Auteur Sujet: Une tragique succession d'infractions génèrent un drame routier !!  (Lu 1480 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
L'accident s'est produit dans la côte qui suit l'échangeur de Marsan, à une heure où le soleil est rasant. Selon les témoins et les premiers rapports d'enquête, la route était sèche au moment des faits.
Une fille de 6 ans, encore qu'une enfant est morte dans un accident de la route parce qu'elle était «mal attachée». L'un des conducteurs était sous l'emprise de stupéfiants, l'autre conduisait sans permis.  :-[

Les automobilistes ont fait tout ce qu'il fallait pour qu'il y ait un drame, Tels sont les mots du procureur d'Auch Pierre Aurignac après l'accident tragique qui a entraîné la mort d'une fillette de 6 ans, dimanche soir sur la RN 124 à Marsan.
Il faut dire que les infractions au code de la route ont été cumulées, reprend le magistrat. Ainsi, selon les premiers éléments de l'enquête, le premier véhicule se serait arrêté sur la bande d'arrêt d'urgence, le conducteur souhaitant mettre des lunettes de soleil.
Infractions supplémentaires : Il conduisait sans permis et se serait engagé sur la deux fois deux voies sans prendre garde. Un autre véhicule arrivait, sur la voie de droite. Pour éviter le premier, il se serait rapidement déporté sur la voie de gauche. Cet automobiliste aurait peut-être pu s'arrêter s'il avait été dans un état "normal" mais il conduisait sous l'emprise de stupéfiants, déclare le procureur.

En faisant un écart sur sa gauche, cette seconde voiture aurait percuté un troisième véhicule, celle où se trouvait la fillette de 6 ans. Laquelle était mal attachée. L'équipement de sécurité serait donc en cause dans le décès de la fillette.

L'enquête sur cet accident tragique est confiée aux gendarmes du Gers.
Les contrôles sanguins devraient apporter davantage d'éléments quant à l'alcoolémie éventuelle des conducteurs. Les causes de l'accident seront plus clairement établies lorsque toutes les personnes impliquées auront pu être entendues par les enquêteurs. Certaines d'entre elles étaient encore hospitalisées.

Devant cet événement, «nous devons faire en sorte de bien décortiquer l'accident, a souligné le procureur. Nous avons diligenté une expertise en accidentologie pour présenter devant le tribunal les gens qui sont responsables pour tout ou partie de ce drame.
 15 morts sur les routes en 2015. La fillette décédée dimanche est la quinzième victime sur les routes du Gers. C'est deux de plus que l'an dernier à la même époque», regrette le préfet car l'accident de dimanche est absolument dramatique.»
Le préfet : «J'avais poussé un cri d'alerte en juillet et je répète que les comportements, en termes de sécurité routière, se relâchent, dans le Gers comme ailleurs». Le Préfet Pierre Ory concluait ainsi, hier la réunion de l'état-major de sécurité. Une réunion semestrielle présidée par le représentant de l'État et le procureur. L'occasion de faire le point sur les résultats de la sécurité dans le Gers. Avec un gros chapitre sur la sécurité routière.

L'analyse fine des accidents ayant entraîné la mort des 15 personnes dans le Gers montre qu'il y a de nombreux comportements inadaptés et des incivilités de plus en plus marquées : alcool, stupéfiants, vitesse… Et j'ajoute le non-port de la ceinture de sécurité dans trois de ces accidents.
Alors, souligne le préfet, «en accord avec le procureur, nous allons durcir le dispositif. Il y a un temps pour la prévention - notamment le 5 novembre lors des Assises de la sécurité routière. Et puis il y a un temps pour le zéro tolérance.»
En effet, confirme le procureur, «nous avons une baisse du nombre d'accidents mais une augmentation des infractions en matière routière et du nombre de morts. Désormais, nous allons plus démonstratifs en matière de réponse immédiate sur le bord des routes juste après avoir constaté une infraction.» Concrètement, détaille le représentant du Parquet, «nous allons développer la mise en fourrière pour les conducteurs sans permis et pour les récidivistes. Si on ne peut pas toucher le bon sens, faisons au moins en sorte que ces personnes-là ne soient plus en mesure de conduire immédiatement.»

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6766
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Une tragique succession d'infractions génèrent un drame routier !!
« Réponse #1 le: 18 septembre 2015, 12:00:42 »
C'est dans un véhicule que quatre personnes de la même famille avaient pris place et ont été blessées, dont la petite fille de 6 ans. Les sauveteurs l'ont trouvée en arrêt cardiaque à leur arrivée. En dépit de tous leurs efforts, les secouristes n'ont pas pu la ranimer.

Dans un autre VL, la famille de la petite victime, deux adultes, une femme de 35 ans et un homme de 34 ans, ainsi qu'un garçon de 7 ans, sont légèrement blessés. Deux personnes sont sorties indemnes des collisions dans les autres voitures impliquées, et une jeune femme de 30 ans souffre de blessures sans gravité.

À l'origine du drame, une voiture qui aurait redémarré de la bande d'arrêt d'urgence quand le choc s'est produit. De source proche de l'enquête, on confirme qu'un véhicule s'est arrêté sur la bande d'arrêt d'urgence avant de repartir, sans contrôler suffisamment le trafic arrivant dans la côte. «On s'était arrêté pour mettre des lunettes de soleil, avec le soleil très bas, on n'y voyait rien», a également déclaré un témoin rencontré sur place, qui parle aussi d'une seconde voiture effectuant la même manœuvre un peu plus haut. «À ce moment, on a été percuté par une voiture qui remontait à fond !» Des déclarations à prendre avec précaution selon les forces de gendarmerie : les témoins du drame, qui seront entendus prochainement, étaient bouleversés hier soir. Il est cependant probable qu'au moment où un véhicule a repris la route, une ou deux voitures — dont le Partner blanc — arrivaient. L'une des hypothèses est que les conducteurs auraient alors été surpris par la manœuvre. Mais impossible hier soir de savoir qui avait percuté qui. «Il y a pas mal de témoignages à exploiter, et les versions divergent pour le moment», relevait un gendarme sur place.

L'accident a entraîné la fermeture de la voie Toulouse-Auch de la RN 124 jusqu'aux environs de 22 h 30.
Outre le SMUR 32, la DIRSO, les brigades de Gimont, Auch et la BMO d'Auch ont été mobilisées aux côtés des pompiers d'Auch, Mauvezin, et Gimont.