Auteur Sujet: Comment devenir Policier / Gardien de la Paix et pourquoi ?  (Lu 671 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6863
  • Sexe: Homme
  • Retraité
Autant le dire tout de suite : on ne devient pas gardien de la paix pour la sécurité de l’emploi que procure le statut de fonctionnaire ou pour le prestige de l’uniforme.
C’est une profession qui implique avant tout d’être passionné et suffisamment équilibré (physiquement et psychologiquement) pour prendre le recul nécessaire face à la violence ou à certaines situations d’urgence très dures qui pourraient être votre quotidien.

Il ne faut pas non plus s’imaginer dans l’action tous les jours : c’est un métier où l’on écrit beaucoup et l’on passe quasiment autant de temps à remplir des tâches administratives que sur le terrain.
Les qualités requises pour être gardien de la paix

    Le sens du devoir est primordial, ce qui signifie que l’envie de servir l’Etat et de protéger ses valeurs doit être chevillée au corps ; il existe deux fers de lance dans ce métier : droiture et probité.
    Il ne faut jamais oublier que la police nationale est un corps extrêmement soudé : solidarité, cohésion, entraide et goût du travail en équipe sont indispensables dans l’exercice des diverses missions lui incombant.
    Le gardien de la paix est avant tout un homme de terrain : en l’absence de sang-froid et de courage, difficile de faire face à certaines situations périlleuses.
    Procéder à des arrestations pouvant s’avérer musclées implique d’excellentes capacités physiques, entretenues par la formation continue aux activités physiques et professionnelles tout au long de la carrière du policier (course à pied, self-défense, sports de combat…).
    Le rôle du gardien de la paix ne se limite pas au côté répressif, il assure également de la prévention ; le contact avec la population passe à la fois par l’autorité, la diplomatie et le sens du dialogue.
    Le policier ne connaît pas la routine en ce qui concerne ses missions et croise des gens aux profils diamétralement opposés : il doit donc posséder une grande faculté d’adaptation et n’être surtout pas allergique à l’autorité hiérarchique.

Le concours de gardien de la paix
1) Le recrutement

Le recrutement des gardiens de la paix se fait par voie de concours et les candidats peuvent s’y présenter autant de fois qu’ils le souhaitent. Il nécessite toutefois les conditions suivantes :

    être de nationalité française ;
    avoir au moins 17 ans et moins de 35 ans au 1er janvier de l’année du concours (avec dérogations dans certains cas) ;
    avoir un casier judiciaire vierge (bulletin N° 2) et être de bonne moralité ;
    être reconnu apte physiquement par un médecin de la police ;
    être titulaire du baccalauréat ou d’un diplôme ou titre équivalent ; à noter que la condition de diplôme n’existe pas pour les pères et mères d’au moins trois enfants et les sportifs de haut niveau ;
    avoir accompli la Journée Défense et Citoyenneté pour les moins de 25 ans.

Pour les candidats non bacheliers, il existe malgré tout une possibilité d’intégrer la Police nationale en tant qu’adjoints de sécurité après réussite aux épreuves de sélection. Cette solution est accessible aux candidats âgés de 18 à moins de 30 ans. Pendant la durée de son contrat (3 ans, renouvelable une fois), l’ADS bénéficie d’une préparation au concours interne de gardien de la paix auquel il pourra se présenter au bout d’un an de service.
2) Les épreuves du concours

Le concours comporte des épreuves d’admissibilité, de pré admission et d’admission.
a) Epreuves d’admissibilité

    Etude de texte (2h20, coefficient 3), destinée à vérifier la capacité de repérage et d’analyse d’informations, à partir de questions courtes.
    Tests psychotechniques (2h30, non notés), utilisés au cours de l’entretien des épreuves d’admission pour évaluer le profil du candidat.
    Questionnaires à choix multiples (1h30) en deux parties : la première (coefficient 1) portant sur les connaissances scolaires fondamentales, permettant d’évaluer le sens de l’observation ; la deuxième (coefficient 2) portant au choix sur les connaissances générales (actualité, cadre institutionnel politique , organisation des services de police) ou sur le programme du bac pro sécurité prévention.

b) Epreuves de pré admission

Epreuves d’exercices physiques (coefficient 3) comprennant un parcours d’habileté motrice (PHM) et un test d’endurance cardio-respiratoire (TECR).
c) Epreuves d’admission

    Test sous forme de questions/réponses interactives (20 minutes, coefficient 3) faisant appel à la mémoire visuelle du candidat pour évaluer sa perception, sa vigilance et sa capacité d’évaluation et de décision.
    Epreuve de gestion du stress (10 minutes, coefficient 2) consistant en un parcours effectué à l’aveugle et qui sera utilisée lors de l’entretien après avoir été évaluée par un psychologue.
    Entretien avec le jury (25 minutes, coefficient 4), permettant d’évaluer la motivation et l’aptitude du candidat aux fonctions de gardien de la paix, ainsi que ses connaissances et ses capacités de réflexion.
    Epreuve de langue (10 minutes, coefficient 1), consistant en une conversation en langue étrangère (allemand, anglais, espagnol ou italien).

La formation du gardien de la paix

Alternance de formation en école et de stages en services actifs durant 12 mois, comportant trois séquences et un module d’adaptation au premier emploi.
1) Séquence A : 31 semaines en école

    Les situations professionnelles : accueil, patrouille, contrôle routier, interpellation, contrôle d’identité, audition, délit routier, violences intra-familiales, décourverte d’objet suspect, intervention en débit de boissons, accident de la circulation routière, constatations, intervention sur un sinistre, intervention auprès d’un malade mental, stupéfiants.
    Développement des qualités physiques, techniques et sécurité en intervention, armement, tir, secourisme.
    En fin de séquence, évaluations sur les savoirs techniques, juridiques et la résolution de cas concrets.

2) Séquence B : 7 semaines en stage

Un dossier est à compléter par l’élève tout au long du stage pour le retour d’expérience de la séquence suivante.
3) Séquence C : 8 semaines école

Séquence d’approfondissement : retour d’expérience, accidentologie, contrôle d’identité, environnement sociétal, prise de décision, vidéo protection, religions, présentation des directions d’emplois.
4) Module d’adaptation au premier emploi : 3 semaines

Stage de spécialisation en préfecture de police, sécurité publique, police aux frontières ou compagnies républicaines de sécurité, selon l’affectation.
L’affectation du gardien de la paix

A l’issue de la formation, l’affectation se fait en fonction du rang de classement et des postes proposés par l’administration ; les candidats les mieux classés ont davantage de chances d’obtenir le poste qu’ils souhaitent. La région d’affectation dépendra du type de concours passé.

    concours national à affectation régionale en Ile-de-France : les postes à pourvoir se situent uniquement en région parisienne, pour une durée minimale de 8 ans ;
    concours national à affectation nationale : les postes à pourvoir se situent sur l’ensemble du territoire, y compris l’Ile-de-France, pour une durée minimale de 5 ans mais la grande majorité d’entre eux sont en Ile-de-France.

Les jeunes recrues sont d’abord gardiens de la paix stagiaires durant un an avant d’être titularisées. Pour être titularisé, le gardien de la paix doit impérativement être titulaire du permis B. Même si vous rêvez d’exercer dans un service bien spécifique, ne vous faites pas d’illusions : la grande majorité des stagiaires est affectée à la préfecture de police de Paris et, en province, dans les services de sécurité publique.

Obtenir sa mutation dans un service spécialisé de la Police nationale demande parfois d’avoir cumulé 2 ou 3 ans d’ancienneté ou d’avoir atteint au moins le grade de brigadier.
Les missions du gardien de la paix

Par définition, le gardien de la paix assure la sécurité des personnes, des biens et des institutions. Mais ses missions au quotidien varient selon l’unité dans laquelle il exerce.
1) En commissariat

Accueil du public, prévention de la délinquance, aide aux victimes, patrouille pédestre et/ou motorisée, sécurisation des transports en commun, sécurité routière et constats d’accidents, recherche d’informations, missions de police judiciaire, prise de plaintes et enquêtes locales.
2) En service régional de police judiciaire

Lutte contre le grand banditisme, contre l’usage et le trafic de stupéfiants, enquêtes économiques et financières.
3) Policier aux frontières

Accueil et orientation du public, contrôle des personnes entrantes et sortantes , surveillance de l’application des mesures de sûreté, éloignement des étrangers en situation irrégulière, missions de police générale, lutte contre la fraude à l’identité, contrôle des badges d’accès en zone réservée.

Après une formation de 7 semaines et un stage probatoire de 12 mois, possibilité d’obtenir le titre de garde-frontière de sécurité intérieure.
4) Policier en brigade des stupéfiants

Prévention et formation, surveillance et interpellation des auteurs de trafic ou d’usage de stupéfiants, participation aux enquêtes policières.
5) Compagnie républicaine de sécurité (CRS)

    Dans une compagnie : maintien de l’ordre, patrouille pédestre et/ou motorisée, sécurisation des transports en commun, surveillance de lieux de vacances.
    Dans une unité autoroutière : régulation de la circulation, surveillance du réseau routier, contrôles de vitesse et d’alcoolémie, constats d’accidents.

6) Policier motocycliste

Accessible après un an de titularisation pour les titulaires du permis A, avec une formation de 15 semaines. La durée d’engagement est de 7 ans au minimum.

Veiller au respect du code de la route, surveiller et contrôler le trafic routier, assurer la protection des usagers, assurer les escortes et les guidages.
7) Policier maître chien (conducteur cynotechnicien)

Accessible après deux ans de service effectif avec une formation de 3 mois.

Patrouille, prévention et lutte contre la délinquance, recherche de personnes disparues, de produits stupéfiants, d’armes et munitions, de matières explosives.
8) Policier cavalier en unité équestre

Accessible après deux ans d’exercice suivant la titularisation, avec un niveau équestre « galop 5 » et après une formation de « galop 7 ».

Rondes, patrouilles et opérations ponctuelles dans les lieux inaccessibles aux véhicules ; participation aux services d’ordre ; interventions dans le cadre de la police de l’environnement ; sécurisation des espaces boisés.
9) Policier en brigade anti-criminalité (BAC)

Deux ans d’exercice minimum après la titularisation, formation de 30 heures et formation continue de 2 heures par semaine.

Recherche de flagrant délit des infractions de voie publique (agression, vol, stupéfiants…) ; lutte contre les violences urbaines ; participation aux services d’ordre public ; assistance aux brigades judiciaires spécialisées.
10) Policier chargé de protection rapprochée

Deux ans d’exercice après la titularisation.

Parmi les autres unités de police, citons en vrac l’investigation en cybercriminalité, le RAID, le renseignement, les unités nautiques, le secouriste en montagne ou la police technique ou scientifique. Mais la liste n’est pas exhaustive.
Le déroulement de carrière et le salaire

Le gardien de la paix appartient au corps d’encadrement et d’application de la Police nationale. Son salaire mensuel net (en région parisienne) est de 1 364€ durant sa scolarité (avec hébergement gratuit), de 1 890€ en tant que stagiaire. Une fois titularisé, son traitement varie de 1 938€ à 2 574€ selon son ancienneté.
1) Corps de commandement et d’application

Dans le même corps, le gardien de la paix peut accéder successivement aux trois grades suivants :

    brigadier, au bout de 4 ans de service après sa titularisation, par le biais d’un examen professionnel ; son salaire est alors de 2 213€ à 2 698€ ;
    brigadier-chef par examen professionnel au bout de 5 ans de service dans le grade de brigadier, avec un traitement de 2 569€ à 2 859€ ;
    major de police par reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (RAEP) après 17 ans de service depuis sa titularisation dans le corps, dont 4 dans le grade de brigadier-chef, ou après 2 ans de services effectifs dans l’échelon terminal de brigadier-chef s’il est âgé d’au moins 54 ans ; sa rémunération sera alors de 2 741€ à 3 075€.

S’il est nommé responsable d’une unité locale de police (RULP) sa rémunération ira de 3 242€ à 3 338€.
2) Corps des officiers

Le policier comptant au moins quatre années de services effectifs peut accéder au concours interne du corps des officiers sans condition de diplôme.

La formation est de 18 mois et, durant cette formation, il sera d’abord élève officier pendant 6 mois avec une rémunération de 1 325 € et hébergement gratuit, puis stagiaire pendant 1 an avec un salaire de 1 671€. Il deviendra alors capitaine de police, percevant un salaire allant de 2 344€ à 3 709€.

Au bout de 12 ans de services effectifs depuis la titularisation , le capitaine peut devenir commandant à l’avancement avec une rémunération de 3 269€ à 3 887€. Au 5ème échelon de son grade, le commandant peut alors être nommé commandant divisionnaire par avancement au salaire de 3 960€ à 4 380€.

Signalons que les salaires indiqués ici sont ceux en vigueur en 2017 et qu’il est évident qu’ils évolueront au fil des ans au niveau de tous les corps.

Source https://forcesdelordre.fr/devenir-policier-gardien-de-la-paix/