mois en CDD dans les 12 derniers mois.

Le CIF se traduit par une autorisation d’absence pendant laquelle le contrat de travail est suspendu.

Pour en savoir plus http://www.orientation-formation.fr/Conge-individuel-de-formation-CIF

Zoom sur la VAE et le bilan de compétences
Le congé pour validation des acquis de l’expérience donne droit à un congé pour obtenir tout ou partie d’une certification enregistrée dans le répertoire national des certifications professionnelles. L’expérience requise est de 3 ans d’activité en rapport avec la certification. La durée du congé est limitée à 24 heures de temps de travail consécutives ou non.

Le Congé Bilan de Compétences donne droit à un congé pour analyser les compétences professionnelles et personnelles, aptitudes, motivations afin de définir un projet professionnel et éventuellement un projet de formation.

Le salarié en CDI doit justifier d’une ancienneté d’au moins 5 ans, consécutifs ou non, en qualité de salarié dont 12 mois dans l’entreprise.

Il faut respecter un délai de franchise de 5 ans entre 2 congés de bilan de compétence. Toutefois ce délai de franchise ne s’applique pas si le salarié a changé d’employeur. Le salarié en CDD doit justifier de 24 mois consécutifs ou non en qualité de salarié, quelle qu’ait été la nature des contrats successifs au cours des 5 dernières années dont 4 mois, consécutifs ou non, sous contrat de travail à durée déterminée, au cours des 12 derniers mois.

Qu’est ce que le Fongecif ?
Les FONGECIF gèrent les CIF (Congés Individuels de Formation), le CBC (Congés Bilan de Compétences) et le Congé VAE (Validation des Acquis de l'Expérience), dans le cadre de la formation continue.
Ces fonds sont financés par les entreprises via le paiement obligatoire de la contribution à la formation professionnelle pour adulte. Même les salariés dont les entreprises ne sont pas assujetties peuvent réaliser une demande de financement. Il est à noter que le salarié faisant appel à un FONGECIF n'est pas tenu d'en informer son employeur.
Source : http://www.viametiers.fr/reconversion-professionnelle

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Adieu le droit individuel à la formation (DIF) ! 
A compter du 5 janvier 2015 le fameux DIF est remplacé par le compte personnel de formation CPF. Voici les règles de fonctionnement à connaître en 10 questions-réponses.
Compte personnel de formation : les règles à connaître pour en profiter à partir de janvier 2015
  -  http://www.cpformation.com/

  NOUVEAU - le Compte Personnel de Formation (CPF) : mise en place effective au 1er janvier 2015  
1. Qu'est-ce que le compte personnel de formation ?
"Le principe : vous vous constituez tous les ans un capital de temps pour suivre des formations indemnisées durant ou en dehors de votre temps de travail", explique Abdelkader Berramdane, directeur veille législative chez ADP, spécialiste de la gestion de la paie. Votre compte personnel de formation est crédité en heures et attaché à la personne. Vous le conserverez tout au long de votre vie professionnelle, même si vous changez d'entreprise ou si vous vous retrouvez au chômage. Tous les salariés en bénéficient, ainsi que les demandeurs d'emploi ; les travailleurs handicapés ; les apprentis, et ce dès l'âge de 16 ans jusqu'à la retraite.

2. Comment fonctionne ce compte personnel de formation ?
Le CPF est plus généreux que le DIF. Vous cumulez désormais automatiquement jusqu'à 150 heures de formation, contre 120 heures auparavant, à raison de 24 heures acquises par an durant les 5 premières années, puis 12 heures par an durant 2 années et demi, et ce, dès le début de votre vie professionnelle à partir de 16 ans. Les heures créditées sur le CPF sont calculées au prorata du temps de travail pour les salariés à temps partiel ou en contrat à durée déterminée (CDD). "Il existe aussi un abondement possible de l'entreprise, qui peut ainsi vous offrir des heures de formation en plus, sans limite maximale", souligne Annick Haegel, manager du pôle expertise RH de la Cegos.

3. Comment consommer les heures acquises sur le CPF ?
Avant, avec le DIF, vous pouviez choisir la formation que vous vouliez sous réserve d'obtenir l'accord de l'employeur. Désormais, il vous faudra forcément soit opter pour une validation des acquis de l'expérience (VAE) ; soit choisir parmi une liste de formations qualifiantes ou certifiantes. Cette liste officielle des cursus éligibles sera consultable début 2015 sur le site de la Commission nationale de la certification professionnelle (http://www.cncp.gouv.fr/inventaire). Elle a été établie soit par un comité paritaire interprofessionnel national ou régional, soit par certaines branches professionnelles et sont alors précisées dans les conventions collectives. Il s'agit de formations faisant partie du socle commun, à savoir le français, les mathématiques, etc., ou de cursus ayant un lien avec votre secteur d'activité. Les formations hors de la liste officielle ne seront pas financées.

4. Comment trouver la formation qui me convient ?
Votre entreprise peut vous aider trouver la formation adaptée à vos besoins. A compter de mars 2015, elle aura en effet l'obligation d'organiser un entretien professionnel obligatoire tous les 2 ans. Il ne remplace pas l'entretien annuel d'évaluation et doit vous permettre d'évoquer votre évolution de carrière et vos besoins de formation, et non vos résultats. Tous les salariés devront donc avoir eu au moins un entretien professionnel d'ici le 7 mars 2016. "Il est aussi obligatoire pour les collaborateurs qui reviennent travailler après une longue absence (longue maladie, maternité, congé parental, congé sabbatique...)", précise Laetitia Rupert, responsable marketing offres RH chez ADP.  "Les entreprises qui ne respectent pas cette obligation au bout de 6 ans s'exposent à des sanctions : 100 heures créditées automatiquement sur le CPF d'un salarié à temps plein ; 130 heures pour celui à temps partiel", prévient Annick Haegel, manager du pôle expertise RH de la Cegos.

5. Votre employeur peut-il refuser de vous accorder d'utiliser votre CPF pour suivre une formation ?
Ce ne sont pas tout à fait les mêmes règles que pour le DIF. Avec le CPF, le collaborateur a beaucoup plus d’autonomie pour choisir ces formations. Si vous effectuez une formation hors temps de travail, vous n'avez pas besoin de demander d'autorisation à votre employeur, mais vous ne pouvez pas prétendre à une allocation spécifique. Si vous choisissez de vous former durant votre temps de travail, il vous faut son accord sur le contenu et le calendrier. "Votre demande doit alors être formulée au moins 60 jours avant le début de la formation lorsque sa durée est inférieure à 6 mois et au moins 120 jours dans les autres cas", détaille Abdelkader Berramdane. L'employeur dispose ensuite de 30 jours pour vous notifier sa réponse par écrit. A défaut, la demande est considérée comme acceptée. Il peut cependant refuser autant de fois qu'il le veut. Mais il existe des exceptions pour lesquelles vous n'avez pas besoin de l'accord préalable de votre employeur sur le contenu de votre formation : les connaissances de base incluses dans le socle de compétences ou la VAE. Vous n'avez alors qu'à vous assurer que les dates conviennent à votre employeur.

6. L'employeur peut-il utiliser les heures de CPF du salarié comme bon lui semble ?
Non, comme pour le DIF, il doit impérativement avoir l'aval du salarié. Il a toutefois la possibilité de l'orienter dans ses besoins de formation au cours de l'entretien professionnel, désormais obligatoire tous les 2 ans.

7. Que deviennent les heures de DIF avec l'apparition du CPF ?
Vous les conservez sur votre compte personnel de formation. Vous pouvez cumuler vos heures de DIF en plus des 150 nouvelles heures attribuées au titre du CPF. D'ici le 31 janvier 2015, vous devriez recevoir un attestation écrite de votre employeur vous informant de votre solde DIF au 31 décembre 2014. Attention à bien conserver ce document, il vous permettra de créditer votre CPF avec les heures de DIF que vous n'aviez pas consommées. Vous aurez ensuite jusqu'au 30 décembre 2020 pour utiliser votre DIF. Au-delà de cette date, toutes ces heures seront perdues.

8. Qui gère le CPF ?
Ce n'est plus votre entreprise qui se charge de mettre à jour votre compteur, mais la Caisse des Dépôts et Consignation qui a créé un site dédié,  www.moncompteformation.gouv.fr , sur lequel vous pourrez consulter vos comptes à compter du 5 janvier prochain. Attention, les heures de DIF ne seront pas automatiquement créditées. Il vous faudra impérativement fournir un justificatif à l'OPCA, l'organisme qui financera la formation que vous aurez choisie pour pouvoir les utiliser.

9. Qui financera la formation choisie ?
Les frais pédagogiques et les frais annexes (transport, repas, hébergement) sont pris en charge par les OPCA (Organismes paritaires collecteur agréé), c'est-à-dire les organismes qui collectent la taxe professionnelle et financent les formations. Votre salaire, lui, sera pris en charge à 50% par l'OPCA, 50% par votre entreprise, dans le cadre des fonds affectés au CPF (0,2% de la masse salariale pour les entreprises de plus de 20 salariés). Les entreprises peuvent aussi choisir de gérer le CPF en interne via un accord d'entreprise. C'est alors l'employeur qui financera tous vos frais durant votre formation, y compris votre rémunération. "A savoir, la loi prévoit que la nature des frais engagés puisse s'étendre aux frais de garde des enfants ou de parent à charge", note Abdelkader Berramdane. L'employeur peut toutefois prévoir un plafond de remboursement. L'OPCA, lui, calcule les frais au prorata du coût de la formation.

10. Auprès de qui puis-je me renseigner ?
Auprès des cabinets qui seront bientôt habilités à dispenser le nouveau "conseil en évolution professionnelle". Mis en place à partir de janvier 2015, il sera ouvert à tous, à titre gratuit, de l'entrée sur le marché du travail jusqu'au départ en retraite. Les salariés, les auto-entrepreneurs, les artisans, les professions libérales et les fonctionnaires peuvent en bénéficier. L'objectif est de prendre du recul sur son parcours professionnel en vue de choisir une formation adaptée à son projet, mais aussi d'étudier les leviers de financements possibles. L'accord de l'employeur n'est pas utile, le CEP ayant lieu en dehors du temps de travail. Il n'existe pas de durée minimale ni maximale de la prestation. Pour en bénéficier, il faut s'adresser au Fongecif (Fonds de gestion des congés individuels de formation) pour les salariés, Pôle emploi pour les chômeurs ; Cap emploi pour les personnes handicapées, l'Association pour l'emploi des cadres pour les cadres, les missions locales pour les jeunes de 16 à 25 ans sortis du système scolaire sans qualification.

Sandrine Chauvin © Capital.fr

Le compte personnel de formation au sein de la formation professionnelle sur :
http://www.moncompteformation.gouv.fr/le-compte-personnel-de-formation/presentation/le-compte-personnel-de-formation-au-sein-de-là

Modèle de lettre à transmettre au salarié  8)

Objet : information sur vos droits au DIF au 31/12/2014

Madame, Monsieur,
Dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle telle qu’issue de la loi du 5 mars 2014, le Droit Individuel à la Formation (DIF) est remplacé par le Compte personnel de formation (CPF) à compter du 1er janvier 2015.
Ce nouveau dispositif permet à tout salarié d’acquérir des droits de formation tout au long de sa vie professionnelle et de les utiliser dans le cadre d’un projet professionnel : acquérir des connaissances de base ou une qualification (diplôme, CQP…), ou valider des acquis de l’expérience (VAE).
Vos droits acquis au 31 décembre 2014 au titre du DIF sont maintenus et transférés sur votre CPF. Cependant, ces heures DIF sont valables jusqu’au 31 décembre 2020.
Votre solde DIF au 31/12/2014 : ……….. Heures.

Vous pouvez dès à présent reporter ces heures sur votre Compte personnel de formation (CPF) en allant sur le site officiel : www.moncompteformation.gouv.fr.
Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
  NOUVEAU - le Compte Personnel de Formation (CPF) : mise en place effective au 1er janvier 2015 remplace le DIF et le CIF  
Compte personnel de formation (CPF)
Vérifié le 01 janvier 2017 - Direction de l'information légale et administrative
Le compte personnel de formation (CPF), alimenté en heures, est utilisable par tout salarié, tout au long de sa vie active, pour suivre une formation qualifiante. Le CPF a remplacé le droit individuel à la formation (Dif) mais les salariés ne perdent pas les heures acquises au titre du Dif et pourront les mobiliser jusqu'au 31 décembre 2020.
Le CPF fait partie du compte personnel d'activité (CPA).
Le Compte Personnel de Formation (CPF) : ce qu’il faut retenir  :P
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F10705

Citer
Congé individuel de formation (Cif)
https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F14018
Vérifié le 01 janvier 2017 - Direction de l'information légale et administrative.
Le congé individuel de formation (Cif) est un congé qui permet au salarié de s'absenter de son poste afin de suivre une formation pour se qualifier, évoluer ou se reconvertir. Le Cif est ouvert sous conditions. Il est accordé sur demande à l'employeur. Le salarié est rémunéré pendant toute la durée de la formation.

1. Que deviendront le DIF et le CIF avec le CPF ?
Le droit individuel à la formation (DIF) va disparaître et laisser place au Compte personnel de formation (CPF). Les heures acquises et non utilisées par le salarié, au titre du DIF, seront transférées sur son CPF dès le 1er janvier 2015. Le salarié disposera d’une durée de 6 ans, soit jusqu’au 1er janvier 2021, pour mobiliser ces heures. Ces dernières sont mentionnées dans le CPF mais elles seront entièrement cumulables avec celles acquises au titre du CPF. Quant au CIF (Congé individuel de formation), loin d’être supprimé, il profitera d’une aide supplémentaire pour permettre à un plus grand nombre d’en bénéficier.

2. CPF : quelles seront les formations concernées ?
Les formations éligibles au CPF devront être obligatoirement qualifiantes  ou permettre d’acquérir le socle de connaissances et de compétences, c’est-à-dire tout ce qu’il est indispensable de maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire en France. Les autres formations éligibles au CPF devront figurer sur une liste qui sera élaborée par les Conseils régionaux, les partenaires sociaux, et les branches professionnelles. Ces formations correspondent le plus souvent aux besoins économiques prévisibles. Ces listes seront, quant à elles, régulièrement mises à jour.

3. Quel sera le rôle de l’entreprise et qui gérera le CPF ?
La gestion des comptes ne se fera plus par l’entreprise mais par la Caisse des Dépôts et Consignations. L’entreprise n’aura plus de droit de regard sur le compte de formation du salarié. Toutefois, elle est responsable de le former et d’envisager ses possibilités d’évolutions professionnelles et les formations qui peuvent y contribuer. Notamment au cours d’entretiens professionnels rendus obligatoires et qui doivent avoir lieu tous les deux ans. La Caisse des Dépôts et Consignations se verra chargée des droits inscrits dans le CPF. Elle sera également tenue de rendre accessibles ces informations via un service dématérialisé gratuit permettant à chaque salarié d’avoir un regard sur son CPF. Des informations concernant les formations éligibles et les abondements complémentaires envisageables seront également disponibles.

4. Comment seront comptabilisées les heures de formation ?
Le compte personnel de formation est crédité en heures à la fin de chaque année. Il ne peut excéder 150 heures de formation sur 8 ans. Ainsi, il est alimenté de 24 heures par année de travail à temps complet pendant 5 ans. Puis, de 12 heures par année de travail à temps complet pendant 3 ans. Pour le salarié qui n’a pas accompli une durée de travail à temps complet sur l’année, les heures créditées sont calculées proportionnellement au temps de travail effectué. Sont prises en compte les périodes d’absence liées à un congé de maternité, de paternité, d’adoption, ou à une maladie professionnelle et à un accident de travail.

5. Quand peut-on mobiliser son CPF ?
Contrairement au DIF, le salarié n’a pas besoin d’obtenir l’accord de son employeur lorsque la formation est suivie hors temps de travail. Dans le cas où le salarié mobilise son CPF sur son temps de travail, il est tenu de demander l’accord à son employeur sur le contenu et le calendrier de la formation. Les délais de demande et réponse entre le salarié et son employeur restent à définir par décret. Dans le cas où il s’agit d’acquérir le socle de connaissances et de compétences, de bénéficier d’un accompagnement à la VAE et en cas d’accord de branche ou d’entreprise, l’approbation de l’employeur sur le contenu de la formation n’est pas nécessaire, même lorsque la formation est suivie sur le temps de travail.

6. Qu’en est-il pour les demandeurs d’emploi ?
Les demandeurs d’emploi n’acquièrent pas d’heures de formation durant la période de chômage. Néanmoins, ils peuvent mobiliser les heures cumulées sur leur CPF. S’ils ne disposent pas du nombre d’heures nécessaires pour suivre la formation, le Pôle emploi mobilise les financements complémentaires après validation du projet de formation. Les frais pédagogiques et les frais annexes engagés dans le cadre du suivi de formation sont pris en charge par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP).

7. Comment bénéficier d’abondements complémentaires ?
Lorsque les heures comptabilisées sur le CPF sont inférieures à la durée de la formation, le titulaire, à sa demande, peut bénéficier d’abondements complémentaires lui permettant de garantir le financement de cette formation. Ces heures peuvent être financées par l’employeur, lorsque le titulaire est salarié ou par le Pôle emploi lorsqu’il est au chômage. Elles peuvent également être financées dans certains cas par l’Opca et l’Opacif, les régions, l’Etat et la CNAV. Lorsque le titulaire du compte est handicapé, il peut bénéficier d’un financement de l’Agefiph, qu’il soit salarié ou demandeur d’emploi.

8. Quel impact sur le CPF en cas de changement de situation professionnelle (chômage, licenciement) ?
Les salariés qui changent d’emploi ou qui alternent fréquemment périodes de chômage et d’emploi sont assurés de conserver leurs droits intacts. Le CPF ne peut être diminué du fait d’un changement de situation professionnelle et ne peut être débité sans l’accord de son titulaire. Quel que soit le changement de situation, les heures cumulées restent créditées sur le compte y compris en cas de licenciement, même pour faute lourde.

9. Comment avoir accès à son CPF ?
Chaque personne aura la possibilité de consulter le nombre d’heures disponibles sur son compte grâce à un service dématérialisé géré par la Caisse des dépôts et Consignations. Ce service aura également une visée informative. Le titulaire du compte pourra ainsi se renseigner sur les formations éligibles et les abondements complémentaires susceptibles d’être sollicités. Ce service intègrera la possibilité, pour chaque titulaire de compte, de disposer d'un passeport d'orientation, de formation et compétences qui retracera les formations et les qualifications suivies.

10. A qui s’adresser pour obtenir des informations et un accompagnement ?
Le CPF prévoit la mise en place d’un accompagnement dans le cadre du Service Public Régional de l’Orientation. L’accompagnement est prévu sous la forme d’un  conseil en évolution professionnelle, extérieur à l’entreprise, qui reste à définir. On sait toutefois qu’il s’agit d’un service gratuit géré par le Pôle emploi, l’Apec, Cap emploi, les missions locales et les Opacif.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6728
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil

Ce qui a changé en 2015 ?

Les modalités de mise en place du compte personnel de formation (CPF) ont été précisées dans deux décrets publiés au Journal officiel du samedi 4 octobre 2014, le CPF est entré en vigueur depuis le 1er janvier 2015.
Le compte personnel de formation est un nouveau dispositif d’accès à la formation, son but est de permettre aux salariés d’augmenter leur niveau de qualification en sécurisant leur parcours professionnel.
Il accompagnera l’individu tout au long de son parcours professionnel, quelque soit son statut (salarié, demandeur d’emploi) et même sil est amené à changer d’employeur.
Sur ce compte on capitalise un droit à la formation en nombre d’heures, à hauteur de 24 heures par an jusqu’à 120 heures, puis de 12 heures jusqu’à la limite de 150 heures au total, pour un CDI à temps plein.

Le nombre d’heures pour les temps partiels est calculé aux proratas.
Même un jeune sortant des études et en recherche d’un emploi, est concerné par ce dispositif, car le CPF concerne toutes les personnes engagées dans la vie active, indépendamment du statut.
C’est une bonne nouvelle pour les bénéficiaires, plus d’obligation d’être uniquement salarié pour pouvoir se former toute sa vie et en parfaite autonomie.
Le salarié est libre de gérer ses heures comme il l’entend, de plus le choix de sa formation n’est plus soumis à l’accord de l’entreprise.
Ceci est un changement notable, puisque c’est le salarié qui prend la décision du choix de sa formation, à savoir que la formation a lieu hors du temps de travail.
Dans certaines situations, le compte pourra être abondé par l’entreprise, dans le cadre d’un accord d’entreprise où d’un un accord de branche.
Consulter le texte de la loi n° 2014-288 du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale.

Pierre

  • Invité
Bonjour,
Ayant 2 années d'expérience dans le transport d'organes et de p.s.l. je cherche les sociétés qui recrute dans ce domaine sur le bassin genevois.
Auriez-vous un conseil ou même pourquoi pas un piston ?

Merci d'avance pour votre réponse.

Cdlt