Auteur Sujet: LUTTE CONTRE LA FRAUDE AU PEAGE D'AUTOROUTE !  (Lu 1488 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6749
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
LUTTE CONTRE LA FRAUDE AU PEAGE D'AUTOROUTE !
« le: 01 décembre 2015, 12:28:02 »
Le 25 novembre 2015, les gendarmes du peloton autoroute de POUSSAN ont interpellé un chauffeur routier soupçonné de fraude au péage par échanges de tickets depuis juin 2014.
Les investigations menées par la cellule chargée des trafics sur l'A9 permettent de déterminer que ce type d'agissement est commis par deux autres véhicules de la même société.
Le préjudice s'élève à 22 507 € pour 368 faits recensés depuis janvier 2013.  >:(
La technique consiste à s'échanger entre chauffeurs des tickets de péage qui permettent à l'arrivée de payer un trajet beaucoup plus court que celui effectué en réalité.
Le gérant de la société basée en Espagne a du s'acquitter du montant total des fraudes. Il est convoqué à une date ultérieure au tribunal de MONTPELLIER pour répondre de ces faits.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6749
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : LUTTE CONTRE LA FRAUDE AU PEAGE D'AUTOROUTE !
« Réponse #1 le: 01 décembre 2015, 12:29:44 »
La fraude au péage est-elle en passe de devenir un sport national ?
Les forces de l'ordre enregistrent chaque année pas moins de 2 millions de barrières franchies par des automobilistes sans payer.  :P

En cette période estivale de chassés-croisés sur les autoroutes, les forces de l'ordre et les sociétés telles que Vinci autoroutes et ses filiales ASF et Cofiroute mettent toujours autant la pression sur les fraudeurs au péage. Ce que, dans le jargon des péagistes, on nomme «le petit train». Une méthode en vogue depuis plusieurs années en France qui consiste à coller au plus près le véhicule qui vous précède et passer sans payer avant que la barrière de sécurité ne se rabatte. Méthode qui peut coûter très cher au contrevenant. Certains, prêt à prendre des risques pour s'exonérer d'un ticket d'autoroute à 10 euros, en ont fait les frais. À l'image de routier, soupçonné de fraudes répétées, arrêté à un péage à Toulouse en septembre 2013. Le chauffeur, de nationalité roumaine, qui conduisait un camion espagnol pour une entreprise de transport française, avait fraudé 43 fois en quatre jours.
Montant du préjudice : 2 507 euros... Un «important manque à gagner»

Autour de Toulouse, les barrières de péage sont désormais équipées de caméras, au même titre que les voies sont placées sous l'œil vigilant de la vidéo-surveilance. «Il nous reste à équiper certaines voies du péage sud de Toulouse, dans le sens Toulouse/Narbonne, confirme le service communication de Vinci (Aquitaine/Midi-Pyrénées). Le chantier a démarré il y a plus d'un an.
Le principe est toujours le même : c'est de lutter contre la fraude et de restaurer l'équité, finalement, entre les automobilistes. Car, pourquoi certains paieraient et d'autres pas ?
Nous faisons appel au sens civique de tous les usagers des autoroutes, qu'ils soient en VL, en PL, Français ou d'un autre pays».

Malgré ce discours préventif de la principale société gestionnaire des autoroutes en France, une centaine de fraudes au péage sont constatées quotidiennement sur le réseau hexagonal, c'est l'équivalent de 2 millions de barrières franchies sans payer chaque année. Du coup, Vinci veut rattraper «l'important manque à gagner» et n'hésite plus à cerner les voies de péage par un jeu de deux caméras (l'une flashe la plaque d'immatriculation avant du véhicule, l'autre la plaque arrière). Difficile de passer à travers les mailles du filet car, dorénavant, le centre de traitement de la fraude au péage chez ASF se charge d'envoyer la facture. «Le contrevenant risque de payer le tarif le plus cher de l'autoroute qu'il a emprunté, majoré d'au moins 20 euros», indique un technicien du centre.

Depuis une loi entrée en vigueur, il y a un an, les sociétés gestionnaires des autoroutes ont accès au fichier des immatriculations. Entre 100 et 150 salariés du plus gros gestionnaire privé d'autoroutes d'Europe (ASF, Cofiroute, ESCCTA, Arcour) ont été assermentés auprès de la Préfecture de police. Ils sont désormais autorisés à constater les infractions.

En savoir plus sur http://www.ladepeche.fr/article/2014/07/28/1925587-fraude-au-peage-vous-etes-filme.html#QGL7Y4Gued0mmRDJ.99