Auteur Sujet: Plans d’urgence ORSEC ( blanc, bleu, rouge, CUMP, NOVI...)  (Lu 16523 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Les plans d’urgence sont des dispositifs prévoyant l’organisation des secours en urgence en cas de catastrophes ou d’événements de grande ampleur ou à risque majeur mettant en péril la santé des personnes ou l’intégrité des biens.
- Le plan d'Organisation de la réponse de sécurité civile permet de faire face à des catastrophes naturelles, industrielles ou sanitaires.
- Le plan Orsec permet de faire face aux conséquences de tout type d'événement exceptionnel, qu'il s'agisse d'une catastrophe naturelle ou industrielle, ou d'une crise sanitaire.
C’est quoi, le plan ORSEC ?
Quand il y a des inondations, des incendies ou de graves accidents, le gouvernement déclenche le plan ORSEC.
Comment ça marche ?
Le plan Orsec est un dispositif de secours d'urgence, mis en place pour intervenir très rapidement lors d'une grande catastrophe et avec le plus d'efficacité possible.
Dès que le plan Orsec est déclenché, l'organisation des secours est placée sous les ordres d'un seul responsable, avec cinq équipes d'intervention sous ses ordres :
- Les pompiers et les associations de secours.
- Le service d'aide médicale d'urgence (Samu).
- La police et la gendarmerie.
- Des spécialistes qui assurent la transmission des informations.
- Des spécialistes des routes pour d'éventuels travaux ou modification des plans de circulation.
Ça veut dire quoi, Orsec ?
Orsec signifie Organisation de la Réponse de Sécurité Civile.
Qui décide de le déclencher ?
C'est le préfet : le représentant de l'État dans la région où a lieu la catastrophe.
Quand ?
Le plan Orsec est déclenché lors d'une catastrophe de grande ampleur : un très grave accident de la route, une catastrophe naturelle ou technologique, une attaque terroriste, un problème de santé à caractère mortel (épidémie, contamination…). Depuis sa création en 1952, le plan Orsec a surtout été déclenché lors de catastrophes naturelles (la tempête de 1999, les feux de forêt de 2003, ou encore des inondations de 2001, 2002 et 2003). Et aussi lors de l'explosion de l'usine de produits chimiques AZF, en 2001, à Toulouse.
Comment les services d’urgence se préparent-ils ?
Des exercices sont effectués pour préparer les services d'urgence. L'un de ces derniers entraînements, organisé sur l'aéroport de Chaspuzac (Haute-Loire) début octobre, simulait ainsi un crash d'avion sur un aérodrome dont l'accès était compliqué par des arbres couchés sur la route.
Outils du jour
http://www.1jour1actu.com/?s=orsec (1 jour 1 actu)
L'actualité à hauteur d'enfants !

C'est quoi ? Le plan d'Organisation de la réponse de sécurité civile, créé en 1952, a évolué au fil des années. Il a notamment été réformé en 1987 pour prévoir "une réponse spécifique à chaque risque", explique le ministère de l'Intérieur sur son site. Il a encore évolué en 2004, pour intégrer plus de souplesse.

Dans quels cas est-il déclenché ? Le plan Orsec peut être déclenché dans des cas différents. Il est notamment utilisé en cas de catastrophes naturelles, comme lors de la tempête de 1999, des feux de forêt de 2003 ou encore des inondations de 2001, 2002 et 2003. Il peut aussi être déclenché en cas de catastrophe industrielle, comme en 2001, lors de la catastrophe de l'usine AZF à Toulouse.

Qui décide de sa mise en place ?
Quand un plan Orsec est déclenché, il est dirigé soit par le maire de la commune concernée, soit par le préfet de département quand il s'agit d'un événement de plus grande ampleur. A Paris et dans les départements de la petite couronne, c'est le préfet de police qui assure la direction des opérations de secours. Dans le cas où l'événement dépasse les limites d'un département, c'est le préfet de zone de défense, voire le gouvernement qui prend le relais. Si c'est en mer que l'événement se produit, le préfet maritime prend les commandes du dispositif.

Quels sont les services concernés ?
Quand un plan Orsec est déclenché, tous les services de secours concernés peuvent être mobilisés. Il peut s'agir des sapeurs-pompiers, du SAMU, des forces de l'ordre, ou de tout acteur susceptible d'être impliqué.

Plan blanc
Le plan blanc est un plan spécifique d’urgence des établissements de santé publics et privés destiné à faire face à une situation exceptionnelle ou une activité accrue d’un hôpital. Il permet d’organiser l’accueil d’un afflux massif de victimes d’un accident, d’une catastrophe, d’une épidémie ou d’un évènement climatique meurtrier et durable.

Plan bleu
En 2009, le Ministère de la Santé et des Sports a publié un plan canicule qui a pour objectif principal de définir des actions de prévention et de gérer la crise afin de réduire les risques sanitaires. Ces actions ont été menées à la suite de la canicule de l’été 2003 qui a causé plus de 15 000 décès.

Les CH suivent ces recommandations en cas de forte chaleur :
• hydratation plus importante des patients et résidants
• surveillance accrue, notamment des personnes les plus fragiles
• mise en place de ventilateurs
• non exposition des individus au soleil
• ...

Plan grand froid
Le plan grand froid est une organisation permettant de faire face à une période hivernale particulièrement propice aux épidémies infectieuses, comme les infections respiratoires ou digestives (bronchiolites, gastroentérites, syndromes grippaux saisonniers. La période hivernale est également le moment où peuvent s’aggraver certaines pathologies chroniques, notamment cardiaques et respiratoires.

Ainsi, les CH  augmentent leur vigilance notamment auprès des personnes vulnérables (personnes âgées et personnes présentant certaines pathologies chroniques cardiovasculaires, respiratoires ou endocriniennes ; sans-abris se présentant aux urgences ; etc).

Plan rouge
Le plan rouge est un plan d’urgence destiné à traiter un nombre important de victimes dans un même lieu et à organiser les moyens de secours par rapport à cette concentration des victimes.

Ce plan a pour objectif de remédier aux conséquences d’une situation accidentelle déclarée, en prenant en compte les impératifs suivants :
• la rapidité de la mise en place des moyens
• l’organisation rationnelle du commandement
• l’emploi des moyens suffisants et adaptés
• la coordination dans la mise en œuvre de ces moyens et notamment une bonne organisation de la régulation médicale.

En cas de déclenchement, chaque CH  a établi son organisation pour pouvoir y faire face.

CUMP ou cellules d’urgences médico psychologiques
Les cellules d’urgences médico psychologiques ont étés mises en place en 1997 en France suite à un attentat dans le métro Parisien. Elles ont pour but la prise en charge des victimes impliqués et sauveteurs atteints de traumatismes psychique ou stress post traumatique lors d’accidents collectifs.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Plans d’urgence ORSEC ( blanc, bleu, rouge, CUMP, NOVI...)
« Réponse #1 le: 04 mars 2014, 18:19:52 pm »
Qu'est ce que le «plan rouge» ?

Lors d'une catastrophe provoquant un nombre élevé de victimes, le plan rouge est déclenché pour organiser l'intervention des premiers secours sur place. Les premiers intervenants, généralement le SAMU ou les pompiers, font une estimation de la situation générale pour mobiliser les moyens nécessaires à l'intervention. Ils localisent le sinistre, évaluent le nombre de victimes et apprécient les risques subsistants. Il a été créé par la loi du 22 juillet 1987, et fait partie du dispositif Orsec (Organisation de la réponse de sécurité civile) publié en 1952.

Qui le déclenche ?

C'est le préfet de département qui déclenche le plan rouge. Ainsi, l'ensemble des opérations de secours sont placées sous son autorité. Mais le SAMU et les sapeurs-pompiers prendront les dispositions nécessaires dès la réception de l'alerte. Il s'accompagne généralement du déclenchement du plan blanc, pour gérer l'activité accrue des hôpitaux.

• Sur quels critères ?

Le préfet déclenche le plan rouge lorsque le nombre de victimes est généralement supérieur à 10, et que les évolutions dans le temps et l'espace présentent le risque de secourir d'autres victimes. Il est mis en place lorsque les moyens habituels de secours ne suffisent plus, et qu'une coordination entre plusieurs services de l'Etat est nécessaire. 

• Quels sont les moyens déployés ?

Le plan se déroule en trois phases: En premier lieu, on recueille les blessés sur le lieu de l'accident. Une fois que le Poste Médical Avancé (PMA) est installé à proximité des lieux de l'accident, les victimes reçoivent les premiers soins et sont catégorisées par type d'urgence. Enfin, le SAMU organise l'évacuation des blessés vers une structure hospitalière. Les personnes indemnes sont quant à elles prises en charge par les forces de l'ordre de les secouristes qui assurent un soutien psychologique et recueillent leur identité pour renseigner les familles.

Le plan NOVI, c’est quoi ?
Le plan NOVI (nombreuses victimes) est immédiatement déclenché après l'accident.
En France, le plan Orsec-Novi ou simplement plan Novi, autrefois appelé plan Rouge, est un plan d’urgence destiné à secourir un nombre important de victimes dans un même lieu et à organiser les moyens de premiers soins par rapport à cette concentration des victimes.
Le terme « novi » est l’abréviation de « nombreuses victimes » ; on parle aussi de « situation avec de multiples victimes » (SMV).
C’est une déclinaison du plan Orsec.  ::)

Citer
Un important carambolage s’est produit sur la route départementale 160 reliant La Roche-sur-Yon aux Sables d’Olonne, ce mardi 20 décembre, peu avant 10 h. La préfecture de Vendée indique que l’accident qui est intervenu sur cette voie rapide a fait 5 morts et une vingtaine de blessés, dont un grave. Une trentaine de véhicules sont impliqués dans les deux sens de la quatre voies. Plusieurs véhicules et autocars ont été réquisitionnés pour le transfert des victimes non-blessées. [.......] La route est fermée à la circulation afin de permettre aux secours de se rendre sur place. « Plus d’une vingtaine d’ambulances ont été dépêchées sur place. Un poste médical avancé a été établi et des véhicules de secours routiers (VSR) ont été envoyés pour désincarcérer des passagers dans leurs véhicules », selon les pompiers. [.......]  « Les investigations techniques ont débuté pour déterminer les circonstances de l’accident. Il est encore trop tôt pour dire si l’accident a commencé sur la voie de droite ou de gauche. Il y avait un épais brouillard. Quand les gendarmes sont arrivés, ils ne voyaient pas à cinq mètres. Nous allons déclencher des investigations techniques assez précises. Un hélicoptère est acheminé par la gendarmerie pour nous permettre de bien comprendre les collisions des uns et des autres. Des médecins légistes vont également se déplacer sur les lieux pour nous aider à faire des levers de corps », a indiqué le procureur de la République.

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Plans d’urgence ORSEC ( blanc, bleu, rouge, CUMP, NOVI...)
« Réponse #2 le: 12 février 2016, 10:10:17 am »
Cinq questions sur le plan Orsec  ???
À chaque catastrophe, il est mis en place.   :o
Mais à quoi correspond vraiment le plan d'organisation de réponse de sécurité civile (Orsec) ?  :P
Faire face aux catastrophes naturelles, industrielles ou sanitaires de manière plus efficace... telle est la finalité du plan d'organisation de réponse de sécurité civile (dit plan Orsec). Ce dispositif permet de placer les services de l'Etat sous une direction unique (DOS) afin de coordonner toutes les équipes intervenant dans l'urgence.
Mode d'emploi et Comment ça marche ?
Le but est de permettre aux services d'urgence d'intervenir sans se "marcher" sur les pieds et de répondre ainsi de la manière la plus adaptée à la nature et à l'ampleur de l'événement. Le déclenchement du plan permet de coordonner au sein d'un PC unique les services mobilisés :
- les premiers secours et sauvetage, assurés par les sapeurs-pompiers et les associations de secours,
- le service d'aide médicale d'urgence (Samu), placé sous l'autorité du directeur des secours médicaux,
- la police et la gendarmerie, mais aussi, éventuellement la communauté du renseignement (DGSI, armée),
- les liaisons et transmissions, assurées en cas de défaillance du réseau existant, par le service interministériel départemental des systèmes d'information et de communications (Sidsic),
- les services de la direction interdépartementale des routes dépendant théoriquement des conseils généraux, pour les éventuels travaux.

Quand un plan Orsec est-il déclenché ?
Lors d'un événement d'ampleur nécessitant l'intervention de services d'urgence relevant d'autorités différentes. Qu'il s'agisse de personnes dépendant de collectivités différentes : État, région, département ou communes. Mais aussi d'associations agréées de sécurité civile (Protection civile, Croix-Rouge, etc.).

Qui est aux commandes ?
La décision de déclencher le plan incombe au représentant de l'État dans les territoires, à savoir le préfet. Ce dernier veille ensuite à ce que les différents services travaillent en bonne intelligence. Il peut procéder à des réquisitions de sociétés privées si les services publics en expriment le besoin mais aussi prendre des arrétés interdisant l'accès à certaines zones (prohibant éventuellement son survol par des hélicoptères de télévision, comme aujourd'hui, et ce pour permettre aux secours d'accéder aux lieux par voie aérienne).
RAPPEL :
À Paris et dans les départements de la petite couronne, c'est le préfet de police qui assure la direction des opérations de secours.
Dans le cas où l'événement dépasse les limites d'un département, c'est le préfet de zone de défense qui prend le relais.
Si c'est en mer que l'événement se produit, le préfet maritime pilote le dispositif.

MÉMO :
Depuis quand ce système fonctionne-t-il ?
Le premier plan d'organisation de la réponse de sécurité civile a été adopté en 1952. Il a évolué au fil des années. Il a notamment été réformé en 1987 pour prévoir "une réponse spécifique à chaque risque" et a encore évolué en 2004, pour intégrer plus de souplesse.

Quand a-t-il été utilisé récemment ?
Le dispositif a surtout servi lors de catastrophes naturelles, comme lors de la tempête de 1999, des feux de forêt de 2003, ou encore des inondations de 2001, 2002 et 2003. Mais il a aussi être déclenché en 2001 lors de la catastrophe de l'usine AZF à Toulouse. En juillet 2013, il a été adopté pour la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge et, en mars 2015, pour le crash de l'avion de la Germanwings.

Des exercices sont régulièrement effectués pour préparer les services d'urgence aux situations les plus complexes. L'un de ces derniers entraînements, organisé sur l'aéroport de Chaspuzac (Haute-Loire) début octobre, simulait ainsi un crash d'avion sur un aérodrome dont l'accès était rendu compliqué par des arbres couchés sur la route.

Accident en Gironde (Un bus contre un camion) : quand la fiction imaginait la mobilisation de l'État

Rôle de l'ambulancier ICI

Hors ligne Jeano 11

  • Administrateur
  • *****
  • Messages: 6526
  • Sexe: Homme
  • Retraité
    • Voir le profil
Re : Plans d’urgence ORSEC ( blanc, bleu, rouge, CUMP, NOVI...)
« Réponse #3 le: 02 mars 2016, 18:36:26 pm »
[PRÉVENTION ORSEC] Le 1er mars correspond à la journée internationale de la protection civile. A cette occasion, nous vous proposons un zoom sur le dispositif ORSEC départemental, c'est-à-dire l'« ORganisation de la Réponse de SEcurité Civile » mise en place au niveau du département.

Le dispositif ORSEC vise à assurer la protection des personnes, des biens et de l'environnement en cas d'accident, de sinistre ou de catastrophe. Il se compose du recensement et de l'analyse préalable des risques et des conséquences des menaces ; et d'un dispositif opérationnel définissant une organisation unique de gestion d'événement majeur, souvent avec des niveaux successifs de mobilisation.
Ce dispositif permet ainsi une veille permanente des risques et un suivi des événements traités par les acteurs dans le cadre de leur réponse courante. Il implique également des phases de préparation, d'exercice et d'entraînement, afin d'optimiser l'opérationnalité du dispositif.
Lorsque les conséquences de la situation dépassent les limites ou les capacités d'une commune, le Préfet prend la direction des opérations de secours.

La Gendarmerie, quant à elle, intervient à différents niveaux :
- en amont, dans une phase de préparation (opérationnelle, mais aussi humaine et matérielle) ;
- pendant l'événement de grande ampleur, pour évaluer, informer, guider, évacuer les blessés, protéger les lieux et les personnes,
mais aussi enquêter :
- après l'événement, pour dresser un bilan de la réponse opérationnelle et effectuer un retour d'expérience.
Vous trouverez ci-joint un schéma plus global pour comprendre qui fait quoi en cas d'accident, de sinistre ou de catastrophe.

 

Follow @SOS112FR