Auteur Sujet: Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??  (Lu 26946 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #15 le: 06 septembre 2013, 18:40:45 »
Jeunes conducteurs ; les retraits de permis pour dépassement de la vitesse autorisée chez les jeunes se multiplient pourtant la majorité des jeunes sont sensibilisés et sont décideurs pour éviter les risques cependant on constate qu’il n’y a pas de prise de conscience réelle pour certains.

Quid des jeunes ?
"Il ne faut pas négliger que, chez les 15-25 ans, l’envie de sensation, la libération de la dopamine, le rapport au plaisir immédiat pousse à rechercher les sensations produites par la vitesse".

Faits :
Les jeunes conducteurs de 18 à 25 ans sont surreprésentés dans les accidents de la route : même s'ils sont titulaires de seulement 10 % des permis de conduire, ils représentent  23 % des conducteurs impliqués dans les accidents avec dommages corporels. Les principales causes sont l'inexpérience et la témérité.

Alcool :
Pour un taux d'alcoolémie semblable, les jeunes conducteurs présentent un risque relatif d'accident mortel beaucoup plus élevé que les conducteurs plus âgés.

Drogues :
La consommation de drogues est une réalité chez les jeunes, surtout celle du cannabis. Il est plus fréquent de constater que les jeunes conduisent sous l'influence du cannabis que de l'alcool.

Vitesse :
Les jeunes conducteurs sont beaucoup plus fréquemment impliqués dans des accidents où la vitesse est en cause dans un accident grave voir mortel.

Téléphone :
Près d'1 accident sur 10 lié à l’usage du téléphone  :-[
Utiliser un téléphone n’est pas compatible avec la conduite. Dès la sonnerie, la concentration du conducteur est détournée de la route.
Les conducteurs qui téléphonent alors qu'ils sont en train de conduire ont 3 fois plus de risque d’avoir un accident (que ceux qui ne téléphonent pas). Le danger provient du fait que l'attention du conducteur au téléphone est détournée de la tâche de conduite. Ainsi, le risque est sensiblement le même avec un kit mains-libre et un téléphone tenu à la main.

Télévision/ordinateur :
Par ailleurs, le Code interdit le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d'un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d'un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #16 le: 09 septembre 2013, 10:23:38 »
Sur la route, 76% des tués sont des hommes... Pourquoi, demande l'assureur MMA ??

http://sosconso.blog.lemonde.fr/2013/06/25/quand-la-virilite-sexprime-au-volant/

Le goût de la vitesse :
Les hommes conduisent plus vite que les femmes. En cas d'accident grave dû à une vitesse excessive, "la proportion homme/femme est de 75%/25%", indique le commandant Jean-Pierre Jurkowski, chef du traitement judiciaire des accidents à la Préfecture de police de Paris.
Caroline Gastard, animatrice de stages de récupération de points, reçoit essentiellement une clientèle masculine ayant commis de grands excès de vitesse.

Chez les jeunes garçons et filles, les hormones :
"Même si la notion de rite de passage entre l'adolescence et l'âge adulte est de moins en moins présente, le fait de prendre le volant reste une période délicate pour les jeunes hommes", assure Jean Pascal Assaily, psychologue et chercheur à l'institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar).

A dix-huit ans, âge à partir duquel on peut passer le permis, "les jeunes filles voient leur taux d'œstrogène multiplié par trois, tandis que le taux de testostérone des garçons est multiplié par 14  :o c'est un véritable bombardement d'hormones", 
Les jeunes prennent donc plus de risques ; "Ils sont dans le registre de l'infraction avec la vitesse, l'alcool, le cannabis, le refus de priorité ou le franchissement de lignes blanches continue, les dépassements en agglomération".
En témoignent les chiffre de l'accidentalité : sur 10 tués entre 15 et 25 ans, 8 sont des hommes.
"Les hommes sont impliqués dans 92% des accidents mortels où l'alcool est en cause, avec un taux moyen dépassant 1,5 gramme par litre",
Bertrand Parent, auteur de : Un jour, sur la route, j'ai tué un homme (MaxMilo 2012), et devenu un militant de la sécurité routière allant notamment dans les lycées, se désole d'ailleurs "de la peur des jeunes filles de dire non pour rentrer de discothèque avec un copain qui n'est pas en état de conduire."

Faut-il se réjouir du succès de Coyote ?
"45 000 'Oyo by Coyote' commandés trois semaines après son lancement", "Coyote s'offre un bain de foule pour fêter son deux millionième utilisateur", "Coyote ouvre un magasin avenue de la Grande Armée"...
Comment ne pas se réjouir du succès d'une société française qui a découvert le bon filon pour exploiter l'incivilité routière en compagnie des fabriquants de grosses cylindrées ? 

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #17 le: 11 septembre 2013, 12:08:03 »
Voici deux exemples qui démontrent que la prévention pas plus que la répression ne les a pas atteint = Carton rouge   ;)

En Basse-Normandie, deux conducteurs trop pressés on été contrôlés deux fois d'affilée à 200km/h et interceptés
La gendarmerie ne relâche pas sa vigilance sur les routes de France durant l'été, bien au contraire. Vendredi 2 août dernier, deux conducteurs ont été interpellés pour deux excès de vitesse successifs de près de +70km/h dans le Calvados.
C'est vendredi 2 août à 21h, sur l'autoroute A84 ça roule mais au niveau de la commune de SAINT-OUEN-DES-BESACES (14), les gendarmes du peloton motorisé veillent et relèvent en peu de temps deux infractions à l'encontre de deux automobilistes, circulant à des vitesses enregistrées de 200 km/h au lieu des 130 km/h autorisés.
La leçon n'est pas suffisante car 20 kilomètres plus loin, sur la commune de MONTS-EN-BESSIN (14), ces deux mêmes conducteurs sont de nouveau contrôlés à la vitesse de 194 et 198 km/h. Ils seront interceptés à hauteur de la bretelle d'accès du périphérique de CAEN (14).
Conclusion : Leur permis de conduire leur a été immédiatement retiré et il seront convoqués devant le tribunal de police. Cette intervention des gendarmes a été saluée par les autres usagers de la route témoins des faits.

Sources : SIRPA gendarmerie
https://www.facebook.com/gendarmerienationale/posts/571799762884223?comment_id=1993697

Une vidéo parlante " Avant de Mourir " ... que feriez vous ??

Et... Une fête des mères bien singulière !   http://vimeo.com/88788450#new

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #18 le: 11 septembre 2013, 13:18:03 »
«Je savais que ma soirée allait être arrosée... j’appartiens à une génération qui connaît les dangers de l’alcool au volant, pour soi mais également pour son permis ! J’ai donc fait le choix du vélo…» Aujourd'hui Simon s’en mord les doigts. Parce que cet ingénieur toulousain vient d’être privé de son permis de conduire pour quatre mois par la justice plus 500 € d’amende... La peine minimum paraît-il ??
Sa soirée arrosée remonte au début juin à Toulouse. Après s’être bien amusé et avoir pas mal bu, il rentre chez lui vers 5 heures du matin. Arrivé devant la gare Matabiau, une mauvaise surprise mais grand classique du vendredi matin : un vaste contrôle de police. «Je suis passé tranquille en me disant que j’avais bien fait de prendre un VélÔToulouse»,  mais il perd vite son sourire. «Un policier m’a fait signe de m’arrêter. Le contrôle a montré ce que je savais : j’étais positif à l'alcootest. J’ai été ramené au commissariat avec en prime une leçon de morale.
Le passage au contrôle relève son alcoolémie : 0,68 mg, soit 1,36 g d’alcool dans le sang. Bien au-dessus des limites autorisées.
«Lors d’une infraction sur un vélo, feu rouge, alcool, téléphone, on ne peut pas vous enlever de point sur votre permis. Et une sanction de suspension administrative n’est pas possible, explique un spécialiste de lutte contre l’insécurité routière. En revanche, le parquet est maître des poursuites et peut vous renvoyer devant un tribunal ou choisir une mesure alternative pour la poursuite.»

Simon a ainsi été un peu surpris de recevoir une convocation en justice. «Après mon arrestation, j’ai quitté le commissariat au bout d’environ 3 heures. Puis j’y suis repassé pour récupérer mon permis de conduire. À partir de là, je pensais que cette histoire était terminée.»

Pas vraiment. La suite a eu lieu la semaine dernière au tribunal de grande instance de Toulouse dans le cadre d’une ordonnance pénale. «Nous étions une cinquantaine dans une salle. Nous avons eu droit à 1 h 30 de débat sur les dangers de l’alcool au volant. Rien de nouveau. Puis en 5 minutes, mon cas a été réglé. Suspension plus amende. J’échappe juste aux six points en moins sur mon permis.»

Même s’il est conscient de son erreur, Simon avoue son agacement. «On ne peut pas boire et conduire c'est D’accord. À Toulouse, les vélos en libre-service offrent une possibilité quand le métro, dont les dernières rames arrêtent à minuit en semaine, est fermé. Je sais aujourd’hui que ce n’est pas la bonne solution. Je suis convaincu que beaucoup d’usagers l’ignorent. Moi je me retrouve avec une lourde amende à payer et je suis privé de permis de conduire alors que je recherche un emploi. C’est lourd. Trop à mon avis  ???  »

Citer
Peut-on perdre des points si l'on circule à vélo ?
- Non, la circulaire du ministère de l'intérieur du 11 mars 2004 exclu le perte de points à vélo : "il ne peut y avoir de retrait de points que pour les infractions commises avec un véhicule pour la conduite duquel un permis de conduire est exigé".
Cette analyse a été confirmée par le conseil d'Etat dans sa décision du 8 décembre 1995.
- Ainsi une infraction au code de la route commise à bicyclette, en voiturette, avec un tracteur agricole ne donne pas lieu à retrait de points.

Peut-on me suspendre mon permis suite à une infraction à vélo ?
- Oui une infraction grave, comme la conduite en état d'ivresse ou la mise en danger d'autrui commise à vélo, avec une voiturette ou un tracteur agricole peut être soumise au juge pénal. Dans ce cas le juge peut ordonner la suspension judiciaire du permis de conduire.

La suspension ne constitue qu'une privation à titre temporaire du permis de conduire, elle n'implique donc pas de repasser les épreuves du code et de la conduite pour retrouver le droit de conduire.
La condamnation par le juge, même à une suspension du permis de conduire, peut toutefois conduire à terme à une perte de celui-ci. Mais cette perte du permis (son invalidation) découlera de la décision de retrait de points. Tout dépendra donc du solde de points de l'automobiliste.
Si le juge pénal entre en voie de condamnation, le prononcé d'une peine de suspension de permis de conduire s'avère presque systématique en cas d'infraction grave au Code de la route.
La durée de cette suspension peut aller jusqu'à trois ans pour la plupart des infractions.

 

Jean Cohadon La Dépêche du Midi

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #19 le: 12 septembre 2013, 13:39:51 »
Encore un exemple où la prévention n'a pas eu de prise !!  ???
Le tribunal correctionnel a examiné une affaire pénible : celle de l’accident mortel survenu à Adé, le 18 novembre 2012, à 6 h 20 du matin : un accident où alcool et cannabis étaient en cause.

On était loin de l’arrogance hélas ! trop souvent habituelle de certains jeunes prévenus, qui fanfaronnent à la barre, encore totalement inconscients de la gravité des actes qui les ont conduits dans un prétoire. Vincent Mz, 21 ans, a le regard triste, la mine accablée et contient ses larmes au prix d’un effort intense. Ce matin du 18 novembre 2012 est inscrit dans sa mémoire, si profondément que ça saute aux yeux. Ce 18 novembre, l’équipe de foot d’Argelès part disprostituéer un match à Cazères. Ils sont accompagnés par leur entraîneur, dans un minibus. Au retour, les jeunes, qui ont acheté des packs de bière, boivent plus que de raison. Vincent, lui, a du «H» en poche et fait circuler deux ou trois pétards. De retour à Argelès, Vincent et quatre autres copains décident de continuer la fête : ils empruntent le véhicule de l’une des mères et se rendent à Tarbes, chez un autre copain, où l’alcool continue à couler et le «H» à circuler. Puis, ils décident d’un arrêt en boîte de nuit, sur le chemin du retour vers Argelès.
Ils «picolent» encore : l’un d’eux ira se coucher dans la voiture, les autres ne tiennent pratiquement plus debout. Vincent se sent en état de conduire, ses copains le croient aussi. Il prend donc le volant, mais il n’ira pas bien loin, avec 1,3 g d’alcool et 3 g de «H» dans le sang.
  Sans doute victime d’un endormissement, le conducteur laisse dériver son véhicule sur la gauche. En face, arrive la voiture de Marcel P.., 73 ans. Le choc est inévitable. Dans la voiture des cinq jeunes, c’est le carnage : l’un d’eux, coincé au milieu de l’amas de tôle, hurle et se débat. Les autres sont en piteux état. Mais c’est pire dans la voiture de Marcel, le retraité agonise et mourra dans l’ambulance qui l’évacue vers l’hôpital.
«On voit bien que ce n’est pas votre personnalité cette affaire, mais vous avez tout fait pour vous mettre en condition de commettre l’irréparable, assène la présidente d’un ton désolé.
Combien faudra-t-il de jeunes comme vous pour que ça cesse ?  ::)
Est-ce qu’il faut une vie pour que vous compreniez la leçon ?
Vous allez traîner cette culpabilité tout au long de votre vie. M. P... n’attendait pas ça…»
A la barre, Vincent baisse la tête en écoutant la présidente et les larmes ne peuvent plus être contenues. La procureure Marion d’Olce va reconnaître elle aussi que Vincent est un jeune homme bien, travailleur, honnête et droit, qui ne boit plus, ne fume plus du tout. Mais si Marcel P... est mort, c’est entièrement de sa faute et cela «mérite une peine exemplaire et un enfermement de 4 mois».  :-X
Un avis que ne partage pas le défenseur du jeune homme Me Sagardoytho, sauf sur la personnalité de son client : «Il est rongé par le remords, par sa culpabilité. Il a affronté le regard de la famille P.... et leur a demandé pardon.
Ce dossier est celui de la désolation et de l’inconscience de la jeunesse.  L’enfermement n’y changera rien, il est déjà emmuré dans son propre chagrin. Une épée de Damoclès serait plus appropriée».
Le tribunal entendra le plaideur : 3 ans de prison avec sursis, annulation du permis.

Message à faire passer  tu bois?   PDB  . . .   :pascontent:

Après le rendu du jugement, la présidente, à son habitude, a fait de la pédagogie : «C’est une peine sévère, compte tenu de la gravité des faits. Continuez dans la voie de la droiture sur laquelle vous vous êtes engagé et surtout, témoignez autour de vous. Cette sanction est un avertissement pour tout le monde.»

Hélène Dubarry la Dépêche du Midi

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Vous avez dit " PREVENTION ?? "   :hein36:

Cap-d’Agde (34). quatre jeunes se tuent lors d’une course entre deux voitures  ???
Terrible drame de la route dans l’Hérault : quatre jeunes, âgés de 20 à 25 ans, ont trouvé la mort lors d’une course-poursuite  :o
Les deux véhicules s’étaient engagés dans une course sur la départementale D612 à 2x2 voies avec terre-plein central entre Agde et le Cap d’Agde lorsque le premier conducteur a perdu le contrôle de sa voiture à la sortie d'un virage pour aller s’encastrer à pleine vitesse dans un arbre, malencontreusement planté à l’entrée de la ville.
Sous le choc, son véhicule, une Peugeot 607, s'est déporté de plusieurs mètres. L'autre automobile, une Renault Mégane qui se trouvait dans son sillage a suivi la même trajectoire.

La violence du choc a été telle que les moteurs ont explosé.
Le premier conducteur et trois des occupants de la Mégane sont décédés sur le coup. Un cinquième, transporté dans un état très grave au CHU de Montpellier, a succombé à ses blessures en milieu de journée.
Trois des victimes ont été identifiées ... il s'agit de cousins et amis qui, selon les premiers éléments de l'enquête, se seraient livrés à cette stupide course poursuite par jeu.

Citer
Des précédents !!
La course-poursuite qui a provoqué la mort de quatre jeunes dans la nuit de jeudi à vendredi au Cap d'Agde est l'une des plus meurtrières depuis une quinzaine d'années. En juillet 1998, trois enfants et leur mère sont morts après avoir été percutés par des grosses cylindrées faisant la course en Seine-Saint-Denis.

- 3 mai 2013 : Un piéton meurt après avoir été fauché à Mantes-la-Ville (Yvelines) par deux voitures se livrant apparemment à une course-poursuite, selon les enquêteurs.

- 20 octobre 2007 : Deux BMW s'engagent dans une course-poursuite entre 120 et 130 km/h sur une route départementale à Plessé (Loire-Atlantique). Une des voitures percute deux adolescents à moto. L'un meurt sur le coup, le second succombe à ses blessures quelques heures plus tard.

- 30 juillet 2005 : Une des deux voitures impliquées dans une course-poursuite à Richebourg (Pas-de-Calais) finit sa route dans le fossé après plusieurs tonneaux, causant la mort de deux passagers.

- 10 juillet 2004 : A la sortie d'une discothèque à Jouarre (Seine-et-Marne), des jeunes répartis dans trois voitures se lancent dans une course-poursuite après avoir consommé de l'alcool et du cannabis et provoquent un accident, tuant deux de leurs passagères. Au tribunal, un des conducteurs raconte qu'il roulait à environ 150 km/h sur une départementale de six mètres de large.

- 10 juillet 1998 : Quatre grosses cylindrées, lancées à 170 km/h sur une portion d'autoroute limitée à 90 km/h à hauteur de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), causent un accident: deux des conducteurs percutent la voiture dans laquelle circulent une femme et ses trois enfants. Les quatre occupants meurent brûlés vifs.

- 23 avril 1998 : Une course de voitures improvisée dans la ZUP de Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle) coûte la vie à un enfant de cinq ans qui traversait la route derrière son ballon.



LaDépêche.fr

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #21 le: 01 juin 2014, 11:44:24 »
C'est un drame terrible qui s'est produit dans la nuit de jeudi à vendredi dans l'Hérault. Cinq jeunes gens ont trouvé la mort au terme d'une course-poursuite en voitures.
Selon les premiers éléments de l'enquête, les véhicules des victimes, amis et cousins âgés de 20 à 25 ans, roulaient à 90 et 130 km/h, là où la vitesse était limitée à 50 km/h.

Le drame s'est produit vers 4 heures sur une départementale, la RD612 reliant Agde au Cap d'Agde, à la sortie de cette ville, où les deux voitures, une Peugeot 607 avec une seule personne à bord et une Renault Mégane avec les quatre autres, se livraient à une course-poursuite, selon la police.

Sur cette 2x2 voies avec terre-plein central, le conducteur de la 607, qui était en tête, a perdu le contrôle de son véhicule à la sortie d'un virage.

Après avoir glissé sur l'herbe sur environ 200 m, il a percuté un arbre. Sous le choc, son véhicule s'est ensuite déporté de plusieurs mètres. La Renault Mégane a suivi la même trajectoire mais les deux voitures ne se sont pas percutées.

Le conducteur de la Peugeot ainsi que trois des quatre occupants de la Renault ont été tués sur le coup. Le quatrième passager de la Renault, 25 ans, grièvement blessé a été hospitalisé à Montpellier, décédant des suites de ses blessures en milieu de journée.

Des proches des victimes ont indiqué que ces jeunes gens étaient passionnés de vitesse mais «C'est ahurissant et insensé que l'on puisse rouler à des vitesses pareilles, par amusement, alors que la limite est fixée à 50 km/h sur des routes ouvertes au public. Cela génère des drames», a commenté de son côté le vice-procureur de Béziers Henri Bec.

La violence du choc a pulvérisé les voitures, le bruit a surpris le directeur et les clients d'un hôtel situé à proximité immédiate du drame. Ils ont cru à une explosion dans l'établissement. Les moteurs ont explosé, il n'en reste que des débris.

Le parquet à Béziers a été saisi de l'affaire et l'enquête confiée au commissariat d'Agde. Les premières analyses effectuées ont permis d'établir que les deux conducteurs étaient sous l'emprise de l'alcool et du cannabis.
 :pascontent:

"Hommage aux 5 jeunes tués sur la route"  Les participants de la marche blanche étaient partagés entre la colère et l'émotion après ce drame.  ::)
«C'est un drame absolu pour notre ville. C'est un véritable choc puisque quatre de ses jeunes étaient natifs d'Agde. C'est un drame aussi pour Vias puisque la cinquième victime est de cette commune. Nous allons renforcer les campagnes de prévention sur la sécurité routière» a expliqué hier soir Gilles d'Ettore, le maire d'Agde qui accompagnait les parents dévastés par cet accident hors du commun.
Vendredi matin, quelques minutes avant le drame, les cinq jeunes répartis dans deux voitures avaient quitté une boîte de nuit du Cap d'Agde dans laquelle, avec d'autres amis, ils avaient fêté le 21e anniversaire de Kevin, le conducteur de la Peugeot 607 qui est venu percuter le pin parasol à l'entrée de la voie rapide de sortie de la station.
Il semble aujourd'hui évident que les jeunes de ce groupe festif avait beaucoup consommé d'alcool : 1,77 g d'alcoolémie pour le conducteur de la 607, 1,55 g pour celui de la Mégane dont le compteur affichait 130 k/h au moment du choc. Les deux conducteurs ont été dépistés positif au cannabis.
Il semble également établi que les deux voitures se livraient à une sorte de course-poursuite entre amateurs de vitesse.  >:D

Citer
Une marche blanche pour des jeunes adultes qui se sont tués tout seuls, à force d'alcool, de cannabis, du non-respect des règles de conduite ???
Je trouve cela choquant.
L'un des participants incriminait les "commerçants qui continuent à servir des clients alors qu’ils sont ivres et qu’ils risquent de prendre leur voiture."
Ainsi que les "forces de l’ordre qui doivent être encore plus présentes à la sortie des boîtes de nuit pour éviter ce type d’agissements suicidaires".

Ce genre de propos me laisse sans voix. Les morts étaient tous des adultes âgés de 22 à 27 ans et deux étaient pères de famille. Quelle immaturité.  :-\
Le meilleur "Hommage" qui pourrait être rendu serait que tous les jeunes d'AGDE et de VIAS, respectent une vitesse raisonnable, le code de la route et n'aient jamais d'accident jusqu'à leurs retraites !
Prendre ce terrible accident pour les familles chargées de l'éducation de leur progéniture comme une sérieuse leçon serait super un hommage à tous les accidentés de la route qui auraient pu en plus, faire des victimes innocentes.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #22 le: 01 juin 2014, 17:20:44 »
Et ça continu ... drame à Noisy-le-Sec ... Un ouvrier tué sur le coup

A l'occasion d'un mariage qui réunissait 200 personnes, une course entre deux invités à bord de deux bolides de location a fait un mort.  >:(
15h45, en plein centre-ville de Noisy-le-Sec. Deux grosses cylindrées jouent à piquer des pointes de vitesse à deux pas de la mairie. Une zone pourtant limitée à 30 km/h. Un des conducteurs perd le contrôle de son bolide. C'est à ce moment là qu'il percute un ouvrier qui charge des gravats dans son camion. L'homme âgé d'une quarantaine d'années est mort sur le coup. Il était marié et père de trois enfants.  furax

«Les conducteurs avaient une Mercedes et une Porsche Cayenne. Mais il y avait aussi deux Ferrari et une Lamborghini dans le cortège», a précisé le maire, ajoutant que l'accident s'était produit en plein milieu d'après-midi dans une rue étroite du centre-ville où il y a beaucoup de piétons.

A l'instar d'autres communes de France, la municipalité de Noisy-le-Sec fait signer depuis 2012 à tous les futurs époux qui viennent déposer leur dossier une «charte de bonne conduite».
 Elle stipule le respect des horaires, de la salle des mariages, de la tranquillité des riverains, ainsi que celui du code de la route.
«Depuis deux ans, on constatait qu'il y avait moins d'incivilités», a indiqué M. Rivoire, qui plaide désormais pour «un véritable engagement moral des mariés et, surtout, qu'ils fassent connaître cette charte à leurs invités».
Selon une source judiciaire, les deux automobilistes, âgés de 22 et 27 ans, étaient encore en garde à vue samedi.

«Aucune trace d'alcool et de stupéfiants n'a été trouvée sur eux», a précisé cette source, les circonstances de l'accident étant encore «à déterminer».

MORTALITÉ EN DEUX ROUES : 6 motocyclistes tués depuis le début du mois

HALTE À L'HÉCATOMBE !
C'est un appel à la responsabilité de chacun qui est lancé car déjà 15 pilotes de deux roues tués sur les routes du département depuis le début de l'année.
Hier après midi une opération de sensibilisation était menée pour appeler les motards à la prudence.
Force est de constater qu'en deux heures trente de contrôle, les gendarmes de l'Escadron Départemental de Sécurité Routière ont encore relevé les infractions suivantes :
- 4 casque non attaché... qui ne sert à rien en cas de chute
- 1 casque non homologué (casque de ski    :P)
- 5 plaques d'immatriculation non conforme ou illisible afin de "zapper" les radars
- 1 défaut de rétroviseur... comme ça tu ne perds pas de temps
- 1 défaut d’assurance.... ça c'est hyper nul  >:(
- 1 défaut de permis .... et ça ce n'est pas mieux

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #23 le: 19 décembre 2014, 15:53:02 »
A 74 ans, elle parcourt 41 km à contresens sur l'A61  :o

Elle explique s'être trouvée «complètement perdue». Dans la nuit de mercredi à jeudi hier, une conductrice âgée de 74 ans a parcouru 41 km à contresens sur l'autoroute A61 avant d'être interceptée par les gendarmes du peloton motorisé de Villefranche-de-Lauragais.
Dans la soirée, la septuagénaire avait quitté son fils, qui habite Toulouse, pour rentrer chez elle à Ramonville-Saint-Agne, une commune limitrophe. Mais en pleine nuit et sous une pluie battante, elle s'est trompée de route et a emprunté l'autoroute A61, filant en direction de Villefranche-de-Lauragais et s'éloignant ainsi de son point de destination. Réalisant son erreur, elle a pris la sortie de Nailloux, une commune située à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse. Là, elle a tenté de faire demi-tour pour s'engager de nouveau sur l'A61 afin de regagner Toulouse. Mais elle a pris une bretelle de sortie en sens interdit et s'est retrouvée de nouveau sur l'autoroute en direction de Villefranche-de-Lauragais… cette fois en contresens.

Pas d'accident  :P
Ce sont des témoins qui, voyant filer cette automobile dans le mauvais sens sur la voie rapide, ont prévenu les gendarmes. Les motards de Villefranche-de-Lauragais l'ont rattrapée peu avant les portes de Toulouse et l'ont interceptée au niveau de l'aire de repos de Toulouse Sud. Il n'était pas tout à fait 22 h 30. La septuagénaire venait de parcourir 41 km à contresens et par chance, elle n'avait eu ni provoqué aucun accident ! Les gendarmes l'ont trouvée dans un état de grande panique. C'est son fils, qu'elle avait quitté plus tôt dans la soirée, qui est venu la chercher. Elle devrait être convoquée prochainement chez les gendarmes pour tenter de s'expliquer à tête reposée.

Dans le département de la Haute-Garonne, il s'agit du troisième incident de cet ordre en deux mois. Le 15 octobre dernier, en plein jour cette fois, un octogénaire avait parcouru 25 km à contresens sur l'autoroute A68 entre Toulouse et Albi. Il avait finalement été rattrapé sans casse par la Mégane RS des gendarmes haut-garonnais. Le lendemain de cet incident, c'est sur l'A64, peu avant le péage de Muret, qu'un Renault Trafic qui circulait à contresens avait percuté de plein fouet un poids-lourd. Là encore, l'accident n'avait miraculeusement fait aucun blessé.

Une personne âgée sera potentiellement amenée, un jour, à cesser de conduire. La vision et l’ouïe se dégradent, les temps de réaction se rallongent et la mobilité du corps est de plus en plus limitée (rhumatismes = moins de souplesse).
D’un autre côté, avec l’âge, on accumule aussi de la pratique voire la sagesse de la conduite, ce qui assure un surplus d’expérience au volant comparativement à des conducteurs plus jeunes.

Commentaires des lecteurs :
Ce n'est pas toujours une question d'âge non plus, ce soir-là sous une pluie battante elle n'a pas vu, sans doute le panneaux d'interdiction sur la bretelle d'accès de l'autoroute.
Si vous arrivez à 74a aurez-vous encore les facultés nécessaires pour conduire et pour remettre en cause votre manière de vous déplacer ?

Se tromper ... pourquoi pas ? on est des humains et ça peut arriver à tout le monde !
Mauvaises conditions d'éclairages, météo exécrable, environnement méconnu, panique... Mais faire 41Km à contresens ??? il faut une certaine suite dans les idées ou être totalement déconnecté de son environnement ! On est sur une autoroute, voie à sens unique où personne ne doit arriver en face, les panneaux de signalisation GÉANTS sont à l'envers !!! il faut pas 41 km pour s'en apercevoir ! Quel que soit l'âge c'est inadmissible.

Mathilde Tournier la Dépêche du Midi

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #24 le: 19 décembre 2014, 15:56:30 »
Conducteurs âgés ... en cas d’accident, les proches sont-ils responsables comme lorsqu'ils laissent partir un conducteur alcoolisé au volant de son véhicule ?  ::)

Les proches d’un automobiliste âgé, inapte à la conduite, portent-ils une responsabilité en cas d'accident ?
Le procureur de la république d’Alsace a posé la question de savoir qui porte la responsabilité en cas d'accident :
- le conducteur lui-même ?
- Ses proches ?
- Les personnes âgées (à partir de quel âge ? ) doivent-elles être testées sur leurs capacités à conduire ?
- Les proches pourraient ils être poursuivis pour homicide involontaire.  :-[

Une fois de plus, le débat sur les personnes âgées au volant est re-ouvert. Cette fois, il se déplace sur le terrain juridique, à l’occasion d’une affaire jugée mercredi 2 juillet 2014.
Un conducteur de 89 ans a mortellement heurté un motard et grièvement blessé son fils de 13 ans, en 2013 dans les Vosges. L’octogénaire avait refusé la priorité.
Suite à une expertise psychiatrique, les magistrats ont conclu à "l'abolition de son discernement" lors des faits, en raison d'un "syndrome démentiel sévère".

L’homme a été reconnu pénalement irresponsable.  :(

Homicide involontaire
Convaincu que le drame aurait pu être évité, le procureur de la République d'Épinal a réagi, en lançant un avertissement public, en présence du préfet : il pourrait poursuivre les proches, qui ont laissé ce conducteur prendre le volant malgré son état de santé, pour homicide involontaire. Ce serait une première.

Le drame aurait pu être évité
 "Si le législateur refuse d'imposer l'examen médical systématique des automobilistes à partir d'un certain âge, je refuse pour ma part la fatalité", prévient le procureur Etienne Marteaux, sur Lefigaro.fr. "J'estime que le proche d'un conducteur extrêmement dangereux au volant peut voir sa responsabilité engagée avec un lien de causalité indirect". Selon l’avocat des victimes, des voisins s’étaient déjà inquiétés du comportement dangereux de ce conducteur, sans pour autant le signaler aux autorités.

Devoir de signalement
Contrairement à bon nombre de pays européens, il n’existe pas en France de contrôles obligatoires et réguliers pour mesurer l’aptitude à conduire. Toutefois, un signalement transmis à la gendarmerie ou au Préfet peut entraîner, un examen médical, puis une suspension, provisoire ou non d’un permis de conduire. Cette procédure s’appuie sur l’article R.221-14 du code de la route.

"Un moyen inadmissible"
Tout le monde est d’accord pour reconnaître que les personnes qui ne peuvent plus conduire se mettent en danger et peuvent provoquer un accident. Mais "appeler les proches à dénoncer leur parent âgé aux autorités, sous peine d’être poursuivis pour homicide involontaire, surtout pas ! C’est inciter à la délation", proteste maître Eric de Caumont, avocat spécialisé dans le domaine de l’automobile. Le comportement au volant des personnes très âgées est "un enjeu de sécurité publique" convient-il, mais faire pression sur les proches est un moyen totalement "inadmissible, c'est prendre en otage celui qui ne dénonce pas son grand-père!".

"Quand on aime son grand-père, sa grand-mère ou ses parents on les retient"
Bon nombre des gens savent se raisonner et s’arrêter de conduire au bon moment, argumente l'avocat. Ensuite parce qu’il préfère "une prévention intelligente". Et de citer le slogan de la Sécurité routière "Quand on aime quelqu’un on le retient !".

Examen médical
Mais selon lui, le vrai problème est l’absence d’examen médical obligatoire pour les conducteurs âgés, négligé faute de courage politique. On pourrait aussi dire faute de financement. Mais que faire quand une personne inapte refuse d’entendre raison et persiste à prendre le volant ?
 "Si vraiment on estime que ce n’est plus possible, on prend librement ses responsabilités, répond maître de Caumont, et on dit 'papa, je t’aime et je vais présenter un dossier aux autorités pour tu arrêtes de conduire'."
Le débat est ouvert.  8)


Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #25 le: 19 décembre 2014, 16:01:05 »
Vous avez été très nombreux à donner votre avis sur les personnes âgées au volant.
Voici les résultats et le décryptage de notre enquête réalisée en partenariat avec MMA.

• Ce que vous en pensez, en chiffres !

Sur 100% de détenteurs du permis de conduire à avoir répondu au questionnaire, 82% d’entre vous estiment leur connaissance du code de la route comme plutôt bonne et 14% même comme très bonne! Vous êtes seulement 4% à penser cette connaissance "plutôt mauvaise".

22% d’entre vous ne jugent pas opportun de devoir faire repasser aux conducteurs des examens de conduite et/ou de code à intervalles réguliers. Vous êtes toutefois nombreux à penser le contraire: 24% estiment qu’il faudrait valider à nouveau ses connaissances routières à partir de 70 ans, 18% pensent que cela pourrait attendre 80 ans. Vous considérez, à 12%, que ces examens devraient commencer à partir de 60 ans, et même à partir de l’obtention du permis de conduire, pour 25% d’entre vous!

Lorsqu’il s’agit de rendre obligatoire une visite médicale pour les conducteurs vieillissants, vous dites oui en majorité! À 19%, vous pensez que cette visite devrait commencer à partir de 60 ans, plutôt à partir de 70 ans à 34% et à partir de 80 ans à 26%. En revanche, 22% d’entre vous ne le désirent pas.

Cette visite médicale obligatoire devrait se dérouler tous les ans pour 15% d’entre vous, tous les 5 ans pour 20% et tous les 10 ans pour 8%. Vous pensez à 57% que la périodicité de cette visite devrait dépendre de l’âge de la personne.

À l’issue de cette visite, l’avis défavorable du médecin devrait entraîner un retrait obligatoire et immédiat du permis pour 39% d’entre vous. À l’inverse, vous estimez à 61% que cet avis devrait être seulement consultatif sans pouvoir aucunement donner lieu au retrait du permis de conduire.

Quant à savoir si les proches d’un conducteur âgé devraient pouvoir le contraindre juridiquement à cesser de conduire, vous êtes très partagés! 51% jugent que oui et 49% pensent que non !

Source : http://www.notretemps.com/voiture/securite-routiere/personnes-agees-avis-volant,i65850

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #26 le: 20 décembre 2014, 12:01:42 »
Ce n'est pas encore un Séniors  >:(
Un automobiliste ivre a parcouru quelque 50 km à contresens sur une autoroute dans le Poitou dans la nuit, provoquant trois accidents qui n'ont causé qu'un blessé léger, avant d'être intercepté.
L'homme de 56 ans, originaire de Tours, rentrait chez lui en provenance de Bordeaux après avoir bu. Après deux heures de route, il a perdu le contrôle de sa voiture, faisant une embardée sans gravité. Mais au moment de reprendre le volant, il est reparti à contresens sur l'autoroute.

Le chauffard a parcouru ainsi une cinquantaine de kilomètres sur l'autoroute, croisant plusieurs voitures, dont trois au moins ont été impliquées dans des sorties de route ou une collision, tandis que l'homme heurtait aussi la glissière de sécurité.
Des incidents qui n'ont provoqué qu'un blessé léger, selon les secours.  :o

L'automobiliste a néanmoins continué sa route, avant d'être intercepté à un péage, visiblement "perdu" et dans "un état second", selon la gendarmerie autoroutière.
Contrôlé avec une alcoolémie de 2,34 g d'alcool par litre de sang, il a été arrêté et placé en cellule de dégrisement, avant d'être entendu dans le courant de samedi.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #27 le: 21 décembre 2014, 13:20:33 »
Lui non plus... Un automobiliste de 49 ans, qui avait pris l'autoroute A9 à contresens au péage du Boulou (Pyrénées orientales), s'est tué en percutant un poids-lourd vers 2H00 du matin, dans la zone frontalière avec l'Espagne, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme a d'abord fait descendre son passager, apparemment "ivre et un peu excité", au péage du Boulou. Et juste après l'avoir déposé, il a fait demi-tour et pris l'autoroute vers Perpignan à contresens.

Un témoin a donné l'alerte en disant qu'une voiture circulait à contresens, puis, aussitôt, que ce véhicule était entré en collision avec un camion.
Le conducteur du poids-lourd n'a pas été blessé dans le choc ont indiqué les gendarmes.
Le passager qui était descendu au Boulou était de son côté "très choqué" lorsqu'il a été pris en charge par les secours, selon les pompiers.
Source AFP

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #28 le: 06 août 2015, 18:10:45 »
Est-il utile de rappeler que l’alcool diminue les réflexes, la vigilance et la résistance à la fatigue ?  :(
Qu'il perturbe aussi la vision, l’estimation des distances et provoque un allongement du temps de réaction. On ne s’en rend pas compte quand on a bu, mais ces troubles commencent à apparaître dès le premier verre ! De plus, l’effet désinhibiteur de l’alcool peut pousser à prendre des risques que l’on ne prendrait pas en temps normal (vitesse, dépassement).

Le risque d’accident mortel augmente très rapidement en fonction du taux d’alcool dans le sang : dès 0,5 g d’alcool/l de sang, vous multipliez le risque par 2, puis par 10 à 0,8 g/l et par 35 avec 1,2 g/l, etc. 
Adoptez un comportement responsable, respectez le code de la route et les règles de prudence (adaptez notamment sa vitesse aux conditions météorologiques).
Les nuits de fêtes attention aux excès. L'alcool est responsable d'un accident mortel sur trois en journée et un sur deux la nuit. La conduite sous l'emprise de produits stupéfiants est aussi un facteur important d’accidents. Le mélange alcool/stupéfiants multiplie par 14 le risque d’être responsable d’un accident mortel. Des contrôles des conduites addictives seront réalisés durant ces périodes.

Si vous buvez de l’alcool et consommez du cannabis, vous multipliez donc par 14 le risque de vous tuer ou de tuer sur la route !  >:(
Il n’existe aucun « truc » permettant d’accélérer l’élimination de l’alcool ou de la drogue.
Seul le temps peut agir.... L'alcoolémie atteint son maximum une heure après l'absorption du dernier verre et il diminue ensuite en moyenne de 0,15 g/l par heure. A poids égal et à quantité d’alcool consommé égal, l’alcoolémie est un petit peu plus élevée chez les femmes.

Pas de solution miracle !  :-[  :P  :-X
Café salé, cuillerée d'huile, bonbon à la menthe NON Rien Nada Niet... aucun "remède de grand-mère" ne permet d'éliminer l'alcool plus rapidement car il circule dans votre sang de l'estomac au cerveau sur lequel il agit négativement !
Citer
Très mauvaise idée ... Avec SAM ça n'arrive pas ...
Tain-l'Hermitage : avec deux grammes d'alcoolémie au volant, il insulte les gendarmes  :o

Enfin, attention, une nuit de sommeil peut ne pas suffire pour éliminer la totalité de l’alcool. Ex : une alcoolémie de 1,5 g/l dans le sang à trois heures du matin est encore de 0,6 g/l le lendemain à 9h.

source:associationpréventionroutière

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6764
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Education et Prévention en sécurité routière ... quel effet ??
« Réponse #29 le: 09 août 2015, 20:02:24 »
L'éducation et la prévention n'ont, hélas, pas portés de fruits sur ces adolescents !
Le véhicule utilitaire contenait le double du nombre de passagers maximal recommandé. Les 10 autres jeunes ont été grièvement blessés.  :-[
Un dramatique accident s'est produit peu après 1 heure du matin dans la nuit de samedi à dimanche sur la commune de Rohan, dans le Morbihan.

Ouest-France rapporte ainsi que 14 jeunes mineurs entre 14 et 17 ans, d'après les premiers éléments se trouvaient dans une camionnette de type Citroën Berlingo, soit le double de la capacité maximale annoncée par le constructeur. Le véhicule a été retrouvé dans un fossé de la route départementale D17, et le bilan est lourd : quatre jeunes sont morts, et le Ministère de l'Intérieur parle de 10 blessés graves dont le conducteur, né en 1998... l'ado mineur avait pris la voiture de ses parents et roulait sans permis de conduire et affichait un taux d'alcoolémie supérieur à la limite autorisée. Un premier dépistage a été effectué et confirmerait que le jeune homme a bel et bien consommé de l'alcool, même s'il faudra attendre les conclusions des analyses de sang.

Une soirée, selon les premières auditions des rescapés, marquée par une consommation d'alcool "en importance, du vin, de la bière et ensuite des alcools plus forts au cours du repas", a expliqué jeudi le vice-procureur de la République de Vannes, Yann Le Bris lors d'un point-presse.
Les prélèvements sanguins effectués dès l'arrivée des secours sur les lieux, ont révélé que le chauffeur du véhicule, âgé de 17 ans et donc non titulaire du permis, conduisait avec un taux d'alcoolémie de 0,83 gramme par litre de sang. "Un taux délictuel", a précisé M. Le Bris, au-delà du seuil autorisé - pour les titulaires du permis - de 0,50 g/l, qui descend même à 0,20 g/l pour les jeunes conducteurs. Il n'y avait en revanche pas de trace de stupéfiants.

La fête à l'origine du drame rassemblait 15 personnes, toutes mineures. "Les parents étaient au courant" et "les jeunes devaient rester dormir sur place", a indiqué M. le procureur.
Puis, entre minuit et une heure, le jeune homme qui reçoit, et dont les parents sont absents, s'isole dans le véhicule familial, avec un autre jeune homme, "pour discuter".
Ils sont alors rejoints par douze des autres adolescents, qui s'entassent dans le véhicule de cinq places ; trois à l'avant, sept à l'arrière, quatre dans le coffre...
Une fois dans la voiture, un Berlingo Citroën, ils décident de quitter les lieux, mais sans destination précise, "On roule...", semble avoir été leur seule motivation.
Moins de trois kilomètres plus tard, "il y a eu une embardée  :-[

Les habitants choqués  :'( « C'est une catastrophe, ça ne devrait pas arriver », a commenté, très ému, le maire de la commune Bernard Nizan. « Ces jeunes étaient en train de faire la fête », a-t-il poursuivi, en soulignant l'incompréhension face à un tel drame. « Je connais personnellement très bien une famille qui vient de perdre un de ses enfants à 17 ans », a-t-il témoigné.

Une cellule psychologique a été mise en place à la mairie pour les jeunes de la commune. De nombreuses familles, proches et anonymes, en pleurs, s'y sont réunis, accueillis par le maire et le sous-préfet.
Sur le lieu de l'accident, le ballet des habitants des alentours, venus se recueillir, n'a pas cessé dimanche après-midi.... mais y aura t'il une leçon d'apprise par les survivants  ???

Bourré... quand tu conduis en état d'ivresse ton volant devient une arme mortelle, Sécurité Routière Le Pistolet !!