Auteur Sujet: Comment devenir Policier Municipal ?  (Lu 2016 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6967
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Comment devenir Policier Municipal ?
« le: 06 novembre 2021, 12:13:11 »
Quand on sait qu’en 1984 il n’existait que 560 policiers municipaux alors que les effectifs dépassent 21 000 personnes à ce jour, on comprend que ce métier se situe parmi ceux qui recrutent le plus.

En effet, le nombre de policiers municipaux a augmenté de 20% depuis 2010 selon les statistiques, avec un bond de près de 8% entre 2010 et 2012, et 3 486 collectivités territoriales disposant actuellement d’un service de police municipale.

Les effectifs varient de 1 policier pour la commune la moins bien pourvue à plusieurs dizaines dans certaines grandes villes de métropole.
On estime à environ 3 000 le nombre de création de postes chaque année et les attentats qui se succèdent depuis 2015 ont un effet levier sur les recrutements.
Les qualités requises pour être policier municipal

La première qualité demandée à un policier municipal est de posséder le sens de l’assistance et du service public. Une forte capacité d’adaptation et d’écoute est nécessaire dans ce métier où le professionnel effectue autant de prévention que de répression. Il doit également posséder la capacité à se faire respecter et le sens de l’autorité.

Le travail s’effectuant essentiellement à l’extérieur, une très bonne résistance physique est indispensable ; et dans des situations de crise, le policier municipal se doit de faire montre d’une grande maîtrise de soi et d’un sang-froid à toute épreuve.

Il est également important d’être discret, réactif et bon observateur. Rappelons enfin que le policier municipal est souvent amené à rédiger des rapports et à réaliser des enquêtes administratives, d’où la nécessité de bien savoir utiliser un ordinateur.
Le concours de gardien de police municipale

1) Le recrutement

L’accès à la profession se fait par le biais du Concours de Gardien de Police Municipale, organisé par les Centres de Gestion de la fonction publique territoriale, nécessitant les conditions suivantes :

    être de nationalité française ;
    avoir 18 ans minimum ;
    avoir un casier judiciaire (bulletin N°2) vierge de tout mention incompatible avec l’emploi visé ;
    jouir de ses droits civiques ;
    être en position régulière au regard des obligations du service national ;
    être titulaire d’un titre ou d’un diplôme de niveau V minimum (Brevet des collèges, CAP, BEP) ;
    remplir les conditions d’aptitude physique exigées pour l’exercice de la fonction.

Il n’existe pas d’obligation de diplôme pour les pères et mères d’au moins trois enfants, ainsi que pour les sportifs de haut niveau.

2) Les épreuves du concours

Les épreuves du concours de gardien de police municipale sont composées de deux épreuves d’admissibilité, de tests psychotechniques et de deux épreuves d’admission.

a) Épreuves d’admissibilité

Rapport d’intervention (1h30, coefficient 3) : à partir d’un dossier se rapportant à un évènement survenu dans un lieu public, le candidat doit rédiger un rapport circonstancié permettant de vérifier ses capacités rédactionnelles

Les faits sont à relater dans leur ordre chronologique et suivre un plan (introduction, développement, conclusion). Le rapport doit mentionner toutes les identités, dates, heures et lieux indiqués dans le sujet et aucun point de vue ou avis personnel ne doit transparaître.

Français (1h, coefficient 2) : cette épreuve se présente sous forme de questions relatives à un texte lié aux réalités territoriales ; son but est de vérifier les connaissances du candidat sur les sujets d’actualité se rapportant à ce domaine, sa capacité de compréhension et son vocabulaire.

b) Tests psychotechniques

Ce sont les tests traditionnels aux concours (associations verbales, logique et autres), permettant d’évaluer la capacité d’analyse et de réflexion du candidat. Non notés, leur résultat servira d’appui au jury lors de l’entretien avec le candidat.

c) Épreuves d’admission

    Entretien avec le jury (20 minutes, coefficient 3) : après une brève présentation du candidat, réponses à des questions et des mises en situation proposées par le jury. Elles ont pour but de vérifier les connaissances du candidat sur l’organisation de l’État et des collectivités territoriales et de vérifier sa motivation et sa personnalité.
    Épreuves physiques (coefficient 1) : course à pied (100 m) + épreuve au choix du candidat entre saut en hauteur, saut en longueur, lancer de poids (femmes = 4 kg, hommes = 6 kg) et natation (50 m en nage libre avec départ plongé).

Il existe également deux concours internes : l’un destiné aux AVS en exercice depuis au moins 2 ans, l’autre s’adressant aux adjoints de sécurité et aux gendarmes adjoints volontaires. Pour ces deux concours, il n’y a qu’une épreuve d’admissibilité (rapport d’intervention) ; les épreuves d’admission sont identiques mais l’entretien est basé sur le parcours du candidat afin d’apprécier sa motivation ainsi que ses connaissances sur la répartition des rôles dans la santé publique et sur la déontologie de la fonction.

La formation du gardien de police municipale

Après réussite au concours, le lauréat est inscrit sur une liste d’aptitude valable un an (et pouvant être reconduite deux années supplémentaires) lui permettant d’être recruté par une commune. Il est alors nommé gardien de police stagiaire pour un an et commence sa formation de policier municipal.

Cette formation est d’une durée de 120 jours décomposés de la façon suivante.

1) Enseignements théoriques (76 jours)

    Module 1 (8 jours) : environnement professionnel.
    Module 2 (25 jours) : constatations d’infractions et comptes rendus .
    Module 3 (10 jours) : accueil du public.
    Module 4 (7 jours) : écrits professionnels et procédures de transmission.
    Module 5 (16 jours) : gestion des différentes situations professionnelles.
    Module 6 (5 jours) : mise en oeuvre des techniques de police de proximité.
    Evaluations (5 jours).

2) Stages pratiques d’observation (20 jours)

    Commissariat de Police nationale ou Gendarmerie nationale (5 jours).
    Sapeurs-pompiers, administration pénitentiaire, douanes, tribunal (5 jours).
    Structures à vocation sociale (5 jours)
    Police municipale autre que celle du stagiaire (5 jours).

3) Stages pratiques d’application (24 jours)

Effectués dans la collectivité, ils permettent de se familiariser avec la mise en pratique des enseignements théoriques.
Les missions du gardien de police municipale

La police municipale est avant tout une police de proximité et ses agents travaillent la plupart du temps en binôme pour des raisons de sécurité. Les limites de ses missions étant fixées par le maire, celles-ci peuvent être très variées et changeantes en fonction de la commune. Mais elles sont toujours de deux ordres : police administrative, axée essentiellement sur la prévention, et police judiciaire.

Par définition, le policier municipal veille au bon ordre, à la tranquillité, à la sécurité et à la salubrité publiques, ce qui implique sa parfaite connaissance de la zone géographique dont il a la charge. Sa première obligation est celle d’accueil et de relation avec les populations.

Cette mission se traduit par l’aide aux personnes qui en ont besoin ; il intervient ainsi dans des situations d’urgence ou de crise (accident, disprostituée violente…) pour interroger les personnes directement concernées ainsi que les témoins et les orienter vers les services adéquats. Pour apporter son soutien, il doit d’abord écouter et comprendre la situation. C’est très souvent le premier interlocuteur de certaines populations spécifiques (mineurs, SDF, gens du voyage…).

La prévention cède la place à la répression en cas d’infractions à la loi ou aux arrêtés municipaux. Dans ce cas il relève les identités, qualifie les infractions en dressant procès-verbal et les fait cesser, y compris en matière de stationnement et de non respect du code de la route. Pour gérer une infraction ou une situation de crise, il est souvent amené à se coordonner avec les autres services de sécurité ou les services d’urgence (police nationale, gendarmerie, pompiers…).

Le métier de policier municipal comporte aussi beaucoup de rédaction et de transmission d’écrits : compte rendus d’évènements et des dispositions prises pour les gérer, rapports d’activités, rédaction de procédures, de documents ou d’actes administratifs courants, etc.

Le gardien de police assure également la sécurité aux abords des écoles, le placement des commerçants sur le marché, le maintien de l’ordre les jours de fête, participe aux missions d’îlotage, sans oublier l’accueil du public, le recueil de déclarations et la consultation de fichier quand il est de permanence au poste de police municipal.

La carrière du policier municipal

Nommé en tant que gardien-brigadier, le policier municipal a deux possibilité d’avancement pour accéder au grade de brigadier-chef principal :

    par avancement d’échelon (12 échelons) ;
    par avancement de grade (4 ans de services dans son grade et un an d’ancienneté au 4ème échelon).

Le brigadier-chef principal peut devenir chef de police municipal :

    par avancement au choix (inscription sur une liste d’aptitude selon la valeur professionnelle après 10 ans de services dans son cadre d’emplois) ;
    par examen professionnel (au bout de huit ans de services dans son cadre d’emplois).

Dans ce cadre d’emplois, la progression de carrière se fait également par avancement d’échelon et avancement de grade.
Le salaire du policier municipal

Le traitement du policier municipal dépend du cadre d’emploi, du grade et de l’échelon du policier municipal. Il est augmenté par certaines primes et indemnités et il peut s’y ajouter l’attribution d’un logement de fonction.

    Brigadier : de 1 537 € à 1 950 €.
    Brigadier-chef principal : de 1 621 € à 2 310 €.
    Chef de service : de 1 588 € à 2 333 €.
    Chef de service principal de 2ème classe : de 1 626 € à 2 478 €.
    Chef de service principal de 1ère classe : de 1 822 € à 2 567 €.

Les métiers de la police municipale

1) Le chef de police municipale

Outre les mêmes missions de sécurité publiques que l’agent de police, le chef de police assure l’organisation de l’activité et l’encadrement des agents placés sous ses ordres. Cette fonction est accessible :

    par le biais d’un concours externe ouvert aux titulaires du baccalauréat ;
    par concours interne destiné aux fonctionnaires justifiant de 4 ans de services effectifs ;
    par la promotion interne pour les agents de police justifiant de 10 ans de services ou de 8 ans après examen professionnel.

2) Le garde champêtre

Il a les mêmes fonctions que le gardien de police municipale auxquelles s’ajoute la protection de l’environnement.
On y accède par le même concours que celui de gardien de police.
Sous l'autorité du maire de la ville, le garde-champêtre a pour rôle de veiller à la sécurité d'un domaine rural en maintenant le bon ordre et la sérénité des forêts. Son cœur de métier réside dans la surveillance, la prévention et la sensibilisation des lois qui régissent les domaines forestiers et ruraux.
- DÉFINITION DE LA POLICE RURALE
« C'est un ensemble de pouvoirs que le maire exerce dans les communes urbaines aussi bien que rurales mais qui trouvent leur source principale dans la loi du 21 juin 1898, par opposition aux pouvoirs dits de police municipale (loi du 15 avril 1884) ».

3) L’opérateur de vidéosurveillance

Chargé de la visualisation et de l’analyse des images de télésurveillance, il peut être contractuel (recrutement direct) ou fonctionnaire (concours externe).

4) L’ASVP (agent de surveillance de la voie publique)

Il participe à des missions de sécurité publique mais il a plus particulièrement en charge le stationnement (contrôle et verbalisation). Recruté en tant que contractuel, il a accès au concours interne de gardien de police municipale au bout de 2 ans de services effectifs.

Source : https://forcesdelordre.fr/devenir-policier-municipal/